La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Précurseurs Avril 2012 Au LAL et pour mes potes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Précurseurs Avril 2012 Au LAL et pour mes potes."— Transcription de la présentation:

1 1 Précurseurs Avril 2012 Au LAL et pour mes potes

2 2 - Historique - Expériences 1969, 1984,1991, 2004, 2006, 2008, juin 2011, octobre Les photons serpentiles - Effet Mossbauer - Que faut-il en penser?

3 3 historique

4 4 Quelle vitesse pour un paquet donde? En fait on peut définir au moins 7 vitesses

5 5 Brillouin : c/n(0)Pulse principal : vitesse de groupe temps Sommerfeld : c Fin du 19 ème : vitesse de groupe est la vitesse préférée. Mais pour les énergies au dessus dune résonance cette vitesse peut dépasser c. 1905: v Sommerfeld et Brillouin en 1914 introduisent les précurseurs Lidée est que rien ne va plus vite que c

6 6 1- Les prédictions théoriques sont basées sur un milieu avec une résonance Le précurseur de Sommerfeld est de fréquence > 0 et se propage à c. Son amplitude est très faible devant le pulse principal (10 -7 ?). 3- Le précurseur de Brillouin est de fréquence < 0 et se propage à la vitesse c/n(0). Son amplitude est plus faible que celle du pulse principal (10 -4 ?) mais bien plus grande que celle de Sommerfeld. 3- Les précurseurs ont des durées très faibles de lordre de quelques oscillations (10fs pour le visible). 4- Les précurseurs sont moins absorbés que le pulse principal (amplitude en x -1/2 au lieu dune exponentielle décroissante) ce qui fait quaprès une épaisseur importante de matière il ny a plus que les précurseurs et ceci entraînerait des applications militaires (communication avec les sous marins, radar à travers les nuages, les feuillages…) et civiles (imagerie médicale, scanners aéroports) mais aussi des effets des micro ondes des téléphones mobiles, plus délétères que prévu.

7 7 Dans les années 1990 des erreurs sont trouvées dans les calculs de 1914 : (K. E. Oughstun and G. C. Sherman, Electromagnetic Pulse Propagation in Causal Dielectrics (Springer-Verlag, Berlin, 1994)). En particulier les amplitudes des précurseurs sont revues à la hausse. Tellement quil se pourrait quils deviennent plus grands que le pulse initial… ??? Après les prédictions théoriques de 1914 il faut attendre 55 ans (1969) pour avoir une première expérience dans le domaine des micro ondes.

8 8 Les expériences

9 9 1969: micro ondes GHz

10 10 Coaxial empli dun ferromagnetic. La relation de dispersion ressemble, parait-il, à celle de la figure 1 et les fréquences caractéristiques dépendent du champ magnétique appliqué. Il y a une bande interdite. La relation habituelle pour lindice est qui est négative pour Si on prend les choses au pied de la lettre un indice négatif fait rebrousser chemin (la vitesse change de signe) et donc empêche la pénétration. La variable k est obtenue par

11 11 Dans la bande interdite on voit les hautes fréquences de Sommerfeld et les basses fréquences de Brillouin. La fréquence de départ (0.6GHz) ne passe pas…Mais moi jai limpression que si ! Je ne sais pas où se trouve la fréquence de base par rapport aux fréquences types mais il parait que le fondamental passe et quon voit bien le précurseur de Brillouin au début de la trace.

12 : drôles de trucs à comparer à Mossbauer? Et aussi il sagit dun gaz

13 13 = 0.58 m Ma conclusion en voyant ça? Comme il y a plusieurs temps de transit pour une même énergie et une même longueur alors… Il y a plusieurs indices de réfraction et ils sont quantifiés! Remarquez aussi la très faible atténuation même pour : 0 l = cm

14 A travers un semi conducteur sur une résonance exciton

15 15 CCF = Cross Correlation Function 0.8 m La largeur de la résonance est

16 Expérience dans leau

17 17

18 18 Cest la manip qui ressemble le plus à ce quon attend! MAIS… faute! Cest lamplitude qui est en 1/z 1/2 la transmission, elle, doit aller comme 1/z

19 19 il y a des critiques!

20 20

21 21 Cette critique est sympa mais néanmoins, à mon avis, contrairement à ce quelle veut montrer elle pointe le fait que les données ne sont pas très différentes dune exponentielle.

22 22 Cette critique est plus sévère! Elle dit et montre que la structure dabsorption à 760nm, crée deux pics en temps.

23 : gaz datomes potassium froids sur une résonance étroite à 770nm et donc des indices très gros (par le calcul autour de 10 4 ). Pour parcourir 2mm le photon demande à peu près le temps sur 20m de vide soit 70ns.

24 24 Magneto Optic Trap Mach-Zehnder Modulator

25 dans un milieu « slow light » Rubidium froid

26 26 Cest un « précurseur » de la manip de 2011 mais je nai pas étudié cette manip

27 27 Juin 2011: photon unique sur un gas de Rubidium froid

28 28

29 29

30 30 Je nai pas encore eu le temps danalyser cette manip qui semble être parfaite au moins en ce qui concerne laccord entre théorie et expérience

31 31 Octobre 2011: résonance géométrique

32 32 = 1.5 m L R = 220 cm La largeur de la résonance est de lordre de Il faut faire une simulation avec les photons qui passent directement et ceux qui font des tours et voir comment on peut obtenir ces résultats. En tout cas on ne voit pas bien où sont les précurseurs

33 33 Les photons serpentiles

34 34 Interprétation particules en optique quantique Les lasers et leurs applications scientifiques et médicales Sources laser femtosecondes (1994?) A. Brun et P. Georges Institut d'Optique Théorique et Appliquée, URA 14 du CNRS, Université Paris Sud, BP. 147, Orsay cedex, France 5.2. Imagerie en milieu diffusant utilisant l'amplification paramétrique optique Considérons un milieu diffusant éclairé par une impulsion lumineuse très courte. Il existe une certaine probabilité (faible) pour que des photons puissent traverser le milieu sans être déviés. On les appelle des photons balistiques qui peuvent apporter le plus d'informations sur la nature du milieu ou sur son contenu (figure 14). II existe une autre classe de photons qui sont peu dévies de leur trajectoire en traversant le milieu et qui sortent a peu près colinéaires aux photons balistiques, on parle de photons "serpentiles". Ils peuvent également apporter des informations utiles sur la structure interne du milieu mais avec une résolution spatiale limitée par leurs déviations a la trajectoire des photons balistiques. Finalement, les photons diffuses contribuent au bruit et doivent être éliminés de tout système de détection. Ce sont les plus nombreux car la probabilité de diffusion est très grande. En notant que les photons balistiques (les moins nombreux) vont sortir les premiers du milieu, suivis par les photons serpentiles et enfin par les photons diffuses, on peut penser utiliser une porte ultra rapide et amplificatrice destinée, d'une part a sélectionner temporellement les photons désirés, et d'autre part, a les amplifier. Enfin une image simple! Remarque: Collection gratuite darticles sur les lasers

35 35 Pour realiser une telle porte ultra rapide et amplificatrice nous avons developpe" un amplificateur parametrique optique (APO). Son schema de principe est repr6sente" sur la figure 15. Partons d'une chame laser femtoseconde amplifiee a partir de saphir dope au titane comme deja decrit. Elle fournit des impulsions de 150 fs, 2 mJ a 780 nm. Elles sont ensuite doublees en frequence dans un cristal de BBO avec un rendement de 30 %. Le faisceau double a 390 m (2co) pompe un APO base sur un deuxieme cristal non lineaire de BBO, tandis que le faisceau restant a 780 nm (co) est utilise comme signal. Get APO subpicoseconde travaille donc a la degenerescence et se comporte comme une porte ultra rapide amplificatrice car le gain parametrique est instantane. Il est possible d'amplifier des signaux de tres faible energie avec un gain qui peut atteindre 10 4 sans optimisation du montage. Nous avons detecte un signal ayant traverse une densite optique de 9,

36 36 Effet Mossbauer

37 37 Ce photon de 122 keV est utilisé comme trigger Le cobalt devient du Fer par capture dun électron Ça au moins ça doit faire des indices maousses

38 38

39 39

40 40 Que faut-il en penser?

41 41 1- Larmée a laissé tomber les études sur ce sujet en décembre 1992!

42 42 2- La nouvelle théorie de 1994: K. E. Oughstun and G. C. Sherman, Electromagnetic Pulse Propagation in Causal Dielectrics (Springer-Verlag, Berlin, 1994) est incompréhensible pour un physicien normal - On est à plus de la moitié du bouquin et les auteurs continuent les promenades dans le plan complexe (qui porte bien son nom). - Les prédictions sur les caractéristiques des précurseurs ne sont données que pour quelques cas à la fin des 450 pages - Il ny a pas de descriptions des mesures expérimentales déjà existantes sur les précurseurs, donc pas de comparaisons de cette nouvelle théorie avec les data. Cest à mon avis un cas type de la physique de la deuxième moitié du 20 ème siècle: beaucoup de math peu de mesures

43 43

44 44

45 45 3- Il existe des approches particules avec les photons balistiques, serpentiles et diffusés. En plus cette approche a des débuts dapplications qui marchent comme de voir des objets derrière des murs ou dans le brouillard… A priori il ny a rien de commun entre la vision onde de Sommerfeld et cette vision particule 1- Il faudrait passer beaucoup de temps pour comprendre toutes ces manips mais je ne crois pas aux précurseurs en tant que tels: se propageant à c, puis c/n(0) avec une atténuation en 1/x. 2- Si on observe dans un gaz les slims alors on peut nous dire que ce sont les précurseurs. Il me semble donc important de montrer quils nexistent pas dans un gaz. 3- la faible atténuation du nombre de photons à la traversée dun gaz est un sujet très intéressant en 1984 dans les vapeurs de sodium


Télécharger ppt "1 Précurseurs Avril 2012 Au LAL et pour mes potes."

Présentations similaires


Annonces Google