La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RENCONTRE DUN ÉCRIVAIN FRANÇAIS ET DUN PEINTRE CANADIEN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RENCONTRE DUN ÉCRIVAIN FRANÇAIS ET DUN PEINTRE CANADIEN."— Transcription de la présentation:

1 RENCONTRE DUN ÉCRIVAIN FRANÇAIS ET DUN PEINTRE CANADIEN

2 TEXTE: ALAIN AMATO TABLEAUX: SYLVIO GAGNON

3 Un écrivain français et un peintre canadien, se rencontrent par hasard à Unionville près de Toronto en juin Une complicité amicale sétablit immédiatement entre les deux artistes. À la suite dune correspondance assidue complétée par des présentations de tableaux via Internet, Alain Amato sinspire des toiles peintes par Sylvio Gagnon sur la Côte dAzur et dans la région de Charlevoix (Québec) pour écrire plusieurs nouvelles. Collaboration fructueuse entre stylo et pinceaux, mots et images, toiles et textes, cest le début dune aventure … L é glise de Unionville, aujourd hui devenue un lieu de rencontre pour les personnes de l age d or, est un sujet populaire pour les peintres. Sylvio Gagnon travaillant sur le motif et sous l oeil attentif de Alain Amato.

4 PRÉSENTATION Si l'un écrit au pinceau, l'autre dessine à la plume. Projetant ses mots sur la toile blanche de son écran d'ordinateur, Alain Amato peint d'après nature, celle dessinée, décrite et colorée par Sylvio Gagnon. Ici une barque pointue, là une maison rustique, telle ruelle de Provence, tel ciel méditerranéen, il n'en faut pas plus à l'écrivain - auteur de Monuments en exil, ouvrage monumental, comme il se doit, et de maintes nouvelles couronnées de pampres et de prix : Prix de lAcadémie de Bretagne, entre autres - pour laisser aller son imaginaire, jamais à court d'anecdotes, illustrant à merveille chaque prodige de Gagnon. C'est à qui rivalisera de couleurs, de parfums et de sons se répondant dans ce temple aux vivants piliers que fut, déjà, la baudelairienne Nature. L'un et l'autre nous invitent au tourisme, des rives du Saint-Laurent aux plages méditerranéennes, des venelles québécoises aux nues azuréennes. Par la magie des couleurs de l'un, par le miracle du verbe de l'autre, tout un monde se recrée et s'anime : l'histoire s'impose sur le figement et fait courir le destin humain à petits pas de fantaisie, dans une riche palette d'historiettes, où l'humour impose partout ses clins d'œil, où finalement la vie et le bonheur l'emportent toujours sur le malheur des hommes. Il n'est que d'ouvrir les yeux et de se laisser porter, dépaysement garanti, plaisir assuré. À vrai dire, si la peinture de Sylvio Gagnon vaut le voyage, la prose d'Alain Amato vaut le coup d'œil ! Albert Benssousan Professeur émérite, université de Rennes.

5 De gauche à droite le pr é sentateur Albert Bensoussan, le peintre Sylvio Gagnon et l é crivain Alain Amato.

6 Le peintre Sylvio Gagnon et l é crivain Alain Amato devant le tableau « La rentr é e » qui a inspir é la nouvelle portant le même titre.

7 le 7 octobre, Alain Amato et deux admiratrices lors de la rencontre du lancement des nouvelles à la librairie Plan è te IO, Rennes.

8 CHARLOTTE Charlotte était une petite fille espiègle. Elle avait douze ans. Elle aimait beaucoup sa mère, Catherine. Aussi blondes lune que lautre, elles avaient également en commun le bleu de leurs yeux ainsi quune fossette au menton. Charlotte et Catherine vivaient à Québec, cette fiancée du Saint- Laurent, aux racines algonquines et au cousinage malouin. Le d é but de :

9 LA RENTRÉE Il parait quil y a des bons côtés avec la rentrée. Avoir des stylos neufs, des cahiers vierges, de nouveaux livres, un cartable, des vêtements. Cest ce que disent les grandes personnes. Moi je naime pas la rentrée. Cest le jour où je perds la liberté. Plus question de vadrouiller pendant toute la journée dans la campagne, de pêcher dans les rivières, de parcourir la forêt comme un vieux trappeur. La rentrée, cest dabord le premier matin où il faut se réveiller de bonne heure. Egalement le jour où il va falloir rester enfermé toute la journée avec un nouvel instituteur à la mine sévère et au caractère ombrageux. Le d é but de :

10 LES TOITS ROUGES Jaimais contempler de la fenêtre de ma chambre, nichée au sommet de limmeuble, la lente descente du soir au-dessus de la ville dont les toits rouges désordonnés dévalaient en gradins vers la Méditerranée. Doù jétais japercevais un bout du port ainsi que des bateaux attendant que des plaisanciers de fin de semaine viennent larguer leurs amarres pour flâner le long des côtes. Le d é but de :

11 TITINE Sa vie durant, mon oncle Justin pêcha à bord dune petite barque méditerranéenne à fond plat appelée « pointu » parce que lavant et larrière se terminent en pointe. Il jetait ses lignes et son filet près des côtes et ramenait des rascasses, des rougets, des congres, « Rien que du sauvage » comme il aimait à dire. Il vendait sa pêche uniquement aux restaurateurs de Villefranche-sur- mer. Sur la proue blanche du pointu, il avait peint lui-même le nom de sa barque : Titine II. Ce qui laissait supposer que dans un passé antérieur avait existé une Titine tout court ; première de sa lignée. Le d é but de :

12 LOMBRE DU PÈRE NOËL Sans trop de mal la nuit était tombée sur Québec et la ville avait fait tilt avec les lumières de Noël. Désoeuvré, ne sachant trop où aller, Clément, atteint par le cancer du chômage, le plus dur, celui qui frappe à cinquante-cinq ans, regardait la foule en folie affairée aux fêtes de fin dannée. Son attention fut attirée par un Père Noël en faction devant un magasin de la Haute- Ville. Cétait un Père Noël classique : barbe blanche, houppelande rouge bordée de fourrure blanche, bottes noires, gants blancs, hotte en vannerie tressée. La hotte était remplie de boules multicolores. Quand un enfant passait près de lui, le Père Noël lui présentait une de ces boules Le d é but de :

13 LEON XUEYOJ Il eut limpression confuse de reprendre conscience ou du moins de se réveiller péniblement. Tant bien que mal, il remarqua quil nétait pas dans son lit, mais assis dans un fauteuil confortable. Cependant ce nétait pas le sien. Il commença à trouver cela insolite. Dautant plus quil fit ces constations au travers dune sorte de tournis qui le maintint crispé aux bras du fauteuil. Un instant il crut que tout tournait autour de lui comme planètes autour du soleil. Mais à lévidence il comprit que ce vertige nexistait que dans sa tête. Le d é but de :

14 Ces nouvelles illustrées sont en vente : Prix à lunité : 14 $ Can. Sylvio Gagnon Sylvio Gagnon Pour lEurope : 10 Alain Amato Alain Amato Prix pour la collection complète des 6 nouvelles : 72 $ Can. Pour lEurope : 50 Toutes taxes et transport en sus. Pour commander: Votre choix : CHARLOTTE (Format 21x28 cm - 12 pages) LA RENTREE (Format 21x28 cm -10 pages) LES TOITS ROUGES (Format 21x28 cm - 8 pages) TITINE (Format 21x28 cm - 8 pages) LOMBRE DU PERE NOEL (Format 21x28 cm - 6 pages) LEON XUEYOJ (Format 13x21 cm -10 pages) Canada Europe


Télécharger ppt "RENCONTRE DUN ÉCRIVAIN FRANÇAIS ET DUN PEINTRE CANADIEN."

Présentations similaires


Annonces Google