La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Semaine de sensibilisation à lécoconception Les enjeux de lécoconception pour le secteur des TIC Cédric Gossart 31 mars 2014

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Semaine de sensibilisation à lécoconception Les enjeux de lécoconception pour le secteur des TIC Cédric Gossart 31 mars 2014"— Transcription de la présentation:

1 Semaine de sensibilisation à lécoconception Les enjeux de lécoconception pour le secteur des TIC Cédric Gossart 31 mars 2014

2 page 1 Plan du cours 1. Pourquoi léco-conception ? 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ? 3. Quelles limites ? Lécoblanchiment Leffet rebond

3 page 2 1. Ecoconception et croissance verte Les stratégies de croissance verte répondent à des besoins politiques et sociétaux : Protéger les écosystèmes naturels … … tout en créant des emplois. Lécoconception est lun des outils pour y parvenir. 1. Pourquoi léco-conception ?

4 Développement durable : Un compromis* Source : René Passet (1996), LÉconomique et le vivant, 2e édition, Economica. Pour + dinfos : voir 3 * de lusage des commentaires dans cette présentation (quiter le mode plein écran quand un terme est souligné pour y accéder. + voir liens hypertextes sur certaines images.

5 Écosystèmes naturels Sociétés humaines Services vitaux Déchets Stock de K ProductionConsommation RessourcesAménités Energie Source: Common & Stagl (2006), Ecological Economics, p. 87. Ecosystèmes naturels et sociétés humaines 4 Type dimpact n°1 : Pollutions Type dimpact n°2 : Épuisement des ressources Type dimpact n°3 : Changements écosystémiques globaux

6 Les écosystèmes naturels ne sont pas des systèmes linéaires Dommages Pressions P t Pressions Accroissement proportionnel Effet de seuil DHDBDHDB Dommages 5

7 Source : Christian Brodhag, Agora 21, daprès Aurélien Boutaud, ENSMSE, RAE Empreinte écologique (ha/hab.) Besoins des générations futures 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0, Indicateur de développement humain –IDH) Besoins des générations actuelles : chemin du développement "classique" développement durable : chemins du développement durable les « chemins » souhaitables diffèrent mais tentent de susciter une convergence à long terme écologiquement viable et politiquement acceptable. Lobjectif de la transition NB : Pour les objectifs spécifiquement écologiques, voir Rockstrom, J., W. Steffen, et al. (2009), "A safe operating space for humanity", Nature 461(7263):

8 Contrer lentropie : Quel rôle pour linnovation ? Système fermé Système ouvert Source : Georgescu-Roegen, N. (1995), La décroissance: Entropie - Ecologie - Économie, Jouve: Sang de la Terre.

9 page 8 Source : 1. Pourquoi léco-conception ?

10 page 9 Source : UNEP, Vital Waste Graphics. DEEE illégalement exportés… 1. Pourquoi léco-conception ?

11 page 10 Deforestation à Borneo ( ) Source : 1. Pourquoi léco-conception ?

12 Les terres rares : le pétrole du 21 e siècle page 11 Emission France Culture : Allons-nous manquer de terres rares ? terres-rares html Le site Eco-Info du CNRS : sur les matériaux utilisés dans les TIC 1. Pourquoi léco-conception ?

13 La classification des terres rares page Pourquoi léco-conception ?

14 page 13 La classification des terres rares 1. Pourquoi léco-conception ?

15 page 14 Source : A la poursuite de la croissance perdue 1. Pourquoi léco-conception ?

16 page 15 GRAPHIQUE DU TAUX DE CHOMAGE EN FRANCE Source : A la recherche du plein emploi 1. Pourquoi léco-conception ?

17 page 16 Source : 1. Pourquoi léco-conception ?

18 page 17

19 page 18 Définir la « croissance verte » … Un oxymore ? Le découplage : rôle des TIC ? Absolu ou relatif ?découplage 1. Pourquoi léco-conception ? TIC ? Niveau de vie

20 TIC ? Pourquoi léco-conception ?

21 Source : 20 Indicateurs de découplage pour le Royaume-Uni 1. Pourquoi léco-conception ?

22 page 21 ? Ressources clés Secteurs clés ? Vagues de développement technologique Source : Dodgson, M. (2000). The Management of Technological Innovation. New York: Oxford University Press, p Pourquoi léco-conception ?

23 page 22 Comment la mettre en œuvre ? La dématérialisation : accroître la productivité énergétique Source : Weizsäcker et al. (1997), Facteur 4, Rapport au club de Rome, Editions Terre Vivante. 1. Pourquoi léco-conception ?

24 page 23 Réduire les consommations de matière Les négaWatts : énergie économisée par un changement de technologie ou de comportement Exemple de politique publique : rémunérer les fournisseurs dénergie … au négaWatt => ils gagnent de largent quand ils font des économies dénergie : découplage entre quantité de MW vendus et profits réalisés. Source : D. Nora (2009), Les pionniers de lor vert, Grasset. 1. Pourquoi léco-conception ?

25 Cela suffira-t-il ? Dématérialisation et transition page 24 Tukker, A. and M. Butter (2007). "Governance of sustainable transitions: about the 4(0) ways to change the world." Journal of Cleaner Production 15(1): Pourquoi léco-conception ?

26 page 25 Plan du cours 1. Quel rôle pour lécoconception ? 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ? 3. Quelles limites ? Lécoblanchiment Leffet rebond 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

27 Léco-innovation Définition : Les technologies respectueuses de lenvironnement stimulent léconomie, réduisent les pressions sur lenvironnement et créent des emplois. Ces technologies englobent toutes celles dont l'utilisation est moins néfaste pour l'environnement que le recours à d'autres techniques possibles. Ex. : Production dénergies renouvelables (photovoltaïque, éolienne, …), Véhicules moins polluants, Maisons passives et des matériaux de construction écologiques, Traitement des déchets en vue de leur réutilisation ou de leur recyclage. Source : Les écoinnovations

28 Exemple déco-innovation page 27

29 page Quel rôle pour le secteur des TIC ? Voir partie 2 et le cas de lécoconception 1. Contribuer à changer les comportements : Pour les ménages, la recherche du confort prime encore sur les économies dénergie 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

30 Les éco-TIC page 29 Eco-TIC 1.0 : Comment réduire lempreinte écologique des TIC. Eco-TIC 2.0 : Comment utiliser les TIC comme levier de développement durable. Source : « Le développement durable à lépreuve des TIC », Terminal, n° , proposé par F. Bordage, Green IT.fr. (green IT) (IT for green)

31 page 30 Source : Hilty, L.M. (2008), Information Technology and Sustainability: Essays on the Relationships between Information Technology and Sustainable Development, Norderstedt: Books on Demand. Eco-TIC 1.0 Eco-TIC 2.0

32 éco- TIC ? 31

33 page Quel rôle pour le secteur des TIC ?

34 page 33 Quels facteurs vont à lencontre de lécoconception ?

35 page 34

36 Les barrières à lécoconception : Le cas de lobsolescence programmée Définitions : diapos suivantes + chapitre 4 du livre … On en parle : Dans la presse (Arte, Terra Eco,...)ArteTerra Eco Dans les milieux académiques (Made to Break,...)Made to Break Chez les activistes (Amis de la Terre – rapport déc. 2012,...)Amis de la Terre Chez les politiques (le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon sest engagé à « lutter contre l'obsolescence programmée dans le domaine du numérique. » 60 M de C. 12/09/12 )Benoît Hamon Beaucoup moins dans lindustrie ! page 35

37 OBSOLESCENCE, subst. fém. Évolution tendant à rendre (quelque chose) périmé. Les notions de société primitive et d'archaïsme sont maintenant frappées d'obsolescence (Traité sociol., 1968, p. 446). ÉCON. Diminution de la valeur d'usage d'un bien de production due non à l'usure matérielle, mais au progrès technique ou à l'apparition de produits nouveaux. page 36

38 Obsolescence « programmée » ? Dans un marché saturé, aucune croissance n'est possible, seule la mise au rebut anticipé peut permettre de la maintenir. La recherche des marges maximum, donc la minimisation des coûts de production peut-elle amener à un «sabotage» de la qualité qui n'a rien à voir avec une obsolescence technologique ? Obsolescence vue comme phénomène social, la programmation ne se trouve-t-elle pas au niveau du cerveau humain ? Contre-pied : Vers une définition de l'« obsolescence écologique » ? page 37

39 OBSOLÈTE [ob-so-lè-t'] adj. 1° Néologisme de quelques grammairiens. Qui est hors d'usage, en parlant d'un mot, d'une locution. 2° Il se dit aussi en histoire naturelle, pour signifier peu apparent, presque effacé. Sillon obsolète. Strie obsolète. ÉTYMOLOGIE Lat. obsoletus, de obsolere, tomber en désuétude, de ob, et solere, avoir coutume (voy. SOULOIR). => L'obsolescence matérielle est bien une invention de l'ère industrielle. page 38

40 LOP source dimpacts écologiques des TIC 4.1 Linfluence de linnovation technologique Nouvelles fonctionnalités : la course à la nouveauté Le couple infernal logiciels/machine Lobsolescence dans le secteur des TIC page 39

41 Rappels historiques page 40 Voir : Résumé en français :

42 page 41 ? Ressources clés Secteurs clés ? Vagues de développement technologique Source : Dodgson, M. (2000). The Management of Technological Innovation. New York: Oxford University Press, p. 19.

43 La fabuleuse histoire de lOP Principales étapes aux États-Unis (Giles Slade) : 1. Préparation des esprits dès 19 e s. (contexte = crise de la demande ; 1936 : J.M. Keynes ; économie de la demande++) 2. Intégration dans les processus de production : le métier dingénieur change radicalement ! (1 ampoule = 1000 h.) 3. Exemples de mise en œuvre sectorielles : Automobile Radio TIC page 42

44 Ford vs. General Motors Mi-19 e s. : « léthique du jetable » (matériaux peu chers grâce aux innovations technologiques) remplace « léthique de léconome » (ne pas jeter, économiser, faire durer, …) 1876 : « LAmérique souffre de surproduction » (un distributeur américain) Automobile : invention du starter (sur toutes les voitures en 1913) => voitures à manivelle obsolètes (obsolescence technologique) 1923 : GM (Alfred Sloan) débauche le designer des Cadillac. Objectif : concurrencer la Ford T dont la durée de vie (8 ans) surpasse de 2 ans celle de ses concurrents (61% PDM en 1921) => Fort T démodée… (Ford introduit la couleur en 1925)

45 Radio & lobbying 1913 : Edwin H. Armstrong brevette circuit de régénération (RCA) => très riche & connu (dépose brevet radio FM en 1933). David Sarnoff (patron RCA) veut développer la TV : la FM dArmstrong est un concurrent peu cher à éliminer durgence ! 1937 : Armstrong vend sa FM à GE : larmée américaine en fait son standard de com. (volé par les nazis qui sen sont aussi servi) : récepteurs FM fabriqués pour capter les fréquences [44, 50] MHz : un expert de la FCC téléguidé par Sarnoff déclare que la FM doit être déplacée sur du [88-106] MHz (& TV [44-88] MHz) 31/01/1954 : Armstrong se jette du balcon de son appartement de Manhattan, 2 mois après que sa femme lait quitté. page 44

46 Miniaturisation & réparabilité 1950s : alliance transistors & circuits imprimés => les équipements électroniques précédents sont obsolètes ; nouveaux produits pratiquement irréparables car soudage machine (avant on changeait les tubes à vide soi-même…). 1930s : la crise pousse à la réduction des coûts (économiques…) => moins de tubes utilisés => miniaturisation & perte de qualité 1935 : Paul Eisler (juif autrichien ingénieur sans emploi…) passionné de photogravure invente un circuit imprimé dans des plaques de cuivre puis collé à un support de bakélite, y connectant les tubes & isolant le cuivre avec du vernis : circuits intégrés (CI) utilisés dans des détonateurs de proximité qui détruisirent des milliers de fusées nazies (destruction de la cible même si pas touchée directement).

47 page 46 Miniaturisation & réparabilité 1947 : John Bardeen & Walter Brattain (Bell Labs) x100 le signal électrique avec du cristal de germanium, du plastique et de la feuille dor. William Shockley (patron Bell Labs) améliore ce 1 er transistor => prix Nobel de physique en 1956 pour tous les s : Utilisation des transistors à jonction de silicone dans les radios puis les ordinateurs => forte miniaturisation et réduction des coûts, élimination des problèmes des tubes à vide (temps de chauffe, encombrants, fragiles, gourmands en énergie) : automatisation de la soudure par Motorola pour faire face à la concurrence japonaise => miniaturisation, irréparabilité, contrôle de la durée de vie (death dating, planned obsolescence).

48 Planned obsolescence 1932 : Bernard London (courtier en immobilier) publie « Mettre fin à la crise par lobsolescence programmée », chapitre du livre The New prosperity.chapitre 1952 : Brooks Stevens (designer industriel) diffuse lexpression OP dans son acception psychologique, naissant « du désir de posséder quelque chose un peu plus neuf, un peu mieux, un peu plus tôt que nécessaire ». page 47

49 1958 : Brooks Stevens dans la revue True: The Mans Magazine « Toute notre économie est basée sur lobsolescence programmée (…). Nous fabriquons de bons produits, nous poussons les gens à les acheter, et puis lannée suivante nous introduisons délibérément quelque chose qui va rendre ces produits démodés, dépassés, obsolètes. Nous faisons cela pour une raison évidente : pour gagner de largent. » page 48 Source : Made to Break, p. 153.

50 1956 : George Nelson (designer) dans la revue Industrial Design « (…) lobsolescence en tant que processus génère de la valeur, pas de gaspillage. Elle conduit au renouvellement permanent des établissements industriels à des niveaux toujours plus élevés (…). Nous avons appris comment se servir de lobsolescence comme dun prodigieux outil damélioration des conditions sociales (…). Ce dont nous avons besoin cest de plus dobsolescence, pas linverse ». Source : Made to Break, p. 158.

51 Miniaturisation & ordinateurs Fin 1930s : John V. Atanasoff invente le première machine à calculer entièrement électronique (ABC : avec Charles Berry) : ordinateur central IBM System/360 : gros logiciels sans perte de vitesse grâce à la micro- programmation ou émulation : mini-ordinateur DEC PDP-8 : transistors au cristal de germanium + 1 e architecture dordinateur à utiliser des circuits intégrés (voir diapo suivante) : DEC vend mini-ordinateurs, autant que les mainframe dIBM qui avait sciemment refusé dutiliser les CI… Source : Made to Break, ch. 7, pp

52 page 51 Mini-ordinateur PDP-8 de DEC (baptisés ainsi… suite à la mini-jupe !) Ordinateur central IBM System/360

53 Miniaturisation & puces électroniques 1959 : Texas Instruments sort ses 1 ers circuits imprimés : Autonetics utilise les CI pour construire un nouveau missile balistique intercontinental (15000 circuits discrets) : 4000 CD CI dans un Minuteman II. 1960s : programme lunaire Apollo (ordi = 4000 CI) 1961 – 1971 : prix des CI passe de 120$ pièce à 25$ ( 5) : 1 ères observations de Gordon Moore (directeur recherche à Fairchild Semiconductor & un de ses 8 fondateurs) : relation entre le niveau de complexité dun CI & de son coût minimum (facteur 2/an). Conséquence : un produit électronique contenant une puce électronique est déjà obsolète quand il quitte sa chaîne de fabrication : ça va de + en + vite ! page 52 Source : Made to Break, ch. 7, pp

54 page 53 a-jeter/ ,CmC= html

55 page 54

56 page 55

57 page 56 Comment contrer lOP ? Lécoinnovation Lécoconception

58 page 57 Définir léco-innovation : Que disent les chercheurs ?

59 page 58

60 Définitions Rennings (2013): les éco-innovations ne résultent pas forcément dobjectifs environnementaux. Environmental innovations consist of new or modified processes, techniques, practices, systems and products to avoid or to reduce environmental harms. Environmental innovations may be developed with or without the explicit aim of reducing environmental harm. page 59

61 Taylor et al. (2005) Les éco-innovations protègent les biens publics : Environmental technology refers to everything from end-of- pipe pollution control technologies to alternative energy technologies that share the characteristic of helping to maintain the public good of a clean environment. page 60

62 Kemp and Oltra (2011) Eco-innovations are innovations whose environmental impact on a life cycle basis is lower than those of relevant alternatives. page 61

63 European Commission (2011) Eco-innovation is any form of innovation resulting in or aiming at significant and demonstrable progress towards the goal of sustainable development, through reducing impacts on the environment, enhancing resilience to environmental pressures, or achieving a more efficient and responsible use of natural resources page 62 Other definitions are liste in the Table A1 of the paper (in appendix).

64 Points communs entre les éco-innovations... et les autres Les éco-innovations nécessitent les mêmes types de ressources (connaissances, finances, humaines,...). Les éco-innovations peuvent être intentionnelles... ou pas. Elles peuvent porter sur des matériels, des méthodes, des designs,... page 63

65 Différences entre éco-innovations innovations non environnementales Les éco-innovations ont un clair objectif environnemental. Leur développement dépend largement du niveau de connaissance des consommateurs en matière environnementale. Elles peuvent difficilement être considérées comme des écoinnovations avant leur utilisation, à moins de suivre des normes pré-établies. page 64

66 page 65 Comment les écoinnovations se produisent-elles ?

67 Le rôle des parties prenantes Les gouvernements peuvent aider ou bloquer les écoinnovations. E.g. le secteur de bioénergie suisse (Wirth & Markard, 2011) : les politiques énergétiques ont soutenu les investissements dans le bois de chauffe, les instruments permettant de revendre lélectricité produite à partir de biomasse ont contribué à la diffusion décotechnologies peu performantes axées sur la production de courant contrairement à celles visant à produire du biogaz, plus efficaces. page 66

68 Comment sortir décotechnologies sous-optimales ? Promotion de niches technologiques et diversité dinnovations : COVs (dans peintures & colles) : fin 1990s une législation a relancé les peintures plus écologiques qui existaient depuis les années 1960s (Gelderman et al. 2007; Oltra and Saint Jean 2005). van den Heuvel and van den Bergh (2009) : rôle des applications de niches : les calculateurs et voyages spatiaux ont permis daméliorer les panneaux solaires et les faire passer de létat de niches technologiques à létat de niches de marché. page 67

69 Comment sortir décotechnologies sous-optimales ? Chadha (2011): biopolyères : source de blocage = processus de décision très centralisés. Remède : ouvrir des nouvelles routes technologiques en diversifiant les réseaux (alliances, consortium R&D, partenariats, organisations standardisatrices,...). Les entreprises peuvent réduire leurs coûts et risques de manière collective tout en accroissant la prédictibilité technologique. La diversité des sources de connaissance peut débloquer e.g. bootleg research (les employés prennent en charge une partie du processus dinnovation), encouragement à penser outside the box. page 68

70 Le rôle des utilisateurs pionniers Changement des préférences des consommateurs: peut favoriser léco-innovation. Windrum et al. (2009) : la trajectoire des technologies automobiles a été bouleversée par la montée des préoccupations écologiques. page 69

71 Le rôle des utilisateurs pionniers Dijk et al. (2011) : les feedback loops sont importants : 1) Apprentissage interactif entre fournisseurs et utilisateurs, 2) Diffusion des goûts entre consommateurs, 3) Apprentissage social, e.g. pour attribuer un sens à des préférences nouvelles. Early adopters : peuvent contribuer à lémergence dun marché de niche, comme dans le secteur forestier au Canada. page 70

72 Le rôle de la législation Nameroff et al. (2004) : principale force démergence des éco-innovations. van den Heuvel and van den Bergh (2009) : souvent la 1e opportunité pour une entreprise de se lancer sur le sentier de léco-innovation en respectant la loi. E.g. USA : révisions lois environnementales 1980s & 1990s => forte croissance brevets chimie verte. Kemp and Pontoglio (2011) : there is more evidence of regulations stimulating radical innovation than of market-based instruments doing so. page 71

73 Références bibliographiques Chadha, A. (2011), Overcoming Competence Lock-In for the Development of Radical Eco-innovations: The Case of Biopolymer Technology. Industry & Innovation, 18(3): Dijk, M., R. Kemp, et al. (2011), Incorporating social context and co-evolution in an innovation diffusion modelwith an application to cleaner vehicles. Journal of Evolutionary Economics: European Commission (2011), Environmental technology action plan (EcoAP), COM/2011/0899 final, lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2011:0899:FIN:EN:PDF. Geldermann, J., H. Schollenberger, et al. (2007), An integrated scenario analysis for the metal coating sector in Europe. Technological Forecasting and Social Change, 74(8): Kemp, R. and S. Pontoglio (2011), The innovation effects of environmental policy instruments A typical case of the blind men and the elephant? Ecological Economics, 72(0): Kemp, R. and V. Oltra (2011), Research Insights and Challenges on Eco-innovation Dynamics. Industry and Innovation, 18(3): Nameroff, T. J., R.J. Garant, et al. (2004), Adoption of green chemistry: An analysis based on US patents. Research Policy, 33(6-7): Oltra V, Saint Jean M (2005) The dynamics of environmental innovations: three stylised trajectories of clean technology. Economics of Innovation and New Technology, 14(3): Rennings, K., P. Markewitz, et al. (2013), How clean is clean? Incremental versus radical technological change in coal-fired power plants. Journal of Evolutionary Economics, 23(2): Taylor, M. R., E. S. Rubin, et al. (2005), Control of SO2 emissions from power plants: A case of induced technological innovation in the U.S. Technological Forecasting and Social Change, 72(6): van den Heuvel, S. T. A. and J. C. J. M. van den Bergh (2009), Multilevel assessment of diversity, innovation and selection in the solar photovoltaic industry. Structural Change and Economic Dynamics, 20(1): Windrum, P., T. Ciarli, et al. (2009), Consumer heterogeneity and the development of environmentally friendly technologies. Technological Forecasting and Social Change, 76(4): Wirth, S. and J. Markard (2011), Context matters: How existing sectors and competing technologies affect the prospects of the Swiss Bio-SNG innovation system. Technological Forecasting and Social Change, 78(4): page 72

74 page 73 Les méthodes pour écoinnover

75 page 74 Une perception optimiste des industriels 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ? Evolution des écrans plats verts= ?

76 page 75 Influence de la réglementation 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

77 page 76 Le cas de léco-conception Eco-conception : prise en compte de lenvironnement lors de la phase de conception ou damélioration dun produit (bien ou service) Eco-produit : tout produit qui entraîne moins dimpacts sur lenvironnement, tout au long de son cycle de vie (de lextraction des matériaux à la fin de vie du produit) et offrant un service comparable à ceux présents sur le marché : fonctionnalité, accessibilité, coûts, sécurité de fonctionnement Document de référence : Guide ISO TR 14062Guide ISO TR Quel rôle pour le secteur des TIC ?

78 page 77 Qu'est-ce que l'éco-conception ? Denis Guibard, directeur du développement durable produits et services d'Orange Lien vers la vidéo… Objectif principal = réduire les impacts environnementaux. 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

79 page 78 Lévaluation globale Source : Roux et al. (2005), Ecotechnologies et écoconception: concepts et mise en œuvre, 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

80 Approche cycle de vie : du berceau à la tombe Source : Roux et al. (2005), Ecotechnologies et écoconception: concepts et mise en œuvre, Approche écoinnovation radicale : du berceau au berceau 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

81 page 80 Prendre en compte tous les composants 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

82 page 81 Utiliser plusieurs critère dévaluation : inputs et outputs Consommation de matières premières et dénergie, épuisement des ressources naturelles rares et/ou non renouvelables Rejets dans leau, lair, les sols, production de déchets, -Contribution au réchauffement climatique -Acidification de lair -Eutrophisation de leau 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

83 page 82 Objectif : éviter les déplacements de pollutions… 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

84 page 83 Principes de calcul des impacts environnementaux Source : Roux et al. (2005), Ecotechnologies et écoconception: concepts et mise en œuvre, 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

85 page 84 LACV dun téléphone portable par lADEMEACV 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

86 page 85 La normalisation des résultats de lACVACV 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

87 page 86 Exemples décoinnovations dans le secteur des TIC ?

88 page 87 L'étiquetage environnemental des terminaux chez Orange Alain Liberge, directeur de l'environnement et de la responsabilité sociale d'Orange France (voir diapo suivante) 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ? Le rôle des normes : voir le site de lAFNORAFNOR

89 Yahoo! ouvre un datacenter plus vert aux chutes du Niagara Un PUE de 1,08…PUE … qui lui permettra de réduire ses coûts énergétiques de 40 % « Ce type de datacenter coûte moins cher à construire qu'un centre traditionnel » s/lire-yahoo-ouvre-un-datacenter-plus- green-aux-chutes-du-niagara html datacenters-bientot-une-norme-iso html 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

90 Orange passe au vert Létiquetage environnemental chez Orange (voir vidéo) :voir vidéo page Quel rôle pour le secteur des TIC ?

91 page 90 Source : Panorama des initiatives francaises domaine eco-conceptionPanorama des initiatives francaises domaine eco-conception 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ?

92 page 91 Plan du cours 1. Pourquoi léco-conception ? 2. Quel rôle pour le secteur des TIC ? 3. Quelles limites ? Lécoblanchiment : voir vidéo Prius + exemples ci-après Leffet rebond 3. Quelles limites ?

93 page Quelles limites ? Les 7 péchés du GreenWashingLes 7 péchés du GreenWashing : 3. Quelles limites ? 1. Péché du compromis caché 2. Péché dabsence de preuve 3. Péché dimprécision 4. Péché de non pertinence 5. Péché du moindre des 2 maux 6.Péché daffabulation 7. Culte de létiquette mensongère Source : Rapport 2010 de TerraChoice (fr)Rapport 2010

94 page 93 Des risques accrus décoblanchiment 3. Quelles limites ? Source : Rapport 2010 de TerraChoice (fr)Rapport 2010

95 page 94 Des risques accrus décoblanchiment Rapport 2011 de lARPP Publicité et environnement2011 Ex. : Le 4x4 Mitsubishi conçu au pays des accords de Kyoto … 3. Quelles limites ?

96 Des TIC vertes ? (éco-TIC) 95 3) Limites Jutilise une calculette solaire depuis 20 ans et la planète va de mal en pis, alors à quoi bon ? 3. Quelles limites ?

97 Lécoblanchiment * : Vidéo Prius Les 7 péchés du GreenWashing 1. Péché du compromis caché 2. Péché dabsence de preuve 3. Péché dimprécision 4. Péché de non pertinence 5. Péché du moindre des 2 maux 6.Péché du faux écolabel 7. Péché du mensonge * Usage abusif de l'argument environnemental dans la publicité. 3. Quelles limites ?

98 page 97 Lécoblanchiment en images… Vidéo Culture pub… Vidéo Culture pub… (634) 3. Quelles limites ?

99 Leffet rebond : Apparaît lorsque les bénéfices environnementaux dune politique sont plus que compensés par des impacts négatifs. page Quelles limites ?

100 page 99 Leffet rebond Les bénéfices escomptés dune amélioration environnementale sont compensés par des effets secondaires. Le cas des voitures : amélioration de lefficacité énergétique … mais accroissement des émissions de CO2 liées au transport. Le cas du chauffage individuel Le cas de lebook ? 3. Quelles limites ?

101 page 100

102 page 101 Hilty, L.M. (2008), Information Technology and Sustainability: Essays on the Relationships between Information Technology and Sustainable Development, Norderstedt: Books on Demand. 3. Quelles limites ?

103 William Stanley Jevons (1865), La Question du carbon Léconomiste anglais fait part de ses craintes quant à lépuisement de cette source dénergie vitale pour la puissance de son pays : plus on se sert du charbon de manière efficace, plus on en consomme. page 102 Source : Futuribles, n° 305, février Quelles limites ?

104 page 103 ER revenu : On réduit lintensité en énergie dun service => son coût baisse => léconomie ainsi réalisée permet de consommer davantage de ce même service. ER confort : Le consommateur estime avoir atteint un niveau satisfaisant de consommation du service dont le prix a baissé => il dépense autrement largent économisé => augmente les flux de matières dans la société. 3. Quelles limites ?

105 page 104 Effet temps : Des technologies permettent de réduire les temps de transport => favorisent les transports rapides + les déplacements individuels sur les collectifs => augmentation des files dattente dans les aéroports + des embouteillages sur les routes. Internet : profusion dinformations à portée de clic => on consacre davantage dheures à les lire. 3. Quelles limites ?

106 Hartmut Rosa « Laccélération … exige plus de temps ! » page 105 Hartmut Rosa, Accélération : Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, Quelles limites ?

107 Mesures dun effet rebond Elasticité-prix : La consommation en kWh augmente de 2% à la suite dune baisse des tarifs de lénergie de 10% => leffet rebond est de 20%. ER = 20 à 30 % pour le secteur de lénergie. page Quelles limites ?

108 Mesures dun effet rebond Accroissement en % de la consommation de carburant générée par des véhicules plus efficaces (secteur du transport). Linnovation technologique réduit le coût de transport au kilomètre => allonge les distances parcourues + augmente la consommation globale de carburant (entre 20 et 30% pour les USA). page Quelles limites ?

109 En savoir plus… page Quelles limites ?

110 Conclusion Les technologies éco²-efficaces sont celles qui atteignent leur objectif et ne génèrent pas deffet rebond. Elles noccasionnent pas daccroissement de la consommation dintrants, et contribuent effectivement à une économie nette de ressources. page 109

111 Questions ? … le RAV4 hybride est-il une écotechnologie ?

112 Références N° de la revue TerminalTerminal Voir mon article du Monde DiplomatiqueMonde Diplomatique William McDonough & Michael Braungart : Cradle to Cradle : Créer et recycler à l'infini. Cradle to Cradle Tim Jackson : Prospérité sans croissance : La transition vers une économie durable.Prospérité sans croissance

113 page 112

114 page 113 THE END.


Télécharger ppt "Semaine de sensibilisation à lécoconception Les enjeux de lécoconception pour le secteur des TIC Cédric Gossart 31 mars 2014"

Présentations similaires


Annonces Google