La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Bien choisir son oculaire Il existe une grande diversité d'oculaires. Comment les différencier ? En fonction de : leur longueur focale (exprimée en mm)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Bien choisir son oculaire Il existe une grande diversité d'oculaires. Comment les différencier ? En fonction de : leur longueur focale (exprimée en mm)"— Transcription de la présentation:

1 Bien choisir son oculaire Il existe une grande diversité d'oculaires. Comment les différencier ? En fonction de : leur longueur focale (exprimée en mm) Leur champ apparent (exprimé en degrés) Leur coulant, en général 31,75 ou 50,8 mm Leur formule optique et le nombre de lentilles Leurs qualités et défauts optiques, imputables à la formule optique et à la qualité de fabrication Leur taille et leur poids Leur prix

2 Avant tout, bien connaître son instrument d'observation Connaître le type d'instrument que vous utilisez, ses défauts optiques et ses exigences de collimation. Connaître le rapport F/d (Focale / diamètre) de votre instrument car de nombreux oculaires sont inexploitables avec des rapports F/ d inférieurs à 5. Une lunette présente un chromatisme exagéré et un télescope présente de la coma Connaître la qualité optique de son instrument. Une mauvaise qualité optique ne permet pas les grossissements élevés (Gr > au diamètre de l'instrument) Adapter les oculaires (et donc les grossissements) à la qualité mécanique de l'instrument (qualité du porte-oculaire, qualité du suivi, vibrations...). Les oculaires lourds sont inutilisables sur des instruments mal équilibrés, mécaniquement mal construits.

3 Mais aussi connaître sa vue Connaître sa pupille de sortie maximale, qui est liée à l'âge (4 à 7 mm) Retirer ses lunettes et faire la mise au point à sa vue quand on est myope ou hypermétrope Garder ses lunettes quand on est astigmate. Mais il faut choisir des oculaires à grand relief d'oeil. Le relief d'oeil est la distance à laquelle il faut placer l'oeil devant la lentille de sortie de l'oculaire. Observer avec ce type d'oculaire est compliqué car il faut absolument centrer son oeil par rapport à la lentille de sortie, ce qui peut être difficile avec des lunettes. Donc, il faut choisir l'oculaire qui offre le plus grand confort d'observation

4 Quelques calculs à faire :

5 Des résultats qui peuvent être différents pour un diamètre identique

6 Grossissements faibles, moyens ou élevés ? Grossissement faible Loculaire offre une pupille de sortie supérieure à 2.5 mm de diamètre et grossit moins de 0.4x par mm douverture (80x pour un 200 mm). Ce grossissement à lavantage de pouvoir englober les objets du ciel les plus étendus, les nébuleuses et les galaxies les plus vastes, les amas ouverts ou globulaires, les champs stellaires brillants de la Voie Lactée, les comètes brillantes ainsi que la Lune et les étoiles alentour. Cest loculaire idéal pour observer les nébuleuses brillantes et la Voie lactée avec un filtre sélectif (H-beta, O-III, etc) lorsque le ciel est bien sombre en hiver ou en été dans un site daltitude. Grossissement moyen Loculaire offre une pupille de sortie comprise entre mm et grossit entre x par mm douverture (80-140x pour un T200). Ce type doculaire est utilisé pour observer les détails dans les objets du ciel profond comme les nébuleuses brillantes diffuses ou planétaires, les galaxies, les petits amas ouverts, les amas globulaires brillants et pour lobservation à moyenne résolution des vastes étendues de la surface lunaire, des vues densemble des systèmes de Jupiter et Saturne (avec leurs principaux satellites). Il convient tout spécialement à des instruments de diamètre inférieur ou égal à 200 mm. Grossissement fort ou élevé Loculaire offre une pupille de sortie comprise entre 1.4 – 0.9 mm et grossit entre 0.7 – 1.1x par mm douverture (140 – 220x pour un T200). Cest loculaire que vous utiliserez le plus fréquemment. Il convient de le choisir avec beaucoup d'attention. Sa puissance est idéale pour observer les objets planétaires, entendons par là les planètes, la surface lunaire. Cest dans cette catégorie que votre instrument montrera ses performances optiques jusquà sa limite de résolution. Il convient également à lobservation du ciel profond, en particulier pour résoudre létoile centrale des nébuleuses planétaires, les étoiles individuelles des amas globulaires compacts ou les étoiles doubles serrées.

7 Un exemple pour un télescope newton 200/1000

8 Finalement : Ne pas hésiter à grossir pour atteindre la résolution maximale et la magnitude limite de votre instrument Préférez un oculaire ayant un champ apparent plus grand à un oculaire de plus longue focale. Vous obtiendrez un grossissement plus important, une pupille de sortie moins grande. L'image vous semblera plus contrastée car le fond du ciel sera plus sombre. Avec un bon instrument, n'hésitez pas à grossir jusqu'à 1,5 D même sur les objets du ciel profond. Certains amas, certaines nébuleuses planétaires, voire certaines galaxies, supportent de forts grossissements

9 Quelques objets du ciel profond dans un oculaire de 20 mm à 50° de champ apparent (Gr 50x), soit 1° de champ réel NGC 7027, nébuleuse planétaire dans le cygne Adaptez le grossissement au diamètre de votre instrument, mais aussi à la taille de l'objet que vous observez. M 13 est un amas brillant qui supportera un fort grossissement, lequel permettra de mieux séparer les étoiles proche du centre La nébuleuse a une faible taille, elle est difficilement identifiable sans utiliser un fort grossissement M31 est vaste, mais peu contrastée, il faut utiliser un oculaire à grand champ (82°) pour augmenter le champ réel tout en conservant un fond du ciel sombre

10 Les limites et défauts optiques Du télescope ou de la lunette astronomique Le chromatisme (lunette astronomique) La coma (télescope et lunette avec un rapport focale/diamètre inférieur à 5). Les étoiles -surtout en bord de champ- prennent une forme allongée De l'oculaire Le chromatisme (généralement en bord de champ de l'oculaire) L'astigmatisme La distorsion. L'image est déformée selon sa position dans le champ La courbure de champ La transmission ou luminosité des oculaires. Une lentille ne transmet que 96%dela lumière qu'elle reçoit. Un oculaire ayant beaucoup de lentilles devrait avoir une moins bonne transmission lumineuse.

11 Quelques types d'oculaires, leurs qualités et défauts Les oculaires orthoscopiques et plössl : 4 ou 5 lentilles, bonne transmission lumineuse, présentent courbure de champs et distortions pour les courtes et longues focales. Relief d'oeil limité, donc peu confortables. Bon rapport Q/P Plössl et orthoscopiques avec barlow intégrée augmentant le relief d'oeil. Très bon rapport Q/P Les kellner et plössl modifiés grand champ (65-70°) : bonne transmission luminuse mais présentent distortion et courbure de champ. Peu recommandés pour les télescopes très ouverts. Bon rapport Q/P Oculaires grands champs (65-70°) à 8 lentilles, équipés d'une barlow, offrant un grand relief d'oeil, peu d'aberrations (seulement un peu de chromatisme en bord de champ). Excellent rapport Q/P, idéal pour les porteurs de lunettes Formules optiques ultra grand champ (UWA) de 5 à 9 lentilles. 80°-100° de champ apparent. Oculaires de très haute qualité avec peu d'aberrations, souvent volumineux.


Télécharger ppt "Bien choisir son oculaire Il existe une grande diversité d'oculaires. Comment les différencier ? En fonction de : leur longueur focale (exprimée en mm)"

Présentations similaires


Annonces Google