La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les archives de la police en images Un ancien patron de la police judiciaire de Paris sort une version illustrée de l'histoire du "36 quai des Orfèvres".

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les archives de la police en images Un ancien patron de la police judiciaire de Paris sort une version illustrée de l'histoire du "36 quai des Orfèvres"."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Les archives de la police en images Un ancien patron de la police judiciaire de Paris sort une version illustrée de l'histoire du "36 quai des Orfèvres". Des documents passionnants.

4 La fiche de Henri-Léon Scheffer, premier assassin en France à être "identifié à distance" par ses empreintes digitales. Nous sommes en 1902.

5 Dans les années 1930, la prostitution est encore réglementée par des textes datant de la fin du XIXe siècle. La brigade mondaine a pour mission de contrôler cette activité. Ici, des prostituées attendent les clients dans un bar de la Bastille.

6 Au 36 quai des Orfèvres, les agents de la brigade des mœurs, qui devient "la Mondaine" dans les années 1930, ont pour mission de "s'infiltrer" dans la nuit parisienne (photo) pour "rechercher et réprimer tous les délits qu'entraînent la pornographie, la prostitution et la débauche...".

7

8 Dans les années 1930, le commissaire Guillaume est une figure marquante de la PJ. C'est lui qui a mené l'interrogatoire de Violette Nozière (photo). Soupçonnée d'avoir empoisonné son père et d'avoir tenté de tuer sa mère, la jeune-fille est condamnée à la peine de mort en 1934, à l'âge de 19 ans. Sa peine sera commuée en réclusion à perpétuité.

9

10 Après la Seconde Guerre mondiale, durant les Trente Glorieuses, le 36 quai des Orfèvres ne chôme pas : "pour la seule année 1947, 286 homicides volontaires et tentatives sont recensés sur le département de la Seine". Ici, en 1976, l'assassin Bernard Pesquet (à gauche) durant la perquisition de son domicile, juste avant la découverte de cadavres au sous-sol.

11 L'Antigang, c'est le nom adopté notamment par la presse pour désigner la Brigade de Recherche et d'Intervention, la BRI. Ces policiers "filent" des braqueurs, les capturent en flagrant délit... Ici, le banquier Bernard Mallet tel que l'a retrouvé l'Antigang, en 1977

12 Bernard Mallet, le banquier enchaîné découvert à la page précédente (ici à droite), pose sur cette photo avec les hommes de la BRI, 4 heures après son enlèvement.

13 Dans les années 1980 et 1990, les déguisements sont toujours d'actualité : ici, les hommes de l'Antigang se sont transformés en terrassiers, avant de procéder à des interpellations.

14 Photographie, prise sur le vif, de René-Georges Querry, patron de l'Antigang jusqu'en 1990.

15 Après le hold-up d'une banque du Boulevard Barbès.

16 Sur cette photo d'archive très dure, le commissaire Philippe Féval "procède aux constatations d'usage autour du cadavre d'une victime. C'est un 31 décembre. Il est minuit..."

17 Les cartes professionnelles de police ont évolué au fil des années. Le bandeau tricolore, s'il a changé de taille et de trait, est présent sur les exemplaires présentés dès l'année 1920

18 © Editions Jacob-Duvernet / DR

19 Vu sur humourpps.com


Télécharger ppt "Les archives de la police en images Un ancien patron de la police judiciaire de Paris sort une version illustrée de l'histoire du "36 quai des Orfèvres"."

Présentations similaires


Annonces Google