La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dominique Desjeux, anthropologue Professeur à la Sorbonne Université Paris Descartes, PRES Sorbonne Paris Cité Consultant international, www.argonautes.fr.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dominique Desjeux, anthropologue Professeur à la Sorbonne Université Paris Descartes, PRES Sorbonne Paris Cité Consultant international, www.argonautes.fr."— Transcription de la présentation:

1 Dominique Desjeux, anthropologue Professeur à la Sorbonne Université Paris Descartes, PRES Sorbonne Paris Cité Consultant international, La transparence est-elle une solution pour limiter la méfiance ?

2 La transparence nexiste pas en soi Pour comprendre le lien entre transparence, confiance et consommation je vais dabord rappeler quelques éléments du contexte sociétal avec : 1 - La montée du poids des groupes de pression de consommateur en France depuis les années 1970 (mais aussi dans le monde comme en Chine où ce pouvoir émerge depuis le scandale du lait contaminé en 2008) Comparativement à la baisse relative des syndicats liés à la production Et qui pèse sur la régulation politique et sociale de la transparence, cest-à-dire de la circulation de linformation 2 - Associées à lexpression de nombreuses peurs liées notamment à la santé ce qui se traduit par une demande sociale de plus de transparence pour les laboratoires pharmaceutiques sur la dangerosité potentielle des médicaments les opérateurs téléphoniques et la peur du cancer ou des ondes liées aux antennes la grande distribution et les risques sanitaires Aux menaces qui pèsent sur la privacy qui elle produit une demande de limitation de la transparence et de contrôle des traces sur le web, le contenu de la vie privée pouvant varier en fonction des cultures Internet, Google, Facebook, le hacking de News of the World ou La guerre civile numérique (Paul Jorion, 2011) avec Wikileaks, Pay pal et MasterCard et les whistleblowers ou les lanceurs dalerte les fournisseurs dénergie (cf. les smarts grids et la peur de big Brother qui sexprime sur Internet) Et au pouvoir dachat les banques et la finance 3 - La perte de confiance dans les information scientifiques du fait des conflits dintérêts potentiels La transparence est une demande ambivalente sur le contenu de laquelle personne nest daccord La demande de transparence varie en fonction du jeu social et des intérêts en présence

3 Méthode pour poser un problème Rechercher léchelle ou les échelles dobservation pertinente Pour repérer les controverses et leurs enjeux Cf. la controverse climatique : les échelles de temps Pour reconstruire le système daction en termes dacteurs, de réseaux, de zones dincertitudes et denjeux sans postuler quun acteur a tord ou raison a priori mais quil a des intérêt matériels, sociaux ou symboliques qui sont a priori légitimes et quil agit sous contrainte Politiques : les élus et les fonctionnaires Experts : la question des conflits dintérêt, les effets de cycles de vie Media : la contrainte du temps et des moyens, la non prise en compte des communiqués dentreprises Entreprises : les contraintes de développement, des actionnaires, dinnovation et demploi, la persuasion marketing Groupes organisés de consommateurs : réformistes et protestataires, Pour comprendre limaginaire, les représentations, des acteurs Les croyances des scientifiques ou des groupes de pression Le jeu de lémotion et de la raison

4 Une multiplication des peurs liées aux risques sanitaires et des controverses Les antennes téléphoniques (la question des nouveaux permis de construire, Le Parisien du 4 novembre 2009) Les champs électromagnétiques comme les lignes à haute tension (enquête argonautes, 2000) Les risques de cancer et la téléphonie mobile (conseil scientifique de Bouygues Telecom) Les OGM (séminaire agrobioscience) Lobésité (The Fattening of America, Eric A Finkelstein, Laurie Zuckerman – 2007) La pollution et le réchauffement climatique (la polémique avec Claude Allègre) Les risques chimiques (enquête Interlis/Paris Descartes, 2009) Les nanotechnologies (groupe de pression grenoblois PMO : pièce et main dœuvre, Le Figaro du 25 février 2010) La remise en cause de lextinction du thon rouge (le Monde du 1 mars 2010) La remise en causes des risques daccident liés à lusage du téléphone portable aux USA (USAToday february 1, 2010) Notre poison quotidien. Comment lindustrie chimique empoisonne notre assiette un film de Monique Robin (ARTE 2010) Le livre noir de lagriculture, Comment on assassine nos paysans, notre santé et lenvironnement par Isabelle Saporta (Fayard, 2011) « Le tracking en ligne prend un tout inquiétant » (USAToday, August 4, 2011)

5 Les grands thèmes dinquiétude

6 Publication de lenquête interphone qui montre que les résultats sont difficiles à interpréter dans le sens dun risque réel Les Echos [ 07/01/08 = 12 personnes « Le risque relatif nest jamais très supéreur à 1, cest léger par rapport aux dangers du tabac ou de lamiante qui dépassent 4 » Martine Hours, responsable de lenquête Interphone Ce qui veut dire que les risques sont faibles aujourdhui, ce qui nimplique pas quil ny en aura pas un jour mais cela est indémontrable scientifiquement

7 Les peurs face aux cancers Comment mesurer les effets du téléphone mobile en termes de santé pour trois tumeurs dont certaines sont bénignes Pour le moment lenquête interphone menée sur une dizaine de pays européens na pas donné de résultats probants du fait de la qualité moyenne de données, du faible nombre des personnes interrogées, et la faible fiabilité des réponse en déclaratif sur 10 ans en arrière (Cf Les Echos du 7/01/08) neurinome acoustique tumeur bénigne (non cancéreuse) Méningiome : tumeur rare, pic vers 50 à 60 ans Gliomes : tumeur en général bénigne Cette conclusion a été confirmée en 2010 Aujourdhui les inquiétudes se sont reportés sur les effets de antennes téléphonique Face à linconnu des risques sanitaires : on constate dans nos enquêtes une remise en cause de lexpertise scientifique et une confiance forte dans les approches militantes

8 Inquiétudes face à linconnu des risques sanitaires : qui décide du vrai ou du faux ? Les personnes électro sensibles et le lien potentiel avec les antennes relais Bouygues Telecom a été condamné le 4 février 2009 à démonter des antennes relais dans le Rhône à Tassin la Demi Lune au nom du principe de précaution. Dans les procès qui ont suivi en 2009 les plaignants ont par contre été déboutés François Ewald pose la question des règles dusage du principe de précaution qui met lopérateur dans une situation difficile : dun côté lEtat définit les conditions dautorisation de mise en place des antennes et de lautre le juge de Versailles condamne cette même mise en place en demandant leurs retraits au nom du principe de précaution (Les Echos du 10/02/09 LAFOM (Association Française des Opérateurs mobiles) rappelle que lOMS na pas reconnu de danger sanitaire et que lEtat est engagé et donc quil doit prendre une décision claire Cela pose la question de qui décide du vrai et du droit : la science, lEtat, les juges, les citoyens qui ont peur et donc des dispositifs darbitrage pour instaurer un climat de confiance. Le problème nouveau pour les entreprises cest quil ne suffit plus dappliquer la règle fixée par le droit car celle- ci peut être remise en cause par un groupe de pression de consommateurs

9 Débats, conflits dintérêt et argent : largent va-t-il contre la science? Le journaliste scientifique John Tiernay dans le Herald Tribune du 28 janvier 2010 déclare que « laccusation de conflit dintérêt e vient la stratégie la plus simple pour éviter un débat sur le fond » Des chercheurs en médecine non financés par lindustrie ont analysé sur une large échelle de nombreux tests pour montrer en conclusion que ceux qui avaient été soutenus par lindustrie avaient des standards de qualité bien supérieurs à ceux qui nétaient pas financés (Herald Tribune du 28 janvier 2010)

10 Rappels anthropologiques sur les comportements humains qui semblent se retrouver sous des formes diverses dans la plupart des cultures : la causalité conspiratoire la demande de transparence renvoie a un imaginaire dinquiétude Comme imaginaire la demande de transparence renvoi à un sentiment de non maitrise de son environnement Lenvironnement parait opaque, incertain voir à risque ce qui est source dinquiétude et dangoisse Langoisse pour être supportable demande de trouver un sens : sans sens les individus ne peuvent pas vivre Il faut donc attribuer une cause aux problème perçus quils soient réels ou fantasmés Lattribution de la source du problème varie entre deux pôles : elle est attribuée à soi, cest la culpabilité, ou à lautre, cest la paranoïa. Langoisse est à la source des explications conspiratoires des problèmes, cest-à- dire dun pouvoir caché qui tire les ficelles cachées de la vie sociale. Les théories conspiratoires du pouvoir partent dun constat vrai : les acteurs ont des intentions, font des calculs, conspirent pour arriver à leur fin et de lautre il y a des personnes qui ont des problèmes de santé, dans le travail ou dans les relations de services. Ce qui est incertain cest le lien de cause à effet entre la « conspiration » éventuelle et le résultat.

11 ou quest-ce qui donne confiance ? ou comment né la méfiance ? quand on demande la transparence cest le plus souvent pour lautre et rarement pour soi, sauf sous contrainte, car linformation est un enjeu Cela veut dire que linformation pertinente pour laction nest jamais neutre, elle est un enjeu en termes dautonomie et de contrôle entre acteurs Donner de linformation, être transparent cest donner une prise sur soi que ce contrôle soit légitime ou non Au final la transparence pose la question de la gestion de langoisse face aux incertitudes liées au manque dinformation Mais aussi de la privacy et donc de lambivalence de la transparence la transparence nest pas une solution en soi mais quelle dépend de ses usages sociaux : qui a intérêt et qui na pas intérêt à la transparence La transparence est une demande sans fin

12 Le gros et le petit Dans les valeurs françaises une des structures explicatives relèvent dune classification entre le gros qui est dangereux ou menaçant et le petit qui est rassurant : le gros, Monsanto pour les OGM, EDF pour les lignes à Haute tension, Bouygues Télécom ou France Telecom pour les antennes ou les risques éventuels de cancer, pour prendre des exemples sur lesquels jai eu à travailler, sont censés conspirer contre les usagers ou les consommateurs, et notamment en cachant les vrais dangers liés à leur activité, comme dans le cas de lamiante. Le petit est censé lutter contre les gros et avoir raison puisquil est petit et sans intérêt particulier. Monsanto par exemple menace lautonomie des petits paysans, les antennes relais de FT ou BT menace la santé des personnes sensibles aux ondes. Tout cela ne veut pas dire, dun point de vue sociologique, quil y a ou non un problème de santé. Le sociologue nest pas capable de dire si il y a un problème de santé derrière toutes ces technologies.

13 Comment faire avancer les débats Par contre il est capable de montrer comment se structure le débat autour de lexpertise scientifique, entre les politiques Les experts scientifiques les groupes de pression de consommateur Les groupes de pression économiques les médias, pour reprendre les cinq grands acteurs de base Et donc de réfléchir sur la façon daméliorer les conditions de ce débat à travers les conférences de citoyens, par exemple les « hearings » (audition) à laméricaine (cf. le cas du voile à lécole avec la commission Stasi ) des dispositifs de discussion avec des experts, des associations organisées de défense de la famille ou des consommateurs, des élus politiques comme jai pu le faire avec la Française des Jeux sur la réforme des jeux en ligne (en 2008), ou sur les OGM à la SAF (Société des Agriculteurs de France en 2009)

14 Conclusion Il ny a pas vraiment de conclusion sur un sujet aussi chaud que celui du lien entre science, santé, consommation, transparence et confiance Je pense quil faut réinterroger la question des conflits dintérêt mais sans se limiter aux liens avec les entreprises. Il faut mobiliser un principe de symétrie et travailler aussi sur les scientifiques militants Il faut accepter à la fois que la science se construise par et dans la société mais que ses résultats possèdent aussi une autonomie relative comme une décision ou un tableau. On peut montrer les conditions sociales de la production des faits scientifiques sans les réduire à cette condition sociale La transparence nest pas une solution en soi à la perte de confiance. La confiance demande que soit émis des signes de la compréhension des inquiétudes du consommateur final aussi « irrationnel » quelles puissent paraitre Merci pour votre attention

15 Annexes

16 Les nouveaux pouvoirs des consommateurs ou lexpression des nouvelles angoisses liées à la vie quotidienne On constate depuis 40 ans la montée du poids des groupes de pression de consommateur dans les instances politiques (UFC que choisir, Robin des toits, associations familiales, défense et protection animale, etc.) Lémergence possible des class actions ou actions collectives Lémergence de la consommation engagée (AMAP) La montée du Web 2.0 et de twiter Cette montée en puissance est en partie liée à la montée des peurs face à la santé, lalimentation et aux menaces sur la vie privée, la privacy Cette montée en puissance des groupes de pression de consommateur est aussi de fait associée à la remise en cause des expertises scientifiques liées aux entreprises qui sont accusées de conflit dintérêt et de ne pas pouvoir donner davis indépendants Cela pose aussi, de façon symétrique, la question de lindépendance des experts militants, même si elle est peut questionnée

17 Enjeux du débat sur le statut de lexpertise scientifique A travers cela je pose la question de l équivalence qui est posée dans les controverses entre: connaissance ordinaire ou militante connaissance religieuse connaissance scientifique qui pour moi ne sont pas équivalentes même si chacune a sa légitimité et sa pertinence et que la croyance peut sinfiltrer au cœur de la méthode scientifique Je pose la question du risque sociétale qui est censé être géré par tous les acteurs dun côté, et donc à légitimité politique égale, mais avec des modes de connaissance non symétriques, inégales, quant au statut de la preuve qui est pour moi la base de la connaissance scientifique Cf Les débats aux USA sur la théorie évolutionniste dont les religieux estiment que son enseignement devrait justifier lenseignement des théories bibliques au nom du libre débat scientifique (Herald Tribune, Friday March 5, 2010)

18 Les conflits dintérêt : La remise en cause de lexpertise scientifique Un exemple de régulation : laudition collective sur les conflits dintérêt organisée par le député PS Gérard Bapt président du groupe « santé et environnement » le 3 mars 2010 à lAssemblée Nationale : les débats portaient sur la question de lindépendances des chercheurs à propos de leurs avis sur le vaccin de la grippe H1N1. Il est demandé par exemple que lindustrie pharmaceutique déclarent ce quelle verse aux laboratoires de recherche ou que les chercheurs indiquent mieux les contrats quils ont ou le petit nombre dexperts qui fait quun chercheur est souvent le seul consultant de qualité. 3 experts sur 4 ont des liens avec le privé (le Monde du 8 mars 2010) La transparence pose aussi un problème de liberté dexpression : des chercheurs abandonnent des comité scientifiques dentreprise après avoir reçu des pression venant de lobbys de consommateurs. Yves Charpak, expert en santé publique « Grippe A, labos et experts : nous avons tous des conflits dintérêt » Libération du 11 février 2010

19 Les approches conspiratoires de lexplication des problèmes de la vie quotidienne Les approches conspiratoires de lexplication des malheurs du monde associent le plus souvent le fait que les acteurs font des calculs, ce qui est vrai par ailleurs et le fait que les effets négatifs sont provoqués nécessairement par des « conspirations », par des forces cachées qui ont intérêt à cacher Lexplication conspiratoires rassure en justifiant langoisse par des forces cachées, invisibles et non transparentes La demande de transparence comme son symétrique lexplication conspiratoire des problèmes est lexpression dune souffrance émotionnelle La demande de transparence exprime une émotion contre laquelle les explications rationnelles et scientifiques nont aucun pouvoir Une réponse rationnelle renforce souvent langoisse car elle donne le sentiment de ne pas avoir été compris sur le plan émotionnel. Une réponse scientifique peut donc paradoxalement augmenter la méfiance qui sera dautant plus forte quil sera possible dexpliquer sa faible validité par un conflit dintérêt potentiel ou réel. Laccusation de conflit dintérêt renvoie elle-même à un imaginaire qui structure le monde en acteurs purs et impurs : le militant, le pauvre, le petit est pur, le gros, lentreprise, le scientifique financé par lentreprise, les multinationales, les USA, les juifs ou les arabes, le capitalisme libéral est impur. La force de lexplication parano est sa cohérence apparente organisée autour de lintérêt Cest dans ce contexte que se pose la question la demande de transparence


Télécharger ppt "Dominique Desjeux, anthropologue Professeur à la Sorbonne Université Paris Descartes, PRES Sorbonne Paris Cité Consultant international, www.argonautes.fr."

Présentations similaires


Annonces Google