La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Nancy, 1 juillet 2014 Rosario Coluccia École d’été (italien)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Nancy, 1 juillet 2014 Rosario Coluccia École d’été (italien)"— Transcription de la présentation:

1 1 Nancy, 1 juillet 2014 Rosario Coluccia École d’été (italien)

2 attention sur la situation italienne remarques à caractère général applications aux autres domaines du monde roman les rédacteurs doivent parcourir le chemin roman de manière patiente et systématique → rédaction des articles 2

3 consultation obligatoire et dépouillement d’études et sources certaines ont un caractère panroman, et certaines d’autres sont consacrées à des variétés spécifiques Livre bleu !!! 3

4 nouvelle version de la bibliographie de consultation et de citation obligatoires et de la fiche de relevé bibliographique du DERom [→ bibliographie obligatoire] éditées à l'occasion de la 2e Ecole d'été franco- allemande en étymologie romane. (1)Conformément à l'ordre de citation des idiomes dans le corps des articles, le sarde passe au début. … (4) Ernout/Meillet4 doit être cité dans la bibliographie de chaque article. 4

5 italien liste des outils à caractère générale (indispensables pour une première vue d’ensemble), énumérés selon le système de siglaison en vigueur dans le DÉRom MeyerLübkeGRS [/MeyerLübkeGRL] Grammatik der Romanischen Sprachen / Grammaire des Langue Romanes 5

6 REW 3, JUD,ASNS 127, Rohlfs,IF 49, Rohlfs,ZrP 52, W. Meyer-Lübke, Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, Winter, Jud 1911, Compte-rendu REW 1 Rohlfs 1931, Compte-rendu REW 3 Rohlfs 1932, Zur Neuauflage ‘nuova edizione’ von Meyer-Lübkes Romanisches Etymologisches Wörterbuch FEW W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung ‘rappresentazione’ des galloromanischen sprachschatzes ‘lessico’, Bonn- Heidelberg-Leipzig-Berlin/Bäle, Klopp-Winter-Teubner- Zbinden, (25 voll + suppl /mises à jour) 6

7 à partir du latin écrit REW 1833 cĕrnĭculum 1. ‘Grobsieb’ [‘staccio grossolano’; ‘tamis, crible grossier’] 2. ‘Scheitel’ [‘vertice’; ‘sommet’ ] 1.Neap. ḱ ernikkyə, siz. čirniggyu, gen. šerneğu […] 2.Grödn. [grödnerisch] šurnadl, salm.[MA (Le Moyen Age) von Salamanca] cernaja ‘kopfpolster der Stiere’ García de Diego, RFE 7, 148 […] [Abkürzungen pp. XIII-XXXI] REW 1835a cerotum ‘Wachspflaster’ Mark., umbr.. abruzz. čeroto. Mit SuffixW.[echsel] it. cerotto und so nord. Salvioni, RDR [ Revue de dialectologie romane ] 5, 185.

8 LausbergSprachwissenschaft [/ LausbergLingüística / LausbergLinguistica / LausbergLinguística], Romanische Sprachwissenschaft Lingüística románica Linguistica romanza Linguística românica HallPhonology Comparative Romance Grammar Protoromance Phonology 8

9 9 LEI M. Pfister- W. Schweickard, Lessico Etimologico Italiano, Wiesbaden, Reichert, SalaVocabularul M. Sala, Vocabularul reprezentativ al limbilor romanice, Bucarest, 1988 DOLR Henry Vernay, Dictionnaire onomasiologique des langues romanes, 6 volumes, Tübingen, Niemeyer, StefenelliSchicksal A. Stefenelli, Das Schicksal [‘destino’; ‘destin’] des lateinischen wortschatses [‘patrimonio lessicale’; ‘patrimoine lexical’] in den romanischen Sprachen, Passau, Rothe, 1992.

10 ALiR G. Tuaillon – M. Contini et al., Atlas Linguistique Roman, Roma, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, PatRom A.M. Cano González – J. Germain – D. Kremer, Dictionnaire historique de l’anthroponimie romane. Patronymica romanica (PatRom), Tübingen, Niemeyer,

11 grammaires historiques (MeyerLübkeGRS; Lausberg; Hall) vocabulaires étymologiques (REW 3, FEW, LEI, Sala, Stefenellii) atlas linguistique (ALiR) [ les articles du DERom ne citent qu’exptionnellement des formes dialectales] onomasiologie (DOLR) anthroponimie (PatRom) –[l’onomastique est sémantiquement motivèe et peut contribuer elle aussi a l’étude et l’étimologie des mots] 11

12 lectures centrées sur le vaste domaine italoroman, représenté par italien, sarde, frioulan, ladin et romanche. SalvioniPostille, Postille italiane al vocabolario latino e romanzo Salvioni,RIL 32, Nuove postille italiane al vocabolario latino-romanzo Salvioni,RDR 4, Postille italiane e ladine al vocabolario etimologico romanzo Prati,AGI 17, Compte rendu REW 1 Merlo,AUTosc 44, Postille al REW di W. Meyer Lübke Merlo,BF 10, Correzioni e aggiunte al REW di W. Meyer Lübke.

13 Merlo,RIL 81 ; 83 ; 84; 85 ; 86, Nuove postille al «REW» di Wilhelm Meyer Lübke Faré, Postille italiane al «REW» di W. Meyer Lübke comprendenti le «Postille italiane e ladine» di Carlo Salvioni Tropea,QFLSic 2, Tradizione di parole. Postille siciliane al «REW» di W. Meyer Lübke LEI, M. Pfister- W. Schweickard, Lessico Etimologico Italiano, Wiesbaden, Reichert, AIS, Karl Jaberg – Jacob Jud, Sprach- unbd Sachatlas Italiens und der Südschweiz, 8 volumes Zofingen, Ringier. 13

14 Faré 1833 cĕrnĭculum 1. ‘staccio grossolano’ 2. ‘vertice’ 1.Nap. chiernicchio ‘vaglio’ (č-kj assim. in kj-kj) 2.Borm. cernola ‘scriminatura’ [‘raie’] (con suffisso sostituito). Gard. čurnadl, bad. čornedl, […] REWS; G.B.Pellegrini, AIV CXIII 316 e 325. Faré 1835a cērōtum ‘unguento di cera’, ‘cerotto’ March., u., abr. cerot -e, e, con sostituzione di -otto, it. cerotto, gen. sciotto, siotto, alb. [dialetto di Alba] sl ǫ t, mil. širot, ecc. 14

15 principaux répertoires et outils de référence pour l’italien LEI jusqu’à present (2014): vol. XIII, fasc. 116, cerōtum (en plus: 8 fasc. D-; 2 fasc. E-; 7 fasc. «Germanismi») DELI 2 M. Cortelazzo – P. Zolli, Dizionario etimologico della lingua italiana, Bologna, Zanichelli, GAVI G. Colussi, Glossario degli antichi volgari d’Italia, 20 voll. Foligno, Editoriale umbra, (aujourd’hui inutile) TLIO → AIS 15

16 principaux répertoires et outils de référence pour le sarde M.L. Wagner,ASNS 160, Das Sardische in der 3. Auflage von Meyer-Lübkes REW M.L. Wagner,AR 19/20/24, Rettifiche ed aggiunte alla terza edizione del REW del Meyer-Lübke DES, M.L. Wagner, Dizionario Etimologico Sardo, 3 voll. Heidelberg, Winter, PittauDizionario M. Pittau, Dizionario etimologico sardo: fraseologico ed etimologico, 2 volumes, Cagiari, Gasperini, AIS 16

17 certaines sources (par example LEI et AIS) sont répétées dans plusieurs listes nature partiellement superposable et variable des différents segments ample base bibliographique et textuelle multipliée pour tous les domaines de l’espace linguistique roman dépouillement des données lexicographique choix des issues des différentes variétés linguistiques → première rédaction, nécessairement provisoire

18 exemple(s) italien(s) contrôle systématique et choix de la forme typique et de la première attestation du cognat] [Livre bleu ] DELI 2 cernecchio ‘ciocca di capelli arruffati o posticci’ (av. 1665, L. Lippi). Lat. tardo cerniculu(m) 'crivello, scriminatura', da cernere ‘scegliere, separare’ (v. cèrnere). 18

19 TLIO → L'Opera del Vocabolario Italiano è l'Istituto del CNR che ha il compito di elaborare il Vocabolario Storico Italiano. Ha sede a Firenze presso l’Accademia della Crusca È membro fondatore della Federazione Europea delle Istituzioni Linguistiche Nazionali – EFNIL È membro fondatore del Centro di Linguistica Storica e Teorica: Italiano, Lingue Europee, Lingue Orientali – CLIEO Attualmente l'OVI elabora e pubblica in rete il Tesoro della Lingua Italiana delle Origini (TLIO), che è la parte antica del Vocabolario Storico Italiano, e la Banca Dati dell'Italiano Antico. Produce inoltre e mette a disposizione degli studiosi software lessicografico avanzato. 19

20 Risorse CONSULTA IL VOCABOLARIO INTERROGA LE BANCHE DATI SCARICA IL SOFTWARE GATTO VIDEO 20

21 1. Anonimo genovese (ed. Cocito), a. 1311, atizar veja / ogni mâ che 'l apareja, / cernando ben me' consejo / con sotir e bon cernejo, / digo pur che no me piaxe, / vegando le gente marvaxe / a chi noxe lo siropo / 2. Giovanni Campulu, 1302/37 (mess.), L 2, cap. I sirviri Deu: kì stando garzuni, Deu pir ipsu avia factu kyllu miraculu; et però kyllu chirnigliu sì stecti appisu davanti kylla ecclesia multi anni, pir fini allu tempu ky li Longubardj 2. Giovanni Campulu, 1302/37 (mess.), L 2, cap. I pir fini allu tempu ky li Longubardj vinneru in Ytalia. - Ancora si dichi ky chistu cirnigliu sia modu appisu avanti la ecclesia de Sanctu Benedictu, ky è in Monti Casinu -. Dichi

22 LEI XIII 1136, cerniculum ‘setaccio, scriminatura dei capelli’ 1.1. ' cernĭculum ' 1.a. mondo materiale Gen.a. cernejo m. ‘cernitoio, setaccio, vaglio’ (ante 1311, Anonimo, TLIO), cernegio (sec. XIV [!!!], LeggendeCocito-Farris 25), ast.a. çernegl (1521, AlioneBottasso), it.sett.occ. cerneglio Vopisco 1564, lig.centr. (Taggia) zerneglio (sec. XVII, Rossi-Parodi, GSLLIg 4), Noli sarné ǵ (ALEIC 875, p.49), etc. 22

23 […] 1138, a. mondo umano 1.d 1. parti del corpo umano Tosc. cernecchio m. ‘ciocca di capelli scomposti’ (dal 1665ca., Lippi, B [= GDLI] ; LIZ; FanfaniUso; Ciccuto, ASNPisa III.7; Zing. 2013), fior. cernecchi pl. Camaiti, etc. 23

24 […] 1139, ' cernīculum ' 2.a. mondo materiale Messin.a. cirnigliu ‘setaccio, vaglio’ , LibrusSGregoriu, OVI), etc. confronter les sources 24

25 DELI 2 céro, ceròne, ceròso, ceròtto v. céra céra s.f. ‘sostanza di origine vegetale o animale, simile ai grassi’ […] ceròtto s.m. ‘medicamento a base di resina o corpi grassi, a notevole potere adesivo, cui sono incorporate sostanze medicinali’ (sec. XIV, Z. Bencivenni), ‘persona malaticcia’ (ante 1858) […] 25

26 TLIO → CEROTTO (2) s.m. 0.1.lista forme; 0.2.nota etimol.; 0.3.prima attest.; 0.4.distrib. geoling.; 0.5.nota ling.; 0.6.note; 0.7.lista definiz; 0.8.redattore 0.1 ceroto, cerotto. 0.2 DEI s.v. cerotto (lat. tardo cerotum 'unguento a base di cera'). 0.3 Palladio volg., XIV pm. (tosc.): In testi tosc.: Palladio volg., XIV pm. (tosc.). In testi sett.: Ricette bologn., XIV pm. 0.6 Doc.: cit. tutti i testi. 0.7 [Med.] Preparazione medicamentosa da applicare sulla parte malata, impiastro. 0.8 Francesca Faleri

27 1 [Med.] Preparazione medicamentosa da applicare sulla parte malata, impiastro. [1] Palladio volg., XIV pm. (tosc.), L. 1, cap. 40, pag. 50.5: Alle malte fredde soccorri in questo modo. Sangue di bufalo, fiore calcina, scorza di ferro pesta insieme, e fanne cerotto, cioè impiastro, e frega. [2] Ricette bologn., XIV pm., pag : Toi ysopo humida unça j, grassa de gallina unçe ij, olio de camomilla unçe ij, cera che basti e façasse lo ceroto. [u.[ultima] r.[evisione] ] 27

28 Attention! Non! CEROTTO (1) s.m. 0.1 cerocti, cerotti, cerotto, cirotti, cirotto. 0.2 Da cero. 0.3 Stat. fior., a. 1284: In testi tosc.: Stat. fior., a. 1284; Folgóre, Semana, c (sang.); Stat. prat., In testi mediani e merid.: Buccio di Ranallo, Cronaca, c (aquil.). 0.6 candela, torchietto. cero Piccolo cero, candela di piccole dimensioni. 0.8 Francesca Faleri Piccolo cero, candela di piccole dimensioni. || Sinon.: candela, torchietto. 28

29 [1] Stat. fior., a. 1284, II, par. 2, pag : Et queste cotali sere che si fa al ferro e ad mano, e quando si fa solamente al ferro, ponghano quattro candellieri cum quattro cerotti o torchietti accesi dinanzi agli altari et due dinanzi al gonfalone, se fosse spiegato, infin a tanto che si cantano le laude. [2] Stat. fior., , par. 41, pag. 64.8: e' chamarlinghi siano tenuti di fornire il detto sagrestano di candele e di cerotti a volontade del dicto sagrestano. [3] Folgóre, Semana, c (sang.), 23.8, pag. 382: annona, pane e vin dà a' forestieri, / manze, pernici e cappon per ingegno; / donzelli e servidori a dritto segno, / camere e letta, cerotti e doppieri... [4] Stat. fior., XIV pm. (3), pag : e non possa rompere bara, cerocti, doppieri o altra cosa di tale officio a la dicta pena per ogni volta, credendo al iuramento del dicto spetiale e de chi facesse le spese. [5] Buccio di Ranallo, Cronaca, c (aquil.), MCCLXXVI, pag. 301: Da poi gio la corte, dico, del capetano / Con tucti soi offitiali, colli cirotti in mano... [6] Stat. prat., , cap. 8, pag : E debbiano tenere al decto uficio e quando si dice mesa due cerocti accesi. [7] Leggenda Aurea, XIV sm. (fior.), cap. 37, Purif. Maria, vol. 1, pag : e così facciamo noi la processione e portiamo in mano il cerotto acceso per lo quale è significato Cristo, e andiamo con esso infino ne la Chiesa. Tre cose sono nel cerotto cioè: cera, lucignolo e 'l fuoco. 29

30 LEI XIII 1147, 1-10 cerotum 'impiastro' 1.1. ' ceroto' 1.a. ‘impiastro; medicamento a base di resina’ Fior.a. ciroto m. 'preparazione medicamentosa da applicare sulla parte malata, impiastro' (1431, InventarioSpezierie, InventarioStaccini,StM III. 22,392), cal.a. cerato (Stilo 1477, RicettarioGeracitanoCalò-Aprile), it. ~ (1542, Aretino, LIZ), tosco-laz. (pitigl.) ć ę r ṓ t u (AIS 708cp., p.582), Trasimeno (Magione) ć i r ó t o Moretti, perug. ciròto Catanelli, etc… […] 30

31 1148, 'cerotto' 2.a. 'impiastro; medicamento a base di resina' Berg.a. ciròg m. 'preparazione medicamentosa da applicare sulla parte malata, impiastro' (1521, RuzanteLovarini), bol.a. ceroto (prima metà sec. XIV, Ricette, TLIO), pad.a. - (fine sec. XIV, SerapiomIneichen), ciroto ib., tosc.a. cerotto (prima metà sec. XIV, Palladio Volg, TLIO), fior.a ~ (1498, RicettarioFior, B), aquil.a. cirotto (1362ca., BuccioRanalloDeBartholomaeis), cerotti pl. ib., it. cerotto m. (dal 1481ca., TranchediniPelle, B; Zing 2013), cerato (1543, Lando, LIZ; 1585, Garzoni, ib.), lig.occ. (Nizza) ceiròto (FEW 2,597a), […] 31

32 1150, b. sign. fig. It. cerotto m. ‘rimedio, per lo più di non grande efficacia, ripiego, palliativo’ (1662, G:B:Andreini, LIZ – 1892, Zena, ib.), ven.merid. (poles.) zeroto. It. ceròtto m. ‘persona malaticcia’ (dal 1824, Guadagnoli, TB; «scherz.» GRADIT; Zing 2013) […] 32

33 Choix entre diverses sources disponibles, dans le cas où elles offrent (potentiellement) les mêmes matériaux. GAVI ( ouvrage méritoire mais qui appartient à une phase objectivement dépassée de la lexicographie italienne ) remplacé par TLIO (fondé sur des dépouillements de première main et résulte tendanciellement complet et adéquat du point de vue méthodologique) Phases successives au Trecento: dictionnaires usuels (GDLI [B selon LEI]) bases de données (LIZ ; BiblItal, etc.) Le DÉRom pose l’accent sur les attestations plus précoces des variétés romanes: le dépassement de la limite chronologique de l’ancien italien est effectivement peu courant. 33

34 Pour la rédaction d’un article il faut apprendre à utiliser: ouvrages fondamentales de grammaire historique et de linguistique romane essentielles pour l’interprétation de phénomènes spécifiques qui, ailleurs, resteraient sans commentaire. Par exemple, pour l’italien, c’est fréquent le recours à «RohlfsGrammStor ; CastellaniGrammStor», cités dans plusieurs articles. 34

35 exceptionnellement nouveaux textes consultés directement à partir de leurs éditions, qui ne sont pas nécessairement pourvues de glossaires études spécifiques consacrées à une variété ou à une sous-variété particulière révision 35

36 opération la plus délicate: établissement de la structure de l’article importantes nouveautés méthodologiques introduites par le DÉRom 36

37 Marco Maggiore */'ku ɛ r ‑ e ‑ / v.tr. « agir en sorte de trouver (qch. ou qn) ; avoir le désir (de qch.) ; exprimer (un désir) de manière à (en) provoquer la réalisation » 37

38 I.Flexion originelle en */’-e-/ I.1. Sens « chercher »*/ 'ku ɛ r ‑ e ‑ re/ > dacoroum. pop. cere v.tr. « agir en sorte de trouver (qch. ou qn), chercher » (dp. 1500/1510 [date du ms.], Psalt. Hur.2 93 ; EWRS ; Candrea-Densusianu n° 317 ; DA ; Cioranescu n° 1671 ; MDA ; ALR SN 1945, 1946, 2010, 2062), istroroum. ┌ čęre ┐ (MaiorescuIstria 115 ; PuşcariuIstroromâne 3, 106, 328 ; SârbuIstroromân 204 ; KovačecDescrierea 41 ; FrăţilăIstroromân 1, ), méglénoroum. ţireári (CapidanDicţionar s.v. tser ; Candrea,GrS 7, 216 ; AtanasovMeglenoromâna 50, 227, 229, 237, 283 ; ALR SN 1945 ; ALDM 1, ) 1, ait. cherere (ca 1230/1250 [atosc. cherendo gérond.] – 1350/1400 [plus tard licence poétique], TLIOCorpus ; GDLI) 2, frioul. čę́ri (dp. ca 1416 [date du ms. ; zir imp. 2], Barbieri,CeFastu 69/2, 149 ; PironaN2 ; FrancescatoDialettologia 411 ; Crevatin in DESF ; ASLEF 506 n° 2014 p 112a ; ALD-I 139 p 196), gherd. crì (EWD ; ForniGherdëina 572) 3, abas-engad. quirer (LombardinMs ; Merlo,RIL 86, 413 ; Decurtins in DRG 5, 603) 4, fr. querre (fin 11 e s. – 1629, Gdf ; FEW 2, 1408ab [encore wall. pic. norm. poit. bourb. champ. lorr. frcomt.] ; TL ; TLF ; ANDEl s.v. quere 1 ; Frantext) 5, frpr. querre (dp. 1220/1230, ProsalegMussafia 98 ; FEW 2, 1408a ; HafnerGrundzüge 23, 28, 95 ; ALF 22 ; DuraffourGlossaire n° 5024), occit. querre (dp. ca 1060 [queir ind. prés. 1], SFoiHA 1, 292 ; Raynouard ; Levy ; AppelChrestomathie ; FEW 2, 1408a ; Pansier 5 ; BrunelChartes), gasc. quèrre (dp [ms. 1 ère m. 15 e s. ; querent part. prés], CartBigRC 63 ; Palay [“rare”] ; ALG 181, 181* ; ALF 22 p 548, 632, 635, 637, 682, 690, 760), acat. querre (fin 12 e s. [quer prés. 3] – 1460, DCVB ; DECat 6, ; MollSuplement n° 2723), aesp. querer (ca 1150 [queria prét. 3] – ca 1180, CORDE ; Kasten/Cody ; DCECH 4, 717)

39 I.2. Sens « vouloir »*/'ku ɛ r ‑ e ‑ re/ > logoud. kèrrere v.tr. « avoir le désir (de qch.), vouloir » (DES ; AIS 1638 p 923, , , 949, 954) 7, dacoroum. pop. cere (dp. 1563/1583, Cod.Vor.2 261, 319, 391 = DA ; MDA), méglénoroum. ţireári (CapidanDicţionar s.v. tser ; Candrea,GrS 7, 216 ; Atanasov,SCL 28, 441 ; AtanasovMeglenoromâna 227), it. sept. ┌ cherere ┐ (fin 12 e s. [avén. quero prés. 1], PoetiDuecentoContini 1, 540 = TLIOCorpus), esp. querer (dp. 1022, Kasten/Cody ; DCECH 4, ; DME ; NTLE ; Kasten/Nitti), ast. querer (dp [queria impf. 3], DELlAMs ; DGLA), gal./port. querer (dp [quiser subj. fut. 1], MaiaHistória 807 ; DDGM ; DELP3 ; DdD ; DRAG1 ; Houaiss2 ; CunhaVocabulário2). 7 I.3. Sens « demander »*/'ku ɛ r ‑ e ‑ re/ > asard. kerre v.tr. « exprimer (un désir) de manière à (en) provoquer la réalisation, demander » (14 e s. [cherre], Stat. Sass. 8 ; DES), dacoroum. cere (dp. 1500/1510 [date du ms.], Psalt. Hur ; Tiktin3 ; EWRS ; DA ; MDA), istroroum. ┌ čęre ┐ (MaiorescuIstria 115 ; FrăţilăIstroromân 1, ; KovačecRječnik 61), méglénoroum. ţireári (CapidanDicţionar s.v. tser ; Candrea,GrS 7, 216), aroum. ţer (Pascu 1, 177 s.v. ţireare [ţearere] ; DDA2 ; BaraAroumain ; ALR SN 1946, 2062) 8, ait. cherere (ca 1230/1250 [atosc.] – 1321, LEIMatériaux ; GDLI ; TLIOCorpus)

40 II. Flexion innovante en */-’i-/II.1. Sens « chercher » */kue'r ‑ i ‑ re/ > aitsept. cherire v.tr. « chercher » (1274 [alomb. queri], Sarti in TLIO), frioul. cirî (dp. ca 1416 [date du ms. ; zir imp. 2], Barbieri,CeFastu 69/2, 149 ; Salvioni,RIL 32, 150 ; PironaN2 ; Doria in DESF ; GDBTF ; AIS 636 p 327, 338, 348 ; 1506 p , 338, 348 ; ASLEF 506 n° 2014 p 2*, 23, 83 ; ALD-I 139) 10, lad. chirì (dp. 1763, Kramer/Schlösser in EWD ; Merlo,RIL 86, ; Faré n° 6923 ; AIS 636 p 305, 312, 315; 1506 p 305, ; ALD-I 139 p 81-91, ), bas-engad. kurír (Decurtins in DRG 5, ), fr. quérir (dp. 1327, Klein,Orbis 10, 154 ; TL ; TLF ; FEW 2, 1408ab ; Frantext ; ALF 22) 11, frpr. querir (dp. 1389, DevauxEssai 99 ; FEW 2, 1408ab ; ALF 22 ; DuraffourGlossaire n° 5024), occit. querir (dp. 1228/1229, CroisAlbMa 2, 86, 88 ; Levy ; Raynouard ; AppelChrestomathie ; FEW 2, 1408b), agasc. querir (15 e s. [querissen subj. impf. 6], ForsBéarnOG 140), acat. querir (fin 13 e s., DECat 6, ; DCVB ; MollSuplement n° 2723) II.2. Sens « vouloir »*/kue'r ‑ i ‑ re/ > aitsept. cherire v.tr. « vouloir » (1 ère m. 13 e s. [alomb. querir], TLIO). II.3. Sens « demander »*/kue'r ‑ i ‑ re/ > aitsept. cherire v.tr. « demander » (1 ère m. 13 e s. [alomb. querir] – av. 1246/1250, TLIO ; GDLI ; DEI). 40

41 Commentaire. – À l’exception du dalmate, toutes les branches romanes présentent des cognats conduisant à reconstruire, soit directement, soit à travers un type morphologiquement évolué, protorom. */'ku ɛ r ‑ e ‑ / ([’kw ɛ r-e-]) v.tr. « agir en sorte de trouver (qch. ou qn), chercher ; avoir le désir (de qch.), vouloir ; exprimer (un désir) de manière à (en) provoquer la réalisation, demander ». Les issues romanes ont été subdivisées selon les types morphologiques et sémantiques dont elles relèvent. On a observé une première distinction entre un type originel appartenant à la flexion en */' ‑ e ‑ / (ci-dessus I.), régulièrement continué dans tous les idiomes romans ayant hérité du protolexème, et un type caractérisé par une innovation morphologique, le passage de la classe flexionnelle en */' ‑ e ‑ / à celle en */ ‑ 'i ‑ / (ci-dessus II.). On observe la coexistence des deux types morphologiques en frioulan, en romanche et en francoprovençal, de même que dans les phases anciennes de l’italien, du français, de l’occitan, du gascon et du catalan. De plus, on peut remarquer que le type II. a une distribution aréale compacte et centrale (cf. Liver,VRom 60, 118), comprenant l’italien septentrional, le frioulan, le ladin et le romanche (“Italia [septentrionalis] maxima”), le français, le francoprovençal, l’occitan, le gascon et le catalan (“Gallia maxima”), qui montre que le type II. est une innovation originaire du centre de la Romania, qui n’a pas atteint les zones latérales, et qui est notamment absente des branches sarde et roumaine. L’oscillation entre les deux types, si elle a bien déjà caractérisé la protolangue, ne peut donc être reconstruite que pour une phase relativement tardive du protoroman, postérieure à l’individuation du roumain.

42 Cette innovation flexionnelle intervient ainsi postérieurement à celle constatée pour */' ɸ u ɡ‑ e ‑ / > */ ɸ u' ɡ‑ i ‑ /, */'k ʊ p ‑ e ‑ /> */ku'p ‑ i ‑ /, */'luk ‑ e ‑ /> */lu'k ‑ i ‑ / ou encore */'m ɔ r ‑ e ‑ /> */mo'r ‑ i ‑ /, qui montrent une réaffectation précoce à la classe en */ ‑ 'i ‑ /, parfois documentée en latin tardif (cf. MeyerLübkeGLR 2, § 119). La raison de cette différence chronologique réside probablement dans le fait que ces verbes ont tous été caractérisés, au moins à un moment donné de leur histoire, par le morphème flexionnel */' ‑ io/ (prés. 1), identique à celui de la flexion en */ ‑ 'i ‑ / (cf. MeulInfixes 39), tandis que l’intersection des formes du paradigme de */'ku ɛ r ‑ e ‑ / avec celles du paradigme en */ ‑ 'i ‑ / était plus limitée. Protorom. */'ku ɛ r ‑ i ‑ / appartient donc à une vague plus récente de métaplasme flexionnel, qui a par ailleurs laissé de nombreuses traces dans les variétés romanes (cf. RohlfsGrammStor 2, § 616). 42

43 Au plan sémantique, la reconstruction fait apparaître trois sémèmes fondamentaux : « chercher » (ci-dessus I.1. et II.1.), « vouloir » (ci-dessus I.2. et II.2.) et « demander » (ci-dessus I.3. et II.3.). Dans le sens « chercher », les issues de */’ku ɛ r-e-/ ont subi presque partout la concurrence des continuateurs de */'k ɪ rk ‑ a ‑ /(cf. Ernout/Meillet4 s.v. quaerō; FEW 2, 1410a ; REW3 s.v. cĭrcāre). Cette situation a déterminé dans certains cas l’extinction à date historique du continuateur de */’ku ɛ r-e-/ (catalan) ou bien sa survivance partielle (français). En revanche, le protosémème « chercher » s’est maintenu en roumain, frioulan, ladin, romanche, français, francoprovençal, occitan, gascon et dans les phases anciennes de l’espagnol et du catalan. Le second protosémème, « vouloir », ne se conserve que dans trois aires marginales : en roumain, en sarde et dans une aire englobant l’espagnol, l’asturien et le galégo-portugais 14 ; le troisième, « demander », s’est maintenu en roumain, en italien et en sarde. Une telle distribution spatiale montre qu’on a bien affaire à des protosémèmes

44 Le corrélat de I.1., lat. quaerere v.tr. « chercher » (dp. Plaute [* ca 254 – † 184], OLD), et celui de I.3., lat. quaerere v.tr. « demander » (dp. Varron [* 116 – † 27], OLD), sont connus durant toute l’Antiquité, tandis que le latin écrit de l’Antiquité ne connaît pas de corrélat relevant de la flexion en */-’i-/ ni présentant le sens « vouloir » 15 (types I.2. et II.). 15 Du point de vue diasystématique (“latin global”) et plus précisément diamésique, il s’ensuit de ce qui précède que la flexion en */ ‑ 'i ‑ / et le sens « vouloir » sont à considérer comme des particularismes de l’oral, qui n’ont pas eu accès au code écrit 44

45 Bibliographie. – MeyerLübkeGLR 1, § , 426 ; 2, § , 174, 283, 286, 331, 339, 345 ; REW3 s.v. quaerĕre ; von Wartburg 1945 in FEW 2, 1408a-1410b, QUAERĔRE ; LausbergLingüística 2, § 241, 345, 346 ; Ernout/Meillet4 s.v. quaerō ; HallPhonology 155 ; SalaVocabularul 542 ; StefenelliSchicksal 70, 95, 123, 164, 166, 185, 264 ; MihăescuRomanité 234 ; LEIMatériaux. Signatures. – Rédaction : Marco M AGGIORE. – Révision : Reconstruction, synthèse romane et révision générale : Jean-Pierre C HAMBON ; Rémy V IREDAZ. Romania du Sud-Est : Marta A NDRONACHE ; Petar A TANASOV ; Victor C ELAC ; Cristina F LORESCU ; Maria I LIESCU ; August K OVAČEC ; Nikola V ULETIĆ. Italoromania : Giorgio C ADORINI ; Rosario C OLUCCIA ; Simone P ISANO ; Paul V IDESOTT. Galloromania : Jean-Paul C HAUVEAU. Ibéroromania : Maria Reina B ASTARDAS I R UFAT ; Myriam B ENARROCH ; Ana B OULLÓN ; Ana María C ANO G ONZÁLEZ. Révision finale : Éva B UCHI. – Contributions ponctuelles : Simone A UGUSTIN ; Pascale B AUDINOT ; Pauline B UQUAND ; Jérémie D ELORME ; Xosé Lluis G ARCÍA A RIAS ; Yan G REUB ; Christel N ISSILLE ; Florin-Teodor O LARIU ; Jan R EINHARDT ; Fernando S ÁNCHEZ M IRET. Date de mise en ligne de cet article. – Première version : 24/08/2012. Version actuelle : 12/06/

46 REW 6923 quaerere „fragen“, „fordern“ Rum. cere ‘bitten, fordern’, cerşì […], it. chiedere, comel. k(a)rì, friaul. čerì, afrz. querre, nfrz querir, prov. querre; sp. pg. querer ‘wollen, lieben’. 46

47 innovation la plus évidente de l’article DERom une deuxième base */kue'r ‑ i ‑ / (flexion innovante en */-'i-/), qui développe les mêmes sens (« chercher », « vouloir » et « demander ») que la première. Du point de vue géolinguistique, cette deuxième base occupe une zone continue plutôt compacte, qui comprend aitsept., frioul., lad., bas-engad., fr., frpr., occit., agasc., acat.. 47

48 base protoroman */'ku ɛ r-i-/ (infinitif : */kue'r-i-re/) ? neuf créations idioromanes indépendantes ? création idioromane empruntée subséquemment par les autres langues romanes? 48

49 contacts entre des zones différentes de l’espace linguistique roman, grâce auxquels une forme innovante, développée par un certain groupe de parlers, a été transmise à d’autres variétés appartenant à des territoires contigus, marqués au plan historiques par des rapports de relations réciproques et d’échanges 49

50 Le passage de la désinence lat. - ḗ re > à l’italoroman -ire est bien connu et largement attesté : cf. «il toscano fiorire, compire, pentire, putire, l’antico veneziano tegnire, antico veronese parir, preveír, savir, volir, caçir ‘cadere (in Giacomino), antico lombardo parir, remanir, lusir, movir, avir, tenir, sostenir, implir, antico umbro vedire, tacire, piemontese valí, milanese varí ‘valere’, dorí ‘dolere’, parí, lombardo apino (Poschiavo) maní, tiní, bergamasco püdí ‘potere’, vülí ‘volere’, düśí ‘dovere’, saí ‘sapere’, í ‘avere’ » (RohlfsGrammStor § 616). fugire au lieu de fugere « condannato dal grammatico Probo [I sec.] » (Väänänen 1971, 234 § 312),

51 le rédacteur pourrait envisager, avec précaution, les diverses hypothèses génétiques possibles. dans le commentaire, après avoir choisi (concordé avec la diréction!!!) la structure. 51


Télécharger ppt "1 Nancy, 1 juillet 2014 Rosario Coluccia École d’été (italien)"

Présentations similaires


Annonces Google