La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cette étude est rendue possible grâce à un financement du ministère de la Sécurité publique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cette étude est rendue possible grâce à un financement du ministère de la Sécurité publique."— Transcription de la présentation:

1

2 Cette étude est rendue possible grâce à un financement du ministère de la Sécurité publique

3

4 OBJECTIFS VISÉS La Société de criminologie du Québec a été mandatée par le ministère de la Sécurité publique du Québec pour dresser une classification permettant de comparer entre eux 16 projets axés sur la prévention de ladhésion des jeunes aux bandes marginales et criminelles

5 DIVERSITÉ DES ORGANISMES

6 DIVERSITÉ GÉOGRAPHIQUE Montréal Causapscal Québec Donnacona St-PrimeLa Tuque DrummondvilleThetford Mines Gatineau

7 ACTIVITÉS DE PRÉVENTION Récréatives Sensibilisation Formation pédagogique Formation professionnelle Relation daide

8 POUR ÊTRE BIEN CLASSER, UN PROJET DOIT ATTEINDRE LES 8 CONCEPTS THÉORIQUES SUIVANTS…

9 C4 : Intégrer les jeunes au projet C3 : Offrir des solutions de rechange aux jeunes C2 : Développer une relation significative entre les jeunes qui participent au projet C1 : Offrir aux jeunes des opportunités de sattacher aux intervenants CONCEPTS 1 à 4 (C1 à C4)

10 C8 : Fournir les ressources (humaines et matérielles) adéquates C7 : Intégrer les parents au projet C6 : Intégrer les partenaires au projet C5 : Utilisation de la double stratégie : le récréatif et le pédagogique CONCEPTS 5 à 8 (C5 à C8)

11 C1 : OFFRIR AUX JEUNES DES OPPORTUNITÉS DE SATTACHER AUX INTERVENANTS Citation : Nous quest-ce qui est intéressant, on est dans le milieu, on travaille avec des jeunes, on est dans la seule école publique secondaire du quartier. Donc, on peut pas tomber plus direct que ça. Donc, on va pas chercher les jeunes nécessairement : allez, venez, venez. Vous êtes là, on va venir, nous, on sadapte vraiment, ce qui est un défi pour les intervenants et cest une facilité pour le jeune. Nous sommes dans son lieu, dans son école, à lheure où lui, il peut être là (Bernard, intervenant).

12 C2 : DÉVELOPPER UNE RELATION SIGNIFICATIVE ENTRE LES JEUNES QUI PARTICIPENT AU PROJET Citation : Pour moi cest vraiment de créer un esprit de gang parce que cest des jeunes qui ont des troubles destime deux, il y en a qui sont plus rejets dans lécole et il y en a qui le sont moins. Des fois, il y a cette différence-là qui se crée dans le groupe aussi pis moi « tes con » pis « tes conne, je ne veux pas être en équipe avec toi », non, on est une équipe, tas pas le choix daller avec quelquun dautre, on est une équipe. Fait que pour moi ça cest très important lesprit déquipe, le lien, tout le monde ensemble (Daniella).

13 C3 : OFFRIR DES SOLUTIONS DE RECHANGE AUX JEUNES Citation : Mais quand arrive un jeune, je cible ses besoins, jessaie de trouver les organismes qui pourraient répondre à ses besoins, jen parle au jeune, jessaie de lui dire : « Je vais taccompagner, je vais y aller avec toi ». Ça, jai remarqué que les jeunes sont plus motivés avec ça. On nest pas, nous autres, juste de simples références; « Bon, ben, je tai trouvé cinq organismes. Tu peux aller les voir. Et puis, ils vont taider ». Non. « Je vais y aller avec toi, je vais taccompagner, je vais rester avec toi ». Souvent, ils ont ce sentiment dinsécurité face à linconnu. Quand jarrive et je leur dis : « je vais y aller avec toi », ils sont contents.

14 C4 : INTÉGRER LES JEUNES AU PROJET Citation : Tu commences à recruter ton monde un peu. Là, on fait toujours un camp au début, pas au début de la première journée du projet, mais mettons au début du projet, pour justement, rassembler tout le monde, pour que tout le monde se connaisse, ces trois jours-là, tes à la même place […] Là, le monde apprend à échanger, pis là ben cest ça, cest là que les idées émergent. Cest là que les projets se montent le plus dans les camps, cest tellement rassembleur. Les jeunes prennent plusieurs décisions concernant ce quils veulent faire dans la prochaine année. Cest très productif.

15 C5 : UTILISATION DE LA DOUBLE STRATÉGIE : LE RÉCRÉATIF ET LA PÉDAGOGIQUE Citation : Comment ça se passe, les soupers Meurtre et mystère, cest que les jeunes doivent participer à un atelier sur les drogues. […] Par la suite, les jeunes étaient invités à se déguiser, à participer au souper. Chaque jeune avait une problématique, ils devaient mimer cette problématique et à la fin, ils devaient trouver qui consommait quoi avec les indices quon donnait, pis ça amenait au meurtrier. Cest ben le fun. Cest spécial, cest un nouveau concept que javais mis sur pied, pis ça marche, les jeunes accrochent, on fait de la prévention pis ils aiment ça. Moi, je veux pas juste masseoir pis jaser avec les jeunes, je veux quils bougent, quils participent. Donc, ça a été ben intéressant, pis ça a permis de jaser beaucoup de toxicomanie avec eux.

16 C6 : INTÉGRER LES PARTENAIRES AU PROJET Citation : En fait, on discute des activités, des orientations du projet. Cest juste que souvent, quand tu travailles à quatre ou cinq personnes sur un projet, le vase devient de plus en plus clos. Tu ne vois plus les possibilités. Quand le comité de suivi est venu me voir, ça nous a ouvert des portes […] Comme lactivité dimprovisation, on la faite trois fois, pis les jeunes voulaient rien savoir. Avec le comité de suivi, on a réorienté nos affaires, ils nous apportent de bons questionnements, cest vraiment une collaboration.

17 CIBLER LES PARTENAIRES POTENTIELS Milieux communautaires Organisme communautés culturelles Organisme demployabilité Organisme de justice alternative Organisme pour la famille Organisme pour les femmes Organisme dhébergement Organisme jeunesse Organisme santé mentale Organisme pour les toxicomanes Organisme de travail de rue Organisme daide aux victimes Organisme de la prévention de la criminalité Milieux institutionnels Centre jeunesse CLSCCSSS Centre local demploi École primaire École secondaire École spécialisée en décrochage Établissement de recherche Services municipaux (loisirs, parcs, culture, services communautaires) Service de police Milieux privés Chambre de commerce locale Association locale de commerçants Caisse populaire et banque Grande entreprise Autres milieux Citoyen intéressé par la problématique Porte-parole Conseiller municipal Milieu associatif (ex. : Chevaliers de Colomb) Milieu religieux

18 C7 : INTÉGRER LES PARENTS DANS UN PROJET PRÉVENTIF Citation : Il y en a qui vont venir, qui vont appeler, qui vont venir faire des tours. Mais il y en a dautres que lon ne verra jamais. Ça, cest difficile des fois daccrocher les parents. Mais on essaie quand même dutiliser des stratégies. Je sais que jincite souvent les jeunes, exemple : « Dis à ta mère quelle mappelle. Je vais lui expliquer cest quoi ». Les parents vont appeler, ça va créer un premier contact.

19 C8 : FOURNIR DES RESSOURCES ADÉQUATES Citation : Des fois je peux avoir une situation avec un jeune que je ne sais pas quoi faire, cest assez « heavy ». Pis je vais voir les autres, on fait des meetings, on se rencontre, on en parle, on discute. Pis cest sûr que mon patron ça été un travailleur de rue pendant des années avant, […] il est quand même calé dans le sujet pis souvent il va nous porter conseil, pis quoi faire, quest-ce qui serait mieux. Il a quand même pas mal dexpérience, fait que ça aide.

20 ÉVALUATION DES 16 PROJETS 6 projets ont été classés « Excellents » (80% à 100%) 4 projets ont été classés « Bons » (70% à 79%) 3 projets ont été classés « Moyens » (60% à 69%) 3 projets ont été classés « Faibles » (moins de 60%)

21 LE POINT DE VUE DES JEUNES

22 MÉTHODOLOGIE Questionnaire auto-administré Trois quands thèmes -- Profil des répondants -- Participation aux activités -- Bénéfices retirés de l activité 11 organismes ont participé 123 jeunes ont répondu

23 PROFIL DES RÉPONDANTS 52% de garçons et 48% de filles Âge moyen d environ 15 ans 79% de Québécois/Canadiens et 21% d autres nationalités 86,1% sont encore à l école 53,7% vivent avec leur deux parents 94,8% qualifient de bonnes ou satisfaisantes leurs relations avec leurs parents

24 PROFIL DES RÉPONDANTS Délinquance antérieure

25 PROFIL DES RÉPONDANTS Proximité avec les bandes marginales 18,7% disent en côtoyer 31,7% être amis avec un ou plusieurs membres La fréquence hebdomadaire moyenne est de 3,3 rencontres 4 jeunes se décrivent comme membres d un gang

26 PARTICIPATION À L ACTIVITÉ Caractéristiques de la participation 26% ont été recrutés par les intervenants des organismes 79% participent aux activités depuis plus de 6 mois La majorité des activités auxquelles participent les jeunes se déroulent en milieu scolaire

27 BÉNÉFICES PERÇUS PAR LES JEUNES Selon les différentes sphères de vie du jeune

28 BÉNÉFICES PERÇUS PAR LES JEUNES Modification de l agir délinquant

29 BÉNÉFICES PERÇUS PAR LES JEUNES Quelles activités sont les plus bénéfiques?

30 CLASSEMENT DES PROJETS Comparaison entre le théorique et le pratique

31 MERCI !


Télécharger ppt "Cette étude est rendue possible grâce à un financement du ministère de la Sécurité publique."

Présentations similaires


Annonces Google