La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

H.Grinberg. Dossier pédagogique.1 Carnaval dans les Andes A la rencontre de Carlitos Auteur Hélène Grinberg, anthropologue, professeur d’histoire géographie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "H.Grinberg. Dossier pédagogique.1 Carnaval dans les Andes A la rencontre de Carlitos Auteur Hélène Grinberg, anthropologue, professeur d’histoire géographie."— Transcription de la présentation:

1 H.Grinberg. Dossier pédagogique.1 Carnaval dans les Andes A la rencontre de Carlitos Auteur Hélène Grinberg, anthropologue, professeur d’histoire géographie Public A partir de 9 ans Mots-clés Carnaval, traditions, voyage, découverte du monde, cheval, mythologie andine Edité par Grandvaux Diffusé par Belin Quizz et lexique à la fin de l’ouvrage Pour en savoir plus sur… le Carnaval, l’Equateur Sortie 15 mai 2012

2 H.Grinberg. Dossier pédagogique.2 Présentation de l’ouvrage Résumé: En compagnie de son nouvel ami Pedro, David assiste aux festivités du Carnaval dans une communauté indienne d’Equateur. Le Carnaval est annoncé dans les rêves et personnifié par un personnage imaginaire,Taita Carlitos, dont la figure anime les rituels, les chansons et les jeux. Leur ouverture d’esprit et leur perspicacité permettront aux deux enfants de découvrir l’identité mystérieuse de ce « cavalier » né de la rencontre des cultures occidentale et andine au temps de la Conquête. Intérêt pédagogique: Ce récit convie les jeunes lecteurs à une initiation au voyage, à une rencontre avec la diversité des sociétés humaines. Il veut leur donner le goût de l’ailleurs à travers la découverte des cultures, des modes de vie, des croyances et des traditions andines. Parmi elles, le Carnaval : univers du jeu et du rêve, marqué par les mythes de la création, le culte de la Pachamama et celui des esprits ancestraux.

3 H.Grinberg. Dossier pédagogique.3 Plan du dossier pédagogique Plan du dossier pédagogique Ce dossier est principalement destiné aux professeurs. Il présente une analyse succincte du récit Carnaval dans les Andes. A la rencontre de Carlitos - Une présentation du cadre: lieux, période, personnages - Une fiche sur la structure du récit: Carlitos, entre rêve et réalité - Des fiches autour d’une thématique: l’initiation au voyage: Découverte de l’environnement, du cadre géographique Découverte des hommes et de leur mode de vie - Des fiches sur les rites du Carnaval et des croyances qui y président -Une fiche sur un élément culturel omniprésent: le cheval (ultérieurement) -Des fiches sur les syncrétismes entre divinités andines et chrétiennes - Des fiches sur l’identité de Carlitos, personnage emblématique du Carnaval dans le Chimborazo. - Une fiche sur les autres Carnavals d’Equateur (ultérieurement) - Des pistes d’étude sous la forme de fiches d’activité

4 H.Grinberg. Dossier pédagogique.4 Présentation du récit Présentation du récit L’espace-temps 1- Lieux Pays : Equateur R é gion : Chimborazo Zone : la sierra, Cordillère des Andes Ville/village : Guamoté et Santa Cruz (communauté) 2- PériodeFestivités Carnaval Mois Février Deux indices : Fin de l’hiver, premières récoltes la mort du carnaval le 28 février p.24 p.68, 72 GuamotéSanta Cruz La boutique de don Alfredo Le sanctuaire de San Carlos La place des taureaux L’église et la « cancha » La colline d’Usubug La chapelle « d’en haut » Evocation du passé : le monde des ancêtres lié aux espaces sauvages (sacha) et aux denrées crues p Le monde présent et futur avec les « ñetos » (petits-enfants), lié au monde domestique et à la nourriture cuisinée p.64

5 H.Grinberg. Dossier pédagogique.5 Présentation du récit Présentation du récit Les personnages Habitants de Santa Cruz Habitants de Guamot é Autres villages Anastasio (paysan) p.6, 17, 34 Hilario (directeur de l’école) p.18, 20, 21, 25 Don Narcisso (épicier) et son fils Angel p.16, 18, 57 Le borracho p.27 Les abuelitos et les ñetos p Rosa Elena, sœur de Pedro Don Alfredo (commerçant) p.34,35,38 Doña Rosario p Don Alfonso (voisin) p. 38 La mère Ayol (Totoras) p.15, 16 Doña Elsa (Tixan) p Doña Manuela (Alausi) p42,43 Le couple de paysans p Les protagonistes: David Enfant curieux, ouvert et tol é rant (p.5) qui conserve un esprit critique (p.52, p.60). Per ç u, en Equateur, comme un « gringuito », c ’ est- à -dire venu d ’ ailleurs. Pedro Enfant de la communaut é indienne de Santa Cruz, impr é gn é de l é gendes et de mythes andins. Il est tr è s communicatif et fait d é couvrir à David tous les rites du Carnaval et les croyances qui y sont associ é es.

6 H.Grinberg. Dossier pédagogique.6 » Les rêves : Dès le début du récit, évocation des apparitions oniriques d’un « esprit », Taita Carlitos assimilé à un diable…qui n’est autre que le Carnaval. Chapitre 2 La réalité: La montée à la colline Boutique de don Alfredo Le personnage est incarné par la figure du Roi (Hilario) et évoqué dans les chansons. Chapitre 3 San Carlitos est représenté par une statuette qui peut se substituer au Roi pour assurer la fertilité des champs. Chapitre 4 Retour au rêve Evocations des apparitions de la statuette de San Carlitos Ch.4 Appartitions de saint Jacques pendant la conquête. Chapitre 5. Entre rêve et réalité: les « abuelitos » Les « abuelitos » incarnent sous une forme ludique les esprits des ancêtres (Carlitos) qu’ils évoquent dans leurs boniments et leurs chansons. Chapitre 7, 8 On enterre ou on chasse Carlitos, le Carnaval, sous une forme théâtrale et ludique. Chapitre 9 Structure du récit Structure du récit Entre rêve et réalité

7 H.Grinberg. Dossier pédagogique.7 Initiation au voyage Initiation au voyage Découverte de l’environnement Le récit se déroule dans un petit pays d’Amérique latine, l’Equateur. Situé de part et d’autre des hémisphères nord et sud, l’Equateur est divisé en trois grands milieux: la costa, chaude et humide, la sierra - où se trouve la communauté de Santa Cruz - et la selva (p. 5 et carte p ) David est vite plongé dans l’univers de la Cordillère des Andes. La province du Chimborazo où il séjourne se caractérise par: - la présence de volcans actifs aux sommets enneigés (p.5, 9) - des altitudes très élevées où l’homme manque d’oxygène (p.24) - un vent froid d’altitude, de la grêle (p.59) et des inondations (p.42-43), et un ciel bas et brumeux (p.5 ) - une durée du jour est égale à celle de la nuit (p.9) - la présence de lagunes et d’une végétation spécifique (p. ) - des pistes caillouteuses là où il n’y a pas de routes (p.11 )

8 H.Grinberg. Dossier pédagogique.8 Initiation au voyage Initiation au voyage Découverte des hommes et de leur mode de vie Avec David, on découvre: ce qu’est et comment fonctionne une « communauté indienne »(Santa Cruz) (encadré p.6, 61): Divisée en deux moitiés, celle d’en haut (p. 51) et celle d’en, l’habitat y est quelque peu dispersé. La communauté est dirigée par un « président » et les « comuneros » y travaillent collectivement. le type d’habitat: des maisons d’adobe, petites, mal éclairées et rarement chauffées (p.33). Insuffisance du réseau électrique. un milieu agraire: la plupart des comuneros, tel Anastasio, sont des paysans. Ils cultivent la quinoa, le maïs et les tubercules (pomme de terre, carotte…) (p.57) et tuent les animaux qu’ils consomment (p.52 ). la gastronomie à base essentiellement de maïs: grillé (tostados), bouilli (moté), écrasé (humitas) ou fermenté (chicha) (p.19, 26, 64). On consomme le cochon d’Inde (cuy, p.58) depuis les Incas. la pauvreté évoquée par la menace de la visite du yarcay (personnification de la famine), p.59 le bilingüisme des habitants de Santa Cruz qui parlent le quichua (langue importée par les Incas au XIIIè s.) et l’espagnol.

9 H.Grinberg. Dossier pédagogique.9 Gastronomie et carnaval dans les Andes Humitas Purée de maïs et de maïzena, sucrée ou salée, enroulée dans la feuille du maïs Tostados Grains de maïs grillés à la poêle ou sur un brasero, salés, et servis en apéritif ou comme accompagnement du repas (remplace le pain) Moté con cuy Grains de maïs bouillis auxquels on a mêlé des morceaux grillés de cochon d’inde Chicha Bière de maïs plus ou moins fermenté

10 H.Grinberg. Dossier pédagogique.10 Initiation au voyage Initiation au voyage Les langues Espagnol Langue imposée les Espagnols lors de la conquête de l’empire Inca au XVIè s. Quichua Langue imposée par les Incas venus du Pérou conquérir toute la zone andine vers le XV è s. donc juste avant la conquête espagnole. Les populations andines s’expriment souvent dans les deux langues. A la fin du livre, un lexique regroupe les termes utilisés dans le récit (p.74-75). Sierramontagne GringoÉtranger, venu d’ailleurs CompadreCompère, parrain, ami abuelitaGrand-mère (diminutif) Buenos diasbonjour Huahuaenfant Aréoui Sachasauvage TaitaPère, monsieur CuyCochon d’Inde

11 H.Grinberg. Dossier pédagogique.11 Présentation du récit Présentation du récit Les rites du carnaval

12 H.Grinberg. Dossier pédagogique.12 Rites du Carnaval Rites du Carnaval Le culte de la Pachamama et les rites de fertilité Les croyances -Elles sont véhiculées par des mythes que les Indiens n’évoquent pas mais dont ils sont néanmoins imprégnés. Ils sont sûrs que le fait de réaliser les rites d’offrandes à la Pachamama leur permettra d’obtenir de meilleures récoltes p. 26 -La Pachamama et les montagnes sont assimilées à des figures de la Bible: Marie, Elisabeth (Mama Isabel) ou Eve. Les rites -Des prières pour réclamer la pluie favorable à la germination des grains p.23 -La montée à la « colline de l’abondance », Usubug, en quichua p.23 -Le transport de gerbes de fleurs et de blé par les femmes p.24 -Le piétinement volontaire des cultures par les sabots du cheval du Roi, au nom de Taita Carlitos p.25 -La circulation de la statuette de San Carlitos (saint du Carnaval) dans les champs p.38 Les comuneros réalisent en l’honneur de la Pachamama (la Terre-Mère) des rites d’offrandes afin qu’elle leur apporte la fertilité et l’abondance.

13 H.Grinberg. Dossier pédagogique.13 Rites du Carnaval Rites du Carnaval Le culte des ancêtres et des montagnes Les croyances -Les volcans sont appelés « apus », c’est-à-dire maîtres, seigneurs car ils renferment l’esprit des ancêtres. Certains portent le nom de personnages bibliques p.8, 10. -L’esprit des ancêtres apporte aux hommes la pluie, les bonnes récoltes et la richesse p.13, ch.5 -L’esprit de la montagne est assimilé à un diable (urcu yaya) p.13 Les rites -La montée aux collines à la rencontre de l’esprit de « Taita Carlitos » p.23 -La « nuit des abuelitos » au cours de laquelle deux personnages déguisés en « vieux » (grand-parents) recueillent les offrandes (denrées crues) destinées aux ancêtres Taita Carlitos et Mama Evita Ch.5 -Les 3 tours de la chapelle où se trouve une croix de pierre investie d’une force sacrée (l’esprit ancestral) p.51 -L’enterrement du Carnaval pour chasser l’esprit de l’ancêtre du monde des vivants p Les comuneros perpétuent à leur insu des croyances et des rites liés au culte des montagnes et des ancêtres.

14 H.Grinberg. Dossier pédagogique.14 Rites du Carnaval Rites du Carnaval Le culte de San Carlitos, « saint patron du Carnaval » Les croyances Pour les populations de la région, San Carlitos apparaît sous la forme: -d’un personnage imaginaire dont les apparitions précèdent la venue du carnaval ( p.15-21) -d’un saint qui, dans les rêves, se présente sous le nom de San Carlos ( p.41) -d’une statuette souvent trouvée au bord du chemin ou dans un champ ( p.41) et vêtue comme le Roi du carnaval (p.39) Les rites -Les prières adressées à san Carlos avant de monter à la colline d’Usubug et des bénédictions réalisées en son nom p.23 -Les gestes accomplis devant la statuette du saint: 1) déposer une bougie (souvent le mardi) dont on a au préalable frictionné le corps d’un enfant afin de le protéger de la maladie p ) enrouler du crin de cheval sur la patte du cheval de san Carlos pour assurer la reproduction des animaux p.36 -Les processions avec la statuette dans les champs pour en assurer la fertilité p.38 -Les rites s’adressant à l’esprit de l’ancêtre qu’on appelle dans la région Taita Carlitos

15 H.Grinberg. Dossier pédagogique.15 Voyage au cœur de la mythologie andine Le mythe de la cr é ation du monde par Viracocha Le dieu cr é ateur Viracocha a cr éé les êtres humains dans de la pierre. Les ancêtres de chaque communaut é ont ainsi é merg é des sources, des grottes, des roches et des montagnes...). A la fin du mythe, Viracocha a disparu par la mer annon ç ant son futur retour parmi les hommes. p.16, p R é int é gration des âmes dans la Pachamama L ’ âme des d é funts retourne dans les é l é ments de la nature (roches, grottes, montagnes … ) dans lesquels elle se r é incarne, ce qui a contribu é à consid é rer les montagnes comme des êtres f é minins ou masculins. Mais elle revient cycliquement dans le monde des vivants y cr é ant chaque fois un grand bouleversement (pachacutic). Les hommes sont alors oblig é s d ’ adresser des offrandes à la terre afin d ’ en apaiser la col è re et de s ’ assurer sa fertilit é. p.8

16 H.Grinberg. Dossier pédagogique.16 La rencontre entre les divinités andines et le christianisme Viracocha - Illapa / saint Jacques Les populations andines ont per ç u l ’ arriv é e fracassante des conquistadors comme le retour du dieu Viracocha dans le monde des vivants sous la forme du dieu de la foudre, Illapa. Les arquebuses, le fracas des armes, les cavaliers brandissant leur é p é e au cris de « Santiago » (saint Jacques) qu ’ ils disaient apercevoir dans le ciel ont conduit à cette vision et l ’ assimilation d ’ Illapa au saint patron de l ’ Espagne. p La rencontre entre la Pachamama et les figures féminines du christianisme Au cours de l’évangélisation (XVIè s.), les missionnaires ont laissé se réaliser le syncrétisme entre la divinité andine Pachamama - lieu de naissance des êtres humains et lieu de réincarnation de l’esprit des ancêtres - et les figures féminines de la Bible: Eve, ancêtre de l’humanité, Elisabeth et Marie, elle-même considérée comme la Mère de l’humanité. Les montagnes ont pris des noms bibliques et Taita Carlitos est accompagné de sa moitié féminine, Mama Evita. p.10, 12

17 H.Grinberg. Dossier pédagogique.17 Correspondance entre les divinités de l’ancien et du nouveau mondes

18 H.Grinberg. Dossier pédagogique.18 Les Incas furent des empereurs du Pérou au XIIIè s. Leur empire s’appelait le Tawantinsuyu, c’est-à-dire l’empire des « 4 quartiers ». On l’a aussi appelé « l’empire du soleil », en l’honneur de l’empereur fils du Soleil (Inti). Les Incas conquirent les terres qui s’étendaient du Chili à la Colombie en passant par l’Equateur actuels et fixèrent leur capitale au Cuzco (« nombril du monde »). Ils tracèrent des routes (« chemin de l’Inca), élevèrent des villes et des temples de pierre. Ils les peuplèrent de populations venues du Pérou, imposèrent la langue quechua et le culte de leurs dieux (Viracocha, Inti, Illapa, Tunupa…) L’empire se divise au XVè s. L’empereur Atahuallpa, venu de Cacha dans le Chimborazo, prend la tête de la partie nord de l’empire et s’installe à Quito (actuelle capitale de l’Equateur). L’empire déjà affaibli s’effondre sous les coups de la conquête espagnole au XVIè siècle. Un petit mot sur l’empire inca

19 H.Grinberg. Dossier pédagogique.19 Dimension onirique du Carnaval L’identité de Taita Carlitos Dimension onirique du Carnaval Le personnage de Taita/San Carlos est omniprésent et participe de la dimension onirique des festivités du Carnaval - Dans les Andes, le Carnaval est annoncé par des rêves prémonitoires qu’évoquent les comuneros (Narcisso, Anastasio, Angel, Hilario) de même qu’une habitante de la ville (Rosario). Taita Carlitos surgit au sommet des collines sous les traits d’un cavalier vêtu de blanc, brandissant un étendard et paré d’instruments de musique typiques de la région andine. Il a parfois les traits d’un ancêtre défunt que l’on reconnaît aisément. Il désigne ceux qui participeront ou qui organiseront, en son nom, les festivités du carvaval. Parfois annoncé par le vent froid du paramo, il peut avoir l’apparence de Jésus p p.19 - La statuette qui le représente est celle de saint Jacques (« tueur de Maures » et « pèlerin »), saint patron de l’Espagne dont les conquistadors ont introduit le culte parmi les populations andines lors de la Conquête du Nouveau Monde. Dans les rêves, le coq et les instruments de musique l’identifient comme patron du Carnaval, esprit ancestral et musicien. De nombreuses similitudes unissent les apparitions de Taita Carlitos et celles de saint Jacques dans l’Espagne médiévale et lors des batailles contre les armées Incas au XVIè s. Photo de couverture, photo p.35, p p.39, 41 p.46

20 H.Grinberg. Dossier pédagogique.20 Dimension ludique du carnaval L’identité de Taita Carlitos Dimension ludique du carnaval Le personnage de Taita/San Carlos est omniprésent dans le récit et donne une dimension ludique aux rites du Carnaval. C’est en son honneur que les jeux qu’il préside et avec lesquels il s’identifie sont organisés. Taita Carlitos est, en quichua, « pujllay » (le jeu) Taita Carlitos personnifie le Carnaval. Il est représenté par un Roi qui porte la même cape et la même couronne et possède les mêmes pouvoirs sur la fertilité des champs. p.25 Il est présent sous l’apparence des deux « vieux » lors de la nuit des « abuelitos » à Santa Cruz. Tout en se faisant passer pour Taita Carlitos et Mama Evita, les deux personnages font allusion dans leurs boniments et leurs chansons et par un étrange dédoublement (ici et ailleurs), à l’ancêtre. p Taita Carlitos et Mama Evita, sa compagne, mais aussi sa moitié féminine, sont évoqués dans les chansons de carnaval (les carnavalitos) qu’on ne peut chanter qu’en cette période de l’année. p.30, 62

21 H.Grinberg. Dossier pédagogique.21 Musique, carnaval et retour des ancêtres Les carnavalitos évoquent le retour des esprits ancestraux, Taita Carlitos et de Mama Evita. Les musiciens et ceux qui se sont enivrés disent, dans leurs chansons, avoir été envoyés par les esprits. Les « abuelitos » viennent en leur nom molester les comuneros en pleine nuit afin de recueillir les offrandes qu’ils leur adresseront. Les instruments typiques de la zone andine: le rondador, le tambour et parfois le pingüllo, accompagnent les carnavalitos (4/3) que l’on ne chante qu’à l’occasion du Carnaval, c’est-à-dire du retour des ancêtres parmi les vivants. Taita Carlitos est à la fois l’esprit de ancêtre et le musicien qui accompagne son retour cyclique et temporaire. Les instruments de musique le distinguent de saint Jacques et permettent de l’identifier dans les rêves. Il est lui-même le Carnaval. p.32 p.27 p.59

22 H.Grinberg. Dossier pédagogique.22 Dimension mythique et religieuse du Carnaval L’identité de Taita Carlitos Dimension mythique et religieuse du Carnaval Le personnage de Taita/San Carlos donne enfin une dimension mythique et religieuse au récit et aux rites du Carnaval. - Taita Carlitos est assimilé à l’esprit de la montagne (urcu yaya) et de l’ancêtre. Il revient temporairement dans le monde des vivants introduire le désordre (jeunes filles enlevées) et renverser les normes (hommes déguisés en femmes). Les chansons évoquent ce retour (tigramunshigrani …). Les rites d’offrandes sont destinés à le rendre favorable (fertilité, prospérité). -Taita Carlitos est assimilé à un diable: sa venue menace les hommes de la famine (personnifiée par le Yarcay) et de la grêle, destructrice des récoltes. Les rites d’exclusion (enterrement, renvoi du yarcay) permettent de le renvoyer dans son univers. - Comme Illapa, dieu de la foudre, on peut l’assimiler à saint Jacques, « fils du tonnerre » dans les Evangiles, saint patron de l’Espagne et des conquistadors. A ce titre, Anastasio le considère comme Dieu. Avec son « saint patron », le Carnaval de Guamoté se veut un Carnaval chrétien. Mais l’Eglise ne semble pas prête à l’accepter. p p.32 p.71,72 p..45 p.17, 21 p.40 - Mama Evita, sa compagne, esprit ancestral réincarné dans la Pachamama et présente au cœur du volcan Sangay, est assimilée à toutes les figures féminines de la Bible parmi lesquelles Marie, dont la statuette apparaît aux côtés de celle de Carlitos. p.11 p.43

23 H.Grinberg. Dossier pédagogique.23 Thématique du voyage : un peu de géographie, connaissance de l’autre Compétences - Répondre à des questions (repères géographiques) - Décrire les conditions de vie des populations andines 1- Sur quel continent se trouve l’Equateur? …………………………………………………………………… 2- D’après la page 5 et la carte p.83, quelles sont les trois milieux géographiques de l’Equateur ? ………………………………………………………….………………………………………………………………. 5- Décris l’’habitat des Indiens de la communauté de Santa Cruz: ……………………………………………………………………. ……………………………………………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………… 6- Que consomment l es populations de cette région d’Equateur ? ………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………………………… Quelques pistes d’étude… Fiche d’activité n°1 3- Relève le nom de deux volcans de la Cordillère des Andes 4- Dans quelle région se trouve la communauté de Santa Cruz? …………………………………………………………………………………………………

24 H.Grinberg. Dossier pédagogique.24 Quelques pistes d’étude… Fiche d’activité n°2 Thématique : Entre le rêve et la réalité. Compétences - distinguer dans le récit ce qui relève du rêve, ce qui relève de la réalité - raconter un rêve - comprendre le sens d’un élément culturel (le cheval) 1- Relis le chapitre 4 puis, dans un petit paragraphe, évoque, à ton tour, l’un des rêves dans lesquels apparaît la figurine de San Carlitos. ……………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………… 2- Le CHEVAL dans le récit Relève dans le récit les différentes situations où intervient l’image du cheval. Chapitre 2: ………………………………………………………………………………………………… Chapitre 3: ………………………………………………………………………………………………… Chapitre 4: …………………………………………………………………………………………………. Chapitre 5: ………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………….

25 H.Grinberg. Dossier pédagogique.25 Thématique: Histoire des arts: la statuette de San Carlitos Compétences: - Observer des images, établir des comparaisons - Faire une recherche personnelle 1- En comparant les deux images, relève les caractères identiques entre les deux statuettes et les différences Quelques pistes d’étude… Fiche d’activité n°3 Statuette de Guamoté (photo de couverture) Statuette d’Alausi Photo p. Ressem blances ……………………………………………… ……………………………………………… ……………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… ……………………………………………… Différences ……………………………………………… ……………………………………………… ……………………………………………… ………………………………………………… ………………………………………………… …………………………………………………. 2- Rechercher une reproduction représentant saint Jacques de Compostelle sous l’aspect d’un guerrier et sous les traits d’un pèlerin

26 H.Grinberg. Dossier pédagogique.26 Thématique du voyage: les traditions et les rites Compétences: - Savoir classer des informations - Comprendre le sens des « rites » Classe dans le tableau suivant les différents rites proposés: prières pour demander la pluie (p.23), montée sur la colline d’Usubug à la rencontre de Taita Carlitos (p.23), nuit des abuelitos (ch.5), circulation de la statuette de San Carlos dans les champs (p.38), piétinement des cultures par le Roi (p.25) Quelques pistes d’étude… Fiche d’activité n°4 Rites de fertilité (agraires)Culte des ancêtres (esprits) ……………………………………………………. ……………………………………………. ……………………………………………………


Télécharger ppt "H.Grinberg. Dossier pédagogique.1 Carnaval dans les Andes A la rencontre de Carlitos Auteur Hélène Grinberg, anthropologue, professeur d’histoire géographie."

Présentations similaires


Annonces Google