La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La poésie homérique lépoque archaïque. Homère, le poète aveugle Il récitait oralement ses poèmes. Dans son œuvre, il décrit la période des siècles obscurs.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La poésie homérique lépoque archaïque. Homère, le poète aveugle Il récitait oralement ses poèmes. Dans son œuvre, il décrit la période des siècles obscurs."— Transcription de la présentation:

1 La poésie homérique lépoque archaïque

2 Homère, le poète aveugle Il récitait oralement ses poèmes. Dans son œuvre, il décrit la période des siècles obscurs. 750: écriture de lIliade. 700: écriture de lOdyssée. Épopée: histoire grandiose qui met en scène un seul événement (comme la Guerre de Troie) ou un seul personnage (comme Ulysse ou Odysseus).

3 LIliade et lOdyssée LIliade est composé de vers LOdyssée est composé de vers. LIliade raconte la colère dAchille LOdyssée raconte lerrance dUlysse à travers la Méditerranée pour retrouver son épouse Pénélope et son fils Télémaque.

4 Les procédés mnémotechniques Les poètes récitaient les vers par cœur. Comment faisaient-ils? Thème bien précis autour dun héros Énormément de descriptions dobjets et de lieux Nombreuses scènes typiques qui se ressemblent. Nombreuses répétitions de vers.

5 Origine des mythes Récits beaucoup plus anciens, de lépoque mycénienne Pendant encore deux siècles ils seront transmit oralement. Sous le règne des Pisistratides (540), les deux œuvres auraient été mis par écrit pour empêcher certains de changer et de sapproprier le contenu homérique

6 LIliade Historicité de la guerre de Troie Henrich Schliemann ( ) À 50 ans, il se consacre à trouvé la ville de Troie, telle que décrite dans LIliade Il se rend dans la Turquie actuelle et suit les indices donnés par le livre: une source deau chaude et froide, la colline dHissarlik…

7 LIliade Historicité de la guerre de Troie Il déterre non pas une Troie mais douze couches de Troie dans laquelle on a retrouvé des vestiges dépoques différentes. Homère décrit la ville comme fortifiée avec de grands remparts (correspond à Troie VI qui ne correspond pas à la date de la guerre) Aucune trace pertinente quil y a eu une présence grecque de dix ans

8 LIliade Historicité de la guerre de Troie

9 Lépoque des récits homériques Quatre époques grecques: Avant 1600: les Grecs étaient réunis sous de petites communautés (domination de la mer par les Crétois) Époque mycénienne ( ): période de la grandeur des Mycéniens Les siècles obscurs ( ): destruction des palais, fin de lépoque mycénienne, pauvreté, fin de lécriture. Époque archaïque ( ): période de renouveau, réapparition de lécriture. Homère est né en 750

10 Lépoque des récits homériques 450 ans sétaient écoulés entre lépoque mycénienne et la naissance du poète Les récits homériques se déroulent à lépoque mycénienne (lâge du bronze) Homère aurait mal décrit lépoque mycénienne; certains éléments cadrent avec lépoque et dautres pas

11 Lépoque des récits homériques Bons éléments: tombes guerrières, le char de guerre (exclusif aux Mycéniens), pièces darmement comme le casque à dents de sanglier. Mauvais éléments: description dobjets en fer et non en bronze, tombe à incinération (pratique des siècles obscurs), dans lOdyssée, Ulysse voyage autour de la Méditerranée, alors inconnu à lépoque mycénienne et dans les siècles obscurs.

12 La cosmogonie homérique

13 Le récit LIliade ne décrit pas toute la guerre de Troie Elle décrit la dernière année de la guerre après 9 ans de siège Le récit débute à lépisode de la colère dAchille et se termine par les funérailles dHector La guerre oppose les Achéens (ou les Grecs) et les Troyens Zeus est le peseur des destins Plusieurs grands guerriers des deux clans meurent

14 Les personnages Les immortels Pro-Achéens: Poséidon, Athéna, Héra, Hermès, Héphaïstos Pro-Troyens: Apollon, Arès, Aphrodite, Artémis, Scamandre (Xanthe) Zeus est impartial

15 Les personnages Les mortels Les Achéens: Agamemnon (roi de Mycènes), Achille (fils de Pélée et Thétis, chef des Myrmidons), Ajax (fils dOïlée, roi de Locride), Ajax 2 (fils de Télamon, roi de Salamine), Calchas (devin), Diomède (roi dArgos), Ménélas (roi de Sparte), Nestor (roi de Pylos), Patrocle (le cousin dAchille), Ulysse (roi dIthaque)

16 Les personnages Les mortels Les Troyens: Cassandre (fille de Priam, prêtresse), Énée (fils dAnchise et dAphrodite), Hector (fils aîné de Priam), Hécube (épouse de Priam, reine de Troie), Andromaque (femme dHector), Laocoon (prêtre de Poséidon et dApollon), Pâris (fils de Priam, séducteur dHélène), Priam (roi de Troie)

17 Les origines de la guerre de Troie Pâris et Hélène Pélée (un mortel) épouse Thétis (une divinité mineure) Éris (la Discorde) nest pas invité au mariage, mais elle se présente quand même avec une pomme dor quelle offrira à la plus belle des déesses. Zeus, ne pouvant trancher, va chercher un jeune berger du nom de Pâris Pâris doit choisir entre Aphrodite, Héra et Athéna. Il choisit Aphrodite, puis se rend à Sparte où il ramène avec lui la belle Hélène

18 Les origines de la guerre de Troie Pâris et Hélène

19

20 Les origines de la guerre de Troie Connaître son futur Achille: Dans son enfance, sa mère Thétis lui propose dopter entre une carrière longue et obscure ou une vie courte, mais glorieuse. Il préféra la seconde. Achille, invulnérable, et dont la présence est indispensable pour remporter la victoire sur les Troyens, sait quil mourra sur le champs de bataille. Thétis cache son jeune fils à la cour de Lycomède.

21 Les origines de la guerre de Troie Le divin Achille

22 Les origines de la guerre de Troie Connaître son futur Ulysse: sachant que la guerre de Troie durera dix ans et quil errera pendant dix ans supplémentaires sur la Méditerranée, feint la folie. Des soldats le retrouvent en train de semer des grains de sel. Palamède, un des soldats, prend son fils Télémaque et le met devant sa charrue. Ulysse, ne savançant pas sur son fils, dévoile son subterfuge

23 Les origines de la guerre de Troie Agamemnon et Iphigénie Agamemnon et ses troupes se rendent au port dAulis, mais le vent ne se lèvent pas Incité par loracle de Calchas, pour faire revenir les vents, il sacrifie sa fille Iphigénie à Artémis. Artémis décide plutôt denlever Iphigénie et de lemmener quelque part autour de la Mer Noire, et substitue une biche qui est immolée à sa place

24 Iliade, Chant I Chrysès et Chryséis Après 9 ans de siège, le camp des Grecs est affaiblie par une peste causé par Chrysès, le prêtre dApollon, car sa fille Chryséis a été prise par Agamemnon. Refusant de la lui restituer, Chrysès demande à Apollon de faire venir la peste sur les Achéens.

25 Iliade, Chant I Chrysès et Chryséis Agamemnon à Chrysès: «Ne te trouve pas devant moi, vieillard, près de nos vaisseaux creux, ni aujourdhui, en ty attardant, ni plus tard, en revenant ici! Ou crains que te soient inutiles le sceptre et les bandelettes du dieu. Ta fille, je ne la délivrerai pas, la vieillesse latteindra plutôt, dans notre maison, en Argolide, loin de sa patrie, tissant la toile et venant dans mon lit. Va-ten, ne mirrite pas, si tu veux partir sans plus de dommage.» (traduction de E. Lasserre, p )

26 Iliade, Chant I La colère dAchille « Ivrogne, regard de chien, cœur de cerf, tarmer pour le combat avec la troupe, ou aller en embuscade avec les plus braves Achéens, tu nen a jamais eu le cœur […] Roi qui dévore ton peuple, parce que tu règnes sur des gens de rien! Autrement, Atride, cet outrage serait le dernier. Mais je le dis, jen fais le grand serment; oui, par ce sceptre: […] oui, un jour, le regret dAchille viendra aux fils dAchéens…

27 Iliade, Chant I La colère dAchille «…à tous; et tu ne pourras, si affligé que tu sois, leur être utile, quand, en foule, sous les coups dHector meurtrier, ils tomberont morts. Et en toi-même tu déchireras ton cœur, furieux de navoir nullement honoré le meilleur des Achéens.» (Homère, traduction de E. Lasserre, p.28-29)

28 Iliade, Chant I La colère dAchille Agamemnon, furieux de cet affront, restitue Chryséis au prêtre et enlève Briséis à Achille. Achille se retire dans sa tente et boude. Sa mère Thétis se rend sur lOlympe et, à la demande de celle- ci, Zeus favorise les Troyens.

29 Iliade, Chant II Le catalogue des vaisseaux Songe pernicieux envoyé vers Agamemnon: «Tu dors, fils de lardent Atrée dompteur de chevaux! Il ne doit pas dormir toute la nuit, lhomme qui assiste au conseil, auquel sont confiées des troupes, et qui a tant de soucis. Maintenant, écoute-moi vite. Cest Zeus qui menvoie vers toi; quoique éloigné, il sinquiète de toi, et te prend en pitié…»

30 Iliade, Chant II Le catalogue des vaisseaux «…Fais armer, il ty invite, les Achéens chevelus, en masse: maintenant, tu pourrais prendre la ville aux larges rues des Troyens. Car les habitants des demeures olympiennes, les immortels, ne sont plus en désaccord; Troyens des deuils sont suspendus, envoyés par Zeus. Garde, toi, cet avis en ton âme et que de toi loubli ne sempare pas, quand le sommeil, doux comme le miel, taura quitté.» (Homère, traduction E. Lasserre, p )

31 Iliade, Chant II Le catalogue des vaisseaux Les Grecs: les Béotiens (50 nefs), les Minyens, les Phocéens (40 nefs), les Locriens (Ajax, fils dOïlée, 40 nefs), les Abantes (40 nefs), Athéniens (50 nefs), Salamine (Ajax 2, fils de Télamon, 12 nefs), les Achéens (80 nefs), les Mycéniens (100 nefs), les Lacédémoniens (60 nefs), Pylos (90 nefs), les Arcadiens (60 nefs)…

32 Iliade, Chant II Le catalogue des vaisseaux …, les Épéens (40 nefs), les Céphalléniens (Ulysse,12 nefs), les Étoliens (40 nefs), les Crétois (80 nefs), les Rhodiens (9 nefs)… Les Troyens (à leur tête, le général Hector): Les Dardaniens (Énée), les Péoniens, les Paphlagoniens, les Mysiens, les Phrygiens, les Méoniens, les Cariens, les Lyciens

33 Iliade, Chant III Duel entre Pâris et Ménélas Ménélas: «Zeus roi, donne-moi de punir celui qui le premier ma fait du mal, le divin Alexandre. Domptez-le de ma main, afin que chacun tremble, même chez les hommes à venir, de mal faire envers lhôte qui laura accueilli en ami.» Il dit, et après lavoir brandie lança sa pique à lombre longue, et il frappa le fils de Priam sur son bouclier bien équilibré. À travers le bouclier brillant, la lourde pique passa, et à travers la cuirasse longuement ouvrée, où elle se fixa. De part en part, le long du flanc…

34 Iliade, Chant III Duel entre Pâris et Ménélas …il déchira la tunique, ce javelot; mais Pâris, en inclinant le corps, esquiva la noire divinité. Alors lAtride, tirant son épée à clous dargent, frappa, en la levant, le cimier du casque: autour de lui, en trois ou quatre morceaux, lépée brisée tomba de sa main. (Homère, traduction E. Lasserre, p )

35 Iliade, Chant V Les exploits de Diomède

36 «Or, Diomède poursuivait Cypris avec le bronze impitoyable. Il la savait déesse sans vaillance, et non de ces déesses qui commandent aux hommes à la guerre, Athéna ou Ényo destructrice de villes. Quant il leut rejointe en la poursuivant dans lépaisse mêlée, se fendant, le fils du courageux Tydée blessa Cypris à lextrémité de la main, dun bond, lance aiguë contre chair délicate…

37 Iliade, Chant V Les exploits de Diomède …Aussitôt la lance perça la peau, au poignet, au-dessus de la paume. Alors coula le sang divin de la déesse, lichor, tel quil coule du corps des dieux bienheureux; car ils ne mangent pas de pain, ne boivent pas de vin flamboyant: cest pourquoi ils nont pas de sang, et sont appelés immortels.» (Homère, traduction E. Lasserre, p )

38 Iliade, Chant V Les exploits de Diomède Diomède blesse Arès: «Mais quand Arès, fléau des humains, vit le divin Diomède, il laissa là le gigantesque Périphas, gisant, au lieu même où, en le frappant, il lui avait ôté la vie, et marcha droit sur Diomède dompteur de chevaux. Lorsquils furent près, marchant lun sur lautre, Arès dabord se fendit par-dessus le joug et les rênes des chevaux, avec sa pique de bronze, impatient dôter la vie à Diomède. Mais, saisissant larme de sa main, la déesse Athéna aux yeux…

39 Iliade, Chant V Les exploits de Diomède …de chouette la détourna insensiblement du char, pour rendre vain son élan. À son tour se précipita Diomède bon pour le cri de guerre, avec sa pique de bronze; Pallas Athéna appuya le coup, dans le bas du flanc, là où la ceinture lentourait. Cest là que Diomède blessa Arès en le touchant, déchirant de part en part sa belle peau; puis il retira sa lance.» (Homère, traduction E. Lasserre, p. 107)

40 Iliade, Chant VI Entretien dHector et dAndromaque

41 Andromaque: «Démon, ton ardeur te perdra! Tu nas pitié ni de ton jeune enfant (Astyanax), ni de moi, infortunée, qui bientôt serai veuve de toi. Car bientôt ils te tueront, les Achéens, en se jetant tous contre toi. Pour moi, mieux vaudrait, si je te perds, menfoncer sous la terre; car je naurai plus de joie, quand tu auras atteint ton destin, rien que des douleurs. Je nai plus ni père, ni mère vénérable. Mon père le divin Achille la tué; il a saccagé la ville bien située des Ciliciens, Thèbes aux portes hautes…

42 Iliade, Chant VI Entretien dHector et dAndromaque …[…] Javais sept frères dans le palais; tous, en un seul jour, sont allés chez Hadès; tous, en effet, le divin Achille aux pieds rapides les a tués, près de leurs bœufs aux jambes tordues et de leur brebis blanche. Ma mère, qui régnait au pied du Placos boisé, il lemmena ici avec le reste du butin, puis il la délivra contre une rançon immense.» (Homère, traduction E. Lasserre, p )

43 Iliade, Chant VI Entretien dHector et dAndromaque Hector: «Moi aussi, femme, tout cela minquiète; mais affreusement je redoute les Troyens et les Troyennes aux voiles traînants, si, comme un lâche, je fuis le combat. Mon cœur, dailleurs, ne my pousse pas, car jai appris à être brave, toujours, et à combattre au premier rang des Troyens, pour soutenir la grande gloire de mon père et la mienne.»

44 Iliade, Chant VI Entretien dHector et dAndromaque Hector à son fils: «Zeus et autres dieux, accordez-moi que cet enfant, mon fils, devienne, comme moi, illustre parmi les Troyens, ainsi que moi plein de force, et règne avec autorité sur Ilion. Quon dise un jour: Il est bien supérieur à son père! - quand il reviendra du combat. Quil rapporte les dépouilles sanglantes de lennemi tué par lui, et réjouisse lâme de sa mère.» (Homère, traduction E. Lasserre, p )

45 Iliade, Chant X La Dolonie Un autre aspect de la guerre, lespionnage: Agamemnon envoie dans le camp ennemi: Diomède et Ulysse (escortés par Athéna) Hector envoie dans le camp ennemi: Dolon Dolon se fait surprendre par Diomède et Ulysse

46 Iliade, Chant X La Dolonie Diomède à Dolon: «Ne timagine pas nous échapper, Dolon, si bons que soient tes avis, après être tombé entre nos mains. Car, si maintenant nous te délivrons et te laissons aller, par la suite, tu reviendras vers les fins vaisseaux achéens, ou pour espionner, ou pour combattre de vive force. Si, au contraire, dompté par mes mains, tu perds la vie, jamais plus tu ne seras un fléau pour les Argiens.»

47 Iliade, Chant X La Dolonie Il dit, et Dolon allait lui toucher le menton, de sa main épaisse, pour le supplier; mais au milieu du cou Diomède poussa son glaive, dun élan, et lui coupa les deux muscles: Dolon parlait encore que sa tête tomba dans la poussière. Ils lui enlevèrent son casque en peau de fouine, sa peau de loup, son arc tendu en arrière et sa longue lance. À Athéna dispensatrice du butin le divin Ulysse, de sa main levée, offrit ces dépouilles (Homère, traduction E. Lasserre, p. 177)

48 Iliade, Chant XIV Zeus trompé Héra se fait belle pour Zeus: «Avec de lambroisie, dabord, elle nettoya son corps désirable de toute souillure; elle soignit dune huile grasse, divine, suave, quelle avait, toute parfumée […] Après avoir oint son beau corps, et peigné ses cheveux, de sa main elle les tressa en tresses brillantes, belles, divines, tombant de sa tête immortelle.»

49 Iliade, Chant XIV Zeus trompé Aphrodite aide Héra: «De sa poitrine elle détacha une bandelette brodée de couleurs variées. Tous les charmes y avaient été enfermés. Elle contenait la tendresse, et le désir, et les entretiens trompeurs qui ôtent lesprit même aux plus sages.»

50 Iliade, Chant XVI La Patroclie

51 Hector tue Patrocle: «Hector, voyant le magnanime Patrocle se retirer, blessé par le bronze aigu, sapprocha de lui à travers les rangs; et il le blessa, de sa lance, au bas du flanc, et poussa le bronze au travers. Avec Bruit, Patrocle tomba; grande fut laffliction des troupes achéennes. […]»

52 Iliade, Chant XVI La Patroclie Hector à Patrocle: «Patrocle, tu prétendais saccager notre ville, aux femmes troyennes enlever le jour de la liberté, et les emmener, sur tes vaisseaux dans ta patrie. Insensé! Devant elles, les chevaux rapides dHector ont allongé leur galots pour combattre! Et avec ma pique, moi- même, entre les Troyens belliqueux…

53 Iliade, Chant XVI La Patroclie …, je me distingue, en les préservant du jour de la nécessité. Mais toi, ici, les vautours te dévoreront. Malheureux! Malgré sa valeur, il ne ta pas aidé, Achille, qui sans doute, restant à lécart, mille fois te recommanda à toi qui marchait: «Ne viens pas vers moi, Patrocle que traînent les chevaux, près des vaisseaux creux, avant que dHector meurtrier tu naies ensanglanté la tunique, déchiré à la poitrine.» - Ainsi sans doute il a parlé, et persuadé ton sens, insensé!» (Homère, traduction E. Lasserre, p )

54 Iliade, Chant XVII Les exploits de Ménélas Ménélas veille sur le corps de Patrocle: «Malheur à moi! Si jabandonne ces belles armes, et Patrocle, qui gît ici pour mon honneur […] Si, pourtant, Ajax bon pour le cri de guerre, je savais où il est, tous deux revenant, nous nous rappellerions notre esprit offensif, même contre une divinité, et verrions comment entraîner ce cadavre, pour Achille, fils de Pélée.»

55 Iliade, Chant XVII Les exploits de Ménélas Hector sempare des armes dAchille: «Hector au casque scintillant quitta la guerre dévastatrice. À la course, il rejoignit ses compagnons, très vite, pas très loin, en les poursuivant de ses pieds agiles, comme il portait à la ville les armes glorieuses du fils de Pélée […] et il revêtit les armes surhumaine dAchille fils de Pélée, celle que les dieux avaient donnés à son père.» (Homère, traduction E. Lasserre, p.289 et 291)

56 Iliade, Chant XVIII La fabrication des armes

57 Antilochos livre le message à Achille: «Hélas! Fils de Pélée à lesprit éclairé, cest un triste message que tu vas apprendre, une chose qui naurait pas dû arriver! Il gît, Patrocle, et autour de son corps lon combat, de son corps dépouillé: car ses armes sont aux mains dHector au casque scintillant.» Il dit, et la douleur couvrit Achille dun nuage noir. Des deux mains, prenant la poussière du foyer, il la versa sur sa tête et souilla son visage gracieux. (Homère, traduction E. Lasserre, p. 307)

58 Iliade, Chant XVIII La fabrication des armes Héphaïstos fabrique de nouvelles armes à Achille à la demande de Thétis: «Il fit dabord un bouclier, grand, robuste, bien ouvré en tout sens. Autour, il jeta une bordure brillante, triple, éclatante, et il y suspendit un baudrier dargent. Il y avait cinq plaques au bouclier lui-même; et Héphaïstos y fit maint ornement bien ouvré, avec un art savant […] (p. 318)

59 Iliade, Chant XVIII La fabrication des armes Et quand il eut fabriqué le bouclier grand et robuste, il fabriqua pour Achille une cuirasse, plus brillante que léclat du feu; il fabriqua pour lui un casque épais, adapté à ses tempes, beau, fait avec art, et le surmonta dun panache dor; il fabriqua pour lui des jambarts, avec létain qui se modèle bien.» (Homère, traduction E. Lasserre, p.321)

60 Iliade, Chant XX La bataille des dieux Zeus convoque les dieux à lassemblée: «Tu as compris, Ébranle-terre, le dessein né dans ma poitrine, et pour lui je vous ai rassemblés. Jai souci de ces hommes, quoiquils se perdent. Cependant, je vais, moi, rester dans un repli de lOlympe, assis, et leur vue charmera mon âme; vous autres, allez, rendez-vous près des Troyens ou des Achéens; aidez les uns ou les autres, chacun selon votre idée.» (Homère, traduction E. Lasserre, p. 335)

61 Iliade, Chant XXI Combat près du fleuve

62 Le fleuve Scamandre sattaque à Achille: «Achille, célèbre par sa lance, bondit au milieu du Scamandre, en sautant de la berge. Mais le fleuve sélança, gonflé, et se rua. Il souleva, agita tout son cours, chassant les cadavres nombreux quil contenait en foule, tués par Achille: il les rejeta, en mugissant comme un taureau, sur la terre. Les vivants, il les sauva dans son beau cours, les cachant dans ses tourbillons profonds et grands; mais terrible, autour dAchille, le flot agité se dressait.» (Homère, traduction E. Lasserre, p.352)

63 Iliade, Chant XXII Duel entre Achille et Hector

64 Hécube à Hector: «Hector, mon enfant, respecte ceci, et aie pitié de moi-même. Si je tai jamais présenté ce sein qui fait oublier les peines, souviens- ten, mon enfant. Repousse cet ennemi, mais de lintérieur des murs, ne te tiens pas devant contre lui, le misérable! Sil te tue, plus moyen même de te pleurer sur un lit cher rejeton, pour moi qui tenfantai, ni pour ta femme riche de cadeaux. Fort loin de nous, près des vaisseaux argiens, les chiens rapides te dévorerons.» (Homère, traduction E. Lasserre, p. 365)

65 Iliade, Chant XXII Duel entre Achille et Hector Achille tue Hector: «Or partout la peau était couverte des armes de bronze, belles, quà Sa force Patrocle Hector avait enlevées, layant tué; elle apparaissait toutefois là où les clavicules séparent le cou des épaules, à la gorge, par où lâme se perd le plus vite. Là, contre Hector, impatiemment, poussa sa pique le divin Achille. De part en part, à travers le cou tendre, la pointe passa […]» (p. 370)

66 Iliade, Chant XXII Duel entre Achille et Hector «Le divin Achille imagina un traitement affreux: des deux pieds, par derrière lui perça les tendons, du talon à la cheville, y attacha des courroies, à son char les lia, et laissa traîner la tête; puis, son char montant, après avoir pris les armes glorieuses, il fouetta pour pousser les chevaux, qui tous deux volèrent de bon cœur. Le cadavre traîné soulevait la poussière.» (Homère, traduction E. Lasserre, p.372)

67 Iliade, Chant XXIII Jeux en lhonneur de Patrocle

68 Le peuple Achéen pleure Patrocle: «Trois fois, autour du cadavre, ils poussèrent les chevaux à la belle robe, en pleurant; et, parmi eux, Thétis excitait lenvie de se lamenter. Ils mouillaient le sable, ils mouillaient leurs larmes de pleurs: si grand était lhomme quils regrettaient, comme artisan de fuite! Le fils de Pélée dirigeait leurs lamentations drues, ses mains meurtrières posées sur la poitrine de son compagnon: …

69 Iliade, Chant XXIII Jeux en lhonneur de Patrocle «Soit content de moi, Patrocle, même dans la demeure dHadès! Car je vais, pour toi, accomplir tout ce que jai promis: livrer Hector, traîné ici, aux chiens qui le dévorent cru, et, au nombre de douze, égorger devant ton bûcher des enfants brillants de Troyens, dans ma colère de ta mort.» (Homère, traduction E. Lasserre, p. 377)

70 Iliade, Chant XXIII Jeux en lhonneur de Patrocle Description dune course de char: «Tous, alors, sur les chevaux levèrent le fouet, les frappèrent de leur lanière, les excitèrent de la voix, dun élan; et eux, vite, parcouraient la plaine, loin des vaisseaux, rapidement. Sous leur poitrail, la poussière se dressait, soulevée, comme un nuage ou un tourbillon; et leurs crinières flottaient au souffle du vent…

71 Iliade, Chant XXIII Jeux en lhonneur de Patrocle …Les chars tantôt sabaissaient vers la terre nourricière, tantôt bondissaient en lair. Leurs conducteurs étaient debout dans la caisse, et le cœur de chacun palpitait du désir de la victoire; ils excitaient chacun leur chevaux, qui volaient dans la poussière, par la plaine.» (Homère, traduction E. Lasserre, p. 385)

72 Iliade, Chant XXIV Le rachat dHector

73 La messagère Iris porte un message de Zeus à Priam: «Va, pars, Iris, quitte le séjour de lOlympe, dis au magnanime Priam, dans Ilion, de se faire rendre son fils, en allant, aux vaisseaux achéens, porter à Achille des présents qui adoucissent sa colère. Quil aille seul; quaucun autre Troyen ne laccompagne. Quun héraut le suive, un homme âgé…

74 Iliade, Chant XXIV Le rachat dHector …, pour conduire les mulets et le char aux belles roues, et, au retour, ramener à la ville le corps tué par le divin Achille. Quil nait souci ni de la mort, en son âme, ni de la crainte, si grand est le conducteur que nous lui donnerons, le dieu au brillant aspect. Il le mènera jusquà lamener près dAchille.» (Homère, traduction E. Lasserre, p.402)

75 Iliade, Chant XXIV Le rachat dHector Priam supplie Achille: «Comble dinfortune! Jai engendré des fils excellents dans la vaste Troade, dont pas un, je le dis, ne me reste! Jen avais cinquante, quand vinrent les fils dAchéens, dix-neuf du même ventre; les autres étaient nés des femmes du palais. De la plupart, limpétueux Arès a désuni les genoux; et celui qui, pour moi, était unique, qui tirait de danger la cité et nous-même, tu las tué récemment,…

76 Iliade, Chant XXIV Le rachat dHector …comme il défendait sa patrie: cétait Hector. Pour lui maintenant, je viens aux vaisseaux achéens, pour le délivrer de ton pouvoir; et japporte une rançon immense. Respecte les dieux, Achille, et de moi aie pitié, en souvenir de ton père: je suis encore plus pitoyable: car jai eu le courage de faire ce que na fait encore, sur la terre, aucun humain, de porter à ma bouche la main du meurtrier de mon fils.» (Homère, traduction E. Lasserre, p. 410)

77 La fin de la Guerre de Troie Philoctète

78 La fin de la Guerre de Troie Penthésilée

79 La fin de la Guerre de Troie Laocoon

80 La fin de la Guerre de Troie La mort dAchille

81 La fin de la Guerre de Troie La mort de Priam

82 La fin de la Guerre de Troie Lenlèvement de Cassandre

83 La fin de la Guerre de Troie Énée

84 La fin de la Guerre de Troie Le suicide dAjax

85 «O mort, ¸ô mort, voici lheure, viens, jette un regard sur moi. Mais toi du moins, là- bas, je pourrai te parler encore, tu seras toujours près de moi. Tandis que toi, clarté de ce jour radieux, et toi, Soleil sur ton char, je vous salut ici pour la dernière fois, et jamais plus ne le ferai. Lumière! Sol sacré de ma terre natale, Salamine, qui sert dassise au foyer de mes aïeux!…

86 La fin de la Guerre de Troie Le suicide dAjax …Illustre Athènes avec ton peuple frère! Et vous, sources et fleuves que jai là sous les yeux, plaines de Troade, tous ensemble, je vous salue ici: adieu, vous qui mavez nourri! Voilà le dernier mot que vous adresse Ajax. Désormais cest à ceux den bas dans lEnfer que je parlerai.» (Sophocle, traduction de Paul Mazon, p. 161)


Télécharger ppt "La poésie homérique lépoque archaïque. Homère, le poète aveugle Il récitait oralement ses poèmes. Dans son œuvre, il décrit la période des siècles obscurs."

Présentations similaires


Annonces Google