La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le Paris de Zola Descriptions de Paris par Emile Zola.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le Paris de Zola Descriptions de Paris par Emile Zola."— Transcription de la présentation:

1 Le Paris de Zola Descriptions de Paris par Emile Zola

2 Le cadran lumineux de Saint-Eustache pâlissait, agonisait, pareil à une veilleuse surprise par le matin. Chez les marchands de vin, au fond des rues voisines, les becs de gaz séteignaient un à un, comme des étoiles tombant dans de la lumière. Et Florent regardait les grandes Halles sortir de lombre, sortir du rêve, où il les avait vues, allongeant à linfini leurs palais à jour. Elles se solidifiaient, dun gris verdâtre, plus géantes encore, avec leur mâture prodigieuse, supportant les nappes sans fin de leurs toits. Elles entassaient leurs masses géométriques ; et, quand toutes les clartés intérieures furent éteintes, quelles baignèrent dans le jour levant, carrées, uniformes, elles apparurent comme une machine moderne, hors de toute mesure, quelque machine à vapeur, quelque chaudière destinée à la digestion dun peuple, gigantesque ventre de métal, boutonné, rivé, fait de bois, de verre et de fonte, dune élégance et dune puissance de moteur mécanique, fonctionnant là, avec la chaleur du chauffage, létourdissement, le branle furieux des roues. Mais Claude était monté debout sur le banc, denthousiasme. Il força son compagnon à admirer le jour se levant sur les légumes. Cétait une mer. Elle sétendait de la pointe Saint- Eustache à la rue des Halles, entre les deux groupes de pavillons. Et, aux deux bouts, dans les deux carrefours, le flot grandissait encore, les légumes submergeaient les pavés. Le jour se levait lentement, dun gris très doux, lavant toutes choses dune teinte claire daquarelle. Ces tas moutonnants comme des flots pressés, ce fleuve de verdure qui semblait couler dans lencaissement de la chaussée, pareil à la débâcle des pluies dautomne, prenaient des ombres délicates et perlées, des violets attendris, des roses teintés de lait, des verts noyés dans des jaunes, toutes les pâleurs qui font du ciel une soie changeante au lever du soleil; et, à mesure que lincendie du matin montait en jets de flammes au fond de la rue Rambuteau, les légumes séveillaient davantage, sortaient du grand bleuissement traînant à terre. Le Ventre de Paris, Emile Zola, chapitre 1, 1873 Texte 1 : Les Halles de Paris

3 Une voiture les força tous trois à quitter le milieu de la place ; et, machinalement, ils prirent la rue Neuve-saint-Augustin, ils suivirent les vitrines, s'arrêtant de nouveau devant chaque étalage. D'abord, ils furent séduits par un arrangement compliqué : en haut, des parapluies, posés obliquement, semblaient mettre un toit de cabane rustique ; dessous, des bas de soie, pendus à des tringles, montraient des profils arrondis de mollets, les uns semés de bouquets de roses, les autres de toutes nuances, les noirs à jour, les rouges à coins brodés, les chairs dont le grain satiné avait la douceur d'une peau de blonde ; enfin, sur le drap de l'étagère, des gants étaient jetés symétriquement, avec leurs doigts allongés, leur paume étroite de vierge byzantine, cette grâce raidie et comme adolescente des chiffons de femme qui n'ont pas été portés. Mais la dernière vitrine surtout les retint. Une exposition de soies, de satins et de velours, y épanouissait, dans une gamme souple et vibrante, les tons les plus délicats des fleurs: au sommet, les velours, d'un noir profond, d'un blanc de lait caillé ; plus bas, les satins, les roses, les bleus, aux cassures vives, se décolorant en pâleurs d'une tendresse infinie ; plus bas encore, les soies, toute l'écharpe de l'arc-en-ciel, des pièces retroussées en coques, plissées comme autour d'une taille qui se cambre, devenues vivantes sous les doigts savants des commis ; et, entre chaque motif, entre chaque phrase colorée de l'étalage, courait un accompagnement discret, un léger cordon bouillonné de foulard crème. C'était là, aux deux bouts, que se trouvaient, en piles colossales, les deux soies dont la maison avait la propriété exclusive, le Paris-Bonheur et le Cuir-d'or, des articles exceptionnels, qui allaient révolutionner le commerce des nouveautés. Au Bonheur des Dames, Emile Zola, Chapitre 1 Texte 2 : Au Bon Marché

4 Gervaise haussait le menton, examinait la façade. Sur la rue, la maison avait cinq étages, alignant chacun à la file quinze fenêtres, dont les persiennes noires, aux lames cassées, donnaient un air de ruine à cet immense pan de muraille. En bas, quatre boutiques occupaient le rez-de- chaussée : à droite de la porte, une vaste salle de gargote graisseuse ; à gauche, un charbonnier, un mercier et une marchande de parapluies. La maison paraissait d'autant plus colossale qu'elle s'élevait entre deux petites constructions basses, chétives, collées contre elle ; et, carrée, pareille à un bloc de mortier gâché grossièrement, se pourrissant et s'émiettant sous la pluie, elle profilait sur le ciel clair, au-dessus des toits voisins, son énorme cube brut, ses flancs non crépis, couleur de boue, d'une nudité interminable de murs de prison, où des rangées de pierres d'attente 1 semblaient des mâchoires caduques, bâillant dans le vide. Mais Gervaise regardait surtout la porte, une immense porte ronde, s'élevant jusqu'au deuxième étage, creusant un porche profond, à l'autre bout duquel on voyait le coup de jour blafard d'une grande cour. Au milieu de ce porche, pavé comme la rue, un ruisseau coulait, roulant une eau rose très tendre. "Entrez donc, dit Coupeau, on ne vous mangera pas." Gervaise voulut l'attendre dans la rue. Cependant, elle ne put s'empêcher de s'enfoncer sous le porche, jusqu'à la loge du concierge, qui était à droite. Et là, au seuil, elle leva de nouveau les yeux. À l'intérieur, les façades avaient six étages, quatre façades régulières enfermant le vaste carré de la cour. C'étaient des murailles grises, mangées d'une lèpre jaune, rayées de bavures par l'égouttement des toits, qui montaient toutes plates du pavé aux ardoises, sans une moulure ; seuls les tuyaux de descente se coudaient aux étages, où les caisses béantes des plombs 2 mettaient la tache de leur fonte rouillée. Les fenêtres sans persiennes montraient des vitres nues, d'un vert glauque d'eau trouble. Certaines, ouvertes, laissaient pendre des matelas à carreaux bleus, qui prenaient l'air ; devant d'autres, sur des cordes tendues, des linges séchaient, toute la lessive d'un ménage, les chemises de l'homme, les camisoles de la femme, les culottes des gamins ; il y en avait une, au troisième, où s'étalait une couche d'enfant, emplâtrée d'ordure. Du haut en bas, les logements trop petits crevaient au-dehors, lâchaient des bouts de leur misère par toutes les fentes. En bas, desservant chaque façade, une porte haute et étroite, sans boiserie, taillée dans le nu du plâtre, creusait un vestibule lézardé, au fond duquel tournaient les marches boueuses d'un escalier à rampe de fer ; et l'on comptait ainsi quatre escaliers, indiqués par les quatre premières lettres de l'alphabet, peintes sur le mur. Les rez-de-chaussée étaient aménagés en immenses ateliers, fermés par des vitrages noirs de poussière : la forge d'un serrurier y flambait on entendait plus loin des coups de rabot d'un menuisier tandis que, près de la loge, un laboratoire de teinturier lâchait à gros bouillons ce ruisseau d'un rose tendre coulant sous le porche. Salie de flaques d'eau teintée, de copeaux, d'escarbilles de charbon3, plantée d'herbe sur ses bords, entre ses pavés disjoints, la cour s'éclairait d'une clarté crue, comme coupée en deux par la ligne où le soleil s'arrêtait. Du côté de l'ombre, autour de la fontaine dont le robinet entretenait là une continuelle humidité, trois petites poules piquaient le sol, cherchaient des vers de terre, les pattes crottées. Et Gervaise lentement promenait son regard, l'abaissait du sixième étage au pavé, remontait, surprise de cette énormité, se sentant au milieu d'un organe vivant au coeur même d'une ville, intéressée par la maison, comme si elle avait eu devant elle une personne géante. L'Assommoir, chapitre 2, Pierres d'attente : Pierres qu'on fait saillir à l'extrémité d'un mur en vue de la liaison avec une autre construction. 2. Plombs : Cuvettes de plomb qui, à chaque étage d'un immeuble, servaient à l'évacuation des eaux sales. Texte 3 : Le quartier de La Goûte dOr

5 Etape 1 : Le Roman Diapo 1 : présentation générale De quel roman de Zola votre texte est-il extrait ? Quand ce roman a-t-il été écrit ? Quelle place occupe-t-il au sein des Rougon-Macquart ?

6 Diapo 2 : Lhistoire Résumez brièvement lintrigue et situez votre extrait.

7 Etape 2 : Situer le Lieu Diapo 3 : La situation géographique Cherchez lemplacement exact de ce lieu sur google-map. Si vous le pouvez, faites une capture décran ou copiez limage, sinon, expliquez textuellement sa situation.google-map

8 Diapo 4 : Lhistoire du lieu Rendez-vous sur le site de la BNF et trouvez les images de ce lieu au temps de Zola dans lexposition «Le Paris de Zola. renseignez-vous davantage en cherchant des informations sur internet ou au CDI, puis présentez lhistoire et lactivité de ce lieu à lépoque. Illustrez par des photographies.le site de la BNF

9 Etape 3 : Etude de lextrait Diapo 5 : Etude des procédés Etudiez le point de vue dans le texte, les champs lexicaux et lorganisation de la description.

10 Diapo 6 : de lEffet de réel à la transfiguration naturaliste Expliquez pourquoi selon vous Zola a-t-il choisi de représenter ce lieu pour étudier linfluence du milieu sur les individus. Appuyez votre réflexion sur vos recherches ainsi que sur votre étude de lextrait.

11 Liens Généraux : google-map le site de la BNF la BNF Pour LesPour Les Halles : Les Halles de Paris à Travers lHistoirers lHistoire Le destin des Halles de PaLe destin des Halles de Paris Pour Le Bon Marché Marché Extrait de lémiExtrait de lémission karambolage, le bon marché Pour La Goûte dOr La Goûte dor, trésors cachés de Parisis chercher les «notes sur le décor»


Télécharger ppt "Le Paris de Zola Descriptions de Paris par Emile Zola."

Présentations similaires


Annonces Google