La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Étude sur la peur des immigrantes dêtre victimes dactes criminels Université Simon Fraser.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Étude sur la peur des immigrantes dêtre victimes dactes criminels Université Simon Fraser."— Transcription de la présentation:

1 Étude sur la peur des immigrantes dêtre victimes dactes criminels Université Simon Fraser

2 Aperçu Contexte de la recherche – études antérieures et thèmes principaux Principales conclusions des entrevues avec des immigrantes à Vancouver Répercussions et orientation des futures études et politiques sur la peur éprouvée par les femmes à légard de la criminalité.

3 Les femmes et la peur du crime Le paradoxe de la peur – la peur est démesurée malgré le faible risque dêtre victime dune agression La peur dêtre attaqué dans un lieu public est fonction du sexe de la personne « une incongruité logique »

4 Femmes, peur et contrôle social La peur du crime éprouvée par les femmes est une source vitale de contrôle social informel La peur de l« inconnu dangereux » est trompeuse et nuit aux femmes La peur dêtre violée détermine essentiellement le comportement de la femme Les vraies victimes par rapport aux fausses victimes; les bonnes filles comparativement aux mauvaises filles

5 Létude de recherche 33 immigrantes ont été interviewées dans la région métropolitaine de Vancouver Origines ethniques : Chinoises (16), Sud asiatiques (17) Classe sociale : 21 sont issues de la classe moyenne, 14 de la classe ouvrière Toutes sont sur le marché du travail 16 sont mariées ou vivent en union de fait, 17 sont célibataires, veuves ou divorcées 4 vivent seules, les autres habitent avec des membres de leur famille 11 sont anglophones, 15 sont bilingues, 7 ne parlent pas anglais 26 de ces femmes ont un permis de conduire

6 Activités quotidiennes « …Je pense que la plupart du temps je me sens en sécurité le jour. Mais le soir, après 22 h, je ne me sens pas en sécurité à cause de toutes les nouvelles quon entend à la télévision et quon lit dans les journaux. Il y a tellement de mauvaises nouvelles sur des crimes, des viols… comme cet enfant innocent qui a été enlevé et tué… il y a tellement de mauvaises nouvelles dans les médias. Même si je nai jamais été victime de ce genre de crime, jen ai entendu tellement parler que je minquiète beaucoup pour ma fille et moi. Même ma fille ne sort pas après 20 h. Elle est très au fait des crimes commis » (N30)

7 Activités quotidiennes « Absolument. Je ne sens aucune tension chez les gens. Certaines personnes se plaignent de… Jai vécu en Angleterre il y a 25 ou 27 ans, et oui, à ce moment-là, vous pouviez sentir un malaise sous-jacent. Les gens vous regardaient… je veux dire que vous pouviez le sentir. Même les chauffeurs de taxi se demandaient comment on pouvait parler anglais couramment alors quon venait de lInde. Mais ça narriverait jamais ici et je me sens très en sécurité même quand je sors avec mes amies. Je rentre chez moi en auto à deux heures du matin et ça ne me dérange pas, car je me sens tout à fait en sécurité… » (N25)

8 Peur et lieu public « Je trouve que je suis habituellement sur mes gardes avec les gens. Il ne faut pas trop leur parler de nos choses personnelles … et en règle générale, je nai jamais dargent sur moi. » (N18) « Comme je sais où je men vais, je ne minquiète pas. Par contre, je nirais pas à des endroits où je ne me sens pas en sécurité. Comme on peut le voir dans les nouvelles, certains quartiers sont à éviter… on ne va donc pas à certains endroits [où il ny a rien de toute façon], et il ne faut pas se promener dans les rues mal éclairées. » (N13)

9 Peur et lieu public « Je ne me promènerais jamais dans le quartier chinois toute seule la nuit… dans ce secteur-là, parce que je trouve quil y a beaucoup de drogués. » (N18) « Le centre-ville et la rue Hastings, sont deux endroits que jévite; jai peur de me faire attaquer là. Quand je marche… les gens me font peur. » (N35)

10 Peur et lieu public « Par exemple le jour, jai mes écouteurs. Le soir, je ne les porte pas. Je marche plus vite et je garde la tête haute. Si je suis dans lAérotrain, je massure de ne pas détourner le regard si quelquun me fixe. Jessaie de regarder la personne dans les yeux pour lui signifier que je sais quelle me regarde. Je me suis rendu compte que lorsque jai commencé à prendre l Aérotrain je regardais par terre en marchant. Je ne regardais personne. Je me suis dit que ça me faisait paraître passive et effrayée. Je mefforce donc maintenant de regarder les gens. » (N04)

11 Peur et lieu public « Je ne veux pas utiliser le mot peur. Je préfère parler de vigilance. Si on parle de peur, je pense quon est aveugle ou quon ne se protège pas. Mais les personnes vigilantes prennent des précautions. Si vous avez peur, que pouvez-vous faire? Je pense que jutiliserais le terme vigilant. Si vous êtes vigilant, vous penserez à beaucoup de choses et prendrez des précautions. Dans lAérotrain par exemple, vous choisiriez de ne pas vous asseoir à côté dune personne qui semble bizarre. Si vous êtes vigilant, vous trouverez une place qui vous semble sécuritaire. On peut dire que ça change votre comportement, mais je ne pense pas que ce soit de la peur. Je dirais que cest de la prudence ou de la vigilance. » (N34)

12 Peur et lieu public « Je pense que les immigrantes sont plus faibles que les, [vous savez], les femmes qui appartiennent à la culture dominante? Au moins, en ce qui concerne le langage, si un locuteur natif [inaudible] [comment] a plusieurs façons dobtenir de laide, mais les immigrantes doivent dabord franchir la barrière linguistique et connaissent peu les recours à leur disposition. » (N28)

13 Peur et lieu public « …si vous croyez que les femmes sont considérées comme des citoyennes de seconde classe, cest encore pire pour les immigrantes. Jestime que les hommes peuvent plus facilement profiter de nous, et ils sessaient, parce quils pensent que nous allons rester calmes et tout accepter… Oui alors. » (N04) « Je dirais que oui parce que… jestime que nous sommes une race soi-disant multiculturelle ici et que tout le monde accepte tout le monde. Cest absolument faux. Jai pu constater de nombreuses attitudes racistes et jai remarqué quil y en a de plus en plus dans les écoles et ailleurs. » (N26)

14 Peur et lieu public « Vancouver est lune des villes les plus multiculturelles au monde, pas vrai? Pourtant, je pense quil y a encore beaucoup de stéréotypes. Je pense que je suis chanceuse, car je nai jamais été victime de racisme. Non… je ne devrais pas dire jamais. Ça mest arrivé. Mais pas autant que certaines de mes amies durant leur jeunesse, daprès ce quelles mont dit. » (N15) « Ils pensent que lon ne peut pas parler anglais couramment et ils pensent que je suis une immigrante de la Chine [le continent], où les gens sont pauvres; ils nous méprisent, des choses de ce genre. » (N31)

15 Peur du crime « Cest toujours là, mais je ny pense pas trop souvent. » (N16) « Non, uniquement quand ça passe aux nouvelles. » (N19) « Oui, constamment. Quand vous lisez les journaux le jour, quand vous ouvrez la radio ou la télévision, ça ne parle que de ça. Cest de ça que nous discutons lorsque nous sommes en groupe. » (N02)

16 Peur du crime « Vous essayez de ne pas sortir le soir et de ne pas parler aux étrangers. » (N18) « Vous ne saurez jamais si vous êtes une victime potentielle. On peut sêtre trompé de maison ou vous pouvez avoir été choisie pour une raison ou une autre. » (N16)

17 Peur du crime « Combien dobstacles faudra-t-il surmonter en vue de partir?… Pourquoi devrais-je partir? Il faut que quelque chose soit fait pour que ça arrête. Je ne devrais pas partir parce que jai peur. » (N20)

18 Peur du crime « Parce quon nous considère généralement comme des personnes faibles physiquement et mentalement, parfois, on profite de nous. » (N29) « Parce que nous vivons dans une société où les hommes ont le pouvoir. Mais jai aussi limpression que certains hommes sentent quils perdent leur pouvoir. Et je pense que ça y est pour beaucoup. » (N04) « Les criminels sont des hommes. Il y a aussi des femmes criminelles, bien sûr, mais ce que lon voit et entend, cest que des hommes tuent des femmes. Il est rare que des femmes tuent des hommes. » (N36)

19 Peur du crime « Parce que je pense que plus de femmes blanches sont instruites… Je crois que de plus en plus de femmes blanches peut-être depuis leur tout jeune âge commencent à travailler. Elles sont plus indépendantes. Mais dans le cas des immigrantes des femmes de pays différents en raison de la culture de ces pays, certaines femmes ne sortent plus travailler une fois quelles sont mariées. Donc, à leur arrivée dans un nouveau pays, elles dépendent entièrement de leur époux. Ça fait encore plus peur. » (N10)

20 Peur du crime « Tout dépend de depuis combien de temps limmigrante est ici, ainsi que de son degré dassimilation et dintégration. Quand on est immigrante, on a peur, surtout lorsquon ne parle pas la même langue et quon na pas la même perception des choses … elle laisse une culture pour en accueillir une autre, la culture dominante. Elle doit sadapter, sajuster et apprendre ainsi quacquérir toutes les aptitudes sociales. Je pense que les immigrantes ont pas mal peur. Juste le fait de répondre au téléphone ça leur fait peur, tout comme sortir dans les rues, prendre lautobus ou parler à quelquun. » (N33)

21 Peur du crime « Bien sûr. Largent pose problème, à moins que vous soyez très riche. Les choses sont difficiles. Pour les femmes blanches, cest leur pays natal, elles sont nées ici et y ont grandi… il est donc plus facile pour elles de se trouver du travail, comparativement aux immigrantes. Si nous navons pas de métier, nous avons du mal à nous trouver du travail. » (N38)

22 Peur du crime « Oui, oui, jai limpression que… à cause des races, les gens auront plus tendance à attaquer des immigrants que des blancs. De toute façon, cest la culture des blancs. Ils ont vécu ici toute leur vie, donc ils connaissent les endroits sécuritaires et les endroits dangereux. Même si nous vivons ici depuis un certain temps je vis ici depuis 15 ans je ne connais pas vraiment la culture occidentale. Il y a plusieurs endroits que je nai jamais visités. Je ne sais pas quels endroits sont dangereux et lesquels ne le sont pas je nen ai aucune idée. Je sais que la rue Hastings est dangereuse, tout comme certains endroits à Surrey, comme Whalley. Je ne connais que ces deux endroits, mais quand je parle à des femmes blanches, elles me signalent tellement dendroits dangereux. Elles mont dit que le quartier près de Lougheed Mall est dangereux. Il y a tellement dendroits que je ne connaissais pas, mais elles mont dit tellement de choses à leur sujet. Cest pour cela que je dis quelles en savent plus que moi. » (N30)

23 Peur du crime « Et bien, daprès moi tout cela découle de la disparité des salaires… Jai déjà dit que javais vu des sans-abri au coin de Hastings et Main. Javais lhabitude den parler à mes amis. Je leur demandais pourquoi ladministration municipale ne leur venait pas en aide, ne leur offrait pas un emploi ou la possibilité de nettoyer les rues ou quelque chose comme ça…pourquoi elle ne créait pas de postes et naidait pas ces gens à gagner un peu dargent. Cela leur permettrait de retrouver leur dignité ou de se respecter eux-mêmes…En fait, je pense quil sagit dun déséquilibre sur le plan financier. Ils nont pas dargent. Que peuvent-ils faire? Ils doivent vivre et se garder au chaud. Et même si ladministration municipale leur apporte un certain soutien, je ne pense pas que ce soit suffisant. » (N01)

24 Peur du crime « Je pense que le gouvernement du Canada est très gentil et quil permet à certains immigrants pauvres de certains pays de venir au Canada Je ne veux pas dire quils sont mauvais, mais je pense que ça fait augmenter le taux de pauvreté au Canada. Certains de ces immigrants je ne les méprise pas là sont en partie la cause du problème. » (N30)

25 Stratégies dadaptation « Jai certaines amies à léglise et ça me rend plus forte. Nous nous soutenons vraiment émotionnellement et mentalement. Elles maident à me sentir en sécurité : je me sens en sécurité avec elles et ça me fait me sentir en sécurité. Si quelque chose arrive, par exemple, si quelquun entre chez moi par effraction, je peux les appeler et elles maideront. » (N30)

26 Stratégies dadaptation « Je suppose que je serais plus libre. Je naurais pas de réticence à prendre lAérotrain vers minuit toute seule. Je naurais pas à minquiéter des vêtements ou des bijoux que je porte ou du sac à main que jai. » (N04) « Je pourrais… prendre lAérotrain le soir sans minquiéter. Je ferais des promenades le soir sans inquiétudes, ce qui me ferait faire de lexercice. Oui, je naurais pas autant de restrictions dans la vie et je ne men imposerais pas autant. » (N26)

27 Stratégies dadaptation « Non, ce nest pas juste. Ce nest pas juste parce que certaines de ses amies travaillent le soir. Elles doivent revenir à la maison le soir en autobus entre autres, donc ce nest vraiment pas juste. Elle a travaillé quelque temps pendant un mois elle prenait lautobus et rentrait le soir, cétait donc inquiétant. » [interprète] (N11)

28 Stratégies dadaptation « Je pense que les femmes ne devraient pas trop sortir le soir. Elles ne devraient pas fréquenter les bars ou des endroits de ce genre. » (N30) « Cest peut-être la façon quelles ont de shabiller. Je pense que cest la seule chose qui peut pousser les gens à dire quune femme lavait cherché. Quand elles portent des vêtements ou quelles adoptent des attitudes très suggestifs, ou encore, lorsquelles boivent et quelles perdent le contrôle… cest ce qui me dérange lorsque je vois des jeunes filles se servir de leur corps et [lorsquelles entendent] dans des émissions à la télévision tout le temps, [dire] quune femme a été violée parce quelle [inaudible], portait des vêtements très provocants. Je pense que cest la seule chose qui me dérange et je me demande alors pourquoi on cherche des problèmes. » (N25)

29 Stratégies dadaptation « … non, ce nest pas juste, mais vous savez quoi? Ce ne le sera jamais. Vous devez donc peser les pour et les contre, pour voir si ça en vaut la peine. » (N20) « Ce nest pas juste, mais cest la vie, pas vrai?... Vous devez respecter les limites. » (N25)

30 Stratégies dadaptation « La façon dont les hommes et les femmes pensent stéréotypes associés au sexe. Cest juste le système patriarcal, tout découle de ça. Les femmes sont considérées comme le sexe faible, on les perçoit comme des personnes plus faibles. Et, tant que cest comme ça, elles seront plus exploitées que les hommes. » (N04)

31 Stratégies dadaptation « Essentiellement, cest la prise de conscience. Il faut dabord savoir prévenir les agressions et éviter den être victime. Voilà comment on aide les immigrantes à ne pas être victimes… la police est le dernier recours. Un : prise de conscience; deux : action et trois : aide de la police. » (N30)

32 Comprendre le sécurité pour les immigrantes Cest trompeur de parler uniquement de la peur des « femmes » à légard de la criminalité – il ne sagit pas dune expérience uniforme Les impolitesses quotidiennes, les messages des médias ambivalents, les menaces dattaque PLUS la possibilité de conflits raciaux ou de discrimination Lintervention auprès des immigrantes se traduit par des solutions liées à la justice criminelle ainsi que de laide à létablissement et à intégration Les immigrantes seront consultées dans le processus de quête de solutions


Télécharger ppt "Étude sur la peur des immigrantes dêtre victimes dactes criminels Université Simon Fraser."

Présentations similaires


Annonces Google