La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ÉTUDE EXPLORATOIRE DE LA FRÉQUENTATION DES CENTRES JEUNES DE OUIDI ET DU SECTEUR 15 4 ème Réunion semestrielle Mopti 23-26 juillet 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ÉTUDE EXPLORATOIRE DE LA FRÉQUENTATION DES CENTRES JEUNES DE OUIDI ET DU SECTEUR 15 4 ème Réunion semestrielle Mopti 23-26 juillet 2008."— Transcription de la présentation:

1 ÉTUDE EXPLORATOIRE DE LA FRÉQUENTATION DES CENTRES JEUNES DE OUIDI ET DU SECTEUR 15 4 ème Réunion semestrielle Mopti juillet 2008

2 Introduction résultats dune étude exploratoire menée dans les deux centres jeunes du secteur 15 et de Ouidi, (districts sanitaires de Bogodogo et Boulmiougou) ; collecte dinformations relatives à laccès aux services des deux centres par les adolescents et jeunes de 10 à 24 ans.

3 Objectifs de létude Réaliser une étude exploratoire des contraintes liées à laccès aux services des deux centres jeunes du secteur 15 et de Ouidi

4 Approche méthodologique (1) Sites : Le centre du secteur 15: centre, fonctionnel depuis juillet 2007; Le centre de Ouidi est fonctionnel depuis 1995; Outils de collecte de données : guide dentretiens semi-structuré adressé aux usagers des centres; Guide dentretiens semi-structuré adressé aux prestataires de soins (entretiens enregistrés et retranscrits); Lieu des entretiens: centres jeunes

5 Approche méthodologique (2) Tous les adolescents et jeunes (10-24 ans) venus en consultation étaient inclus dans létude; Aspects éthiques: un consentement verbal éclairé de lenquêté était requis avant tout entretien; Traitement des données effectué manuellement suivi dune analyse de contenu; Durée de la collecte des données: 15 jours ouvrables Période de lenquête: décembre 2007

6 Difficultés / limites méthodologiques Plus denquêtées filles que de garçons; Collecte de données au sein des centres; Spécificité des deux centres; Réticence à accepter lentretien.

7 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS

8 Caractéristiques de léchantillon étudié (1) 47 adolescents et jeunes interrogés: 35 de sexe féminin (75 %) et 12 de sexe masculin (25 %)*. 35 jeunes usagers de sexe féminin: 9 vivent en couple, 26 célibataires (« 14 disent navoir pas de copains sexuels et 12 en ont »). 12 jeunes usagers de sexe masculin: 1 vit en couple, 11 célibataires («7 disent navoir pas de copines sexuelles et 4 en ont » *A titre comparatif : étude quantitative de la fréquentation des centres jeunes (troisième trimestre de 2007) :filles:74,7 %); garçons:25,3 %).

9 Caractéristiques de léchantillon étudié (2) Âge : 16 à 25 ans; Niveau dinstruction scolaire : Niveau secondaire et plus : 40/47 Niveau primaire: 7 (ne sont plus des élèves).

10 Connaissances des centres jeunes par les usagers Milieux scolaire et universitaire à travers des séances de sensibilisation animées par des prestataires de soins; Copains/amis; Personnel administratif (surveillants) des collèges et lycées, des personnels de santé, centres dapprentissage, associations, radio, parents, panneaux indicatifs, télévision. Inégalité dans laccès à linformation des centres par le public cible non scolarisé.

11 Appréciations positives des centres par les usagers Prestations offertes: conseils en planification familiale, accès à linformation et à la prévention sur les IST, le VIH/SIDA, les grossesses non désirées, et aux consultations gynécologiques; Facilité à trouver des réponses à des préoccupations sans passer par les parents; «on peut venir au centre sans discuter de problèmes avec les parents », (jeune fille, 18 ans, élève). « Cest un lieu approprié pour les jeunes », (jeune garçon, 20 ans, élève).

12 Contraintes sociales liées à lutilisation des centres (1) Facteur religieux et sexe du prestataire « Parce que cest un homme ; si cétait une femme, je nallais pas me sentir gênée », (jeune fille, 19 ans, musulmane). Perception relative au corps dans la relation thérapeutique « Mon sexe grattait depuis 5 mois et je pensais que ça allait passer, mais rien. Cest pour ça je suis venue ici. Après avoir posé des questions, elle ma dit de se déshabiller et, jai dit ah; javais honte. Mais après, jai accepté. Si, cétait un homme, ça allait être un vrai problème. Mais, jallais finir par céder parce que je veux ma santé », (fille, 21 ans, centre de formation).

13 Contraintes sociales liées à lutilisation des centres (3) «Javais reçu une jeune fille de 20 ans en consultation. Lorsque je lui ai demandé de se déshabiller pour lexamen clinique, elle a refusé. Je ne sais pourquoi, et elle est repartie », (prestataire homme, centre jeunes du 15). sentiments de gêne surtout lors de la première consultation « Comme cest la première fois, javais honte de lui parler de mon mal », (garçon, 20 ans, élève) ; « Javais honte de lui dire ça, que mon sexe me grattait ; comme cest la première fois », (fille, 20 ans, apprentissage).

14 Contraintes sociales liées à lutilisation des centres (4) La relation est parfois ponctuée de gêne, même quand les deux acteurs sont de même sexe «Ça ma gênée un peu et jai eu peur de lui poser certaines questions », (fille, 19 ans, élève) ; « jai mis assez de temps avant de pouvoir parler. Jai dit que javais commencé la consultation ailleurs. Celle qui me consultait a été affectée dans un autre service. Cest, ce que jai expliqué avant de parler de la piqûre », (fille, 21 ans, marié, 1 enfant).

15 Contraintes sociales liées à lutilisation des centres (5) Pour certains usagers, le sexe du prestataire nest pas une contrainte majeure à la relation thérapeutique, « Cest un infirmier comme les autres, même sil était de sexe féminin, je naurai aucune difficulté à dire mon mal », (garçon, 20 ans, élève)

16 Relation thérapeutique : une relation découte et de confiance (1) La relation découte et de confiance est très importante (indépendamment du sexe du prestataire) dans la prise en charge des besoins de santé des jeunes, «…elle sest entretenue avec moi sur ma vie et, elle ma donné des conseils en me disant quelle est une mère, une sœur qui est entrain de me conseiller. Cétait bien et cela ma motivé à amener deux de mes amis pour les mêmes raisons. Laccueil est très important. », (jeune garçon, 21 ans, étudiant). «il faut toujours creuser pour comprendre davantage leur besoin. Il faut prendre le temps découter les jeunes, car ils ne disent pas immédiatement le motif réel de la consultation. Il faut une relation de confiance et découte », (prestataire).

17 Relation thérapeutique: une relation découte et de confiance (2) La relation thérapeutique engendre une peur, comment expliquer le mal, se faire comprendre sans être jugé négativement, « au début, javais peur de lui parler de certaines choses sur les règles douloureuses. Mais, jai pu lui dire, parce quelle était gentille », (jeune fille, 19 ans, élève). « au début, jai eu peur, parce quelle est plus âgée que moi, mais elle sest montrée très gentille avec moi par la suite ; je me suis exprimée à laise », (adolescente, 17 ans, élève).

18 Relation thérapeutique: une relation découte et de confiance (3) Une relation rassurante sans propos moralisants, « Elle ma posée des questions et a pris tout son temps pour mécouter. Elle ne ma pas grondée, ni insultée, ni réprimandée. Le fait quelle soit une femme, la relation a été facile. Quand je venais, je priais Dieu pour que ça soit la femme » (jeune fille, 21 ans, couturière).

19 De la gestion de la confidentialité La présence dautres prestataires dans la salle et autres gestes non accomplis (fermeture de portes) ne garantissent pas toujours la confidentialité, «Jai été reçue toute seule dans la salle. Elle ma offerte une place pour masseoir et on a commencé à discuter. Elle ma donnée un médicament que jai avalé et un autre à prendre à domicile. Elle a pris tout son temps pour mécouter. Elle a été attentive et patiente à mon égard » (jeune femme, marié 23 ans, 1 grossesse). «Quand je suis entrée, elle ma donnée une place pour masseoir et elle a fermé la porte », (fille, 21 ans, couturière).

20 Centres jeunes: vers une réponse aux préoccupations des jeunes «le centre est proche de mon domicile. Il n y a pas de rang à faire pour bénéficier de la consultation. La consultation est rapide. Laccueil est bien. On ne méprise pas quelquun ; donc je préfère mille fois me faire consulter ici que daller dans un CSPS. Jéconomise en temps. La prise en charge est rapide, le personnel respecte beaucoup les gens et cest ce qui motive à utiliser le centre. Jarrive à mexprimer facilement avec le personnel de santé qui gère beaucoup ses humeurs. Ils sont aimables et sincères. Ils prennent leur temps pour técouter sans te juger », (jeune fille, 24 ans secrétaire).

21 Suggestions des enquêtés pour améliorer les centres (1) Sensibilisation des jeunes sur les IST, le VIH, PF et surtout lutilisation du préservatif ; Sensibilisation des jeunes sur lexistence des centres jeunes ; Renforcement de la sensibilisation en milieu scolaire ; Panneaux indicatifs à partir des grandes voies ; Possibilité douverture les samedis dans laprès- midi

22 Suggestions des enquêtés pour améliorer les centres (2) Renforcement du nombre de prestataires ; Sensibilisation des jeunes non instruits qui nont pas dinformation sur le centre ; Présence dun psychologue dans les centres pour renforcer la prise en charge ; Sensibilisation du personnel sur le retard dans les centres ; Création dautres centres jeunes ; Services totalement gratuits, en loccurrence la consultation.


Télécharger ppt "ÉTUDE EXPLORATOIRE DE LA FRÉQUENTATION DES CENTRES JEUNES DE OUIDI ET DU SECTEUR 15 4 ème Réunion semestrielle Mopti 23-26 juillet 2008."

Présentations similaires


Annonces Google