La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Intranet I.Questions préléminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Intranet I.Questions préléminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion."— Transcription de la présentation:

1 Intranet I.Questions préléminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion

2 Un Intranet : pourquoi faire ?  BUT d’un Intranet : Quelles informations ? Dans quelle optique ? Qui maîtrise le contenu?

3  Population cible : Qui accède aux informations ? Étendue du parc informatique ? Comment changer les habitudes d’accès à l’information ?

4  Tri des informations : Diffusion au niveau du site, de plusieurs sites, du groupe (taille entreprise) Validité des données diffusées ? Quelles informations à quelle population ?

5 Intranet I.Questions préléminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion

6 Les outils  Serveur Web (Apache, IIS…) Nécessité de connaître les langages (Perl, java, XML, …) Equipe dédiée à l’Intranet Mise à jour par cette équipe exclusivement  Une alternative : un serveur DOMINO Répond à 99,9 % des «besoins Intranet » d’une entreprise (hormis les Web-entreprises) Messagerie Groupware (agenda commun, gestion des biens mutualisés, annuaire d’entreprise)

7 Intranet I.Questions préléminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion

8 Présentation de DOMINO Notes trois clients Notes Client Notes Designer Notes Administrator un serveur Domino (Windows, AS400, Linux)

9 Exemple d’une interface de client Notes (V6)

10 Exemple d’interface de Notes Designer V6

11  Domino organise les utilisateurs et les serveurs en fonction de domaines Nécessité de créer au moins un domaine à l’installation de Domino 1 domaine = 1 annuaire (LDAP) domaine = groupe d’utilisateurs et de serveurs qui partagent le même annuaire Domino L’annuaire contient les informations sur : les serveurs du domaine (documents serveur) les utilisateurs certifiés (documents personne) les connexions (documents de connexion) les batchs de maintenance programmés (documents programme)

12  Architecture hiérarchisée : plusieurs sites : un serveur «hub» + des serveurs «spoke» Hub (serveur pivot) Spokes (serveur satellite) Clients (PC + portables) Spokes Mails 2Mb / 128Kb 100Mb SMTPPOP / IMAP

13 Siège social Direction R&D Direction Prod. Site 1 Site 2 Site 3 Site 4 Site 5 Hub principal Spoke Hub Spoke

14  Convention d’appellation sous Notes Les noms obéissent à une structure hiérarchique : le nom principal est au sommet de la hiérarchie (nom de la société par ex) 4 niveaux subordonnées, au maximum, dans l’organisation deux unités subordonnées peuvent avoir le même nom si elles sont à deux emplacements distincts

15 Univ-Orl IUT Fac-Science GEA InfoChimie MathPhy Jean PIERRE Marie PAUL Jean PASCAL Jean François Jean JACQUES Nom complet (= nom long) d’un utilisateur : Jean PIERRE/Chimie/IUT/Univ-Orl

16 Intérêt d’avoir plusieurs niveaux hiérarchiques : les noms des utilisateurs doivent être uniques augmenter les niveaux réduit les possibilités de doublons (création d’OU) les utilisateurs sont déclarés dans des unités d’organisation différentes Rem. : Le nom long = abréviation du nom hiérarchique : CN=Jean PIERRE / OU=Chimie / OU=IUT / O=Univ-Orl / C=Fr Convention : CN / OU4 / OU3 / OU2 / OU1 / O / C Permet de distinguer les unités organisationnelles selon leur ordre d’apparition.

17 CN = Common Name ou Nom usuel 80 caractères maximum OU = Organization Unit ou Unité d’organisation subordonnée 32 caractères maximum O = Organization ou Organisation principale de 3 à 64 caractères maximum C = Code Pays peut être omis (2 caractères maximum – suit le standard X500) Rem.: un nom hiérarchique peut présenter jusqu’à 4 OU au maximum

18  Certification Un utilisateur, un serveur, est authentifié dans le domaine via un ID ID = fichier (vivet.id) généré puis certifié par un certificateur Le certificateur marque d’un « tampon » le fichier id Le tampon = certificat basé sur le chiffrage Un id certificateur par niveau (le principal + les subordonnés)

19 Univ-Orl IUT Fac-Science GEA InfoChimie MathPhy Jean PIERRE Marie PAUL Jean PASCAL Jean François Jean JACQUES Univ-Orl.id iut.id Fac-Science.id Chimie.idGEA.idinfo.idMath.id Phy.id GEA.id est certifié par iut.id lui-même certifié par Univ-Orl.id

20 ATTENTION :  IMPOSSIBLE de recréer l’ID certificateur principal Il ne faut pas le perdre ou l’endommager Nécessité d’une sauvegarde dans un lieu sûr (clé d’entrée pour tout le domaine)  Un id utilisateur a une durée de certification (choisie par l’administrateur) En fin de certification, une demande de recertification est faite auprès de l’autorité certificatrice (via l’annuaire LDAP)

21  ID et sécurité La sécurité dans Notes est fondée sur : l’interaction entre les différents fichiers ID entre eux l’interaction des fichiers ID serveur et utilisateur avec la LCA au sein des applications Un fichier ID (utilisateur et serveur) contient : le nom de l’utilisateur ou du serveur un n° de licence Notes un mot de passe une clé privée (chiffrage – déchiffrage des données) les certificats qui identifient le serveur/ l’utilisateur dans la hiérarchie de la structure

22 Le chiffrage : Notes utilise un chiffrage par clé publique/clé privée. Le principe : chaque utilisateur a deux clés Une clé publique Elle est accessible par tous Elle est stockée dans le document personne de l’utilisateur dans le PAB Une clé privée Elle est gardée secrète Elle est stockée dans le fichier ID de l’utilisateur

23 Hypothèse : Marc et Jean sont dans la même entreprise Marc envoie à Jean un mel via Notes en choisissant de le chiffrer Le client Notes de Marc cherche le document personne de Jean dans le PAB et utilise la clé publique qui s’y trouve pour chiffrer le mel Le mel est envoyé Jean reçoit le mel et le lit normalement. Son client Notes a utilisé la clé privée de Jean (stockée dans son ID) pour déchiffrer automatiquement le message au moment de son ouverture

24 Processus d’authentification : un utilisateur (ou un serveur) tente d’ouvrir un session avec un serveur Domino validation du fichier ID : le serveur examine les certificats de l’ID si l’ID contient un certificat qui a le même antécédent hiérarchique que le serveur, la validation est OK. s’il n’y a pas d’antécédent hiérarchique commun, Domino cherche un certificat croisé. S’il existe, la validation est OK. Certificat croisé : 2 sociétés souhaitent travailler ensemble sur une même application, développée sous Notes il faut effectuer un échange de certificat entre les 2 sociétés

25 Échange de certificat : Jean DUPONT, de la société X, veut accéder au serveur Notes de la société Y Il envoie une copie limitée de son ID utilisateur à l’admin. Notes de la société Y L’admin. de la société Y certifie l’ID avec l’ID certificateur de son organisation Génération d’un document de certificat croisé dans le PAB de la société Y La société Y envoie en retour une copie limitée de son ID serveur à la société X Le certificateur de la société X valide cette copie et crée un document de certificat croisé dans le PAB de la société X

26 Une fois la certification croisée faite :  Jean DUPONT doit copier dans son propre carnet d’adresse (mini-annuaire : names.nsf) le document de certificat croisé du serveur de Y enregistré dans le PAB de sa société  Quand le serveur de la société Y communique avec Jean DUPONT, il vérifie la présence d’un document de certification croisée dans le carnet d’adresse de J. DUPONT  Quand J. DUPONT communique avec le serveur de la société Y, ce serveur vérifie la présence d’un document de certification croisée dans son annuaire au nom de Jean DUPONT.

27  Installation d’un domaine Notes Il faut installer en premier le serveur d’autorité la plus élevée (le hub principal) Durant l’installation, Domino crée automatiquement : un fichier id serveur (le sien) un fichier id certificateur un fichier id pour l’administrateur un annuaire (le Public Address Book) Pour installer des serveurs aux niveaux subordonnés : création d’un id certifié par le serveur principal à fournir lors de l’installation

28  Maintien à niveau des informations L’échange d’informations se fait par réplication, sous Notes Réplication = processus de synchronisation de deux bases de données qui sont des copies l’une de l’autre Une réplication s’opère forcément entre : un serveur et un poste client (pas de réplication de poste à poste) un serveur et un autre serveur

29 Il existe différents modes de réplication entre serveurs :  Réplication Push-Pull 1° : le serveur A récupère les modifications effectuées sur le serveur B 2° : le serveur A demande au serveur B de récupérer les modifications effectuées sur le serveur A Rem. : Les étapes 1 et 2 peuvent être simultanées Les serveurs A et B travaillent  Réplication Pull-Push 1° : le serveur A récupère les modifications effectuées sur le serveur B 2° : le serveur A envoie au serveur B les modifications effectuées sur le serveur A Rem. : Seul le serveur A travaille

30  Réplication Push 1° : le serveur A envoie au serveur B les modifications effectuées sur le serveur A Rem. : Les modification faites sur le serveur B ne sont pas répliquées sur A (maj centralisée des bases)  Réplication Pull 1° : le serveur A récupère les modifications effectuées sur le serveur B Rem. : Les modification faites sur le serveur A ne sont pas répliquées sur B (maj centralisée des bases)

31 Scénario d’une réplication entre serveurs (mode pull-push) : Une base Notes = des éléments de structures des documents (enregistrements des utilisateurs) A la première réplication, l’ensemble de la base est copiée. Par la suite :  Le serveur A appelle le serveur B pour réplication  Ils comparent les ID de réplique pour chacune des bases de l’un et de l’autre afin de déterminer les bases en commun  Le PAB est répliqué en priorité : il peut comporter des changements influant la réplication elle-même (un document de connexion modifié, par ex.)  Les bases communes sont répliquées par ordre numérique puis alphabétique

32  Les changements de structure et de propriétés sont récupérés  Le réplicateur regarde la date et l’heure de la dernière réplication réussie et utilise ces données pour déterminer ce qui a changé dans les documents, donc ce qui doit être répliqué. L’historique des réplications :

33 Click droit sur l’icône de la base puis replication puis History

34 Réplications plusieurs fois / jour des bases Notes entre tous les serveurs trafic important (nécessité d’une bonne bande passante WAN) Exemple de Valeo : Frame Relay (norme de la couche de liaison de données, orientée connexion) Débit garanti - Access Rate -128 Ko/s Débit Maximum - Commited Information Rate -2Mo/s

35 Intérêts de Notes  Grande facilité de créer un Intranet « basic » à moindre coup : Pas d’utilisation obligé d’un langage dédié (XML, HTML, …) Texte et mise en page : comparables à un éditeur de texte Les acteurs de l’Intranet peuvent être des non-informaticiens (facilité de la mise à jour de l’information) L’accès aux informations est filtré (droits gérés via la LCA) Standardisation de la présentation : modèles base Notes.ntf

36 Intranet I.Questions préléminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion

37 Briques élémentaires d’un Intranet, d’un site Web : les bases Notes.nsf La création d’une base se fait à partir de Notes Designer. La base est visualisée avec au choix : un navigateur, le client Notes Info.nsfRH.nsfFinance.nsfR&D.nsfProd.nsf DOMINO Intranet visualisé via : un navigateur un client Notes

38 Pour créer une base Notes : commencer avec une base vierge utiliser un modèle :.ntf copier une base existante et la modifier A partir d’une base vierge ou d’un modèle :

39 Lieu de stockage de la base Rem : local C :\Lotus\Notes\Data Indexation de la base Machine stockant le modèle à utiliser Modèles disponibles Chiffrage de la base

40 Chiffrage effectué à partir de l’ID du concepteur

41 Visualisation des différents éléments de la structure

42 A partir d’une copie de base existante :

43 Lieu de stockage de la copie Titre Nom du fichier Choix de ce qui va être copié

44

45 Permet de mettre à jour la structure de la base par réplication

46

47

48 Les grands éléments de structure d’une base  Le document Une base Notes n’est pas une BDR Une base Notes est un instrument permettant d’entreposer des données Les données correspondent à des valeurs associées à des champs Le noyau d’une application Notes est le DOCUMENT Un utilisateur peut créer, lire, actualiser des documents Ses droits sont renseignés dans la LCA (liste de contrôle d’accès)

49 Rem : Une base Notes ne contient pas que des documents. Présence de programmes (lotus script, java script, java) + formules  Possibilité d’activer un programme, une formule, lors d’un évènement provoqué par l’utilisateur : ouverture d’un document sauvegarde d’un document clique de souris sur un champ …  Une base peut appeler une autre base En résumé : une base Notes peut être une application

50  Les pages :  élément de structure ~ page statique HTML  pas d’interactivité pour les utilisateurs  permet de produire des informations peu changeantes  possibilité d’y intégrer - du texte (dynamique) - des images (gif, jpeg, bmp) - des tableaux - du HTML

51 Création d’une base : y insérer une page en cliquant sur New Page

52 Sauvegarder la page :

53 Taper le texte suivant :

54 Au début d’une ligne : Menu Text puis Pass-Thru HTML (HTML relais ) Taper à la suite le texte puis retour chariot

55 Click droit dans la page puis Preview in Web Browser

56 Requête d’ouverture :

57 Ajout d’une image de fond dans la page : Click droit dans la page puis Page Properties

58 Cliquer sur le 2 ième onglet : cliquer sur New : (onglet Arrière-Plan)

59 Visualiser le résultat sous Notes et avec un navigateur

60 En cliquant possibilité d’inclure une formule :

61 Une page avec un exemple de formulaire HTML

62

63

64 Insertion d’un tableau : positionner le curseur à l’endroit désiré Menu Create puis Table

65  Les masques (modèle de formulaire) :  permet de saisir des données (champs) dans un document  permet de choisir les champs d’un document à afficher  permet de lire un document - Domino « lit » le nom du masque à utiliser à la lecture - il rapproche les noms de champ du document à ceux du masque NB : Il n’est possible d’insérer des champs que dans les masques

66 Création d’un masque (form)

67

68 Propriété du masque Droits d’utilisation du masque

69 Création d’un champ dans le masque Le nom du champ doit être unique et significatif

70 Le nom d’un champ doit commencer par : une lettre un $ un _ Un nom de champ ne peut pas : comporter plus de 32 octets (taille du codage) comporter d’espace

71 Un champ = un nom + un TYPE

72 Champs modifiables :  L’utilisateur peut entrer des données dans le champ (champ le plus courant) Champs calculés :  L’utilisateur ne peut pas saisir de valeur dans ce champ  La valeur du champ dépend d’une formule  La valeur calculée peut être mise à jour au moment de la création du document au moment de l’actualisation du document au moment de l’enregistrement du document  La valeur de ce champ est enregistrée avec le document

73 Champs calculés à la création :  La valeur calculée est évaluée à la création du document mais n’est pas actualisée par la suite  La valeur de ce champ est enregistrée avec le document Champs calculés à l’affichage :  La valeur calculée est évaluée à la création puis lors de chaque ouverture du document.  Elle est réévaluée à chaque mise à jour ou enregistrement du document.  La valeur de ce champ n’est pas enregistrée avec le document

74 Possibilité de masquer des champs selon le contexte

75  Les vues (View - fonction de tri) :  point d’accès aux documents enregistrés dans la base  permet de créer et d’organiser une liste de documents - sélection des documents à afficher par formule - colonnes pour afficher la valeur de champs ou combinaisons de champs - tri / catégorisation des documents par auteur, date, champ, masque

76 Créer une vue

77

78 ET OU

79 Les différents types de vue

80 Les vues partagées :  les plus courantes  disponible si accès en lecture au minimum Les vues partagées devenant privées à la première ouverture :  fournir des vues personnalisées aux utilisateurs (créées par le concepteur) Les vues privées :  créées par les utilisateurs et non les concepteurs de la base Les vues partagées contenant les documents supprimés :  permet de gérer les documents supprimés de manière réversible

81 Propriétés des colonnes d’affichage dans les vues Nouvelle vue crééeune colonne labellisée #

82 Pour donner un nom à la colonne : double-cliquer sur la vue sous designer (= ouvrir la vue) click droit sur le label de la colonne puis propriété

83 Créer des documents et tester le classement et la catégorisation Une colonne masquée permet de trier à partir d’un champ qu’on ne souhaite pas afficher (la date de création par ex.)

84 Les colonnes permettent d’afficher les valeurs : de champs sélectionnés des documents de combinaisons de champs Les colonnes permettent de trier les documents en fonctions : des valeurs de ces champs du/des masques utilisés pour créer les documents de la date de création des auteurs des documents

85  Les dossiers (Folder - fonction de tri) :  très proche des vues (permet de trier des documents pré-sélectionnés par l’utilisateur

86  Les plans (Outlines)  Permet d’organiser les informations  Permet aux utilisateurs de naviguer dans les pages  Un plan doit être incorporés à une page ou un masque  Possibilité d’incorporer plusieurs plans par page  Pas de plan associé, par défaut, à la création d’une base

87 Création d’un plan

88 Cliquer sur « Generate Default Outline »

89 Les dossiers et les vues sont incorporés par défaut

90 Nouvel élément ajouté au plan

91 Le contenu des entrées d’un plan :  Action : en cliquant sur le lien, une formule s’exécute

92  Lien : pointe vers une autre base Notes, une vue, un document Exemple d’un lien vers une autre base : Ouvrir la base dans le client Notes Menu Edition puis Copier comme liaison puis LienBase

93 Cliquer sur Paste Possibilité d’interdire la visibilité du lien

94 Catégorisation des liens

95 Le résultat Généralités reste un lien Catégorisation des éléments classés hiérarchiquement au dessous

96  Élément nommé : pointe vers un des éléments de structure de la base  URL :

97 Incorporation d’un plan dans une page : cliquer sur le bouton d’action Utilisation d’un plan

98 Le plan est incorporé à une nouvelle page Page Plan Choix du plan

99  Les agencement de cadres En HTML, le contenu d’un cadre = une URL (page Web, fichier image) Sous Notes, le contenu d’un cadre = une URL, une vue, un document

100

101  Les navigateurs (activation de « menus »):  permet d’aller d’une page à une autre, d’une vue à une autre  rend l’application plus claire  son affichage persiste

102 Lien vers lequel pointe l’objet du navigateur

103 Possibilité de fixer la taille et la position de l’objet dans le navigateur (dans l’interface de conception) Effets liés aux évènements

104 Insertion d’un navigateur dans une page

105  Remarques : fragilité des bases Notes (mises en œuvre quotidienne d’outils -batchs-) fixup.exe : répare les bases corrompues en supprimant les documents incriminés compact.exe : permet de libérer l’espace inutilisé d’une base updall.exe : mets à jour les vues et les index des bases taille maximale d’une base : 1 Go !

106

107

108 Intranet I.Questions préliminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion

109 Gestion des droits Application Domino Protection par une Liste de Contrôle d’Accès La LCA indique qui peut faire quoi A chaque ouverture d’une application l’ID de l’utilisateur est comparé avec les informations de la LCA (serveur)

110 Déclaration des membres de la LCA LCA = utilisateurs + Groupes d’utilisateurs

111  Donner les droits à des GROUPES : La maintenance en sera largement facilitée NB : Les groupes sont définis dans le carnet d’adresse public

112  Les 7 niveaux d’accès : Pas d’accès : rien Déposant : écriture seule (pas de lecture y compris de ses propres documents) Lecteur : lecture seule Auteur : lecture de tous les documents, écriture et modification de ses propres documents Editeur : lecture et écriture de tous les documents Concepteur : modification de tous les documents ET de la base elle-même Gestionnaire : tous les droits (modification de la LCA, destruction de la base,…)

113 Remarque : Un utilisateur qui est autorisé à accéder à une application comme membre d’un groupe ET comme individuel avec des droits différents, récupère les droits les plus élevés. Serveurs du domaine Notes courant Serveurs de domaines appartenant à la même organisation

114  La notion de rôle : Les rôles sont utiles pour affiner les droits d’une population Les rôles sont créés dans la LCA uniquement (un groupe apparaît dans le PAB) 2 groupes peuvent avoir le même droits d’accès mais pas les mêmes rôles Le test sur le rôle est inscrit en dur dans l’application lors de son développement L’application teste le rôle attribué et accepte ou non l’action de l’utilisateur Exemple "WebSubform"; "NotesSubform") Si l’utilisateur a le rôle WebClient, utiliser le masque WebSubform, sinon utiliser le masque NotesSubform

115 Création d’un rôle Le nom d’un rôle : 15 caractères maxi 75 rôles maxi par application Notes

116 Attribution des rôles

117 Publication  Nécessité de paramétrer le document serveur où ? : dans l’annuaire DOMINO (Public Address Book - names.nsf -) le PAB a 2 fonctions majeures : service d’annuaire (utilisateurs, serveurs, groupes du domaine Notes) emplacement centralisé pour la gestion du serveur et de ses services Exemple : Valeo collaborateurs ~ 120 sites Le PAB = 500 Mo

118 Indique à Domino la base Notes d’accueil pour le site web Autorise les clients http à parcourir les bases

119 Intranet I.Questions préliminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion

120 Notes = client de messagerie également

121 Notes = navigateur Web

122 Notes permet de faire du work-flow nativement Work-Flow = gestion des flux internes et externes d’une entreprise Exemple : ordre de mission pour un employé un employé doit partir en mission une fiche est remplie et envoyée au n+1 le n+1 valide la fiche et l’envoie aux RH les RH valide la fiche et la renvoie à l’employé

123 1 ère solution : une feuille papier Inconvénients : perte blocage, oubli volontaire ou non lenteur 2 ième solution : une gestion électronique de l’ordre de mission plus de perte plus de blocage ou oubli grâce aux relances systématiques par mels plus rapide

124 Notes : initialement, attrait du tout en un Depuis quelques années, retour aux solutions multi-produits dans les entreprises


Télécharger ppt "Intranet I.Questions préléminaires II.Les outils III.Présentations de Notes IV.Le développement sous Notes V.Gestion des droits et publication VI.Conclusion."

Présentations similaires


Annonces Google