La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Autonomie de la pensée dans les OSC Quid? Par Badika NSUMBU Novembre 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Autonomie de la pensée dans les OSC Quid? Par Badika NSUMBU Novembre 2008."— Transcription de la présentation:

1 Autonomie de la pensée dans les OSC Quid? Par Badika NSUMBU Novembre 2008

2 PLAN 1.Nature des organisations militantes de laction sociale 2. Interférences de la pensée des OSC et les groupes sociaux dominants dans le temps –Pendant les civilisations antiques, –Au moyen âge et le siècle des lumières, –Avec le système des Nations- Unies qui produisent la dénomination « Non gouvernementales ». 3. Zoom sur : –Les confessions religieuses et idéologiques, –Les partis politiques –Les fondateurs charismatiques. 4. Cohérence entre Mythos et logos

3 Les OSC, de quoi parlons nous ? –Les organisations sociales de la société civile: nous nexistons pas pour conquérir le pouvoir, ni pour faire du business, mais pour rendre des services. –Trois types des OSC selon le type des actions, Celles qui rendent service à leurs membres (Coïnurgiques) : mutuelles, tontines, coopératives, les syndicats Celles qui rendent service au public (Liturgique) : Club des services (Rotary, Lions), ONGD. Les mixtes : les réseaux

4 Caractéristiques des ONGD et leurs collectifs, leurs réseaux: Elles sont crées par un ou plusieurs individus, indépendamment des pouvoirs publics et conformément à la législation du pays, Objet social : Contribuer à lamélioration des conditions de vie de lhomme, pas en se substituant à létat, mais en agissant sur les conditions de vie, tout en jouant un rôle de contre pouvoir.

5 Stratégies Les OSC se mettent en collectif et réseau pour penser globalement et agir localement Raison pour laquelle pour certaines actions laccent est mis sur le plan régional et non sur le plan national.

6 Interférences de la pensée des OSC et formes à travers le temps Idéologie de Promotion du La société globale bien être Pensée au sein de détermination des lOSC constitue un actions de lOSC S/système

7 LEgypte Antique La civilisation égyptienne date de 3 millénaires avant J.C. Paradigme : lEgypte est le berceau de la connaissance. Les plus Célèbres parmi les savants ou les philosophes hellènes ont franchi la mer pour chercher auprès des prêtres, linitiation aux nouvelles sciences. La longue liste de ces élèves, qui sont devenus tous maîtres, savants, fait remonter les fondements de la pensée grecque à la civilisation égyptienne. Les systèmes les plus fameux de la Grèce, notamment ceux de Platon et dAristote, avaient eu lEgypte pour berceau (Cheik ANTA DIOP, p 215).

8 Pendant 5000 ans, le proche Orient (Mésopotamie === Egypte) a été le grand innovateur technique et culturel. Dès le VIIème millénaire, cest dans cette région que sest produite la plus grande révolution technologique de lhistoire humaine. Le passage de la cueillette à la vie agro-pastorale.

9 Civilisation Babylonienne XVII – VIème siècle av, JC, 1.Le 1er royaume était fondé par Hammourabi ( av. J.C.) 2.Le code dhammourabi, une loi dorigine divine, comprenant la loi du talion 3.Forme daction: Organisations des transporteurs

10 Rome antique (V – I siècle av.J.C) Paradigme: Lois divines de lépoque, constitution de lempire Formes daction: - Collèges funéraires, - Caisse dentraide des légionnaires

11 Romains et phéniciens Paradigme : Grosses aventures des conquêtes Forme daction : Les Guildes = associations regroupant les marchands pour se garantir quelques avantages

12 Moyen âge Paradigmes : période des grands travaux : cathédrales, seigneuries, châteaux forts, remparts, … Confréries. Formes dactions: - Compagnonnage - Tontines: avec TONTI LORENZO - Organisations catholiques: enfants retrouvés, Filles de la charité avec Vincent de Paul ( )

13 Siècle des Lumières Paradigme : hommes de lettres qui sinsurgent contre la monarchie, éclaire la société. Rousseau, Montesquieu, Voltaire, Diderot, … Forme dactions: Pratiques mutualistes qui sétendent au niveau de la cité, Roschdales : les coopératives

14 Vers les révolutions américaines et françaises (1775 et +) Paradigme : écrits de John Locke, Montesquieu sur le droit de lhomme Forme daction: Organisations thématiques pour influencer des prises des décisions politiques. Exemple: la création de la ligue des droits de lhomme créée en 1898 pendant laffaire Dreyfus.

15 Début du XXème siècle Paradigme : Libertés fondamentales de lhomme. Forme daction: La loi du 1er juillet 1901 qui consacre le principe de la liberté des associations.

16 Entre 1919 – 1934, fin de la première guerre mondiale. Paradigme: Défense des droits de lhomme, Solution des problèmes à léchelle mondiale par un engagement plus profond Formes dactions: - Création de la Société des Nations (SDN) en 1920 qui a vécu jusqu en : création de lOIT (organisation internationale du travail) - Entre 1935 – 1944, participation des ces structures aux travaux de la Société des Nations. Premières actions de lobbying qui bousculent les fonctionnaires du système SDN

17 Période de laprès deuxième guerre mondiale 1945 – 1949 Paradigme : Charte des Nations- unies dans laquelle lECOSOC reçoit le mandat de consulté le ONG sur des sujets dont elles ont les compétences. Forme daction: Formalisation de la participation des ONG aux assises, doù la dénomination de « Non Gouvernementale »

18 Période de la décolonisation : 1950 – 1960 Paradigme: la formation des cadres africains est latout indispensable pour assurer la relève Forme daction: Association des élites dans les milieux religieux des colonies de la sous région. Associations des anciens élèves des écoles catholiques qui permirent lémergence des partis politiques.

19 1ère décennie du développement 1960 – 1970 Paradigme: Théorie de la modernisation avec Keynes (les cinq étapes du développement, le rattrapage économique) Forme daction: - Collège des travailleurs (Fernand est volontaire suisse) - INADES avec ses livrets dagriculteurs - les centres de développement communautaire - Lécole des cadres, pré IPD

20 2ème décennie du développement 1970 – 1980 Paradigme: Théorie de la révolution ou de la déconnexion avec SAMIR AMIN et Gunder Franck (école de la dependecia) Forme daction: Autopromotion, self supporting N.B. La théorie de la dependacia a des liens étroits avec la problématique des APE.

21 3 ème décennie du Développement Paradigme: Théorie de la compétition. Le sous développement est du à lexcès de la présence de létat. Reagan et Tchatcher Initiatives privées Forme daction: SAILD, APICA, SAILD, ASSAILD, IRED

22 4 ème Décennie du développement Paradigme: Théorie des mouvements sociaux (A. TOURAINE). Les sociétés ont la capacité de se transformer à partir de la combinaison de trois composantes: le mode de connaissance, laccumulation et le modèle culturel. Forme daction: Mouvements paysans, Afrique centrale en jonction avec lAfrique de louest

23 Paradigme: Bonne gouvernance solution pour combattre la pauvreté Forme: structure de plaidoyer & lobbying Sur lOMC (Seatle, Hong Kong), la compagne poulet congelé,.

24 Zoom avec les organisations idéologique (églises). Lorganisation confessionnelle = une profession de foi qui est censée orienter tous les actes. Les mythes commanditent les rites. Cest autour de ce que les Kimbanguistes, les Wondistes, les BDKistes bougent. Que léglise catholique, protestante, salutiste organise ses activités. La question est de savoir si la pratique de cette profession de foi répond vraiment aux besoins matériels et spirituels de lhomme total, est ce que cela est une pastorale densemble ?

25 –On voit bien dans les villages des kimbanguistes pauvres sont au service dune église riche qui professe Bolingo – Misala – Mibeko (amour – travail – respect des préceptes), pourtant des masses dargent sont collectées !!! –Des protestants pauvres dans une église qui professe la richesse en se basant sur Max Weber ( Bokeleale), –Des catholiques riches, menuisiers ébénistes de Binza dans une église qui pourtant ninsiste pas visiblement sur lacquisition des richesses.

26 A un certain moment, parmi les leaders des ONGS, il y avait plus de protestants que de catholiques suite aux essaimages des GTER. Les Kimbanguistes jusquà présent sont rares. Tout dépend de la manière dont se fait larticulation mythe et rite dans la vie pratique. Quel est le mécanisme concret de la transmission, de la formation mise en place, on voit bien les effets du scoutisme, de Bilenge ya Mwinda dans la vie pratique. Créativité plus plus.

27 Y – a-t-il un lien entre profession de foi et créativité ? Derosches : Je pensais avoir inventé alors que je nai eu que des réminiscences.

28 Zoom sur les politiques. Autant quil est vrai que la classe politique fabrique sa société civile pour faciliter la prédation, autant quil est vrai aussi que la société civile en entrant dans les instances de létat amène également sa sève. Mais, généralement elle se fait éjecter à la première occasion. Pour la RDC, beaucoup parmi les pères de lindépendance plusieurs provenaient du milieu associatif (Kasa – Vubu). Le parti ABAKO était dabord un regroupement culturel basé sur la culture Kongo

29

30 Zoom sur le charisme du fondateur Quand le fondateur part, lOSC se vide de son essence. Y –a- til eu effectivement une appropriation de la pensée, une autonomie institutionnelle et consolidation de la pensée émise par le leader ? Derosche : Je pense avoir inventé alors que jai eu seulement des réminiscences.

31 Ethnicité ou népotisme au sein du mouvement associatif. Je sens bien que les Bamiléké et alliés sont nombreux au sein du mouvement associatif camerounais et qui font que les choses qui marche, on a vu ce combat à lAPICA. En RDC, néo ethnicité confessionnelle, mais surtout à lest du pays les Bashi sont dominant. A louest les Kongo et alliés (téké, Mbala, Yaka,…. Sont dominant.

32 Pourquoi et par quels mécanisme ? y a-t-il un soubassement culturel ? Y – a-t-il un lien entre « profession de foi » et créativité ?

33 Effets de mode ou opportunisme orientations du bailleurs ou du consultants. Cest le détenteur de la provision qui détermine le lieu et le temps de manger. –Quels domaines intéressent les bailleurs? Nous faisons le projet à sa taille. –Mais, derrière le bailleur, il y a un « fula ngenge », un nganga en douala, un gourou qui de temps à autres est une université (Trias), une doctrine (EED, Miséréor), un parti politique (Solsoc) –le consultant qui est apprécié vient avec une supériorité intellectuelle, et il influence Y – a-t-il un lien entre « profession de foi » et créativité (autonomie de la pensée)?

34 Mais qui va acheter leurs idées? Où trouver de largent ? Les écoles africaines de pensée, il commence en avoir (Samir Amin, Ndione, Mbonji,…) mais est ce que les idées sont achetables par ceux qui doivent donner largent ? A quand les « fula ngenge » africain

35 Cohésion pensée et pratiques au sein de lOSC. Chaque prêtre et surtout évêque a une devise qui exprime sa pensée profonde. Les OSC aussi ont leur devise et totem SAILD APICA APRODEC BRACUDE Est-ce que ceci sont des slogans creux ou il se fait réellement un travail de construction autour de ces devises ? Y – a-t-il un lien entre « profession de foi » et créativité ?

36 Mythos et logos Cest la pensée qui détermine les conditions de réalisation dune action. Ainsi, pour garantir la réussite des actions sociales une cohérence est nécessaire entre le mythos et le logos. Le mythos est le moteur de l'harmonie. Il est composé des valeurs (vision, philosophie). Ce sont les facteurs de l'ordre de la foi et de la confiance. Tandis que le logos assure la maîtrise. Il est composé de la réglementation sous ses diverses formes: statuts, règlement intérieur, contrat,... le logos se fonde sur l'évidence.

37 Mythos Logos Harmonie Valeurs, Philosophie Sappuie sur la foi –Maîtrise –Statuts, règlement intérieur, forme dorganisation –Sappui sur lévidence

38 Les deux idéaux - types sont interdépendants. Le mythos joue le rôle du sel dans la nourriture: on ne le voit pas mais il est là, il se fait sentir, il agit. Et si par malheur le sel se dilue par excès d'eau, il entame la qualité de la nourriture et on a besoin de nouveau du sel pour assaisonner encore la nourriture. Mais, le sel seul ne suffit pas, il faut bien garder la proportion avec les autres composantes du repas.

39 Les questions à débattre. En examinant lhistorique de plusieurs organisations qui ont émergées dans la région : APRODEC, IPD, IRED, ADI Kivu, APICA, ENDA, PREFED, ADECOM, Comité Anti Bwaki, SAILD, Forum des jeunes, CVA, Trois questions se pose : Quelles sont les conséquences du manque de solidité de la pensée africaine au sujet de laction sociale, Quelles sont les incohérences qui sensuivent ? Comment garantir lautonomie et la pérennité de la pensée au sein de nos organisations de laction sociale ?


Télécharger ppt "Autonomie de la pensée dans les OSC Quid? Par Badika NSUMBU Novembre 2008."

Présentations similaires


Annonces Google