La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COURS D’HYDROGÉOLOGIE 1 ER ANNÉE DE MASTER FACULTÉ DES SCIENCES DE TOURS 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COURS D’HYDROGÉOLOGIE 1 ER ANNÉE DE MASTER FACULTÉ DES SCIENCES DE TOURS 1."— Transcription de la présentation:

1 COURS D’HYDROGÉOLOGIE 1 ER ANNÉE DE MASTER FACULTÉ DES SCIENCES DE TOURS 1

2 I) Caractéristiques d’un aquifère 1) Définition 2 - Aquifère - Aquiclude - Aquifuge

3 Zone non saturée : Zone où la totalité de la porosité n’est pas remplie d’eau. La circulation de l’eau se fait principalement verticalement. Zone saturée : Zone où la totalité de la porosité est remplie d’eau. La circulation de l’eau se fait principalement horizontalement dans la direction où le gradient hydraulique est le plus fort. Surface piézométrique : Lieu des points où la pression atmosphérique équilibre la charge hydraulique de l’eau. Frange capillaire : Zone où l’eau remonte par capillarité : Quelques mm dans des galets, Quelques dizaines de mètres dans la craie, 100 mètres dans l’argile. 3

4 2) Recharge 4

5 3) Porosité La porosité représente l’aptitude d’une roche à pouvoir contenir de l’eau Il existe différent type de porosité : - Porosité d’interstice (sable) - Porosité de fissure (granite) - Porosité de karst (calcaire, dolomie, évaporites) - Porosité totale (  ) = volume des vides / volume de l’échantillon - Porosité efficace = volume des vides parcourus par de l’eau / volume de l’échantillon 5

6 6 Exemple de valeur de porosité totale Porosité totale Granite et gneiss non altérés0,02 à 1,8 % Quartzites0,8 % Schistes, ardoises, micaschiste0,5 à 7,5 % Calcaires, dolomies primaires0,5 à 12,5 % Dolomie secondaire10 à 30 % Craie8 à 37 % Grès Porosité totale (  ) 3,5 à 38 % Tufs volcaniques30 à 40 % Sables15 à 48 % Argiles44 à 53 % Argiles gonflantes, vasesJusqu’à 90 % Sols de cultures labourés45 à 65 %

7 Porosité totale en fonction de la granulométrie 7

8 = volume des vides parcourus par de l’eau / volume de l’échantillon Elle est fonction de la taille des vides : faible pour une argile, forte pour un gravier Elle peut être déterminée in situ par traçage. Porosité efficace ou cinématique (eau adsorbée / eau liée / eau libre) (  c ) 8

9 eau adsorbée / eau liée / eau libre 9

10 4) Teneur en eau  = volume d’eau / volume de l’échantillon 0< 

11 6) Perméabilité (K) La perméabilité représente l’aptitude d’une roche à se laisser traverser par un fluide. K à la dimension d’une vitesse et s’exprime en m/s 11

12 7) Transmissivité T C’est une autre grandeur physique qui caractérise l’aptitude d’un aquifère à laisser circuler de l’eau (comme K). Calculable à partir de l’exploitation d’un pompage de longue durée. T=K x e Définition exacte = c’est le débit qui s’écoule par unité de largeur de la zone saturée d’un aquifère continu (mesuré selon une direction orthogonale à celle de l’écoulement), et par unité de gradient hydraulique. 12

13 8) Coefficient d’emmagasinement S (pas d’unité ) Il représente le volume d’eau exploitable en proportion du volume de l’aquifère. Pour une nappe libre : S  porosité efficace = 1 à 15 % Pour une nappe captive : S  porosité efficace < 1 % Il représente l’aptitude de l’eau d’une nappe captive à se décompresser. 13

14 II) Classification des aquifères 14 1)Volume Élémentaire Représentatif (V.E.R.) 2) Aquifère sédimentaire à porosité d’interstice 3) Aquifère sédimentaire à porosité de fracture ou karstifié 4) Aquifère de roche plutonique à porosité de fracture Quelques centimètres pour un grès Quelques décamètres pour un granite ou un calcaire fracturé

15 III) Particularités des aquifères karstiques 15 L’aquifère karstique est le seul type d’aquifère où c’est la circulation d’eaux dans la formation géologique qui façonne les vides de l’aquifère et induit des caractéristiques aquifères spécifiques. Phénomène rapide à l’échelle des temps géologiques : Quelques milliers à quelques dizaines d’années Durée de fonctionnement souvent assez limitée.

16 16

17 1) Processus de karstification a) Les facteurs physiques (géologiques) de la karstification 17 Solubilité de la roche La densité de fracturation de la roche Une dureté homogène La proximité d'une couverture non calcaire

18 18 L'érosion chimique des calcaires par l'eau provient du C0 2 dissout qui est déterminé quant à lui par : la couverture végétale (forêts tropicales humides ou forêts humides de basse altitude en milieu tempéré), la circulation lente en surface de l'eau qui peut alors se charger en C0 2 pédologique. 18 b) Les facteurs chimiques de la karstification

19 c) Les facteurs géographique de la karstification 19 L'érosion mécanique des calcaires par l'eau dépend donc de : La pluviométrie (milieu tropical humide, montagnes), La topographie : dénivellation et concentration des débits par les bassins versants.

20 20 2) Fonctionnement et alimentation d’un karst

21 21

22 3) É tude du fonctionnement de système karstique Les études utilisées habituellement pour l’étude des milieux poreux homogènes ne sont généralement pas adaptées pour étudier le karst (loi de Darcy non applicable : tests de pompage …) Délimitation du système (unaire ou binaire) Résurgence  exsurgence Piézométrie (moins fiable que pour un milieu homogène  plus de points de mesure) Étude des débits de l’exutoire Étude des variations physico-chimiques de l’exutoire Étude des vitesses de circulation (souvent rapide à très rapide : 100 à 500 m/h) 22

23 23

24 24 Pluie Mise en charge Circulations rapides (drains pricipaux) Remplacent la circulation secondaire Modifications Physico-chimiques (généralement dans le sens Moins de minéralisation)

25 IV) La technique de traçage 1) Généralités 2) Application dans le karst : exemple de la Touvre (Angoulême) 3) Application pour le calcul de la porosité efficace en milieu poreux homogène 25

26 Traceurs artificiels : Traceur = molécule absente ou très faiblement présente que l’on peut détecter en très faible concentration et avec un coût d’analyse faible Et non toxique a) Traceurs disponibles : Traceurs salins : Anions : Cl -, I -, Cations : Lithium Traceurs biologiques : Bactériophages Traceurs radioactifs : J 131, Na 24, Ca 47 Traceurs fluorescents : Uranine, éosine, sulforhodamine G et B, naphtionate, …(Les rhodamines B et WT sont à éviter pour des problèmes de toxicité) 26 1) Généralités

27 27 b) Principe d’analyse des traceurs fluorescents : Les traceurs fluorescents sont des molécules organiques qui ont la propriété d’absorber de l’énergie sous forme de lumière et d’en réémettre par excitation de leur molécule. La lumière est réémise à une longueur d’onde plus grande que la lumière absorbée (20 à 40 nm en général). Les longeurs d’excitation et d’émission sont propre à chaque molécule. D’où la possibilité d’en utiliser plusieurs simultanément.

28 28

29 29 c) Caractéristiques des différents traceurs fluorescents :

30 30

31 31 Difficultés d’utilisation de certains traceurs : -Adsorption sur les argiles (faible taux de restitution, retard de restitution), (rhodamine), -Analyse difficile en présence de matière organique, (naphtionate, amino G acide, azurant optiques, …) -Sensibilité à la lumière (éosine), -Oxydation par le chlore (uranine), -Baisse de fluorescence en milieu acide (uranine). Échantillonnage par fluocapteur à éviter ! (pas de courbe de restitution et identification très discutable)

32 32 2) Application dans le karst : Exemple de la Touvre (Angoulème) Quatres traceurs différents utilisés : - 10 kg d’uranine, - 20 kg de Naphtionate, - 25 l (8,3 kg) de Jaune duasyn, - 10 kg de Sulpho -rhodamine G.

33 33 Dispositif de surveillance à la source du Bouillant

34 34 Dispositif de surveillance à la source du Bouillant

35 35 Injection d’uranine sur le Bandiat à Feuillade, le 29 septembre 2008 à 13 h 45


Télécharger ppt "COURS D’HYDROGÉOLOGIE 1 ER ANNÉE DE MASTER FACULTÉ DES SCIENCES DE TOURS 1."

Présentations similaires


Annonces Google