La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pr. Benhachmi Mohammed Karim Département Génie des Procédés et Environnement Université Hassan II Mohammadia OPTIMA INCO-MPC.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pr. Benhachmi Mohammed Karim Département Génie des Procédés et Environnement Université Hassan II Mohammadia OPTIMA INCO-MPC."— Transcription de la présentation:

1 Pr. Benhachmi Mohammed Karim Département Génie des Procédés et Environnement Université Hassan II Mohammadia OPTIMA INCO-MPC Project Kick-off Meeting, Le 28/29 Octobre 2004, Malta

2 Situation Géographique : Nord-ouest de l'Afrique : km2 MOROCCO : GENERAL DATA

3 Le Maroc jouit dune position géostratégique privilégiée avec une façade maritime qui sétend sur environ km, souvrant sur la mer Méditerranée au Nord, avec une côte denviron 500 Km allant de Saïdia au Cap Spartel, et sur locéan Atlantique à louest, sur une longueur denviron Km de Cap Spartel à Lagouira. MOROCCO : GENERAL DATA

4 Population (millions) : Urban 13,4 15,8 20,7 25,4 32,3 Rural 12,7 12,8 12, 5 12,0 12,6 TOTAL 26,1 28,6 33,2 37,4 44,9 Bien que doté dune position géographique favorable au Nord-Ouest de lAfrique, le Maroc reste dans la majeure partie de son territoire, un pays à climat essentiellement semi-aride. Les précipitations moyennes annuelles varient de 500 à mm dans la zone la plus arrosée du Nord-Ouest, à moins de 100 mm dans les zones arides du Sud du pays. Les précipitations varient aussi dans le temps. Elles se caractérisent par des irrégularités annuelles et inter-annuelles

5 MOROCCO : GENERAL DATA Lalternance des périodes de fortes précipitations et de celles de sécheresse sévères, pouvant sétaler sur plusieurs années, marque des régimes climatiques et hydrologiques du Maroc. Les précipitations totales sur lensemble du territoire sont évaluées en année moyenne à environ 150 milliards de m 3, dont 121 milliards vont à lévapotranspiration et 29 milliards environ à lécoulement total superficiel et souterrain.

6 MOROCCO : GENERAL DATA Les conditions socio-économiques de l'utilisation de l'eau ont changé sous l'effet de l'évolution rapide de la démographie, de l'amélioration continue des conditions de vie des populations, de l'urbanisation, de l'introduction de l'irrigation à grande échelle, et du développement de l'industrie. Une pression croissante sur les ressources en eau, Accroissement des besoins en eau des secteurs usagers, Des disparités régionales et à l'apparition des problèmes aigus de pollution de l'eau..

7 MOROCCO : GENERAL DATA Produit intérieur Brut (data of 1999, 10 6 $) ,12 (1 215 $ pc) Secteur primaire (Agriculture, sylviculture, pêche) : 5 063,37 (14,7 %) Secteur secondaire (Exploitation, Énergie, Industrie, BPW ) : ,29 (32,7 %) Troisième secteur (le commerce, transport, &Communication : ,06 (38,2 %) et d'autres services) administration publique : 4 942,40 (14,4 %)

8 WATER SECTOR ORGANISATION IN MOROCCO Conscient de ces enjeux, le Maroc a adopté la Loi sur l'Eau qui a introduit les instruments législatifs, économiques et institutionnels nécessaires à l'instauration d'une gestion durable et participative des ressources en eau.

9 Sectorial Planning and regulation organisms Sectorial Planning and regulation organisms Operators and Water users Operators and Water users Consultative Organism Consultative Organism Senior water & Climate Council Water Ministry ONEPM. Health Environme nt Ministry Producers: ONEP Private A. Agencies L.Councils Distributors: ONEP Private A. Agencies L. Councils Agenci es de bassin M. Interior M. in charge of Gov. Affairs WATER SECTOR ORGANISATION IN MOROCCO

10 SECTOR EVOLUTION

11 POTABLE WATER OPERATORS Production (870 Mm3 in 2002) ONEP : 80 % A. Agencies: 12 % Private sector (Elyo): 6 % L. Councils : 2 % Distribution ( sub-2002) A. Agencies (13) : 33 % ONEP : 28 % Private sector : 38 % (Lydec+Redal+ Amendis) L. Councils : 1 %

12 POTABLE WATER OPERATORS

13 Amendis Redal PSP in Water sector in Morocco Lydec

14

15 PSP : market share

16 Water Resources Management for a durable development Le Maroc doit faire face donc à un défi majeur, celui d'instaurer une gestion durable de ses ressources en eau. Pour ce faire, une mise en œuvre d'une stratégie de conservation et de gestion intégrée de l eau devient une nécessité impérieuse en vue d'assurer une utilisation bénéfique de cette matière vitale pour répondre aux aspirations du développement durable de la collectivité nationale et des générations futures.

17 L'Agence de Bassin dans la loi de leau constitue ainsi un instrument d'une politique de décentralisation associant l'ensemble des acteurs de l'eau au niveau du bassin hydraulique pour veiller au développement durable, à la gestion prospective de proximité et à la protection des ressources en eau et du domaine public hydraulique dans le cadre des dispositions réglementaires organisationnelles et économiques établies par cette dite Loi et en harmonie avec les orientations et les choix dans ce domaine. Water Resources Management for a durable development

18 Evaluer les ressources en eau disponibles dans leur intégralité, appréhender et maîtriser la demande résultant de l'ensemble des besoins des différents secteurs usagers, prendre en compte les aspects institutionnels et les implications sociales et environnementales sont autant de composantes à intégrer dans une gestion de l'eau qui se veut planifiée, rationnelle, durable et de proximité. Water Resources Management for a durable development

19 C'est pour relever ce défi que l'Agence, en tant que stratège, doit instaurer une planification cohérente visant à promouvoir une gestion efficace tenant compte de l'ensemble des aspects techniques économiques financiers et institutionnels qui permet de stimuler une utilisation efficiente des ressources en eau et d'éviter que le manque d'eau soit un facteur limitatif du développement économique et social du pays. Water Resources Management for a durable development

20 L'approche suivie jusqu'à présent qui reposait essentiellement sur la construction d'ouvrages hydrauliques de régulation et d'approvisionnement en eau en vue d'accroître la disponibilité des ressources en eau pour répondre à la demande en eau (Gestion de l'offre) touche à ses limites. Ainsi, la gestion de la demande en eau est devenue primordiale. ces deux modes de gestion sont complémentaires et doivent être utilisés d'une manière coordonnée et conjointe. Water Resources Management for a durable development

21 Il est donc urgent et primordial d'engager une nouvelle approche globale de gestion intégrée et économe de l'eau qui prend en compte, d'une part les aspects relatifs à l'utilisation des ressources en eau en tant que bien de consommation et facteur de production, et d'autre part la gestion du domaine public hydraulique en tant que partie du milieu naturel qu'il faut gérer et préserver. Water Resources Management for a durable development

22 L'implication des usagers et des acteurs concernés par la gestion de l'eau est devenue possible grâce aux nouvelles dispositions institutionnelles apportées par la Loi sur l'eau. En effet, élus, associations professionnelles, groupements d'usagers industriels, agriculteurs, établissements publics et départements ministériels sont représentés au sein du Conseil d'Administration de l'Agence de Bassin et décident des plans des programmes et des projets de développement des ressources en eau concernant le bassin. Water Resources Management for a durable development

23 Potentialités hydriques importantes dans la zone d action de l Agence de Bassin hydraulique du Loukkos

24 Présentation de la Région Sebou Moulouya La région du Nord Océan atlantique Mer méditerranée Elle sétend sur 9 wilayas et provinces Une superficie globale est de près Km2 : 2.1 % du territoire du Royaume Une population de 2.2 millions (1994) : 9 % de la population totale du Royaume

25 Contexte climatique Un climat de transition entre : le climat franchement méditerranéen à tempéré du Sud de l'Europe le climat de plus en plus aride vers le Sud et vers lEst Climat caractérisé par : Un été chaud et sec Un hiver frais, parfois froid Méditerranéennes au Nord Océaniques à l'Ouest Continentales de plus en plus vers l'Est Influences climatiques : Influence de lexistence de la chaîne du Rif : 360 km de long, 80 km de large et 2450 m altitude max.

26 Contexte climatique Des précipitations concentrées pendant la saison pluvieuse Des précipitations neigeuses sont enregistrées au niveau des hauts sommets du Rif Les mois les plus secs : juillet et août Au moins 65 à 80 % des totaux pluviométriques annuels sont enregistrés durant la période novembre-mars Lessentiel des précipitations annuelles est enregistré durant quelques évènements pluviométriques importants Évaporation potentielle importante variant entre 1200 mm et 1900 mm/an Les maxima pluviométriques enregistrés durant la période novembre -mars

27 Contexte climatique Une pluviométrie moyenne interannuelle de près de 800 mm avec une forte disparité de sa répartition spatiale Pluie moyenne inter-annuelle

28 Contexte climatique Les précipitations très concentrées dans le temps Pluie décembre 2000 : 337 mm Pluie annuelle : 1060 mm soit 32 % de la pluie totale annuelle Pluie décembre 2000 : 421 mm Pluie annuelle : 1380 mm soit 31 % de la pluie totale annuelle

29 Contexte climatique Forte irrégularité saisonnière des précipitations

30 Contexte climatique Forte irrégularité interannuelle des précipitations Moyenne interannuelle

31 Ressources en eau La région présente une grande une diversité Tétouan Kenitra Tanger Nador Larache Chefchaouen Al Hoceima Une disparité quant à la répartition et à la disponibilité des ressources en eau Géologique Topographique Climatique

32 Ressources en eau Un relief montagneux drainé par de nombreux cours deau formant généralement aux embouchures des vallées étroites (exception du Loukkos, de Martil, de Oued Laou et Neckor-Rhiss) Oued Laou près de lembouchure Oued Loukkos près de lembouchure

33 Ressources en eau Les ressources en eau superficielles représentent plus de 90 % du potentiel de la Région Relief à dominance montagneuse avec de fortes pentes Les ressources en eau superficielles constituent lessentiel du potentiel de la région Dominance des faciès imperméables au niveau des terrains de couverture Régime des précipitations caractérisé par une forte concentration temporelle

34 Ressources en eau Disparité de la répartition des ressources en eau superficielles MoyenHumideSèche MoyenHumideSèche MoyenHumideSèche MoyenHumideSèche MoyenHumideSèche Potentiel des ressources en eau superficielles par sous- zones (en Mm3)

35 Ressources en eau superficielles Des régimes hydrologiques caractérisés par : Une forte irrégularité interannuelle Des crues fortes et rapides en saison humide Des étiages prononcés avec des débits souvent nuls l'été

36 Ressources en eau superficielles Régimes hydrologiques caractérisés par des crues importantes, rapides et souvent violentes : o Des temps de montée courts o Des débits de pointe importants Oued StationSuperficie contrôlée (Km2) Module (m3/s) Débit max. (m3/s) LoukkosMdouar MartilTorreta Laou K. Kourirene Oued Martil –Station Torreta – Crue 26 décembre 2000

37 Ressources en eau superficielles Une forte irrégularité inter-annuelle et vulnérabilité des régimes hydrologiques aux aléas climatiques Année normale :4200 Mm3 Année décennale humide :7400 Mm3 Année décennale sèche :1800 Mm3

38 Ressources en eau superficielles Les inondations une problématique majeure au niveau de la région Plus de 80 sites présentant des risques dinondations avec des degrés variés sont recensés au niveau de la région Inondations au niveau de la ville 26 décembre 2000

39 Ressources en eau superficielles Envasement des retenues de barrages, répercussions sur les infrastructures dadduction et de traitement à laval Facteurs naturels défavorables : relief accidenté, climat agressif, géomorphologie, couvert végétal Les raisons de ce phénomène : Zone Dégradation spécifique (T/km²/an) Loukkos1150 à 3900 Tangérois800 à 3100 Tétouan900 à à 2400 Al Hoceima Une réelle contrainte pour le développement des ressources en eau Les bassins versants de la région connaissent une forte érosion Forte pression humaine sur le sol et la flore: défrichement des forêts, surpâturage et pratiques culturales inadéquates

40 Ressources en eau souterraines Potentiel des ressources en eau souterraines limité Dominance des faciès imperméables ou peu perméables (les marnes, argiles, schistes ou flyschs) Inexistence dunités aquifères de larges étendues Exception faite de la chaîne calcaire et les plaines et vallées alluviales et quelques rares petits bassins isolés Carte géologique de la chaîne rifaine

41 Ressources en eau souterraines Principaux aquifères dans la région

42 Ressources en eau souterraines les nappes dintérêt limité : les nappes alluviales côtières – Bas Loukkos, Martil et Laou vulnérables à la surexploitation et à la pollution les nappes importantes et relativement faciles à exploiter : Dradère –Soueire, Rmell et Rhiss -Nekor les nappes domaine calcaire importantes mais difficilement exploitables : Haouz de Tétouan, de Sebta à Chefchaouen et Bokoya à lOuest dAl Hoceima Potentialités des principales unités aquifères et leurs possibilités dexploitation :

43 Ressources en eau souterraines Source Ras El Ma au niveau de la ville de Chefchaouen

44 CONCLUSION La mobilisation et la valorisation de ce potentiel se confrontent à un certains nombre de défis en raison : La région dispose dun potentiel en ressources en eau important caractérisé par labondance relative des eaux superficielles Les contextes géologiques et géomorphologiques défavorables La précarité des régimes hydrologiques et leur vulnérabilité aux aléas climatiques Le développement des ressources en eau doit faire face à : l'impact très négatif de la pollution sur la disponibilité en eau l'érosion des sols et ses conséquences sur les infrastructures hydrauliques


Télécharger ppt "Pr. Benhachmi Mohammed Karim Département Génie des Procédés et Environnement Université Hassan II Mohammadia OPTIMA INCO-MPC."

Présentations similaires


Annonces Google