La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Violette Nozière : un procès exceptionnel. Les faits Linstruction Le procès Après le procès Les débats autour de laffaire Laffaire Violette Nozière.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Violette Nozière : un procès exceptionnel. Les faits Linstruction Le procès Après le procès Les débats autour de laffaire Laffaire Violette Nozière."— Transcription de la présentation:

1 Violette Nozière : un procès exceptionnel

2 Les faits Linstruction Le procès Après le procès Les débats autour de laffaire Laffaire Violette Nozière

3 LES FAITS Rue de Madagascar à Paris, le 21 août 1933, Violette NOZIÈRE rentre du bal : « À une heure du matin, Violette rentre du bal. Elle frappe à la porte du voisin de palier : « Venez vite, ça sent le gaz, jai peur. Il a dû arriver quelque chose à mes parents ». Le voisin, M. Mayeul, ferme les robinets de gaz, il entre dans la chambre : « Mme Nozière gît sur le lit ensanglanté. Sur le lit de Violette, gît son père inanimé » (Police magazine, 3 sept.1933 « empoisonneuse »). La police arrive. Mme Nozière respire encore, son mari est mort. Au début, les policiers pensent à un suicide. Mais devant labsence démotion de Violette, ils restent dubitatifs. Le lendemain, à lhôpital, Mme Nozière dit au commissaire GUEUDET quelle ne se souvient de rien, sinon davoir avalé des sachets de poudre blanche donnés par le médecin qui soignait leur fille (« celui de Violette était marqué dune croix au crayon » dit-elle).

4 Arrestation Visite du commissaire et de lavocat à lhôpital Arrivée de la mère à lhôpital

5 Le commissaire convoque Violette pour le lendemain cinq heures. Elle ne vient pas. Un mandat darrêt est délivré par le parquet de la Seine. Le brigadier GRIPOIS enquête auprès de ses amis du quartier latin. Elle leur a paru normale, même gaie. On la vue chez un coiffeur, une manucure… Elle « drague » un jeune homme : André de Pinguet, à qui elle donne un nom demprunt ; mais il la reconnaît : « Vous ressemblez étonnamment à cette criminelle quon recherche » Elle lui parle dun héritage quelle doit faire ( francs à sa majorité). « Ça sera la bonne vie » lui dit-elle. Doutant de plus en plus, Pinguet la dénonce. Au prochain rendez-vous, près de la Tour Eiffel, la police est là. Elle a 18 ans. LARRESTATION

6 Elle naît le 11 janvier 1915 à Neuvy Sur Loire. Son père, Jean-Baptiste Nozière, est mécanicien au P.L.M. (Chemins de fer Paris-Lyon- Méditerranée). Son enfance est heureuse et sans histoire. Jean-Baptiste et Germaine (sa mère) sont des ouvriers aisés, qui, aux dires des proches, entourent leur fille daffection. À la fin de la guerre, ils sinstallent à Paris, au 9 rue de Madagascar, dans le 12 ème arrondissement. « Ils donnaient lapparence dune famille unie et heureuse » dit le concierge de limmeuble ; Violette grandit dans un petit deux pièces- cuisine. Son histoire

7 Une bonne élève sans histoire Bonne élève à lécole primaire, elle passe brillamment le certificat détudes. Les parents sont fiers et disposés à la pousser vers des études supérieures. Une scolarité qui se détériore A partir de 13 ans ses résultats se détériorent : Violette cache ses absences à ses parents, qui les apprennent par le lycée. On évoque sa mauvaise conduite. Elle a des aventures sans lendemain, tant et si bien que ses parents vont accéder à sa demande de changer détablissement. Elle est inscrite au lycée Fénelon, au Quartier latin, où elle découvre une vie qui la change de lappartement et de la médiocrité de la rue de Madagascar. Elle rencontre des étudiants, des photographes pour revues pornographiques…. Elle pose nue. Elle passe son temps dans les cafés du quartier latin : Palais du café, les Quatz Arts … Elle devient mythomane Se sentant mal à laise dans son milieu familial, elle sinvente une vie bourgeoise où le père est ingénieur et où la mère travaille chez le célèbre couturier Paquin. La double vie sinstalle.

8 Violette Nozière avoue le crime Le 28 août 1933, Violette est emmenée au quai des orfèvres dans les locaux de la Brigade Criminelle. Là, en présence du juge Edmond LANOIRE, elle avoue. « Cest moi qui ai fait avaler à mes parents du Soménal, jen avais acheté trois tubes… » Les charges retenues contre elle Le parricide avec préméditation La tentative de meurtre contre sa mère

9 Les avocats Cest au dépôt que Violette Nozière fait connaissance avec ses deux avocats, Maître Henry GERAUD et Maître de VESINNE – LARUE.

10 LINSTRUCTION est menée par Edmond Lanoir Le 31 août elle est envoyée à la prison de la Petite Roquette. Le 1 er septembre a lieu la confrontation avec sa mère. Elle est accompagnée par linspecteur GRIPOIS. La scène est déchirante Violette : « Pardon, pardon, pardon maman ! » Sa mère : « Je te pardonnerai quand tu seras morte. Tue-toi, tue-toi ! » (Magazine DRAMES – sept.1933 – « la vérité sur le crime de Violette Nozière »)

11 Un crime passionnel Pour Violette, Jean Dabin, pour qui elle vole ses parents, nest pas une aventure, mais une histoire damour. Elle lui offre une bague volée à son père, elle lui donne de largent et, lorsquil part en vacances le 17 août, elle se sent perdue. Peut-être est-ce de ce moment que date la décision de tuer ses parents, pour continuer à aider Jean Dabin en leur dérobant leur argent.

12 La prison préventive « Ainsi donc je suis en prison, moi lêtre libre, ardent et fantasque qui aime tant le grand jour, la gaieté, les camarades du quartier latin, ceux quon appelait autour de moi : les gigolos de Violette… » « Il me manque des cigarettes, du rimmel, du rouge et des cocktails. »

13 Violette parle enfin de son père : « Il a abusé de moi lorsque javais 12 ans. Depuis, il était terriblement jaloux de mes fréquentations masculines. Il ma dit quil me tuerait si je parlais de la chose à ma mère. » Linceste

14 LE PROCES Le procès souvre dans un contexte dramatique (lassassinat à Marseille du roi Alexandre de Yougoslavie). Mais la foule se presse, dense, près du palais de justice. Violette pleure, se cache le visage, et sévanouit de nombreuses fois. Le 13 octobre : 2 ème journée. Les jurés se plaignent de ce que laccusée cache son visage.

15

16 Les arguments de laccusation La préméditation « Ca me trottait dans la tête depuis deux ans, cette idée de les tuer tous les deux… Je me suis enfin décidée. Je nai pas eu de complice…le poison ? Cherchez-en la formule si vous vous voulez » (Police magazine – septembre 1933). Le journal ajoute : « Quel châtiment mérite Violette Nozière ? « La prison ? Lasile ? Répétons-le : on ne sait trop. » Les premières tentatives Une première tentative dempoisonnement, au mois de mars 1933, avait échoué Les vols La mythomanie ( elle ment à ses parents, elle accuse son père dinceste) Sa vie dissolue Son insensibilité

17 La peine demandée Lavocat général Gaudel : « Je vous demanderai de prononcer contre cette fille la peine capitale. » Il parle de linsensibilité écœurante de Violette. Il demande de ne pas la considérer comme une héroïne et de déchirer le masque de « justicière » de roman dont Violette sétait parée, mais de la voir telle quelle est : « menteuse, orgueilleuse, perverse, inventive, criminelle… »; et donc de navoir aucune pitié.

18 Le principal argument de la plaidoirie Maître de Vésinne-Larue indique aussitôt quil va plaider linceste. Il pense que les jurés atténueront la responsabilité de Violette. Maître Vincey : « Violette Nozière na pas reçu dans sa famille léducation quelle aurait dû avoir. » « Une criminelle de 18 ans ! Une enfant pitoyable ! Accordez à la jeunesse, lespoir. Je demande pour Violette Nozière le droit de vie. » « Soixante témoins ont défilé à cette barre et nous ne savons rien. M.Nozière a-t-il voulu oui ou non abuser de sa fille…? Je ne peux dire que cela soit avec certitude. » Dans les journaux (« Lami du peuple » et « Le progrès »), 13 octobre 1934 : « Quen pensez-vous, lamentables amis, de la condamner, faux étudiants qui faisiez la fête avec largent de cette femme? Quen pensez-vous, vous les parents, qui négligez de surveiller lenfance des êtres auxquels vous avez donné la vie? »

19 Comment linceste est-il compris par la société à lépoque ? Le juge dinstruction : « Les témoignages ont pour unique source Violette Nozière, toujours Violette Nozière et personne dautre. Tout ce quelle a raconté concernant son père, il ny a quelle qui le dise, et cest là le grand point dinterrogation de cette affaire. Allons-nous considérer comme certaines des accusations qui ne sont portées que par une criminelle qui a tué son père et tenté de tuer sa mère ?». Il pense que Violette finira par dire « la vérité ». Journal La France, Le 15 sept La sœur et le beau-frère de M. Nozière : ils ne rapportent rien dintéressant, sinon que personne ne peut prouver les accusations de Violette contre son père et que personne ne peut les nier. Madame Nozière : pendant le procès, elle tente de faire revenir sa fille sur ses accusations dinceste : « Violette, je ne peux pas oublier que tu es mon enfant. Mais ce que tu as dit sur ton malheureux père est faux et abominable, dis que ce nest pas vrai. » Après la plaidoirie de Maître Boitel, elle demande : « Pitié pour mon enfant, pitié pour ma fille ! » Un témoin nommé Ronflard : « Elle ma dit que son père couchait avec elle, elle la dit à tout le monde au Quartier Latin ; et je trouve très curieux que personne ne soit venu à la barre dire ce quil savait. »

20 Le jugement Le président du tribunal, Peyre, énonce la sentence : Violette est condamnée à la peine de mort.« La parricide sera conduite à léchafaud, pieds nus, en chemise, voile noir recouvrant la tête. » Violette déclare: « Jai dit la vérité, cest honteux, vous navez pas été pitoyables ! » Elle est prise dune crise de nerfs, et les gardes lemmènent tandis quelle se débat.

21 Mais la peine de mort ne peut pas être appliquée car les femmes ne sont plus exécutées en France (à quelques exceptions près )

22 L APRÈS PROCÈS La grâce et lincarcération Le 25 décembre 1934 Violette Nozière est graciée par le président de la République Albert Lebrun Le jour de Noël elle quitte la prison de la Petite Roquette ( prison des condamnées à mort) pour la prison de Fresnes. Et, en janvier 1935, elle part pour la centrale dHaguenau en Alsace. En 1940, devant lavancée des troupes allemandes, elle est transférée à Rennes. Violette en détention Elle devient peu à peu une prisonnière exemplaire, entourée par le directeur et les sœurs de Béthanie. Appréciée de tous, elle pense à prendre le voile… Mais … Son destin ne sera pas le couvent : elle rencontre lamour en la personne du fils du greffier- comptable de la prison : Pierre Garnier!

23 De la condamnation à la réhabilitation Le 6 août 1942, le maréchal Pétain accorde à Violette une remise de peine : celle-ci est ramenée à 12 ans de réclusion. Elle est libérée le 29 août 1945, et le Général de Gaulle annule la peine de vingt ans dinterdiction de séjour. Enfin, le 18 mars 1963, la cour de Rouen prononce la réhabilitation. « Tout est effacé ! Il ny a plus de Violette Nozière ! Aux yeux du monde de la justice, elle nexiste plus. Nous avons gagné notre guerre de 30 ans. » exulte Maître de Vésinne-Larue, son fidèle avocat. Cest une mesure exceptionnelle sur le plan judiciaire. Violette déclare : « Cette réhabilitation, jy tenais pour mes enfants. Pour moi, ça métait bien égal. Ma vie est finie. Je suis heureuse que ma mère, à qui jai tout dit, ait enfin compris la vérité. Elle sait que jétais innocente - malgré ce que javais fait - et ma pardonnée. »

24 La vie après la prison Au mois de décembre 1945, elle épouse Pierre Garnier à Neuvy sur Loire en présence de sa mère. Elle reprend goût à la vie, se réconcilie avec sa mère et a cinq enfants auxquels elle ne parla jamais de son passé. Pierre et Violette gèrent des restaurants en région parisienne, puis en Normandie. Un nouveau drame survient dans la famille. En juillet 1960, Pierre a un accident de voiture dans les environs de Rouen (Seine-Maritime). Il décède des suites de cet accident, le 30 juin 1961.

25 Violette élève donc seule ses enfants et continue de veiller sur sa mère, Germaine Nozière, qui demeurait avec eux. Elle ne profita pas longtemps de sa réhabilitation : atteinte dun cancer des os, elle meurt, le 26 novembre 1966 à Rouen. Sa mère, Germaine Nozière, entourée de ses petits-enfants, décède deux ans plus tard, le 5 septembre 1968, à lâge de 80 ans.

26 LES DEBATS AUTOUR DE LAFFAIRE NOZIERE Un argument en faveur de labolition de la peine de mort Violette Nozière sest rachetée après sa condamnation : sa vie a été exemplaire ce qui montre que lon peut évoluer et samender. La peine de mort a été abolie en France en 1981 par François Mitterrand et Robert Badinter alors Garde des Sceaux. Labolition a été inscrite dans la constitution en 2007, sous la présidence de Jacques Chirac.

27 Les Intellectuels des années 30 et laffaire NOZIERE Les surréalistes prirent la défense de Violette Nozière dans un ouvrage collectif, Violette Nozières (sic), publié en décembre 1933 avec notamment des poèmes et dessins dAndré Breton, René Char, Paul Eluard, Salvador Dali, Max Ernst, René Magritte. Les « anarchistes » comme les « surréalistes » trouvent dans cette affaire loccasion de fustiger cette société bourgeoise qui vit dans le conformisme et létroitesse desprit. Violette incarne la révolte : pour eux, elle est une victime.

28 Céline dira aussi que lexiguïté des logements citadins favorise la fornication et linceste. En novembre 1933, on trouve dans une revue : « Linceste est un mot dont on seffraie, cest une pratique courante, jadmire les cheminots qui ne croient pas Nozière capable davoir troussé sa fille parce quil était un bon mécanicien. » Robert Brasillach qui, dans « notre avant-guerre » écrit à propos de Violette Nozière : « …. Les détails douteux et sales de sa vie navrante, la grise atmosphère de débauche où alternaient les cocktails, la drogue et le café crème, largent et la misère…un atroce monde sans Dieu. » Les intellectuels dénoncent aussi le jury composé uniquement dhommes et pour qui le sujet de linceste est un sujet tabou dans cette société où le « mâle » est roi Le 17 octobre 1934, lécrivain Marcel Aymé écrit dans « Marianne » : « En condamnant Violette Nozière sans vouloir parler dinceste le tribunal sest montré fidèle à lune de ses plus chères traditions. Il a voulu affirmer le droit du père à disposer absolument de ses enfants, tout compris : droit de vie et de mort, et droit de cuissage aussi. » La question de linceste pour les intellectuels

29 Violette rêvait de bains de lait, De belles robes De pain frais De belles robes De sang pur Un jour il ny aura plus de père Dans les jardins de la jeunesse (…) Violette a rêvé de défaire A défait Laffreux nœud de serpents des liens du sang. Paul Eluard

30 DAutres débats, dautres affaires au XXe siècle, autour des femmes et de leur liberté à disposer de leur corps Les lois sur les libertés La question de lavortement Le procès de Bobigny en 1972 et une figure à connaître Maître Gisèle Halimi La loi Veil en 1975


Télécharger ppt "Violette Nozière : un procès exceptionnel. Les faits Linstruction Le procès Après le procès Les débats autour de laffaire Laffaire Violette Nozière."

Présentations similaires


Annonces Google