La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LE CONTRÔLE SUR LE DÉROULEMENT DE LANIMATION INFLUENCE-T-IL LE NIVEAU DEFFICACITÉ COGNITIVE DE LANIMATION ? Mémoire de Diplôme dEtudes Supérieures Spécialisées.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LE CONTRÔLE SUR LE DÉROULEMENT DE LANIMATION INFLUENCE-T-IL LE NIVEAU DEFFICACITÉ COGNITIVE DE LANIMATION ? Mémoire de Diplôme dEtudes Supérieures Spécialisées."— Transcription de la présentation:

1 1 LE CONTRÔLE SUR LE DÉROULEMENT DE LANIMATION INFLUENCE-T-IL LE NIVEAU DEFFICACITÉ COGNITIVE DE LANIMATION ? Mémoire de Diplôme dEtudes Supérieures Spécialisées STAF Sara Tassini Sous la direction du Prof. Mireille Bétrancourt Animation sur le potentiel daction réalisée par le CENTEF (Centre des Technologies pour lEnseignement et la Formation)

2 2 Les animations sont-elles efficaces ? Comment les concevoir afin que elles soient un matériel pédagogique efficace ? Les animations, difficultés cognitives à lutilisateur: 1.Attentionnelles 2.Computationnelles 3.Mnésiques Ces difficultés entraînent une charge de traitement importante. Notre hypothèse est que l'animation peut faciliter la compréhension de phénomènes dynamiques seulement si l'interface fournit à l'utilisateur les moyens de diminuer la charge cognitive. Un moyen simple de faire cela est de permettre à lutilisateur de contrôler le déroulement de lanimation.

3 3 Le modèle de Schnotz (2001) Un modèle intégrateur de la compréhension du texte et de limage

4 4 QUESTIONS DE RECHERCHE 1. Le contrôle sur le rythme de déroulement dune animation multimédia, influence-t-il le traitement cognitif ? 2. Est-ce que un contrôle sur le rythme et la direction de défilement dune animation multimédia allége la charge cognitive et améliore donc lacquisition du contenu?

5 5 Hypothèse générale En ce qui concerne les degrés de contrôle, deux résultats alternatifs peuvent être attendue : les individus sont capables de gérer les ressources cognitives (Schwan & Riemp, 2003) donc: le contrôle total sera plus efficace que le contrôle partiel. CT>CP ou les possibilités de changement de direction napportent pas de bénéfices cognitifs supplémentaires donc: contrôle total se révèle aussi efficace que le contrôle partiel. CT=CP

6 6 Variables indépendantes Variables indépendantes Mode de présentation : Mode de présentation : Lanimation sans contrôle (NC). Lanimation avec contrôle partiel (CP), c'est-à-dire avec un contrôle sur le rythme. Lanimation avec contrôle total (CT), c'est-à-dire avec un contrôle sur le rythme et la direction.

7 7 Variables dépendantes le niveau de performance, mesuré par le Test de rétention et de transfert et par le post-test, 5 questions explicite 5 questions dinférence, le niveau de performance, mesuré par le temps employé; le niveau dappréciation, mesuré par le questionnaire dappréciation

8 8 Hypothèses opérationnelles: 1- Performance de transfert Les sujets qui travaillent avec la version de lanimation CT (contrôle total) ont de meilleures performances au test de transfert que ceux qui travaillent avec la version de lanimation CP et NC (contrôle partiel et no-contrôle). CT>CP>NC

9 9 Hypothèses opérationnelles: 2-Temps détude Les sujets qui travaillent avec la version de lanimation CT (contrôle total) doivent employer du temps à gérer la navigation de lanimation et donc: passent plus de temps à visualiser lanimation que ceux qui travaillent avec la version de lanimation CP (contrôle partielle) et NC (No-contrôle). CT>CP >NC

10 10 Hypothèses opérationnelles: 3- Nombre de fois quon visionne lanimation Les sujets qui travaillent avec la version de lanimation CP (contrôle partielle) visionnent lanimation moins de fois que ceux qui travaillent avec la version de lanimation NC (No-contrôle). CP

11 11 Hypothèses opérationnelles: 4- Appréciation subjective de la tâche Les sujets qui travaillent avec lanimation en mode contrôle total apprécient davantage le matériel que ceux qui travaillent avec les lanimation sans contrôle ou contrôle partiel. intérêt CT>CP>NC

12 12 LEXPERIENCE ET LE DISPOSITIF EXPERIMENTAL Participants LEXPERIENCE ET LE DISPOSITIF EXPERIMENTAL Participants 45 étudiants de lUniversité de Genève et de Lausanne. 28 hommes et 17 femmes dune moyenne dâge de 28 ans. 27 sont des étudiants ou doctorants en géologie, 11 sont des étudiants en lettres et 7 en nouvelle technologie. Lors du recrutement des sujets, des informations ont été données oralement sur le but de cette expérimentation, sur le fait que on ne voulait pas tester lintelligence de létudiant mais lefficacité pédagogique de lanimation multimédia. Les sujets ont participé gratuitement et volontairement à lexpérience. La caractéristique commune à tous ces étudiants est la capacité de se trouver à laise devant lordinateur.

13 13 Matériel à lécran : lanimation multimédia Quatre étapes du potentiel daction. Quatre étapes du potentiel daction.

14 animation dessinée animation graphique Texte Barres de navigation NC CPCT Structure de lanimation

15 15 Matériel sur support papier Pre-test Test de rétention et de compréhension Test dappréciation Test dappréciation Test de rétention et de compréhension (après une semaine)

16 16 Graphique de la procédure Test préliminaire 15 min Phase détude Evaluation Test de rétention et transfert 1 semaine

17 17 RESULTATS pré-test RESULTATS pré-test Moyennes et écarts-type des réponses correctes au pré-test. La variance factorielle uni variée des scores moyens (analyse ANOVA) des réponses correctes au pré-test est non significative (F(2,42)=0.048 ; Sig. =0.953).

18 18 Analyse du temps détude de lanimation Temps moyens détude de lanimation. La variance non significative (F(2, 42)=2.62 ; Sig. =0.085)

19 19 Nombre de visualisations Nombres moyens de visualisation de lanimation. La variance est significative (F(2, 42)=9.27 ; Sig. =0.000).

20 20 Performances de rétention et de compréhension Moyennes des réponses correctes au test de rétention (5 questions explicites et 5 dinférence) pour le trois groupes La variance factorielle uni variée des scores moyens sur les questions explicites et dinférence est significative. (F(1, 42)=119; Sig. =0.000). La variance des scores pour les questions explicites et dinférence est non significatif (F(2,42)=0.289 ; Sig. =0.751)

21 21 Performances au test diffère Moyennes des réponses correctes au test de rétention et de compréhension différé (5 questions explicites et 5 dinférence) pour les trois groupes après une semaine.

22 22 Questions explicites et dinférence Questions explicites et dinférence La différence de scores pour les questions explicites et dinférence est statistiquement significative La différence des scores du test différé des trois groupes est Non significatif. FSig. Question explicite vs. inférence F(1,42)= Questions explicites, trois groupes F (2.42)= Questions inférence, trois groupes F(2.42)=

23 23 Evaluation subjective de lintérêt et de la difficulté Q 1.1 : As-tu aimé travailler avec ce type de matériel ? Q 1.2 : As-tu trouvé le contenu de lanimation difficile ? Q 1.3 : As-tu trouvé que lanimation apporte des avantages en terme dapprentissage ? Q 1.4 : As-tu trouvé que lanimation na pas besoin des pré-requis ?

24 24 Evaluation subjective de lintérêt et de la difficulté Moyennes des réponses aux questions dévaluation subjective (difficulté et intérêt du matériel), échelle de 1 à 5: « pas de tout » à « beaucoup »

25 25 Q 2. : Veux-tu en savoir plus sur le sujet présenté ? (oui/no) Q 4 : As-tu trouvé difficile la lecture du texte à côte de lanimation ? (oui/no) Moyennes des réponses (pourcentage de oui) aux questions dévaluation subjective Q2 et Q4.

26 26 Q 3 : Dans quel format veux-tu que linformation soit présentée ? Pourcentage des réponses en pourcentage aux questions dévaluation subjective Q3

27 27 Q 5 : Quas tu fait en premier, as-tu regardé lanimation, as-tu lu le texte ou le deux en même temps ? % des réponses à la questionne 5

28 28 Discussion Les hypothèses postulaient un effet positif du contrôle total sur les performance au test de transfert. Les résultats ont montré que cet effet nétait pas significatif et, par conséquence lhypothèse nest pas vérifiée. Linterprétation que nous pouvons avancer pour expliquer cette infirmation de nos prédictions sont les suivantes: Discussion Les hypothèses postulaient un effet positif du contrôle total sur les performance au test de transfert. Les résultats ont montré que cet effet nétait pas significatif et, par conséquence lhypothèse nest pas vérifiée. Linterprétation que nous pouvons avancer pour expliquer cette infirmation de nos prédictions sont les suivantes: On suppose que leffet positif du contrôle est gêné par une surcharge cognitive nécessaire pour la gestion du contrôle même. Les questions dinférence étaient très difficiles. La construction dun modèle mental adéquate na pas pu être élaboré à partir des connaissances acquises du visionnement de lanimation car elle demandait des connaissances préalables et un effort cognitif important.

29 29 Discussion Lhypothèse numéro quatre soutient lidée selon laquelle les sujets passent plus de temps à visualiser lanimation en mode contrôle total que en mode pause et no contrôle parce que ils doivent employer du temps à gérer la navigation de lanimation. Les résultats nont pas vérifié cette hypothèse. Le temps moyen employer par les apprenants était de 8.27 minutes en mode no contrôle, de 6.27 minutes en mode pase, et de 6.47 minutes en mode contrôle total. La différence de temps moyens employé nest pas significative car les écarts type sont grands. on peut observer que le temps employé en mode no contrôle était clairement plus long que en mode pause et contrôle total, même si les résultats aux questions explicites étaient inférieures. En plus on observe que le groupe NC a visualisé lanimation un nombre de fois significativement majeure que le groupe CP (3.67±1.45 et 2.53±0.93). On en déduit que lapprentissage avec contrôle partiel ou total produit une meilleure performance (un majeur rapport score/temps détude).

30 30 Conclusions Nous pensons quil y a pu y avoir trois types de problèmes. lénorme difficulté des questions dinférences : vue que conformément au paradigme du modèle mental, on nattendait pas des différences au niveau de la rétention, mais seulement au niveau des inférences, car sont générées à partir du model mental, mais notre question dinférences était trop difficile pour des élève novices. le nombre de sujets que nous avons testé : quinze personne par condition, constitue un échantillon minimal et cela peut en partie justifier le manque de significativité de nos résultats. la possibilité de pouvoir analyser qualitativement la navigation : si on avait eu le temps dintégrer les animations dans un système qui pouvait analyser la navigation qualitativement on aurait eu des données plus précises par rapport à lutilisation des possibilités de contrôle dans la condition contrôle total. Dans cette perspective, il serait certainement très intéressant de reprendre cette expérience, mais avec un matériel revisité et avec des question dinférences légèrement plus faciles.

31 31 Merci pour votre attention!


Télécharger ppt "1 LE CONTRÔLE SUR LE DÉROULEMENT DE LANIMATION INFLUENCE-T-IL LE NIVEAU DEFFICACITÉ COGNITIVE DE LANIMATION ? Mémoire de Diplôme dEtudes Supérieures Spécialisées."

Présentations similaires


Annonces Google