La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

XML origine - concept - techniques Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM Université de Versailles-Saint-Quentin Cours 1/2.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "XML origine - concept - techniques Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM Université de Versailles-Saint-Quentin Cours 1/2."— Transcription de la présentation:

1 XML origine - concept - techniques Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM Université de Versailles-Saint-Quentin Cours 1/2

2 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 2 XML : Origine, concept, technique (Plan 1/2) Origine et objectifs Le fond et la forme : SGML, HTML et XML La norme XML Le rôle du W3C Définition du standard XML La technologie XML Métadonnées : DTD et XML-Schéma Espace de noms : XML namespace Présentation : XSL Interrogation : XPath, XQuery

3 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 3 XML : Origine, concept, technique (Plan 2/2) XML et les bases de données Déploiement d'un site web avec XML Les produits XML Stockage : natif, middleware ou extension de SGBD Services WEB et serveurs d'application Outils de manipulation XML Conclusion Références

4 Origine et objectif De HTML et SGML vers XML HTML : la forme SGML : le fond XML : le fond pour la forme

5 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 5 Origine et objectifs Un document peut se définir par le fond et par la forme. Multiples approches dont les plus connues sont le HTML pour le format et le SGML pour la structuration. nom: Mulder prenom: Fox profession: Agent du FBI nomprenomprofession MulderFoxAgent du FBI Fox Mulder, Agent du FBI Agent du FBI : Fox Mulder nom: Mulder prenom: Fox profession: Agent du FBI

6 Présentation d'un document Fédération de données semi-structurées avec XML Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM – Université de Versailles 45, avenue des Etats-Unis Versailles CEDEX Résumé: Nous décrivons dans ce papier une architecture de médiation "tout-XML" 1 Introduction L'évolution constante en matière de réseaux et de base de données ces trente dernières années a mené à une demande toujours croissante d'accès rapides à une large quantité d'informations variés. 2 Problématique 2.1 Requête sur données semi-structurées Evaluer une requête sur des données semi-structurées [1] implique de naviguer à travers la structure en examinant à la fois les valeurs des éléments et le nom auto-descriptif de l'élément tout au long du parcours. 2.2 Médiation de données semi-structurées Les sources sont hétérogènes et peuvent être interrogées de manière différentes. Par exemple un SGBD relationnel sera interrogé suivant le langage SQL suivant : 1 -- chercher tous les livre dont le titre contient LINUX 2 SELECT * 3 FROM livre 4 WHERE titre LIKE '%LINUX%' Fédération de données semi-structurées avec XML Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM – Université de Versailles 45, avenue des Etats-Unis Versailles CEDEX Résumé: Nous décrivons dans ce papier une architecture de médiation "tout-XML" 1 Introduction L'évolution constante en matière de réseaux et de base de données ces trente dernières années a mené à une demande toujours croissante d'accès rapides à une large quantité d'informations variés. 2 Problématique 2.1 Requête sur données semi-structurées Evaluer une requête sur des données semi-structurées [1] implique de naviguer à travers la structure en examinant à la fois les valeurs des éléments et le nom auto-descriptif de l'élément tout au long du parcours. 2.2 Médiation de données semi-structurées Les sources sont hétérogènes et peuvent être interrogées de manière différentes. Par exemple un SGBD relationnel sera interrogé suivant le langage SQL suivant : 1 -- chercher tous les livre dont le titre contient LINUX 2 SELECT * 3 FROM livre 4 WHERE titre LIKE '%LINUX%' Note: [Abiteboul 1998] Semistructured Data Tutorial 1998

7 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 7 HTML (Hyper Text Markup Language) : présentation Proposé par le W3C comme format de documents sur le Web. Langage simple avec des balises standardisées permettant la mise en forme dun texte. Standard reconnu par tous les navigateurs. Langage très populaire sur le Web HTML 1.0 Juin 1993 HTML 2.0 (RFC 1866) Nov HTML 2+ HTML 3.0 HTML Jan HTML Avr HTML Dec XHTML Jan XHTML Mai

8 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 8 Quelques balises HTML standards BalisesSignification défini le contenu comme étant un document HTML Pour donner un titre à la fenêtre Corps de la page Mettre en gras une partie de texte Mettre en italique définir une liste d'item définir un item définir une liste numérotée définir un paragraphe créer une ligne droite changer la fonte (police, couleur) BalisesSignification afficher un code litéral,, Definir un titre de niveau 1, 2 ou 3 Insérer une image Faire clignoter Créer un hyperlien définir une référence définir un tableau définir une nouvelle ligne définir une nouvelle colonne Passage à la ligne

9 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 9 Source HTML

10 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 10 Limitation de HTML (1) HTML est conçu pour la présentation d'information sous forme de pages web HTML contient un nombre limité de balises défini La conception de HTML n'est pas appropriée pour les données les balises ne renseignent pas sur les valeurs incluses entre les balises Les balises ne sont pas extensibles

11 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 11 Limitation de HTML (2) Lorsque les balises ne suffisent pas, les constructeurs ont tendance à définir leurs propres balises pour répondre à leurs besoins ( incompatibilité) ex. HTML 2+, HTML 3.0 Mise à jour dun ensemble de pages web très complexe : hyperliens pointant dans tous les sens ; restructuration ou remise en forme de lensemble des pages du site fastidieux.

12 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 12 Limitation de HTML (3) Une fois le document HTML réalisé, il est figé : de la façon dont la définie lauteur de la mise en page ( pas de possibilité pour les clients de le présenter différemment) Traitement entre sites rendu compliqué (problème pour le commerce «électronique».

13 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 13 HTML : extensions Pour résoudre les problèmes de mises à jour, plusieurs «bidouilles» et/ou solutions propriétaires : Microsoft ASP, Cold fusion... Langages restent propriétaires et sont tous incompatibles entre eux. La présentation est toujours aussi figée

14 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 14 Feuilles de style CSS (Cascading Style Sheet) Recommandation W3C en décembre 1996 Mécanisme simple pour ajouter un style (fonte, couleur, etc.) aux documents Web Intégré dans HTML 4.0 Changement de présentation des documents limitées

15 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles "truc.css" BODY { color: #000 ; background: #FBFBFF ; margin-left: 9% ; margin-right: 6% ; font-family: "Helvetica", sans-serif ; line-height: 1.35 ; "truc.css" BODY { color: #000 ; background: #FBFBFF ; margin-left: 9% ; margin-right: 6% ; font-family: "Helvetica", sans-serif ; line-height: 1.35 ; } CSS [... ] TD, TH { font-family: "Helvetica", sans-serif line-height: 1.35 ; } H1, H2 { margin-top: 1.2em ; margin-left: -7% ; color: #900 ; clear: both ; } [... ] TD, TH { font-family: "Helvetica", sans-serif line-height: 1.35 ; } H1, H2 { margin-top: 1.2em ; margin-left: -7% ; color: #900 ; clear: both ; } [... ]

16 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 16 SGML (Standard Generalized Markup Language) Créé en 1986 [ISO 8879] Séparation du fond et de la forme Permet des puissants traitements informatiques sur les documents Proposition dun cadre défini pour lexpression des modèles documentaires (validité, contrôle) Fournir un format de stockage et déchange normalisé Très lourd et complexe pour la mise en œuvre de documents respectant ce format Une grande rigueur est demandée

17 Fédération de données semi-structurées avec XML Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM – Université de Versailles 45, avenue des Etats-Unis Versailles CEDEX Résumé: Nous décrivons dans ce papier une architecture de médiation "tout-XML" 1 Introduction L'évolution constante en matière de réseaux et de base de données ces trente dernières années a mené à une demande toujours croissante d'accès rapides à une large quantité d'informations variés. 2 Problématique 2.1 Requête sur données semi-structurées Evaluer une requête sur des données semi-structurées [1] implique de naviguer à travers la structure en examinant à la fois les valeurs des éléments et le nom auto-descriptif de l'élément tout au long du parcours. 2.2 Médiation de données semi-structurées Les sources sont hétérogènes et peuvent être interrogées de manière différentes. Par exemple un SGBD relationnel sera interrogé suivant le langage SQL suivant : 1 -- chercher tous les livre dont le titre contient LINUX 2 SELECT * 3 FROM livre 4 WHERE titre LIKE '%LINUX%' Fédération de données semi-structurées avec XML Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM – Université de Versailles 45, avenue des Etats-Unis Versailles CEDEX Résumé: Nous décrivons dans ce papier une architecture de médiation "tout-XML" 1 Introduction L'évolution constante en matière de réseaux et de base de données ces trente dernières années a mené à une demande toujours croissante d'accès rapides à une large quantité d'informations variés. 2 Problématique 2.1 Requête sur données semi-structurées Evaluer une requête sur des données semi-structurées [1] implique de naviguer à travers la structure en examinant à la fois les valeurs des éléments et le nom auto-descriptif de l'élément tout au long du parcours. 2.2 Médiation de données semi-structurées Les sources sont hétérogènes et peuvent être interrogées de manière différentes. Par exemple un SGBD relationnel sera interrogé suivant le langage SQL suivant : 1 -- chercher tous les livre dont le titre contient LINUX 2 SELECT * 3 FROM livre 4 WHERE titre LIKE '%LINUX%' Composants imbriqués Note: [Abiteboul 1998] Semistructured Data Tutorial 1998 TITRE RESUME AUTEUR PRENOM VILLE PARA CODE TITRE NOM ADRESSE PARA SOUSSECTION TITRE SOUSSECTION SECTION ENTETE CORPS RUE ORGANISATION CODEPOSTAL NOM FNOTE

18 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 18 Vue Balisée Fédération de données semi-structurées avec XML. Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM – Université de Versailles 45, avenue des Etats-Unis Versailles CEDEX France Introduction L'évolution constante en matière de réseaux et de base de données ces... [...] [Abiteboul 1998] Semistructured Data Tutorial 1998 Fédération de données semi-structurées avec XML. Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM – Université de Versailles 45, avenue des Etats-Unis Versailles CEDEX France Introduction L'évolution constante en matière de réseaux et de base de données ces... [...] [Abiteboul 1998] Semistructured Data Tutorial 1998

19 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 19 Vue Arborescente ARTICLE ABSTRACTAUTEUR NOM CODE TITRE PRENOM ENTETECORPS ADRESSESECTION SOUSSECTION SECTION SOUSSECTIONPARA ORGANI SATION ADRESSE TITREPARA TITLEPARA VILLEPAYS CODE POSTAL PARA FTNOT E REFLOC FTNOTE ID PARA TITRE

20 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 20 Correspondance arborescence/balises LEnvol Lacépède Paris Maple Kiss Gin Tonic Le Frogs cour Saint-Emilion Paris LEnvol Lacépède Paris Maple Kiss Gin Tonic Le Frogs cour Saint-Emilion Paris bar nom adresse rue ville boisson (#attribut : 42) id Lacépède Paris Maple Kiss L'Envol nom adresse rue ville telephone (#attribut : 43) id cour Saint Emilion chaîne Le Frog's boissonGin Tonic bar sorties

21 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 21 Séparation du fond et de la forme Permettre la diffusion du même document sous plusieurs formats différents et sous plusieurs supports. ex: format Postscript pour un document sous forme papier, format HTML pour le même document "en-ligne" sur le Web ex : projet de documentation FreeBSD : : on écrit une seule fois en SGML, et on génère automatiquement les formats HTML, Postscript, ASCII. Mise à jour du site et des documents très simple (une recompilation)

22 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 22 Lapproche XML Par rapport à SGML Très semblable (balisés, DTD: schéma de définition du vocabulaire du document) plus léger et moins strict (le DTD nest pas obligatoire et na pas besoin de coller exactement au document) Par rapport à HTML plus strict (oubli des guillemets ou de fin de balises non accepté). balisage non prédéfini : une syntaxe plus forte et plus souple SGML (Documentation structurée) HTML (Présentation web) XML

23 La norme XML Normalisation Syntaxe

24 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 24 La norme XML (eXtensible Markup Language) Recommandation W3C en février 1998 but: ajouter une signification au contenu à travers sa structure Définition de la structure à travers des balises (tags) XML fev XML Oct XML 1.0 (2nd edition) 6 Oct. 2000

25 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 25 Balises Les langages à balises sont idéaux pour organiser une information structurée. Un objet balisé sauto-décrit. Les balises sont de la forme classique : valeur ou bloc Un trou noir est le resultat de la division de l'univers par zero Contenu balise de début Elément balise de fin nom d'attribut valeur d'attribut id = "C42F" attribut

26 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 26 Syntaxe XML (1/6) Programmation Linux Programmation Linux Déclaration XML

27 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 27 Syntaxe XML (2/6) Programmation Linux Programmation Linux Déclaration du type de document XML

28 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 28 Syntaxe XML (3/6) Programmation Linux Programmation Linux Instruction de formatage (processing instruction)

29 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 29 Syntaxe XML (4/6) Programmation Linux Programmation Linux Balises d'éléments (element tags)

30 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 30 Syntaxe XML (5/6) Programmation Linux Programmation Linux Attributs de balises d'éléments (attributes)

31 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 31 Syntaxe XML (6/6) Programmation Linux Programmation Linux Contenu (text content)

32 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 32 Différence avec HTML : plus strict (bien-formé) Toute balise ouverte doit être fermée et bien imbriquée bold and italic text list item Les attributs doivent être spécifiés et mis entre guillemets list item Différentiation majuscule / minuscule Remy Tous les caractères spéciaux y compris les accents doivent être codés Rémy Rémy Rémy

33 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 33 Points importants Les document DOIVENT être bien-formés ( well- formed ) un document ne contient qu'un seul élément racine les balises ouvrantes doivent être fermées et correctement imbriquées les attributs doivent être spécifiés et mis entre guillemets le contenu ne doit contenir que des caractères XML valides Les documents PEUVENT être valides la structure et les contenus du document se conforment à des règles spécifiées par un "vocabulaire" (DTD ou XML- Schema)

34 Technologies XML Règle de structure DTD XML-Schema Interrogation XPath XQuery Présentation XSL

35 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 35 Technologies XML Décrire la structure d'un document XML : DTD ou XML-Schema Présenter un document XML : XSL Se repérer dans un document XML : XPath Différencier les documents XML : XML - Namespace Interroger un document XML : XQuery

36 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 36 Schéma : notion LEnvol Lacépegrave;de Paris Maple Kiss Gin Tonic Le Frogs cour Saint-Emilion Paris bar nom adresse rue ville boisson telephone chaîne type_telephone (#attribut : nombre) id chaîne chaîne * chaîne noeud

37 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 37 DTD (Document Type Definition) Permet de définir le «vocabulaire» et la syntaxe qui seront utilisés dans le document XML Permet de valider un document XML : pour la cohérence Peut être mis dans un fichier et être appelé dans le document XML par :

38 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 38 DTD : syntaxe (1/3) !ELEMENT tag (contenu) Décrit une balise qui fera partie du vocabulaire. ex : !ATTLIST tag [attribut type #valeur]* Définit la liste dattributs pour une balise ex :

39 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 39 DTD : syntaxe (2/3) !ENTITY %nom «valeur» Une entité est léquivalent XML dune macro. Permet de définir un nom qui sera remplacé par le parseur dans le texte ex :

40 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 40 DTD : syntaxe (3/3) CDATA Données brutes qui ne seront pas analysées PCDATA Elément de texte sans descendants ni attributs contenant des caractères à analyser. #FIXED : assigne une valeur ne pouvant être changée dans le document XML #IMPLIED : valeur fixée dans le document XML #REQUIRED : valeur obligatoire

41 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 41 Exemple de DTD

42 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 42 XML-Schema Syntaxe XML Manipulation des schémas avec des outils d'édition XML classiques Les DTD XML ne permettent pas de définir assez de contraintes Typage étendu (string, Boolean, decimal, integer, date, etc.) Définition de ses propres types (ComplexType) Contraintes sur intervalles maxlength, precision, enumeration, maxInclusive (borne supérieure), minInclusive (borne inférieure), encoding (sur les binaires ) Orienté-objet Dérivation de types par rapport à des types existants

43 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 43 Disgression : Espaces de noms XML (XML Namespace) Qu'est ce qu'un espace de noms ? l'espace de nom d'un élément est le contexte dans lequel il est valide (ex. un bloc {...} en C) Pourquoi un espace de noms ? résolution des conflits : si des éléments sont définis dans un contexte global, il risque d'y avoir des problèmes lors de l'utilisation de plusieurs documents. (collision et conflits de noms) modularité : si un certain vocabulaire existe il est utile de pouvoir le réutiliser pour des applications utilisant le même contexte Les espaces de noms en XML c'est une collection de noms identifiée par une référence URI Les noms d'un espace de nom XML sont représenté comme des noms qualifiés par une partie préfixe et une partie locale. Le préfixe correspond à la référence URI et détermine l'espace de noms

44 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 44 Exemple XML-Schema

45 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 45 XPath Utilisé dans les standards XML (XSL, XML-Schema, XQuer) ex. "/livre/auteur/prenom" Une manière pratique de repérer un élément dans un document XML (Plus direct que de naviguer dans un arbre DOM ou attendre le bon évènement SAX).self::node()..parent::node()

46 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 46 XPath : Syntaxe (1/4) livre/titre fils "titre" du fils "livre" du noeud courant /livre/titre fils "titre" du fils "livre" de la racine du attribut "langage" du noeud courant attribut "langage" du noeud "chapitre" du noeud courant

47 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 47 XPath : Syntaxe (2/4) chapitre[3]/para tous les fils "para" du troisième chapitre livre/*/titre tous les fils de "titre" de tous les fils du fils "livre" du noeud courant chapitre//para tous les descendants "para" de n'importe quel fils du noeud chapitre../../titre tous les fils "titre" du parent du parent du noeud courant equiv. parent::node()/parent::node()/child::titre

48 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 48 XPath : Syntaxe (3/4) para[1] ou para[position()=1] le premier noeud fils "para" du noeud courant para[last()] para[count(child::note)>0] tous les paragraphes avec une ou plusieurs notes para[id("abstract")] sélectionner tous les noeuds fils de la forme : or para[attribute::type='secret'] selectionner tous les noeuds fils de la forme

49 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 49 XPath : Syntaxe (4/4) para[not(titre)] sélectionner tous les paragraphe fils sans éléments titre para[position() >= 2 and position() < last()] sélectionner tous les paragraphes sauf le premier et le dernier note[contains(., "toto")]. veut dire "tester le contenu des fils aussi, récursivement dans ce contexte note[starts-with(., "toto")]

50 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 50 XSL (eXtended Style Langage) Basé sur le principe de DSSL Plus de fonctionnalités que CSS Filtrage de données XML Présentation des données dans n'importe quel ordre Modification et ajout d'information Peut inclure des scripts Prise en compte de XML en plus du HTML XML + XSL => affichage sur le navigateur client

51 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 51 XSL : Syntaxe (1/4) Associé à un document XML par un appel Définit les règles pour la balise dont le nom est spécifié par match. ex :

52 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 52 XSL : Syntaxe (2/4) Retourne la valeur de lattribut de la balise spécifiée ou le texte associé au noeud. Nom dattribut préfixé noeud atteint par /. ex:,, Soit la ligne dans le document XML : Stendhal On affichera : Stendhal, Grenoble, 1783

53 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 53 XSL : Syntaxe (3/4) Répète ce qui suit pour chaque élément correspondant au mot-clef demandé ex : AjouteVirgule ( ) Cela écrira à la suite tous les noms dauteurs séparés par une virgule.

54 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 54 XSL : Syntaxe (4/4) Applique tous les templates possible aux éléments correspondant à la description. ex : Affiche le détail sur les auteurs et les critiques des livres comris dans le document XML, chacun formatté avec leur propre template. Fonction ( ) Evalue une fonction JavaScript ou VBScript. Le retour de la fonction remplace la commande.

55 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 55 TITLE AUTHOR DATE ISBN TITLE AUTHOR DATE ISBN XSL : exemple M.J. Bachconception du systeme UNIX R.CardProgrammation linux 2.0 ISBNDATEAUTHORTITLE pour se référer à l'espace de noms XSL on trouve l'élément racine Ce qu'on fait si on trouve l'élément racine aller dans chaque élément "livre" de l'élément "bibliothèque" et afficher le titre, l'auteur, la date et l'ISBN

56 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 56 XSL-FO (extended Style Sheet Formatting Object) permet dexprimer de manière très précise le rendu dun document. Il gère la pagination dun document, les notes de bas de page, les marges,… Il est possible de préciser avec exactitude lemplacement des différents objets sur la page, les polices des caractères, laffichage de tableaux, etc. Un document XSL-FO est assez pénible à réaliser à la main, cest pourquoi on utilise XSLT dans le but de générer du XSL-FO à partir d'une feuille de style XSLT.

57 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 57 FOP (Formatting Objects Processor) FOP utilise XSL-FO pour générer des documents sous des formats indépendant FOP est une application java qui lit un arbre de formatage d'objet (FO) et renvoie une page suivant le format de sortie souhaité. Format de sortie actuellement supporté par FOP : PDF, PCL, PS, SVG, XML, Print, AWT, MIF and TXT. La cible principale est le PDF. XMLXSLT Processeur XSLT XSL-FO Processeur FOP PDF

58 XML et les bases de données Pourquoi les SGBD-R ? Pourquoi XML ?

59 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 59 XML et bases de données relationnelles Pourquoi les bases de données relationnelles ? La plupart des données sont stockées dans des SGBD-R Peu d'évolution prévue dans un avenir proche dimensionnable, sûr, performant, beaucoup d'outils existants Besoin de moyen efficace pour publier des données relationnelles comme des documents XML Pourquoi XML ? Modèle élégant complexe, arborescent, structuré balises spécifiques descriptives Standardisé ! Standard dominant d'échange sur le web.

60 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 60 Inconvénients des modèles de données classiques barnomadresseruevilletelephoneboisson L'EnvolNULLLaCépèdeParisNULLMaple Kiss, Gin Tonic Le Frog's 25, Cour Saint Emilion, Paris NULL NULL L'Appar ement Café NULL Paris , Café, Thé, Chocolat, Margarita, Gin Tonic Valeurs nulles Attributs multi-valués Difficultés d'extensions Exportation de données complexe

61 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 61 Données XML Structure arborescente Structure irrégulière données multi-valuées données manquantes données de types différents Structure implicite définie dans les données elles-mêmes Représentation XML LEnvol Lacépegrave;de Paris Maple Kiss Gin Tonic Le Frogs , cour Saint-Emilion Paris, LEnvol Lacépegrave;de Paris Maple Kiss Gin Tonic Le Frogs , cour Saint-Emilion Paris,

62 lundi 9 juin 2014 Tuyêt Trâm DANG NGOC - Université de Versailles 62 Oracle XSU (XML-SQL Utility) XSU est packagé avec Oracle8i (8.1.7 et plus) et Oracle9i XSU permet de transformer des données récupérées de tables ou vues relationnelles- objets en XML XSU peut extraire des données d'un document XML et en utilisant un mapping générique, insérer, supprimer, mettre à jour des données dans les colonnes associées d'une table


Télécharger ppt "XML origine - concept - techniques Tuyêt Trâm DANG NGOC Laboratoire PRiSM Université de Versailles-Saint-Quentin Cours 1/2."

Présentations similaires


Annonces Google