La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Participation publique et outils danalyse spatiale Des Systèmes dinformation géographique (SIG) aux SIG participatifs, enjeux et applications 1 10 juin.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Participation publique et outils danalyse spatiale Des Systèmes dinformation géographique (SIG) aux SIG participatifs, enjeux et applications 1 10 juin."— Transcription de la présentation:

1 Participation publique et outils danalyse spatiale Des Systèmes dinformation géographique (SIG) aux SIG participatifs, enjeux et applications 1 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

2 Sommaire 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public2

3 De la participation du public, en passant par les SIG et jusquaux PPGIS 1 Pratiques participatives en aménagement et urbanisme - généralités - le cas français - conclusion françaises et européennes 2 Quest ce quun SIG ? - exemple dutilisation (Mapinfo) 3 SIG participatifs et autres méthodes participatives - Une typologie des SIG participatifs? - pratiques en planification spatiale - autres utilisations des PGIS - quels critères pour faire de « bons » PPGIS ? 4 Quelles applications à la planification à lurbanisme réglementaire – ouverture vers mon sujet de thèse ? - rappel de la thèse - analyses – les SIG participatifs et lurbanisme réglementaire 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public3

4 Pratiques participatives en aménagement et urbanisme 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public4

5 1 Pratiques participatives en aménagement et urbanisme - Généralités Échelle de Sherry R. Arnstein (American planning association 1969 ) : 8 degrés regroupés chacun en 3 niveaux : 1. la non-participation 2. la coopération-symbolique : information, conciliation, consultation 3.pouvoir effectif citoyen 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public5

6 1 Pratiques participatives en aménagement et urbanisme - Le cas Français Longtemps uniquement la procédure « denquête publique » des projets Mais instauration de la procédure de « concertation » du public en cours délaboration car lenquête publique arrive en aval du processus de projet. Depuis 2003 en France : instauration dune procédure locale ouverte de référendum contre ladoption dun PLU ou dune carte communale (pas dun SCOT) Et dun référendum consultatif = demande davis qui peut aussi sappliquer à un permis de construire En France, le niveau 3 de léchelle dArnstein est rarement atteinte (pouvoir effectif citoyen) 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public6

7 1 Pratiques participatives en aménagement et urbanisme - Le cas Français 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public7 Points détape de la législation Française : Consultation publique : loi Bouchardeau 1983 qui rend la consultation publique obligatoire, pour tous les projets susceptibles de porter une atteinte importante à lenvironnement. mais critiquée car en fin de projet Circulaire Bianco de 1992 pour les infrastructures de transport. A pour objectif de susciter un débat préalable pour favoriser la transparence et réduire les contestations – mais le degré de participation continue de demeurer faible. loi Barnier de 1995 (pour seulement quelques projets) Grands projets d'infrastructure publique en France dintérêt national : : débat organisé autour du préfet. Mais la critique est toujours présente : la procédure reste consultative

8 Conclusions françaises et europénnes - Loi de février 2002 relative à la démocratie de proximité : renforcement de lassociation du public à lélaboration des projets ayant une incidence importante sur lenvironnement et lamgt. - loi SRU de 2000 a étendu lobligation de concertation à toute élaboration, révision ou modification de SCOT ou PLU. Et procédure denquête publique généralisée à tous les documents durbanisme En EUROPE (Flueckiger, 2008) : En Europe, la barrière entre administrés et administration sest progressivement assouplie depuis plusieurs décennies, notamment par linstauration progressive dun droit daccès aux documents officiels détenus par les par les pouvoirs publics Renforcement de cet assouplissement par la mise en œuvre de la convention dAarhus dont « les impacts en urbanisme sont indéniables » Émergence dune véritable démocratie administrative en Europe mais pas de certitude sur la mise en œuvre concrète des règles et leur effectivité (Flueckiger, 2008) 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public8 Convention dAarhus (1998) : Ce texte essentiel contribue à créer la confiance du citoyen envers ses institutions et, plus largement, leur fonctionnement démocratique.. La Convention dAarhus consacre trois droits fondamentaux pour les citoyens et les associations qui les représentent : - laccès à linformation - la participation au processus décisionnel - laccès à la justice La France a ratifié la Convention d'Aarhus le 8 juillet Elle est entrée en vigueur le 6 octobre 2002

9 Les SIG avant les PPGIS 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public9

10 2 quest ce quun SIG ? Deux définitions des SIG - Société Française de Photogrammétrie et de Télédétection: « un système informatique qui permet à partir de diverses sources, de rassembler, dorganiser, de gérer, danalyser, de combiner, délaborer et de présenter des informations localisées géographiquement, contribuant notamment à la gestion de lespace » - ESRI France « un SIG est un outil informatique permettant de représenter et danalyser toutes les choses qui existent sur terre ainsi que tous les évènements qui sy produisent » (sigfrance, 2003 » (Dans Paegelow, cours de luniversité Toulouse Mirail) juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

11 Quest ce quun SIG? Suite Les SIG sinscrivent dans le domaine de la Géomatique La géomatique est un champ dactivités qui intègre : Les Moyens dacquisition et de gestion des données à référence spatiale Pour des opérations à visée scientifique, administratives, légales ou technique Processus de production et de gestion de linformation sur le territoire (daprès GEOMATICA, vol 53 n No.1, 1999) Le champ inclut entre autre les levés cadastraux, la géodésie, la cartographie topographique et thématique, lhydrographie, la télédétection, le traitement dimages et les SIG 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public11

12 Quest ce quun SIG? Suite Logiciels de SIG courants sur le marché : - En France : Mapinfo, utilisé notamment en collectivités territoriales - Internationalement : Arcgis (société ESRI) Un exemple de travail sur Mapinfo 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public12

13 Exemple dutilisation de Mapinfo 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public13

14 Les SIG participatifs, PPGIS, PGIS 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public14

15 3 SIG participatifs et autres méthodes participatives Dans quel contexte les SIG participatifs sont-ils apparus? Montée des critiques à propos des SIG standarts (1990) : accès et usage aux outils et données limitée aux « experts », renforcement de configurations de pouvoir, imposition dune normalisation et standardisation des connaissances. Et enfin effet top-down (résultats des pratiques SIG influent directement sur les décisions territoriales ) À loccasion de latelier de Friday Harbor (USA) en 1993, le concept de GIS2 est proposé. Il sagit dun modèle alternatif à la production, à laccès et à lusage de linformation géographique, aussi qualifié de bottom-up GIS. Le concept est ensuite repris et précisé à loccasion de latelier dOrono (USA) en juillet Il fait alors place à celui de Public Participation GIS – PPGIS (Craig et al. 2002) juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

16 3 SIG participatifs et autres méthodes participatives On distingue deux manières de considérer les PPGIS : 1. de « lexpert » vers le « non-expert » (citoyen par exemple), consiste à envisager un SIG développé par une organisation (une ville par exemple) dans le but de supporter un processus participatif. (systèmes de cartographie en ligne), développés par les villes pour informer et favoriser limplication des habitants. 2. du « non-expert,» vers « l expert » consiste à envisager un SIG développé par/pour (ou avec) les citoyens (sous une forme plus ou moins organisée) pour leur assurer un accès facilité aux données et favoriser leur participation aux débats locaux juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

17 3.1 Une typologie des SIG participatifs ? Les SIG participatifs : nombreuses expériences, et autant de formes : - Différents objectifs - Différents degrés de participation - Différentes méthodes utilisées par le public - Différentes méthodes de « récupération » par des outils SIG, internet… Proposition dune typologie des PPGIS (Aysegul et Roche, 2007) juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

18 Une typologie des SIG participatifs ? (suite) Type 1 : Porté à connaissance : information du public, sans forcément en attendre un retour : accès du public à linformation par internet ou un autre média non technologique (presse, atelier, réunion publique…) 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public18

19 Une typologie des SIG participatifs ? (suite) Type 2 : collaboration de connaissance : ici un échange de connaissances : réaction du public attendue (feedback) « ce dernier peut même formaliser cette réaction par lenvoi (via internet par exemple) de données (local knowledge LK) en complément des données factuelles SK qui lui sont présentées 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public19

20 Une typologie des SIG participatifs ? (suite) Type 3 : faible interaction : mobilisation de SK et LK, même si SK demeurent la source principale. Utilise la PRA (participatory rural appraisal) 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public20

21 Une typologie des SIG participatifs ? (suite) Type 4 : action partielle : niveau de consultation du public plus important que dans les cas précédents. Public partiellement impliqué dans la réflexion. Sa contribution directe est attendue. LK prépondérant 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public21

22 Une typologie des SIG participatifs ? (suite) Type 5 : interaction élevée : interaction du public avec technologie est élevée et accompagnée par un « facilitateur ». (Méthodes participatives variées) 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public22 Dans tous les cas, dans la majorité des expériences PPGIS, le recours direct à la technologie (SIG en particulier) par le public (aux étapes de conception comme à celles dutilisation comme support à la réflexion) demeurent extrêmement faibles

23 PGIS et planification spatiale Exemples dapplications 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public23

24 Pratique de planification spatiale exemple « the Woodland planting system » « e-governement » et multi-critère : « the role of e-government and public participation in the planning process, Kingston Richard, 2002 Processus de PPGIS qui utilise internet comme vecteur de communication entre le public et les initiateurs du projet de PPGIS Localisation dun centre de stockage des déchets nucléaires et des aires naturelles préservées par AMC et PPGIS Un système dévaluation multi-critère spatialisé pour localiser des futures aires boisées dun parc national au nord de langleterre 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public24

25 Pratique de planification spatiale exemple « the Woodland planting system » - suite - Exemple « the woodland planting system » Objectif de lexpérience : dans un parc au nord de langleterre, déterminer les zones de plantations darbres les plus favorables, en utilisant de nombreuses données sur le territoire et les choix de « participants » Phases de lapproche : - 1: collecte des données sur le parc par lautorité YDNPA. - 2: création du système internet participatif - 3: participation via le net - 4: globalisation des résultats - En phase 3 : nombreux « types » de participants : résidents locaux du parc, fermiers, propriétaires fonciers, visiteurs du parc et responsables du YDNPA. 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public25

26 Pratique de planification spatiale exemple « the Woodland planting system » - suite - En phase 3, Sont présentés à lutilisateur (via site web) 14 cartes thématiques, reflétant des enjeux spatiaux et environnementaux différents, et montrant limportance de planter à tel endroit pour telle thématique. Lutilisateur choisit les critères (les cartes) qui lui semblent les plus importantes. Au final, le logiciel calcule la meilleure localisation basée sur les facteurs et contraintes définis par lutilisateur. 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public26

27 Pratique de planification spatiale exemple « the Woodland planting system »-suite Au total, 125 réponses exploitables. À propos des participants: 7 seulement habitent le parc, les autres viennent de tout le royaume uni. 65% dhommes, 35% femmes Phase 4 : globalisation des résultats. Le logiciel agrège les 125 cartes produites (ArcGis). Avantages o e-participation permet une participation plus large, avec des feedbacks directs et réels. o Permet un accès 24h/24 et 7j/7 via le net o Favorise un environnement non-conflictuel Limites de lexpérimentation o Accès au net bien que répandu ne lest pas à 100% o Compréhension des SIG et du processus pas évident pour tous o Problème sur la légitimité de certaines réponses 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public27

28 Pratique de planification spatiale exemple « Build-a-system tool » Exemple Build-a-system tool. Initiative du METRO : agence gouvernementale régionale élue – région de Portland (Oregon) Objectif: définir des tronçons routiers pour relier les pôles attractifs de la région. Procédé participatif, choix des tronçons par le public selon des critères définis : critères : Flux projeté, impact environnemental sur lair et leau, coût dinvestissement et coût opérationnel. Limitation par un budget total. 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public28

29 Pratique de planification spatiale exemple « Build-a-system tool » - suite Exemple Build-a-system tool. Processus participatif en deux temps : - 1. lutilisateur crée le système routier qui lui semble le plus pertinent au vu des critères. Il peut comparer tous les résultats de plusieurs simulations envoi du système au METRO avec un questionnaire explicatif de ces choix Essayer loutil sur 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public29

30 autres utilisations des PGIS 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public30

31 3.3 autres utilisations des PGIS Michael K.McCall : Seeking good governance in participatory GIS : a review of processes and governance dimensions in applying GIS to participatory spatial planning Objectifs : - Cartographie des territoires communautaires : domaines ancestraux ou voisinages urbains localisés « claiming our land » revendication de territoire : les communautés définissent les frontières, les caractéristiques et les ressources du lieu ou ils vivent. Se base sur le savoir local technique indigène - Analyse des territoires et des ressources dans le cadre de la gestion de conflits Par exemple, trouver la meilleur compromis entre les différents territoires et les attentes locales pour localiser une ligne de transmission ou des nouveaux logements. - Amélioration du pouvoir individuel et citoyen par la participation en planification spatiale, et aide à la lémergence de communautés Recherche de manifestation de « racisme environnemental » qui montre une corrélation entre dégradations environnementales et localisations des populations les plus défavorisées sur un territoire. Mise en place de plans dactions juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

32 3.3 autres utilisations des PGIS - suite Outils : RRA/PRA methods (création desquisses de cartes, cartes en 3D par les populations), utilisation combinée de GPS pour géoréférencer les informations pointées en esquisses de cartes Création de « cartes participatives » Travail sur photo aériennes Travail sur images de télédétection Puis analyses des données, productions et représentations des PGIS RRA : in rapid rural appraisal, linformation est choisie et préparée par des personnes extérieures à la communauté. En dautres termes, ces personnes vont dans ces zones rurales collecter linformation, et les ramènent pour les collecter et les analyser. Linformation est donc propriété des « étrangers » et dans la plupart des cas, elle nest pas partagée avec les populations rurales. PRA : in Participatory rural appraisal, linformation appartient aux populations locales. Les professionnels extérieurs à la communauté vont dans les zones rurales, mais il facilitent ces population pour quils agissent directement dans la collecte, la présentation et lanalyse des informations (Bishnu, Bhandari, module 4, participatory rural appraisal (PRA), IGES, 2003) 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public32

33 3.3 autres utilisations des PGIS – exemple – P3DM, pour lavenir des populations indigènes « P3DM : Lavenir des populations indigènes en 3D » (Rino B.Bersalona et Kail Zingapan) Objectif : permettre aux communautés indigènes des philippines de réclamer les territoires de leurs ancêtres. Initiative de la Philippine association for Intercultural development - expérience « Claiming our land » - avant : les terres indigènes étaient classées en terres de létat et vouées à lexploitation minière et forestière, voire militaire. expropriation des communautés indigènes - Au final : Le processus participatif apporte la preuve de loccupation des sols par les population depuis des temps immémoriaux, et permet la reconnaissance des droits de ces groupes – expérience « Claiming our land » processus : o 1. Recueil de données sur le territoire par les groupes via un GPS o 2. A partir des données GPS, création de cartes tridimensionnelles très précises = P3DM (modélisation tridimentionnelle participative) o 3. La carte P3DM facilite la coopération et la décision entre communautés et gouvernements, et la P3DM est acceptée comme preuve dans les demandes de reconnaissance juridiques des droits de propriété ancestraux. 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public33

34 3.3 autres utilisations des PGIS – exemple P3DM, lavenir des populations indigènes- suite En pratique … Consultation des principaux membre des groupes (anciens et chefs) : définition des caractéristiques de leurs terres, de leurs besoins et leurs obligations Création de croquis cartographiques montrant les caractéristiques géographiques et les frontières Vérification des localisations des éléments grâce au GPS Création dun modèle 3D en carton par tous les membres de la communauté (P3DM) Photographie numérique du modèle 3D et intégration dans un SIG La PAFID a mis en carte plus dun million dhectares de territoires ancestraux Validation par la communauté du résultat Soumission à la National Commission of Indigenous Peoples, continuité du dialogue politique La P3DM apporte la preuve de loccupation des sols par les population depuis des temps immémoriaux, et permet la reconnaissance des droits de ces groupes sur leurs terres 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public34

35 3.3 autres utilisations des PGIS – exemple évaluation de la dégradation de lenvironnement au Ghana « Participatory spatial data analysis to access environmental degradation » – Isaac Agyemang - objectif : pour deux districts au nord du Ghana : analyse et interprétation participatives de données spatiales pour mettre en lumière les causes de la dégradation de lenvironnement, et favoriser lapplication des politiques environnementales. - Étapes : 1. collecte de données SIG sur loccupation du territoire à 3 moments : 1990, 2000 et juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public35 2. Les communautés expliquent les changements de loccupation des sols selon leur savoir local 3. Réponse des population sur lévolution de labondance despèces darbres indigènes (causes majoritairement humaines)

36 3.3 autres utilisations des PGIS – exemple évaluation de la dégradation de lenvironnement au Ghana « Participatory spatial data analysis to access environmental degradation » – Isaac Agyemang Au final … - Mise en lumière de ce qui nest pas explicable par les données GIS grâce aux savoirs locaux - prise de conscience de limpact des actions humaines sur lenvironnement (exploitation du sol, sous sol, brulis…) par les populations Facilite la mise en place de politiques environnementales 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public36

37 Quest ce quun « bon » PPGIS? 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public37

38 3.4 quels critères pour faire de « bons » PPGIS ? 3.4 quels critères pour faire de « bons » PPGIS ? À propos des cartes… Ce quelles permettent : (Jaris B.Alcom) Révèle les zones ou les droits et les responsabilités sont floues Servent de preuve dans les procès Apporte du consensus et lappui publique lors de réformes politiques Facilite la cohésion sociale Développe les liens avec ladministration Clarifie les droits face aux ressources naturelles Favorise la communication inter-générationelle Perdure lhéritage culturel Attention aux effets inverses qui existent aussi ! La carte comme outil daide à la décision à priori « simple et accessible » peut faire circuler tout et nimporte quoi comme message… (éthique en cartographie) juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

39 3.4 quels critères pour faire de « bons » PPGIS ? - suite 3.4 quels critères pour faire de « bons » PPGIS ? - suite Critères dun SIG participatif qui favorise la gouvernance Au niveau des données : les « gouvernés » doivent posséder directement les données, le procédé de participation ainsi que le résultat final du projet Au niveau du savoir local et scientifique : il doit y avoir du respect pour lITK et ISK (indigene technical knowledge et indigene spatial knowledge) : ITK/ISK incluent des décennies voire génération de savoir pratique – savoir intéractif entre les « savants » locaux et savoir global Empowerment by population : « the technology should begiving voice to local people » La mise en place dun processus de SIG participatif ne doit pas laisser espérer aux population plus quelle ne peut apporter (il ne faut pas que ce soit une technologie prétentieuse) Lempowerment (au sens du renforcement du pouvoir décisionnel par les populations locales) est en fait le niveau le plus élevé de gouvernance qui puisse être apporté par les PPGIS. Il est aussi le plus difficile car il se heurte à des problèmes politique ou sociaux fréquents. Dautres degrés de gouvernance plus faible existent : facilitation, médiation. Au niveau du processus : le procédé doit avoir les qualités suivantes : faisabilité, appropriation des données dentrée et de sortie par les populations, compréhensible et simple, rentable et actualisable juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

40 4 Quelles applications à la planification et à lurbanisme réglementaire – ouverture vers mon sujet de thèse ? 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public40

41 Rappel du sujet de thèse 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public41 AXE DE RECHERCHE Identifier et cartographier limpact de lurbanisme règlementaire en vue dapprécier leffet des choix de planification et daméliorer lécriture des documents durbanisme. Utilisation des résultats dans le cadre de lEvaluation Environnementale des documents durbanisme AXE DE RECHERCHE Identifier et cartographier limpact de lurbanisme règlementaire en vue dapprécier leffet des choix de planification et daméliorer lécriture des documents durbanisme. Utilisation des résultats dans le cadre de lEvaluation Environnementale des documents durbanisme Application concrète dans le cas de lEvaluation environnemen tale du PLU de Toulouse A TTENTES LOCALES POUR L E VALUATION DU PLU DE T OULOUSE Une Evaluation conforme à la directive « plans et programme » et au code de lurbanisme Une Evaluation conforme à la directive « plans et programme » et au code de lurbanisme Pour le suivi des effets du PLU : mettre au point un nombre dindicateurs du développement durable Pour le suivi des effets du PLU : mettre au point un nombre dindicateurs du développement durable Une Recherche dIndicateurs dynamiques : Ils doivent refléter les efforts réalisés et la marge de manœuvre restante par rapport aux objectifs (futur PADD), et les impacts sur lenvironnement local Une Recherche dIndicateurs dynamiques : Ils doivent refléter les efforts réalisés et la marge de manœuvre restante par rapport aux objectifs (futur PADD), et les impacts sur lenvironnement local A TTENTES LOCALES POUR L E VALUATION DU PLU DE T OULOUSE Une Evaluation conforme à la directive « plans et programme » et au code de lurbanisme Une Evaluation conforme à la directive « plans et programme » et au code de lurbanisme Pour le suivi des effets du PLU : mettre au point un nombre dindicateurs du développement durable Pour le suivi des effets du PLU : mettre au point un nombre dindicateurs du développement durable Une Recherche dIndicateurs dynamiques : Ils doivent refléter les efforts réalisés et la marge de manœuvre restante par rapport aux objectifs (futur PADD), et les impacts sur lenvironnement local Une Recherche dIndicateurs dynamiques : Ils doivent refléter les efforts réalisés et la marge de manœuvre restante par rapport aux objectifs (futur PADD), et les impacts sur lenvironnement local Suite à la directive « Plans et programmes de 2001 relatives aux incidences des plans sur lenvironnement » Contexte dexpérimentation au sein des collectivités pour lEvaluation environnementale de leurs documents durbanisme Objectifs de la thèse

42 Pistes La thèse devrait aboutir sur la réalisation dun corpus dindicateurs durbanisme durable (environnemental), qui sont du ressort de lurbanisme réglementaire (cad qui impliquent les règles doccupation des sols). Est-ce que les suggestions durbanisme environnemental de la thèse sont en accord avec les attentes citoyennes en matière de développement urbain durable autre quenvironnementales ? Il sagirait par exemple de prévoir le choix par le public dautres critères que ceux que nous avons choisis et qui sont du ressort de lurbanisme réglementaire, et du développement durable. Cela peut servir à définir des priorités daction urbaine sur chacun des 3 axes du DD : environnement (nos prescriptions), sociale et économique Quelle intégration possible des PPGIS pour les règlements ? Possible lors des débats des groupes de travail pour la modification des règlements. Mais pas en enquête publique car codifiée précisément dans le CU – procédure stricte (commissaire enquêteur, registre…) Dans le cadre de la révision du PLU, en concertation du projet de PADD : pour localiser des projets, des orientations ? juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public

43 Références bibliographiques Agyemang, A. Participatory spatial data analysis to assess environmental degradation Alcom, J-B « Keys to unleash mappings good magic » Arnstein, Sherry R. "A Ladder of Citizen Participation," JAIP, Vol. 35, No. 4, July 1969, pp Aysegul, T et Roche, S Vers une typologie des PPGIS, contribution au colloque SAGEO, 2007 Bersalona, R-B, Zingapan K-M « P3DM : Lavenir des populations indigènes en 3D » FLUECKIGER, Alexandre. Droit à l'information environnementale et participation du public en matière d'urbanisme en Europe : vers une démocratie administrative. In: L'environnement dans le droit de l'urbanisme en Europe. Paris : GRIDAUH, p Joliveau,T; Molines, N ; Caquard, S Méthodes et outils de gestion de linformation pour les démarches territoriales participatives - Un regard France-Québec Kingston, R.2002 « The role of e-government and public participation in the planning process K.McCall, M Seeking good governance in participatory-GIS :a review of processes and governance dimensions in applying GIS to participatory spatial planning Molines, Méthodes et outils pour la planification des grandes infrastructures linéaires et leur évaluation environnementale. Thèse de doctorat en géographie. Université Jean Monnet, Saint Etienne Paegelow,M, Géomatique et Géographie, cours université toulouse Mirail, M2 recherche Plateforme déchange PPGis.net 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public43

44 Point sur la thèse TRAVAUX o Rédaction dun rapport dintroduction à la thèse : tour dhorizon du développement urbain durable : de ses outils à son évaluation » : développement durable à léchelle du bâti, du quartier, de la ville, interaction entre les échelles, planification urbaine, fabrique de la ville par la planification urbaine, pratiques dévaluation o En cours : bibliographie sur 3 thématiques devant aboutir à la définition de critères pour lévaluation : intensité urbaine, densité/compacité, formes de bâti innovantes PUBLICATIONS o Colloque SAGEO paris 2009 : présentation orale dun papier cours + poster : « Analyse de leffet des documents durbanisme sur le territoire - Évaluation environnementale du PLU de Toulouse » o soumis, un article pour la revue espaces et sociétés sur le même thème que larticle court o En cours de rédaction « La modélisation 3D urbaine pour lévaluation du potentiel énergétique. Application à la ville de Compiègne » pour le colloque SAGEO 2010 Toulouse 10 juin Aurélie PREVOST - SIG et participation du public44


Télécharger ppt "Participation publique et outils danalyse spatiale Des Systèmes dinformation géographique (SIG) aux SIG participatifs, enjeux et applications 1 10 juin."

Présentations similaires


Annonces Google