La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Entendre le vœu de mourir Condition sine qua non pour offrir de bonnes réponses 1Michel Salamolard.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Entendre le vœu de mourir Condition sine qua non pour offrir de bonnes réponses 1Michel Salamolard."— Transcription de la présentation:

1 Entendre le vœu de mourir Condition sine qua non pour offrir de bonnes réponses 1Michel Salamolard

2 Principales références Michel Salamolard2 Jean L EONETTI, Rapport 1708, Respecter la vie. Accepter la mort, 2004, 2 vol.: I Synthèse; II Comptes rendus dauditions I D., Rapport 1287, Solidaires devant la fin de vie, 2008, 2 vol.: I Synthèse; II Comptes rendus dauditions. Matthias M ETTNER / Regula S CHMITT -M ANNHART (Hsg.), Wie ich sterben will, Zürich, NZN Buchverlag, Rapport Remmelink: Dick M ARTY, Rapport au Conseil de lEurope n° 9898, Christian H ERVÉ / David R ODRÍGUEZ -A RIAS, Université Paris 5, 2004.

3 Pour mémoire, quelques chiffres Michel Salamolard3

4 Causes des morts violentes (MV) en Suisse (MV= 6% du total des décès en 2008) Michel Salamolard4 Soit env. 3,5 suicides par jour ~ 4% des MV ~ 2% des MV ~ 1%

5 Augmentation des suicides assistés par une organisation (SAO): 2003 et 2007 Michel Salamolard5 Augmentation relative des SAO: 52%

6 Demandes « normales » de mourir, et autres 6Michel Salamolard

7 Que veut-il, au fond? Demandes « normales », du premier degré Demandes étranges, à prendre au second degré Michel Salamolard7 Peux-tu me prêter mille francs? Viens maider à la vendange. Jai besoin dun alibi: dis que jétais chez toi lundi. Prête-moi ta voiture. Aide-moi à braquer la banque. Aide-moi à casser ma maison toute neuve. Rosse-moi avec ce bâton. Dis à tous que je suis un salaud. Coupe-moi la main droite. Aide-moi à me suicider. Honnêtes ou non, ces demandes sont manifestement dans lintérêt du demandeur, lui donnent quelque chose. Ces demandes nuisent manifestement au demandeur, lui prennent quelque chose: quest- ce que cela signifie?

8 Le vœu normal de mourir dans la paix Michel Salamolard8 À mon âge et dans mon état, je ne veux pas vivre encore longtemps. Pourquoi le bon Dieu ne vient pas me chercher? Je prie tous les jours pour cela. Dans mes Directives anticipées, jai refusé des soins extraordinaires. Si ma santé se dégrade, je demande quon calme mes douleurs, même si cela hâte un peu ma mort. LA LA CONSCIENCE OBSCURE que nous avons de mourir un jour, loin détouffer notre désir de vivre, le nourrit secrètement, en lui lançant un perpétuel défi. Jusquau jour où notre corps- esprit comprend quil na plus davenir terrestre. Le moment vient alors de vivre sa fin de vie, de voir venir « notre sœur la mort corporelle », dans la plénitude de chaque instant donné.

9 Michel Salamolard9 Le vœu prématuré de mourir Michel Salamolard9 Il ma quitté, ma vie na plus de sens. Tout mennuie, je suis fatigué de moi-même, des autres et de lexistence. La honte de ce revers de fortune mest insupportable: ces trop de honte irréparable. Je ne peux ni ne veux assumer cette épreuve: autant en finir. D ES IDÉES SUICIDAIRES peuvent envahir lesprit de chacun face à une difficulté majeure. En général, ces moments sont surmontés. Ressources: Potentiel de résilience de lindividu. Aide de lentourage. Prise de conscience (méditation, prière). Aides spécifiques: 143, prévention du suicide…

10 Quand la demande de mort nest pas entendue 10Michel Salamolard

11 Demande de mort pas exprimée/entendue… Quelquun est euthanasié sans avoir été entendu Quelquun parle à dautres qui font la sourde oreille Michel Salamolard11 Rapport Remmelink 1995: plus de 1000 euthanasies aux Pays-Bas sans demande du patient (malgré les garde-fous de la loi!). Cf. Marty, 2003 / Hervé/Rodriguez- Arias, 2004 / Ernst-Allemann, in Mettner/Schmitt-Mannhart p cas similaires en Belgique Cf. Marty, 2003 Pays-Bas: 20% deuthanasies clandestines en 2005 Cf. Leonetti 2008/I p. 136 Mais non, vous êtes en pleine forme! Ne dites pas de sottises! Vous nous enterrerez tous! Au diable ces idées noires! Oui, oui, on a tous des moments de déprime… Mieux: reformuler pour encourager la prise de parole!

12 Le sens de la plupart des demandes de mort 12Michel Salamolard

13 La plupart des vœux de mourir sont des appels au secours: « Aidez-moi à vivre dans de bonnes conditions! » Michel Salamolard13 Cest ce que montrent: Les tentatives volontairement ratées. Les thérapies après une tentative ratée involontairement. La disparition presque totale des demandes deuthanasie ou de suicide assisté dans les Maisons et les Unités de soins palliatifs. Lexpérience courante avec des proches. Il reste sans doute un pourcentage de suicides attentés ou réalisés quaucune aide naurait pu empêcher. Mais ces cas sont sans doute une petite minorité. La loi doit prévenir autant que possible ces cas exceptionnels. Elle ne saurait en aucun cas leur accorder une protection juridique: ce serait les encourager.

14 Liberté et discernement diminués Michel Salamolard14 Des études portant sur tous les âges montrent que: 90-95% des suicidés et 100% des survivants souffraient de troubles psychiques diagnostiqués (p.ex. dépression) les mois précédent la mort ou la tentative. Il est donc inexact de prétendre que ces actes sont généralement le résultat dun libre choix et dun jugement rationnel. Cf. Ernst-Allemann, in Mettner/Schmitt-Mannhart p

15 Michel Salamolard15 « Chaque année, quelque 1300 personnes meurent par suicide dans notre pays: les décès par suicide sont près de trois fois plus nombreux que les décès dus aux accidents de la circulation. On admet que 90% environ des personnes qui se suicident souffrent dune maladie psychique. La dépression, la schizophrénie, l'alcoolisme et les troubles de la personnalité jouent ici un rôle prépondérant. Les 10% restants de suicidés ne présentent aucun signe post mortem de maladie psychique. Il sagit de cas non diagnostiqués ainsi que de suicides impulsifs commis par des personnes ne répondant pas aux critères dune maladie psychique. » Observatoire suisse de la santé, mai 2009 « La Suisse fait partie des pays qui ne disposent pas dun programme national de prévention des suicides. Les fonds publics destinés à la prévention des suicides sont donc très modestes. » Ibid.

16 Abraham Maslow ( ) 16Michel Salamolard Psychologue américain Amour « sans besoin » Le vœu de mourir exprime presque toujours: La demande implicite quun besoin vital actuel soit satisfait. La crainte quun besoin ne sera pas satisfait dans une situation prévue. Cf. Leonetti 2004, 1708/I, Cf. Mettner / Schmitt-Mannhart En répondant aux besoins du patient, on prévient les demandes deuthanasie et de suicide assisté: tels sont les soins palliatifs.

17 Aaron Antonovsky ( ) Michel Salamolard17 Jai confiance car… 1) …je comprends ce qui marrive 3) …cela en vaut la peine 2) …je peux « faire avec » Sociologue de la médecine, Israël. Constate quenviron 30% des survivants des camps de concentration nazis sont résilients et en bonne santé: parce quils ont un « bon SOC » (Sense Of Coherence), voir ci-contre. En fortifiant ou stimulant le SOC du patient, on augmente sa résilience. Parce que je suis aimé(e) et que je peux aimer. Cf. Gustave-Nicolas Fischer, Le Ressort invisible, Seuil, 1994

18 Maryannick Pavageau Michel Salamolard18 56 ans, tétraplégique depuis 26 ans, à la suite dun AVC, (3 mois de coma), Chevalier de la Légion dhonneur 2010 pour son action en faveur de la dignité des personnes malades et handicapées. « Toute vie mérite d'être vécue. Elle peut être belle, peu importe notre état. Et il y a toujours une évolution possible. Voilà le message d'espoir que je souhaite faire passer. Je me suis engagée contre l'euthanasie car ce n'est pas la souffrance physique qui guide le souhait de partir mais un moment de découragement, l'impression d'être un fardeau... Tous ceux qui demandent à mourir sont surtout en quête d'amour ». PressOcéan.fr 27 oct Cf. Leonetti 2008, 1287/II,

19 La mort exclue Les nouvelles peurs 19Michel Salamolard

20 Une constante: la « peur » normale de mourir Plutôt quune peur, il sagit plutôt dune répulsion, autrement dit cest: Lenvers de la volonté de vivre. Le combat contre ce qui menace la vie. Cette « peur » nenlève ni le goût ni la joie de vivre. Au contraire, elle pousse à vivre intensément le présent. Michel Salamolard20 La peur autrefois, en culture catholique: La « malemort » redoutée: En état de péché Seul Sans sépulture Sans préparation: A subitanea et improvisa morte, libera… Lespoir dune « bonne mort » : Une mort naturelle, prévue, préparée Entouré par ses proches, si possible chez soi Soigné le mieux possible Muni des sacrements (Onction, viatique) Annoncée largement (cloche) Suivie dun rite social et religieux: In paradisum… La vraie bonne mort Mort dun juste, Valdes Mort de s. Geneviève, Laurens Hôtel Dieu de Paris

21 Aujourdhui, la mort naturelle exclue Michel Salamolard21 La mort lointaine monopolise lattention: massacres, catastrophes, guerres, attentats… La mort proche est exilée de lespace familier: On meurt à lhôpital, en « petit comité ». La plupart des proches nassistent pas à la mort. Les rites « dans lintimité » et « laïcs » (« personnalisés ») se multiplient. Soins palliatifs et fins de vie paisibles sont peu médiatisés. La mort nest pas « naturelle »: cest un échec, un scandale. En revanche, euthanasie et suicide assisté deviennent des morts médiatisées, valorisées, exigées: elles sont exaltées comme un effet obligé du droit suprême de lindividu à disposer de sa vie comme il lentend, un droit que la société devrait protéger. La mort na pas de sens, nest plus « trépas » vers lau-delà. Tout le poids du sens pèse sur len-deçà, au jugement subjectif de chacun: « Le sens de ma vie ne dépend que de moi. » Cf. Leonetti 2004, 1708/I, p

22 Aujourdhui, de nouvelles peurs Michel Salamolard22 Cest la fin de vie qui fait peur Allongement de « lespérance » de vie Culte de la jeunesse, de la pleine forme, de la beauté, de lefficacité. Peur de la souffrance Elle nest plus « rédemptrice ». Elle est inacceptable, obscène. Dautant plus que nos moyens de la calmer sont grands! Peur de la déchéance Je vais perdre ma dignité. Je ne veux pas devenir un légume. Lenfer cest avant la mort, pas après! Peur de la dépendance Perdre ma liberté: jamais! Être lavé, langé: la honte! Finir dans un home: lhorreur! Cf. Leonetti 2004, 1708/I, 1.3 Ces craintes sont compréhensibles. Elles senracinent dans une saine revendication de dignité, dautonomie, de bien-être. Mais aussi dans une vision pessimiste: De lavenir Des soins Des relations Plutôt mourir que finir ainsi! Peur de la « malemort » X

23 Avis mortuaire paru en 2010 dans un quotidien de Suisse romande Michel Salamolard23 Moi, Nicolette Dupont Je vous annonce quaprès tant de souffrances et de luttes, jai choisi de men aller vers la lumière, le 13 mai Un grand merci à ma sœur et aux personnes qui ont pris soin de moi. Toute ma gratitude va également à lassociation Exit qui ma permis de partir en paix et en particulier à Josette pour son accompagnement et sa gentillesse. Une messe du souvenir sera célébrée à… Lincinération a eu lieu dans lintimité. Je veux que tout se passe dans la joie et la bonne humeur comme je lai toujours été, ce nest quun au revoir, je serai toujours près de vous.

24 Qui, de la famille ou des amis, aurait pu exprimer la souffrance de cette séparation? Pourquoi doit- elle annoncer elle-même sa mort? Quelle solidarité? Comment ne pas comprendre? Michel Salamolard24 Moi, Nicolette Dupont Je vous annonce quaprès tant de souffrances et de luttes, jai choisi de men aller vers la lumière, le 13 mai Un grand merci à ma sœur et aux personnes qui ont pris soin de moi. Toute ma gratitude va également à lassociation Exit qui ma permis de partir en paix et en particulier à Josette pour son accompagnement et sa gentillesse. Une messe du souvenir sera célébrée à… Lincinération a eu lieu dans lintimité. Je veux que tout se passe dans la joie et la bonne humeur comme je lai toujours été, ce nest quun au revoir, je serai toujours près de vous. Tant mieux, cest bien. Mais on reçoit cela en soins palliatifs sans abréger sa vie. Cette belle profession de foi ne serait-elle pas mieux assurée dans le Christ et dans la communauté que dans « moi-je »? Foi pas absente!

25 Quelques éclairages en vue de bonnes décisions 25Michel Salamolard

26 Le temps humain nest pas durée neutre, mais accomplissement dune personne Michel Salamolard26 Naître Mourir NON PAS :MAIS : Nous sommes des personnes en devenir. Le temps nest pas une durée plate dans laquelle je me déplace, mais la mesure de mon accomplissement. Mon temps, cest moi en croissance vers moi-même. Ma vie est le temps daccouchement de la personne que je suis. Chaque instant est un berceau où je nais. Interruption violente de mon devenir, pas seulement de ma durée! Moi Temps « perdu »

27 Aux surprises du « temps terminal »… comme de tout autre temps Michel Salamolard27 Moi Notre vie est jalonnée dévénements non prévus qui furent des tournants, des chances. Cela est vrai même dévénements difficiles. Combien de fins de vie ont été décisives pour mourir en paix: o Une visite attendue o Un pardon accordé o Un sacrement célébré Qui peut décréter davance que ce tempes-là ne sera pas, pour soi et pour autrui, temps de grâce, de croissance et de renaissance?

28 Dans le déclin de lavoir et du paraître, le rayonnement du cœur de lêtre Michel Salamolard28 Les personnes en fin de vie reçoivent, mais donnent aussi. Elles ne donnent plus ce quelles ont, mais ce quelles sont. Elles « font exister » ceux qui les accompagnent: Auprès des personnes en fin de vie, les bien-portants découvrent en eux-mêmes un trésor dhumanité, qui grandit dans le partage. « Denn Armut ist ein grosser Glanz aus innen » (Rilke, Das Stundenbuch, 1903): Dans sa pauvreté existentielle ( économique), la personne découvre et donne ce qui lui reste: léclat du cœur de son être. Rive-Neuve.avi Mort naturelle Écouter leur témoignage sur canal9, Croire, novembre 2010

29 Christiane Singer Michel Salamolard29 24 janvier 2007 « La force de disponibilité qui mhabite métonne, cest elle qui engendre les possibles. Comment aurais-je pu soupçonner que je puisse encore être si heureuse? Dun bonheur sans fin, illimité qui ne veut rien, qui nattend rien, sinon lémerveillement de chaque rencontre, de chaque seconde! Qui eût pu soupçonner quau cœur dune aussi difficile épreuve se soit lovée la merveille des merveilles? » 1 er mars 2007 « Derniers fragments dun long voyage. Voilà. Le carnet de bord est clos. Le voyage ce voyage-là du moins est pour moi terminé. À partir de demain, mieux: à partir de cet instant, tout est neuf. Je poursuis mon chemin. Demain, comme tous les jours dici ou dailleurs, sur ce versant ou sur lautre, est désormais mon jour de naissance. » 1 er septembre 2006: elle apprend quelle na plus que six mois à vivre (cancer). Elle meurt le 4 avril 2007, à 65 ans. 1 er septembre 2006: elle apprend quelle na plus que six mois à vivre (cancer). Elle meurt le 4 avril 2007, à 65 ans.

30 Élisabeth Kübler-Ross ( ) Michel Salamolard30 Pionnière des soins palliatifs et de laccompagnement des fins de vie Les étapes du deuil de la vie ou de toute autre chose Déni « Ce nest pas vrai! » Colère « Cest injuste! » Dépression « Je suis fichu! » Acceptation « Je suis prêt à lâcher prise dans la paix… » Choc « Vous avez le cancer » Marchandage « Si je fais ceci, jaurai encore un répit… » Espace où se situe la décision paradoxale: « Je me donne la mort afin de ne pas me laisser mourir. » Mort décidée en refus de la mort acceptée. Espace où se situe la décision paradoxale: « Je me donne la mort afin de ne pas me laisser mourir. » Mort décidée en refus de la mort acceptée.

31 Sens des Directives anticipées Michel Salamolard31 Je renonce aux mesures médicales prolongeant la vie sans espoir de guérison, notamment… Oui, mon représentant thérapeutique N. peut décider à ma place si je ne suis plus en état de le faire. Jaccepte des soins palliatifs prodigués dans la dignité. Jaccepte une assistance religieuse. Jaccepte une sédation palliative. Je renonce aux mesures médicales prolongeant la vie sans espoir de guérison, notamment… Oui, mon représentant thérapeutique N. peut décider à ma place si je ne suis plus en état de le faire. Jaccepte des soins palliatifs prodigués dans la dignité. Jaccepte une assistance religieuse. Jaccepte une sédation palliative. Ami de soi-même pas dacharnement soins palliatifs sédation Ami de soi-même pas dacharnement soins palliatifs sédation Ils maiment je serai accompagné, soutenu, aidé, respecté Ils maiment je serai accompagné, soutenu, aidé, respecté Ami de ses proches pas de suicide qui peut les faire souffrir Ami de ses proches pas de suicide qui peut les faire souffrir

32 Michel Salamolard32 Ami de soi- même Ils maiment Ami de ses proches Sens possible dune décision de suicide Si je tombe dans ce piteux état, je perdrai ma dignité, je ne pourrai plus maimer, je ne serai plus aimable. Ce nest pas mon problème, certains souffriront peut-être, dautres comprendront et ne souffriront pas: cest leur problème. Si je contribue à encourager une mentalité suicidaire? Chacun décide pour soi, ce nest pas mon problème. Quest-ce que cela fait aux autres que jexiste ou non? Je ne crois pas que je serai aidé en fin de vie naturelle, avec compétence et respect. Dailleurs, une telle aide na aucun sens pour moi.

33 La dignité de toute vie humaine: valeur infinie et intangible Michel Salamolard33 Elle est inhérente à la personne comme telle, indépendamment de ses qualités et performances, de son âge, de la durée de sa vie. Elle représente une valeur infinie, non mesurable ni sécable: une seconde de nimporte qui, dans nimporte quel état, vaut autant que des années de vertu et de santé. Elle est le critère sans critère de nos rapports avec toute personne humaine, y compris soi-même. Elle simpose, elle est par excellence la valeur qui exige dêtre reconnue et exclut dêtre octroyée. « Si une personne proche de sa fin de vie avait moins de valeur quune autre ayant encore des dizaines dannées de vie devant elle, la valeur infinie dune vie humaine perdrait son caractère absolu. Elle deviendrait relative à son espérance de vie, à sa santé, à son utilité pour la société. Cela aboutirait à répartir les humains en classes hautes ou basses, les unes ayant un droit justifié à la vie, les autres ne layant pas. » Nordmann, in Mettner/Schmitt-Mannhart, 275

34 La dignité humaine livrée au marché ? Michel Salamolard34 Qui a le droit doctroyer à qui la dignité humaine? Chaque individu pour lui- même? LÉtat pour tous? Quels sont les critères de reconnaissance de la dignité humaine? Lâge? La notoriété? La santé? La valeur économique dun individu? Son utilité dans la vie sociale? Qui définit ces critères et les applique? Chacun pour soi? Une commission nationale déthique? Le pouvoir politique? Qui peut décider quune vie humaine, à un moment donné, na plus de valeur, est indigne dêtre vécue et protégée, peut ou doit être interrompue? Chacun pour soi? LÉtat pour tous? La dignité dune vie humaine subsiste ou tombe selon lâge, la santé, la vertu, lutilité de la personne. La dignité dune vie humaine est quantifiable, elle se mesure à laune de critères définis par chacun ou par la société.. Nos rapports avec toute personne humaine, y compris soi-même, dépendent du degré de dignité que nous accordons à cette personne. Chacun est juge de sa propre dignité humaine ou de celle dautrui. Le Législateur peut accorder la dignité humaine à ceux quelle en estime dignes.

35 Michel Salamolard35 Certificat de dignité humaine M………………………. a obtenu le coefficient suivant de dignité humaine: 55% Résultats de son examen: Âge? Santé? Efficacité professionnelle? Engagement politique? Divers? Certificat de dignité humaine M………………………. a obtenu le coefficient suivant de dignité humaine: 55% Résultats de son examen: Âge? Santé? Efficacité professionnelle? Engagement politique? Divers? Seuil de la dignité humaine accordée À peine une caricature…

36 Michel Salamolard36 La dignité dune personne en fin de vie ne dépend aucunement de son âge ni de son état; cette dignité est absolue, personne ne peut la perdre. Tous meurent dans et avec leur dignité, quelles que soient les circonstances. En revanche, le rapport de chacun et de tous avec les personnes fragilisées ou en fin de vie peut être plus ou moins empreint de dignité. « Notre souci ne devrait donc pas être la dignité de ceux qui meurent, mais la dignité de notre rapport à ceux qui meurent. » Cf. Rüegger, in Mettner/Schmitt-Mannhart, 82 Elle ne peut être ni perdue ni diminuée Elle peut être plus ou moins grande, voire nulle

37 Motifs « altruistes » obsolètes Promulgué en 1937, notre code pénal est entré en vigueur en Il porte la marque de cette époque: le suicide « rachète » un déshonneur! les soins palliatifs sont inconnus! Michel Salamolard37 Commission nationale déthique, Prise de position n°9/2005 « Citons dans ce contexte la position de léminent pénaliste Ernst Hafter [en 1912] : "Il serait contraire au sentiment dhumanité de punir la personne qui aide à mourir un ami humilié et déshonoré par ses propres fautes commises dans le passé, et ceci indépendamment du fait quil sagisse, dans le cas concret, de lassistance ou de lincitation au suicide. Il serait contraire à la justice de punir celui qui prête assistance, par son encouragement ou la remise dinstruments, au suicide dune personne décidée à mettre fin à sa vie, lorsque celle-ci est en phase terminale." » Aujourdhui: Encourageons lami humilié à mettre son honneur à vivre et à (se) réparer. Refusons le lynchage social fondé sur une fausse conception de lhonneur. Promouvons les soins palliatifs pour une fin de vie dans la paix et dans la dignité.

38 Qui entend et qui répond? 38Michel Salamolard

39 39 La personne âgée, malade ou en difficulté, cible de messages brouillés Son corps-esprit, sa souffrance, sa peur Ses proches, plus ou moins à lécoute Des personnes ressources: médecin, prêtre, psy… Les médias… La loi: elle dit le permis et le défendu, ce que la société protège ou souhaite « Radio bistro », les rumeurs qui rôdent Exit, Dignitas Qui souhaite que je vive? Qui peut maider? Pour qui ma vie a- t-elle de limportance?

40 Le rôle pédagogique de la loi (code pénal) Michel Salamolard40 En posant des interdits, le code pénal trace un chemin. Il dit ce que la société estime bon pour tous. Le code pénal ne remplace pas la conscience. Mais il contribue à la former. Il forme aussi la solidarité sociale. En amont de son application à des cas précis, le CP agit par prévention ou incitation. Choix collectifs, culture, mentalités Loi Choix des individus

41 Des études sociologiques, même discutées, montrent que le suicide nest pas un pur phénomène individuel et psychique: il est corrélé à des données sociales. Autrement dit, il obéit aussi à des influences sociales. Parmi elles, la loi, reflet et facteur de mentalités. La liberté totale du suicidant est une illusion. Michel Salamolard41 Émile Durkheim ( ): le suicide, symptôme dune crise du lien social. Un lien trop étroit peut conduire à des suicides collectifs (sectes). Un lien trop lâche aussi: personnes isolées, malades, en fin de vie. Harry Alpert, Emile Durkheim and his Sociology (1939) montre que les suicides sont plus fréquents (USA): Chez les Blancs que chez les Noirs. En milieu urbain quen milieu rural. Parmi les célibataires, veufs, divorcés, mariés sans enfant. E. Stengel, Suicide and attempted suicide (1964): Moins de s. en temps de guerre. Méthodes de s. varient selon les cultures. Beaucoup + de s. chez les hommes (partout).

42 Une alliance dangereuse Michel Salamolard42 Art. 115 CP actuel: une brèche AS organisée: en avant par la brèche Effet dincitation au suicide, brèche dans la prévention, solidarité sociale affaiblie Doù la nécessité dune révision restrictive du code pénal suisse.

43 Une option axiale et résolue Michel Salamolard43 Les actes de suicide relèvent de choix individuels, que la loi na pas à protéger Lincitation et laide au suicide doivent être interdites en principe La mission de lÉtat est de prévenir les suicides en barrant les voies légales qui pourraient y mener Celui qui pratique lincitation ou laide au suicide doit en répondre (transgression de conscience) La loi indique une seule direction: protection de la vie de tous + solidarité de tous avec tous

44 Quest-ce que le législateur doit entendre? Que doit-il protéger? Michel Salamolard44 Le désir de vivre des habitants de la Suisse (fin 2009)? La voix disparue des quelque 400 suicidés avec une organisation (2007)? Au nom de ce souhait, lÉtat doit-il maintenir ouverte la voie de lincitation et de laide au suicide? ! Le souhait anticipé des membres dExit CH romande? Graphique: colonnes SA et Exit artificiellement agrandies (sinon invisibles).

45 Coûts modérés des EMS et des soins palliatifs Quelques indices… Michel Salamolard45

46 Michel Salamolard46 « En France, 3% des malades représentent 50% de la dépense: Greffes dorganes Personnes en réanimation Cancéreux Multi-handicapés Grand hémophiles Dialysés » René Lenoir, directeur de lENA ( ), in Jean S TAUNE, La science, lhomme et le monde, Presses de la Renaissance, 2008, p. 21 EMS et soins palliatifs moins chers: Moins de spécialistes hautement qualifié (équipes médicales…) Moins dinfrastructures médicales coûteuses Moins de prestations médicales coûteuses

47 Michel Salamolard47 Résultat dune étude en Catalogne En 2005: patients ( cancers, autres maladies chroniques évolutives) Économie annuelle: 48 millions grâce aux soins palliatifs Économie annuelle nette pour le ministère de la santé: 8 millions grâce aux équipes mobiles de soins palliatifs. Xavier G ÓMEZ -B ATISTE et al. (2007), cité par lOffice fédéral de la santé publique: « Coûts des soins palliatifs – études menées au niveau international »

48 Michel Salamolard48 Frais médico-pharmaceutiques des caisses-maladie en Suisse (2003) : 18 milliards Répartition en % Patricia Albisetti, économiste de la santé: (Société suisse des pharmaciens de ladministration et des hôpitaux)

49 Michel Salamolard49 Coûts du système de santé suisse (2007), en millions de francs OFS Encyclopédie statistique de la Suisse N.B. Mêmes proportions en 2008, avec une augmentation partout (5,9 % en moyenne).

50 Michel Salamolard50 Charges dexploitation des hôpitaux et EMS en Suisse (2008) Office fédéral de la statistique Total par habitant: 2770 fr. Total par habitant: 1000 fr.

51 Michel Salamolard51 …vivre en mortel et mourir en vivant. » « Cette violence du désir… na quun nom: la paix, qui nest pas évitement du combat entre la vie et la mort mais risque pris de… Denis Vasse, Larbre de la voix, Bayard, 2010 Goûter la plénitude de linstant, qui est daimer Épouser jusquau bout le don de sa vie

52 Michel Salamolard52


Télécharger ppt "Entendre le vœu de mourir Condition sine qua non pour offrir de bonnes réponses 1Michel Salamolard."

Présentations similaires


Annonces Google