La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

P révention et S ecours C ivique niveau 1 Lycée Français de Prague - Anthony DELTOUR.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "P révention et S ecours C ivique niveau 1 Lycée Français de Prague - Anthony DELTOUR."— Transcription de la présentation:

1

2 P révention et S ecours C ivique niveau 1 Lycée Français de Prague - Anthony DELTOUR

3 Pourquoi se former aux premiers secours ? Quelques personnes meurent chaque année,en France, dans un environnement familier (maison, route). Si 20% des Français étaient formés, vies seraient sauvées… soit 1 sur 2 ! Les toutes premières minutes après un sinistre/ accident sont des minutes décisives pour la victime… Les victimes peuvent être sauvées par des gestes simples que nous pouvons effectuer en attendant larrivée des secours.

4 Ces gestes simples peuvent être acquis au cours de cette formation… Alors apprenez à sauver des vies !

5 Programme de la formation : Partie 1 Alerte et protection des populations Partie 1 Alerte et protection des populations Partie 2Protection de la victime / du sauveteur Partie 2Protection de la victime / du sauveteur Partie 3 Alerter les services durgence Partie 3 Alerter les services durgence Partie 4 Obstruction des voies aériennes Partie 4 Obstruction des voies aériennes Partie 5Hémorragies externes Partie 5Hémorragies externes Partie 6 Atteinte de la peau et des muqueuses Partie 6 Atteinte de la peau et des muqueuses Partie 7Traumatismes Partie 7Traumatismes Partie 8 Malaises Partie 8 Malaises Partie 9 Perte de connaissance Partie 9 Perte de connaissance Partie 10Arrêt cardiaquePartie 10Arrêt cardiaque Partie 11Synthèse

6 ATTRIBUTION DU CERTIFICAT DE COMPÉTENCES « PSC 1 » Laptitude à prévenir les risques et à porter les premiers secours aux personnes en situation de détresse physique est reconnue par un certificat de compétences de « Citoyen de sécurité civile ». Ce certificat de compétences est délivré aux personnes qui ont participé à toutes les parties de la formation. Cette participation doit comprendre : La réalisation de tous les gestes de premiers secours au cours des phases dapprentissage ; La participation au moins une fois en tant que sauveteur à un cas concret au cours de la formation.

7 Séance 1 Partie 1 Alerte et protection des populations Partie 2Protection de la victime / du sauveteur Partie 3 Alerter les services durgence Partie 4 Obstruction des voies aériennes Partie 5Hémorragies externes Partie 6 Atteinte de la peau et des muqueuses Partie 7Traumatismes Partie 8 Malaises Partie 9 Perte de connaissance Partie 10Arrêt cardiaque Partie 11Synthèse

8 Signal dalerte national aux populations Tempêtes, crues torrentielles, incendies, accidents de transport de matières dangereuses, attentats…

9 Conduite à tenir : Dès le déclenchement du signal national dalerte et jusquau signal de fin dalerte : se mettre à labri, de préférence dans un local clos ; se confiner ; sinformer sur la situation en écoutant la radio ou en regardant la télévision. Pour se confiner, il convient : de fermer les portes et fenêtres ; de calfeutrer les portes, les fenêtres et les bouches daération ; darrêter les systèmes de ventilation ou de climatisation. Pour sinformer, il convient : découter la radio, sur une des stations du réseau de Radio France ; de regarder la télévision sur une des chaînes du réseau de France Télévisions.

10

11 Vous êtes le garçon avec le skate… vous découvrez une victime allongée sur le sol…que faites-vous ? La protection OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de Supprimer ou écarter un danger de façon permanente pour assurer votre protection, celle de la victime ou des autres personnes. Réaliser un dégagement durgence dune victime exposée à un danger que vous ne pouvez pas supprimer.

12 La victime, le sauveteur, ou les autres personnes doivent être protégés du danger. Il existe trois circonstances le danger initial ayant provoqué laccident peut persister ; la situation peut saggraver ; laccident peut lui-même être générateur de danger. Avant toute chose, reconnaître les dangers : effectuer une approche prudente de la zone de laccident en restant à distance de la victime, regarder tout autour delle évaluer la présence de dangers qui peuvent menacer le sauveteur et/ou la victime et/ou les témoins repérer les personnes qui pourraient être exposées aux dangers identifiés se renseigner éventuellement auprès de témoins.

13 Vous êtes témoin de cette scène… que faites vous ? Accidents de la route Vidéo…Accident_bus.mp4

14 150 à 200 m

15 Vous découvrez un proche dans son garage, la porte est ouverte… que faites vous ?

16

17 Les dégagements durgence Devant l impossibilité de supprimer le danger et si la victime est incapable de sy soustraire, le sauveteur peut la dégager lorsquelle est visible, facile à atteindre et quaucune entrave ne limmobilise ou ne gêne son dégagement. Le sauveteur doit anticiper ce quil va faire et privilégier le chemin le plus sûr et le plus rapide à laller comme au retour. Ce dégagement nest envisageable quavec un risque mesuré pour le sauveteur..

18 Lalerte OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de : Assurer la transmission de lalerte au service durgence le plus adapté.

19

20 Lalerte I. Décider dalerter les secours : - à loccasion de toute situation présentant des risques ou lorsquune vie est en danger ; - dès que possible, mais après une évaluation rapide et précise de la situation et des risques. II. Se munir dun moyen de communication : - téléphone fixe ou mobile ; - cabine téléphonique ; - borne dappel durgence (tous les 2 kms en France) - appareil de radio fixe ou portatif en liaison avec le dispositif mis en place… III. Choisir un service de secours adapté :

21 Numéro des secours - le 18 (150): les pompiers, pour tout problème de secours. - le 15 (155): le SAMU, pour tout problème de santé urgent. Contact direct avec le médecin régulateur. - Le 112 : n° dappel unique des urgences en Europe. Pour info ! Le 114 (en France seulement) : n° dappel pour les personnes sourdes ou malentendantes (par SMS ou fax.)

22 Informations à transmettre : le numéro de téléphone ou de la borne dappel ; la nature du problème : maladie, accident… ; la localisation de lévènement la plus précise possible ; répondre aux questions posées par les services de secours ; appliquer les consignes données ; raccrocher sur les instructions de lopérateur.

23 Protection/Alerte

24 La personne ne crie et ne tousse pas… que faire ? Obstructions des voies aériennes OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de : De reformuler les signes dune obstruction partielle des voies aériennes ainsi que la conduite à tenir à adopter devant une victime qui présente cette détresse. De réaliser lenchaînement des techniques de désobstruction des voies aériennes devant une victime adulte, un enfant ou un nourrisson présentant une obstruction totale.

25 La victime est le plus souvent en train de manger ou, sil sagit dun enfant, en train de manipuler un petit objet. Lobstruction est partielle quand la respiration reste efficace. La victime : peut parler ou crier ; tousse vigoureusement ; (cf. exemple vidéo)iciici respire, parfois avec un bruit surajouté. Conduite à tenir : installer la victime dans la position où elle se sent le mieux ; encourager à tousser demander un avis médical et appliquer les consignes (15 / 155 / 112) ; surveiller attentivement la victime. Obstruction partielle des voies aériennes

26 Lobstruction est totale quand la respiration nest plus efficace, voire impossible. La victime : ne peut plus parler, crier, tousser ou émettre aucun son : garde la bouche ouverte ; Sagite, devient rapidement bleue puis perd connaissance : il faut donc agir le plus rapidement possible pour ne pas arriver à cette étape Obstruction totale des voies aériennes

27 Le mouvement de lair est complètement empêché du fait dune obstruction totale des voies aériennes

28 Etouffement chez ladulte ou lenfant Tapes dans le dos … … si inefficaces, compressions abdominales (vidéo)vidéo Chez lenfant, on essaye de le basculer sur notre cuisse

29 Si les tapes dans le dos sont inefficaces, on fait des compressions thoraciques Etouffement chez ladulte obèse ou la femme enceinte

30 Etouffement chez le nourrisson

31 Obstruction des voies aériennes

32 Partie 1 Alerte et protection des populations Partie 2Protection de la victime / du sauveteur Partie 3 Alerter les services durgence Partie 4 Obstruction des voies aériennes Partie 5Hémorragies externes Partie 6 Atteinte de la peau et des muqueuses Partie 7Traumatismes Partie 8 Malaises Partie 9 Perte de connaissance Partie 10Arrêt cardiaque Partie 11Synthèse Séance 2

33 Hémorragies externes OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de : réaliser une compression locale de lendroit qui saigne abondamment afin darrêter le saignement. devant un saignement du nez ou une victime qui vomit ou crache du sang, deffectuer le choix de la conduite à tenir attendue afin déviter une aggravation. Le sang coule abondamment… que faire ?

34 démonstration en temps réel et démonstration commentée. Hémorragies externes, que faire ?

35 Si le sauveteur risque dentrer en contact avec le sang de la victime, il doit si possible : se protéger par le port de gants ; à défaut glisser sa main dans un sac plastique. En cas de contact avec le sang dune victime : ne pas porter les mains à la bouche, au nez ou aux yeux ; ne pas manger avant de sêtre lavé les mains et de sêtre changé ; retirer les vêtements souillés de sang le plus tôt possible après la fin de laction de secours ; se laver les mains ou toute zone souillée par le sang de la victime ; se désinfecter (gel hydro-alcoolique, dakin…) demander un avis médical, sans délai si le sauveteur : présente une plaie, même minime, ayant été souillée ; a subi une projection sur le visage.

36 Compression directe Si possible en interposant une épaisseur de tissu propre. Et tampon relais si je dois me libérer

37 Cas particuliers : Saignement de nez La victime crache ou vomi du sang La victime perd du sang par un orifice naturel et de façon inhabituel Avis médical si : le saignement ne sarrête pas ou se reproduit ; le saignement survient après une chute ou un coup ; la victime prend des médicaments, en particulier ceux qui augmentent les saignements. - Installer la victime dans la position : où elle se sent le mieux si elle est consciente ; allongée, en position stable sur le côté si elle a perdu connaissance ; - alerter les secours ; - conserver les vomissements ou les crachats, si possible, pour les donner aux services de secours ; - surveiller en permanence. allonger la victime ; demander un avis médical et appliquer les consignes.

38 Compression locale : - doit être suffisante pour arrêter le saignement. - La compression doit être permanente. Hémorragies externes

39 Atteintes de la peau et des muqueuses OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de :. dinstaller la victime qui présente une plaie grave en position dattente dindiquer les gestes à réaliser devant une plaie simple darroser à leau une brûlure venant de se produire, identifier sa gravité et de recourir à un avis médical si nécessaire. dindiquer les principaux gestes de secours à réaliser devant une personne, victime dune brûlure : - par projection de produits chimiques sur les vêtements, la peau ou loeil ; - par ingestion dun produit chimique ; - par électrisation ; - par inhalation

40 Plaie simple : il sagit dune petite coupure superficielle, dune éraflure saignant peu. Plaie grave : hémorragie associée ; mécanisme pénétrant : objet tranchant ou perforant, morsures, projectiles… sa localisation : thoracique, abdominale, oculaire ou proche dun orifice naturel ; son aspect : déchiqueté, écrasé… Les plaies

41 … face à une plaie grave : ne jamais retirer le corps étranger (couteau, morceau de verre…); installer en position dattente et sans délai la victime : - assise en présence dune plaie au thorax ; - allongée, jambes fléchies en présence dune plaie de labdomen ; - allongée, yeux fermés en demandant de ne pas bouger la tête en présence dune plaie à loeil ; - allongée dans tous les autres cas ; protéger de la chaleur, du froid ou des intempéries ; appeler les secours et appliquer les consignes ; réconforter la victime en lui parlant régulièrement et en lui expliquant ce qui se passe ; surveiller la victime.

42 … face à une plaie simple : se laver les mains à leau et au savon ; nettoyer la plaie en rinçant abondamment à leau courante, avec ou sans savon, en saidant dune compresse si besoin pour enlever les souillures ; désinfecter à laide dun antiseptique, éventuellement ; protéger par un pansement adhésif ; vérifier l'existence dune vaccination antitétanique en cours de validité ; conseiller de consulter un médecin : - en labsence de vaccination antitétanique valide ; - en cas dapparition dans les jours qui suivent de fièvre, dune zone chaude ;rouge, gonflée ou douloureuse.

43 Les plaies

44 Les brûlures

45 = La brûlure est une lésion de la peau, des voies aériennes ou digestives. brûlure simple, lorsquil sagit de rougeurs de la peau chez ladulte ou dune cloque dont la surface est inférieure à celle de la moitié de la paume de la main de la victime ; brûlure grave, dès lors que lon est en présence : dune ou plusieurs cloques dont la surface totale est supérieure à celle de la moitié de la paume de la main de la victime ; dune destruction plus profonde (aspect blanchâtre ou noirâtre parfois indolore) associée souvent à des cloques et à une rougeur plus ou moins étendue ; dune brûlure dont la localisation est sur le visage ou le cou, les mains, les articulations ou au voisinage des orifices naturels ; dune rougeur étendue (un coup de soleil généralisé par exemple) de la peau chez lenfant ; dune brûlure dorigine électrique ou radiologique.

46 Suivant létendue, la profondeur et la localisation, la brûlure peut entrainer : un danger immédiat comme une défaillance circulatoire (en cas de brûlure étendue) ou respiratoire (lors dune brûlure au visage, au cou ou consécutive à l'inhalation de fumée) ; une douleur sévère ; des conséquences retardées comme linfection, les séquelles fonctionnelles ou esthétiques. Conséquences…

47 Brûlure graves: les Points clés Supprimer la cause ou soustraire la victime à la cause. Refroidir par ruissellement le plus tôt possible la surface brûlée (au plus tard dans les 30 minutes) Retirer les vêtements de la victime sauf sils adhèrent à la peau Alerter les secours Poursuivre le refroidissement, selon les consignes données Allonger la victime (assise si gène respiratoire) Protéger avec un drap propre puis surveiller / réconforter

48 Brûlure simples: les Points clés poursuivre le refroidissement, jusquà disparition de la douleur ; ne jamais percer les cloques ; protéger les cloques par un pansement stérile ; demander un avis médical : - en labsence de vaccination antitétanique valide ; - sil sagit dun enfant ou dun nourrisson ; - en cas dapparition dans les jours qui suivent de fièvre, dune zone chaude,rouge, gonflée ou douloureuse.

49 Cas particulier : brulure chimique arroser immédiatement et abondamment à leau courante tempérée, suivant les consignes données lors de lalerte des secours : - lensemble du corps en cas de projection sur les vêtements ou la peau ; - loeil, sil est atteint, en veillant à ce que leau de lavage ne coule pas sur lautre oeil ; ôter les vêtements imbibés de produits, en se protégeant ; ne jamais faire vomir ou boire, en cas dingestion de produit chimique ; conserver lemballage du produit en cause ; contacter le centre 15 et appliquer leurs consignes.

50 Autres cas particuliers : Brûlure électrique : Brûlure interne par inhalation : ne jamais toucher la victime avant la suppression du risque ; arroser la zone visiblement brûlée à leau courante tempérée ; alerter les secours et appliquer les consignes. placer en position assise, en cas de difficultés respiratoires ; contacter le centre 15 et appliquer leurs consignes.

51 Les brûlures

52 Partie 1 Alerte et protection des populations Partie 2Protection de la victime / du sauveteur Partie 3 Alerter les services durgence Partie 4 Obstruction des voies aériennes Partie 5Hémorragies externes Partie 6 Atteinte de la peau et des muqueuses Partie 7Traumatismes Partie 8 Malaises Partie 9 Perte de connaissance Partie 10Arrêt cardiaque Partie 11Synthèse Séance 3

53 Les traumatismes OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de : déviter toute mobilisation dune personne victime dun traumatisme au niveau de la tête, du thorax, de labdomen, de la colonne vertébrale ou des membres, jusquà larrivée des secours.

54 La victime se plaint après une chute sur le dos

55 Les atteintes traumatiques sont des lésions des os (fractures), des articulations (entorses ou luxations), des organes ou de la peau. Elles peuvent provoquer immédiatement une douleur vive, une difficulté ou une impossibilité de bouger, éventuellement accompagnées dun gonflement ou dune déformation de la zone atteinte. Lorsque le choc se situe au niveau de la tête, du thorax ou de labdomen une atteinte des organes sous-jacents est toujours possible et peut se révéler secondairement par dautres signes (perte de connaissance, maux de tête persistants, vomissements, agitation, somnolence, douleur abdominale…). Lorsque le choc se situe au niveau de la colonne vertébrale, une atteinte de la moelle épinière est possible (douleur du dos ou de la nuque). Définitions - Signes

56 Éviter toute aggravation du traumatisme par une mobilisation intempestive. Résultat à atteindre

57 Traumatismes : points clés Attention: des symptômes peuvent survenir quelques minutes après… conseiller fermement de ne pas mobiliser la partie atteinte ; alerter les secours et appliquer leurs consignes ; protéger de la chaleur, du froid ou des intempéries ; surveiller la et parler lui régulièrement.

58 La victime se plaint dun malaise OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable : dobserver la victime, de linstaller ou de laider à sinstaller en position de repos afin déviter laggravation, de linterroger et de transmettre les informations recueillies afin dobtenir un avis médical et de la surveiller.

59 Le malaise est une sensation pénible traduisant un trouble du fonctionnement de lorganisme, sans pouvoir en identifier obligatoirement lorigine. Cette sensation, parfois répétitive, peut être fugace ou durable, de survenue brutale ou progressive. La victime, consciente, ne se sent pas bien et présente des signes inhabituels. Définition dun malaise

60 Douleur thoracique Douleur abdominale Que se passe-t-il ? Sueur Pâleur Difficulté à respirer

61 Faiblesse ou paralysie dun membre Signes ? Déformation de la face Mal de tête sévère, soudain et inhabituel Perte uni ou bilatérale de la vision Difficultés de langage ou de compréhension Perte déquilibre, instabilité de la marche…

62 1 ère fois ? La durée du malaise ? Malade / hospitalisé / traumatisé récemment ? Traitement ? Interroger Age ?

63 Donner sucre si la victime le demande et médicaments si prescription Mettre au repos Agir Alerter : 15 / 112 Puis surveiller & rassurer en lui parlant régulièrement + desserrer les vêtements en cas de gène

64 Les malaises

65 Partie 1 Alerte et protection des populations Partie 2Protection de la victime / du sauveteur Partie 3 Alerter les services durgence Partie 4 Obstruction des voies aériennes Partie 5Hémorragies externes Partie 6 Atteinte de la peau et des muqueuses Partie 7Traumatismes Partie 8 Malaises Partie 9 Perte de connaissance Partie 10Arrêt cardiaque Partie 11Synthèse Séance 4

66 Perte de connaissance OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de maintenir les voies aériennes de la victime libres, en attendant les secours

67 Obstruction des voies aériennes

68 Questions simples, ordre simple. A laide !

69 Libération des voies aériennes

70 Enlever les corps étrangers

71 Contrôle de la respiration

72 Préparer la victime pour le retournement

73

74 Retournement souple et régulier

75

76 Tenir le coude de la victime afin de retirer votre main sans faire bouger la tête

77 Caller la victime puis la couvrir Ouvrir la bouche de la victime

78 Cas particuliers : femme enceinte : le retournement doit se faire sur le côté gauche de la victime. victime traumatisée : le retournement doit se faire sur le côté atteint. nourrisson : la LVA consiste à amener doucement la tête dans lalignement du torse et à élever le menton – le nourrisson est placé sur le côté dans les bras du sauveteur le plus souvent.

79 PLS.mp4 Perte de connaissance

80 Partie 1 Alerte et protection des populations Partie 2Protection de la victime / du sauveteur Partie 3 Alerter les services durgence Partie 4 Obstruction des voies aériennes Partie 5Hémorragies externes Partie 6 Atteinte de la peau et des muqueuses Partie 7Traumatismes Partie 8 Malaises Partie 9 Perte de connaissance Partie 10Arrêt cardiaque Partie 11Synthèse Séance 5

81 Arrêt cardiaque OBJECTIFS : A la fin de cette partie, vous serez capable de : face à une victime qui présente un arrêt cardiaque, den reconnaître les signes et de réaliser les gestes de secours adaptés et nécessaires : mettre en œuvre une réanimation cardio- pulmonaire, avec ou sans un défibrillateur automatisé externe, chez une victime inconsciente qui ne respire plus.

82 Une personne est en arrêt cardiaque lorsque son cœur ne fonctionne plus ou fonctionne dune façon anarchique, ne permettant plus dassurer loxygénation du cerveau. Une victime est considérée comme étant en arrêt cardiaque lorsquelle a perdu connaissance et : ne respire pas : aucun mouvement de la poitrine nest visible et aucun bruit ou souffle nest perçu ; ou présente une respiration anormale avec des mouvements respiratoires inefficaces, lents, bruyants et anarchiques (gasps).

83 Causes : Larrêt cardiaque peut être causé par certaines maladies du cœur comme linfarctus du myocarde. Chez ladulte, dans près de 50 % des cas, cet arrêt cardiaque soudain, en dehors de lhôpital, est lié à une anomalie de fonctionnement électrique du cœur : la fibrillation ventriculaire. Il peut aussi être consécutif à une détresse circulatoire (hémorragie). Larrêt cardiaque peut aussi être consécutif à une obstruction totale des voies aériennes, une intoxication, un traumatisme ou une noyade… Dans ce cas larrêt cardiaque est en général secondaire à un manque doxygène.

84 La vie dune victime en arrêt respiratoire ou circulatoire est menacée à très brève échéance : Un apport doxygène est indispensable, en particulier au niveau du cerveau et du cœur de la victime pour assurer sa survie. Au cours dun arrêt cardiaque, les lésions du cerveau consécutives au manque doxygène surviennent dès la première minute. Lapport doxygène au cerveau et au cœur est réalisé par le rétablissement dune circulation sanguine artificielle grâce à la réanimation cardio- pulmonaire. Si aucun geste de premiers secours nest réalisé, la victime décèdera par manque doxygène.

85 La chaîne de survie La chaîne de survie est susceptible daugmenter de 4 à 40 % le taux de survie des victimes

86 Les manœuvres de RCP seules ont une efficacité limitée dans le temps. lapplication dun choc électrique peut être capable de restaurer une activité cardiaque normale efficace et déviter ainsi la mort de la victime Si larrêt cardiaque est lié à une anomalie du fonctionnement électrique du cœur, lapplication dun choc électrique (encore appelé « défibrillation ») au travers de la poitrine (et donc du cœur de la victime) peut être capable de restaurer une activité cardiaque normale efficace et déviter ainsi la mort de la victime. Sans cette action, le cœur sarrêtera de fonctionner définitivement. 1 min. de gagnée dans la mise en place dun DAE = 10% de chances de survie en plus pour la victime.

87 En résumé, il faut Maintenir la RESPIRATION ET LA CIRCULATION de la victime pour éviter laggravation. Mettre en œuvre, le plus précocement possible, le DAE pour favoriser la reprise de la circulation de la victime.

88 RCP chez ladulte

89 Basculer la tête en arrière et élever le menton

90 Apprécier la respiration.

91 Faire alerter et demander un défibrillateur

92

93 OU …

94

95

96 Points clés des compressions thoraciques Pour être efficace… Sassurer que la victime est en position horizontale, sur le dos, préférentiellement sur une surface rigide; Comprimer verticalement à 2 bras, de 5 à 6 cm, avec le talon dune main au centre de la poitrine, sur la ligne médiane, sur la moitié inférieure du sternum; -Relâcher complètement le thorax sans décoller les mains entre les compressions pour permettre au cœur de bien se remplir ; - Effectuer des compressions à une fréquence de 100 à 120 fois par minute. À vous !

97 Insuffler progressivement jusqu'à ce que la poitrine de la victime commence à se soulever. La durée de linsufflation est de 1 seconde environ. La durée de réalisation de ces 2 insufflations ne peut excéder 5 secondes.

98 Reprendre son souffle tout en regardant le ventre de la victime saffaisser

99 Les deux insufflations doivent… - être lentes et progressives ; - cesser dès le début de soulèvement de la poitrine ; - être réalisées en 5 secondes maximum. Points clés de la ventilation artificielle À vous !

100 Le Défibrillateur Automatisé Externe est un appareil capable : Danalyser lactivité électrique du cœur de la victime ; De reconnaître une éventuelle anomalie du fonctionnement électrique du cœur à lorigine de larrêt cardiaque ; De se charger automatiquement ; De délivrer (défibrillateur entièrement automatique) ou dinviter lopérateur à délivrer (défibrillateur semi-automatique) le choc électrique (information vocale et visuelle), afin de restaurer une activité cardiaque efficace.

101 est composé Dun haut-parleur qui donne des messages sonores et guide le sauveteur dans son action ; Dun métronome qui rythme les compressions thoraciques du sauveteur (en option) ; Dun accumulateur dénergie qui permet de réaliser des chocs électriques ; Eventuellement, dun bouton qui permet dadministrer le choc électrique lorsquil est indiqué par lappareil. Le Défibrillateur Automatisé Externe

102 est toujours accompagné dune paire délectrodes de défibrillation pré gélifiées autocollantes avec câble intégré. Ces électrodes, à usage unique, sont contenues dans un emballage hermétique. Une fois collées sur la peau du thorax de la victime, les électrodes permettent : De capter et transmettre lactivité électrique cardiaque au défibrillateur ; De délivrer le choc électrique lorsquil est indiqué. Vidéo…

103 Où trouver un DAE ? Dans les halls daéroports et les avions des grandes compagnies aériennes ; Les grands magasins, les centres commerciaux ; Les halls de gares, les trains ; les stations services Les lieux de travail : Enfin au Lycée français de Prague (loge du gardien) !

104 À vous ! Dès lors quun tiers arrive sur les lieux avec un défibrillateur automatisé externe (DAE), la RCP doit être poursuivie durant son installation. Elle cesse seulement lorsque le DAE indique de ne plus toucher à la victime

105 Celui du LFP

106 Arrêt cardiaque Chez ladulte

107 Cas particuliers : -Le ventre et la poitrine de la victime ne se soulèvent pas lors des insufflations, -La victime présente un timbre autocollant médicamenteux sur sa poitrine, - Si la victime présente un stimulateur cardiaque / le sauveteur constate un boitier - La victime est allongée sur une surface métallique ou mouillée, - Au cours de lanalyse ou du choc, le DAE détecte un mouvement ; - Après avoir collé et connecté les électrodes au DAE, lappareil demande toujours de les connecter.

108 RCP chez lenfant et le nourrisson

109 Idem que ladulte jusquau constat de larrêt de la respiration.

110 Chez le nourrisson Chez lenfant Compressions thoraciques

111 Chez le nourrisson = Bouche à bouche à nez et Simple élévation du menton Chez lenfant = comme adulte Insufflations

112 Pose des électrodes du DAE chez lenfant et le nourrisson :

113 RCP si le sauveteur est seul…? = sans témoin, ni téléphone

114 Exemple de RCP / DAE en vidéo…

115

116


Télécharger ppt "P révention et S ecours C ivique niveau 1 Lycée Français de Prague - Anthony DELTOUR."

Présentations similaires


Annonces Google