La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Tout ce qui est iPossible...

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Tout ce qui est iPossible..."— Transcription de la présentation:

1 Tout ce qui est iPossible...
Discussion sur le iPhone et la recherche en santé mentale

2 Réaliser votre idée Donner une idée du point de départ (comment partir, de où?), de la méthode de conception (donner une idée concrète du cheminement) et du but final (à quoi s’attendre).

3 Combiner l’expertise en santé mentale et la technologie
Le 5 octobre dernier se tenait, ici même, une conférence intitulée «Quand la santé mentale devient mobile». On y détaillait le concept initial et le rendu de 3 applications iPhone, et on a également discuté de méthodologie. Un aspect qui a fortement ressorti est la relation à avoir avec la technologie. Elle n’est qu’un outil et ne remplacera pas l’intelligence et la créativité humaine ni le rapport humain. Mais parallèlement, la technologie est omniprésente et ouvre la porte à de multiples possibilités.

4 Dynamique chercheur et informaticien
Le développeur doit s’approprier les concepts de santé mentale relatifs à l’application En retour, le développeur doit expliquer les choix qu’il prend, les implications de ces choix Réunions fréquentes bénéfiques lors de l’opérationnalisation du concept Il est primordial pour le développeur de s’approprier les concepts pertinents de santé mentale relatifs à l’application. Le développeur pourra donc être en mesure de proposer des fonctionnalités, des ajouts ou suggérer des alternatives aux solutions amenées. À l’inverse, le développeur aura beaucoup d’éléments techniques à expliquer. La vulgarisation se fait donc des deux côtés.

5 Développer selon la méthodologie Agile
Agile: méthode de développement incrémental et itérative Communications fréquentes entre le chercheur et l’informaticien Plusieurs petits objectifs à court terme (itérations) Les schémas structurent le développement et aident à visualiser le projet Au début, l’application ne sera qu’un écran d’entrée et une première fenêtre. Ou simplement un algorithme sans interface graphique. Au fur et à mesure s’ajouteront des icônes, des fonctionnalités, de nouvelles fenêtres... L’image représente un exemple de scénario shématique servant à visualiser le résultat. Ainsi, avant de coder, il possible d’avoir une idée concrète du résultat.

6 Introduction à la méthodologie canadienne de développement de la technologie
1. Développement théorique 2. Développement technique 3. Développement expérimental 4. Validation en essai général 5. Validation en simulation 6. Validation en environnement réel Dans le graphe, les étapes diffèrent de ce que l’on recherche ici. On ne tient pas à commercialiser l’application, mais plutôt pouvoir évaluer l’application et les données recueillies. Les étapes de programmation sont principalement dans les étapes de développement, mais un suivi est requis pour régler des bogues qui n’auraient pas été découverts plus tôt. En montrant l’application à d’autres professionnels, on peut réaliser que la navigation n’est pas évidente à comprendre, par exemple, ce qui exigerait un retour à l’étape 2... Plus de détails sur les niveaux de maturité sur le site canadien: https://achatsetventes.gc.ca/initiatives-et-programmes/programme-canadien-pour-la-commercialisation-des-innovations-pcci/details-du-programme/niveaux-de-maturite-technologique

7 Le téléphone intelligent et quelques définitions
Pour être en mesure de parler le même langage. Même dans les cas où on connait certains principes, on ne pense pas toujours à toutes les implications.

8 Un peu de lexique... Bande passante Débit de données transitant sur un réseau Généralement mesuré en bits UDID Unique Device Identifier Application universelle Notée par le + dans l’encadré du prix Application créée pour iPad et iPhone Application native En opposition à une application web “Jailbreak” Procédé où l’on remplace le système d’exploitation d’Apple par un système d’opération d’une tierce partie. Opération interdite par Apple, qui annule automatiquement la garantie du téléphone. UDID: utile pour anonymiser les données

9 Cloud computing (informatique virutelle, informatique dans le nuage, infonuagique)
API Application Programming Interface Standard de communication entre plusieurs logiciels SDK Software Development Kit Ensemble d’outils permettant la création d’applications ou de logiciel Les SDK s’accroissent dans le temps, et celui d’Apple est très développé IDE Integrated Developpement Environnment IDE utilisé pour créer des applications iPhone: Xcode, iOS Simulator, Instruments... OS Operating System (Systèmes d’exploitation) Gestion des composantes matérielles (par exemple le processeur) Gestion logicielle (sécurité, gestion des fichiers, sauvegarde dans la mémoire) Cloud: les données sont sauvegardées sur des serveurs accessibles par internet. Avantage: plusieurs aspects sont gérés par la compagnie (ex: sauvegarde). Apple offre iCloud (autrefois MobileMe). Donner des exemples de SDK. Faciliter la prise de photo. Connaître l’heure exacte. OS: Dernière version: iOS Considéré comme OS mature, c’est-à-dire qu’il a quelques années d’expérience pour avoir une version stable, sécuritaire. Les fonctionnalités à ajouter seront d’avantage pour améliorer l’expérience usager, plutôt que des fonctionnalités nécessaires.

10 3G (Third Generation) Apparait après le réseau EDGE (E)
Wifi (WLAN: Wireless Local Area Network) Permet d’accéder à un réseau local sans se connecter à l’aide d’un fil g : La distance varie entre 32m et 95m (intérieur / extérieur) n : Peut doubler la distance du précesseur ‘g’ Bluetooth Technologie ouverte permettant l’échange de données sur une courte distance La distance varie selon la classe de l’appareil de 5m à 100m Même si c’est une technologie à faible consommation d’énergie, l’impact sur la durée de vie de la batterie est tangible Généralement utilisée pour connecter des appareils périphériques, comme l’écouteur de téléphone (surnommé l’appareil bluetooth). La dernière génération de Bluetooth, Bluetooth 4.0, est aussi appelée Smart BlueTooth. Elle requiert moins d’énergie et se connecte plus facilement. 3G: Troisième Génération de réseau. Supporte une bande passante plus importante que la deuxième génération (EDGE) Similitudes 3G et Wifi: Permet d’accéder à internet sans fil. Différences 3G et Wifi: Modèle d’affaire. Les limites de bande-passantes sont différentes. 3G: varie de 500 MB à 6Gb. Wifi à la maison: varie de ~5Gb à ~300Gb (Bell). Wifi publics: aucune limite, mais plus lent d’accès. Beaucoup de “hotspot” wifi, mais généralement dans des lieux commerciaux, également dans certaines institutions (ex.: universités). Pour un usage courant, les gens se fient beaucoup au wifi à la maison et au bureau. Réception 3G dépend beaucoup du réseaux. Bell a un réseau qui couvre mieux les régions éloignées. Les barres indiquent la force de la réception du signal. Mais attention!, les tours peuvent être encombrées quand même! 4G? Le vrai 4G est rare, et n’est pas déployé au Canada. Les réseaux LTE (Long Term Evolution) ne correspondent pas à la définition du 4G, mais sont toutefois plus rapides que 3G.

11 Contrats Les téléphones coûtent moins chers à l’achat quand ils sont liés à un contrat, puisque la compagnie “rembourse” le téléphone au manufacturier avec le forfait mensuel. Le téléphone est “barré” avec le fournisseur. Les coûts de sortie d’un contrat servent à compléter le remboursement du téléphone. Par contre, les forfaits ne sont pas moins dispendieux sans contrat. On dira que c’est un appareil “débarré” (ou unlock). Forfaits Forfait type de base1: 53$/mois inclut 200 minutes en tout temps (de 7h à 18h la semaine) Appels locaux illimités la fin de semaine 500 Mo de données 5 numéros “gratuits” Usage de données Message texte: entre 5 et 20kb Image: 2-3 MB Courriel: environ 75kb (sans attachement) App: ~25Mb (selon mon utilisation) Chanson: 8,38Mb (selon mon utilisation) Données utiles avec le comité d’éthique!! Par exemple, le iPhone coûte 500$ de moins lorsqu’attaché à un contrat. Les contrats assurent aux compagnies qu’elles garderont un client durant la durée du contrat. Les frais de sortie ont diminué dernièrement suite à des poursuites. Le poids des apps varie énormément: de 404Kb à 766Mb (GarageBand) Apple limite à 50Mb le poids limite pour un téléchargement d’application via 3G. Évidemment, poids des chansons varie en fonction de la durée, mais également en fonction de la qualité. Les données présentées par rapport aux chansons viennent de mon historique d’achat: 716 chansons totalisant 6Gb. Pour un usage léger, 500Mb suffisent largement. Rappel: 1024Kb = 1Mb 1024Mb = 1Gb 1024Gb = 1Tb 1 (pris sur le 3 novembre 2012)

12 Apps et internet - quatre catégories
Application non-disponible sans connexion ex.: Facebook, SongPop, Plans Application qui ne peut rafraîchir son contenu ex.: Mail, Twitter, LaPresse Application qui garde la base de données sur le iPhone ex.: Mtl Mobile, Antidote Application qui envoie ses données sur un serveur ex.: iSmart Sur quoi baser sa décision? Comment se comporte les applications ayant besoin d’internet? Quels sont les façons de contourner la “dépendance” à internet? Si l’application envoie des données périodiquement sur un serveur, elle peut attendre d’avoir la connexion. Elle attendra alors à des moments précis, par exemple à chaque fois que l’utilisateur ouvre l’application, elle tente la connexion et l’envoi des données. Dans le cas où l’application recueille des échantillons et l’envoie à une base de données accessible au chercheur, cette méthode convient très bien. Généralement, un effort est fait pour pouvoir utiliser l’application le plus possible sans connexion. Certaines fonctionnalités seront bloquées ou non-disponibles, par exemple. Garder une base de données sur le iPhone permet d’avoir les données plus rapidement qu’en les “demandant” à un serveur, et elles sont accessibles en tout temps. Par contre, le poids de l’application est considérablement plus lourd. Sur quoi base sa décision? Qui est l’usager type? Penser au métro. Quelles données veut-on envoyer ou recevoir? Dans le cas d’un projet de recherche, l’application ne sera pas téléchargée via 3G ou internet. La préoccupation du poids de l’application est beaucoup moins importante.

13 Exemples de fonctionnalités exigeant la connexion
Télécharger de l’information nouvelle (downloader) Courriels, nouveaux Tweets, dernières nouvelles Téléversement de nouvelles données (uploader) Envoyer les échantillons recueillis sur la base de données, envoyer un courriel Regarder un vidéo Dans la grande majorité des cas, les vidéos sont “stockés” sur les serveurs, et l’utilisateur le visionnera à distance. (YouTube) L’alternative disponible est d’avoir les vidéos dans la mémoire de l’application du iPhone. Son visionnement est plus rapide et toujours accessible, mais la taille de l’application grandit énormément.

14 La plateforme d’Apple Présenter les appareils mobiles d’Apple et les comparer avec la concurrence: autant les détails physiques que logiciels seront discutés.

15 Les différents appareils
Plus de détails au

16 Les différents appareils

17 L’écosystème Apple App Store + de apps sur le App Store, dont pour le iPad 30 milliards de téléchargements Disponible dans plus de 155 pays Nombre de développeurs: Nombre de soumission quotidiennes (incluant les mises à jour): 374 Prix moyen d’une application: 1,71$ Ce que ces chiffres veulent dire: iOS est un OS mature, largement utilisé Beaucoup de librairies disponibles pour les développeurs, et beaucoup de documentation «Quelqu’un a eu le même problème avant moi...» Ces chiffres sont également extrêment pertinents pour des projets comme RéadApps. Appareils mobiles 410 millions d’unités vendues (incluant iPhone, iPad, iPod Touch) 80 % d’entre eux opèrent le système d’opération iOS 5 & 6 (En date du 11 juin 2012) Source: Statistiques pour le AppStore des États-Unis: Source: 80 % d’entre eux opèrent le système d’opération iOS 5 & 6http://news.cnet.com/ _ /apple-365-million-ios-devices-sold-80-percent-running-ios-5/

18 La concurrence... Google (Android) Système populaire, surtout en raison des bas prix des appareils Distribution inégale, laissée à la discrétion des manufacturiers ~ apps sur GooglePlay Améliorations notables au niveau de la sécurité dans les dernières années Langage utilisé (Java) très répandu RIM (BlackBerry) Doit sortir BB10, mais sa sortie est sans cesse repoussée apps sur le BlackBerry App World Microsoft (Windows 8) Le nouveau système d’exploitation Windows 8 sort demain (9 novembre) Windows Phone 7 est sorti le 27 septembre 2011 aux États-Unis ~ apps sur le Windows Phone MarketPlace Google utilise Java comme langage de développement. C’est un langage largement utilisé et donc, lui aussi, bien documenté, avec beaucoup de librairies. Attaques à la sécurité déjà survenues (2 fois au moins): quelqu’un télécharge l’application, la modifie en y incluant du code malveillant, et re-publie l’application sur le Market. Ainsi, un usager va téléchager une application qu’il croit sécuritaire, alors qu’il vient d’installer une application capable de copier toutes les informations personnelles disponibles et les envoyer sur un serveur.

19 Pourquoi le iPhone? Raison historique Apple est le premier à être arrivé avec un AppStore et une plateforme (incluant le iPhone lui-même, l’environnement de développement, etc.) permettant la création de ce projet Apple offre un écosystème complet Appareils et logiciels matures Raisons de sécurité Raisons de sécurité seront discutées au dernier point Les multiples appareils iOS offrent une richesse de choix pour les différents projets. Ainsi, RéadApps a choisi d’acheter plusieurs iPodTouch au lieu de iPhone. Pour des projets futurs, il devient facile d’envisager de faire des versions universelles.

20 Comment distribuer les applications?
App Store Application disponible à tous, et qui doit passer par un processus de révision vigoureux d’Apple Distribution “maison” Requiert une licence de développement d’entreprise Permet de contourner le AppStore Les entreprises utilisent ce moyen (nous aussi) AirWatch ou autres programmes de distribution

21 Composantes matérielles du iPhone
Le iPhone est muni de plusieurs détecteurs qui peuvent s’avérer être des outils incroyables pour la recherche, la collecte de données, etc. Les combiner devient extrêmement intéressant... Pour s’en servir, il faut les comprendre.

22 Géolocalisation GPS Global Positionning System
GLONASS Système similaire et complémentaire au GPS L’application doit préalablement demander l’autorisation pour obtenir les coordonnées Google Maps / Apple Maps Prend un certain temps à déterminer l’endroit exact Un icône dans la bar de statut indique que l’application utilise les coordonnées Distinctions entre les 2 cartes. Principale différence: transports en commun. Maturité de GoogleMaps

23 Exemple d’utilisation de la localisation
Find My Friends: connaître l’emplacement d’amis Maps (AppleMaps sur iOS6, sinon GoogleMaps) Biximo: connaître les bornes de Bixi environnantes ainsi que les vélos disponibles Yelp: suggère des commerces avoisinants

24 Accéléromètre Mesure l’accélération (le mouvement) et l’inclinaison Rotation de l’écran Permet d’initier des actions Gyroscope Mesure l’orientation et la rotation Plus précis que l’accéléromètre, mais plus énergivore Détecteur de luminosité ambiante Détermine si il y a beaucoup de lumière dans la pièce Sert principalement à ajuster le niveau de brillance de l’écran Détecteur de proximité Détermine si il y a une masse devant le iPhone Sert principalement à bloquer l’écran lorsqu’on porte l’appareil à notre oreille lors d’un appel Exemple de Accéléromètre: AirPaint, AirCoaster, Wooden Labyrinth 3D. Exemple de Gyros: Jenga, RealRacing2, N.O.V.A.

25 Exemple d’utilisation des détecteurs
Jenga: tourner autour des blocs Real Racing 2: tourner le iPhone pour tourner le volant RunKeeper Pro: compagnon de course, fournissant le trajet, mais aussi la vitesse ou le ryhtme, la distance parcourue, le rythme cardiaque (avec un moniteur de fréqueces cardiaques), etc. UrbanSpoon: brasser le iPhone pour activer la roulette Star Walk: réalité augmentée pour voir la carte du ciel Démonstrations live si possible...

26 Accessibilité Apple offre des outils très puissants aux gens vivant avec un handicap ou une maladie (la sclérose en plaque, par exemple). Ces outils sont méconnus, mais ouvrent la voie de la technologie à des gens qui la pensait inaccessible. L’erreur la plus fréquente est de les oublier et de les négliger, handicap ou non... Se personnalise se fait dans «Régagles», mais un effort des développeurs doit être fait.

27 Vision VoiceOver Toucher pour entendre 36 langues (dont Français (Canada)) Lis ce que l’usager écrit (ch. caractère et/ou ch. mot) Peut se connecter à un afficheur de Braille Zoom Aggrandir tout l’écran, indépendamment des fonctions des différentes apps (ex.: Safari) Grande policie Inverser les couleurs Énoncer la sélection Énonciation automatique Triple clic Peut activer le VoiceOver, Zoom ou Inverser les couleurs VoiceOver a eu le temps de maturer. Une des fonctionnalités majeure de l’accessibilité. Pourrait permettre de rejoindre des clientèles analphabètes, par exemple. Grande police: Jusqu’à 56 pts dans Alertes, Calendrier, Contacts, Mail, Messages et notes Inverser les couleurs: White on black Énoncer la sélection: lire le texte sélectionné, même sans VoiceOver Énonciation automatique: lis les autocorrections et les suggestions de majuscule

28 Audition Appareils auditifs (communiquant via bluetooth)
Flash LED pour alertes Audio mono Balance gauche/droite FaceTime Sous-titre des films Alertes visuelles et par vibration le iPhone prend en charge le mode TTY (et des appareils compatibles sont disponibles en ligne)

29 Handicaps physiques et moteurs
AssistiveTouch Vitesse du clic Appels reçus (pour les transférer) Triple clic Peut activer AssistiveTouch Excellente réponse de l’écran Autocorrections du clavier AssistiveTouch aide avec le toucher de l’écran, ou de connecter un accessoire adaptatif

30 2 exemples d'applications
Premier exemple Troisième exemple: 5:18 2 exemples d'applications

31 Périphériques disponibles
Le iPhone communique avec son environnement: on s’imagine très rapidement les communications web (avec un serveur, par exemple). Il existe néanmoins une variété surprenante d’appareils qui peuvent communiquer avec le iPhone.

32 Des périphériques au même titre que les périphériques d’un ordinateur de bureau Ex.: imprimante, disque dur externe, etc. Intégration de ces périphériques à une application (API) Les périphériques ont des protocoles de communication. Dans la quasitotalité des cas, ces communications se font au-travers d’une porte d’entrée, c’est à dire des services que l’appareil peut offrir. Par exemple: “Établis la communication” “Envoie-moi la donnée recueillie” Doit être fournie par la compagnie qui fabrique l’appareil périphérique

33 Moniteur de fréquences cardiaques
Pression artérielle Glycémie Pèse-personne Thermomètre Afficher Braille sans-fil

34 Moniteurs de fréquence cardiaque
Les moniteurs de poitrine sont plus précis que ceux allant au poignet Polar H7 Bluetooth 4.0 seulement S’attache à la poitrine Nécessite peu d’humidité pour bien fonctionner Pas besoin d’API spécifique

35 Pression artérielle Permet de brancher un tensiomètre au iPhone
Blood Pressure Monitor Withings health companion Garde l’historique des échantillons Permet de comparer avec une normale adaptée à certains critères, comme l’âge, le sexe et la durée du jour

36 Glycémie À l’aide d’un échantilloneur, permet d’enregistrer les résultats d’un échantillon de sang iBG Star Ne semble pas disponible au Canada pour l’instant Passer rapidement, puisque non disponible au Canada Si il y a un potentiel, toutefois, on peut toujours communiquer avec la compagnie et regarder ce qui est possible. Pas d’info sur un API disponible

37 Pèse-personne Pèse-personne communicant sans-fil avec l’appareil
Withings Application disponible sur le AppStore https://itunes.apple.com/ca/app/withings-health-companion/id ?mt=8

38 https://itunes.apple.com/gb/app/vitadock/id402405989?mt=8
Thermomètre par Medisana AG Ne semble pas être disponible au Canada. Ils ne livrent qu’en Europe, présentement, mais promettent des livraisons en Amérique bientôt. Application iPhone: VitaDock Application gratuite recueillant les données de l’accessoire Medisana offre également des appareils de mesure de tensions, de glycémie et de poids. Article où le thermomètre est mentionné: https://itunes.apple.com/gb/app/vitadock/id ?mt=8

39 Afficher Braille sans-fil
Commandes disponibles (pour contrôler le iPhone) “Lire” le texte sélectionné Remplace des utilitaires comme “VoiceOver”

40 Capacités logicielles
Que peut-on construire, comme application? Certaines stratégies sont plus payantes que d’autre. Présentation d’une liste non-exhaustive de l’aspect logiciel du iPhone.

41 Ce que le iPhone peut accomplir...
Applications natives / applications web Calculs statistques Intégration de bases de données complexes Capacités computationnelles au même titre qu’un ordinateur de table Exemple d’application web: Facebook, avant le dernier update majeur

42

43 Ce que le iPhone peut transmettre et recevoir
Transmission de données à un serveur Déléguer des tâches à un serveur Recevoir les données transmises par les périphériques Visionner du contenu situé sur un serveur Déléguer des tâches: call blast Essentiel, dans ce cas, pour contourner les restrictions du iPhone

44 Force décuplée du iPhone
Combiner les données recueillies de divers endroits Par exemple, combiner une humeur faible et un endroit géographique, dans le cas où l’auto-évaluation de l’humeur est statistiquement toujours plus faible dans un certain lieu. C’est un appareil que nous avons toujours sur nous Accessibilité accrue par rapport au papier ou un ordinateur de table Système de notifications et de rappels C’est aussi un appareil que nous utilisons quotidiennement Intégration avec les données du iPhone: par exemple, créer automatiquement un événement au calendrier à l’aide des données de l’application

45 Restrictions du iPhone
Communications restreintes avec les applications natives de Apple (ex.: Calendrier, Contacts) Deux applications développées par des tierces parties ne pourront interagir entre elles L’ouverture de l’app se fait par l’usager On ne peut pas revenir automatiquement à notre app Beaucoup de comportements par défauts ne sont pas modifiables Par exemple, les notifications, laissées au contrôle de l’usager Restrictions qui sont mises en place pour des raisons de sécurité, mais aussi pour assurer une expérience usager de haut niveau

46 Siri Ce nouvel assistant d’Apple fait jaser, et pour cause. Nous, peut-on s’en servir?

47 Naissance de Siri Apparait en tant qu’application de tierce-partie le 28 avril Développé initialement par Siri Inc, puis acheté par Apple Intégré au système d’exploitation depuis iOS 5.0 Évolution de Siri Depuis iOS 6.0, Siri offre de nouveaux services (ex.: ouvrir une application) Nouveaux langages, dont “canadien français” Appareils compatibles iPhone 4s, iPhone 5 iPod Touch de cinquième génération nouveau iPad et iPad mini Possibilités et limitations Possiblement un API pour Siri Limitations légales Limitations légales. Exemple, Siri n’était pas autorisée à divulguer les commerces environnants avec maps sous iOS 5 (et google Maps). Le API veut dire: pourrait être ajouté si ça devient possible avec iOS 7 ou ultérieur, mais ne pas s’y fier pour l’instant, et ne pas baser le concept d’une app avec cette possibilité. Bref, on ne peut pas encore se fier à Siri pour créer le concept de base de l’application, mais on peut déjà prévoir qu’il sera (probablement) possible de l’ajouter. Si c’est pertinent, c’est recommandé de le mentionner au comité scientifique et au comité d’éthique.

48 Confidentialité, éthique et sécurité
Relativiser les craintes légitimes par rapport à la confidentialité et l’éthique en expliquant certains concepts fondamentaux de sécurité et du iPhone et en citant des exemples.

49 Apple et la confidentialité
Données encryptées Envoi des données (iCloud) encryptées à l’aide de AES 128-bits Pages web contenant de l’information personnelle utilisant SSL Certification «Sceau privé» de TRUSTe concernant les politiques de confidentialité Détails sur L’encryption dans les projets de la phase 1 était MD5, un algorithme de chiffrement encore considéré comme sécure.

50 iOS et la sécurité Principe du “sandboxing” Empêche l’application d’accéder aux données ou au code d’une autre application Sécurité contre le piratage, le code malveillant L’accès au système d’exploitation est restreint Par exemple, accéder aux données d’un contact du carnet d’adresse requiert la permission explicite de l’utilisateur. Qui peut accéder aux données d’une app Comportements du système d’exploitation Une application peut “s’abonner” à un type de fichier (ex.: pdf). Une autre application peut alors partager un pdf vers cette première application. Par exemple: Dropbox. Comportements: Demander la permission à l’utilisateur avant d’accéder à des données personnelles Voir la liste des apps qui ont demandé la géolocalisation dans les 24 dernières heures ou l’utilise présentement. On peut voir aussi qui utilise le geofence. iOS 6.0: nouvelle section Confidentialité qui indique toutes les applications ayant demandé les infos des contacts, rappels, calendriers, photos, etc. https://developer.apple.com/library/ios/#documentation/Security/Conceptual/Security_Overview/SecuritySvcs/SecuritySvcs.html#//apple_ref/doc/uid/TP SW5

51 Notre part de responsabilité par rapport à la sécurité
Find My iPhone Permet de retrouver un iPhone égaré Permet de verrouiller à distance un iPhone perdu Éduquer les utilisateurs Réglages plus sécuritaires Verrouillage par code Restrictions Airwatch Éducation: sensibiliser sur l’importance du code si c’est pertinent

52 Le comité d’éthique - exigeances particulières
Ajout d’éléments spécifiques au iPhone Un risque inhérent à l’utilisation d’une application mobile. L’utilisation d’une application mobile peut diminuer la qualité de l’attention portée à une activité. L’application mobile testée va sonner à intervalle régulier, et peut donc représenter une source de distraction importante pour un sujet qui serait dans une activité qui nécessite toute son attention (telle que la conduite d’un véhicule) Indiquer le niveau de responsabilité civile couvert par le Centre de recherche Fernand-Seguin Les données recueillies par l’application ne devaient pas dépasser le cadre de la recherche tel qu’approuvé par le comité scientifique Comité scientifique: (dans le cas de iSmart) En cours de route, nous avons pensé analysé les niveaux de stress en fonction des données de géolocalisation, pour éventuellement associer un endroit avec un stress élevé. L’analyse des données de géolocalisation n’a pas été permise par le comité d’éthique puisque ce n’était pas dans le devis approuvé par le comité scientifique.

53 Le comité d’éthique - précautions exigées
Assurer le comité de l’anonymisation des données Données associées au UDID Préciser le lieu physique du serveur Indiquer l’encryption des données lors de la transmission des données MD5 Les données recueillies sur le serveur sont associées au UDID du iPhone Dans le cas de ReadApps, le processus n’a pas semblé différent d’autres projets. Dans ce cas spécifique, il ne s’agissait pas de données et cliniques, et tout est anonyme (pas moyen d’associer une évaluation avec le nom de quelqu’un).

54 Le comité d’éthique - ce qui a aidé
Présenter un prototype de l’application au comité d’éthique Indiquer que l’application développée (ou l’appareil si il est prêté) sera retiré des patients après le projet

55 Accueil chez les professionnels
Assistance a été présentée lors de l’institut d’été du CRISE à l’UQÀM le 1er juin dernier, au Centre de Recherche Fernand-Seguin le 5 octobre dernier ainsi qu’à la conférence annuelle du ACPS à Niagara Falls le 16 octobre dernier. Les applications ReadApps et iSmart ont également été présentées au Centre de Recherche Fernand- Seguin le 5 octobre dernier, lors de la conférence «Quand la santé mentale devient mobile» Ça été très encourageant et très positif de présenter les idées et les réalisations devant des gens de milieux divers. Beaucoup de gens désirent s’impliquer (ou contribuer). D’autres aimeraient utiliser l’application dans leur travail. D’autres sont simplement impressionnés de la technologie derrière certains aspects d’une ou l’autre des applications. Mais une chose qui ressort beaucoup, c’est la surprise de voir qu’un centre de recherche a accepté de lancer le projet. Des remerciements particuliers s’imposent à Sonia Lupien et le Centre de Recherche Fernand-Seguin, pour avoir mis ce projet sur pied et pour l’avoir soutenu, et à Bell pour avoir financé ce projet.


Télécharger ppt "Tout ce qui est iPossible..."

Présentations similaires


Annonces Google