La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Engagement social des élus municipaux et représentations du développement local www.culturephilanthropique.ulaval.ca Yvan Comeau, professeur titulaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Engagement social des élus municipaux et représentations du développement local www.culturephilanthropique.ulaval.ca Yvan Comeau, professeur titulaire."— Transcription de la présentation:

1 Engagement social des élus municipaux et représentations du développement local Yvan Comeau, professeur titulaire École de service social, Université Laval Chaire de recherche Marcelle- Mallet sur la culture philanthropique

2 2 Plan de la présentation Introduction Contexte de la question de recherche Problématique Méthodologie Résultats et interprétation Conclusion

3 3 Introduction (Contenu de l’introduction d’un rapport de recherche) Plan Origine de la recherche Objectifs Question(s) de départ

4 4 Introduction : origine de la recherche Demande sociale : les entrepreneurs sociaux comptent sur l’ouverture des élus municipaux pour les projets collectifs (opportunité). Reformulation dans une perspective de recherche : problématisation.

5 5 Introduction : objectifs de la recherche Établir le cheminement de l’engagement des élus municipaux dans leur localité. Situer les différentes options de développement auxquelles ils adhèrent. Comprendre les phénomènes d’influence et les dynamiques expliquant leur engagement et leur option pour le développement local.

6 6 Introduction : question de départ Comment expliquer les différents niveaux d’intensité d’engagement social des élus municipaux et la diversité des options pour le développement local ?

7 7 Contexte de la question Échelon municipal : niveau de gouvernement le plus près. Tendance à la régionalisation du développement (plusieurs réformes récentes au Québec et en France). o Passage d’un État centralisateur (fordisme) à un État accompagnateur (postfordisme). o Demande de participation de la part des citoyens (rénovations urbaines, projets pétroliers…).

8 Contexte de la question : institution municipale en France et au Québec 8 France (2008)Québec (2012)Particularités québécoises Communes (36 783)Municipalités (1 135)Maire élu au suffrage universel. Communautés urbaines (14) Communautés métropolitaines (2) L’éducation primaire et secondaire est confiée aux commissions scolaires. La santé et l’action sociale relève d’établissement publics soumis aux directives ministérielles. Les préfets dépositaires de l’autorité de l’État et de ses services n’existent pas. Il n’y a pas d’élection dans les MRC (équivalentes aux Départements). Communautés d’agglomération (171) Agglomération (11) Municipalités régionale de comté (MRC) (87) Communautés de communes (2 393) Départements (100) Régions (26)Régions (17)Mandat d’élaboration d’un plan quinquennal de développement et de concertation.

9 Contexte de la question : institution municipale en France et au Québec France (2008)Québec (2006) Population64,5 millions7,7 millions Territoire km km 2 9 À retenir : Des institutions qui visent la qualité de la vie quotidienne, mais de formes différentes : - les sources d’influence sont plus nombreuses en France (complexité) ; - les départements sont plus populeux que leur équivalent, les MRC (capacités administratives différentes) ; - la dimension politique municipale n’est pas partisane au Québec. Les conflits concernent des projets précis et se fondent sur des questions d’intérêts et de valeurs.

10 10 Contexte de la question : l’organisation municipale au Québec

11 11 Contexte de la question : l’organisation municipale au Québec La région de la Capitale-Nationale 7 MRC 58 municipalités personnes (2011)

12 12 Contexte de la question : l’organisation municipale au Québec La région de la Chaudière-Appalaches 10 MRC 136 municipalités personnes (2011)

13 13 Contexte de la question : l’organisation municipale au Québec Le partage des responsabilités Services Gouvernement du Québec Municipalités Santé et services sociaux ✓ Solidarité sociale ✓ Habitation ✓✓ Éducation ✓ Réseau routier ✓✓ Transport en commun ✓✓ Service de police ✓✓ Sécurité incendie ✓ Eau potable ✓ Assainissement des eaux ✓ Matières résiduelles ✓ Loisirs et culture ✓✓ Parcs et espaces verts ✓✓ Aménagement du territoire et urbanisme ✓

14 14 Problématique Plan : Pertinence sociale et pertinence scientifique Recension des écrits Limites des études Cadre conceptuel Questions précises ou hypothèses de recherche Opérationnalisation des concepts (La problématique suit l’introduction et le contexte de la question.)

15 15 Problématique : pertinence sociale Valorisation de la responsabilité d’élu local (scandale de la construction). Phénomènes associé à l’engagement social des élus municipaux, afin de promouvoir le développement durable. Réajustement de l’action des organismes de développement local.

16 16 Problématique : pertinence scientifique Cumul des observations pour contribuer à la théorisation sur l’engagement social (programmation scientifique de la Chaire Marcelle-Mallet). Les théories de l’action collective : début de leur intégration. Pour une véritable synthèse : prise en considération des observations sur les contextes, les caractéristiques des personnes, etc.

17 17 Problématique : recension des écrits Les thèmes (début) : Analyses des réformes municipales : fusions de municipalités, régionalisation du développement (surface ou réelle ?). Politisation : le politique (art de gouverner – textes prescriptifs), la politique (partisane, implication citoyenne pour l’intérêt général). Démocratie municipale : formes (limites démocratie représentative), mécanismes démocratie délibérative. (Il faut savoir ce qui a été fait et écrit auparavant.)

18 18 Problématique : recension des écrits Les thèmes (fin) : Élus municipaux o Engagement des femmes dans la politique municipale (évolution statistique depuis 1980, caractéristiques, obstacles). o Une trajectoire de participation citoyenne. o Renouvellement des candidatures. o Attitudes à l’égard du DL (interventionnisme municipal, populisme fiscal, affairisme municipal).

19 19 Problématique : limites des études Dans les études sur les élus, comparaisons hommes/femmes peu fréquentes. Enquête de Sévigny et Mauri (2008) n’a pas été publiée. Corrélations statistiques rares. (La recension des écrits permet maintenant d’identifier les limites ou besoins de connaissances.)

20 20 (-) Problématique : cadre conceptuel ThéoriesComportement collectif PrivationMobilisation des ressources CadresMouvements sociaux PrincipesImitationDissonanceBénéfices et moyens Cohésion idéologique Projet de société Théorie de la mobilisation des ressources : leaders, opportunités. Théorie des cadres. Le structurel (théorie de la structuration) (caractéristiques des territoires, par exemple). Capital culturel. Parcours biographique (caractéristiques sociales). Les théories de l’action collective (Utilité ?)

21 Problématique : questions précises de recherche Quelles sont les caractéristiques des élus comparativement à la population générale ? Quel est le parcours de l’implication des élus dans leur communauté ? À quels phénomènes ce parcours peut-il être associé ? Quelles sont les perceptions des élus à l’égard des différentes formes d’entrepreneuriat ? À quels phénomènes ces perceptions sont-elles associées ? Quelles initiatives seraient disposés à prendre les élus à l’égard de l’économie sociale ? À quels phénomènes ces dispositions sont-elles associées ? 21 (Le cadre conceptuel étant choisi, on peut préciser ce que l’on cherche.)

22 Problématique : opérationnalisation des concepts Caractéristiques des élus (scolarité, tranches de revenus, etc.) : en fonction des catégories de recensement. Parcours : avant l’élection, après l’élection, avant et après l’élection. Domaine des associations, du développement local et de l’économie sociale. Formes d’entrepreneuriat : collectif, privé et étatique. Perceptions sur le potentiel de création d’emplois, d’implication de la population, de justice sociale, etc. Phénomènes associés aux variations : les territoires (région, MRC et défavorisation, taille des municipalités), les élus (leur fonction, cumul des mandats, temps consacré au mandat), les caractéristiques personnelles des répondants. 22

23 (-) Méthodologie (début) Paradigme épistémologique postpositiviste : Posture moins objectiviste que le positivisme, mais : Démarche objectivée et distance de l’observateur. Les observations sont des probabilités. Réalisme modéré. Les faits sont en partie observables. Ouverture aux méthodes mixes (quantitative et qualitative). 23

24 Méthodologie (suite) : type de recherche Visée de vérification (théories explicites). Stratégie descriptive et relationnelle (statistiques). Logique déductive. Méthode quantitative. Mode de collecte des données : questionnaire (contenu inspiré de l’opérationnalisation des variables). Analyse statistique des données : khi deux, Anova et t de Student. 24

25 Méthodologie (suite) : représentativité de l’échantillon Critères et résultats de la comparaison entre la distribution des répondants et celles de la population-mère : MRC : OK. Taille des municipalités : OK. Sexe des répondants : OK. Fonction exercée par les répondants (mairesse, maire et conseillère, conseiller):… 25 (De façon générale, peu importe la méthode, on précise en quoi on tient compte de la diversité de la population.)

26 Méthodologie (fin) : représentativité de l’échantillon Population mèreÉchantillon N%N% Capitale-Nationale (Région 03)425100, ,0 Mairesses et maires5813,6 2228,9 Conseillères et conseillers36786,4 5471,1 Chaudière-Appalaches (Région 12)967100, ,0 Maires et mairesses13614,1 4424,7 Conseillères et conseillers83185, ,3 Sans réponse TOTAL Représentativité de l’échantillon selon la fonction exercée dans la municipalité (en 2009) par région 1 Pour la région de la Capitale-Nationale : khi deux = 11,247 ; 1 d. l. ; p < 0,001 (significatif). 2 Pour la région de la Chaudière-Appalaches : khi deux = 16,286 ; 1 d. l. ; p < 0,001 (significatif). 3 Pour les deux régions : khi deux = 23,44 ; 1 d. l. ; p < 0,001 (significatif).

27 Résultats et discussion : le profil des élus municipaux Observations : Surreprésentation des hommes (environ 72 % des élus). Les hommes plus souvent à la mairie que les femmes (82 % vs 18 %). Interprétation : Fonctionnement conciliant difficilement famille et engagement politique (Le Quentrec, 2008). 27

28 Résultats et discussion : le profil des élus municipaux Observation : 45 à 64 ans surreprésenté (63 % des élus, 35 % population). Interprétation : Étape de vie et disponibilité biographique (Mathieu, 2004). 28

29 Résultats et discussion : le profil des élus municipaux Observation : Les élus sont plus scolarisés que la population générale (62 % ont un diplôme d’études postsecondaires vs 39 %). Interprétation : Capital culturel favorise l’implication et l’engagement (Caire, 1997 ; Tremblay,

30 Résultats et discussion : le profil des élus municipaux Observation : Les revenus des ménages des élus plus élevés que dans la population générale (53 % gagnent $ ou € et plus vs 36,1 %). Interprétation générale : Considérant également une scolarité élevée, les élus appartiennent à l’élite. Image positive de soi favorise l’implication. À l’opposé, dans la classe populaire, image négative de soi et obstacles économiques et sociaux (Comeau, 1995). Infériorisation suscite le retrait et l'isolement (Moreau, 1990). 30

31 Résultats et discussion : implication des élus dans la communauté 31 Lieux d’implication Nombre d’organisations où s’impliquent les répondants… Avant l’élection seulement Après seulement Avant et après TOTAL Instances municipales Associations Organisations de DL Entreprises d’ÉS Observation : Forte implication des élus avant leur élection confirmée par Simard (2004). Interprétation : Trajectoire d’engagement : politisation, valorisation des compétences acquises dans les associations, disponibilité biographique et émotionnelle (une cause tient à cœur) (Talpin, 2008).

32 Résultats et discussion : implication des élus dans la communauté Observation : Plus la taille de la municipalité s’accroît, plus est élevé le nombre d’associations dans lesquelles étaient impliqués les élus avant leur élection (2005 à 2009). Interprétation : Opportunités d’engagement plus élevé avec la concentration de la population (McAdam, McCarthy & Zald, 1988). Exigences plus élevées dans les grandes municipalités pour la reconnaissance d’une candidature. 32

33 Résultats et discussion : implication des élus dans la communauté Observation : Les femmes étaient impliquées dans un plus grand nombre d’associations que les hommes avant l’élection. Observation confirmé par Tardif et Bédard (1997) et études sur les associations et sur l’ÉS (Comeau, 2009 ; Bouchard, 2008). Interprétation : Théories des cadres (système d’interprétation du monde associatif proche de celui des femmes). 33

34 Résultats et discussion : implication des élus dans la communauté Observation : Plus les répondants sont scolarisés, plus est élevé le nombre d’associations dont il faisait partie avant l’élection. Interprétation : Le capital culturel favorise l’implication. 34

35 Résultats et discussion : potentiel attribué aux différents types d’entrepreneuriat Observation : Potentiel accordé à l’entrepreneuriat collectif : o L'implication de la communauté. o Le développement des services de proximité. o La prise en charge du développement par la population o La justice sociale. o L'obtention des produits et des services à moindre coût. Interprétation : Arguments que peuvent reprendre les entrepreneurs sociaux auprès des élus municipaux pour le valoriser. 35

36 Observation : Potentiel accordé à l’entrepreneuriat privé : o La création d'emplois. o La création de nouveau savoir-faire. o La pérennité des entreprises sur le territoire. Interprétation (critique) : Profits ou création d’emplois ? Taux de survie des coops sur 10 ans > taux de survie des entreprises privées (Clément et Bouchard, 2008). 36 Résultats et discussion : potentiel attribué aux différents types d’entrepreneuriat

37 Résultats et discussion : potentiel attribué aux différents types d’entrepreneuriat Observations : Élus impliqués dans le plus grand nombre d’organisations associatives et de DL attribuent un potentiel élevée aux formes entrepreneuriales collective et étatique. Les femmes perçoivent plus positivement que les hommes de l’entrepreneuriat collectif. Les plus scolarisés accordent le plus de potentiel aux formes entrepreneneuriales collective et étatique. Interprétation : Cohérence idéologique. 37

38 Observation : Sur quelques affirmations, les élus de la Chaudière-Appalaches sont davantage favorables à l’entrepreneuriat privé. Interprétation : Dans quelques MRC de la région, présence importante de PME exportatrices à propriété locale. 38 Résultats et discussion : potentiel attribué aux différents types d’entrepreneuriat

39 Résultats et discussion : potentiel attribué aux différents types d’entrepreneuriat Observation : Sur quelques affirmations, les élus de la Capitale-Nationale davantage favorables à l’entrepreneuriat étatique. Interprétation : Présence importante de la fonction publique dans la ville de Québec. 39

40 Résultats et discussion : potentiel attribué aux différents types d’entrepreneuriat Observations : Les élus des municipalités les plus populeuses sont plus positifs pour les trois formes d’entrepreneuriat. Quatre MRC accordent les scores les plus bas à l’entrepreneuriat étatique. Ces MRC sont les moins populeuses et font partie des cinq MRC en décroissance démographique. Interprétation : Une situation démographique (fiscale) rend les élus réceptifs aux différentes formes entrepreneuriales. Au contraire, les difficultés (et les échecs) enseignent le désespoir. 40

41 Résultats et discussion : L’appui aux initiatives en faveur de l’ÉS Observation : Les élus de la Chaudière-Appalaches adhèrent davantage que ceux de la Capitale-Nationale à des actions en faveur de l’ÉS. Interprétation : La Chaudière-Appalaches possède une concentration d’entreprises de l’ÉS supérieure à celle de la Capitale-Nationale (Comeau, 2009). 41

42 Résultats et discussion : L’appui aux initiatives en faveur de l’ÉS Observation : Les conseillers sont plus favorables que les maires à des actions en faveur de l’économie sociale. Interprétation : ? (Les femmes occupent davantage la fonction de conseiller et elles sont plus favorables à l’entrepreneuriat collectif, mais il n’y a pas de corrélation ici.) 42

43 Résultats et discussion : L’appui aux initiatives en faveur de l’ÉS Observation : Plus les élus sont scolarisés, plus ils affirment vouloir s’engager personnellement en faveur de l’économie sociale. Interprétation : Théorie des cadres : compatibilité du diagnostic des problèmes et du pronostic incite à l’action. 43

44 Conclusion (réponse à la question de départ) Engagement social des élus : Théorie des cadres. Capital culturel et social. Parcours biographique. Disponibilité personnelle. Opportunités : densité de population et d’associations. Option pour le développement local : Optimisme général est fonction de la vitalité démographique. Importance de la formule locale éprouvée de réussite. Entrepreneuriat collectif : habitus d’engagement, scolarité et genre (femmes). 44

45 Conclusion (pour les promoteurs de l’entrepreneuriat collectif) (début) Transiger avec les élus municipaux, c’est transiger avec une partie de l’élite locale Arguments à reprendre par les entrepreneurs sociaux : o L'implication de la communauté o Le développement des services de proximité o La prise en charge du développement par la population o La justice sociale o L'obtention des produits et des services à moindre coût 45

46 Conclusion (pour les promoteurs de l’entrepreneuriat collectif) (début) Les personnes les plus ouvertes à l’entrepreneuriat collectif : les femmes, les plus scolarisés, les plus impliquées dans les associations ou dans le DL avant leur élection. L’avantage démographique d’une municipalité (population et croissance) rend les élus réceptifs aux différentes formes entrepreneuriales. Comment faire réapprendre l’espoir ? Les plus susceptibles de s’engager en ÉS : o - les élus de la Chaudière-Appalaches o - les conseillers municipaux o - les élus auparavant engagés dans les associations, scolarisés et les femmes. 46

47 Merci de votre attention ! 47


Télécharger ppt "Engagement social des élus municipaux et représentations du développement local www.culturephilanthropique.ulaval.ca Yvan Comeau, professeur titulaire."

Présentations similaires


Annonces Google