La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Découvrir un thème poétique (fin XIX et XX siècle)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Découvrir un thème poétique (fin XIX et XX siècle)"— Transcription de la présentation:

1 Découvrir un thème poétique (fin XIX et XX siècle)

2 Parmi les œuvres projetées dites de quel genre il s'agit ( littérature poésie, peinture...ect) et retrouvez le titre et l'auteur de chacune d'elle parmi la liste suivante: Marc Chagall, Paris par la fenêtre, 1913 « Croquis parisiens », Paul Verlaine Poèmes saturniens, 1866 Calligramme, Apollinaire « zone » extrait,Apollinaire, Alcools, 1913 « Le remorqueur du Champ-de-Mars », Doisneau, Paris, « Chose vue », Francis combes, Au Vert Galant jeté en Seine, 1991 « Les pavés de Paris », Francis combes, Au Vert Galant jeté en Seine, 1991 « Urbanisme », Queneau, Courir les rues « Marseille »,Supervielle, Débarcadères, 1927 La cité radieuse, Le Corbusier, Quel est le thème commun ?

3

4

5 Marseille sortie de la mer, avec ses poissons de roche, ses coquillages et liode, Et ses mâts en pleine ville qui disputent les passants, Ses tramways avec leurs pattes de crustacés sont luisants deau marine, Le beau rendez-vous de vivants qui lèvent le bras comme pour se partager le ciel, Et les cafés enfantent sur le trottoir hommes et femmes de maintenant avec leurs yeux de phosphore, Leurs verres, leurs tasses, leurs seaux à glace et leurs alcools, Et cela fait un bruit de pieds et de chaises frétillantes. Ici le soleil pense tout haut, cest une grande lumière qui se mêle à la conversation, Et réjouit la gorge des femmes comme celle des torrents dans la montagne, Il prend les nouveaux venus à partie, les bouscule un peu dans la rue, Et les pousse sans un mot du côté des jolies filles. Et la lune est un singe échappé au baluchon dun marin Qui vous regarde à travers les barreaux légers de la nuit.

6

7 La lune plaquait ses teintes de zinc Par angles obtus. Des bouts de fumée en forme de cinq Sortaient drus et noirs des hauts toits pointus. Le ciel était gris. La bise pleurait Ainsi qu'un basson. Au loin, un matou frileux et discret Miaulait d'étrange et grêle façon. Moi, j'allais, rêvant du divin Platon Et de Phidias, Et de Salamine et de Marathon, Sous l'œil clignotant des bleus bec de gaz.

8

9 Jai vu ce matin une jolie rue dont jai oublié le nom Neuve et propre du soleil elle était le clairon Les directeurs les ouvriers et les belles sténo-dactylographes Du lundi matin au samedi soir quatre fois par jour y passent Le matin par trois fois la sirène y gémit Une cloche rageuse y aboie vers midi Les inscriptions des enseignes et des murailles Les plaques les avis à la façon des perroquets criaillent Jaime la grâce de cette rue industrielle Située à Paris entre la rue Aumont-Thiéville et lavenue des Ternes

10 Avec les moyens de la science et de lindustrie moderne (ou à venir) on pourrait très bien déplacer les monuments historiques et les foutre tous ensemble dans le même quartier quon aurait au préalable rasé comme ça il y aurait côte à côte la tour Eiffel le Sacré-Coeur Saint-Honoré-dEylau la Sainte-Chapelle le Tribunal de Commerce les Deux-Magots Sainte-Clotilde lOpéra le musée dEnnery et cetera ce qui éviterait aux touristes de se disperser inconsidérément dans les rues de la ville

11

12

13 Le thème commun est la ville la ville est un motif privilégié de la poésie moderne au tournant du xxe siècle. Cette thématique émerge au moment de la révolution industrielle qui voit le développement de lurbanisme. Les expositions universelles, qui se présentent comme des vitrines des pays industrialisés, prennent place dans les villes, Londres dabord puis Paris, et favorisent la construction de monuments qui deviendront emblématiques de cette modernité, comme la tour Eiffel. Le thème de la ville ne concerne pas seulement la poésie, mais aussi l'architecture, la peinture et la photographie. Jacques Dutronc, Il est Cinq heure, Paris s'éveille

14 « On sy promène à travers les mots comme à travers les rues, il y a des images plein les vitrines, on rencontre des gens, des autos, des arbres, parfois des animaux. Une ville cest comme la poésie. Pour bâtir une ville, il a fallu des millions de pierres, des tonnes de béton, Et des kilomètres de fer, il a fallu du temps, le travail de beaucoup dhommes et de femmes, de la peine et de la joie. Tout cela est resté caché dans le béton et dans les pierres. Toute cette vie, quand on regarde bien, quand on écoute bien, on la voit, on lentend, la vie des villes. Pour bâtir un poème, il a fallu ajuster des lettres et des mots, des sons et des rythmes, il a fallu combiner les couleurs et les odeurs, et la vie des gens qui passent, et les autos qui roulent, et les pigeons qui roucoulent, et les enfants qui grandissent, il a fallu faire chanter ensemble les mots qui se taisaient tout seuls. Dans la ville des poèmes, les boutiques offrent des paysages fabuleux, les fenêtres regardent de tous leurs yeux, les voitures bondissent, les néons clignent de l'œil, les mots jaillissent comme des tours qui chantent, et les statues font la causette dun socle à lautre. La poésie court les rues. Elle nous prend par la main et nous courons avec elle, les images dansent dans les vitrines, les affiches saniment, le soir tout sillumine, et dans la nuit la ville appareille et nous emmène, comme un grand vaisseau balancé à travers les espaces où rêvent les étoiles. Jacques Charpentreau La ville en poésie. Gallimard jeunesse

15 Quels sont les 2 poèmes qui traitent de la ville au quotidien? Quels sont les 2 poèmes qui traitent de la fantaisie citadine? Quels sont les 2 poèmes qui font l'éloge de la modernité? Associez à chacun de ces groupement, une autre œuvre de la liste.

16 Correction

17 La ville au quotidien Le remorqueur du Champ-de-Mars, Doisneau, Paris, Francis combes, Au Vert Galant jeté en Seine, Chose vue

18 Francis combes, Au Vert Galant jeté en Seine Les pavés de Paris

19 La fantaisie citadine « courir les rues », Queneau Marc Chagall, Paris par la fenêtre,1913 Avec les moyens de la science et de lindustrie moderne (ou à venir) on pourrait très bien déplacer les monuments historiques et les foutre tous ensemble dans le même quartier quon aurait au préalable rasé comme ça il y aurait côte à côte la tour Eiffel le Sacré-Coeur Saint-Honoré-dEylau la Sainte-Chapelle le Tribunal de Commerce les Deux-Magots Sainte-Clotilde lOpéra le musée dEnnery et cetera ce qui éviterait aux touristes de se disperser inconsidérément dans les rues de la ville Urbanisme

20 Marseille Marseille sortie de la mer, avec ses poissons de roche, ses coquillages et liode, Et ses mâts en pleine ville qui disputent les passants, Ses tramways avec leurs pattes de crustacés sont luisants deau marine, Le beau rendez-vous de vivants qui lèvent le bras comme pour se partager le ciel, Et les cafés enfantent sur le trottoir hommes et femmes de maintenant avec leurs yeux de phosphore, Leurs verres, leurs tasses, leurs seaux à glace et leurs alcools, Et cela fait un bruit de pieds et de chaises frétillantes. Ici le soleil pense tout haut, cest une grande lumière qui se mêle à la conversation, Et réjouit la gorge des femmes comme celle des torrents dans la montagne, Il prend les nouveaux venus à partie, les bouscule un peu dans la rue, Et les pousse sans un mot du côté des jolies filles. Et la lune est un singe échappé au baluchon dun marin Qui vous regarde à travers les barreaux légers de la nuit. Supervielle, Débarcadères,

21 L'éloge de la modernité Croquis parisiens La lune plaquait ses teintes de zinc Par angles obtus. Des bouts de fumée en forme de cinq Sortaient drus et noirs des hauts toits pointus. Le ciel était gris. La bise pleurait Ainsi qu'un basson. Au loin, un matou frileux et discret Miaulait d'étrange et grêle façon. Moi, j'allais, rêvant du divin Platon Et de Phidias, Et de Salamine et de Marathon, Sous l'œil clignotant des bleus bec de gaz. Paul Verlaine, Poèmes saturniens zone (extrait) Jai vu ce matin une jolie rue dont jai oublié le nom Neuve et propre du soleil elle était le clairon Les directeurs les ouvriers et les belles sténo- dactylographes Du lundi matin au samedi soir quatre fois par jour y passent Le matin par trois fois la sirène y gémit Une cloche rageuse y aboie vers midi Les inscriptions des enseignes et des murailles Les plaques les avis à la façon des perroquets criaillent Jaime la grâce de cette rue industrielle Située à Paris entre la rue Aumont-Thiéville et lavenue des Ternes Apollinaire, Alcools

22 Le Corbusier, La cité radieuse

23 *Lecture: Par groupe les élèves répondent à une série de questions sur un des 3 groupements *Production écrite la ville au quotidien: Écrivez un poème engagé à la manière de Francis Combes Comme « chose vue ». Vous décrirez un personnage anonyme croisé dans la ville. Vous choisirez un personnage type de la vie urbaine moderne. Quelques descriptions brosseront le décor et le portrait de votre personnage. Fantaisie citadine:: Rédigez à la manière de Queneau ou Supervielle, un poème en vers libres qui constitue une fantaisie citadine de la ville de votre choix. Éloge de la modernité: A la manière d'Apollinaire décrivez en vers libres une rue de votre ville. Commencez par « j'ai vu ce matin une jolie rue dont j'ai oublié le nom ». vous rédigerez une douzaine de vers sans ponctuation, en privilégiant les références aux 5 sens. *Production orale (individuelle): Présenter en 5 minutes une des 2 œuvres suivantes comme pour un oral HDA La cité radieuse, Le Corbusier ou Paris par la fenêtre, Marc Chagall


Télécharger ppt "Découvrir un thème poétique (fin XIX et XX siècle)"

Présentations similaires


Annonces Google