La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA HAINE Dans une interview en 2005, dix ans apres lapparition de son film la haine, Matthieu Kassovitz parle de son oeuvre. Son inspiration: K a été profondément.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA HAINE Dans une interview en 2005, dix ans apres lapparition de son film la haine, Matthieu Kassovitz parle de son oeuvre. Son inspiration: K a été profondément."— Transcription de la présentation:

1 LA HAINE Dans une interview en 2005, dix ans apres lapparition de son film la haine, Matthieu Kassovitz parle de son oeuvre. Son inspiration: K a été profondément touché par les problèmes sociaux en France entre 1986 et 1996, et il a participé lui-meme dans les émeutes. La brutalité de la police et le manque de respect entre la police et les habitants des cités lont choqués. K sintéresse à la génération exclue. Il se peut quil a voulu représenter leur désaffection. Il est probable que K a été inspiré par les expériences de son pere, qui a dû quitter son pays dorigine à cause de la persécution, et qui était réalisateur de documentaires

2 Les années 90 ont vu lapparition des genres de films plus réalistes. La Haine fait partie dun mouvement qui sappelle le cinéma de banlieue, qui se préoccupe de la réalité déprimante des cités. Cest Hubert qui dit: La haine attire la haine et reconnait que la violence ne sert à rien: un des messages clés du film. A la fin, cest Hubert, qui voulait séchapper, qui est armé et bien quon ne sache pas qui est blessé, ou même mort, on sait que sa vie est terminée. Il ny a plus despoir.

3 Selon K, la brutalité est un problème mondial et donc les jeunes défavorisés partout dans le monde pouvaient sidentifier avec les jeunes dans la cité parisienne. K nétait pas du tout content avec lattitude du gouvernement francais envers les minorités et il parle de dix ans de haine et de conflit. K a été ému par les histoires de brutalité policière. Finalement, la mort dun jeune Zairois de 17 ans, Makomé MBowolé, tué par un inspecteur dans un commissariat parisien, a touché et inspiré K.

4 K insiste que son film nest pas anti-police, pourtant il croit absolument que la police représente la loi et devrait donc mieux comprendre et agir avec plus de dignité. Il affirme quil existe beaucoup de bons policiers, mais quils peuvent devenir partie dune machine et devenir des robots. Pour lui, il sagit donc dattaquer le système, pas les individus. Malheureusement, dans dix ans, il semble que rien nait changé dans les banlieues. K. remplace le bleu, blanc, rouge du tricolore avec le beur, blanc, black des banlieues. Chaque garçon représente une minorité différente.

5 Les banlieues Le film la Haine cherche à être réaliste. Cest tourné dans une cité française difficile et montre des infrastructures délabrées et marquées par le vandalisme. Selon Magazine France (2007) ces populations sont déracinées – ni Français ni étranger – juste habitants des quartiers défavorisés. La violence est quotidienne et la haine ne cesse dêtre perpetuée, la vie est de plus en plus rude, le respect de plus en plus rare.: les cités vont craquer.

6 Léquipage a vécu six mois dans la cité – trois mois avant de filmer, trois mois pendant le tournage. K et son équipe ont travaillé avec les habitants, pas contre eux, et pour K cétait une expérience étonnante. Ils ont vu de première main des émeutes et le déclin de la cité. K comprend la violence: cest un moyen dexprimer la colère et la frustration. Le problème cest que personne ne sinquiète de ce qui se passe dans les banlieues parce que personne ny va. [Journalistes/ lécart entre les banlieues et le centre ville]

7 Depuis les années 80, les banlieues sont devenues synonymes des problemes majeurs: le chomage, lexclusion sociale, la criminalité et la violence. Pour les Francais, le mot banlieue symbolise tout ce qui est mauvais dans la société; les habitants sont les exclus. Une scene importante est quand les reporteurs veulent parler aux garcons: K crée limage des banlieues comme une réserve ou les bourgeois nosent pas entrer.

8 Paris Lattitude des autres envers les trois garçons représente la réalité – quand on vient dune cité, on se sent exclu, on nappartient pas au monde des autres. Les trois jeunes sont mécontents et deviennent violents – il ny a pas de respect réciproque. Said et Hubert sont pris par les flics simplement parce quils sont là, en ville. Ils sont maltraités pour le plaisir dun policier raciste Dans la galérie, les trois ny appartiennent pas, et ils le savent. Ils sont complètement dépaysés. Said ne sait pas comment parler aux filles et il provoque une dispute. Les jeunes des banlieues sont obligés d rester: ils nont pas les moyens de partir Le voyage en train symbolise cette distance entre les cités et la ville Lumière

9 Sorti en 1995, le film la Haine semble aujourdhui prophétique de la détéreoration de la situation qua connu la France plus tard. Les émeutes de 2005 et 2007 montrent que les mêmes problèmes de déracinement et désespoir existent toujours. Cependant, le film dénonce avant tout les abus policiers. Il traduit le ressentiment dune certaine jeunesse des cités et dépeint son quotidien et sa culture.

10 La mise en scene Filmer en noir et blanc simplifie limage et la rend plus réaliste et plus esthétique. Ce choix a aussi été guidé par la réalité du financement du film. Lutilisation dune caméra à main renforce lidée de réalisme K a voulu que le film soit naturel- il a employé les gens du quartier et les acteurs professionnels; ils ont travaillé ensemble et tous avaient le même message. Lusage de lheure - montre que si on ne fait rien, on y restera toute la vie. Cela contribue à lintensité dramatique. Les heures passent et la tension monte.

11 La musique – la chanson de Bob Marley – Burning and looting - au début représente bien les conflits violents dans le film. Le mixage de hip hop avec Edith Piaf – la chanson Je ne regrette rien reflète la vie de la cité, le contraste entre la tradition et la réalité actuelle. Le son va de stéréo à mono, et puis change à stéréo encore une fois vers la fin K emploi également les périodes de silence qui renforcent la tension Il y a une transition dun wide lens dans la cité à un long lens à Paris

12 Les critiques La Haine est emballé avec lhumeur pointue de la rue, laction intense et le travail brutalement brillant dappareil photo. K explore le racisme envahissant aux banlieues aux années 90. Le réalisateur a cherché à contredire certains clichés médiatiques – les jeunes ne sont pas des sauvages, ils ne sont pas racistes et ils maîtrisent une culture complexe.

13 Les Cités Désertées par les classes moyennes, dévastées par le chômage, elles finissent par regrouper les populations les plus défavorisées. La cité est devenue le stigmate de la misère et de lexclusion sociale, marquée par limpression dabandon et dinhumanité de ses batîments. La Haine a ouvert la voie à la critique sociale.

14 Chaque personne représente une minorité religieuse ou ethnique de la societé française: un juif, un maghrébin et un noir. Lamitié du trio symbolise le sujet du film – la condition des personnes réléguées dans les cités est comparable. Le film a eu un succès commercial important et a provoqué une controverse en France concernant son point de vue sur la violence urbaine et policière. Le Premier Ministre dalors, Alain Juppé, a organisé une projection spéciale du film pour ses ministres. En 2008 le film a été diffusé sur la chaine parlementaire en tant que documentaire.

15 Exemples du film K a voulu montrer … Un des thèmes principaux est … Selon moi, le theme principal est … quon voit partout dans le film - illustré dans la scene où … -illustré par … quand il dit … -il y a un exemple dans la scène où … -On voit un exemple de … dans la scène où …

16 Thèmes La brutalité de la police - Le conflit violent entre la police [la CRS] et les émeutiers au début du film - Leur ami Abdel a été sérieusement blessé par la police -Said et Hubert sont interrogés et maltraités par la police -Le contrast entre lattitude de la police dans la cité et dans le centre de Paris (Ils sétonnént quand un policier leur parlent avec politesse) Le manque de respect -Les jeunes se détendent sur un toit et la police les dérangent -Labus envers léquipe de télévision -Les trois copains sont refusés lentrée à lhôpital

17 La violence et la criminalité -Les émeutes -Vinz trouve le pistolet et a lintention de venger son ami -La destruction du gymnase et dautres batiments -Le vol de la voiture -Le rencontre violent avec le groupe de skins -La scène finale choquante: la confrontation mortelle: Vinz est tué par la police, puis il y a une face à face entre Hubert et un policier -Lusage de la drogue pour séchapper de la réalité, et la vente de la drogue pour gagner de largent

18 La pauvreté/ la vie des banlieusards -Les images des immeubles/HLMs délabrés -Les petits appartements pauvres -Le manque demplois -Les conflits familiaux -Lattitude des journalistes -La désolation des environs Le désespoir -Hubert après la destruction de son gym – il veut partir [pourtant on sait a la fin quil ne le fera jamais] -La colère de Vinz envers tout le monde -La galérie dart où ils se sentent exclus

19 La violence La réalité des émeutes avec les métrages authentiques La destruction des batiments et des voitures: les émeutiers ont puni leurs voisins Vinz se voit comme gangster et imite le caractere violent du film Taxi Driver. Il est contre toute autorité et pour lui, la police est lennemi La scene puissante ou Vinz imagine quil se venge de la mort dAbdel: on voit son visage plein de haine Vinz est proche de tuer un des skins (joué par K lui- meme).Pourtant, en effet, Hubert le pousse a confronter le fait quil nest pas lassassin sans pitié quil voulait être. A la fin, Vinz est tué et cest Hubert, le plus sérieux des trois, qui a la flingue et on a peur quil ne soit lui qui est mort. La société descend dans la violence inutile. Le message final de K: la violence ne peut rien résoudre.


Télécharger ppt "LA HAINE Dans une interview en 2005, dix ans apres lapparition de son film la haine, Matthieu Kassovitz parle de son oeuvre. Son inspiration: K a été profondément."

Présentations similaires


Annonces Google