La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prof. Philippe Corten Université Libre de Bruxelles CHU-Brugmann. Monastir Avril 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prof. Philippe Corten Université Libre de Bruxelles CHU-Brugmann. Monastir Avril 2013."— Transcription de la présentation:

1 Prof. Philippe Corten Université Libre de Bruxelles CHU-Brugmann. Monastir Avril 2013

2 Historique Formation et éducation Soins à domicile Politiques de prise en charge 2

3 En un siècle, la manière de concevoir la prise en charge des personnes âgées a évolué en fonction de limage de la personne âgée dans la société et des revendications des personnes âgées elles-mêmes. Contrairement aux idées reçues, au XIX siècle et avant, les personnes âgées ne sont pas considérées comme des patriarches à vénérer. Lors de lexode rural en France, au moment de la révolution industrielle, les personnes âgées restent dans les campagnes et y travaillent jusquà leur mort. A part les hospices pour indigents, on voit peu à peu fleurir jusquà la moitié du XX ieme siècle, des maisons de retraite. Le modèle se base sur des institutions imposantes généralement à la campagne. 3

4 Après la guerre 40-45, lespérance de vie augmente et les personnes âgées restent plus longtemps actives. Les mentalités ont également changé, il ne sagit plus de séparer les générations mais de maintenir des espaces transgénérationnels. Les maisons de repos envahissent les villes, pour se rapprocher des générations plus jeunes sans être à leur charge et développent en leur sein une série dactivités qui en font des lieux de vie. 4

5 Au cours des années 70, lEurope rentre dans la crise économique avec des vieux dont lespérance de vie est passée en un siècle de 50 ans à 85 ans. Ils sont actifs, ils bénéficient désormais dun revenu garanti (RGPA ) et détiennent 75% de lépargne nationale. Ce sont les personnes âgées qui subventionnent leurs enfants dans leurs premiers pas dadultes au point de devenir la première banque de France. Ils désirent rester chez eux le plus longtemps possible. Se développe, dès lors, toute une série daides à domicile. 5

6 Historique Formation et éducation Soins à domicile Politiques de prise en charge 6

7 Maintenir à domicile ce nest pas seulement apporter aux bénéficiaires une série de services mais aussi: Former les soignants et accompagnants aux compétences des personnes âgées en « bonne santé » Donc intégrer ces cours dans les formations Modèle hospitalier: les gâteux Modèle média: les super papys 7

8 Maintenir à domicile ce nest pas seulement apporter aux bénéficiaires une série de services mais aussi: Proposer à la population et leurs familles des entraînements aux risques et baisses de performances. Donc de financer des programmes éducatifs Exemples: Ateliers mémoires Ateliers parachutes 8

9 Historique Formation et éducation Soins à domicile Politiques de prise en charge 9

10 La plupart des services décrits ci-après sont proposés par des centrales de soins à domicile ou par les mutuelles. Petite calculette 1 = 2 dinars Pension moyenne dun salarié à 1.200/mois Loyer + eau + électricité + gaz appart 1 chambre: 700 Nourriture 300 /pers/mois Solde 0 à 200 Prix minimal dune maison de repos 1.600/pers/mois 10

11 24h/24h Permanence téléphonique avec appel indirect des personne proches. 21 par mois Options complémentaires: GPS avec localisation de la personne âgée Alerte en cas de non mouvement durant plusieurs minutes Obstacle: penser à mettre la montre ou le collier cest penser quon pourrait tomber. 11

12 Aides administratives: Pension, mutuelle, factures… Initiation aux techniques de PC Banking Accompagnement du suivi des factures. 100 à 200 par mois (1 à 2 ½ jours) Service social: Une assistante sociale vous écoute et vous oriente face à vos démarches sociales et administratives. Généralement gratuit dans les mutuelles et hôpitaux Aménagement de lhabitat en fonction des dépendances. Dossiers réalisés gratuitement par les mutuelles Subside maximum % du projet total 12

13 consultations au cabinet : 20. visites au domicile du patient : Jour : 36. Soirée : 48. Nuit : 84. Remboursement de soins par la caisse maladie 75% assurés ordinaires 90% faibles revenus 13

14 Infirmières 7 1/2h Remboursé Tous les jours Kinésithérapeutes 22 acte Remboursé 2x semaine Ergothérapeutes (nihil) Orthophonistes (idem Kiné) 14

15 Aides soignantes 11/heure Remboursé Dentistes (peu remboursé) Opticiens (pas remboursé) 15

16 Aides seniors 8,5 heure Remboursé Repas à domicile (pas remboursé) 16

17 Pédicure Coiffeur Esthéticienne Non remboursés! 17

18 Transports en communs Abonnements avec réductions significatives (50%), voire gratuité à partir de 65 ans Taxis adaptés pour personnes à mobilité réduite Prix du taxi 18

19 Soins à domicile pas prévus: Assistance psychologique aux deuils et à la solitude Déclin cognitif, entraînement de la mémoire Structuration du temps et projets de vie … 19

20 Historique Formation et éducation Soins à domicile Politiques de prise en charge 20

21 ECONOMIE Le vieillissement de la population est une catastrophe pour la sécurité sociale. Une personne âgée coûte 4x plus quun adulte en soins de santé Une personne âgée ne cotise plus pour la sécurité sociale, au contraire elle reçoit une pension. Toute action sanitaire qui augmenterait encore lespérance de vie, aggraverait le trou de la sécurité sociale! TENTATION: Faire porter le coût sur les familles et les vieux plutôt que sur la collectivité. Pour rappel 75% de lépargne est aux mains des vieux. => couverture à deux vitesses : les épargnants nantis et les minimexés 21

22 ELECTORAT 1990: 2 actifs pour un retraité 2030: 1 actif pour 1 retraité => Les priorités politiques vont changer Une partie du financement des partis dépend des électeurs (à qui il faut plaire). TENTATIONS Politiques plus conservatrices Privilégier des actions de marketing visibles et à court terme 22

23 SANTE Depuis les années 80 laccent est mis sur « Rajouter de la vie aux années, plutôt que des années à la vie !» => Privilégier la Qualité de vie 23

24 Actuellement moins de 5% des plus de 70 ans vivent en maison de repos. Rares sont les personnes âgées qui vivent chez leurs enfants. En 50 ans, la distance entre les habitats intergénérationnels est passée de 30 à 5km, en France La fréquence des visites est passée de 1x tous les 15 jours à 2x semaine Et surtout la visite aux grands- parents est passée dune obligation à une évasion plaisir chez papy et mamy! 24


Télécharger ppt "Prof. Philippe Corten Université Libre de Bruxelles CHU-Brugmann. Monastir Avril 2013."

Présentations similaires


Annonces Google