La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AVIS DE LA CELLULE DE RÉFLEXION BIOÉTHIQUE SUR LES PERSPECTIVES DAMÉLIORATION DE LHOMME («HUMAN ENHANCEMENT») PAR DES MOYENS TECHNOLOGIQUES 15 Juillet.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AVIS DE LA CELLULE DE RÉFLEXION BIOÉTHIQUE SUR LES PERSPECTIVES DAMÉLIORATION DE LHOMME («HUMAN ENHANCEMENT») PAR DES MOYENS TECHNOLOGIQUES 15 Juillet."— Transcription de la présentation:

1 AVIS DE LA CELLULE DE RÉFLEXION BIOÉTHIQUE SUR LES PERSPECTIVES DAMÉLIORATION DE LHOMME («HUMAN ENHANCEMENT») PAR DES MOYENS TECHNOLOGIQUES 15 Juillet

2 Le désir de développement, et de perfectionnement, est présent en chaque être humain de tout temps Avec les technologies NBIC, apparaît une nouvelle catégorie dapplications possibles NBIC 2

3 Définition de Enhancement « lutilisation de technologie biomédicale pour atteindre dautres buts que le traitement ou la prévention de maladies » Douglas (2007) Ce concept, ainsi défini est large et complexe, peut être appliqué à lutilisation de quelques médicaments… la création de nouvelles capacités dont lhomme ne dispose pas 3

4 REFLEXION ETHIQUE 4

5 a) Les objectifs Quatre catégories (STOA) cognitive enhancement mood enhancement body enhancement enhanced life span (longévité). 5

6 Ces techniques peuvent combattre et prévenir des troubles pathologiques augmenter les capacités humaines mais…. au bénéfice de certains individus?, de lhumanité entière? 6

7 Il importe de distinguer entre «traitement» et «amélioration» des fonctions au-delà de leur niveau normal. Cette frontière nest pas toujours totalement claire, la culture exerce une certaine influence sur les représentations concernant la santé et la maladie. Elle peut être nette en certains domaines, tout en étant mouvante en dautres. 7 Promotion de la santé et « amélioration de lhomme »

8 Chaque technique nouvelle doit distinguer entre des applications proprement « thérapeutiques », à des recherches damélioration des capacités humaines. 8

9 9 Certains, «transhumanistes», voudraient, grâce à ces techniques, changer lhomme, non seulement physiquement mais aussi dans sa pensée, sa vision du monde et ses valeurs, et même créer une nouvelle espèce humaine TRANSHUMANISTES

10 Il serait important de sinterroger sur les notions d«humain», «trans-humain» et « posthumain». Le Groupe européen déthique de la Commission européenne (GEE) dans son Avis 20, 2005 sur «Aspects éthiques des implants TIC-ICT dans le corps humain» Signalait quil y aurait «Aspects qui soulèvent autant despoirs que de craintes sur le plan sociétal», « une révision de lavis pourrait simposer dici trois à cinq ans » (§ 6.5.6). Ce temps est advenu. 10

11 11

12 Grande variété de moyens pour cette «amélioration de lhomme», la nourriture: la caféine, les alicaments… les produits pharmaceutiques les implants et prothèses Les interfaces cerveau-machines du Prof. Warwick Le diagnostic pré-implantatoire pour le tri dembryons humains. 12 b)Les moyens

13 13

14 14

15 Distinction entre les moyens (modifications génétiques) irréversibles, et les produits pharmaceutiques, qui ont des effets réversibles. 15 Réversibilité/non-réversibilité

16 Ces «avantages» individuels, créent des attentes dans la population. des attentes excessives?, un effet de mode? négligeant les moyens classiques de developpement humain (éducation….)? 16 c) Attentes Quest ce quon attend de ces technologies, lefficacité individuelle? des avantages dans la compétitivité sociale?, au détriment de la solidarité avec les plus faibles. !!!

17 17

18 1) Des «traitements» importants les implants cochléaires la rétine artificielle les techniques dinterface cerveau-ordinateur évaluant toujours les bénéfices espérés et les risques quelles comportent, et le coût et le poids pour la société. 18 Ces technologies peuvent être 2) Des techniques « expérimentales», peut être disproportionnées ou hors de portée pour un pays déterminé.

19 19

20 d) Réflexions anthropologiques Sens et limites de «human enhancement»: 20 Une distinction simpose entre, le développement de certaines capacités comme la mémoire, la concentration, la vision dans le domaine de linfrarouge, Et le développement de la personne tout entière

21 La santé humaine nest pas uniquement la dimension corporelle, ni la seule absence de maladie somatique, mais comporte, une dimension psychologique et sociale, Sans oublier, la dimension spirituelle. La notion «damélioration de lhomme» (human enhancement) peut différer selon la conception que lon a de lhomme lui-même. 21

22 Lhomme nest-il quune machine biologique, selon Marvin Minsky et dautres post- ou transhumanistes?, ou… Un animal rationnel (Aristote)?, Une personne, fin en soi revêtue de dignité (Kant)? Un être créé à limage et à la ressemblance de Dieu et appelé à lamour de son créateur et de son prochain ? 22

23 simpose, comme prolongement de ce quest en lui-même lhomme? ou, 23 Selon ces différentes conceptions, toute « amélioration de lhomme » par les technologies NBIC au contraire, doit être évaluée en fonction de laccomplissement quelle permet de la fin reconnue à lexistence humaine?.

24 QUELQUES CRITERES POUR LEVALUATION DES TECHNIQUES DAMELIORATION a) Un développement harmonieux de la personne il est prématuré de proposer des réponses définitives. Le débat est urgent, car certaines technologies pourraient modifier profondément lhumanité. 24 Ou si on cherche lavènement dune « race trans-humaine ». Cela témoigne dillusions sur la puissance des NBIC, mais pose la question de seuils à ne pas franchir au nom du respect de lhumanité

25 Sans chercher à modifier lhumanité certains invoquent un « principe dautonomie » «valeur suprême », ils revendiquent la liberté de lindividu de choisir la personne quil veut devenir grâce aux nouvelles technologies, et récusent toute limitation, mise par une autorité, à laccomplissement de leurs volontés. 25 Ce «principe dautonomie», compris comme principe dautodétermination, a été prônée il y a trente ans par une école bioéthique américaine. Ses auteurs ont reconnu quil avait été mal formulé.

26 b) La solidarité globale, y compris la justice internationale Il faudrait veiller à ne pas élargir le fossé qui existe entre pays riches et pays en voie de développement. 26

27 c) La justice au sein de chaque pays Dans le domaine du sport, cela sappelle du dopage. Un tel «dopage» peut exister aussi dans la vie sociale, en faussant le jeu de la compétition entre agents sociaux. 27 Au niveau national, au nom de la justice sociale, éviter toute aggravation des ruptures dégalité. Chercher une «amélioration» personnelle, par les NBIC cest la supériorité sur autrui, donc linégalité et même la domination.

28 28

29 d) Le principe de précaution : des effets secondaires, des risques et des pertes Le principe de précaution demande une analyse soigneuse des risques, en tenant compte de la réversibilité ou non des effets produits. Or, dans le cas dune stimulation cérébrale profonde, les effets ne peuvent guère être évalués faute de données suffisantes. Labsence de preuve dun risque ne suffit pas, Il faut une preuve de labsence de ce risque. 29

30 Toute recherche exige un consentement exprès et éclairé de la personne concernée. Qui peut donner ce consentement pour les technologies NBIC qui aurait des effets sur les générations futures? En thérapie génique, est exclue toute modification du génome qui serait transmise à la descendance. Règle, à ne pas oublier chaque fois que serait envisagée une modification profonde de lhumain par les nouvelles technologies. e) Consentement et répercussions sur les générations futures 30

31 Si tous ces critères sont remplis, chaque technique doit encore être évaluée cas par cas avant dêtre appliquée à une personne déterminée. f) Lévaluation cas par cas 31

32 CONCLUSION Pour la plupart de ces techniques, la prudence simpose vis-à-vis de leur application à des personnes saines, vu les grands risques quelles comportent, et à chaque application de ces techniques, un bilan des bénéfices et des risques doit être établi avec le plus grand soin 32

33 CONCLUSION-2 Sur les personnes présentant un handicap, faire preuve dune grande prudence pour éviter de franchir la frontière entre thérapie et «enhancement ». Le législateur devrait veiller à ce que ces nouvelles techniques ne renforcent pas les inégalités, mais au contraire réduisent ces inégalités. 33

34 34 Au niveau de lUnion européenne, il simpose que la Commission européenne montre une transparence particulière en ce qui concerne les projets de recherche qui auraient une dimension de «enhancement». CONCLUSION-3 En outre, elle devrait inciter les chercheurs à chercher le dialogue avec la société, et à bien considérer les effets à long terme de leur recherche.

35 Il est de la plus grande importance de prendre acte de ce que ne peuvent pas apporter ces techniques de «human enhancement». Elles ne proposent pas de moyens pour résoudre les problèmes principaux de la vie humaine: la souffrance, le manque de confiance et damour. Pour le Groupe de Réflexion Bioéthique, une vie humaine réussie comporte lacceptation des limites de la condition humaine. 35 CONCLUSION-4

36 Nous invitons donc à un débat approfondi sur la promesse – ou lillusion - de la création dune nouvelle condition humaine. Nous avons besoin dun large débat dans nos sociétés sur ce qui est souhaitable pour lavenir de lhumanité, sur les valeurs qui devraient guider la recherche et le développement des nouvelles technologies. 36

37 37 Merci de votre attention


Télécharger ppt "AVIS DE LA CELLULE DE RÉFLEXION BIOÉTHIQUE SUR LES PERSPECTIVES DAMÉLIORATION DE LHOMME («HUMAN ENHANCEMENT») PAR DES MOYENS TECHNOLOGIQUES 15 Juillet."

Présentations similaires


Annonces Google