La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Biennale de l’éducation en Afrique 2006 les 27, 28, 29, 30 et 31 mars 2006 à Libreville au Gabon « Étude sur les coûts et le financement de l’alphabétisation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Biennale de l’éducation en Afrique 2006 les 27, 28, 29, 30 et 31 mars 2006 à Libreville au Gabon « Étude sur les coûts et le financement de l’alphabétisation."— Transcription de la présentation:

1 Biennale de l’éducation en Afrique 2006 les 27, 28, 29, 30 et 31 mars 2006 à Libreville au Gabon « Étude sur les coûts et le financement de l’alphabétisation au Sénégal » Par Binta Rassouloula Aw et Kassa Diagne

2 Problématique CONTRAINTES 1. forte demande en éducation 2. dispositif de suivi- évaluation inopérant 3. non maîtrise des coûts unitaires 4. concurrence avec les autres secteurs de l’éducation 5. pauvreté croissante BESOINS 1. le développement du capital humain comme condition indispensable au progrès social et à la croissance économique 1. le développement du capital humain comme condition indispensable au progrès social et à la croissance économique 2. la lutte contre l’analphabétisme comme condition à l’élévation du bien être individuel et collectif 2. la lutte contre l’analphabétisme comme condition à l’élévation du bien être individuel et collectif 3. la demande en éducation telle qu’elle résulte de la croissance démographique mais aussi de la détérioration des taux de scolarisation de ces dernières années

3 Diagnostic Approche intersectorielle Au Sénégal, la priorité accordée au secteur l’éducation qui reçoit les 40% du budget national depuis 2003

4 DIAGNOSTIC (suite) Approche intra sectorielle Ordre de priorité des sous-secteurs d’éducation: Enseignement élémentaire : 31,97% Enseignement élémentaire : 31,97% Enseignement moyen et secondaire général : 24,75% Enseignement moyen et secondaire général : 24,75% Enseignement technique et formation professionnelle : 2,13% Enseignement technique et formation professionnelle : 2,13% Enseignement supérieur : 17,31% Enseignement supérieur : 17,31% Enseignement préscolaire : 0,72% Enseignement préscolaire : 0,72% Alphabétisation : 0,77% Alphabétisation : 0,77% Gestion administrative : 22, 35 % Gestion administrative : 22, 35 % Total général : 100% Total général : 100%

5 DIAGNOSTIC (fin) Structure du coût unitaire pour un sous- projet de 10 classes avec 3 cohortes de 300 apprenants (exemple projet Banque Mondiale) Formation des personnels : Fcfa Formation des personnels : Fcfa Matériel didactique : Fcfa Matériel didactique : Fcfa Équipement : Fcfa Équipement : Fcfa Suivi& évaluation : Fcfa Suivi& évaluation : Fcfa Indemnités des personnels : Fcfa Indemnités des personnels : Fcfa Fonctionnement : Fcfa Fonctionnement : Fcfa Activités de pérennisation : Fcfa Activités de pérennisation : Fcfa Appui institutionnel : Fcfa Appui institutionnel : Fcfa Total : coût de la subvention pour un apprenant : Fcfa Fcfa (participation par apprenant) AUTRES COUTS UNITAIRES ACDI/ coût de la subvention pour un apprenant : (participation) = FCFA ACDI/ coût de la subvention pour un apprenant : (participation) = FCFA PAIS/Gouvernement : coût de la subvention : = 8500 F PAIS/Gouvernement : coût de la subvention : = 8500 F

6 Sources de financement Sources de financement internes : budget de l’Etat : budget de l’Etat : 1. fonds de dotation aux collectivités par an :159 millions de FCFA pour le PAIS-Etat, 2. Budget annuel pour la contre partie des projets existants : 50 millions Contribution des ménages : Contribution des ménages : Participation communautaire : 2500fcfa par apprenant Participation communautaire : 2500fcfa par apprenant autres sources : Les projets sectoriels logés dans les Ministères techniques ( Pêche ; Élevage ; Développement social ; Agriculture ; etc. ….), les sociétés de développement (SODEFITEX ; SODEVA ; SAED etc.…) ; ONGS Nationales. l’information financière n’est pas disponible autres sources : Les projets sectoriels logés dans les Ministères techniques ( Pêche ; Élevage ; Développement social ; Agriculture ; etc. ….), les sociétés de développement (SODEFITEX ; SODEVA ; SAED etc.…) ; ONGS Nationales. l’information financière n’est pas disponible Sources de financement externes : a) coopération bilatérale et multilatérale pour la décennie : -Banque mondiale : 12,6 Milliards -Banque mondiale : 12,6 Milliards -ACDI : 13, 6 Milliards -ACDI : 13, 6 Milliards GTZ : données non disponibles GTZ : données non disponibles b) autres sources : non identifiées

7 Sources de financement (suite) Constat 1 : L’essentiel du financement de l’État est destiné à la gestion et une infime partie est réservée à l’activité d’alphabétisation réelle : l’accent est mis sur le fonctionnement Constat 1 : L’essentiel du financement de l’État est destiné à la gestion et une infime partie est réservée à l’activité d’alphabétisation réelle : l’accent est mis sur le fonctionnement Constat 2 : Les fonds provenant des Partenaires Financiers s’élèvent à plus de 26 Milliards ( de 1995 à 2005) et servent surtout aux apprentissages. Ce montant a été supporté principalement par la Banque Mondiale à hauteur de 39%, l’ACDI à hauteur de 47% et la Coopération Allemande avec la GTZ à hauteur de 14%( accent mis sur l’investissement ) Constat 2 : Les fonds provenant des Partenaires Financiers s’élèvent à plus de 26 Milliards ( de 1995 à 2005) et servent surtout aux apprentissages. Ce montant a été supporté principalement par la Banque Mondiale à hauteur de 39%, l’ACDI à hauteur de 47% et la Coopération Allemande avec la GTZ à hauteur de 14%( accent mis sur l’investissement ) Constat 3 : Le privé et les collectivités locales sont presque absents des sources de financement Constat 3 : Le privé et les collectivités locales sont presque absents des sources de financement

8 Quels facteurs combiner pour un modèle de financement adéquat ? L’analyse qui va d’abord identifier la structure pertinente à retenir (par exemple quelle structure des catégories d’enseignants il convient de considérer); L’analyse qui va d’abord identifier la structure pertinente à retenir (par exemple quelle structure des catégories d’enseignants il convient de considérer); elle va aussi permettre de fournir les données cohérentes (ce point ne doit pas être sous- estimé) concernant les différentes variables retenues dans la structure du modèle pour l’année de base. elle va aussi permettre de fournir les données cohérentes (ce point ne doit pas être sous- estimé) concernant les différentes variables retenues dans la structure du modèle pour l’année de base. Elle va enfin informer la pertinence potentielle différente des stratégies susceptibles d’être considérées pour développer l’alphabétisation en quantité et en qualité aux différents programmes Elle va enfin informer la pertinence potentielle différente des stratégies susceptibles d’être considérées pour développer l’alphabétisation en quantité et en qualité aux différents programmes

9 A la croisée de l’offre et de la demande 1. Le premier est que la production de services éducatifs s’inscrit à l’intersection des facteurs d’offre et de demande et que si les contraintes du côté de l’offre existent effectivement, il existe aussi parfois des contraintes du côté de la demande qu’il est essentiel de ne pas négliger. 2. Le second élément très fort d’observation est que les ressources à elles seules, fussent elles globalement suffisantes, doivent être adéquatement distribuées aux centres d’alphabétisation et adéquatement transformées en résultats d’apprentissages au niveau local. Or des progrès décisifs doivent être réalisés sur ces deux plans.

10 Esquisse d’un coût soutenable : éléments de structuration 1-Données générales de base : Durée du programme en termes: de quantum horaire et de nombre de mois de quantum horaire et de nombre de mois de système continu ou discontinu se présentant sous forme de sessions ou encore niveaux de système continu ou discontinu se présentant sous forme de sessions ou encore niveaux 2-Personnel du sous-projet 3-Matériel didactique 4-Activités de gestion du sous-projet 5- Appui institutionnel 6- Participation communautaire

11 Facteurs clés de réussite 1. Inscrire toute dépense dans une perspective de résultat 2. Maintenir la confiance des donateurs 2. Maintenir la confiance des donateurs 3. Réduire les coûts unitaires 4. Adopter Approche pérenne de financement : 5. Améliorer le rendement interne des classes d’alphabétisation. 6. Améliorer le système d’évaluation, de suivi des programmes.


Télécharger ppt "Biennale de l’éducation en Afrique 2006 les 27, 28, 29, 30 et 31 mars 2006 à Libreville au Gabon « Étude sur les coûts et le financement de l’alphabétisation."

Présentations similaires


Annonces Google