La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Lamphibie en France Lamphibie en France - état des lieux, perspectives - Lcl Guillaume GARNIER, ESORSEM le 20 janv. 2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Lamphibie en France Lamphibie en France - état des lieux, perspectives - Lcl Guillaume GARNIER, ESORSEM le 20 janv. 2014."— Transcription de la présentation:

1 1 Lamphibie en France Lamphibie en France - état des lieux, perspectives - Lcl Guillaume GARNIER, ESORSEM le 20 janv. 2014

2 2 Trois objectifs pédagogiques - Un peu dHistoire militaire… - Un peu de tactique… - Un peu de stratégie !

3 3 1.Ses spécificités, par-delà lHistoire 2.Les moyens français aujourdhui 3.Organisation dune opération amphibie 4.Utilité stratégique pour la France

4 4 Une opération amphibie est une opération conduite : Une opération amphibie est une opération conduite : à partir de la mer,à partir de la mer, mettant en œuvre des forces interarmées,mettant en œuvre des forces interarmées, exécutée sur une côte hostile ou potentiellement hostile.exécutée sur une côte hostile ou potentiellement hostile. Impliquant un changement de milieu, cette opération se déroule à la fois en mer, sur terre et dans les airs. Les Opérations Amphibies DIA 3.1.1a DEFINITION

5 5 Caractéristiques essentielles Mode opératoire risquéMode opératoire risqué: –Manœuvre aléatoire (caprices météo) –Changement de milieu physique (complexité des espaces littoraux) –Vulnérabilité de lassaillant (concentration, friction tactique maximale)

6 6 Impératifs pour circonvenir ces risquesImpératifs pour circonvenir ces risques: En amont –Planification rigoureuse –Renseignement Exécution –Surprise –Supériorité navale et aérienne –Supériorité numérique –Appuis feux puissants

7 7 La rupture de milieu physique: Carte littorale (amplitude des marées, Baie du Mont Saint-Michel)

8 8 Illustrations historiques Le risque: Tarawa, nov. 1943, Marines tués pour le contrôle dun atoll

9 9 Lencombrement: Gallipoli (Dardanelles), 1915, rupture de charge logistique

10 10 Le rapport de forces: Débarquement de Normandie, juin 1944, exploitation

11 11 Coordination interarmées: Prise de Québec, 1759, appui feu naval, dissociation tactique, surprise

12 12 Aujourdhui, lamphibie est conçu différemment

13 13 1.Ses spécificités, par-delà lHistoire 2.Les moyens français aujourdhui 3.Organisation dune opération amphibie 4.Utilité stratégique pour la France

14 14 Moyens français de lamphibie Marine Armée de terre

15 15 BPC TCD EDAR CTM Flotte amphibie BPC

16 16 Le Bâtiment de Projection et de Commandement

17 17

18 18 Le Transport de Chalands de Débarquement TCD Siroco, t

19 19 Le CTM (chaland de transbordement maritime)

20 20 EDA-R : Engin de Débarquement Amphibie – Rapide

21 21 Deux modes dutilisation Mode catamaran Mode chaland

22 22

23 23 La force de débarquement Un réservoir de hommes 6ème BLB Div aéro du CFT 9ème BIMa

24 24

25 25 Les unités amphibie de lArmée de terre. Un réservoir théorique de hommes 519 RT

26 26 GA1 300 GA2 550 FA FA4 5 jours 10 jours 20 jours Contrat opérationnel PIA 03.c Profondeur terrestre : (autonomie 10 j) GA 1 : 30 km GA 2 : 50 km FA 3 & FA 4 : 100 km

27 27 GA1 300 GA2 550 FA FA4 5 jours 10 jours 20 jours Contrat opérationnel PIA 03.c Profondeur terrestre : (autonomie 10 j) GA 1 : 30 km GA 2 : 50 km FA 3 & FA 4 : 100 km Avec le LBDSN 2013, le contrat OPS sera revu autour des éléments dimensionnant : 1 BPC (GA1) au titre de la FIRI en 5 j 2 BPC (GA2) au titre de lENU en 10 j

28 28 Lamphibie français dans le concert européen 3 bâtiments porte-hélicoptères -Seul pays à disposer de 3 bâtiments porte-hélicoptères Royaume-Uni -Duopole de tête avec le Royaume-Uni PaysBâtiments principaux Réservoir de forces amphibies Volume employable en simultané France 3 BPC 3 BPC, 1 TCD 6 BLB, 9 BIMa, ALAT ( environ) Royaume-Uni 1 LPH 1 LPH, 2 LPD, 3 LSD 3 ème Cdo Bde (6 800 Royal Marines) Italie 1 LPH 1 LPH, 3 LPD San Marco + Serenissima Rgto (+ de 3000) 1000 environ Espagne 1 BPE 1 BPE (LPH), 2 LPD Infanteria de Marina (5300) 1000? Pays-Bas2 LPD Korps Mariniers (3000) 720

29 29 Lamphibie français dans le concert mondial -Pour rappel: USA, 1 ère puissance amphibie, hors champ de comparaison Etats-Unis Bâtiments principaux Réservoir de forces amphibies Volume employable simultanément 10 LHD/LHA 10 LHD/LHA, 11 LPD, 11 LSD US Marines Corps ( , en décrue) (soit 2 MEB*) * Marine Expeditionary Brigades

30 30 Bilatéraux : CJEF et FR/US Initiative Amphibie Européenne GT ops amphibies Séminaire amphibie NRF: dernière NRF 2012, prochaine NRF 2017 NRF: dernière NRF 2012, prochaine NRF 2017 ? Engagements internationaux

31 31 Lamphibie français dans le concert mondial -De futures puissances amphibies hors-Europe? -Chine -Chine (enjeu de Taïwan, autres rivalités insulaires) -Japon -Japon (restrictions constitutionnelles mais capacités technologiques) -Corée du Sud -Corée du Sud (montée en puissance) -Australie -Australie (achat de 2 BPE espagnols) -Russie -Russie (achat de 2 BPC + 2 en option, tradition dinfanterie navale) -Autres pays velléitaires… (Inde, Indonésie, Turquie…à confirmer au-delà de laffichage)

32 32 1.Ses spécificités, par-delà lHistoire 2.Les moyens français aujourdhui 3.Organisation dune opération amphibie 4.Utilité stratégique pour la France

33 33 Types dopérations amphibies Raid ? Démonstration Assaut Rembarquement ATF

34 34 Les niveaux de commandement dun groupe amphibie Toute opération amphibie est commandée par un EM interarmées dirigé par un officier de marine le CATF. Les Forces terrestres sont placées sous la responsabilité dun EM armée de terre le CLF.

35 35 Officier de marine désigné par le commandant de lopération (COPER). 1. Responsable de la planification de niveau tactique en coordination avec le CLG/F. 2. Exerce le commandement (OPCON) sur les unités de la force amphibie y compris le GTE. 3.Dès lactivation de lAOA, responsable de la conduite de lopération devant le COPER. Le CATF ou CATG

36 36 Officier de larmée de terre désigné par le commandant de lopération (COPER). 1.Responsable en permanence de la planification de niveau tactique en coordination avec le CATG/F. 2. Adjoint « Terre » du CATF pour la conduite des opérations. 3.Exerce le commandement tactique de la FRE. Le CLF ou CLG

37 37 OPERATIONS EN AMONT Nouvelle structure de CDT Changement de mission ( Nouvelle phase opérative ) Nouvelle structure de CDT Changement de mission ( Nouvelle phase opérative ) Dissolution de l AOA TOA Rembarquement Fin de lopération Action Activation de l AOA Répétition Mouvement Embarquement Planification Planification OPS soit Préparation Phases dune opération amphibie GO – NO GO OPERATIONS FA

38 38 MA1 : BATEAUX – RIVAGE - OBJECTIF

39 39 MA2 : BATEAUX - OBJECTIF

40 40 MA 3 BATEAUX-OBJECTIF/BATEAUX-RIVAGE

41 41 Les problématiques dans lAOA Protection dunités statiques en portée de terre ; eau : Encombrement du plan deau : TCD, BPC, frégates, CMT, unités FP, CTM, EDA-R, … ; TCD, BPC, frégates, CMT, unités FP, CTM, EDA-R, … ; : Encombrement de lespace aérien : Assaut, CAS, soutien, tir, drones … ; Assaut, CAS, soutien, tir, drones … ; au sein de la force : Co-activités au sein de la force : Batellerie, hélos, tirs CT, FP, chasse mines, compatibilité EM … Batellerie, hélos, tirs CT, FP, chasse mines, compatibilité EM … = Gestion des priorités ; = Gestion des priorités ; Co-activités avec lenvironnement extérieur : Co-activités avec lenvironnement extérieur : (CAG, TMA, pêche, presse ….) (CAG, TMA, pêche, presse ….)

42 42 1.Ses spécificités, par-delà lHistoire 2.Les moyens français aujourdhui 3.Organisation dune opération amphibie 4.Utilité stratégique pour la France

43 43 41/ Lintérêt stratégique de lamphibie pour une « puissance moyenne à vocation mondiale » 42/ Quels axes dévolution prospective?

44 44 41/ Intérêt stratégique de lamphibie pour la France Les atouts intrinsèques dune force amphibie -Force embarquée « prête à lemploi »; -Célérité / ubiquité stratégique; -Mobilité tactique; -Souplesse demploi; -Empreinte au sol à géométrie variable.

45 45 Probabilité demploi forte en contexte permissif / semi-permissif -Diplomatie navale « douce », coopération (Corymbe); -Secours humanitaire (Indonésie 2004, Haïti 2010, Fukushima 2011); -Évacuation de ressortissants (Liban 2006).

46 46 Probabilité demploi forte en contexte permissif / semi-permissif -Réserve de théâtre (Côte dIvoire 2011, RCA aujourdhui?); -Ouverture de théâtre (Timor oriental, 2000 – Sierra Leone, Afghanistan FOB Rhino, nov. 2001); -Extraction (otages – Somalie janv. 2013, force amie en difficulté - ONUSOM 1995); -Raid de neutralisation (Grenade 1983).

47 47 Probabilité demploi moins vraisemblable en contexte non-permissif -Stratégie indirecte -Mode daction de la feinte amphibie (1 ère Guerre du Golfe, 1991); -Intimidation stratégique (nombreux exemples pendant la Guerre Froide). -Stratégie directe -Opération limitée (Irak: Um Qasr, 2003); -Assaut amphibie contre adversaire symétrique (Malouines, 1982); -Pré-conditions pour un assaut amphibie denvergure*: Changement de paradigme stratégique (intérêts vitaux en question); En coalition avec les Etats-Unis; Supériorité aéro-maritime très nette de la coalition, supériorité indiscutable en C4ISR. * non prévu doctrinalement

48 48 Course technologique entre lépée et le bouclier o Problématique du « déni daccès » -Stratégies cohérentes dinterdiction daccès aux littoraux; -Développement de capacités variées: frappes de précision et à grande distance, sous-marins, mines; -Mais difficulté à intégrer ces différents moyens (C4ISR); -Acteurs non-étatiques pourraient se doter darmements jusquici hors de portée pour eux. 42/ Quels axes dévolution prospective ?

49 49 Course technologique entre lépée et le bouclier o La réponse au déni daccès: -Doctrinalement: Ship-To-Objective Manoeuver (agilité, agir « au-delà de lhorizon »);. -Technologiquement: furtivité, domination du spectre électro- magnétique, domination C4ISR, précision + portée missiles, évolution des drones.

50 50 Place de la France dans ces enjeux - La France dispose datouts: -Capacité stratégique dentrée en premier, Rens stratégique, C2, points dappui / bases); -Une capacité tactique à assurer une manœuvre « multi- vecteurs » (complémentarité Tigre/ NH90/ EDAR/ Hagglunds) – des forces entraînées à culture expéditionnaire; -Un défi à relever: rester dans la course technologique conditionne la nature du spectre dans lequel nous serons capables dintervenir.

51 51 CONCLUSION Lamphibie, -Outil souple dutilisation sur le plan stratégique (élément réservé, mobilités stratégique et tactique) -Outil utile de prévention (éteindre feux de broussailles) -Offre un spectre large de types dengagements -Entrée en 1 er = plus-value / influence dans la conduite de lopération


Télécharger ppt "1 Lamphibie en France Lamphibie en France - état des lieux, perspectives - Lcl Guillaume GARNIER, ESORSEM le 20 janv. 2014."

Présentations similaires


Annonces Google