La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La communauté anglophone du Québec en 2007 La communauté anglophone du Québec en 2007 Jennifer Johnson CHSSN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La communauté anglophone du Québec en 2007 La communauté anglophone du Québec en 2007 Jennifer Johnson CHSSN."— Transcription de la présentation:

1 La communauté anglophone du Québec en 2007 La communauté anglophone du Québec en 2007 Jennifer Johnson CHSSN

2 Population Québécois anglophones (PLOP), Recensement du Canada ,9 % de la population; variation significative dune région à lautre (de 0,5 % à 36 %) Proportion des aînés : 10 % plus élevée que la moyenne par rapport à la majorité francophone 11 régions ont 20 % plus daînés que la majorité francophone (54 % Estrie, 51 % Lanaudière, 74 % Laurentides) Génération absente des ans en raison de lexode des années

3 Collectivité vieillissante

4 Croissance et déclin Le plus important déclin (en chiffres absolus) de toute collectivité de langue officielle au Canada

5 Seuil de faible revenu (SFR) Les Québécois anglophones : 26 % plus susceptibles davoir des revenus inférieurs au SFR. Plus de 20 % dans 7 des 17 régions Familles monoparentales (vulnérables quant à la sécurité du revenu) : 3 % de plus pour les Québécois anglophones à travers la province (36,5 % vs 33,7 %)

6 Chômage Les Québécois anglophones : taux de chômage de 17 % plus élevé que leurs voisins francophones. Dans 8 régions administratives : 30 % et plus Seuls les francophones du Nouveau-Brunswick ont un taux de chômage plus élevé.

7 Affaiblissement des milieux sociaux Perte démographique profonde à lextérieur de Mtl au cours des dernières décennies Taille et proportions de la communauté varient de façon importante (0,5 % à 36,1 %) Communautés vieillissantes (13 régions sur 16) avec faible taux de soignants dans 8 des 16 communautés Perte dinstitutions et perte des groupes dâge bénévoles Propension à se tourner vers la famille en cas de maladie; toutefois, la famille est moins susceptible dêtre à proximité 60 % des Québécois anglophones croient que lavenir de leur communauté régionale anglophone est menacé.

8 Utilisation des services de santé Comparés aux trois autres groupes de langue officielle Québécois francophones, Minorités francophones hors Québec Anglo-Canadiens les Québécois anglophones enregistrent les taux les plus faibles de tous les groupes en termes de : Avoir un médecin régulier Besoins de santé non satisfaits Satisfaction par rapport aux soins obtenus Utilisation des services hospitaliers Utilisation des services dun médecin Difficulté à obtenir des spécialistes Qualité des soins du médecin Satisfaction à légard des soins provenant de services communautaires Difficulté à obtenir des tests Difficulté à obtenir de linformation de santé Difficulté à obtenir des soins immédiats Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes

9 Satisfaction à légard de laccès aux services sociaux et de santé – Enquête CHSSN / CROP Moins de la moitié des répondants anglophones se disent satisfaits de leur accès aux services sociaux et de santé offerts en anglais dans leur région (45,9 %) Le taux de satisfaction le plus élevé quant à laccès aux services en langue anglaise se retrouve chez les anglophones de 65 ans et plus. Ceux qui considèrent leur état de santé comme faible sont plus susceptibles dexprimer de faibles taux de satisfaction. 4 ou 5 sur une échelle de 5 points 4 ou 5 sur une échelle de 5 points

10 Utilisation des services sociaux et de santé Enquête CHSSN / CROP Les répondants anglophones sont moins susceptibles de faire appel aux services sociaux et de santé publics que leurs homologues francophones. Médecin en clinique privée, CLSC, Info-Santé, Urgence en milieu hospitalier, Séjour de plus dun jour à lhôpital.

11 INFO-SANTÉ Enquêtes réalisées auprès de la population anglophone projet FASSP Environ 60 % de la population ignorent lexistence du service. 70 % des personnes qui connaissent lexistence du service ne savent pas que le service est offert en anglais. La proportion dutilisateurs récents na pas augmentée depuis 1998 et demeure autour de 15 %. 26% chez les Francophones Les anglophones accordent de limportance au fait dobtenir le service Info-Santé dans leur langue. Néanmoins, à peine plus de la moitié (54 %) ont manifesté le désir de recevoir le service en anglais.

12 Utilisation de langlais – CLSC (autre que Info-Santé) Enquête CHSSN / CROP Les deux tiers utilisent langlais quand ils font appel aux services du CLSC, Il y a une grande différence à lintérieur de la région de Montréal. 80,5 % des répondants anglophones de louest de Montréal reçoivent les services du CLSC en anglais, comparativement à 38,6 % des répondants dans lest de Montréal.

13 Obstacles à demander des services en anglais Enquête CHSSN / CROP 18 % des répondants rapportent se sentir mal à laise de demander des services en anglais. Dans 8 régions, le taux de malaise dépasse la moyenne provinciale La raison la plus importante invoquée pour se sentir mal à laise a trait à lefficacité (25 % déclarent quune telle demande peut imposer un fardeau tandis que 22 % se disent préoccupés que leur demande puisse entraîner un délai) Des différences importantes sont notées à nouveau dans la région de Montréal.

14 Information et promotion de la santé Enquête CHSSN / CROP 73 % rapportent navoir reçu AUCUNE information de la part des établissements publics de santé et de services sociaux pour ce qui est de laccès aux services en anglais au cours des deux années précédant lenquête. Ce niveau atteint près de 90 % dans certaines régions.

15 Conclusions générales De sérieux défis démographiques et un accès différencié au système public de services sociaux et de santé créent des inégalités relatives à létat de santé chez les collectivités anglophones dans plusieurs régions. Il y a un lien entre le faible niveau de revenus dans les collectivités anglophones, la constatation du faible état de santé et le faible taux de satisfaction à légard des services. Les écarts quant à laccès aux services en anglais sont évident dans une région rurale ou isolée et entre lest et louest de Montréal. Certains services sont significativement sous-utilisés (Info-Santé). Près dun anglophone sur 5 se sent mal à laise de demander des services en anglais. La moitié environ estime quils constituent un fardeau ou quils subiront des délais dans la prestation des services. Le mythe dune collectivité anglophone uniformément bien servie à Montréal est mort. Les Anglophones de lest de Montréal ont beaucoup moins accès aux services en anglais que les anglophones du reste de lîle.

16


Télécharger ppt "La communauté anglophone du Québec en 2007 La communauté anglophone du Québec en 2007 Jennifer Johnson CHSSN."

Présentations similaires


Annonces Google