La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Talleyrand « la parole a été donnée à lhomme pour déguiser sa pensée »

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Talleyrand « la parole a été donnée à lhomme pour déguiser sa pensée »"— Transcription de la présentation:

1 Talleyrand « la parole a été donnée à lhomme pour déguiser sa pensée »

2 Talleyrand ( ) « Issu d'une famille de la haute noblesse, boiteux, prêtre puis évêque d'Autun, avant de quitter le clergé pendant la Révolution, Talleyrand occupe des postes de pouvoir politique sous la plupart des régimes successifs : agent général du clergé et député aux États généraux sous l'Ancien Régime, il est président de l'Assemblée nationale et ambassadeur pendant la Révolution française, ministre des Relations extérieures sous le Directoire, le Consulat puis sous le Premier Empire, ambassadeur, ministre des Affaires étrangères et président du Conseil des ministres sous la Restauration, ambassadeur sous la Monarchie de Juillet. Il assiste aux couronnements de Louis XVI (1775), Napoléon Ier (1804), Charles X (1825) et Louis-Philippeprêtre évêqueAutunclergéRévolutionagent général du clergé États générauxAncien RégimeAssemblée nationaleambassadeurRévolution françaiseDirectoire ConsulatPremier Empire RestaurationMonarchie de JuilletLouis XVINapoléon Ier Charles XLouis-Philippe Réputé pour sa conversation, son esprit et son intelligence, il est décrit comme le « diable boiteux », un traître cynique plein de vices et de corruption, ou au contraire comme un dirigeant pragmatique et visionnaire, soucieux d'harmonie et de raison. » (extrait de la notice Wikipédia)cyniquecorruption

3

4

5 ChateaubriandChateaubriand, Mémoires d'Outre- tombeMémoires d'Outre- tombe « Ensuite, je me rendis chez Sa Majesté : introduit dans une des chambres qui précédaient celle du roi, je ne trouvai personne ; je m'assis dans un coin et j'attendis. Tout à coup une porte s'ouvre : entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît. Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur ; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr ; l'évêque apostat fut caution du serment. »

6 Victor Hugo, Choses vuesVictor Hugo « Cétait un personnage étrange, redouté et considérable ; il sappelait Charles-Maurice de Périgord ; il était noble comme Machiavel, prêtre comme Gondi, défroqué comme Fouché, spirituel comme Voltaire et boiteux comme le diable. On pourrait dire que tout en lui boitait comme lui ; la noblesse quil avait faite servante de la république, la prêtrise quil avait traînée au Champ de Mars, puis jetée au ruisseau, le mariage quil avait rompu par vingt scandales et une séparation volontaire, lesprit quil déshonorait par la bassesse. […]

7 Il avait fait tout cela dans son palais et, dans ce palais, comme une araignée dans sa toile, il avait successivement attiré et pris héros, penseurs, grands hommes, conquérants, rois, princes, empereurs, Bonaparte, Sieyès, Mme de Staël, Chateaubriand, Benjamin Constant, Alexandre de Russie, Guillaume de Prusse, François dAutriche, Louis XVIII, Louis-Philippe, toutes les mouches dorées et rayonnantes qui bourdonnent dans lhistoire de ces quarante dernières années. Tout cet étincelant essaim, fasciné par lœil profond de cet homme, avait successivement passé sous cette porte sombre qui porte écrit sur son architecture : Hôtel Talleyrand.

8 Eh bien, avant-hier 17 mai 1838, cet homme est mort. Des médecins sont venus et ont embaumé le cadavre. Pour cela, à la manière des Égyptiens, ils ont retiré les entrailles du ventre et le cerveau du crâne. La chose faite, après avoir transformé le prince de Talleyrand en momie et cloué cette momie dans une bière tapissée de satin blanc, ils se sont retirés, laissant sur une table la cervelle, cette cervelle qui avait pensé tant de choses, inspiré tant dhommes, construit tant dédifices, conduit deux révolutions, trompé vingt rois, contenu le monde. Les médecins partis, un valet est entré, il a vu ce quils avaient laissé : Tiens ! Ils ont oublié cela. Quen faire ? Il sest souvenu qu'il y avait un égout dans la rue, il y est allé, et a jeté le cerveau dans cet égout. »

9 Analyse du sujet « la parole » = faculté de parler pouvoir de la parole propos effectivement tenu Finalité (« pour ») de lusage de cette parole = « déguiser sa pensée »

10 Déguiser (tlf) I. [À propos d'une pers. ou d'un trait (du comportement) hum.] A. Transformer l'apparence extérieure à l'aide d'un costume ou d'un élément de costume de manière à (se) rendre méconnaissable. 1. [Notamment pour le carnaval, un bal masqué, etc.] (Se) vêtir d'un costume d'emprunt, d'un vêtement appartenant à une certaine époque, à une certaine catégorie professionnelle ou sociale, à un personnage imaginaire. 2. SPECTACLES. (Se) vêtir d'un costume de scène adapté à un rôle, à un personnage. P. ext. Transformer la physionomie d'un acteur, changer ses traits par un maquillage approprié au personnage qu'il s'agit de représenter. […] 4. Par affaiblissement. Cacher, dissimuler (volontairement ou involontairement) par un vêtement quelconque les caractéristiques physiques d'une personne, les formes du corps.

11 B. P. métaph. ou au fig. 1. [Le suj. désigne gén. une pers. ou un mode d'expression] Cacher, transformer (généralement volontairement) un aspect de sa personnalité. Déguiser son ambition, son écriture, son énervement, le motif de. Les poltrons, qui chantent pour déguiser leur peur (CHAMFORT, Caract. et anecd., 1794, p. 147). Une voix au timbre enfantin qu'il cherchait à grossir pour la déguiser (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 237) 2. Dissimuler, dénaturer, falsifier (une chose abstraite). II. P. anal. [À propos d'une chose concr.] (Se) cacher sous une apparence, généralement plus flatteuse que l'apparence habituelle.

12 « déguiser sa pensée » = duper, tromper non seulement en cachant, en dissimulant le fond de sa pensée, mais en dissociant si bien la parole de la pensée que celle-ci devienne méconnaissable. Etre un parfait hypocrite au sens étymologique du terme.

13 Molière: Dom Juan, V,2 « Il ny a plus de honte maintenant à cela : lhypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus. Le personnage dhomme de bien est le meilleur de tous les personnages quon puisse jouer aujourdhui, et la profession dhypocrite a de merveilleux avantages. Cest un art de qui limposture est toujours respectée ; et quoiquon la découvre, on nose rien dire contre elle. Tous les autres vices des hommes sont exposés à la censure et chacun a la liberté de les attaquer hautement, mais lhypocrisie est un vice privilégié, qui, de sa main, ferme la bouche à tout le monde, et jouit en repos dune impunité souveraine. On lie, à force de grimaces, une société étroite avec tous les gens du parti. Qui en choque un, se les jette tous sur les bras ; et ceux que lon sait même agir de bonne foi là-dessus, et que chacun connaît pour être véritablement touchés, ceux là, dis-je, sont toujours les dupes des autres ; ils donnent hautement dans le panneau des grimaciers, et appuient aveuglément les singes de leurs actions. Combien crois-tu que jen connaisse qui, par ce stratagème, ont rhabillé adroitement les désordres de leur jeunesse, qui se sont fait un bouclier du manteau de la religion, et, sous cet habit respecté, ont la permission dêtre les plus méchants hommes du monde ? On a beau savoir leurs intrigues et les connaître pour ce quils sont, ils ne laissent pas pour cela dêtre en crédit parmi les gens ; et quelque baissement de tête, un soupir mortifié, et deux roulements dyeux rajustent dans le monde tout ce quils peuvent faire. Cest sous cet abri favorable que je veux me sauver, et mettre en sûreté mes affaires.

14 Je ne quitterai point mes douces habitudes ; mais jaurai soin de me cacher et me divertirai à petit bruit. Que si je viens à être découvert, je verrai, sans me remuer, prendre mes intérêts à toute la cabale, et je serai défendu par elle envers et contre tous. Enfin cest là le vrai moyen de faire impunément tout ce que je voudrai. Je mérigerai en censeur des actions dautrui, jugerai mal de tout le monde, et naurai bonne opinion que de moi. Dès quune fois on maura choqué tant soit peu, je ne pardonnerai jamais et garderai tout doucement une haine irréconciliable. Je ferai le vengeur des intérêts du Ciel, et, sous ce prétexte commode, je pousserai mes ennemis, je les accuserai dimpiété, et saurai déchaîner contre eux des zélés indiscrets, qui, sans connaissance de cause, crieront en public contre eux, qui les accableront dinjures, et les damneront hautement de leur autorité privée. Cest ainsi quil faut profiter des faiblesses des hommes, et quun sage esprit saccommode aux vices de son siècle. »

15 « sa pensée » : tlf « Manière d'user de la faculté de penser, manière de penser et d'exprimer ce qu'on pense; attitude, détermination de l'esprit propre à une personne ou à un groupe de personnes. [La pensée est le fait d'une pers. individuelle] 1. Manière de juger. Synon. opinion, appréciation, avis, point de vue (v. point1). Parler contre sa pensée; aller au bout de sa pensée. Chacune de tes paroles sera une vérité que j'écouterai à genoux. Est-ce que jamais j'ai eu une pensée autre que la tienne? (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p.1467). Je demande au sultan de m'indiquer, en toute confiance, quel est le fond de sa pensée quant aux rapports du Maroc et de la France (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p.224).

16 Loc. diverses Dire sa pensée (à qqn). Donner son opinion, dire ce que l'on ressent (sur un point particulier). Elle est si dissimulée avec moi, sans doute parce qu'elle me craint, car je l'ai élevée sévèrement, qu'elle ne peut ou qu'elle n'ose me dire sa pensée ( Entrer dans la pensée de qqn. Envisager les choses de son point de vue; comprendre les motifs qui le font agir. [Selon sa manière d'envisager les choses. En suivant son raisonnement, sa logique. SYNT. Cacher, communiquer, déguiser, développer, dissimuler, nuancer, préciser, systématiser sa pensée; confier sa pensée à qqn; conquérir qqn à sa pensée; comprendre, partager la pensée de qqn; émettre, soutenir une pensée; souscrire à une pensée.

17 Présupposés = maîtrise de la pensée + de la parole transparence parole/ pensée Or maîtrise + transparence illusoires (ère du soupçon) Du reste la parole « a été donnée à lhomme » transcendance (naturelle? cf « don »/ divine? ) de la parole par rapport à la pensée. question de lessence de la parole.

18 Doù problématique: pouvons-nous affirmer que lessence de la parole est de tromper, de faire prendre le faux pour le vrai, de jouer avec la vérité en dissimulant les pensées, au risque de flouer le rapport à la vérité, de rompre le pacte éthique de confiance dans la sincérité de lautre?

19 Ne faut-il pas +tôt admettre que la parole puisse être au service de la vérité? Si tel est le cas, quelle conception de la vérité faut-il se faire pour assigner à la parole une finalité éthique, esthétique, hédonique?

20 Plan densemble I- Certes lusage social de la parole permet de «déguiser sa pensée ». II- Mais on ne saurait limiter lusage de la parole à un tel leurre: la parole nest pas par essence destinée à cacher la vérité III- Sur quelles bases redéfinir larticulation éthique, esthétique et hédonique de la parole et de la pensée.

21 Plan détaillé I- La parole, un jeu de dupes? 1- Déguiser sa pensée = développer un discours hypocrite qui ment sur les intentions et travestit le fond de la pensée Ex 1 discours enfariné de Lysias (cf cours) + imposture de lorateur qui fait passer faux pour vrai. Ex 2 Verlaine « Birds in the night » Ex 3 FC, I,10 Mme Argante demandant à Dorante de tromper Araminte sur sa chance de gagner son procès contre Dorimont.

22 2- Déguiser sa pensée = mauvaise foi (in)consciente de qui se crève agréablement les yeux pour ruser avec son désir en jouant de la duplicité du langage. Ex 1 laveuglement de lâme amoureuse, qui appelle le sentiment amoureux « amitié » pour lui dénier sa force. Ex 2 Araminte rusant avec son désir pour garder auprès delle lobjet de son amour, de I,14 à II,11

23 3- La parole comme don ou le jeu de laliénation du moi par la parole parlante Ex 1 Socrate: parole déguisée (Socrate-Lysias/ Phèdre, Socrate-Stésichore )ou parole inspirée (ambivalence des Muses, discours possédé par le dieu Ex 2 Marivaux: « Quand lamour parle, il est le maître et il parlera ». Ex 3 Verlaine et la double articulation du langage.

24 II- Une parole donnée pour expliquer la pensée 1-La parole trahit la pensée dans linstant même quelle croit se déguiser Ex 1 lardeur du désir de Lysias se lit dans le désordre du discours amoureux. Ex 2 la parole poétique de Verlaine décrypte le « piège exquis » de la fausse nudité. Ex 3 FC III,12 (début) ou le déguisement de la parole amoureuse qui court sous la parole sociale.

25 2- le jeu du déguisement: un plaisir partagé Ex 1 Phèdre et Socrate unis par un même amour des discours, dans lironie du « marivaudage ». Ex 2 Verlaine, double langage et polyphonie: le jeu sur lambivalence des pronoms et la « fête galante » de lariette VI. Ex 3 Complaisance dAraminte au récit romanesque de Dubois.

26 3- Du bon usage de la parole comme outil de décryptage de la pensée pour établir la vérité. Ex 1 herméneutique du mythe de lenlèvement dOrithye par Borée + dévoilement de la vanité du discours de Lysias, dépourvu dart comme de pensée Ex 2 Le vide sidéral de la pensée, point aveugle de la parole poétique de Verlaine Ex 3 Lacheminement des personnages de Marivaux vers la sincérité.

27 III- Réévaluer la manière dont la parole décrit ou forge la réalité pour repenser larticulation parole/ pensée 1- Le déguisement: artifice nécessaire au triomphe de la vérité Ex 1 Socrate passe par le détour du mythe pour ramener lâme vers la philo-sophie ( )

28 2- Penser la parole en évaluant la valeur éthique et esthétique des discours Ex 1 bonne et mauvaise rhétorique des jardins dAdonis Ex 2 FC petits maîtres de la parole criailleuse et effort pour hisser la parole au-dessus des tentations de tromper Ex 3 « doux chant » et « cri » (Child Wife)

29 3- Impossibilité de dissocier parole et pensée préexistante à une parole qui la déguiserait: pas + que le mensonge, la vérité ne transcende la parole qui la pense Ex 1 Platon, la contemplation immédiate de la vérité, mais la pensée comme dialogue de lâme avec elle-même (cf cours dintroduction) Ex 2 Marivaux, la surprise de lamour ou laveu comme voie vers la transparence de la parole à la pensée.


Télécharger ppt "Talleyrand « la parole a été donnée à lhomme pour déguiser sa pensée »"

Présentations similaires


Annonces Google