La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Chapitre 1 Généralités sur les protocoles et les méthodes de génie de protocoles w3.uqo.ca/luigi.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Chapitre 1 Généralités sur les protocoles et les méthodes de génie de protocoles w3.uqo.ca/luigi."— Transcription de la présentation:

1 1 Chapitre 1 Généralités sur les protocoles et les méthodes de génie de protocoles w3.uqo.ca/luigi

2 INF6001 Chap 1 2 Ce chapitre… Cycle de développement des protocoles V&V, test Modèles à couches Modèles OSI Connexion ou non Un peu dhistoire Le monde de la normalisation

3 INF6001 Chap 1 3 Sujet du cours Méthodes de: Spécification Conception Validation Vérification Test De protocoles de communication

4 INF6001 Chap 1 4 Vérification, validation (V&V) et test La V&V est une technique pour sassurer quun système corresponde à ses exigences Une distinction subtile est souvent faite entre Validation: la fonctionnalité du système correspond-elle aux exigences de lusager ( requirements ) Vérification: le système, fonctionne-t-il bien? Dont lacronyme V&V Cependant nous nutiliseront pas beaucoup cette distinction Test: processus de détection de fautes par exécution sur des cas choisis et comparaison des résultats avec les exigences

5 INF6001 Chap 1 5 Spécifications et exigences Les mots spécification et exigences sont utilisés dans plusieurs significations

6 INF6001 Chap 1 6 Différents niveaux de spécif et cycle de développement Spec dexigences (langue naturelle, notation logique) Spécification du comportement Spécification de limplantation (comportement utilisant des composantes données) Implantation Nous pouvons effectuer des V&V et du test entre tous les niveaux

7 INF6001 Chap 1 7 Loi dans le génie logiciel Le plus tôt quon identifie une erreur dans la trajectoire de développement, le moins cher il est de corriger lerreur

8 INF6001 Chap 1 8 Spécification dexigences ou besoins Ce que le système doit faire pour lusager, p.ex pour un système téléphonique: (niveaux dabstraction décroissants) Me permettre de communiquer avec lappelé si disponible Après avoir signalé un numéro, il doit sonner de lautre côté ou sinon lappelant doit recevoir un signal occupé Être au début en état inactif, donner la tonalité au décrochage et passer à un état où il permet de composer un numéro… Donc les exigences peuvent être à plusieurs niveaux dabstraction, peuvent représenter différents aspects du système Il y a tout un domaine de recherches qui sappelle Requirement Engineering Nombreuses méthodes de spec développés, p.ex. Use Cases (UML) Use Case Maps Notations logiques (OCL en UML) Diagrammes de transitions détats… Spec dexigences (langue naturelle, notation logique) Spécification du comportement Spécification de limplantation (comportement utilisant des composantes données) Implantation

9 INF6001 Chap 1 9 Spécification du comportement Décrit le comportement du système en termes de séquences dinteractions possibles avec lenvironnement Les modèles à états sont les plus souvent utilisés, p.ex. au début, le système et dans létat inactif, idle ceci rend possible une transition signalisation, par laquelle le système passe à un état attente il passe puis à létat sonnerie ou signal occupé La structure interne de la spec est abstraite, ne correspond pas nécessairement à un modèle dimplantation 9 Spec dexigences (langue naturelle, notation logique) Spécification du comportement Spécification de limplantation (comportement utilisant des composantes données) Implantation

10 INF6001 Chap 1 10 Spec partielle du comportement dun téléph. Idle Dialing OffHook DialTone Path Active DialDIgits Clicks Ringing OnHook Click CallAlert StartRinging OffHook StopRing Mess. entrée Mess. sortie Notation:

11 INF6001 Chap 1 11 Spécification de limplantation Semblable à la spec du comportement Mais la spec a une structure interne qui correspond à un modèle dimplantation P.ex. un diagramme à état pour chaque composante Décrit les composantes de limplantation, etc.

12 INF6001 Chap 1 12 Vérification ou test entre niveaux Il est nécessaire de contrôler tous les suivants, et ces contrôles peuvent être faits par V&V ou test: Que la spec du comportement inclut tout le comportement décrit dans les exigences Possiblement aussi quil ny a pas de comportements additionnels indésirables Que la spec de limplantation inclut tout le comportement décrit dans la spec du comportement et, au besoin, dans la spec des exigences Que limplantation inclut tout le comportement décrit dans la spec des exigences et au besoin dans la spec du comportement Le besoin de tous ces contrôles est réduit si les différentes niveaux de specs et dimplantation sont obtenus les uns des autres à laide doutils automatiques ou semi-automatiques p.ex. compilation

13 INF6001 Chap 1 13 Placement de la vérification et test Dans la plupart des modèles de développement du logiciel, la vérification et surtout le test sont considérés comme étapes finales du processus Elles devraient au lieu être considérées comme activités parallèles à être exécutées à toutes les étapes Pour contrôler la cohérence entre étapes et la complétude de chaque étape

14 INF6001 Chap 1 14 Spécifications formelles Afin de rendre la V&V et le test plus précis et fiables, le concept de spécification formelle a été développé Une spécification formelle dun système est une spécification du comportement désiré du système, écrite dans une notation fournie dune base logique, Donc adaptable à des processus de vérification et tests automatisés Une spec formelle peut être prise comme expression dexigences dusager Ou une spec formelle peut elle-même être testées ou validée, vérifiée par rapport à des exigences exprimées dune autre façon (langue naturelle, autre langage formel) Aussi, les specs formelles peuvent être utilisées comme terme de comparaison pour la V&V ou le test À voir… cest le contenu de ce cours

15 INF6001 Chap 1 15 Modélisation de systèmes informatiques Dans leur réalité physique, les systèmes informatiques sont extrêmement complexes Courants électriques qui circulent dans un système Peuvent être interprétées de façons différentes Afin de les analyser, il est nécessaire dutiliser des simplifications, des abstractions, des interprétations : Chercher à capturer ce que lusager peut considérer important à un moment donné Toute simplification, tout modèle Capture certaines propriétés et en ignore autres Capture certaines possibilités derreur et en ignore dautres P.ex. dans ce cours nous ne prendrons pas en considération les aspects temps réel

16 INF6001 Chap 1 16 Modèle Une spec formelle est un modèle abstrait Un modèle est une entité qui se comporte comme le système réel de certains points de vue P.ex. un modèle davion pourrait Être comme lavion, mais beaucoup plus petit Être comme lavion, mais ne pas voler Se comporter comme lavion pour le pilote, mais il ne peut pas avoir des passagers, ne peut pas voler, etc. (simulateur de vol) Donc il est une abstraction Un modèle formel dun logiciel est une entité mathématique qui a certaines des caractéristiques du logiciel, mais pas toutes P.ex. nest pas capable de fonctionner à la même vitesse, ne peut pas produire la sortie dans lexacte forme désirée, etc.

17 INF6001 Chap 1 17 Conception et description à couches

18 Couches dans logiciels INF6001 Chap 1 18 Couche n+1 Utilise les services de la couche n et fournit des services à la couche n+2 Couche n Utilise les services de la couche n-1 et fournit des services à la couche n+1 Couche n-1 Utilise les services de la couche n-2 et fournit des services à la couche n Services = fonctionnalités En pratique, les services seront des méthodes ou fonctions

19 INF6001 Chap 1 19 Conception à couches des protocoles Un protocole peut contenir un grand nombre de fonctionnalités Pourrait être défini comme un seul programme, mais ceci serait excessivement complexe à Implanter Vérifier Tester etc. Le manque de modularité rendrait aussi difficile léchange de modules préfabriqués entre compagnies

20 INF6001 Chap 1 20 Expressivité du concept de service Si les couches sont bien conçues, il est possible dexprimer le service fourni par une couche de manière à cacher le mécanisme interne de la couche P. ex. une pile fournit 12 volt Cest le service quelle fournit, quelle soit NiCa, NiMh, Alcaline, etc. – nimporte Offrant ce service, elle peut être utilisée dans des moteurs qui ont besoin de ce voltage Le moteur à son tour offre un service, identifié par des paramètres tels que puissance: p.ex. 0.05hp, nimporte son fonctionnement Offrant ce service, il peut être utilisé dans des appareils qui ont besoin de cette puissance: p.ex. des modèles dauto

21 Expressivité du concept de service Pile + moteur = force motrice Moteur + modèle auto = jouet fonctionnel Service sous-jacent + protocole = nouveau service À chaque niveau, on peut oublier le service sous-jacent et utiliser directement le nouveau service INF6001 Chap 1 21

22 INF6001 Chap 1 22 Communication entre pairs The sales manager of company A may need to do a transaction with the sales manager of company B: I want to buy X amount of product P. Negotiation on prices, etc. may take place: Manager AManager B negotiation protocol

23 INF6001 Chap 1 23 Fournisseur de service Since A and B are not in the same place, they must rely on some transport mechanism to transfer the Protocol Data Units (PDUs) between them Manager AManager B Service Provider PDUs Service Data Units SDUs Service Data Units SDUs

24 INF6001 Chap 1 24 Couches The Service Provider itself must be implemented by communicating entities... it is implemented by admin assistants who write letters. These letters include the simple text provided by the managers into other text such as: Date... Dear Sir... Yours Sincerely... It is then passed to the mailing service provider. Manager AManager B PDUs Service Data Units Assistant AAssistant B Service Provider Service Data Units

25 INF6001 Chap 1 25 Et encore couches The assistant interfaces directly with the secretaries. They include the letters into addressed envelopes and pass them on again to the lower layer service providers... Manager AManager B PDUs Service Data Units Assistant AAssistant B Secretary ASecretary B Service Provider SDU

26 INF6001 Chap 1 26 Ajout den-têtes (encapsulation) Manager A PDUs Assistant A Secretary A Service Provider Header1Payload Header1 Payload Header1Payload Header2 Header3

27 INF6001 Chap 1 27 Layered Systems Concepts At each layer, an entity has a message exchange with a peer entity on the other side. This exchange is made up of Protocol Data Units. Hence the term peer protocol Peer-to-peer implies that either side can initiate a session and has equal responsibility Direct transmission of PDUs is not possible (except in extremely simple protocols). An underlying service provider must be invoked, by means of Service Data Units (SDUs). The underlying service provider consists in its own turn of peer entities. To transmit the message coming from the protocol entity above, the lower level peer entity adds a header (or possibly a trailer) to the message. It then passes the message to the level below, who will add another header (trailer), etc.

28 INF6001 Chap 1 28 Concepts of Layered Systems (Continued...) The message and all the headers (trailers) it has acquired will eventually be transmitted between the lowest layer peer entities. As the message moves up on the other side, the headers (trailers) tacked on by peer entities are progressively stripped at each level secretaries will strip the envelopes, assistants will strip Date... Dear Sir... Yours Sincerely highest level entity will eventually receive protocol unit sent by peer on the other side Layering should be seen as a way to simplify the description of a protocol by decomposing it Does not need to be implemented, although very often it is Because it also simplifies the implementation, V&V, test, etc.

29 INF6001 Chap 1 29 Some layers can be skipped in certain cases Layer n Layer n +1 Layer n +2 Sometimes a layer is allowed to use directly services from two layers below. This is done in order to simplify the description: clearly, in the example above, layer n+1 would have to be more complicated if it couldnt be skipped.

30 INF6001 Chap 1 30 Comment choisir les couches? Plusieurs critères de génie logiciel peuvent nous aider à trouver une bonne façon de décomposer un protocole complexe en couches Du point de vue de la vérification, le critère le plus important est que les interfaces de service puissent être décrite de façon beaucoup plus simple que la somme des protocoles sous- jacents Exemples à suivre Ceci est dailleurs un principe commun en génie P. ex. la spécification du service dune pile électrique peut inclure le voltage et les dimensions Pas normalement le fonctionnement interne: alcaline, NiCa, etc… Le service offert par une couche disolation thermique peut être décrit en termes de RXX, le coefficient disolation,sans devoir dire quelle est la structure interne de la couche (fibre de verre, mousse…)

31 INF6001 Chap 1 31 Couches OSI Réf:

32 INF6001 Chap 1 32 Modèle de référence Open Systems Interconnection

33 INF6001 Chap 1 33 Fonctionnement Global

34 INF6001 Chap 1 34 OSI Lower Layers Physical. Responsible for the actual transmission of bits over a physical medium (but the physical medium itself is below the physical layer). Data Link. Responsible for the accurate transmission of data between two adjacent systems: error detection and correction, data sequencing. Network. Addressing and routing. Responsible for data delivery to the final destination. Transport. Responsible for reliable end-to-end data transmission. Creates and removes packets, i.e. the transport layer will take a byte stream (a logical message) from a session entity, packetize it for transmission by the network layer, and de- packetize it for delivery of a byte stream to a session entity.

35 INF6001 Chap 1 35 OSI: Different scope of coverage by layers 1,2,3 and layer 4 and above transport layer data link layer transport layer data link layer but-à-but liens adjacents network layer physical layer netwk layer

36 INF6001 Chap 1 36 Couche Transport Correspond à la couche TCP dans TCP/IP Trois fonctionnalités de base: Transforme les paquets en chaînes doctets Masque la paquetage aux couches supérieures En dessus du transport, on ne considère plus les erreurs de transmission paquets Ignore les relais intermédiaires But à but, End-to-end La couche transport est donc un pivot essentiel dans une pile de protocoles

37 INF6001 Chap 1 37 OSI Higher Layers Session. It keeps track of the dialogue between peer entities. The entities can stop and restart the dialogue by agreement or in response to system failures, can make periodic checkpoints, etc. (e.g. I am stopping now, will restart later, make sure you know where Ill restart) Presentation. Responsible for the presentation of data. It negotiates with other layers how the information will be represented. ( I will send you MS-Word files, OK? No, I dont speak MS, can you send in PDF? Etc.) Application. This layer provides facilities that are used directly by applications. E.g., directory services, remote procedure call, transaction control.

38 INF6001 Chap 1 38 Entités OSI N+1-Protocol Entity N-Service Provider N+1-PDUs N-SDUs N-SAP SAP: Service Access Point

39 INF6001 Chap 1 39 Entités et unité de données OSI N+1Protocol Entity N+1 PDUs N-SDUs N Protocol Entity N-1 Service Provider N-1 SDUs N PDUs N Service Provider

40 INF6001 Chap 1 40 Service Data Units (SDUs) Request : Une entité sollicite un service Indication : Une entité est informée d'une demande de service Response : Une entité a rendu le service, si possible Confirmation : Une entité est informée que le service a été rendu SAP REQUESTINDICATION CONFIRMATIONRESPONSE Service non confirmé Service confirmé SAP

41 Cas dusage dans la couche transport OSI INF6001 Chap 1 41

42 INF6001 Chap 1 42 Exemple: Service de la couche Transport OSI Cas dusage T-ConReq T-ConConf T-ConInd T-ConResp A B Connexion avec Succès A B T-ConReq T-DiscInd T-ConInd T-DiscReq A B Connexion refusée par B A B Tentative de connexion de A refusée par le fourniss. de service T-ConReq T-DiscInd T-DatReq T-DatInd A B Transfert Données A B A et B sont les SAPs des entités de protocoles A et B

43 INF6001 Chap 1 43 Service couche transport: déconnection Cas dusage T-DiscReq T-DiscInd A B A décide de déconnecter T-DiscReq A B Les deux décident de déconnecter (collision) T-DiscInd A B Le fournisseur de Service décide de déconnecter Il y en a quelques autres…

44 Service Transport: Échange typique INF6001 Chap 1 44 (Notes de cours du Prof. Bochmann, UdOttawa) (Nouvelle connexion)

45 Two-way handshake Note that only two messages are sufficient in order to establish connection This is because TS assumes that the underlying services are perfect, this means that all messages are (eventually) delivered So a last message from initiator back to responder is unnecessary In fact, this fact also determines other aspects of this SDU exchange INF6001 Chap 1 45

46 Décomposition et fonctionnement de la couche Transport OSI INF6001 Chap 1 46

47 INF6001 Chap 1 47 Protocoles et interfaces Il y a une interface logique entre la couche N et la couche N-1 SAP N SAP N-1 Protocole Couche N Interface entre couche N et couche N-1 Couche N décomposée

48 INF6001 Chap 1 48 Fonctionnement de protocoles et interfaces Le protocole de couche N génère et répond aux unités de service (SDUs) allant au provenant de SAP N Il génère et répond aussi aux unités de protocoles (PDUs) allant au provenant de linterface avec SAP N-1 L interface: encapsuler, décapsuler Prend les unités de protocoles (PDUs) générées par le protocole N et les encapsule pour former des unités de service(SDUs) dirigées au SAP N-1 Prend les unités de service générées (SDUs) par le protocole N-1 et les décapsule pour générer des unités de protocole (PDUs) dirigées au protocole N

49 INF6001 Chap 1 49 La couche transport OSI et ses unités de données pour la phase connexion T-SAP N-SAP Protocole Couche T Interface Avec couche réseau: Encapsulation, décapsulation T-ConReq, T-ConResp, T-ConInd, T-ConConf CR, CC Unités de service couche Réseau N=Network=Réseau CR et CC sont les PDUs: ils sonttransmis vers ou des couches inférieures encapsulés dans N-DatReq¸ N-DatInd, p.ex. N-DatReq(CR, …) Unités service couche transport: Ce schéma sapplique à toutes les couches

50 INF6001 Chap 1 50 Idéalement, la transmission des PDU est directe Protocole Transport Protocole Transport T-SAP CR T-ConReq T-ConInd

51 INF6001 Chap 1 51 En réalité, elle passe à travers le service sous-jacent Protocole Transport Interface Protocole Transport Service Réseau (Network) T-SAP T-ConReqT-ConInd N-SAP CR N-DatReq(CR,…) Observez comment les primitives dun protocole (CR dans ce cas) sont transmis comme données au niveau sous-jacent et puis récupérés décapsulation encapsulation

52 Au début … Le fait quun CR de transport est transféré comme donnée par la couche réseau suppose quil y a déjà une connexion à la couche réseau … Comment faire si elle nexiste pas? Il y a un mécanisme pour traiter ce cas: Le protocole transport peut créer une connexion réseau en invoquant directement une N-ConReq (au lieu de passer un CR) Détail technique sur lequel je ninsisterai pas INF6001 Chap 1 52

53 INF6001 Chap 1 53 Connexion Réseau Dans la couche Transport, nous pouvons avoir plusieurs connexions Les demandes de connexion Transport sont normalement reliées à la couche Réseau encapsulées comme données comme suit: N-DatReq(CR(params), params) Les params ajoutés dans lencapsulation sont spécifiés dans les détails du protocole

54 INF6001 Chap 1 54 Unités traitées par le protocole transport, phase connexion (simplifié) T Service Primitives (T-SDU) T Protocol Primitives (T-PDUs) T-ConReq incoming CR incoming/outgoing T-ConInd outgoing CR incoming/outgoing T-ConResp incoming CC incoming/outgoing T-ConConf outgoing CC incoming/outgoing

55 Scénario typique (travail de Hanene Ben Yedder, 2010) INF6001 Chap 1 55 (Sera plus clair après le prochain chapitre) Nouvelle connexion

56 Les autres couches Les autres couches OSI suivent essentiellement les mêmes principes Nous avons utilisé lexemple de la couche transport car elle est la plus simple et propre INF6001 Chap 1 56

57 Décomposition et recomposition de SDUs et PDUs entre couches INF6001 Chap 1 57

58 INF6001 Chap 1 58 Rélation entre SDU et PDU Dans le cas le plus simple, une couche transmet les données telles quelles à la couche adjacente, après avoir ajouté ou enlevé ses propres informations. Mais souvent nous avons: Segmentation/réassemblage Groupage/dégroupage Concaténation/séparation

59 INF6001 Chap 1 59 Pourquoi segmentation, groupage, etc. Les entités de données doivent être organisées selon les besoins des protocoles dans les différentes couches P.ex. dans les premières 3 couches, il est pratique davoir des courtes unités dinformation (paquets, trames…) car les protocoles se préoccupent de Détection et correction derreurs: pour pouvoir localiser lerreur et au besoin retransmettre seulement linformation qui a été touchée par lerreur Multiplexage des canaux: plusieurs connexions partagent les canaux, donc on le donne à chaque connexion pour un court instant seulement Après la couche transport, il est plus convenable de travailler avec des unités dinformation qui ont une signification logique La couche transport elle même transmet aux niveaux supérieurs des chaînes doctets de longueur arbitraire, mais ayant une valeur logique Une commande de transaction, un message électronique, une interrogation SQL…

60 INF6001 Chap 1 60 Encapsulation simple PCI: Protocol Control Info (source des figures : aux-generalites/Cours/4-3.htm

61 INF6001 Chap 1 61 Segmentation/réassemblage Fonction d'une couche(N) mettant en correspondance une SDU(N) avec plusieurs PDU(N) Adaptation de la taille des données (N-SDU) aux caractéristiques de transmission (N- PDU) Problème : identification des PDU transportant les données constituant la SDU. Exemple : Couche Transport qui rassemble les paquets pour en faire des entités logiques PCI: Protocol Control Info

62 INF6001 Chap 1 62 Groupage/dégroupage Fonction d'une couche(N) mettant en correspondance plusieurs SDU(N) avec une seule PDU(N) Adaptation de la taille des données (N-SDU) aux caractéristiques de la transmission (N- PDU) Diminution du surcoût (overhead) Problème : identification des SDU transportées. Exemple : le tamponnage (bufferisation) des données sous TCP

63 INF6001 Chap 1 63 Concaténation/séparation Fonction d'une couche (N) mettant en correspondance plusieurs PDU(N) avec une seule SDU(N) Adaptation de la taille des données aux caractéristiques du service (N-SDU) Diminution du surcoût (overhead) Problème : identification des PDU transportées Exemple : La couche Session qui subdivise des longues interactions en sessions

64 Modes non-connecté et connecté Deux principes différents de fonctionnement de protocoles INF6001 Chap 1 64

65 INF6001 Chap 1 65 Mode Connecté (connection-oriented) 3 phases : phase d'établissement de la connexion phase de transfert de données phase de libération de la connexion un contexte (réparti) est partagé par les membres de la connexion : par exemple : le numéro du paquet permet (facilite) le contrôle et la gestion du transfert de données : contrôle d'erreur, contrôle de flux, maintien en séquence, etc. les messages échangés comportent des informations qui ne sont utilisables que grâce à la connaissance de ce contexte : par exemple : le numéro de paquet / la largeur de la fenêtre coulissante Exemple de protocole utilisant le mode connecté:TCP

66 INF6001 Chap 1 66 Mode non connecté (connectionless) 1 seule phase: le transfert de données chaque unité de transfert de données est acheminée indépendamment les entités communicantes ne mémorisent rien ("memoryless"). les messages échangées sont auto-suffisants ("self- content") pas dacquittement de messages (no ack) exemple: datagrammes en IP

67 INF6001 Chap 1 67 Comparaison Le mode non connecté est beaucoup plus simple à programmer et gérer, il est beaucoup plus efficace. Il laisse beaucoup de responsabilités aux couches supérieures et à lusager Sur mediums très fiables (p.ex. Fibres optiques) avec commutation très efficace, en pratique le mode sans connection peut fournir une QoS très semblable à celle du mode connecté Pour quelques apps, p.ex. multimédia, il nest pas essentiel que tous les paquets soient reçus Dont la popularité du protocole IP

68 Un peu dhistoire: OSI et Internet INF6001 Chap 1 68

69 OSI, passé et futur LOSI tel quel nest plus pratique aujourdhui Étant donné le succès des protocoles basés sur lIP Cependant, les concepts de lOSI sont plus sophistiqués que les concepts des protocoles utilisés plus récemment Il y a encore une forte influence de ces concepts sur les nouveaux protocoles Comme nous verrons INF6001 Chap 1 69

70 INF6001 Chap 1 70 Various success of OSI concepts The lowest layers of OSI pre-existed OSI and were the most successful (X.25=LAP-B, subsequently modified for use in ISDN) However these protocols have lost importance because they emphasize error detection which has now been rendered almost obsolete by very reliable communication links and can be done in part by the application The higher layers of OSI were the least successful. Especially Session and Presentation were thought to be too complex to implement. It was thought to be preferable to leave such functionalities to the application, i.e. end user.

71 INF6001 Chap 1 71 Various success of OSI concepts (Continued) One of the least successful aspects of OSI seems to have been the connection-oriented approach Each layer starts a connection Each connection keeps data in order Complexity and overhead to do this! IP instead is connectionless: each packet travels on its own At the higher layer, if the the user requires a connection, it will use TCP to reorder messages. Otherwise UDP (User Datagram Protocol) will be used and the responsibility of reordering messages and detecting missing messages is left to the application.

72 INF6001 Chap 1 72 Various success of OSI concepts (Continued) So, what is left of OSI? The idea of protocol layering remains very important and all complex protocols today are layered The notion of service has been transformed into the notion of Protocol interoperability The names of the layers are still used to understand the place of a protocol We still talk of protocols at the transport, application, etc. layer Several OSI Application Layer concepts were found to be useful (Middleware!) and are important in service engineering P. ex. Protocols for Remote Procedure Call

73 INF6001 Chap 1 73 Modèle à couche en OSI et en TCP/IP Le modèle à couche de lOSI est utilisé dans TCP/IP Mais les couches Présentation et Session sont absentes (laissées à lapplication dusager) Aussi, tandis que le modèle OSI met laccent sur les deux concepts de service et protocole La description du service étant souvent beaucoup plus simple que la description des protocoles sous-jacents Le modèle TCP/IP met laccent sur le concept de protocole Les services et les primitives de services ne sont pas précisément décrits en TCP/IP Il y a seulement le concept dunités de protocoles qui peuvent être encapsulées et passés aux couches inférieures Tandis que en OSI la déf du modèle a précédé la déf du protocole, pour TCP/IP cest le contraire

74 INF6001 Chap 1 74 A bit of history TCP/IP was developed for use by the USA military starting in the late 60s and 70s (ARPANET). X.25 (the lowest 3 layers of OSI) were developed by the CCITT (now ITU-T) in the seventies. It was widely implemented, esp. in Europe. OSI was an effort to extend X.25. It ended up being quite complex. In the late nineties, OSI was abandoned and there was a return to TCP/IP.

75 INF6001 Chap 1 75 OSI Protocols and Internet Protocols: Methodological aspects Internet Protocols are constructed by a very pragmatic approach Protocols are simple, the concepts are simple Much research on protocol engineering was done at the time of OSI and is still valid There is lack of Software Engineering concepts in IP Concepts such as: Formal specification and verification, conformance testing are absent from IP If you want to develop a new implementation, just copy it from an existing one and make sure that it does the same thing... IP is evolving and is adopting and adapting OSI concepts Nous verrons ceci dans la dernière partie du cours Donc il vaut la peine de les connaître...

76 La notion de service ou dinteropérabilité… INF6001 Chap 1 76 Quel est le service fourni par chaque entité? Quelle est son interface? ?

77 INF6001 Chap 1 77 Une bonne référence Le manuel classique de Tanenbaum Réseaux contient une bonne discussion de ces points

78 INF6001 Chap 1 78 The Standards World

79 INF6001 Chap 1 79 Interconnection and standards Everything in telecom may appear to be easy if one thinks of only one carrier: e.g. internet telephony nowadays is a reality in proprietary systems: all participants must subscribe to the same carrier. However the essence of telecom is several carriers working together to provide a set of commonly understood services. Services are programmed independently by different carriers Externally, they must behave in the same way They may have to interact with related services provided by other carriers commonly understood protocols

80 INF6001 Chap 1 80 Standard bodies The most important standard body in telecom is the ITU-T. International Telecommunications Union, an agency of the United Nations. See The -T stands for Telecom Standardization Sector -R stands for radio Also influential: ISO International Organization for Standardization, also agency of the UN But ISO has now withdrawn from telecom sector In North America: ANSI American National Standards Institute Many others: TIA: Telecom Industry Association ETSI: European Telecom Standards Institute ATM Forum IETF for Internet...

81 INF6001 Chap 1 81 How Standard Bodies Work (there is a variety of procedures) Consensus process Voluntary process, driven by government regulators and industries Typical operation (ISO, ITU): Member bodies are countries (Canada, USA, UK, France...). (In other cases, they can be companies, etc.) Member bodies have own standards councils (e.g. Standards Council of Canada ), participants are interested individuals (the experts ), often delegated by companies. Member bodies propose Work Items (something that needs to be standardized) Work item is approved by international ballot A committee is formed, made of interested experts from several countries

82 INF6001 Chap 1 82 The committee meets many times and works on progressively more complete working drafts ² Each draft is submitted for ballot to member bodies. Each body decides on the vote (yes, no, abstain). Votes include technical comments for enhancements, etc. ² The final approved document is called a standard or recommendation. ² Standard and recommendations are then maintained and periodically enhanced by appropriate committees, again each change must be discussed and approved. Typical operation (ISO, ITU) (Continued...)

83 INF6001 Chap 1 83 What are standards based on Some standards simply document preexisting industrial practices, regulations, or de facto standards (e.g., metric). However these are usually modified during the standardization process, trying to make them more complete and more consistent Other standards attempt to combine existing practices and regulations, usually trying to establish a compromise different practices may become different options Some standards are created in the standardization bodies in order to respond to some needs (much of the Open Systems Interconnection was like this).

84 INF6001 Chap 1 84 Who participates in the standardization process This varies very much, according to the type of standard and of standard organization. In the past, ISO and ANSI standards were mostly driven by industrial concerns ITU standards were mostly driven by government regulatory bodies in telecom in Europe, the PTTs (Post, Telephone, Telegraph ministries) in NA, large companies having dominance in some areas Other standard bodies are organized by professional associations, for example electrical engineers in the case of the IEEE. De-regulation is giving more importance to the real implementers and users, this means the industries.

85 INF6001 Chap 1 85 De-regulation The telecom industry used to be heavily regulated by governments. Governments (PTTs) were the carriers, they set the standards, and they implemented and used them. Users, other companies had almost no say International agreements have opened the field. Effect: Governments have only minimal regulatory say. For example, they regulate the use of transmission frequencies and they auction them. They are still useful as mediators. Companies can offer telecom services to individuals. Large telecom R&D agencies associated with governments have had to become commercial (p.ex. France Telecom).

86 INF6001 Chap 1 86 The varying value of standards In the past, the main players in telecom were governments and associated companies. ITU recommendations were agreed on among them and were like laws: everyone used them. Standardization process was slow. It took years to complete a standard. De-regulation has created a more fluid situation. If a group of companies that is sufficiently strong agrees on some system architecture, that one can become like a standard among these companies. Others can also join. many such groups exist, and are dynamically reconfiguring themselves It happens now that standards created by official standardization bodies are not getting used, while other rules that are not official standards attain wide use. ITU, ISO, etc. are starting to try and catch up by speeding the standardization process and enabling fast standardization of existing industrial practices.

87 INF6001 Chap 1 87 De facto standards De facto = Latin for: in actual fact, though not perhaps justly or according to law (Longmans dictionary) (opposite is de jure ) These are generally recognized rules, which are not standards of any standards body. Internet (TCP/IP), the WWW were at the beginning de facto standards UNIX, Windows in the operating systems also were de-facto Now they are being regulated, standardized De facto standards are quite strong, because they have survived on their own only because of user satisfaction. Often they become official standards when some standard body becomes interested in them. They may be popular variations of existing standards

88 INF6001 Chap 1 88 Current situation Companies work hard to provide increasingly complex systems at lower costs. Users shift allegiances quickly to find companies that offer more for less. There are lots of different standards, and variations of standards. High quality of telecom services was expected in the past situation of strict government regulation and monopoly. This quality may decline in the short run, to test how bad (and inexpensive) it can get before customers stop buying a product. De facto standards may become dominant.

89 INF6001 Chap 1 89 Standards and Implementation Standards usually contain architectural information i.e. they decompose the system in parts and specify internal protocols between the parts it is important to understand that such decomposition has no normative value. implementor is free to decompose the system in another way and to have different internal protocols as long as the externally observable behavior of the system is as specified in other words, the system is a black box and the internal decomposition is only for description purposes the decomposition and protocol specified in the standard can be very inefficient to implement, this does not matter.

90 INF6001 Chap 1 90 A standard defines a Black Box The way it is described (yellow) does not have to be the way it is implemented (green) But description and implementation must look the same at the interfaces (red)

91 INF6001 Chap 1 91 Histoire de lingénierie des protocoles Les premiers protocoles étaient le produit exclusif de compagnies ou autres organisations Ladoption dun protocole se faisait en achetant et installant une implantation donnée LOSI fut un effort de créer des protocoles normalisés et modulaires, pour favoriser la combinaison dimplantations partielles entre compagnies Il fut reconnu (fin 1970) que afin que ceci soit possible, il était nécessaire de pouvoir Spécifier de façon formellement précise les différentes composantes (couches, protocoles) Adopter des précis critères de V&V et de test

92 INF6001 Chap 1 92 Histoire de lingénierie des protocoles (ctn) La plupart de la recherche discutée dans ce cours fut faite dans les années Plus. facteurs on contribué au ralentissement de ce filon de recherches: Leffritement de leffort OSI et le retour à des protocoles plus simples et déjà bien compris (TCP-IP) La réalisation par les industries que lutilisation de méthodes rigoureux de développement logiciels est coûteux et lent Peu de considération pour le travail de conception par rapport aux phases finales dimplantation Le coût de développement de logiciels pour bien supporter ce type de méthodes Étant donné quun grand nombre de concepts ont déjà été découverts, beaucoup de chercheurs ont passé à autres sujets… Cependant ces techniques retrouveront leur valeur avec laugmentation de la complexité des applications et un nouvel intérêt pour la qualité du logiciel

93 INF6001 Chap 1 93 Concepts importants de ce chapitre Niveaux dans la conception et réalisation de logiciel Vérification, validation, test entre niveaux Couches de protocoles La normalisation des protocoles


Télécharger ppt "1 Chapitre 1 Généralités sur les protocoles et les méthodes de génie de protocoles w3.uqo.ca/luigi."

Présentations similaires


Annonces Google