La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis."— Transcription de la présentation:

1 Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! »

2 Sénèque, De clementia, II, 1-2.

3 Ce texte de Sénèque, adressé à Néron, traite de la clémence et rapporte une anecdote concernant le jeune empereur. Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » Sénèque, De clementia, II, 1-2.

4 compono, -is, -ere, -posui, -positum : mettre ensemble, disposer nec, neque = et non, et...ne...pas alienus, -a, -um : d'autrui auris, -is, f. : oreille do, das, dare, dedi, datum : donner subito, inv. : subitement, soudain subitus, -a, -um : soudain, subit erumpo, -is, -ere, -rupi, -ruptum : faire sortir violemment, éclater bonitas, -atis, f. : bonne qualité, bonté fortuna, -ae, f. : fortune, chance litigantem : ? in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre medium, -ii, n. : milieu, centre medius, -a, -um : qui est au milieu adduco, -is, -ere, -duxi, -ductum : conduire vers animaduerto, -is, -ere, -ti, -sum : s'apercevoir latrones : ? duo, -ae, -o : deux Burrus, -i, m. : Burrus praefectus, -i, m. : gouverneur, administrateur tuus, -a, -um : ton uir, uiri, m. : homme ( par opp. à mulier, femme ), mari. egregius, -a, -um : remarquable tu, tui : tu, te, toi princeps, -ipis, n. m. et adj. : le premier, le chef, l' empereur nascor, -eris, -i, natus sum : naître natus, -i, m : sing. (poét.) fils, plur. : petits d'un animal exigo, -is, -ere, -egi, -actum : chasser, achever, réclamer a, ab, prép. : (+abl) à partir de de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de clemens, -entis, adj. : doux, bon, clément, indulgent, paisible clementia, -ae, f. : clémence scribo, -is, -ere, scripsi, scriptum : écrire Nero, -onis, m. : Néron Caesar, -aris, m. : César, empereur unus, -a, -um : un seul, un ego, mei : je uox, uocis, f. : voix, parole, mot tuus, -a, -um : ton maxime, inv. : surtout maximus, -a, -um : superlatif de magnus : grand compello, -is, -ere, -puli, -pulsum : pousser quam, inv. : que, combien qui, quae, quod : qui ; interr. quel ? lequel ? ego, mei : je non, neg. : ne...pas sine, prép. : (abl) sans admiratio, -onis, f. : admiration et, conj. : et, aussi cum, inv. : conj., comme ; prép, avec dico, -is, -ere, dixi, dictum : dire, appeler audisse : ? memini, -isse, impér. memento : se souvenir deinde, adv. : ensuite alius, -a, -ud : autre, un autre narro, -as, -are : conter, raconter uoco, -as, -are : appeler generosam : ? magnus, -a, -um : grand animus, -i, m. : cœur, sympathie lenitatis : ?

5 compono, -is, -ere, -posui, -positum : mettre ensemble, disposer nec, neque = et non, et...ne...pas alienus, -a, -um : d'autrui auris, -is, f. : oreille do, das, dare, dedi, datum : donner subito, inv. : subitement, soudain subitus, -a, -um : soudain, subit erumpo, -is, -ere, -rupi, -ruptum : faire sortir violemment, éclater bonitas, -atis, f. : bonne qualité, bonté fortuna, -ae, f. : fortune, chance litigantem : part. résent de litigo: se disputer, être en litige. in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre medium, -ii, n. : milieu, centre medius, -a, -um : qui est au milieu adduco, -is, -ere, -duxi, -ductum : conduire vers animaduerto, -is, -ere, -ti, -sum : s'apercevoir latrones : latro, latronis, m.: voleur, bandit, brigand. duo, -ae, -o : deux Burrus, -i, m. : Burrus praefectus, -i, m. : gouverneur, administrateur tuus, -a, -um : ton uir, uiri, m. : homme ( par opp. à mulier, femme ), mari. egregius, -a, -um : remarquable tu, tui : tu, te, toi princeps, -ipis, n. m. et adj. : le premier, le chef, l' empereur nascor, -eris, -i, natus sum : naître natus, -i, m : sing. (poét.) fils, plur. : petits d'un animal exigo, -is, -ere, -egi, -actum : chasser, achever, réclamer a, ab, prép. : (+abl) à partir de de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de clemens, -entis, adj. : doux, bon, clément, indulgent, paisible clementia, -ae, f. : clémence scribo, -is, -ere, scripsi, scriptum : écrire Nero, -onis, m. : Néron Caesar, -aris, m. : César, empereur unus, -a, -um : un seul, un ego, mei : je uox, uocis, f. : voix, parole, mot tuus, -a, -um : ton maxime, inv. : surtout maximus, -a, -um : superlatif de magnus : grand compello, -is, -ere, -puli, -pulsum : pousser quam, inv. : que, combien qui, quae, quod : qui ; interr. quel ? lequel ? ego, mei : je non, neg. : ne...pas sine, prép. : (abl) sans admiratio, -onis, f. : admiration et, conj. : et, aussi cum, inv. : conj., comme ; prép, avec dico, -is, -ere, dixi, dictum : dire, appeler audisse : audio, -is, -ere, audi(v)i, auditum: entendre, écouter memini, -isse, impér. memento : se souvenir deinde, adv. : ensuite alius, -a, -ud : autre, un autre narro, -as, -are : conter, raconter uoco, -as, -are : appeler generosam : generosus, -a, -um: noble, généreux, magnanime magnus, -a, -um : grand animus, -i, m. : cœur, sympathie lenitatis : lenitas, lenitatis, f.: douceur, lenteur.

6 compono, -is, -ere, -posui, -positum : mettre ensemble, disposer nec, neque = et non, et...ne...pas alienus, -a, -um : d'autrui auris, -is, f. : oreille do, das, dare, dedi, datum : donner subito, inv. : subitement, soudain erumpo, -is, -ere, -rupi, -ruptum : faire sortir violemment, éclater bonitas, -atis, f. : bonne qualité, bonté fortuna, -ae, f. : fortune, chance litigantem : part. résent de litigo: se disputer, être en litige. in, prép. : (acc. ou abl.) dans, sur, contre medium, -ii, n. : milieu, centre adduco, -is, -ere, -duxi, -ductum : conduire vers animaduerto, -is, -ere, -ti, -sum : s'apercevoir latrones : latro, latronis, m.: voleur, bandit, brigand. duo, -ae, -o : deux Burrus, -i, m. : Burrus praefectus, -i, m. : gouverneur, administrateur uir, uiri, m. : homme ( par opp. à mulier, femme ), mari. egregius, -a, -um : remarquable tu, tui : tu, te, toi princeps, -ipis, n. m. et adj. : le premier, le chef, l' empereur nascor, -eris, -i, natus sum : naître exigo, -is, -ere, -egi, -actum : chasser, achever, réclamer a, ab, prép. : (+abl) à partir de de, prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de clementia, -ae, f. : clémence scribo, -is, -ere, scripsi, scriptum : écrire Nero, -onis, m. : Néron Caesar, -aris, m. : César, empereur unus, -a, -um : un seul, un ego, mei : je uox, uocis, f. : voix, parole, mot tuus, -a, -um : ton maxime, inv. : surtout compello, -is, -ere, -puli, -pulsum : pousser qui, quae, quod : qui ; interr. quel ? lequel ? non, neg. : ne...pas sine, prép. : (abl) sans admiratio, -onis, f. : admiration et, conj. : et, aussi cum, inv. : conj., comme ; prép, avec dico, -is, -ere, dixi, dictum : dire, appeler audisse : audio, -is, -ere, audi(v)i, auditum: entendre, écouter memini, -isse, impér. memento : se souvenir deinde, adv. : ensuite alius, -a, -ud : autre, un autre narro, -as, -are : conter, raconter uoco, -as, -are : appeler generosam : generosus, -a, -um: noble, généreux, magnanime magnus, -a, -um : grand animus, -i, m. : cœur, sympathie lenitatis : lenitas, lenitatis, f.: douceur, lenteur.

7 uox, uocis, f. : voix, parole, mot maxime, inv. : surtout compello, -is, -ere, -puli, -pulsum : pousser qui, quae, quod : qui ; interr. quel ? lequel ? memini, -isse, impér. memento : se souvenir deinde, adv. : ensuite alius, -a, -ud : autre, un autre lenitatis : lenitas, lenitatis, f.: douceur, lenteur. compono, -is, -ere, -posui, -positum : mettre ensemble, disposer alienus, -a, -um : d'autrui auris, -is, f. : oreille erumpo, -is, -ere, -rupi, -ruptum : faire sortir violemment, éclater bonitas, -atis, f. : bonne qualité, bonté fortuna, -ae, f. : fortune, chance condition, situation litigantem : part. résent de litigo: se disputer, être en litige. medium, -ii, n. : milieu, centre adduco, -is, -ere, -duxi, -ductum : conduire vers animaduerto, -is, -ere, -ti, -sum : s'apercevoir latrones : latro, latronis, m.: voleur, bandit, brigand. praefectus, -i, m. : gouverneur, administrateur egregius, -a, -um : remarquable princeps, -ipis, n. m. et adj. : le premier, le chef, l' empereur nascor, -eris, -i, natus sum : naître exigo, -is, -ere, -egi, -actum : chasser, achever, réclamer

8 VOCABULAIRE: uox, uocis, f. : parole, mot maxime, inv. : surtout compello, -is, -ere, -puli, -pulsum : pousser qui, quae, quod : qui ; interr. quel ? lequel ? memini, -isse, impér. memento : se souvenir deinde, adv. : ensuite alius, -a, -ud : autre, un autre lenitatis : lenitas, lenitatis, f.: douceur compono, -is, -ere, -posui, -positum : mettre ensemble, disposer alienus, -a, -um : d'autrui auris, -is, f. : oreille erumpo, -is, -ere, -rupi, -ruptum : faire sortir violemment, éclater bonitas, -atis, f. : bonne qualité, bonté fortuna, -ae, f. : condition, situation litigantem : part. résent de litigo: se disputer, être en litige. medium, -ii, n. : milieu, centre adduco, -is, -ere, -duxi, -ductum : conduire vers animaduerto, -is, -ere, -ti, -sum : s'apercevoir latrones : latro, latronis, m.: voleur, bandit, brigand. praefectus, -i, m. : gouverneur, administrateur egregius, -a, -um : remarquable princeps, -ipis, n. m. et adj. : le premier, le chef, l' empereur nascor, -eris, -i, natus sum : naître exigo, -is, -ere, -egi, -actum : chasser, achever, réclamer

9 VOCABULAIRE: clemens, -entis, adj. : doux, bon, clément, indulgent, paisible clementia, -ae, f. : clémence generosam : generosus, -a, -um: noble, généreux, magnanime : magnus, -a, -um : grand animus, -i, m. : cœur, sympathie lenitatis : lenitas, lenitatis, f.: douceur. admiratio, -onis, f. : admiration bonitas, -atis, f. : bonne qualité, bonté egregius, -a, -um : remarquable princeps, -ipis, n. m. et adj. : le premier, le chef, l' empereur scribo, -is, -ere, scripsi, scriptum : écrire dico, -is, -ere, dixi, dictum : dire, appeler memini, -isse, impér. memento : se souvenir narro, -as, -are : conter, raconter uoco, -as, -are : appeler uox, uocis, f. : voix, parole, mot compono, -is, -ere, -posui, -positum : mettre ensemble, disposer

10 Ce qui ma surtout décidé à écrire sur la clémence, Néron César, cest un mot de toi, que je ne me souviens pas avoir entendu, alors quil était prononcé, ni avoir raconté ensuite à dautres, sans admiration ; mot plein de noblesse, de grandeur naturelle, de mansuétude et qui en labsence de tout effet calculé, de toute concession à loreille du public, a jailli soudain, et a mis au jour ton bon cœur en lutte avec les devoirs de ton rang. Au moment de punir deux brigands, Burrhus, ton préfet de prétoire, homme délite, né pour tavoir comme prince, exigeait de toi que tu indiques par écrit ceux que tu voulais accuser, et le motif 1. Tu avais souvent différé ; il insistait. Bien malgré lui il te présenta le parchemin ; tu le pris bien malgré toi, en técriant : « Je voudrais ne pas savoir écrire ! ». Traduction daprès F. Préchac et P. Veyne. 1- Lempereur pouvait se substituer aux instances régulières dans les affaires pénales. Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » Sénèque, De clementia, II, 1-2.

11 Pour que jécrive sur la clémence, Néron César, une parole de toi ma surtout motivé, que jamais sans admiration lorsquelle était prononcée; je ne me souviens pas avoir entendue, ni avoir racontée ensuite à dautres, une parole généreuse, dune grande âme, dune grande douceur; qui, sans quelle ait été calculée, ni donnée aux oreilles étrangères a jailli soudain, et a mis au jour ta bonté luttant avec les devoirs de ton rang. Devant punir deux brigands, Burrhus, ton préfet de prétoire, homme délite et né pour tavoir pour prince, exigeait de toi que tu indiques par écrit qui tu voulais accuser, et pour quel motif; cela avait souvent été différé; il insistait pour que cela soit fait. Alors quil avait sorti bien malgré lui le parchemin et alors quil te le tendait bien malgré toi, tu tes écrié : « Je voudrais ne pas savoir écrire ! ». Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! »

12 Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » Pour que jécrive sur la clémence, Néron César, une parole de toi ma surtout motivé, que jamais sans admiration lorsquelle était prononcée; je ne me souviens pas avoir entendue, ni avoir racontée ensuite à dautres, une parole généreuse, dune grande âme, dune grande douceur; qui, sans quelle ait été calculée, ni donnée aux oreilles étrangères a jailli soudain, et a mis au jour ta bonté luttant avec les devoirs de ton rang. Devant punir deux brigands, Burrhus, ton préfet de prétoire, homme délite et né pour tavoir pour prince, exigeait de toi que tu indiques par écrit qui tu voulais accuser, et pour quel motif; cela avait souvent été différé; il insistait pour que cela soit fait. Alors quil avait sorti bien malgré lui le parchemin et alors quil te le tendait bien malgré toi, tu técrias : « Je voudrais ne pas savoir écrire ! ».

13 a) Tacite, Annales (livre XIII, 4) : Après avoir fondé son droit sur l'autorité de cet ordre et le vœu unanime des soldats, il ajouta "qu'il avait, pour bien gouverner, tout ce qu'il faut de conseils et d'exemples; que ni guerres civiles ni querelles domestiques n'avaient aigri sa jeunesse; qu'il n'apportait au rang suprême ni haine, ni offenses reçues, ni désir de vengeance". Puis il traça le plan de son règne futur, écartant surtout les abus dont l'odieux souvenir était encore présent. "Ainsi, on ne le verrait pas, juge de tous les procès, enfermer dans le secret du palais l'accusation et la défense, afin que le pouvoir de quelques hommes y triomphât sans obstacle. Ni la vénalité ni la brigue ne pénétreraient à sa cour; sa maison et l'État seraient deux choses distinctes ; le sénat pouvait reprendre ses antiques fonctions, l'ltalie et les provinces du peuple romain s'adresser au tribunal des consuls : par eux, on aurait accès auprès des pères conscrits; lui, chargé des armées, leur réservait tous ses soins." Traduction française de J.-L. Burnouf, Paris, 1859, avec quelques adaptations de P. Remacle (Itinera electronica).

14 b) Suétone, Vie des douze Césars, (« Néron », X) : Pour donner encore une meilleure idée de son caractère, il annonça qu'il régnerait suivant les principes d'Auguste, et ne manqua aucune occasion de montrer sa libéralité, sa clémence et sa douceur. Il abolit ou diminua les impôts trop onéreux. Il réduisit au quart le salaire des délateurs, fixé par la loi Papia, et distribua au peuple quatre cents sesterces par tête. Il assigna à tous les plus nobles sénateurs privés de fortune des appointements annuels, dont plusieurs allaient jusqu'à cinq cent mille sesterces. Il assura aux cohortes prétoriennes des rations de blé gratuites et mensuelles. Un jour que, selon l'usage, on lui demandait de signer la condamnation d'un criminel: "Que je voudrais, dit-il, ne pas savoir écrire !". Traduction française de M. Nisard, Paris, 1855, avec quelques adaptations de J. Poucet (Itinera electronica).

15 c) Extrait du roman de Pierre Grimal, Le procès Néron, 1995 : Ce miracle, Rome le doit, en grande partie, au naturel de Néron lui- même. Ce serviteur des Muses déteste la violence et la cruauté. Il a horreur que lon verse le sang, et lon répète, un peu partout, quil sest, un jour, refusé à signer lordre dexécuter un brigand, pourtant mille fois coupable. Il avait fallu lui remontrer quen conservant la vie de ce criminel, il mettait en péril celle de citoyens innocents. Heureuse, mille fois heureuse Agrippine, qui a donné un tel fils à lEmpire !

16 a) Traduction de Suétone, Vie des douze Césars, (« Néron », XXXV, 1-5) : Indépendamment d'Octavie, il épousa Poppaea Sabina, fille d'un questeur, mariée auparavant à un chevalier romain, et Statilia Messalina, arrière-petite- fille de Taurus, honoré deux fois du consulat et du triomphe. Pour se l'approprier, il assassina son mari, le consul Atticus Vestinus, dans l'exercice de ses fonctions. Dégoûté bientôt d'Octavie, il dit à ses amis qui lui en faisaient des reproches, que les ornements matrimoniaux devaient lui suffire. Après avoir inutilement essayé plusieurs fois de l'étrangler, il la répudia comme stérile. Mais, voyant que les Romains blâmaient ce divorce et s'emportaient en invectives contre lui, il l'exila d'abord, et enfin la fit périr comme coupable d'adultère. La calomnie était si révoltante, que tous ceux qui furent mis à la torture ayant protesté de son innocence, Néron aposta son pédagogue Anicetus, qui avoua qu'il avait abusé d'Octavie par ruse. Néron épousa Poppée douze jours après qu'il eut répudié Octavie, et l'aima passionnément; ce qui ne l'empêcha pas de la tuer d'un coup de pied, parce qu'étant enceinte et malade, elle lui avait reproché trop vivement d'être rentré tard d'une course de chars. Traduction française de M. Nisard, Paris, 1855, avec quelques adaptations de J. Poucet (Itinera electronica).

17 b) Traduction du livre XIV (4) des Annales de Tacite : IV. Cette invention ingénieuse fut goûtée, et les circonstances la favorisaient. L'empereur célébrait à Baïes les fêtes de Minerve; il y attire sa mère, à force de répéter qu'il faut souffrir les moments de colère de ses parents et apaiser ses ressentiments, discours calculés pour autoriser des bruits de réconciliation, qui seraient reçus d'Agrippine avec cette crédulité pour les nouvelles favorables, si naturelle aux femmes. Lorsque Agrippine arriva, il alla au-devant d'elle le long du rivage (car elle venait d'Antium), lui donna la main, l'embrassa et la conduisit à Baules ; cest le nom d'une maison de plaisance, située entre le promontoire de Misène et le lac de Baïes et baignée par un petit golfe. On y remarquait un vaisseau plus orné que les autres, comme une nouvelle marque d'honneur pour sa mère; car elle préférait ordinairement une trirème et les rameurs de la flotte ; de plus, on l'avait invitée à un repas, pour mieux cacher le crime grâce à la nuit. C'est une opinion assez accréditée qu'il y eut un traître, et qu'Agrippine, avertie du complot et ne sachant si elle y devait croire, se rendit en litière jusqu'à Baïes. Là, les attentions caressantes dissipèrent ses craintes ; elle fut accueillie avec prévenances, et placée à table même au-dessus de Néron. Par des entretiens abondants, où Néron, après la familiarité de la jeunesse, prenait une physionomie grave, comme s'il associait sa mère à de graves projets, le festin se prolongea. Il la reconduisit à son départ, couvrant de baisers ses yeux et son sein, soit qu'il voulût mettre le comble à sa dissimulation, soit que de voir pour la dernière fois sa mère qui allait périr fit hésiter ce cœur, tout cruel qu'il fût. Traduction française H. Bornecque daprès Burnouf, édition GF,1965.

18 c) Pierre Grimal, Les mémoires dAgrippine, 1992 (épilogue) : NOVISSIMA VERBA Les mots que je vais écrire, sur cette page, seront les derniers que je tracerai jamais. Je sais que je vais mourir. J'attends celui que Nero ne va pas manquer d'envoyer pour mettre fin à ma vie. La prédiction de Balbillus se réalise. Oh, cette hypocrisie de Nero, cette lettre si affectueuse par laquelle il m'avait attirée à Baules ! J'avais bien eu quelques soupçons, mais je n osais me les avouer, et puis, il s'était montré si affectueux, si déférent pendant ce dîner. Tout cela, pour tenter de me tuer en faisant simuler un naufrage. Le plafond de la cabine qui s'effondre et écrase le malheureux Gallus qui m'escortait. Le bateau qui tout à coup sincline, penche de plus en plus et me jette à la mer. Si j'avais eu quelque doute, il aurait été dissipé lorsque j'ai vu des marins assommer à coups de rame ma pauvre Acerronia, la compagne de ma vie. Il a voulu me tuer. Il le veut encore. Pour complaire à Poppée. Ce n'est pas lui qui est mon ennemi. C'est elle. Les dieux vengeurs du parricide ne la laisseront pas impunie. Mais lui, lui qui n'est que son instrument, fasse le ciel qu'il vive, assez longtemps pour se souvenir des jours où je l'avais près de moi, des jours où il m'aimait.

19 a) Suétone, Vie des douze Césars, (« Néron », X) : Atque ut certiorem adhuc indolem ostenderet, ex Augusti praescripto imperaturum se professus, neque liberalitatis neque clementiae, ne comitatis quidem ex hibendae ullam occasionem omisit. Graviora vectigalia aut abolevit aut minuit. Praemia delatorum Papiae legis ad quartas redegit. Divisis populo viritim quadringenis nummis senatorum nobilissimo cuique, sed a re familiari destituto annua salaria et quibusdam quingena constituit item praetorianis cohortibus frumentum menstruum gratuitum. Et cum de supplicio cujusdam capite damnati ut ex more subscriberet admoneretur: "Quam vellem," inquit, "nescire litteras".

20 b) Tacite, Annales (livre XIII, 4) : […] consilia sibi et exempla capessendi egregie imperii memoravit, neque juuentam armis civilibus aut domesticis discordiis imbutam; nulla odia, nullas injurias nec cupidinem ultionis adferre. Tum formam futuri principis praescripsit, ea maxime declinans, quorum recens flagrabat invidia. Non enim se negotiorum omnium judicem fore, ut clausis unam intra domum accusatoribus et reis paucorum potentia grassaretur; nihil in penatibus suis venale aut ambitioni pervium; discretam domum et rem publicam. Teneret antiqua munia senatus, consultum tribunalibus Italia et publicae provinciae adsisterent: illi patrum aditum praeberent, se mandatis exercitibus consulturum.

21 b) Version de Sénèque : Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » a) Version de Suétone : Atque ut certiorem adhuc indolem ostenderet, ex Augusti praescripto imperaturum se professus, neque liberalitatis neque clementiae, ne comitatis quidem ex hibendae ullam occasionem omisit. Graviora vectigalia aut abolevit aut minuit. Praemia delatorum Papiae legis ad quartas redegit. Divisis populo viritim quadringenis nummis senatorum nobilissimo cuique, sed a re familiari destituto annua salaria et quibusdam quingena constituit item praetorianis cohortibus frumentum menstruum gratuitum. Et cum de supplicio cujusdam capite damnati ut ex more subscriberet admoneretur: "Quam vellem," inquit, "nescire litteras".

22 b) Version de Sénèque : Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » a) Version de Suétone : Atque ut certiorem adhuc indolem ostenderet, ex Augusti praescripto imperaturum se professus, neque liberalitatis neque clementiae, ne comitatis quidem ex hibendae ullam occasionem omisit. Graviora vectigalia aut abolevit aut minuit. Praemia delatorum Papiae legis ad quartas redegit. Divisis populo viritim quadringenis nummis senatorum nobilissimo cuique, sed a re familiari destituto annua salaria et quibusdam quingena constituit item praetorianis cohortibus frumentum menstruum gratuitum. Et cum de supplicio cujusdam capite damnati ut ex more subscriberet admoneretur: "Quam vellem," inquit, "nescire litteras".

23 Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » Ce qui ma surtout décidé à écrire ………………..…………, Néron César, cest …………………………………, que …….. ne me souviens pas avoir entendu, alors quil était prononcé, ni avoir raconté ensuite à dautres, ………………..…., d ………, d………………….………….., et qui en labsence de tout effet calculé, de toute concession à loreille du public, a jailli soudain, et a mis au jour ……………………………….……. en lutte …………………………... Au moment de punir ………………………….., Burrhus, ton préfet de prétoire, ………………………….., né pour ……………………., exigeait de toi que tu indiques par écrit ceux que tu voulais accuser, et …………………….. Tu avais longtemps différé : il insistait. Bien malgré lui, il te présenta ……………………….. ; tu le pris bien malgré toi, en técriant : « Je voudrais ne pas savoir ………………… ! ».

24 Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » Ce qui ma surtout décidé …………………………..……………, Néron César, cest un mot de toi, que je ne me souviens pas avoir entendu, ………………………………………..….., ni avoir raconté à dautres sans admiration ; mot plein de noblesse, de grandeur naturelle, de mansuétude et qui en labsence de tout effet calculé, de toute concession à loreille du public, a jailli soudain, et a mis au jour ton bon cœur en lutte avec les devoirs de ton rang. Au moment de punir deux brigands, Burrhus, ton préfet de prétoire, homme délite, né pour tavoir comme prince, exigeait de toi ……………………………. ………………………………………………………. ……………………….………………………….. Tu avais souvent différé : il insistait. …………………………………………………… le parchemin bien malgré lui ; bien malgré toi tu técrias : « ……………………………………….. ………………………. ! ».

25 Ut Ut [de clementia] scriberem, [Nero Caesar], una vox tua me maxime compulit, quam cum diceretur, ego non [sine admiratione] etaudisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam [cum fortuna tua] litigantem in medium adduxit. Animadversurus [in latrones duos] [Burrus praefectus tuus, vir egregius et [tibi principi] natus], exigebat a te, scriberes, in quos animadverti velles ; et ex qua causa hoc saepe dilatum [est] ut ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! »

26 Ut …………………. scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non ……………………. et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam …………………… litigantem ………. ……………. adduxit. Animadversurus in …………………………… Burrus praefectus tuus, …………. egregius et tibi principi natus, exigebat a te, scriberes, in quos et ex qua causa animadverti velles ; hoc saepe dilatum ut aliquando fieret, instabat. Invitus invito cum chartam protulisset traderetque, exclamasti : « Vellem litteras nescirem ! » Ce qui ma surtout décidé à écrire sur la clémence, Néron César, cest un mot de toi, que je ne me souviens pas avoir entendu, alors quil était prononcé, ni avoir raconté ensuite à dautres, sans admiration ; mot plein de noblesse, de grandeur naturelle, de mansuétude et qui en labsence de tout effet calculé, de toute concession à loreille du public, a jailli soudain, et a placé au centre ton bon cœur en lutte avec ton destin. Au moment de punir deux brigands, Burrhus, ton préfet de prétoire, homme délite, né pour tavoir comme prince, exigeait de toi que tu indiques par écrit ceux que tu voulais accuser, et le motif. Tu avais souvent différé ; il insistait. Bien malgré lui il te présenta le parchemin ; tu le pris bien malgré toi, en técriant : « Je voudrais ne pas savoir écrire ! ».

27 Ut de clementia …………………., Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum ………………, audisse memini et deinde aliis narrasse, vocem generosam, magni animi, magnae lenitatis, quae non composita nec alienis auribus data subito erupit et bonitatem tuam cum fortuna tua litigantem in medium adduxit. Animadversurus in latrones duos Burrus praefectus tuus, vir egregius et tibi principi natus, exigebat a te, ……………………, in quos et ex qua causa animadverti ………………….. ; hoc saepe dilatum ut aliquando ……………, instabat. Invitus invito cum chartam ………………….. ……………………que, exclamasti : « ……………… litteras ……………… ! » Pour que jécrive sur la clémence, Néron César, une parole de toi ma surtout motivé, que jamais sans admiration lorsquelle était prononcée ; je ne me souviens pas avoir entendue, ni avoir racontée ensuite à dautres, une parole généreuse, dune grande âme, dune grande douceur ; qui, sans quelle ait été calculée, ni donnée aux oreilles étrangères a jailli soudain, et a mis au jour ta bonté luttant avec les devoirs de ton rang. Devant punir deux brigands, Burrhus, ton préfet de prétoire, homme délite et né pour tavoir pour prince, exigeait de toi que tu indiques par écrit qui tu voulais accuser, et pour quel motif ; cela avait souvent été différé ; il insistait pour que cela soit fait. Alors quil avait sorti bien malgré lui le parchemin et alors quil te le tendait bien malgré toi, tu técrias : « Je voudrais ne pas savoir écrire ! ».

28 3. O dignam vocem, quam audirent omnes gentes, quae Romanum imperium incolunt quaeque juxta jacent dubiae libertatis quaeque se contra viribus aut animis attollunt ! O vocem in contionem omnium mortalium mittendam, in cujus verba principes regesque jurarent ! O vocem publica generis humani innocentia dignam, cui redderetur antiquum illud saeculum! 4. Nunc profecto consentire decebat ad aequum bonumque expulsa alieni cupidine, ex qua omne animi malum oritur, pietatem integritatemque cum fide ac modestia resurgere et vitia diuturno abusa regno dare tandem felici ac puro saeculo locum. Sénèque, De clementia, II, 3-4. O parole également digne d'être entendue des peuples qui habitent l'empire romain, des nations limitrophes qui ne jouissent plus que d'une indépendance précaire et de celles dont les forces et le courage se déploient contre nous ! parole qu'il faudrait adresser à l'assemblée générale du genre humain pour qu'elle devînt la formule du serment des rois ! parole vraiment digne de faire renaître chez tous les hommes l'innocence des premiers âges du monde ! Oui, c'est aujourd'hui qu'il faudrait former en faveur de la vertu une généreuse conspiration, qu'il faudrait bannir l'injuste avidité, source de tous les égarements de l'âme; c'est aujourd'hui qu'on devrait voir renaître la piété et la droiture, en même temps que la bonne foi et la modération; c'est aujourd'hui que les vices, après avoir exercé trop longtemps leur funeste empire, devraient faire place à un siècle de bonheur et de pureté. Traduction M. de Vatismenil, 1832 (Itinera electronica)

29 3. O dignam vocem, quam audirent omnes gentes, quae Romanum imperium incolunt quaeque juxta jacent dubiae libertatis quaeque se contra viribus aut animis attollunt ! O vocem in contionem omnium mortalium mittendam, in cujus verba principes regesque jurarent ! O vocem publica generis humani innocentia dignam, cui redderetur antiquum illud saeculum ! 4. Nunc profecto consentire decebat ad aequum bonumque expulsa alieni cupidine, ex qua omne animi malum oritur, pietatem integritatemque cum fide ac modestia resurgere et vitia diuturno abusa regno dare tandem felici ac puro saeculo locum. Sénèque, De clementia, II, 3-4. O parole également digne d'être entendue des peuples qui habitent l'empire romain, des nations limitrophes qui ne jouissent plus que d'une indépendance précaire et de celles dont les forces et le courage se déploient contre nous ! parole qu'il faudrait adresser à l'assemblée générale du genre humain pour qu'elle devînt la formule du serment des rois ! parole vraiment digne de faire renaître chez tous les hommes l'innocence des premiers âges du monde ! Oui, c'est aujourd'hui qu'il faudrait former en faveur de la vertu une généreuse conspiration, qu'il faudrait bannir l'injuste avidité, source de tous les égarements de l'âme; c'est aujourd'hui qu'on devrait voir renaître la piété et la droiture, en même temps que la bonne foi et la modération; c'est aujourd'hui que les vices, après avoir exercé trop longtemps leur funeste empire, devraient faire place à un siècle de bonheur et de pureté. Traduction M. de Vatismenil, 1832 (Itinera electronica)


Télécharger ppt "Ut de clementia scriberem, Nero Caesar, una me vox tua maxime compulit, quam ego non sine admiratione et, cum diceretur, audisse memini et deinde aliis."

Présentations similaires


Annonces Google