La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Télescopes Instruments et types d’observations Détecteurs Images astronomiques L’observation astronomique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Télescopes Instruments et types d’observations Détecteurs Images astronomiques L’observation astronomique."— Transcription de la présentation:

1 Télescopes Instruments et types d’observations Détecteurs Images astronomiques L’observation astronomique

2 Fin du 16 e siècle : les premières « lunettes d’approche » sont construites aux Pays-Bas 1609 : Galilée construit une lunette et s’en sert pour observer le ciel 1671 : Newton construit le premier télescope réflecteur Télescopes Galilée observant le cielRéplique du 1 er télescope de Newton

3 Types de télescopes Réfracteur (lunette astronomique) : − basé sur des lentilles → taille limitée à ~1 m aberrations chromatiques Réflecteur (télescope) : − basé sur des miroirs → pas de verre à traverser mais obstruction partielle Télescopes - 2

4 Caractéristiques principales du télescope Diamètre du miroir primaire d → surface collectrice Distance focale F → échelle de l’image dans le plan focal : F / (en mm/arcsec si F en mm) Rapport d’ouverture F / d → vitesse optique (concentration du flux) Pouvoir séparateur θ = 1.22 λ / d pour une ouverture circulaire de diamètre d d F Télescopes - 3

5 Autres caractéristiques du télescope Qualité d’image − diamètre angulaire du cercle dans lequel se concentre une fraction donnée de la lumière issue d’une source ponctuelle Champ − région du plan focal éclairée ou : − région du plan focal où la qualité d’image est suffisante Courbure du plan focal (ex : télescope de Schmidt – grand champ mais plan focal courbé) Télescopes - 4

6 Types de foyers Plusieurs possibilités : (1) on place le détecteur au foyer primaire (2) on utilise un miroir secondaire pour renvoyer le faisceau vers un autre foyer – Newton – Cassegrain – Coudé – Nasmyth Télescopes - 5

7 Monture équatoriale Pour que le télescope reste pointé vers un objet céleste, il faut compenser la rotation de la terre → télescope monté sur 2 axes : – un 1 er axe parallèle à l’axe de rotation de la terre (axe horaire) – un 2 d axe perpendiculaire à celui-ci (axe de déclinaison) → il « suffit » de donner à l’axe horaire un mouvement de rotation d’un tour par jour sidéral Télescopes - 6

8 Monture altazimutale Grâce aux ordinateurs, on peut revenir à une monture plus simple : – un 1 er axe vertical (axe d’azimut) – un 2 d axe horizontal (axe d’élévation) Avantages : – plus simple, plus compact → moins cher – axes parallèle et perpendiculaire à la gravité → plus stable → système adopté pour les grands télescopes modernes Télescopes - 7

9 La grande majorité des observations astronomiques consistent à analyser les photons collectés par le télescope : Photométrie : nombre de photons par unité de temps dans une bande spectrale donnée (→ filtres) Imagerie : photométrie + nombre de photons en fonction de la direction d’observation Spectroscopie : répartition des photons en fonction de leur énergie (→ de leur longueur d’onde λ) Polarimétrie : répartition des photons en fonction de leur polarisation + Combinaisons de ≠ techniques (ex : spectropolarimétrie) Instruments et types d’observations

10 Le premier détecteur utilisé fut l’œil humain (ou plutôt sa rétine) Inconvénients : – temps d’intégration court (~ 1/15 e de seconde) – pas de conservation (fiable) de l’enregistrement L’émulsion photographique apporta un progrès énorme Avantages : – possibilité de longs temps d’intégration (plusieurs heures) – enregistrement conservé Inconvénients : – faible efficacité (~ 3% des photons sont détectés) – non linéarité (le noircissement de l’émulsion n’est pas proportionnel au flux lumineux) – mauvaise reproductibilité Détecteurs

11 Détecteurs électroniques Les années 70 et 80 voient le développement de détecteurs électroniques (Reticon, Digicon…) Parmi ceux-ci, c’est le détecteur CCD (Charge-Coupled Device) qui s’impose assez rapidement. Avantages par rapport aux émulsions photographiques : – efficacité quantique (jusqu’à > 90%) → gain d’un facteur 30 ! – linéarité Inconvénients : – taille réduite (quelques cm 2 ) – sensible aux rayons cosmiques Détecteurs - 2

12 Détection des photons dans un semi-conducteur Les CCD sont basés sur des semi-conducteurs (généralement Si) Ceux-ci se caractérisent par une bande de valence et une bande de conduction séparées par un gap. Au zéro absolu : – la bande de valence est pleine – la bande de conduction est vide – un photon peut être absorbé en communiquant son énergie à un e − de la bande de valence qui est envoyé dans la bande de conduction Détecteurs - 3 E bande de conduction bande de valence E gap E e−e− h+h+

13 Collecte des charges Les e − de la bande de conduction sont libres de se déplacer dans le silicium Des électrodes placées sur la surface créent des puits de potentiel qui attirent ces e − libres Détecteurs - 4 silicium couche isolante électrode V +

14 Détecteurs - 5 Fonctionnement du CCD « channel stops » (régions dopées p) silicium électrodes pixel Collecte de charge (obturateur ouvert) Transfert de charge (obturateur fermé) ampli de sortie

15 Sensibilité des CCD Les photons peuvent être absorbés si E γ > E gap N γ ~ α (E − E gap ) tant que E pas trop élevé puis sature et diminue Détecteurs - 6 Efficacité quantique d’un type de CCD Efficacité quantique = pourcentage des photons incidents qui sont détectés

16 Absorption des photons dans le silicium Les photons pénètrent plus profondément quand λ augmente Les électrodes sont opaques dans l’UV Détecteurs - 7 silicium couche isolante électrode V +

17 Amélioration de la sensibilité dans le bleu et l’UV CCD amincis et illuminés par l’arrière : thinned backside illuminated CCDs Détecteurs - 8 silicium couche isolante électrode V + L’indice de réfraction du Si est élevé → possibilité de réflexions multiples aux grands λ → possibilité de franges si les surfaces ne sont pas parfaitement planes

18 Linéarité et saturation Lorsque le puits de potentiel approche du remplissage, les e − libérés sont de moins en moins attirés vers les électrodes → non linéarité puis saturation Détecteurs - 9 NeNe NγNγ 0 ~10 5 Le transfert de charge est également perturbé → blooming

19 Signaux indésirables Courant noir : e − libérés par effet thermique → refroidir le CCD Impacts de rayons cosmiques : particules ionisantes qui traversent le CCD → libération d’un grand nombre d’ e − dans quelques pixels contigus (repérés par leur forme ou par poses multiples) Détecteurs - 10

20 Biais, gain et bruit de lecture Ampli de sortie → bruit interne intrinsèque (dépend de l’électronique, de la vitesse de lecture) = bruit de lecture (RON – readout noise) typiquement quelques e − Dynamique du CCD : RON ~1, saturation ~10 5 → dynamique ~10 5 Convertisseur analogique – digital (ADC) : transforme le signal mesuré en un nombre (ADU – Analog to Digital Unit) généralement 16 bits (0 → 65535) Gain : g = N e / N ADU ~1 (unité : e − /ADU) Biais : constante additive pour éviter des signaux négatifs (et donc de perdre un bit pour le signe) Détecteurs - 11

21 Non-uniformités interpixels Causes possibles : – légères variations de taille d’un pixel à l’autre – poussières sur la caméra – éclairement non uniforme du champ… Détecteurs - 12 CCD idéal CCD réel* Observation d’un champ uniforme (*un brin exagéré)

22 Non-uniformités interpixels Peuvent dépendre de λ: → difficiles à corriger si observations en filtres à large bande Détecteurs - 13 Non-uniformités intrapixels La sensibilité dépend de l’endroit dans le pixel où le photon est absorbé → difficiles à corriger si image pas bien échantillonnée

23 Profil instrumental Image d’un source ponctuelle à travers une ouverture circulaire = anneaux d’Airy Images astronomiques ΔθΔθ « Seeing » Observations au sol → turbulence atmosphérique Si pose suffisamment longue → image plus ou moins « floue »

24 Résolution spatiale (ou angulaire) ≈ distance angulaire minimale entre deux sources ponctuelles de même intensité qui peuvent être résolues ≈ largeur à mi-hauteur de l’image d’une source ponctuelle (FWHM = Full Width at Half Maximum) Images astronomiques - 2 FWHM Par abus de langage, on appelle seeing la FWHM d’une source ponctuelle observée par un instrument au sol Typiquement, le seeing est ~1" (~0.5 " dans les meilleurs sites)

25 Rapport signal-sur-bruit : S/N = rapport entre le signal et son incertitude de mesure (le « bruit ») – dans un pixel – dans un objet astronomique Comptage des photons : obéit à la statistique de Poisson → σ = √N e Images astronomiques - 3 S S ciel S obj

26 Magnitude limite = magnitude de l’objet le plus faible que l’on peut détecter sur une pose donnée, avec un rapport S/N donné (ex : S/N = 3) Images astronomiques - 4

27 Réduction d’image = transformation d’une image brute en une image scientifiquement utilisable (image réduite) soustraction du biais (mesuré sur images de temps de pose nul) correction des non-uniformités interpixels (division par une pose sur un fond uniforme : flat field) repérage des impacts de rayons cosmiques + correction à des fins esthétiques (scientifiquement, l’information est perdue dans ces pixels → σ = ∞) soustraction du fond de ciel calcul de l’image des σ Images astronomiques - 4

28 L’observation astronomique Fin du chapitre… Télescopes Instruments et types d’observations Détecteurs Images astronomiques


Télécharger ppt "Télescopes Instruments et types d’observations Détecteurs Images astronomiques L’observation astronomique."

Présentations similaires


Annonces Google