La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La pollution atmosphérique La pollution atmosphérique et Le diagnostic des systèmes antipollution des véhicules légers Claude McDonnell Association québécoise.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La pollution atmosphérique La pollution atmosphérique et Le diagnostic des systèmes antipollution des véhicules légers Claude McDonnell Association québécoise."— Transcription de la présentation:

1 La pollution atmosphérique La pollution atmosphérique et Le diagnostic des systèmes antipollution des véhicules légers Claude McDonnell Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique Pierre Beaudoin CAA Québec Rhéal Dudemaine Comité paritaire de lautomobile de Montréal Septembre 2012

2 À propos de lAQLPA Fondée en Mission : Contribuer à la protection de l'air et de l'atmosphère, à la fois pour la santé des humains et des écosystèmes, par le biais de la sensibilisation, de léducation et dactions cohérentes.

3 Anthropocène Époque géologique dans laquelle lhomme est devenu la principale force géophysique de la planète, capable de modifier son environnement. Constat scientifique : Homo sapiens est en train de rompre des équilibres fondamentaux au point de menacer sa propre survie.

4 Anthropocène Action de lhomme / Fin 18 e siècle, machine à vapeur Biosphère - Menace dextinction un grand nombre dorganismes vivants qui peuplent la terre. Lithosphère - Érosion des sols, creuse des mines et épuise les ressources naturelles. Hydrosphère - Acidification et contamination des eaux, fonte des glaciers et augmentation du niveau des océans. Atmosphère - Émissions de gaz à effet de serre et de contaminants, réduction de la couche dozone.

5 Latmosphère

6

7 Composition chimique de lair Diazote(N 2 )78,10 % Dioxygène(O 2 )20,90 % Argon(Ar)0,90 % Dioxyde de carbone (CO 2 )0,038 % Autres gaz, dits rares0,07% Total100 % De 1751 à 2007, le taux de CO 2 dans lair est passé de 280 à 383 ppm. La teneur en CO 2 na jamais été aussi forte depuis 2,1 millions dannées. Lamont-Doherty Earth Observatory

8 Ozone (O 3 ) OZONE STRATOSPHÉRIQUE – COUCHE DOZONE Entre 20 et 50 km daltitude. Quelques ppm à quelques dizaines de ppm, si concentré : 3 mm dépaisseur. Filtre 97 % des rayons ultraviolets (UV). Nécessaire à la vie. Années 1970, trou en Antarctique, maintenant ailleurs, en Arctique. CFC, chlorofluorocarbures, chlore de latmosphère X par 5 en 20 ans. Long mélange, puis 15 ans pour monter dans latmosphère. 1987, protocole de Montréal. Ratification universelle, 196 pays, en Première mondiale. État normal de 1980 prévue pour 2060… Le Canada abandonne la surveillance en Arctique… Le succès du protocole de Montréal montre que la communauté internationale est capable de résoudre des problèmes environnementaux…

9 Ozone (O 3 ) OZONE TROPOSPHÉRIQUE – POLLUANT Dorigine anthropique : généré par les activités humaines. Mécanisme complexe. Sous leffet du rayonnement solaire (UV). Formé à partir de polluants « précurseurs » combinés à loxygène. Oxydes dazote (NOx). (Système RGE, pot catalytique). Composés organiques volatiles, HC imbrûlés. (Combustion, EVAP, RGE, pot catalytique). Lozone a des impacts très importants (oxydant énergique). Santé (poumons, reins, cerveau), forêts, agriculture, corrosion… OZONE + PARTICULES FINES = SMOG De plus en plus fréquent au Québec, été comme hiver.

10 Les trois voies des contaminants CONTAMINANTS + Oxygène + UV OZONE TROPOSPHÉRIQUE + Particules fines SMOG

11 Pluies acides APRÈS UNE EMBELLIE – RETOUR DES PLUIES ACIDES Principales sources : SO 2 et NOx. SO 2 contrôlés, mais pas suffisamment. NOx non contrôlés. Principale source des NOx : combustion des énergies fossiles, transports. Les NOx: Acidifient les pluies. Se transforment en nitrates (fertilisants), algues bleues, modifient la biochimie, acidification accrue. De récentes études démontrent que le réchauffement climatique contribue à lacidification… Plusieurs propriétaires dérablières ont dû recommencer le chaulage.

12 La pollution atmosphérique

13 Effets sur la santé décès prématurés par année dans huit villes canadiennes, dont plus de à Montréal. Des excès dhospitalisation et l'aggravation des symptômes chez les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires et respiratoires. Diminution de la croissance pulmonaire chez les enfants. Études, la pollution affecte le cerveau. Directeur de la santé publique de Montréal

14 Impacts sur lenvironnement Lozone troposphérique endommage la végétation, y compris les cultures, les fleurs, les arbustes et les forêts en interférant avec la capacité des plantes de produire et demmagasiner de la nourriture. Deviennent alors plus vulnérables aux maladies, aux organismes nuisibles et aux perturbations environnementales. Les oxydes d'azote (NOx) et le dioxyde de soufre (SO 2 ) peuvent former des P 2,5. Contribuent aux pluies acides. Les pluies acides nuisent aux sols et aux plans d'eau, et elles perturbent la végétation et les animaux. Environnement Canada

15 Incidences économiques Réduisent la présence au travail et la participation de la main-d'œuvre en général. La hausse des coûts de la santé, les journées de travail perdues et la perte de productivité des travailleurs. Des niveaux d'ozone accrus ralentissent par ailleurs la croissance des arbres, des plantes et des cultures, entraînant des pertes économiques pour les industries forestière et agricole. Coûtent aux agriculteurs canadiens des millions de dollars en pertes de production chaque année. = des milliards de dollars par année. (Endommage les caoutchoucs) Environnement Canada

16 Réchauffement climatique La température moyenne au pays en 2011 a été de 1,5 degrés Celsius supérieure à la normale = 3 degrés Celsius supérieure à la normale est lannée la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés nationaux en Tout le pays a connu des températures supérieures à la normale en 2010, notamment le Nunavut et le Nord-du- Québec, où la température a dépassé la normale dau moins 4 degrés Celsius. Environnement Canada

17 Réchauffement climatique

18 Environnement Canada

19 Réchauffement climatique

20 Gaz à effet de serre / CO 2 Mesure du taux de dioxyde de carbone atmosphérique à Alert, Canada Environnement Canada

21 Gaz à effet de serre / Véhicules Émissions totales de gaz à effet de serre résultant de l'utilisation de véhicules privés Statistique Canada, Division des comptes et de la statistique de l'environnement, 2009, totalisation spéciale.

22 Effet de serre / Transport Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs

23 Réduire les GES/ Transport des personnes Transports collectifs Transports actifs Covoiturage Bonus-Malus Arrêt de létalement urbain Véhicules hybrides et électriques Écoconduite Inspections et entretien des véhicules

24 Réduire le CO 2 / Véhicules Pression des pneus Équilibrage, alignement, résistance Charges indues Aérodynamisme Entretien - rendement moteur Climatiseur Chauffe-moteur

25 Québec / Sources de contaminants Inventaire des émissions des principaux contaminants atmosphériques au Québec 2011 / MDDEP

26 Moteurs à combustion Principaux contaminants NOx Oxydes dazote CO Monoxyde de carbone HC Hydrocarbures imbrûlés COV Composés organiques volatiles P 2,5 Particules fines N 2 O Protoxyde dazote

27 Parc automobile québécois Véhicules de promenade et camions légers de tous âges en Âge moyen des véhicules : 7,1 ans SAAQ : Dossier statistique / Bilan 2010

28 Parc automobile québécois Véhicules de 6 ans ou plus en 2010 SAAQ : Dossier statistique / Bilan 2010 Âge des véhiculesNombre de véhicules 6 ans ans ans ans ans ans et Total

29 Parc automobile québécois Cliniques dinspection 2010 AEE (BEIE), MDDEP, AQLPA 593 véhicules inspectés 6 ateliers / Montréal, Québec Véhicules de 6 ans et plus (2010) 50 % des véhicules, 2000 à 2004; près de 50 %, 1995 à 1999 « Données issues dune analyse préliminaire qui ne donnent quun aperçu partiel de létat du parc de véhicules légers au Québec. » Bureau de lefficacité et de linnovation énergétiques, Écomobile, Entretien

30 Parc automobile québécois Cliniques dinspection % des véhicules étaient en mauvais état et 3 % en très mauvais état. 17 % des véhicules présentaient des problèmes liés à lalignement des roues. 25 % des véhicules circulaient avec un voyant « check engine » allumé. Bureau de lefficacité et de linnovation énergétiques, Écomobile, Entretien

31 Parc automobile québécois Cliniques dinspection 2010 Total (593 véhicules) 6-7 ans (119) 8-10 ans (178) ans (297) Check engine : ON Et / ou MIL : ON 26 %14 %21 %33 % Senergis : rapport cliniques dinspection 2010

32 Parc automobile québécois Diagnostic OBDII en 2010 ¼ des véhicules âgés de 6 à 25 ans polluent au moins 50 % plus quils le devraient. Environ véhicules (âgés de 6 à 25) polluent au moins 50 % plus quils le devraient. * * Selon lévaluation de lAQLPA basé sur: EPA 40 CFR Part 86, FRL

33 Parc automobile québécois Le diagnostic et lentretien des véhicules Une responsabilité partagée Propriétaires des véhicules Programme dinspection obligatoire Ateliers de réparation

34 Parc automobile québécois Inspections 2010 Sur 593 véhicules inspectés, 143 véhicules affichaient un ou des codes. MDDEP, Extraction de données, base de données issues des cliniques dinspection 2010

35 Inspections 2010 / OBDII Sous-groupes de codes de défaillance Sous-groupe de codesNombre de codes relevés Systèmes impliqués 130 à 16731Sondes O2 170 à 1759Fuel trim 200 à 2120Injecteurs 300 à 31218Misfire 325 à 3338Knock 400 à 40812Système RGE 420 à 43417Catalyseur 440 à 45567Système Evap 465 à 4680Purge flow MDDEP, Extraction de données, base de données issues des cliniques dinspection 2010

36 Norme OBDII Norme OBDII Implantation progressive depuis Projet de loi n o 48 : 1998 et plus récent (8 ans et plus, revente…). Cette norme exige, entre autres, que tous les systèmes chargés de maintenir les émissions polluantes dans les normes prescrites soient sous surveillance. Stipule que le témoin danomalie (CHECK ENGINE) doit sallumer si le gestionnaire de surveillance rapporte une ou des conditions faisant en sorte que les émissions polluantes excèdent un certain pourcentage (généralement 1,5 X la norme, année modèle. EPA 40 CFR Part 86, FRL ).

37 Norme OBDII Norme OBDII Garder en mémoire quun véhicule peut sembler fonctionner normalement tout en émettant un niveau de pollution plus élevé, sans pour autant faire immédiatement allumer le témoin danomalie. Cette condition peut provenir déléments ou composants défectueux (problème dusure, tolérance hors norme, etc.). Nous verrons comment on peut prévenir le propriétaire dun problème à venir.

38 Codes de défaillance 440 à 455 Les plus fréquents. En relation avec le système de récupération des vapeurs dessence (Système Evap). Permet de récupérer, demmagasiner et de retourner les vapeurs dessence à lintérieur du moteur où elles seront utilisées pour alimenter le moteur. Codes enregistrés lorsquune défaillance du circuit électrique ou de létanchéité du système est détectée. Les rejets dhydrocarbure (HC) dans latmosphère contribuent à augmenter le niveau de pollution. Ils sont eux-mêmes des contaminants et participent aussi à la création du SMOG, ce qui est de plus en plus fréquent chez nous. Véhicules qui polluent 24 heures sur 24.

39 Codes de défaillance 440 à 455 Malgré la simplicité de fonctionnement de ce système, cest souvent la bête noire des techniciens. Ça doit être le bouchon du réservoir qui est mal serré… Possible… Mais si ce nest pas le cas, il faut poursuivre le diagnostic. On ne peut plus se contenter de laisser aller le véhicule avec un tel problème. Cest votre rôle de bien informer le client sur ce qui arrive vraiment quand ces codes ne sont pas traités.

40 Codes de défaillance série 100 Indiquent soit un mauvais fonctionnement du circuit de chauffage des sondes à oxygène (O 2 ), soit une défaillance de ces sondes. Dans les deux cas, les résultats peuvent être semblables. Une diminution de rendement du moteur, ce qui veut dire une augmentation de la consommation et, par conséquent, plus de rejets polluants dans latmosphère. En réalité, les sondes peuvent être vérifiées avant même quun code de défaillance ne soit enregistré.

41 Codes de défaillance série 100 Quand votre client vient vous voir avec un problème de consommation dessence plus élevé, ne vous contentez pas den rejeter la faute sur une baisse de la température. Il se peut que le problème soit réel et relié à des sondes O 2 paresseuses. Le mode de diagnostic 06 peut savérer utile pour déterminer si les sondes et leurs circuits travaillent dans la limite de leurs paramètres.

42 Codes de défaillance série 300 Associés à un problème de rendement des cylindres. Malheureusement, trop souvent associés à un problème dallumage. La désignation Misfire, telle que décrite en anglais, est la cause de cette confusion. Un code de cette nature nous indique quun ou des cylindres ne fonctionnent pas de façon efficace. Ne jamais oublier quun problème relié à un élément mécanique, ou au système dinjection dessence, va aussi contribuer à générer ce code. Peut causer, dépendant de la gravité du problème, une dégradation du convertisseur catalytique, voire même sa destruction.

43 Codes de défaillance série 400 à 434 Englobe le ou les convertisseurs catalytiques, ainsi que le système RGE. Lefficacité du convertisseur est vérifiée par le PCM à des moments bien précis. Si ce dernier ne rencontre pas les paramètres minimums, cest alors quun code est généré. Le système RGE a pour fonction de contribuer à abaisser la température de la chambre à combustion, et ce afin de diminuer la production dun autre polluant nommé NOX. Ce contaminant, qui est en soit très toxique, est aussi lun des plus importants précurseur du SMOG. Les réparations de ces systèmes devront être faites avec le plus grand soin. Une compréhension du fonctionnement de ces éléments sera donc essentielle pour en faire un bon diagnostic.

44 Le diagnostic Le diagnostic Quand il sagit de poser un diagnostic efficace et précis face à des codes de défaillance, la meilleure méthode est dutiliser les chartes de diagnostic du manufacturier. Limportance de se munir de ces sources dinformations papier ou électronique prend tout son sens. Lentente CASIS (norme canadienne visant les renseignements sur l'entretien des véhicules automobiles) qui est en vigueur depuis 2010 et que lon appelle souvent le droit à la réparation permet maintenant de consulter et dutiliser les informations des manufacturiers. La plupart des manufacturiers exigent un abonnement payant (jour/semaine/mois/année) pour y accéder.

45 Le diagnostic Le diagnostic Il ne faut pas négliger laccès à différentes sources dinformation de laprès-marché ( IATN, IDENTIFIX, OBD3 SOLUTIONS, etc.). Une connaissance approfondie des différents systèmes et des composantes qui assurent le bon fonctionnement du moteur est plus que nécessaire. La compréhension de linteraction entres ces systèmes est aussi une nécessité. Il faut être en mesure dutiliser correctement les appareils de diagnostic, ainsi que dinterpréter les paramètres et les résultats que ces derniers nous permettent de visualiser. Noubliez pas que chaque véhicule qui arrive à votre atelier avec un témoin danomalie allumé se doit dêtre vérifié.

46 Équipement et outillage Quand on sattaque au créneau du diagnostic, on doit considérer lachat déquipements et doutils performants permettant daccroître le potentiel de réussite. Analyseur contrôleur (scanner) Transpondeur Oscilloscope Multimètre Analyseur de gaz déchappement Autres

47 Équipement et outillage Certains de ces outils de diagnostic demandent à être apprivoisés, ce qui veut dire quil y a du temps à consacrer à cet apprentissage. Le coût exorbitant de certains appareils, ainsi que de leurs mises à jour, peuvent freiner lardeur de certains ateliers quand on leur propose de faire du diagnostic. À ce sujet, beaucoup dappareils GÉNÉRIQUES ne remplissent pas toujours la mission. Dans les faits, plusieurs appareils seront probablement nécessaires pour accomplir le travail surtout si on touche à plusieurs manufacturiers. Je vous invite à considérer dautres options quand vient le temps de faire les achats à ce niveau.

48 Équipement et outillage De nouvelles solutions sont proposées, incluant des logiciels que vous pouvez installer sur un portable, une tablette ou un téléphone intelligent. Il ne reste quà acheter les interfaces nécessaires (connecteurs) pour faire le branchement. Plusieurs appareils dédiés MANUFACTURIERS sont aussi disponibles à travers les réseaux de concessionnaires, et via différents sites Web, et ce à des coûts fort intéressants. Il faut bien étudier son marché et trouver les appareils nécessaires pour y répondre. Noubliez pas que peu importe lappareil que vous posséderez, vous devrez bien le comprendre et consacrer du temps pour le maîtriser.

49 Équipement et outillage On peut faire du diagnostic et en tirer un revenu intéressant si on applique certaines règles. Lapproche au diagnostic comporte plusieurs éléments : posséder les équipements nécessaires; les informations techniques; bien former les techniciens, et ce de façon constante, devient une nécessité. Vous devez charger le juste prix, ce genre de travail demande à ce que le client soit tenu informé tout au long du processus pour lui éviter des surprises. Rappelez-vous quun diagnostic et une solution ne sont jamais trop chers si le véhicule fonctionne bien après coup, et que linverse est aussi vrai…

50 Lapproche au diagnostic Éléments essentiels Qualification et formation Sources dinformation technique Soutien au diagnostic

51 Merci!

52 Discussion – diagnostic OBDII 14h45 Salon Roy Pierre Beaudoin, CAA Québec Sylvain Légaré, CAA Québec Claude McDonnell, AQLPA


Télécharger ppt "La pollution atmosphérique La pollution atmosphérique et Le diagnostic des systèmes antipollution des véhicules légers Claude McDonnell Association québécoise."

Présentations similaires


Annonces Google