La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MINISTERE D'ETAT CHARGE DE LECONOMIE ET DE L'INDUSTRIE --------------------- SECRETARIAT GENERAL GSIA, Yaoundé 14-16 sept 2011 par : Faly Hery Rakotomanana.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MINISTERE D'ETAT CHARGE DE LECONOMIE ET DE L'INDUSTRIE --------------------- SECRETARIAT GENERAL GSIA, Yaoundé 14-16 sept 2011 par : Faly Hery Rakotomanana."— Transcription de la présentation:

1 MINISTERE D'ETAT CHARGE DE LECONOMIE ET DE L'INDUSTRIE SECRETARIAT GENERAL GSIA, Yaoundé sept 2011 par : Faly Hery Rakotomanana Samuel Randriambolamanitra 1

2 Plan de la presentation - Les différentes sources de données - La Série dEnquêtes La Série dEnquêtes EPM - La matrice emplois 2010 GSIA, Yaoundé sept

3 Les différentes sources de données Enquête dans lAgglomération dAntananarivo : Phase 1 sur lemploi : 11 versions (1995 à 2010) Phase sur lemploi et le secteur informel : 5 versions (1995, 1998, 2001, 2004, 2010) Enquête EPM : 8 versions (1993 à 2010) au niveau national Enquête sur le Travail des Enfants en 2007 au niveau national GSIA, Yaoundé sept

4 4

5 Objectifs Suivi du fonctionnement du marché du travail Suivi des conditions d activité des ménages Évaluation de l impact de la crise politique en Analyse des performances économiques des unités de production informelles GSIA, Yaoundé sept

6 Spécificités méthodologiques Plan de sondage conçu spécialement pour le thème « emploi » et « secteur informel » : Plan de sondage aréolaire à deux degré stratifié selon des critères fortement corrélés a lemploi et lexercice des activités informelles : niveau déducation, type de logement Tenant compte des caractéristiques des activités informelles: non localisation, mobilité géographique, activité secondaire GSIA, Yaoundé sept

7 Spécificités méthodologiques Taille de léchantillon : ménages comprenant individus dont âgés de 10 ans et plus repartis sur 108 localités dans la seule agglomération dAntananarivo Echantillon panel : plus de ménages et individus ont été déjà enquêté en 2006 (effet dattrition testé selon la méthode Fitzgerald ) Echantillon de unités de production informelles couvrant tous les secteurs dactivité GSIA, Yaoundé sept

8 Spécificités méthodologiques Questionnaire formulé pour capter les concepts compatibles aux standards internationaux (BIT) et fournir des informations assez détaillées sur les comptes des unités de production Concepts, Questionnaire et Programme danalyse stable dans le temps assurant la comparabilité inter temporelle et diminuant la durée du traitement des données GSIA, Yaoundé sept

9 Spécificités méthodologiques Améliorations apportées en 2010 : Considération des corvées deau et de bois comme activité économique (SNA2008 chap sur la production pour compte propre des ménages, travail des enfants) Rajout de questions spécifiques pour évaluer limpact de la crise de 2009 (trajectoire professionnelle de très court terme) GSIA, Yaoundé sept

10 Concepts et définitions individus en âge de travailler : 10 ans et plus actif occupé : ayant exercé un emploi au moins une heure au cours des 7 derniers jours chômeur : dépourvu d emploi, à la recherche d un emploi et disponible à travailler Unité de production informelle : Unité ne possédant pas de numéro statistique et ne tenant pas de comptabilité formelle Emploi informel : non inscription à la caisse de retraite ou de la caisse de la sécurité sociale GSIA, Yaoundé sept

11 Informations disponibles Identification des unités de production informelles Enregistrement administratif : registre de la statistique, sécurité sociale Tenue de comptabilité Taille Lieu dactivité Intensité capitalistique GSIA, Yaoundé sept

12 Informations disponibles Identification des emplois informels Type de contrat Existence dun état de paiement Régularité de lemploi Inscription à la caisse de retraite, caisse de sécurité sociale GSIA, Yaoundé sept

13 Informations disponibles Agrégats économiques issus de la construction des compte de production et compte dexploitation des unités de production (CA, Production, VA, EBE) Volume, caractéristiques et productivité du travail Evaluation du capital Possibilité destimation dune fonction de production GSIA, Yaoundé sept

14 Avantages et limites Dun côté, la faible couverture (restriction à lagglomération dAntananarivo) constitue une des limites majeures des informations disponibles nécessitant des informations auxiliaires pour lextrapolation au niveau national De lautre côté, cela constitue un point fort dans la mesure où elle permet de mettre en place des contrôles rapprochés des opérations de collecte et de minimiser les erreurs dobservations GSIA, Yaoundé sept

15 Avantages et limites Disponibilités dune série dinformations relativement longue ( ) fournies avec une même méthodologie, un même univers et un échantillon de panel permettant de : contrôler la robustesse des indicateurs (important pour lestimation de la fonction de production ou de la productivité du travail) danalyser la conjoncture à court terme (observatoire dévaluation dimpact ) et la dynamique de moyen terme des agrégats économiques aussi bien en valeur quen volume GSIA, Yaoundé sept

16 GSIA, Yaoundé sept 2011 Evolution de la population active, de la population active occupée et du PIB réel entre Source : Enquêtes 1-2-3, phase 1 « Emploi », , INSTAT/DIAL et INSTAT pour le PIB. Nos propres calculs 16

17 GSIA, Yaoundé sept 2011 Hausse du taux de chômage par rapport à son niveau structurel : 6,8% en 2010 contre 5,2% en Soit chômeurs de plus. Difficultés des jeunes diplômés sur le marché du travail : près de primo-demandeurs en 2010 contre environ en 2006 Evolution du taux de chômage 17

18 GSIA, Yaoundé sept 2011 Hausse du licenciement parmi les chômeurs « anciens occupés » : 60% en 2010 contre 53% en 2006 Baisse sensible de lancienneté dans le chômage : 11 mois en 2010 contre 23 mois en Ce qui confirme le caractère brutal de laugmentation du chômage (apparition récente de nouveaux chômeurs). Evolution du taux de chômage (suite) 18

19 GSIA, Yaoundé sept 2011 Evolution du nombre de chômeurs et du taux de chômage de 2001 à 2010 Source : Enquêtes 1-2-3, phase 1 « Emploi », , INSTAT/DIAL et INSTAT pour le PIB. Nos propres calculs 19

20 GSIA, Yaoundé sept 2011 Hausse continuelle du nombre demplois exerces : actifs occupés en 2010, soit un rythme annuel moyen de 4,1% depuis 2006 Recolonisation du secteur informel : 65% des emplois créés en 2010 contre 58% en 2006, soit plus de emplois supplémentaires Evolution de lemploi 20

21 GSIA, Yaoundé sept 2011 Evolution de lemploi (suite) Baisse du poids du secteur prive formel : 31% des emplois crées en 2010 contre 25% en 2006 Baisse du poids de lindustrie dans le secteur prive formel : 38% des emplois en 2010, soit une baisse de 6 points par rapport en 2006 Chute de leffectif dans la zone franche : emplois de moins par rapport en 2006 (fin de laccord multifibre, suspension de lAGOA) 21

22 GSIA, Yaoundé sept 2011 Evolution de la structure des emplois par secteur institutionnel (effectifs en milliers ) Source : Enquêtes 1-2-3, phase 1 « Emploi », , INSTAT/DIAL et INSTAT pour le PIB. Nos propres calculs Secteur institutionnel Effectif % % % % % Administration publique 44, 18,245,48,449,98,348,57,649,86,7 Entreprises publiques 13,52,515,12,813,22,28,01,28,21,1 Entreprises privées formelles 187,434,7143,726,7181,330,0200,031,5191,925,7 - dont zone franche 54,810,121,64,054,29,051,28,135,64,8 Entreprises informelles 287,353,1321,759,8353,258,4368,758,0485,565,1 Entreprises associatives 7,91,511,82,36,81,110,81,710,81,4 Total 540, , , ,

23 GSIA, Yaoundé sept 2011 Evolution des revenus dactivité dactivité Baisse de la rémunération en terme réel : Revenu mensuel nominal moyen de Ar en 2010, soit une baisse annuelle de -3,8% depuis 2006 et - 2,1% depuis 2001 Perte plus conséquente pour les bas salaires : baisse annuelle moyen de -6,2% du revenu mensuel nominal médian depuis

24 GSIA, Yaoundé sept 2011 Fonctionnaires moins affectes : baisse annuelle moyenne de -0,9% de salaire depuis 2006 (indexation imparfaite des salaires sur linflation, effet « avancement » à cause du gel des effectifs) Réduction de linégalité dans le secteur informel : baisse annuelle de -4,1% de la rémunération moyenne et hausse de +1,1% de la rémunération médiane depuis 2006 (Afflux de nouveaux emplois à cause de la libre entrée et la concurrence) Evolution des revenus dactivité (suite) 24

25 GSIA, Yaoundé sept 2011 Evolution du revenu moyen r é el du travail entre 2001 et 2010 selon le secteur institutionnel Source : Enquêtes 1-2-3, phase 1 « Emploi », , INSTAT/DIAL et INSTAT pour le PIB. Nos propres calculs 25

26 GSIA, Yaoundé sept 2011 Sous-emploi global en hausse : 62,1% en 2010 contre 58,1% en 2006 Légère baisse du sous-emploi lie a la durée du travail : 8,8% en 2010 contre 8,3% en 2006 Hausse brutale de la situation demploi inadéquat affectant aussi bien le secteur formel que le secteur informel : 51,5% en 2010 contre 47,3% en 2006 (faible productivité due à la persistance de la crise et la trappe à la pauvreté) Evolution du sous-emploi 26

27 GSIA, Yaoundé sept 2011 Evolution du sous-emploi entre 2001 et 2010 Sous emploi lié à la durée du travail (%) Situation demplois inadéquats actifs gagnant moins du SMIG horaire de 2001 évalué en unité constante) (%) Informel17,525,919,217,513,958,059,856,758,260,5 Privé formel4,910,57,16,77,940,639,435,238,340,7 Public10,513,611,111,6 6,89,26,010,211,3 Total12,220,114,613,412,146,348,144,747,351,5 Source : Enquêtes 1-2-3, phase 1 « Emploi », , INSTAT/DIAL et INSTAT pour le PIB. Nos propres calculs 27

28 Evolution du PIB et la valeur ajouté SI entre GSIA, Yaoundé sept

29 Etudes thématiques réalisées GSIA, Yaoundé sept 2011 La volonté de faire enregistrer son unité de production informelle : quelles implications sur les stratégies de lAdministration publique ? Efficacité technique des unités de production informelles : une approche de régression quantile Les déterminants du désir et de lexercice effectif du travail indépendant : quels enseignements à tirer pour la microfinance ? Cas de lAgglomération dAntananarivo à travers des données de panel Contribution du secteur informel dans la lutte contre la pauvreté à Antananarivo Les travailleurs du secteur informel sont-ils les plus heureux 29

30 Perspectives GSIA, Yaoundé sept 2011 Réalisation dune enquête 1-2 au niveau national en avec lappui du BIT/PNUD Valorisation des données existantes à laide des études thématiques 30

31 GSIA, Yaoundé sept

32 Objectifs de lenquête Rendre compte des constats sur les conditions de vie des ménages Informer sur les disparités de ces conditions de vie Décrire les éventuels liens entre les différents éléments de ces conditions de vie et des caractéristiques des ménages Particulièrement, la version 2010 de lEPM contribue à lévaluation de limpact de la crise 2009 GSIA, Yaoundé sept

33 Caractéristiques techniques - Echantillon aléatoire avec un plan de sondage aréolaire à deux degrés (choix aléatoire de 623 localités et 20 ménages par localité) - Soit échantillons aléatoires de ménages - Stratification : Région et milieu (urbain et rural) - Enquête multi-thème à 16 sections dont la section sur l « emploi » et celle de l « Entreprise non agricole » GSIA, Yaoundé sept

34 Concepts et definitions individus en âge de travailler : 5 ans et plus actif occupé : ayant exercé une activité économique au moins une heure au cours des 7 derniers jours Considération des corvées deau et de bois comme activité économique chômeur : dépourvu d emploi, à la recherche d un emploi et disponible à travailler au cours dune période suffisamment courte GSIA, Yaoundé sept

35 Concepts et definitions Unité de production informelle : Unité ne possédant pas de numéro statistique, ne tenant pas de comptabilité écrite formelle Emploi informel : non inscription à la caisse de retraite ou de la caisse de la sécurité sociale, ne bénéficiant pas de congés payés et de la protection sociale GSIA, Yaoundé sept

36 Informations disponibles Identification des unités de production informelles Enregistrement administratif: registre de la statistique, sécurité sociale Taille Lieu dactivité GSIA, Yaoundé sept

37 Informations disponibles Identification des emplois informels Inscription à la caisse de retraite ou la caisse de sécurité sociale, droit aux congés payés, droit à la protection sociale Régularité de lemploi Lieu dactivité GSIA, Yaoundé sept

38 Informations disponibles Agrégats économiques issus des déclarations spontanées des enquêtés (CA, Production, VA, EBE) GSIA, Yaoundé sept

39 Avantages et limites Dun côté, le traitement de thèmes multiples constitue une limite des informations disponibles diminuant la qualité des informations De lautre côté, cela constitue un point fort dans la mesure où elle permet danalyser les liens entre différents caractéristiques individuelles GSIA, Yaoundé sept

40 Avantages et limites Echantillonnage basée sur les données administratives fournies lors de lopération de cartographie du futur recensement (le dernier recensement date de 1993) Formulation trop succincte des questions laissant linterprétation individuelle des enquêteurs : source derreurs dobservation GSIA, Yaoundé sept

41 Quelques limites Aucune information sur les caractéristiques des emplois secondaires Aucun détail par produit sur la production et consommation intermédiaire Non pris en compte de la variation du rythme dactivité pour lannualisation des agrégats Les changements méthodologiques et de concepts rendant difficiles la comparaison inter temporelle des données GSIA, Yaoundé sept

42 Etudes thématiques Gender disparities in labor market in Madagascar La vulnérabilité à la pauvreté à Madagascar en 2010 La pauvreté des enfants à Madagascar en 2010 GSIA, Yaoundé sept

43 GSIA, Yaoundé sept

44 GSIA, Yaoundé sept 2011 La matrice des emplois porte dentrée pour les comptes nationaux Cette matrice sert de référence à la partition statistique du champ de la production On lobtient en confrontant la matrice démographique avec les données demplois provenant des sources économiques Ce travail permet lélimination des doubles comptes, et le repérage des zones non observées Elle permet une évaluation directe de lemploi informel, et peut servir à la localisation du secteur informel 44

45 GSIA, Yaoundé sept 2011 Contribution des enquêtes phase 1 Le nombre des emplois fourni par la phase 1 de l enquête (Offre de travail) constitue linformation la plus complète dont on dispose pour cerner au plus près lunivers théorique de la production De plus, le traitement approprié des données recueillies dans le cadre de cette source permet à la fois un éclairage indirect des zones dombre que laissent les enquêtes auprès des établissements (demande de travail) un contrôle sur les revenus générés par le travail et une estimation de sa productivité. 45

46 GSIA, Yaoundé sept 2011 Contribution des enquêtes phase 1 Elle présente la meilleure couverture du nombre des personnes actives occupées En plus, elle peut fournir des données sur les personnes exerçant plus dun emploi, ainsi que sur le nombre des heures travaillées On dispose alors de trois variables complémentaires : - le nombre de personnes, - le nombre des emplois exercés, - une mesure de la quantité de travail mise en œuvre dans léconomie. 46

47 Définitions retenues pour la matrice demplois Secteur informel : ensemble des unités de productions dirigées par les ménages et ne possédant pas de numéro statistique Emploi informel : emploi non affilié à la caisse de retraite ou la caisse de sécurité sociale, ne bénéficiant pas de congés payés et ne bénéficiant pas de protection sociale GSIA, Yaoundé sept

48 Définitions retenues pour la matrice demplois Employeurs : Dirigeant dune unité de production et employant au moins un salarié Travailleurs à son compte : Dirigeant dune unité de production et nemployant aucun salarié GSIA, Yaoundé sept

49 Définitions retenues pour la matrice emplois Agriculture : comprenant lagriculture de subsistance Ménage : Services domestiques payés par le ménage GSIA, Yaoundé sept

50 GSIA, Yaoundé sept 2011 Emploi informel Localisation des lieux de la comptabilité nationale où peuvent être présents des emplois informels : 50

51 Pistes damélioration possibles Agriculture : Basculement de lagriculture de subsistance dans le « ménage » à laide des informations sur les utilisations des produits agricoles dans le volet « agriculture » Ménage : Basculement dans les « salariés » des domestiques payés par le ménage participant aux entreprises non agricoles GSIA, Yaoundé sept

52 GSIA, Yaoundé sept 2011 MERCI POUR VOTRE AIMABLE ATTENTION 52


Télécharger ppt "MINISTERE D'ETAT CHARGE DE LECONOMIE ET DE L'INDUSTRIE --------------------- SECRETARIAT GENERAL GSIA, Yaoundé 14-16 sept 2011 par : Faly Hery Rakotomanana."

Présentations similaires


Annonces Google