La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Lieu de transmission de vie Lieu où lon donne un sens à la vie Lieu dapprentissage de la solidarité Lieu dapprentissage de la réciprocité Lieu dapprentissage.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Lieu de transmission de vie Lieu où lon donne un sens à la vie Lieu dapprentissage de la solidarité Lieu dapprentissage de la réciprocité Lieu dapprentissage."— Transcription de la présentation:

1 1 Lieu de transmission de vie Lieu où lon donne un sens à la vie Lieu dapprentissage de la solidarité Lieu dapprentissage de la réciprocité Lieu dapprentissage du pardon Lieu de transmission de la foi A quoi sert la famille ? La famille, cest le lieu où on ne se fixe pas ! Lieu dapprentissage de la correction

2 2 1 - Lieu de transmission de la vie Mais par-delà la volonté des parents et, nen déplaise aux sceptiques, il y a la souveraineté de Dieu et cette affirmation maintes fois répétée dans la Bible : toute vie humaine a du prix aux yeux de Dieu On oublie trop souvent que cest de lunion dun homme et dune femme que lon a reçu sa propre vie, union dont chacun devrait pouvoir croire quelle a été le fruit dun amour. Quelle que soit donc lidée que je me fais de ma famille, ou que ma famille se fait de moi, je peux affirmer que je suis voulu et aimé de Dieu. Je suis né parce que Dieu la décidé : «Cest toi qui as formé mes reins, qui mas tenu caché dans le sein de ma mère. Je te célèbre car je suis une merveilleuse ». (Psaumes 139 : 13 à 14)

3 3 2 - Lieu où lon donne un sens à la vie La plus grande de ces valeurs, comme nous le rappelle toute la Bible, est lamour : nous sommes en effet créés pour être aimés et pour aimer ! Cest le sens de Proverbes 1 : 6 à 8 qui invite les parents, par une pédagogie adaptée, à conduire leurs enfants « sur le chemin de la vie ». Cest aux parents de baliser ce chemin et de transmettre les valeurs essentielles Cest lamour reçu, et librement offert, qui donne un sens à la vie ; qui nous permet de jouer un rôle utile dans la société. Parce quun enfant sait accepter dêtre aimé, la famille peut devenir le lieu dapprentissage de lamour gratuit, le lieu où on découvre que lon a du prix pour lautre, que lon est aimé pour ce que lon est.

4 4 3 - Lieu dapprentissage de la solidarité Il y a dans la Bible des exemples remarquables de solidarité familiale, des modèles de loyauté et de bienveillance «La plus grande pauvreté, cest de nexister pour personne» (Mère Thérésa). La famille est le lieu où lon apprend que les autres ont du prix. On peut donc apprendre à vivre pour lautre, à se reconnaître responsable de lautre, à faire place à lautre. Lécole, les médias, lentreprise apprennent beaucoup, mais ils nenseignent pas comment vivre en paix avec les autres. Ils nous apprennent plutôt à vivre les uns contre les autres, tout étant affaire de compétition. les déchirures des solidarités familiales précèdent toujours la chute et la ruine des familles. les SDF sont dabord des « sans domicile familial », des personnes qui ne comptent pour personne.

5 5 4 - Lieu dapprentissage de la réciprocité La Bible introduit la notion de réciprocité qui doit entraîner un nouveau type de relation dans les familles, chacun étant appelé à mettre en œuvre ce que Dieu attend de lui. «Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste » (Éphésiens 6 : 1) « Et vous parents, nirritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les avertissant dans le Seigneur » (Éph. 6:4) « Enfants, obéissez en tout à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur » (Colossiens 3 : 20) « Parents, nirritez pas vos enfants de peur quils ne se découragent » (Colossiens 3 : 21) «Les uns les autres» : cette expression est répétée plus de 137 fois dans la Bible

6 6 5 - Lieu dapprentissage de la correction Quand la Bible parle de châtier, il ne sagit pas de coups, mais dune intervention pédagogique qui veut corriger et « rétablir dans la rectitude ». Cela inclut tous les moyens déducation qui nous sont familiers : louer, promettre, corriger avec des mots, mais aussi parfois de façon ferme ! Cest une erreur largement répandue que dinterpréter le terme « corriger », « châtier » des textes bibliques par sa signification actuelle. Tout dabord, dans la Bible, le mot « châtier » na pas le sens premier dune punition corporelle. Il signifie « éduquer », « instruire », « enseigner », « former ». Comme sens voisin, on trouve encore : « corriger », « reprendre », « faire apprendre ». La correction permet aux enfants de comprendre que tout ne leur est pas dû ; que labus de liberté se paie tôt ou tard.

7 7 6 - Lieu dapprentissage du pardon Vivre en famille ne rend malheureusement pas parfait : des ajustements sont nécessaires, des abandons et des renoncements aussi. Cest un travail de longue haleine qui fait dire à lApôtre Paul : « Supportez-vous les uns les autres et faites-vous grâce réciproquement ; Si quelquun a à se plaindre dun autre, comme le Christ vous a pardonnés, vous aussi faites de même » (Colossiens 3 : 13) On ne vit pas dans la même maison, sans risquer de faire souffrir les autres ou de souffrir soi-même à cause dautrui. En famille on apprend, ensemble, à surmonter les difficultés En famille on peut apprendre à demander pardon et à offrir son pardon, sans rancune, ni amertume. Mais surtout, cest le lieu où lon peut ensemble vivre du pardon de Dieu.

8 8 7 - Lieu de transmission de la foi Nous pouvons, en tant que parents, transmettre une foi vivante à nos enfants. Seule la foi les aidera à résister aux chants des sirènes et à surmonter les embûches de toutes sortes quils ne manqueront pas de trouver sur leur route. « Enseignez-les à vos enfants, faites-les leur connaître, que vous restiez à la maison ou que vous soyez en voyage, quand vous vous coucherez ou quand vous vous lèverez ». (Deut.11.19) Si vous désirez que vos enfants lisent la Bible et se mettent à prier un jour ou lautre, levez-vous et faites ces choses-là vous- mêmes parce que vous le désirez pour vous. Ils discerneront si cela vous intéresse réellement ou si vous le faites par devoir. Si votre foi est seulement une affaire de règles et de discipline ou une relation personnelle avec Dieu.

9 9 8 - Lieu où lon ne se fixe pas « Vous ne pouvez donner que deux choses à vos enfants : des racines et des ailes » « Lhomme quittera son père et sa mère » dit Genèse 2:24. La vigueur des verbes employés ne laisse aucun doute à cet égard : « quitter », en hébreu « abandonner » (mais pas renier !) ou son équivalent grec « laisser derrière soi ». Rupture, non pas daffection, mais de proximité. Nos enfants vont nous quitter un jour. Ils sont de « passage », il ne faudra donc pas les retenir ! Notre vocation de parents est de les préparer à lautonomie, de les élever en responsabilité, de les aider à se prendre en main... et à nous quitter un jour.

10 10 Quelques familles de la Bible..

11 11 « Un homme avait deux fils.. » La parabole du Père rempli damour (Luc 15) nous montre quon ne peut forcer personne à accepter notre affection La limite de la relation, cest la liberté et la réponse de lautre. La réciprocité est un choix libre et volontaire « Tu es libre de refuser, je suis libre de continuer à taimer, sans rien timposer ». Le Père est sur le perron de la maison, ou dehors, et il attend le retour de ses fils

12 12 « Joseph dit à ses frères : je suis Joseph, votre frère.. » On ne vit pas ensemble sans blessures, la famille étant aussi le lieu de «mise en commun» de nos imperfections et de notre méchanceté (Genèse 45) La famille est le lieu dapprentissage du pardon, le lieu où lon peut apprendre à demander pardon et à offrir son pardon, sans rancune. Mais surtout, cest le lieu où lon peut ensemble vivre du pardon de Dieu Joseph a compris le sens du pardon. Il évite le piège dune réconciliation à bon marché où lon renoue des relations, sans traiter les problèmes de fond qui les ont brisées. Il choisit de rouvrir son cœur..

13 13 Sil fallait conclure… Malgré les disfonctionnements, les imperfections et les difficultés, la famille reste le lieu de reconstruction et de retrouvaille de la tendresse perdue « Retrouve ta place » pour faire du bien et « être rendu » à ceux à qui tu as le plus manqués.. Est-ce que je manque à quelquun en particulier ?

14 14 Marc 2-12 : « Prend ton grabat et rentre chez toi » Marc 5-19 : « Va-t-en chez toi, auprès des tiens, et raconte leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi » « Rentre chez toi… » Marc 8-26 : « Alors il le renvoya chez lui, en disant : ne rentre même pas au village » Luc 9-42 « Mais Jésus Rabroua lesprit impur, guérit lenfant et le rendit à son père » Luc 7-15 : « Et le mort sassit et se mit à parler. Il le rendit à sa mère »

15 15 Merci Eglise des Taillis - Mulhouse Novembre © MVF

16 Eglise des Taillis - Mulhouse Novembre © MVF 16 Pour une complicité durable dans le couple mvf

17 17 « Comment développer la complicité, l'amitié, raviver le premier amour dans le couple lorsque la routine s'est installée, voire le manque de communication… » Question…

18 18 Pour commencer.. Rappel

19 19 Le mariage dans la Bible : du minimum à la plénitude Dans le mariage, il faut distinguer deux aspects : « Lêtre » du mariage, comme étant le minimum qui assure la validité du mariage. Le minimum sans lequel il ny a pas de mariage. Le mariage selon le langage des hommes, selon le droit des sociétés humaines, mais aussi aux yeux de Dieu, et pour la discipline dans le cadre de son alliance Et puis il y a un idéal du mariage, un vœu de Dieu pour le mariage. Une plénitude qui ne concerne plus uniquement « lêtre » du mariage, mais son « bien être ». Parce que cest un vœu de Dieu, le mariage peut connaître la plénitude et la complicité

20 20 Le « minimum » ou « lêtre » du mariage Une alliance par libre consentement dun homme et dune femme qui sengagent à sunir sexuellement et à mener une vie commune Une alliance qui est validée par lautorité en charge de lordre social. Ce nest pas quelque chose de privé : il y a une dimension sociale dans le mariage « Une seule chair », formule venant des premiers textes et que Jésus Christ reprend dans Matthieu 19. Lunion sexuelle est au cœur du mariage, même sil ne faut pas confondre purement et simplement le mariage avec lunion sexuelle « Lhomme quittera son père et sa mère » : Il y a bien là une rupture sociale et création dune entité socio-économique. Donc, la note de vie commune est essentielle au mariage

21 21 Point important « Lêtre » du mariage assure la validité du mariage. Il ny a donc pas de mariage sans ces ingrédients

22 22 Le « bien être » du mariage ou la plénitude du mariage Dieu a de multiples vœux pour le mariage pour quil soit conforme à son intention originelle Il désire que ce mariage dure toute la vie et que seule la mort le dénoue Dieu souhaite que le lien ainsi créé entre lhomme et la femme mariés soit exclusif. Donc il est question de monogamie Dieu veut lamour, la fidélité, la tendresse, lattachement, la complicité, le dialogue et le don de soi à lautre Dieu veut la réciprocité, mais aussi que notre mariage soit « efficace » et que nos relations soient fondées sur une solidarité à toute épreuve

23 23 Point important Le « bien-être » correspond à la plénitude et au bonheur voulus par Dieu pour notre mariage. On peut se contenter du « minimum », mais en faisant ainsi, on se prive de la plénitude quil veut nous offrir

24 24 Constructeurs ensemble de sa complicité Désirer

25 25 Je vais la séduire… Je la conduirai au désert.. Je parlerai à (sur) son cœur.. Je lui donnerai une porte despoir.. Elle y répondra.. Tu mappelleras « mon mari ».. Je briserai larc, lépée et la guerre.. Je te fiancerai à moi pour toujours.. Et ainsi tu connaîtras le Seigneur.. Osée 2 16 à 25 (Re)conquérir le cœur de lautre : lexemple de Osée

26 26 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Avoir le désir dêtre avec lautre 26 Il faut souvent refaire ce choix, malgré les responsabilités et les tâches au quotidien Avoir envie dêtre avec lautre, mais aussi désirer la présence de lautre et désirer être bien avec lui Sinvestir à fond dans le bien être commun ! Cest toi que je préfère ! Cest mieux que de se tolérer ou de sendurer

27 27 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Avoir le désir de lautre 27 Se sentir bien avec lautre, désirer sa présence, son corps Cultiver le plaisir, comme on cultive et soigne un jardin Le désir est intimement relié à lamour. Sans désir, il ny a pas – ou peu – damour Quand lautre se déshabille et que ça ne suscite plus démoi (« Bof ! »), cest un signal dalarme..

28 28 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Avoir le désir de partager 28 Sa vie, ses rêves, ses souhaits, sa vie de tous les jours, ses projets, ses peines, ses joies, ses silences, ses paroles.. Il ne peut y avoir damour conjugal sans désir, comme il ne peut y avoir de relation sans partage Le partage fait grandir lattachement mutuel. Lenvie de partage détermine souvent la viabilité dun couple Mes parents et ma famille passent-ils avant mon couple ? Mes priorités sont-elles plus importantes que notre vie de couple ? Partager avec les autres est-ce plus prioritaire ?

29 29 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Avoir le désir de partager sa vie 29 Deux oui pour un nom mais mon oui pour toi est aussi un non à tous les autres Le temps quil me reste à vivre, je veux le vivre avec toi.. Vivre heureux avec des désirs insatisfaits.. Par une vraie spiritualité de couple, en congédiant le petit dieu tyrannique qui sommeille au fond de notre cœur

30 30 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf En résumé Désirer être avec lautre Désirer lautre Désirer partager avec lautre Désirer partager sa vie

31 31 Constructeurs ensemble de sa complicité Aimer

32 32 Le désir érotique correspond au « Je te veux », « Tu es à moi », « Je suis à toi », « je veux te posséder ». Il invite à la consommation de lautre. Il naît et meurs dans un processus irrépressible de manque et de satisfaction. Cantique des cantiques 2 – 16, 5 – 1, Eros

33 33 Cest lamitié ou laffection. Elle se fonde sur la présence dautrui. Sa devise est : « Je suis joyeux que tu existes », « je me sens bien en ta présence ». Elle se déploie non dans la passion frénétique, mais dans la vie quotidienne et la douce conversation.. Jean 11 – 5, Jean 21 Philéô

34 34 Agapè prend des initiatives, il agit, il nest pas passif. Il se manifeste et se démontre. Il tend à sexprimer en paroles et en gestes adéquats. Il ne peut rester caché.. Il apprécie, fait grand cas de lautre et le tient en haute estime. Cest un amour de profond respect qui sallie souvent à ladmiration. Il relie des personnes de conditions différentes. Il est joyeux et saccompagne de contentement. Agapè permet daimer lautre en dépit de ses défauts, de ses faiblesses ou de ses manques.. (1 Corinthiens 13) Agapè

35 35 Conjuguer les 3 amours… Et nous ?

36 36 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Lamour : « Tout fait » ou « à faire » ? Nous nous trompons quand nous pensons que lamour est une disposition toute naturelle du cœur ou quil est un idéal impossible à atteindre ou seulement « pour demain » Lamour ne nous est pas donné TOUT FAIT. Il nous est OFFERT. Et surtout, il est À FAIRE Il est à construire jour après jour, brique après brique, étape après étape. Il demande un apprentissage laborieux et persévérant et ne soffre en cadeau quà ceux qui en font patiemment la conquête

37 37 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf 4 Celui qui aime est patient, il sait attendre; son cœur est largement ouvert aux autres. Il est serviable, plein de bonté et de bienveillance; il cherche à être constructif et se plaît à faire du bien aux autres. L'amour vrai n'est pas possessif, il ne cherche pas à accaparer, il est libre de toute envie, il ne connaît pas la jalousie. Lorsque l'on aime on ne cherche pas à se faire valoir, on n'agit pas de manière présomptueuse. Celui qui se rengorge, s'étale et s'enfle d'orgueil n'est pas inspiré par l'amour. Aimer, c'est aussi se conduire avec droiture et tact. L'amour prend des égards et évite de blesser ou de scandaliser, il n'est pas dédaigneux. 5 Celui qui aime ne saurait agir à la légère ou commettre des actes malhonnêtes. Aimer, c'est ne pas penser d'abord à soi, chercher son propre intérêt, insister sur ses droits. L'amour n'est pas irritable, il ne s'aigrit pas contre les autres. Il n'est pas susceptible. Quand on aime, on ne médite pas le mal et on ne le soupçonne pas chez les autres. Si on subit des torts, on n'en garde pas rancune. 6 Découvrir une injustice, ou voir commettre le mal, ne fait pas plaisir à celui qui aime. Il se place du côté de la vérité et se réjouit lorsqu'elle triomphe. 7 L'amour couvre tout : il souffre, endure et excuse. Il sait passer par dessus les fautes d'autrui. Aimer c'est faire confiance à l'autre et attendre le meilleur de lui, c'est espérer sans faiblir, sans jamais abandonner. C'est savoir tout porter, tout surmonter. 8 L'amour n'aura pas de fin. 1 Corinthiens 13, 3 à 7 : Une construction patiente

38 38 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Les idées clefs 38 Lamour est action plutôt quun état Artisan de son bonheur et du bonheur de lautre Chacun prend sa part dune charge commune Chacun contribue à la réussite du projet commun Lamour est un projet commun auquel chacun participe

39 39 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Montrer lamour.. 39 « Lamour est », « lamour nest pas », « lamour fait », « lamour ne fait pas » : lamour prend des initiatives, il agit, il nest pas passif. Cet amour se manifeste et se démontre. Il tend à sexprimer en paroles et en gestes adéquats. Il ne peut rester caché dans le cœur Il nest pas aveugle (ou aveuglé). On connait lautre. Cest un amour de préférence

40 40 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Tourné vers lautre… 40 Je tapprécie, je fais grand cas de toi, je testime, je te respecte, je tadmire.. Lamour fait grandir, il nous donne des ailes, mais ne garantit pas le bonheur absolu. Il faut lacquérir, le cultiver, le garder et ce nest pas toujours facile

41 41 Constructeurs ensemble de sa complicité Se parler

42 42 Parce que aimer lautre, cest accepter de lui parler Parler Quand je réprime ce que je dois exprimer, je déprime…

43 43 Limportance de la parole (1) Parole créatrice, parole faite chair, mais aussi paroles « eaux profondes » (Prov. 18-4), paroles bienfaisantes (Prov ), paroles avisées (Prov. 15-1), paroles utiles (Prov ), paroles éducatives (Prov. 8-8), le « Oui » du mariage, paroles de bénédiction ou de malédiction (Jacques 3-9 à 10)… Dieu nous a donné la parole pour exprimer nos sentiments, dire nos besoins, formuler des demandes, reconnaître nos émotions, parler pour nous même, être spécifique, indiquer nos buts, faire part de nos préférences, manifester nos intentions, mettre en mots nos maux…

44 44 Limportance de la parole (2) Il y a aussi : - Ce que lon nose pas dire - Ce que lon se cache - Ce que lon dit sans se le dire - Ce que lon ne peut pas dire - Ce qui na pas besoin dêtre mis en mots - Ce qui na plus besoin dêtre dit Soyons aussi conscients que les mots nont pas toujours leur sens original, selon quils sont prononcés par un homme ou par une femme Quoiquil en soit, seuls les couples qui se parlent peuvent connaître la plénitude..

45 45 Constructeurs ensemble de sa complicité Parole gracieuse, parole pourrie

46 Ephésiens 4, 25 à 32 et Ephésiens 5, 15 à « Parlez-vous » « Mettez-vous en colère » et en même temps, « ne péchez pas ». « Quil ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine (littéralement : pourrie) »....Mais plutôt « une bonne parole, constructive et gracieuse » « Nattristez pas le Saint Esprit » Traitez lamertume, lanimosité, la colère, les clameurs, la calomnie, la malfaisance afin de ne pas être maltraités par elles. Autrement dit, vidons les chambres sombres de notre cœur. Ne laissons rien dans les méandres cachés et plissés de notre cœur « Faites-vous grâce »

47 47 « Veillez à votre conduite, rachetez le temps, soyez intelligents, comprenez la volonté du Seigneur, ne vous enivrez pas ».. Autrement dit : ne soyez pas des surfeurs, qui restent à la surface des choses, mais plutôt des plongeurs, qui vont au fond des choses, qui ne font pas les choses à moitié ou superficiellement. Sentez-vous concernés par votre vie de relation et impliqués dans son devenir « Soyez remplis du Saint Esprit : - « Parlez-vous », « entretenez-vous ».. - « Chantez et célébrez le Seigneur - « Rendez grâce, dites merci, soyez reconnaissants » - « Soumettez-vous les uns aux autres.. » Ephésiens 4, 25 à 32 et Ephésiens 5, 15 à 21

48 48 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Communiquer, cest oser.. Quelques idées

49 49 Oser, la clef dune bonne relation Oser demander Oser donner Oser recevoir Oser refuser Mais oser faire quoi ?

50 50 Oser, cest prendre des risques ! Demander : le risque de la réponse de lautre, mais aussi de se dévoiler, de se « dire », de mettre des mots sur ses maux, de se montrer vulnérable, de montrer ses émotions, sa dépendance, son besoin de lautre, le risque de dire ses peurs.. Donner : le risque de décevoir lautre, de ne pas tout à fait répondre à ses attentes et à ses rêves, mais cest aussi prendre le risque dêtre déçu soi-même, de ne pas avoir le retour que lon espère, cest prendre le risque dassumer ses limites, ses dons, ses talents..

51 51 Oser, cest surmonter ses craintes ! Recevoir : la crainte dêtre lié à lautre et de lui être « redevable », la crainte du prêté pour un rendu, daller plus loin dans léchange et le partage, la crainte de perdre sa liberté, la crainte de sortir de sa zone de confort et de découvrir de nouvelles possibilités.. Refuser : la crainte de saffirmer et de se positionner clairement, de faire de la peine à lautre en exprimant ses limites, la crainte de devenir libre, de dire non, de perdre lautre, de ne plus être aimé..

52 52 Et quand on nose pas ? Constamment, nous demandons, nous donnons, nous recevons, nous refusons.. Pour se construire, la complicité a besoin d'être « entretenu » volontairement par les deux partenaires. Et pour entretenir sa complicité, il est indispensable de se parler. Et pour se parler, il faut oser demander, donner, recevoir, refuser ! Et nous avons le choix de le faire de manière : - Passive, manipulatrice et infantile - Active, directive et agressive - Mûre, adulte et élégante

53 La Parole de Dieu dit.. 53 « Quil ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine, mais, sil en est besoin, une bonne parole qui soit constructive et communique une grâce à ceux qui lentendent »

54 54 Demander Passif Infantile Manipulateur Actif Directif Agressif Mûr Adulte Élégant Communiquer à laide de non dits Se faire des reproches en silence Le « syndrome du crabe » La fausse soumission réciproque Obtenir sans rien demander Se rendre lun lautre responsable.. Sattendre pour sentendre Duplicité dans ses intentions « Je tordonne !» « Jexige !» « Je veux !» « Tu as intérêt !» « Tais-toi ! » « Parle ! » « Tu ne comprends jamais rien ! » « Toujours, jamais, encore ! » Demander sans finesse, ni tact « Jestime que.. » Revendiquer ses droits Accusations réciproques On se hurle dessus Escalade Duel et joute verbale Agressivité verbale Agressivité physique On se parle, on ne sécoute pas « Que penses-tu de cette idée ? » « Veux-tu, peux-tu…? » « Que souhaites-tu ? « Je técoute ! » « Tu es libre ! » « Je ne comprends pas » « Puis-je être surclassé ce soir ? » « Me pardonnes-tu ? » « Va et reprends-le !» « Demandez et on vous donnera » « Je tinvite ! » « Je te propose » « Je te suggère » « Je rêve de..! » « Jaimerais que.. » « Je voudrais que… » « Pardonne-moi » « Tact affiné, sensibilité parfaite » Simplicité dans ses intentions Paroles constructives « Je te supplie ! » « Je timplore ! » « Tu me fais bien de la peine… » Espérer sans demander Demander en soufflant Demander silencieusement « Tu nécoutes pas ce que je ne dis pas » Demander en regardant... Chantage affectif, culpabiliser Faire douter, insinuer le doute Modes Exemples « Les bonnes paroles »

55 55 Donner Passif Infantile Manipulateur Actif Directif Agressif Mûr Adulte Élégant On se « prête » lun à lautre.. Sans vraiment se donner « Tu ne perds rien pour attendre !» « Un prêté pour un rendu » Refuser de se pardonner Entretenir sa rancune Imposer Contraindre Se débarrasser Obliger Troquer Envahir «Prend ça et fiche moi la paix ! » Tromper (cadeau empoisonné) « Prend ça et tais-toi !» « Tu nes jamais satisfait ! » Forcer Agressivité physique « Œil pour œil et dent pour dent » On se blesse réciproquement On ségratigne réciproquement On se fait du mal volontairement « Veux-tu ? » « On partage ? » « Es-tu intéressé ? » « Tu nes pas obligé daccepter » « Tu es libre ! » « Tu peux choisir.. » « Me pardonnes-tu ? » « A toi de voir » Offrir Confier Partager Gratifier Donner gratuitement Donner sans calculer Donner sans contre partie Donner gracieusement Donner joyeusement Proposer Se pardonner mutuellement Donner chichement Donner pour recevoir Donner pour posséder lautre Donner pour paraître « Je me sacrifie pour toi ! » Reprendre Démissionner Abandonner Priver lautre (pour son bien !) « Cest à prendre ou à laisser ! » Modes Exemples « Les bonnes paroles »

56 56 Recevoir Passif Infantile Manipulateur Actif Directif Agressif Mûr Adulte Élégant On sattend lun lautre. On se culpabilise lun lautre On se refuse lun lautre « Non ! » Forcer la main, prendre Jespère autre chose, encore ! « Après tout ce que je fais pour toi » Je le vaux bien Absence daccusé de réception A qui je peux le refiler ? Prendre, arracher, abuser Être sans gêne Voler Escroquer Imposer « Tu me le dois ! » « Rend le moi ! » Tourner autour de soi Enfin ! Ce nest pas ce que jattendais Combien je te dois ? Agressivité physique ou morale Simposer lun à lautre Se priver lun de lautre Se faire mal réciproquement Se rejeter lun lautre Saccuser lun lautre Cest tout ! Jattendais + de toi ! Tu ne tes pas foulé ! Ca ne ta pas couté trop cher ? Depuis le temps que jattends « Jai pensé que tu aimerais» « Est-ce que cela te fait plaisir ? » « Cela te ferait-il plaisir ? » « Puis-je venir te voir ? » « Je suis déçu ! » « Es-tu déçu ?» « Cest super ! » « Cest tout ce que jattendais » « Je ne my attendais pas » « Je suis comblé » « Ca mencourage » Accueillir Accepter Exprimer sa reconnaissance Prendre le risque daller plus loin Laisser lautre venir vers soi Laisser lautre accéder à soi « Je te remercie », « Merci » « Tu es le bienvenu » « Cela me fait plaisir » « Je suis touché » « Cest gentil de ta part » Subir Supporter Minimiser Devoir conjugal ! Ne pas se sentir digne « Encore ! » « Je le mérite ! » « Je ne le mérite pas » Insatisfaction permanente « Ce nest pas assez ! » « Ne moubliez pas ! » Modes Exemples « Les bonnes paroles »

57 57 Refuser Passif Infantile Manipulateur Actif Directif Agressif Mûr Adulte Élégant Entretien de la confusion Refus des compromis On ne se fait aucune concession « Non ! » « Commence déjà, jai quelque chose à faire » « Tu le fais mieux que moi » « Je te rappelle plus tard » « On verra… » « Je vais voir avec ma femme » Faire la sourde oreille Rejeter Repousser Insulter Sopposer violemment Humilier lautre Dénigrer Faire perdre la face « Cela ne mintéresse pas ! » « Tu ne mintéresses pas ! » Dire toujours « non » « Tu me fatigues ! » Se priver lun de lautre Se faire mal réciproquement Se rejeter lun lautre Sinsulter Se « saborder » ensemble Faire traîner une décision « Non, un point cest tout » « Ce nest pas négociable » « Point barre » « Je suis déçu ! » « Es-tu déçu ?» « Je ne veux pas » « Je pense que cest une erreur » « Mettez-vous en colère » « Ne vous mettez pas en colère » « Je ne préfère pas, je préfère » « Je napprécie pas » « Je ne trouve pas que cest une bonne idée » « Je suis désolé » Se positionner Saffirmer Se respecter, sassumer Sexpliquer « Non ! », « Non merci !» Argumenter Assumer ses choix Assumer ses frustrations « Non, mais tu es libre ! » « Je ne suis pas daccord » « Je ne souhaite pas » Fuir Faire semblant daccepter Se dérober Se taire Ne pas prendre de décision Dire toujours « oui » ! « Ouais ! » Entretenir les malentendus Faire « languille » Ne pas trancher, hésiter Modes Exemples « Les bonnes paroles »

58 58 Rembrandt « Le Père rempli damour » mvf Communiquer, cest « mettre en commun » Quelques idées

59 59 Une bonne communication.. Sexprimer : reconnaître nos besoins et les sentiments quils procurent quand ils sont satisfaits ou non Recevoir la confirmation que ce que lon a dit a été entendu Ecouter lexpression de lautre Confirmer quon la entendu

60 60 Séquence simple, mais truffée de pièges ! Lautre ne réagit pas à ce que nous disons, mais plutôt.. à ce quil entend dans ce qui est dit.. et surtout à la façon dont la parole qui lui est adressée résonne en lui Il est inévitable que des décalages se créent !

61 61 Un simple constat Nos relations avec les autres sont le plus souvent fondées : Sur la soumission : besoin dêtre approuvé, apprécié, aimé, peur de décevoir Sur lopposition : rejet, refus, agressivité Proposition : 5 obstacles à éviter (les paroles pourries..)

62 62 Linjonction Elle consiste à parler « sur » lautre, plutôt que « à » lautre Toutes les formules « tu devrais », « il faut que », « tu dois » reviennent à enfermer lautre dans une définition, à létiqueter On prétend ainsi dicter non seulement les conduites, mais aussi les sentiments de lautre

63 63 La dévalorisation « Tu es bête ou quoi ? », « Espèce didiote», « Tu as vu lallure que tu as ? » Dévaloriser lautre, ce nest pas laccepter ou le reconnaître tel quil est lorsque son apparence, ses faits et gestes, ses choix ou ses décisions nous dérangent ou nous inquiètent

64 64 Le déni du ressenti « Je me sens malade » et lautre répond : « Tu ne peux pas te sentir malade avec si peu de fièvre » Ce message signifie : « Ce que tu dois ressentir, moi je le sais mieux que toi ! » Lautre nest pas reconnu dans ce quil éprouve

65 65 Le chantage « Si tu continue comme ça, attends un peu, moi je vais faire pareil » Directe ou indirecte, la menace, même contenue dans des petites phrase banales, laisse des traces profondes Elle annonce des risques à venir, et renforce les blocages de celui qui la subit

66 66 La culpabilisation « Après tout ce que jai fait pour toi », « Tu me fais bien de la peine » Elle vise à faire croire à lautre quil est responsable de notre souffrance.. Elle est dautant plus redoutable quelle se fait au nom de lamour, de la foi et dans son intérêt (« Cest pour ton bien ») Cest du terrorisme relationnel (J. Salomé)

67 Se parler : les phrases assassines 67 La victimisation : « tu ne me regardes pas, tu me méprises.. » La prise de pouvoir : « Cest comme ça, et pas autrement. Point barre. » Le mépris : « De toute façon, tu ne comprendras jamais rien ! » Le dénigrement : « Je nai pas deux enfants à la maison, mais trois. » Létouffement : « Je peux finir toutes ses phrases. Il / elle est tellement prévisible » La critique vaine : « Moi, je naurais jamais fait comme ça ! » Lavis intrusif : « Moi, je pense que.. » Labandon : « De toute façon, ça ne sert rien de texpliquer » Lisolement : « Laisse moi décider seul(e). »

68 mvf Quelques mots sur la colère

69 69 « Mettez-vous en colère… » Ephésiens 4-26 « Et ne péchez pas ». Oui, il est possible de se mettre en colère sans faire de mal à lautre. Ne confondons pas « colère » et « irritation »… Matthieu 5, 21 à 26 et Éphésiens 4, 25 à 32 : Il y a des colères souhaitables, nécessaires et justes, et des colères vaines, injustes et haineuses que nous devons proscrire de nos vies Les colères « justes » sont celles qui me permettent dexprimer mes souffrances et de mettre en lumière des situations dinjustice Les « bonnes » colères ne sont pas forcément colériques : on peut se mettre en colère très calmement Mais ne nous voilons pas la face : nos bonnes colères peuvent aussi être violentes. « La colère damour qui ne veut de mal à personne, mais qui est hostile au péché »

70 70 Les règles dor de la bonne colère Soyons lucides sur la colère, et nappelons pas « bonne colère » ce qui est « mauvaise colère » Nos « bonnes » colères doivent être lentes à monter (Jacques 1-19) et promptes à redescendre (Éphésiens 4-26) : Mettons- nous en colère, mais ne restons pas en colère Ne franchissons jamais le « seuil de vulnérabilité » de lautre Fixons une « date de péremption » de nos conflits et nouvrons pas les placards à squelettes (Éphésiens 4-27) Dans nos explications, déterminons lobjet de notre colère de façon factuelle (des faits, pas des opinions), et basons notre discussion sur un thème précis. Évitons les escalades et les parties de ping-pong interminables

71 71 Merci Eglise des Taillis - Mulhouse Novembre © MVF


Télécharger ppt "1 Lieu de transmission de vie Lieu où lon donne un sens à la vie Lieu dapprentissage de la solidarité Lieu dapprentissage de la réciprocité Lieu dapprentissage."

Présentations similaires


Annonces Google