La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quels enjeux de formation pour l’aide à domicile ? Le cas du Languedoc-Roussillon Rencontre du 6 juin 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quels enjeux de formation pour l’aide à domicile ? Le cas du Languedoc-Roussillon Rencontre du 6 juin 2007."— Transcription de la présentation:

1 Quels enjeux de formation pour l’aide à domicile ? Le cas du Languedoc-Roussillon Rencontre du 6 juin 2007

2 Le secteur de l’aide à domicile en région Languedoc-Roussillon

3 Source : Etude OREF 2006 réalisée par AMEDIS (données DARES et IRCEM) Les intervenants à domicile en Languedoc-Roussillon Plus de salariés heures ETP Emploi direct salariés Activité des OASP salariés Prestataire : 8960 ETP Chèque emploi service (CES) : 5001 ETP Décl. nom. de salaire (DNS) : 4364 ETP Garde d’enfants : 564 ETP Occasionnels : 471 ETP Mandataire : 1931 ETP Mise à disposition : 538 ETP

4 59% de l’activité réalisée par les organismes agréés (contre 35% au niveau national) Part LR% Données nationales Dares % Prestataire14,346%14322% Mandataire413%8613% Autres modes12,641%41565% Total30,9100%644100% Répartition de l’activité de l’aide à domicile (en millions d’heures) Source : Etude OREF 2006 réalisée par AMEDIS (données DARES et IRCEM)

5 La moitié des OASP sous statut associatif mais réalisant plus des trois quarts des heures Source : Etude OREF 2006 réalisée par Amedis

6 Ménage et assistance aux personnes dépendantes : principales activités des OASP Source : Etude OREF 2006 réalisée par Amedis

7 Les enjeux de professionnalisation d’après une enquête auprès des employeurs

8 Vous avez dit « professionnalisation » Professionnalisation ne se limite pas à la reconnaissance et au développement des compétences, donc la formation et la qualification des salariés. Elle suppose aussi : –la reconnaissance et une légitimation interne comme externe du service rendu, – l'apport d'une organisation qualifiante, –la structuration en métiers apportant un réel revenu d'activité –des opportunités de promotion sociale et professionnelle.

9 Classification des salariés Catégories selon classification Nombre de salariés en prestataire % Nombre de salariés en mandataire % Nombre de salariés mis à disposition % A (agents à domicile, sans qualification définie exigée) ,8% ,6% ,5% B (employés à domicile : CAP petite enf., BEP san. et soc., BEPA, titre assistante de vie (AFPA, DEAVS en cours, …) ,1% ,1% 7 0,6% C (DEAVS, BEP san. et soc. mention complémentaire, aides soignant(e)s, …) 602 6,8% 57 4,1% 2 0,2% D (Technicienne de l'intervention sociale et familiale, …) 108 1,2% 1 0,1% 0 0,0% E (Responsables de secteurs, conseillers techniques) 173 2,0% 11 0,8% 5 0,4% F (Cadres de secteur, Responsables de services, …) 54 0,6% 0 0,0% 2 0,2% G/H/I (Responsables d'entités, Directeurs de fédérations départementales, …) 40 0,5% 5 0,4% 2 0,2% TOTAL 100,0%

10 Les qualifications et diplômes Les intervenants à domicile en nombre et en % Non diplômés Aucun diplôme dans l’emploi ,9% Personnes en cours d’accès à un diplôme (par la formation continue ou VAE) 658 8,2% Sous-total % Les intervenants certifiés, qualifiés ou diplômés Diplômes du ministère de l’éducation nationale : CAP petite enfance, BEP sanitaire et social ,7% Diplômes du ministère de l’agriculture : CAPA en milieu rural, BEPA services aux personnes. 81 1,0% Diplômes du ministère des affaires sociales : DEAVS : 447 (5,6%) TISF : 29 Aide soignante : ,1% Certification du ministère de l’emploi : Titre Assistante de vie (cf. AFPA) 187 2,3% Certification de la FEPEM : Titres « Employé familial polyvalent », « garde d’enfants au domicile », « Assistante de vie » (délivré par ) 28 0,4% Autres : plusieurs diplômes ont été cités (certains ont précisé le nombre de personnes concernés sans indiquer le type de diplômes), voici les principaux diplômes cités : Bac (56), Formation supérieure au Bac (16), CAP (20, avec CAP collectivité le plus cité), BEP (8), ensuite très divers 188 2,4% % Total des intervenants répartis %

11 Les priorités des employeurs en matière de formation D’abord, perfectionner et/ou qualifier les intervenants en place Ensuite, former et/ou qualifier les intervenants nouvellement embauchés Et enfin former de futurs intervenants Pour quelques-uns, former l’encadrement

12 Les qualifications recherchées Intervention auprès de personnes autonomes %Intervention auprès de personnes fragiles ou dépendantes % Aucun diplôme75 74% 37 44% Titre Assistante de vie (ministère du travail) 60 59% 68 80% CAP petite enfance, BEP sanitaire et sociale (sans mention complémentaire) 61 60% 47 55% BEP sanitaire et sociale avec mention complémentaire 12 12% 20 24% CAPA en milieu rural, BEPA services aux personnes 9 9% 8 DEAVS6 6% 33 39% Autres, merci de préciser : ___________________ __ 11 11% 4 5% Total des répondants % %

13 Gestion des emplois : les difficultés rencontrées Difficulté assez ou très importante C’est une difficulté Pas importante Peu importante Assez importante Très importante Le manque d’attrait du secteur 42% 23%36%32%10% L’absence ou le peu de formation du personnel 59% 7%34%48%11% Le « turnover » du personnel 58% 25%17%43%15% La difficulté de remplacement des salariés en maladie ou en formation 57% 11%31%35%23% L’absence de mobilité des salariés 49% 18%33%29%20% La non maîtrise des savoirs de base par le personnel 43% 19%38%36%7%

14 Gestion des emplois : quelques indicateurs Moyenne d’âge 42 ans (majoritairement entre 37 et 47 ans) 8% moins de 30 ans, 10% plus de 55 ans 1% d’hommes En 2005, sur environ salariés : –2318 départs définitifs –2819 nouveaux intervenants Plus de la moitié des organismes envisage de recruter au cours des 2 prochaines années

15 Evolutions : l’impact du plan Borloo Sur le nombre des organismes agréés en Languedoc-Roussillon

16 Evolutions : l’impact du plan Borloo Augmentation du nombre des organismes agréés, pour tous les statuts Montée en charge du CESU, mais lentement pour le CESU préfinancé Toujours une majorité d’emplois directement par les particuliers Développement des moyens d’intermédiation, mais peu d’information sur leur impact réel Mise en place de dispositifs d’observation

17 Evolutions : l’impact du plan Borloo Inflation préoccupante de la création d’entreprises d’aide à domicile, … …Notamment par déploiement des franchises Ce qui pose vivement la question du management et des organisations

18 Evolutions : l’impact du plan Borloo La feuille de route de l’ANSP sur la professionnalisation : –négociation collective, paritarisme –Conditions de travail et professionnalisation des structures –Les services publics –L’image des métiers –La formation, initiale et continue Le rôle des Conseils Régionaux Les exigences des Conseils Généraux

19 … A suivre. Merci de votre attention scop AMEDIS, 6 juin 2007


Télécharger ppt "Quels enjeux de formation pour l’aide à domicile ? Le cas du Languedoc-Roussillon Rencontre du 6 juin 2007."

Présentations similaires


Annonces Google