La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IUT GTR / Axway Sopra Group. Denis Viollet / Lionel Baylot Juin 2004

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IUT GTR / Axway Sopra Group. Denis Viollet / Lionel Baylot Juin 2004"— Transcription de la présentation:

1 IUT GTR / Axway Sopra Group. Denis Viollet / Lionel Baylot Juin 2004
Introduction à XML IUT GTR / Axway Sopra Group. Denis Viollet / Lionel Baylot Juin 2004

2 Origines de XML XML (eXtensible Markup Language) est en quelque sorte un langage HTML amélioré permettant de définir de nouvelles balises contrairement à HTML où le nombre de balises est limité. Html décrit la présentation et le contenu, Xml ne décrit que le contenu

3 Origines de XML SGML (Standard Generalized Markup Langage)
Issu de 30 ans de recherche dans le domaine des documents développé par l’ISO au début des années 80 Usage : standard (ISO 8879) de fait dans le milieu de la gestion documentaire. (utiliser dans le domaine de la documentation technique. Langage puissant , mais très complexe. Propriétés SGML Langage de balisage extensible (en anglais Extensible Markup Language) Méta-langage Permet de définir des langages de représentation de données structurées et évolutifs.

4 Origines de XML HTML Est une application très populaire de SGML,
Développement a commencé en 1990, Caractéristiques : HTML est un langage de présentation de données, HTML est un langage de balises non extensibles, HTML mélange les informations : De Présentation, de Contenu, de Structure HTML : Standard de présentation des documents et applications Web Navigateurs web (Browser) : Interpréteur universel de page HTML

5 Origines de XML World Wide Web Consortium (W3C)
420 membres à travers le monde Développer les technologies de base du Web Ouverture et consensus Gère une cinquantaine de projet. XML Working Group (1996) : Travail pour créer un langage simplifié dérivé du SGML, Qui répond à la même problématique : Permet de définir des langages de représentation de données structurées et évolutifs.

6 XML, pourquoi faire ? « […] un système d ’information relié universellement, dans lequel généralisation et portabilité sont plus importants que graphisme avenants et autres fonctionnalités complexes » Tim Berners-Lee De la page personnel au e-commerce…

7 XML, pourquoi faire ? Définition du e-commerce :
Échanges d ’informations au sein d ’une entreprise décentralisée, Échanges de données d ’informations sur les transactions financières (cartes de crédit, bancaires, etc.), Échanges de données concernant les transactions médicales entre patients, hôpitaux, médecins et compagnie d ’assurance, Distribution de logiciels via le web, paiement au service.

8 XML, pourquoi faire ? XML facilite les échanges B2B SI1 SI2
XML est utilisé comme langage de description et d'échange de données entre partenaires. Exemples RossettaNet : Utilisé par les constructeurs de matériels informatique pour échanger avec leurs partenaires / sous traitants Amazon.com, Vente d ’articles, livres, CD, DVD, logiciels depuis une page web. SI1 SI2 Transformation/ Importation Extraction/ Transformation Echange XML XML

9 XML, pourquoi faire ? Standard d’échange entre Applications dans le S.I. Accessible par n’importe quel composant du système, Simple à manipuler par n’importe quel programme, Universel : Promu par l’ensemble des éditeurs sans exception, Progiciel intégré XML SGBD Application métier XNet

10 Les limites du HTML Le HTML manque de structure
Utilisation des balises d ’en-tête ordonnées (de H1 à H6) et possibilité de blocs imbriqués à l ’intérieur de balises DIV Le HTML ne tient pas compte du contenu Ne permet de décrire le contenu des informations. Création de balises personnalisées en XML Le HTML n ’est pas international Propositions ont été faites pour identifier la langue Le HTML ne convient pas aux échanges de données Absence sémantique et peu de balises utilisées

11 Avantages de XML La solution Xml
Lisibilité : aucune connaissance ne doit théoriquement être nécessaire pour comprendre le contenu d'un document XML Autodescriptif et extensible Structure arborescente : permettant de modéliser la majorité des problèmes informatiques Universalité et portabilité : les différents jeux de caractères sont pris en compte

12 Avantages de XML Déployable : il peut être facilement distribué par n'importe quels protocoles à même de transporter du texte, comme HTTP Intégralité : un document XML est utilisable par toute application pourvue d'un parser (c'est-à-dire un logiciel permettant d'analyser un code XML) Extensibilité : un document XML doit pouvoir être utilisable dans tous les domaines d'applications XML est particulièrement adapté à l'échange de données

13 Anatomie d’un document XML
Le balisage consiste à ajouter à des informations des caractères qui pourront servir à traiter ces informations d ’une manière définie. Une simple virgule (,) peut être interprétée comme caractère de séparation, La DTD du Text Encoding Initiative est une forme plus complexe de balisage qui permet d ’effectuer la transcription de manuscrits anciens, Les fichiers de traitement de texte comprennent des balises (ex. MSWord, WordPerfect, etc.).

14 Anatomie d’un document XML
<?xml version="1.0"?> <page.accueil> <en-tete> <titre>Ma page d'accueil</titre> <banniere source="banniere.gif"/> </en-tete> <corps> <titre.principal> Bienvenue sur ma page d'accueil </titre.principal> <ligne/> <texte> <para> Desole, cette page est en construction. A bientot ! </para> </texte> </corps> <pied source="foot.gif"/> </page.accueil>

15 Anatomie d’un document XML

16 Anatomie d’un document XML
<?xml version="1.0"? encoding="ISO " > <page.accueil> <en-tete> <titre>Ma page d'accueil</titre> <banniere source="banniere.gif"/> </en-tete> <corps> <titre.principal> Bienvenue sur ma page d'accueil </titre.principal> <ligne/> <texte> <para> Desole, cette page est en construction. A bientot ! </para> </texte> </corps> <pied source="foot.gif"/> </page.accueil> Déclaration Des attributs Élément racine Un élément vide

17 Anatomie d’un document XML
Balises Nom de balise ouvrante = nom de balise fermante Déclaration XML Identifie que ce qui suit est du code XML Élément racine Un document XML ne doit avoir qu ’un seul élément racine. Tous les autres doivent être inclus à l ’intérieur. Élément vide Les attributs Un ou plusieurs attributs facultatifs ou obligatoires, définis dans la balise ouvrante de l ’élément <fruit saveur=«acide»>

18 Structure logique des éléments XML
page d ’accueil en-tête titre Élément racine Éléments frères « siblings » bannière corps titre1 ligne texte para Pied de page

19 Syntaxe XML un élément peut avoir différents types de contenu :
d ’autres éléments du texte être vide un élément quelconque est délimité par une balise de début et une balise de fin: <tag>...</tag> un élément vide peut avoir 2 formes : ne pas avoir de contenu: <tag></tag> être formé d'une balise unique: <tag/>

20 Syntaxe XML Les séparateurs de balisage Balisage d ’éléments

21 Syntaxe XML un attribut XML :
Permet de représenter des informations supplémentaires relatives à un élément Est placé dans la balise de début ou dans la balise unique d'un élément Est composé d'un couple nom/valeur <... attrName="value" ...> <personne class="informaticien">

22 Syntaxe XML Spécification d ’un attribut

23 Syntaxe XML Règles d ’affectation des noms Les commentaires
Un nom consiste en au moins une lettre: de a à z, ou de A à Z, Si plus d ’un caractère, le nom peut commencer par un trait de soulignement (_) ou deux points (:), Les espaces et et les tabulations ne sont pas permis dans les noms d ’éléments. Seuls signes de ponctuation permis sont le tiret (-) et le point (.). Cela_est_un_nom_long est par exemple interdit... Les commentaires exemple de commentaire <!-- Voici du texte en commentaire -->

24 Syntaxe XML Les sections CDATA (Character DATA)
Une section CDATA permet de masquer du texte que le processeur XML (parser) pourrait interpréter comme du balisage. <![CDATA [Voici du texte que le processeur XML ne doit pas voir !]]> Une section CDATA constitue une méthode à privilégier pour incorporer du code d ’applications (JavaScripts, Vbasic, Perl, etc.) dans votre code XML.

25 Syntaxe XML Les sections CDATA (Character DATA)
<?xml version="1.0" encoding="iso "?> <script> <![CDATA[ function matchwo(a,b) { if (a < b && a < 0) then return 1 } else return 0 ]]> </script> ", "width": "800" }

26 Syntaxe XML Exemple d ’appel d ’entité interne
<?xml version="1.0" encoding="iso "?> <!DOCTYPE installation [ <!ENTITY contrat "Tous droits réservés. Le Logiciel est protégé par les lois sur la propriété intellectuelle et les traités internationaux. La reproduction ou redistribution de tout ou partie du Logiciel est expressément interdite par la loi sous peine de sévères poursuites civiles et criminelles. Les contrevenants seront poursuivis pour la peine maximale possible."> ]> <installation> <page> <titre> Installation de Axway Integration Platform</titre> <licence>Copyright (c) Axway Software, 2004, &contrat;</licence> </page> </installation>

27 Syntaxe XML Exemple d ’appel d ’entité interne

28 DTD (Document Type Definition)
Qu’est ce qu’une DTD ? XML permet d'utiliser un fichier afin de vérifier qu'un document XML est conforme à une syntaxe donnée une DTD est une grammaire permettant de vérifier la conformité du document XML la norme XML n'impose pas l'utilisation d'une DTD pour un document XML, mais elle impose par contre le respect exact des règles de base de la norme XML

29 DTD - Exemple Définition d’une grammaire définissant la structure d’un « carnet d’adresse »

30 DTD - Appels d ’entités Appels d ’entités Entités internes :
Permettent d ’éviter de saisir une grandes quantité de caractères superflus, Peuvent être considérées comme des sortes de macros. <!DOCTYPE class [ <!ELEMENT ...> ... ]> Entités externes : Objets externes tels qu ’une adresse URL ou un fichier graphique prévu pour figurer dans le documents XML, <!DOCTYPE class PUBLIC "name" "URL"> <!DOCTYPE class SYSTEM "filename">

31 DTD - Éléments Exemple d ’appel d ’entité interne
<?xml version="1.0"?> <!DOCTYPE note [ <!ELEMENT note (to,from,heading,body)> <!ELEMENT to (#PCDATA)> <!ELEMENT from (#PCDATA)> <!ELEMENT heading (#PCDATA)> <!ELEMENT body (#PCDATA)> ]> <note> <to>Sydney</to> <from>Vaughn</from> <heading>Reminder</heading> <body>Don't forget me this weekend</body> </note>

32 DTD - Éléments Exemple d ’appel d ’entité externe
Appel dentité externe dans un document XML <?xml version="1.0"?> <!DOCTYPE note SYSTEM "note.dtd"> <note> <to>Sydney</to> <from>Vaughn</from> <heading>Reminder</heading> <body>Don't forget me this weekend!</body> </note> Fichier «note.dtd» contenant la DTD <!ELEMENT note (to,from,heading,body)> <!ELEMENT to (#PCDATA)> <!ELEMENT from (#PCDATA)> <!ELEMENT heading (#PCDATA)> <!ELEMENT body (#PCDATA)>

33 DTD - Éléments Pour pouvoir créer un document XML il est utile dans un premier temps de définir les éléments pouvant être utilisés : Déclaration d ’une entité : <!ELEMENT element-name category> <!ELEMENT element-name (element-content)>

34 DTD - Éléments Élément vide, sans contenu (EMPTY)
<!ELEMENT element-name EMPTY> exemple : <!ELEMENT br EMPTY> exemple de document XML correspondant : <br /> Élément de contenu quelconque (ANY) <!ELEMENT element-name ANY> <!ELEMENT note ANY>

35 DTD - Éléments Élément dont le contenu est une séquence de caractères (#CDATA) Pas de traitement du contenu par le parser Élément dont le contenu est une séquence de caractère «  parsé » (#PCDATA) Les marqueurs et les entités figurant dans la séquence de caractères sont traités par le parser.

36 DTD - Éléments Elément comprenant des fils (séquences) et une seule occurrence de chaque (1,1) <!ELEMENT element-name (child-element-name)> ou (child-element-name,child-element-name,.....)> exemple : <!ELEMENT note (to,from,heading,body)> <!ELEMENT to (#PCDATA)> <!ELEMENT from (#PCDATA)> <!ELEMENT heading (#PCDATA)> <!ELEMENT body (#PCDATA)> … il devra obligatoirement être de la forme :

37 DTD - Éléments Contenu comprenant au moins une occurrence d ’un même élément (1,N) <!ELEMENT element-name (child-name+)> exemple : <!ELEMENT note (message+)> Contenu pouvant comprendre plusieurs occurrences d ’un même élément (0,N) <!ELEMENT element-name (child-name*)> <!ELEMENT note (message*)> Contenu pouvant comprendre une occurrence d ’un élément (0,1) <!ELEMENT element-name (child-name?)> <!ELEMENT note (message?)>

38 DTD - Éléments Déclaration de contenu à base de ET / OU exemple :
<!ELEMENT note (to,from,header,(message|body))> Déclaration de contenu mixte <!ELEMENT note (#PCDATA|to|from|header|message)*>

39 DTD - Éléments D'autre part, il est possible de définir des règles d'utilisation, c'est-à-dire les éléments XML qu'un élément peut ou doit contenir :

40 DTD - Attributs Il est possible de définir les attributs d’un élément à l’intérieur d ’une DTD Une déclaration d'attributs spécifie la liste d'attributs associés à un élément et a la forme <!ATTLIST element-name attribute-name attribute-type default-value> exemple DTD : <!ATTLIST payment type CDATA "check"> exemple XML : <payment type="check" />

41 DTD - Attributs attribute-type : delault-value :

42 DTD - Attributs Attribut par défaut exemple de DTD :
<!ELEMENT square EMPTY> <!ATTLIST square width CDATA "0"> document XML valide : <square width="100" /> Attribut optionnel <!ATTLIST contact fax CDATA #IMPLIED> <contact fax=" " /> ou <contact />

43 DTD - Attributs Attribut obligatoire exemple de DTD :
<!ATTLIST person number CDATA #REQUIRED> document XML valide : <person number=   "3134" /> document XML invalide : <person /> Attribut « fixé à la valeur » <!ATTLIST sender company CDATA #FIXED "Microsoft"> <sender company="Microsoft" /> <sender company= »Axway Software" />

44 DTD - Attributs Attribut de type énuméré exemple de DTD :
<!ATTLIST element-name attribute-name (en1|en2|..) default-value> exemple de DTD : <!ATTLIST peinture couleur (ROUGE|JAUNE|BLEU)"BLEU"> exemple XML : <peinture couleur="ROUGE" /> ou <peinture couleur="JAUNE" />

45 DTD - Exemple Exemple de DTD : <?xml version="1.0"?>
<!DOCTYPE message [ <!ELEMENT message (subject, exp, dest, content, sign)> <!ATTLIST message status ("private"|"public") "public"> <!ELEMENT subject (#PCDATA)> <!ELEMENT exp (#PCDATA)> <!ELEMENT dest (#PCDATA)+> <!ELEMENT content (parag|image)*> <!ELEMENT date (#PCDATA)?> <!ELEMENT sign (#PCDATA)> <!ELEMENT parag (#PCDATA)> <!ELEMENT image EMPTY> <!ATTLIST image source CDATA #REQUIRED> ]>

46 DTD / Schémas - Avantages et inconvénients
Insuffisances des DTD : Pas écrites en XML (2 langages différents à maîtriser) Support des types de données est très limité (10 types). Permettent pas de définir des vocabulaires complets et évolutifs Avantages des Schémas : Type données : (39 types prédéfinis), créer ses propres types. Orienté objet : Notion de dérivation de types. Écrit en XML : Pas besoin d’apprendre un autre langage, Transformer et manipuler un Schéma avec les outils XML

47 DTD / Schémas - Avantages et inconvénients
<xsd:element name=« elt1 »> <xsd:complexType> <xsd:sequence> <xsd:element name=« s1 » minoccurs=« 0 » maxoccurs=« unbounded »> </xsd:sequence> </xsd:complexType> </xsd:element> <!ELEMENT elt1(s1*)> <xsd:element name=« elt1 »> <xsd:complexType> <xsd:choice> <xsd:element name=« s1 » type=« xs:string » /> <xsd:element name=« s2 » type=”xs:date” /> </xsd:choice> </xsd:complexType> </xsd:element> <!ELEMENT elt1(s1|s2)>

48 Représentations Xml Il existe deux représentations d’un document XML
Forme sérialisée : c’est la forme courante où le contenu est marqué par des balises Forme arborescente : elle met en évidence la structure du document

49 Représentations Xml La représentation sérialisée permet :
Le stockage de données sous forme fichier L’échange de documents <?xml version="1.0" encoding="ISO " ?> - <CINEMA> <NOM>Epée de Bois</NOM> <ADRESSE>100, rue Mouffetard</ADRESSE> <METRO>Censier-Daubenton</METRO> </CINEMA>

50 Représentations Xml La représentation arborescente est utilisée par certaines applications qui gèrent l’ensemble du document en mémoire (parsers, éditeurs,…)

51 Représentations Xml Un document XML est structuré sous forme d’arbre :

52 Parsing XML La récupération des données encapsulées dans le document nécessite un outil appelé analyseur syntaxique (en anglais parser), permettant de parcourir le document et d'en extraire les informations qu'il contient. On passe ainsi de la forme sérialisée à la forme arborescente permettant à un programme de parcourir le document Xml pour extraire les données

53 Parsing XML On distingue deux types de parseurs XML :
Les parseurs validants (validating) permettant de vérifier qu'un document XML est conforme à sa DTD Les parseurs non validants (non-validating) se contentant de vérifier que le document XML est bien formé (c'est-à-dire respectant la syntaxe XML de base)

54 Parsing XML Type de Parseurs : XML XML DOM (Document Objet Model) :
Construction d’une représentation interne sous forme d'arbre. Fourni une API qui permet par programmation : De construire des documents. De naviguer dans leur structures. De mettre à jour les éléments. SAX : Simple Access XML Lecture du document en entrée, reconnaissance et interprétation des balises au fur et à mesure Aucun stockage d'informations Utilisations : Recherche dans un document XML volumineux. Echange continue d’un flux XML entre deux systèmes. XML XML

55 Parsing XML SAX est une API basée sur un modèle événementiel, cela signifie que SAX permet de déclencher des événements au cours de l'analyse du document XML. Une application utilisant SAX implémente généralement des gestionnaires d'événements, lui permettant d'effectuer des opérations selon le type d'élément rencontré soit le document XML suivant : <personne> <nom>Baylot</nom> <prenom>Lionel</prenom> </personne>

56 Parsing XML Les événements générés par Sax sont : start document
start element: personne start element: nom characters: Baylot end element: nom start element: prenom characters: Lionel end element: prenom end element: personne end document

57 Parsing XML DOM est une spécification du W3C (World Wide Web Consortium) définissant la structure d'un document sous forme d'une hiérarchie d'objets, afin de simplifier l'accès aux éléments constitutifs du document DOM permet à une application de parcourir la structure du document et d'agir dynamiquement sur celui-ci

58 Parsing XML DOM construit en mémoire une représentation arborescente du document où : chaque nœud est un objet de type Node chaque catégorie syntaxique est représentée par un sous-type de Node la racine est un nœud spécial, de type Document

59 Parsing XML Exemple de représentation DOM :

60 Parsing XML L’ensemble du document est représenté par un nœud de type Document : c’est la racine du document Ce nœud peut avoir plusieurs fils, dont un et un seul de type Element : c’est l’élément racine Quelques exemples de fonctions DOM disponibles : insertBefore() (Node nouv, Node fils) replaceChild() (Node nouv, Node ancien) removeChild() (Node fils) boolean hasChildNodes()() createElement(), createComment(), …

61 Parsing XML Un traitement DOM s’effectue en trois phases
Un arbre vierge est créé en mémoire ou il est créé en important un document Xml sérialisé Des manipulations de cet arbre sont effectuées L’arbre modifié est sérialisé à nouveau (par exemple pour être stocké)

62 Il existe plusieurs sérialisations possibles pour un même document :
ainsi cet arbre peut donner 3 versions sérialisées « différentes » :

63 <?xml version="1.0" ?> <A> <!-- commentaire   -->   <B>texte</B> <C>  <D>1 < 2</D>   </C>  </A> <D><![CDATA[1 < 2]]></D>   <?xml version="1.0" ?> <!DOCTYPE A [ <!ENTITY file SYSTEM "CetD.xml"> ] > <A> <!-- commentaire   -->   <B>texte</B> &file; </A>

64 Parsing XML Exemple de programme DOM :
le programme prend en argument un nom de fichier contenant un document XML il analyse ce document avec un parser DOM (ici xerces) il parcourt ensuite les nœuds du document et numérote les nœuds de type Text par leur position dans l’arbre ensuite le document modifié est à nouveau sérialisé

65 XSL (eXtensible StyleSheet Language)
Mise en page avec XSL (eXtensible StyleSheet Language) : XML est un langage de structuration des données, et non de représentation des données. XSL est un langage pour effectuer la représentation des données de documents XML. XSL est lui-même défini avec le formalisme XML, cela signifie qu'une feuille de style XSL est un document XML bien formé

66 XSL Il est donc possible à partir d'un document XML de créer des documents utilisant différentes représentations (HTML pour créer des pages web, WML pour les mobiles WAP, ...) XSL est essentiellement utilisé pour transformer du XML en HTML mais il est aussi capable de générer des documents PDF, un autre document XML ou texte, par exemple

67 XSL Avantages du tandem XML – XSL :
La modification de l’aspect d’une page Web n’implique que la modification du XSL L’ajout d’une nouvelle donnée ou d’un nouveau champ nécessite simplement l’ajout d’un nouvel élément dans le XML Les pages Web sont dynamiques et c’est primordial quand le contenu d’une page n’est pas connu d’avance

68 XSL XSL possède 2 composantes :
Le langage de transformation des données (XSLT, eXtensible Stylesheet Transformation) permettant de transformer la structure des éléments XML Le processeur XSLT crée une structure arborescente à partir du document XML et lui fait subir des transformations selon les template rules contenues dans la feuille XSL pour produire un arbre résultat représentant, par exemple, la structure d'un document HTML Le langage de formatage des données (XSL/FO), c'est-à-dire un langage permettant de définir la mise en page (affichage de texte ou de graphiques) de ce qui a été créé par XSLT

69 Fichier HTML, XML, texte, ou autre.
XSL Fichier XML Fichier HTML, XML, texte, ou autre. Processeur XSL Fichier XSL

70 XSL Fichier XSL Fichier DTD Fichier HTML Fichier XML Xerces Xalan

71 XSL Structure d’un document XSL :
Un document XSL étant un document XML, il commence obligatoirement par la balise suivante : <?xml version="1.0" encoding="ISO " ?> Toute feuille de style XSL est comprise entre les balises <xsl:stylesheet ...> et </xsl:stylesheet> La balise xsl:stylesheet encapsule des balises xsl:template définissant les transformations à faire subir à certains éléments du document XML

72 XSL Une feuille de style XSL (enregistré dans un fichier dont l'extension est .xsl) peut être liée à un document XML (de telle manière à ce que le document XML utilise la feuille XSL) en insérant la balise suivante au début du document XML : <?xml version="1.0" encoding="ISO "?> <?xml-stylesheet href="fichier.xsl" type="text/xsl"?>

73 XSL Syntaxe : <?xml version="1.0" encoding="iso-8859-1"?>
<xsl:stylesheet version="1.0" xmlns:xsl="http://www.w3.org/1999/XSL/Transform"> <xsl:output method="html"/> <xsl:template match="/"> <HTML> <HEAD> <TITLE>Titre de la page</TITLE> </HEAD> <BODY BGCOLOR="#FFFFFF"> <xsl:apply-templates/> </BODY> </HTML> </xsl:template> <xsl:template match="personne" > <ul> <li> <xsl:value-of select="nom"/> - <xsl:value-of select="prenom"/> </li> </ul> </xsl:stylesheet>

74 XSL Signification de cette feuille XSL :
Le premier tag <xsl:template> permet d'appliquer une transformation à l'ensemble du document (la valeur "/" de l'attribut match indique l'élément racine du document XML). Ce tag contient des balises HTML qui seront transmises dans l'arbre résultat L'élément <xsl:apply-templates/> indique le traitement de tous les enfants directs de la racine. La balise <xsl:template match="personne"> permet d'aller traiter les éléments de type personne Enfin les deux éléments <xsl:value-of select="nom"/> et <xsl:value-of select="prenom"/> permettent de récupérer les valeurs des balises nom et prenom

75 XSL Exemple : Voici un exemple de ce qu’il faut écrire en HTML pour obtenir un répertoire d’adresses sur Internet : ex.html On remarque d’ores et déjà que le code HTML à écrire n’est pas clair car les informations et la mise en page sont mélangées

76 XSL Le XML suivant contient les mêmes informations que la page HTML, mais il présente les avantage suivants : l’information et la mise en page (les données et les traitements) ne sont pas mélangées la présence de la DTD permet de vérifier la syntaxe du document (repertoire.dtd) on peut par exemple, vérifier que l’on n’a pas oublié le numéro de téléphone d’une personne lorsque celui-ci a été défini comme obligatoire dans la DTD cf. ex.xml

77 XSL Le XSL suivant permet de transformer les données du répertoire décrit en XML en fichier HTML   cf. ex.xsl


Télécharger ppt "IUT GTR / Axway Sopra Group. Denis Viollet / Lionel Baylot Juin 2004"

Présentations similaires


Annonces Google