La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Philippe Pareige: Professeur, Groupe de Physique des Matériaux UMR CNRS 6634 Classe de Première S4 du lycée Gustave FLAUBERT Christophe Lemonnier Professeur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Philippe Pareige: Professeur, Groupe de Physique des Matériaux UMR CNRS 6634 Classe de Première S4 du lycée Gustave FLAUBERT Christophe Lemonnier Professeur."— Transcription de la présentation:

1 Philippe Pareige: Professeur, Groupe de Physique des Matériaux UMR CNRS 6634 Classe de Première S4 du lycée Gustave FLAUBERT Christophe Lemonnier Professeur de Sciences physiques au Lycée Gustave Flaubert

2 I.Les présentations. Le chercheur:Philippe Pareige Responsable du GPM: Le Groupe de Physique des Matériaux Université et INSA de Rouen – UMR CNRS 6634

3 Les élèves de 1ère S4

4 Lenseignant:Christophe Lemonnier Enseigne les sciences physiques depuis En collège de 2000 à 2005 Au lycée Gustave Flaubert depuis 2005.

5 II.Le sujet choisi: nanosciences et nanotechnologies. 1.Dans les circuits électroniques. Un circuit électronique est constitué de composants (circuits intégrés) eux-mêmes constitués de composants (tels que des transistors par exemple).

6 Circuit intégré Le circuit intégré (CI), aussi appelé puce électronique, est un composant électronique reproduisant une ou plusieurs fonctions électroniques plus ou moins complexes (analogique ou numérique)

7 Verrou technologique ? Cofondateur de la société Intel, Gordon Moore avait affirmé dès 1965 que le nombre de transistors par circuit de même taille allait doubler, à prix constants, tous les dix-huit mois. Il en déduisit que la puissance des ordinateurs allait croître de manière exponentielle, et ce pour des années. Il avait raison. Sa loi, fondée sur un constat empirique, a été vérifiée jusqu'à aujourd'hui. Il a cependant déclaré en 1997 que cette croissance des performances des puces se heurterait aux environ de 2017 à une limite physique : celle de la taille des atomes. D'ici là, nos ordinateurs seront environ fois plus puissants qu'aujourd'hui ! Il existe donc un verrou technologique, lié à la limite de la taille des composants, car il est pour linstant impossible de créer un composant de taille inférieure à un atome !

8 Loi de Moore

9 2.Pour lénergie. Une nécessité: Les besoins en énergie ne cessent daugmenter comme, par exemple, la demande mondiale dénergie électrique qui va doubler dici lutilisation de sources dénergie plus propres comme par exemple le solaire, pour le stockage et pour le transport de lélectricité. Les scientifiques misent sur les apports potentiels des nanotechnologies dans ces différents secteurs : amélioration des performances des cellules solaires et des piles a combustible, progrès dans la production et le stockage dhydrogène, diminution des pertes dans le transport de lélectricité, développement de matériaux plus légers et plus résistants, etc..

10 III.Visite du GPM. Pour pouvoir étudier les transformations à létat solide dans les métaux et alliages, le Groupe de Physique des Matériaux comporte, parmi les trois ensembles de bâtiments, un parc instrumental unique en France, dédié aux nanoanalyses. Il comprend : Des microscopes électronique à balayage ou à transmission, dont la différence se trouve au niveau du mode daction. Quatre sondes atomiques tomographiques.

11 Microscope électronique à transmission

12 Sonde Atomique tomographique Cette machine analyse les métaux et semi-conducteurs atome par atome. Elle identifie la nature chimique et la position des atomes dans le matériau. Elle permet de reconstruire en 3D un petit volume de matière (10x10x500 nm3 ) analysé à léchelle atomique.Elles sont « customisées » : divers composants y ont été ajoutés pour les rendre plus performantes.

13 IV.La visite du CNRT de Caen. 1.Le CIMAP (Centre de Recherche sur les Ions, les Matériaux et la Photonique). par Fabrice GOURBILLEAU, responsable de léquipe NIMPH qui fait partie du, et elle travaille sur les Nanostructures Intégrées pour la Microélectronique et la Photonique.

14 La microélectronique En microélectronique, ils travaillent pour réduire la taille des diodes à base de silicium, ce qui est devenu une obsession pour beaucoup de chercheurs ! Ils planchent aussi sur le silicium nanostructuré pour les nano mémoires. Pour ces diodes, ils travaillent donc avec du silicium Si, car cest un matériau abondant et peu coûteux, un grand avantage donc pour la commercialisation. Pour les nano mémoires, ou mémoires flash, appelés aussi RAM. Les transistors sont beaucoup étudiés depuis les années 70, et leur taille est de plus en plus petite, ce qui permet de stocker plus dinformation dans un même espace. En simplifiant, les transistors utilisés dans la mémoire flash contiennent deux grilles, une de contrôle et une deuxième, appelée grille flottante, qui est en suspension dans un oxyde, le tout est placé dans un substrat qui contient deux électrodes. En jouant la source, le drain et la grille de contrôle, on peut écrire, garder et effacer les données.

15 La Photonique En photonique, léquipe NIMPH développe des amplificateurs optiques pour les télé communicateurs, sur une application laser pour enlever les tatouages, et sur du silicium nanostructuré pour le photovoltaïque. Quest-ce que les nanoparticules ? Les nanoparticules sont des particules de petite taille, moins de 100 nanomètre, soit plus petit quun virus ou quune bactérie. Ils sont donc difficiles à manipuler et à utiliser. Dailleurs, les nanoparticules sont si petites quelles ne sont pas filtrées pas le corps humain, donc il faut y faire attention.

16 Microscope électronique à balayage La microscopie électronique à balayage est une technique de microscopie basée sur le principe des intéractions électrons-matière. Un faisceau délectrons balaie la surface de léchantillon à analyser qui, en réponse, réemet certaines particules. Différents détecteurs permettent danalyser ces particules et de reconstruire une image de la surface. Dans la pratique,au XXI ème siècle,un grand nombre de constructeurs proposent des microscopes à balayage de série dont la résolution se situe entre 1nm et 20nm.

17 La pulvérisation magnétron La pulvérisation magnétron sert à fabriquer des nanomémoires à base de,nanocristaux de sillicium Si à forte constante diélectrique.

18 2.Le CRISMAT(laboratoire de cristallographie et sciences des matériaux). par Christophe Goupil. Celui-ci nous a parlé de la thermoélectricité. Cette science qui na pris son essor que très récemment, consiste à produire de lélectricité à partir de chaleur. A cause des rendements peu élevés cette science est longtemps restée en désuétude.

19 Leffet Peltier qui implique un déplacement de chaleur sous en présence dun courant électrique. soumise à deux grands principes: La thermoélectricité La thermoélectricité est soumise à 2 grands principes: Leffet Seebeck qui implique une différence de potentiel dont lorigine est une différence de température. Les matériaux thermoélectriques, soumis à un courant électrique, peuvent évacuer de la chaleur d'une source froide et fonctionner comme un réfrigérateur. Ils peuvent aussi produire un courant électrique lorsqu'ils sont soumis à un gradient de température et fonctionner comme un générateur.

20 Des applications de la thermoélectricité: Montre thermoélectrique Chaudière Thermogénérateur (spacial) dans l'Automobile dans le Bâtiment

21 V.Conclusion. Les points faibles: Le vocabulaire était parfois compliqué. On aurait aimé réaliser un objet ou une mesure. On aimerait développer léchange dans dautres matières.

22 Les points forts: Les applications des techniques rencontrées sont en lien avec le monde actuel et le quotidien. Les intervenants ont faits des efforts de vulgarisation pour nous faire comprendre le vocabulaire compliqué. On a rencontré des chercheurs de visu. On a découvert le monde de la recherche et des études supérieures.

23 Remerciements: Au rectorat et à la DAAC pour avoir permis cet échange. Au Lycée Gustave Flaubert pour avoir accueilli Monsieur Pareige et financé la sortie du CNRT. A Monsieur Philippe Pareige pour nous avoir accompagné durant cet échange et organisé la visite du CNRT. A notre Professeur Monsieur Lemonnier pour nous avoir choisi et permis cet échange. A Fabrice Gourbilleau et Christophe Goupil pour leur accueil au CNRT.


Télécharger ppt "Philippe Pareige: Professeur, Groupe de Physique des Matériaux UMR CNRS 6634 Classe de Première S4 du lycée Gustave FLAUBERT Christophe Lemonnier Professeur."

Présentations similaires


Annonces Google