La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DIALOGUES M. et C. Breteau. Je ne veux pas te raconter dhistoires, je veux que tu me laisses te regarder en coin dun regard bête, je veux que tu affrontes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DIALOGUES M. et C. Breteau. Je ne veux pas te raconter dhistoires, je veux que tu me laisses te regarder en coin dun regard bête, je veux que tu affrontes."— Transcription de la présentation:

1 DIALOGUES M. et C. Breteau

2 Je ne veux pas te raconter dhistoires, je veux que tu me laisses te regarder en coin dun regard bête, je veux que tu affrontes ma tête. Droit comme le i dune intention, je suis pourtant percé de faux-fuyants, jemprunte son cours au temps, sans linfléchir. Parfois dans mon habit de rapace, rapiécé, rassemblé dans mes esprits je fais une ou deux silhouettes, pirouettes, puis je te laisse face au puits de mon silence approfondi et renfloué. Qui sait ? Peut- être me donneras-tu lenvie de parler un jour, non pas à toi directement ; mais je monterai sur le petit tas de tes pierres englouties dans l opaque ; elles mauront bien au fil de leurs naufrages érigé un piédestacle déboulis vaseux. Sens-tu que je ne pourrai jamais tadresser véritablement, comme si lêtre humain pouvait être autre chose quun pur acte de parole quand bien même il écoute ? Tu ne me rendras pas un sourire qui puisse lier deux oreilles aussi bien que deux êtres. Reste dans ton périmètre, je tapprendrai la froideur du cœur. Jirai parler aux mots eux-mêmes, et les mots parleront aux mots, et les morts parleront aux morts. Tu sonneras le cor de la voix de tombe, de la voix qui tétonne : je parlerai et ce sera un pur influx de sang dans mon corps vocal, un pur désert salutaire de sens, ou lon ne te demandera même pas de faire semblant derrer. Tu pourras tattarder dans les aspérités et les rocs de mes gorges, dans les plis de mon col dépris des roucoulades. Pas de chant, que du son, sans bruit, sans même le souci de te plaire.

3 Tes lèvres sont si fines quelles sont faites pour modeler la parole, en coussins datterrissage pour accueillir le brut, construites, en équilibre, sur un abîme. Ta bouche et la pente de ta voix semblent recourbés comme le bec en arabesque dune théière, rien de trop, et cest un lent filet qui sen déverse y compris dans tes silences. Joli petit soufflet à soupir, soupirail lumineux ciselé dans ton visage… Tes yeux ne voient guère et tu sembles tout entier résumé dans cette brillante faille, que lon chérit tout autant que ce qui va en sourdre, qui souvre, se referme, et porte lentrée de lastre. Tout autour, un chaos sagence, des masses filent hors de ton centre, se découpent en escaliers, se gonflent en abcès ; la masse est mastiquée, masquée, de telle sorte quun grand récif barre lentrée du large front, barre laccès au vague à lâme… il ny a plus quà espérer quun courant deau secret relie le réservoir au versoir, mais peut-être ta peau est-elle matelassée de leau trouble qui stagne, et ta bouche si luisante dêtre vide.

4 Quand tu nes même plus là pour me faire attendre, mon visage gagne sa part dombre. Ta distance se creuse et se répercute en moi, y traçant un grand champ de vide. Le regard ajusté et rétréci en ton point en prend néant moins une profondeur et une vacuité infinies, et tout se noie dans louate comme dans le sommeil. Je mabsente à tous les autres, et leurs présences qui sagitent et palpitent durant le jour lancent des pierres dans leau trouble dans laquelle je dors. Ils plongent dans les ronds de leau et viennent hanter en de grandes rondes dalgues le cimetière marin de mes rêves coupables, comme la nuit lorsque les halos aux antipodes de ceux qui se tiennent éveillés percutent et vacillent dans nos songes, faisant de ceux-ci non pas des échos et des chants de la mort, mais des sursauts et des vibrations de la vie sur la toile de nos longues inconsciences nocturnes. Je suis tellement déçue dans le désir, et toi tu dors en dehors de tout ce qui me touche. Nos deux sommeils évasifs et maladifs viennent léviter lun au-dessus de lautre, mais ils ne saccostent pas. Je voudrais que nos deux corps se superposent, que tu viennes te poser comme un baume sur la trame de ma nuit hérissée décorchures. Mais le vide dangoisse et lindifférence lourde se révulsent et repoussent lun lautre. Tu dors, seul face à toi-même dans un sommeil sale sur lequel la tâche de ma souffrance se répand, je dors pleine dune étrangeté qui effraie et froisse nos deux visages dans sa grande main lisse.

5 Jai un habit de lumière et ma peau même en mime le tissu, et sallume en chatoiements ténus. Retiens- bien ma silhouette, celle-ci se découpe facilement sur toutes les autres et se taille un espace de rayonnement dans leurs pièces détoffe malléables, jusque dans leurs chutes de coton. Le bleu de mes yeux reflète mon essence réfléchissante, la tâche primordiale qui mest échue : renvoyer la lumière. Pour moi pas de coin sombre et de noirceurs gloutonnes pour absorber des rasades de photons, je suis de nature légère, je ne fixe rien et surtout pas les pensées profondes et adipeuses, qui me collent à la peau. Jai leau de mes yeux vive, volatile et fuyante, et jen baigne tous ceux qui se laissent prendre à ma fugace transparence… les commissures des lèvres toujours entrouvertes afin de faire courir dans mes traits de perpétuels afflux, et de faire ondoyer mes tissus, je suis malléable, propre à passer du rire aux larmes, ma bouche étroite et ouverte est la brèche périlleuse dans laquelle je me tiens.

6 Lœuvre nest-elle que sécrétion maladive ? Que bile agglutinée et répartie sur le papier, que malaxage dangoisse entre nerfs froissés ? Palper ses mots et la pâte de pastel comme lon agrippe les rebords propres mais rigides des draps desquels on dépasse, de la literie patibulaire… La maladie est-elle la seule œuvre fomentée au noir de cette activité somme toute solitaire, peu réfléchie et in-peu- volontaire ? Le projet opposé à la déjection marque laxe de partage, car il est lintérêt démontré qui mérite dêtre payé de retour ; il est ce qui porte, comme chez les artistes de notre vieille modernité, à éprouver toute la palette des styles, à essayer tous les outils, à thésauriser tous les petits bouts de ficelle ramassés ; il est cette planche étale, consciencieuse, mobile et à lépreuve sur laquelle sagencent la quête et lobservation tranquille, que creusent, entaillent tout autant que polissent les actes du travail ; tandis quune maladie ne suscite au pire pour elle-même que fascination et contemplation ; la maladie inconsciente ralentit le cours des choses et entraîne dans lœil du cyclone, tandis que la conscience de la maladie est un accélérateur de temps, et soustrait promptement du tourbillon quelle est seule, par la vitesse de développement des choses révélée, capable de faire prévoir. Il ne suffit pas de dévider au hasard le fil dune salive toujours inépuisable dans le rouet du ventre, et de samuser à promener ses doigts dans leur bel entrelacs, il y a un canevas sur lequel les disposer, un projet intestin, caché et arachnéen de toile, fût-il motivé par un désir ambiguë de proie. Il ne faut pas que des images, aux mines sombres et attirantes, qui se dressent en piliers, et provoquent le ciel sans même tracer lespace dun temple. Les bâtisseurs de cathédrale auront-ils toujours cette entière légitimité que les érecteurs de totems ou de menhirs nauront pas ? Faut-il sastreindre à lever dans lespace des pans de murs et de petites crêtes de bancs déglise, à lémailler de statues apparentées et de vides capables de se superposer, à lhabiter d ombres factices aux toges prétextes, et à ne voir en tout ceci quun château de jeu ? Je veux voir lintention et le lent projet qui font que des germes adolescents sefflorent en un cancer-production. Que mimporte de garder trace, je veux plutôt faire se développer dans lespace dépanouissement dune tumeur, mais peut-être pour la rendre elle-même assimilable faut- il sans cesse la percer, la faire se vider et épancher dans lorganisme son taux de sécrétion qui comme un vaccin transformera la production maladive en produit mithridatique

7 Les arbres alignés en haut du coteau tendaient dans lair leurs tentacules frissonnantes, paraboles au grand vent, éoliennes immobiles, clouées sur la voûte vide, immense et bleue comme sur le grand large. La lumière qui fusait de derrière leurs longues silhouettes sombres leur donnait la cohérence et la solidité de gros rochers côtiers, de ces mastodontes de pierre qui sabîment dans un lent suicide égrené au-dessus des précipices, parfois emprisonnant dans leurs caillots coagulés les lacis des arbrisseaux innocents amoureusement enfouis dans leurs failles. Un grand coteau enroulé aux anicroches de leurs racines se déroulait jusque sur la plaine, composé dune terre riche, rouge et poisseuse comme du pigment. Et les arbres rochers, dans une indécision complète entre le minéral et le végétal, entre la liquide et le friable, restaient muets doracles dans la contemplation de la vallée, aussi sourds que les tombes des grandes têtes de lIle de Pâques, aussi impérieux et superbes que le chêne géant de Dodone qui propageait ses sentences dans le murmure concerté de ses feuilles.

8 Cest toi tout de suite qui ma paru le plus curieux, tu sais, cette façon que tu as de pencher la tête comme si tu regardais de derrière une porte portée toujours en bouclier devant toi ; tu crées les frontières et tu crées limmixtion à mesure que tu te promènes, tu fais osciller les objets dans laxe de ta tête, quand tu les regardes. Sans doute tu dois souvent la rentrer dans tes épaules et coller le front contre ton pan, le cogner peut-être volontairement, et alors le mur lui- même se balance et tu nas plus détalon, et tu nas plus cet anti- cadre, non pas carré de vide mais carré de plein au cœur de louverture. Tu es lenfant qui joue à appliquer un cache sur le vague de son désir, et qui le retire brusquement pour en arracher les contours, tu es le refus du masque, puisque tu es soit dans la totale absence, aveugle et invisible, soit, quand tu veux voir, dans le dévoilement assumé. Tu ne crois pas aux fenêtres, car elles sont de mauvaises doublures de ce mur que tu portes en croix, et toi tu vois louverture en creux. Pour toi pas de brèche taillée dans le vif des choses, tu nas quun petit plan, une petite pan-carte noirs à balader dans le néant.

9 Chorégraphies-toi dans le corps des autres ; fais des accroche-cœurs en ronds de jambes, encore, sans compter, en poussant très fort sur la pompe du pouls et la pulsation pondérée ; il ny rien, juste des influx de musique et leurs sorties dans vos souffles, des membres qui battent et brassent lair, sans couler. De la chair et du vent, et du sang accéléré dans les artères de lair… rien, seulement, des coups et des volte-face pas du tout dessinés, des mouvements presque agressés, des entrelacs et des entrechocs… ad hoc. Parfois ta grimace me sourit et dans ton bras qui menlace je sens la prise qui se raidit, les ongles qui sortent et qui veulent labourer… mon socle. Ton cri, le cri que tu lances par-delà la chair, par- delà les multiples ondulations, est en même temps cri de détresse et déloges.. tu ne souffres ni ne penses, tu sens juste la masse mouvante qui te côtoie, taccoste, tinfiltre, tengloutit ; tu ries, de sentir toutes ces excroissances venir sentuber sur tes canaux se greffer dans tes peaux de bêtes… arrête de te sentir coupable dêtre un tas de chair pesant, relié et polymorphe tu es la nappe deau lourde en apesanteur, prisonnière au fond dun souterrain, enfournée entre la terre et la terre. Resserre les liens, jusquà la douleur, jusquà la disparition…

10 Et la grande foule se liait et se déliait en écheveau mouvant égrenant et rassemblant ses pelotes. Le fil de nos trajectoires semmêlait dans le tissu des groupes, en ressortait, et, traversant, dépassant les espaces vides, cétait soudain comme quelque chose qui pendait, une fibule effilochée, minuscule. Et lon ne faisait, en sentrecroisant, que se frotter les uns contre les autres, que sélectriser des quelques étincelles produites dans tous les coins, par les accointances aléatoires. Senchevêtrer en un tissu compliqué mais souple sans perdre le fil était la tâche daraignée de chaque membre de la soirée ; sens, appréhensions, pattes, personnalité démultipliés par livresse, les moments nen devenaient pas moins ceux dun film unique, dont le cours linéaire et trépidant faisait désormais loi, et quil fallait à tout prix nourrir ; et lon tentait de retenir le flot des visages enjoués, comètes comédiennes qui fusaient, offrant à tous des remous et des tourbillons et refusant leurs voix à chacun. Emportés par les fils de leurs propres histoires se dévidant en rythme, ils navaient le temps que dallonger un sourire, de sétirer en une parole riante ; Et les voyait-on presque transportés en rêve sallongeant sur de petits vaisseaux vaporeux, capsules de nuages, wagons douillets déther.. et sur ces couches mobiles sillonner le lacis et dodeliner de la tête. Parfois certaines venaient à sajuster sur un même plan, comblant leurs dénivellements par quelques poussées dair amenées par les flux, et les lits réunissaient les lignes.

11 Une pluie de gouttelettes rouges séchappait de son nez, aguichant directement comme des accroche- cœurs les visages, les vêtements qui lenvironnaient, leur laissant la marque de sa douleur. Sous leffet de la blessure lorgane long était comme arc-bouté, il avait replié ses ailes, et ses arceaux étaient bandés. Il avait cessé de se composer, et ne faisait plus,au milieu de son visage, dans son repos palpitant, quun grand rectangle noir déplié de surprise, dhorreur et dintensité. Ses yeux clignotaient, animés par un courant alternatif de rage et de souffrance, parcourus déjà de fibrilles de sang et de sa lumière rouge. Plus de pilier au visage, plus daxe majeur à celui des sourcils qui commençaient déjà de se gonfler deau, prêts à répandre lorage sur sa face bouleversée. Le couvercle de la tête sétait pulvérisé dans lair, ne laissant plus dintermédiaire dans la douleur. Pour respirer, seule, la bouche, tâchée, mais celle-ci nétait guère plus quune porte sur la nuée.

12 Le monde autour de toi est pétillant, et sans cesse de nouveaux éclats viennent allumer ton œil, se glisser sous ta peau et la faire doucement mousser. Lair neuf, la lumière purifiée, les lambeaux ravalés des façades rendent à ta propre face moins amère sa décrépitude ; Tu luis devant tout ce que tu vois, cest bien, ne te regarde pas. Sais-tu que ta peau est feuilletée et fritée comme une rose des sables, comme une écaille de poisson, quécorche londulation de ton œil en queue de merlan ? Que ton cou a laxe bizarre dun bras tordu de métronome ? Que tes yeux qui te rendent à toi-même sont renfoncés et enfouis comme de petites billes noires au fond dun bac à sable ? Que sur ton visage on lit le chevauchement des plaques et le trouble du tremblement de terre ? Il dérive, vieux continent après la guerre, sur le flux des images solaires. Cest bien, ne te regarde pas. Cest à la face du monde que lon est, ou que lon nest pas.

13 Passer chez le coiffeur…ces cheveux trop longs, pendouillants et mal fagotés ressemblent à une perruque ; on dirait que les spirales de deux gros bigoudis encadrent mon visage, tandis que la cravate trace un troisième axe vertical entre ces deux portes, mais assez mal placé, je dois dire. Car cette chemise à laquelle je lai assortie, que jai enfilée sur mes os saillants, ne me transforme pas en un parangon déquilibre selon leffet que lon en attend habituellement. Mon épaule se dérobe encore dans de vagues haussements qui ne trahissent que trop mon indifférence envers la « circonstance », toute lengeance dont elle fuit lépaulement et lentraide ; elle se déroule en petits ronds, car mes clavicules sont molles, tout comme le sont lensemble de mes ossatures. Jaime la vapeur, le flou de fourré, broussailleux, de mes sourcils, la barre épaisse et sombre de ma bouche en tache. Ce grand nez mencombre, car, comme tous les enfants, je rêve de visages aux centres vides, ou, yeux et bouches en accolade, collés comme en un baiser, de ronds où sabîment deux autres petits trous, si fins, de simples encoches comme quoi tout respire…Lheure du rendez-vous approche et mon cœur bat la chamade, mon œil se met à saffoler vers la porte, vers un ailleurs, cet ailleurs-cible, et cet autre ailleurs quil trace en creux ; je suis résigné et pourtant mon œil brille par intermittence quand le courant alternatif de mes ailleurs lui renvoie léclat dun ailleurs vraiment autre. Mais rien, tout se ferme, la bouche est trop plate, les sourcils me barrent la vue, mes cheveux métouffent entre leurs battants, ma cravate incisive fuse jusquau sol et me dit trop bien que cest lheure, quelle est le lien quil faut lever, lancre quil faut défaire. Je suis un carré dhomme, et pourtant je sens cette perruque qui mattife mattirer vers les profondeurs dune histoire …

14 Lapproche est engoncée, serrée ; dans la précipitation ambiante, elle est lente et balancée…la langueur dans la tension extrême, cest le sursaut devant un comportement trop évident pour quon ne le déchiffre pas soi- même, et cest labandon au réflexe de masquage. Je suis dans la bousculade mais elle-même me bouscule encore par ces furoncles détrangeté qui poussent leurs pointes à travers tous ses pores, par ces bombardements dénergie fuyante que sa vue seule déclenche, semblant vouloir nous faire fuir, non pas delle, mais avec elle, et ce malgré ma profonde répugnance ; elle y a là plus un pouvoir de succion que de réelle fascination, pourtant je me fie à ses yeux vides, blancs, froids, dans lesquels il me semble voir un tempérament à sa nocivité, une lucidité froide et indifférente, un noyau de vide. Mais peut-être cette grande béance est-elle au contraire la niche de la folie, son terrier, car la folie est par essence un endroit inhabité, et une essence sans odeur ni domicile fixe. Sa superficialité est, de toute évidence, celle de la faiblesse généralisée. Son teint est pavoisé du drapeau fané de la maladie, et de son ivresse putride.La tête est gonflée, hypertrophiée par le ronron sourd des idées qui nont plus court, et qui semblent sagiter croyant quelles seront dune quelque utilité comme de quelconques petites infirmières inutiles et dérangeantes. Elle sest comme agrandie sur les côtés de deux gros lobes, car, probablement, elle a fini par retourner le tympan de ses oreilles vers son intérieur, où leur guêt était certes bien plus nécessaire, pour une information plus vitale aussi. Peut-être ses paupières, également, sont elles si noires car délaissées du faisceau du regard qui se promène exclusivement dans les bas-fonds de larrière plan. Elle semble finalement plus gênée que captatrice ; mais nest elle pas venue vers moi comme un aveugle qui marche sur sa planche à la rencontre du vide ?

15 Les éclairs des stroboscopes, par place, dérangent des masses de nuit noire. Que de lombre meublée dombres, dans les couloirs un flot de clarté, parfois, sécoule pour se résorber dans les secondes qui suivent, et balaient juste nos visages de lumière, histoire de les rappeler, non pas à la vie, au cœur de laquelle ils palpitent tout aussi bien, mais au cru du jour. « Sentez-vous que le jour est aussi cru que la nuit est rude ? Quil a comme elle une violence et une poésie, et que lui aussi peut être un refuge ?Tous ces contrastes déclairages, ces lignes arrachées, ces creux dessinés montrent quil ne sagit pas de retirer une appréhension claire de lespace, den construire une vision linéaire : la déconstruction du cocon, ses linéaments dépelotés résultent en une série déclats, de bribes sorties toutes brillantes de la casse récente, de morceaux qui saignent de la lumière qua fait jaillir leur arrachage ;chaque expérience sensorielle et affective empruntent ces aspects dintensité, de violence voilée et dempilement vertical de fragments volés et choisis.» Voilà ce quil vient me dire, le gros visage qui sest avancé sur fond de halos rouges ; son discours est tout aussi pesant et appesant que latmosphère qui nous entoure, dans une hésitation quil ne nous appartiendra jamais de résoudre entre le détachement le plus absolu et la contention desprit exacerbée, qui parfois seulement survient lorsque la décontraction totale nous achève. Le vague humide de son regard répond au flou des lumières, mais tous les traits, les siens comme ceux qui lentourent, ont cette même frange démotion qui ondoie doucement, et, plutôt que ce soit le mouvement circonstanciel qui se transforme en tableau,( reflète en peinture), cest le tableau circonstanciel qui se transforme en mouvement. Ses yeux ont par à-coups des frémissements de bal masqué, et sa peau incontestablement accroche la lumière, parfois. Son œil est vif et se darde vers moi, ses nasauds souvrent, sa bouche pâtaude sempate en une autre salve de mots, que joublie… et qui ne me montrent que trop que sa langue, si vite, sest elle aussi éclatée, si vite, dans la lumière crue.)

16 Cache-moi, cache-moi autant que te le permet la largeur de ton sourire. Je veux pouvoir lire à travers tes dents dans les lignes des gens, je veux pouvoir dresser le code-barres des désaxés, tranquille, au fond de la fenêtre et du trou de souffleur de ta bouche. Je respire par la branchie de ton ouverture, et je vois tes narines se gonfler comme tapie au fond dun puit. Si seulement je pouvais tirer tes ficelles et te faire sourire un peu de lintérieur, tu vois, je tire les plis de chair, ceux qui mâchent presque les aliments et que masquent tes lèvres ; crois-tu que je puisse moi aussi te faire sourire, comme ça ? Mes yeux sont creusés et mon front est immense dêtre ton réceptacle ; je ne tabsorbe pas, tu crois au fond de moi…. mais plus je croies en toi, plus jai limpression que nous ne sommes que deux monstrueuses tumeurs incancérées lune dans lautre. Jai peur, chez toi, de ces lignes épurées qui mont fait souhaiter la simplicité comme ce qui pouvait concilier et receler le plus de choses. jai peur car tu noses pas tavouer quil y a quelquun dans ton regard que tu ne voies pas, qui oublie de toublier lors que lui ne taura guère appris quà loublier. Tu es une fosse doublis, je suis ton ramasseur de mémoire. Quant à ce que tu as précisément retenu, ne viens pas me le demander, tu sais que tu las gardé hors de portée de ma pelle silencieuse. Mais sais-tu quà la faveur de ton souffle, qui mouvre un tunnel de vision, je capte plus que tu ne me sustentes ? Ce noyau lourd que tu sens dans ton ventre est mon petit baluchon personnel, ballottes le un peu au gré de tes aigreurs, il est le fruit de mon labeur, une densité lentement sécrétée, mon secret caché au fond de toi.


Télécharger ppt "DIALOGUES M. et C. Breteau. Je ne veux pas te raconter dhistoires, je veux que tu me laisses te regarder en coin dun regard bête, je veux que tu affrontes."

Présentations similaires


Annonces Google