La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SURPRISE ! Armand le lapin a travaillé presque toute la nuit, à peindre les œufs multicolores, puis à les dissimuler, ici et là, dans les fourrés, les.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SURPRISE ! Armand le lapin a travaillé presque toute la nuit, à peindre les œufs multicolores, puis à les dissimuler, ici et là, dans les fourrés, les."— Transcription de la présentation:

1

2

3 SURPRISE ! Armand le lapin a travaillé presque toute la nuit, à peindre les œufs multicolores, puis à les dissimuler, ici et là, dans les fourrés, les taillis ou les hautes herbes. Puis, il a essayé de dormir. Mais non, impossible de trouver le sommeil ! Il se tourne et se retourne sur sa couche de foin odorant, mais le sommeil le fuit. En effet, aujourd’hui Aglaé, sa chère lapine, revient à la maison après quelques jours d’absence pour santé, et elle lui a promis une surprise. Armand a bien nettoyé leur terrier, posé des brins de serpolet odorant sur une pierre, et s’est fait beau.

4 Il s’est bien brossé, a pris sa canne et son chapeau, et se hâte à la rencontre d’Aglaé pour la ramener à la maison. C’est un beau jour ! Il entend du bruit… se retourne… Ah ! Oui, la surprise est grande ! Aglaé est là, mais avec Thimoty, le neveu préféré d’Armand ! Quelle joie ! Bien sûr qu’il veut, Arnaud ! Et Thimoty lui tend un petit bouquet en lui disant : « bonnes Pâques », mais il lui saute dans les bras avec fougue. Adieu les fleurs, mais que d’embrassades à tous les trois !

5 LE COUSIN DE LA VILLE Que regardent donc Plic, Plac et Ploc, d’un air si effaré ? Ils en oublient de poursuivre la sauterelle qui se promène devant leur bec ! Maman leur a dit : « j’ai invité Gontran pour les vacances de Pâques. Il a votre âge, vous pourrez jouer ensemble ! » Mais Gontran vient de la ville, il n’a aucune envie de jouer avec ces petits campagnards rustauds et mal élevés. C’est du moins son avis ! Et ce matin, Môssieu Gon-tran a décidé d’aller se baigner. Mais tout seul. Plic, Plac et Ploc, malheureux, un peu vexés, le regardent de loin…

6 Le voilà qui arrive, comme toujours très fier de lui. Il se sourit à lui- même. Mais quelle idée d’avoir mis son gilet et son chapeau… Où va-t-il donc pouvoir les poser ? Et comment va-t-il plonger ? Il s’est vanté de faire des plongeons superbes, incroyables, inédits… Gontran s’approche de la mare. Quoi ! Sans quitter gilet et chapeau ? Mais… mais que fait-il ? Il avance une patte prudente, tâte l’eau… Non, elle est trop froide ! Et il fait demi-tour. Les trois canetons n’y tiennent plus ! Ils bondissent, le culbutent dans l’eau (oui, oui, gilet et chapeau et tout !) et l’arrosent copieusement. Eh bien, le croiriez-vous ? Gontran y a pris goût ! Et du coup a pris goût aux jeux en groupe ! Et maintenant quatre canetons s’amusent comme des fous… sans gilet et sans chapeau !!!

7 CLARA ET LES POUSSINS Toute la maisonnée est triste. Gens et bêtes surveillent avec angoisse le petit visage de Clara qui, allongée sur sa chaise longue, inerte, ne sait même plus sourire. Pourtant, comme ses éclats de rire retentissaient dans la maison ! Mais personne ne sais pourquoi Clara est en train de s’éteindre ainsi. « Il suffirait qu’elle ait envie de rire ! » dit le bon docteur, complètement dépassé. Seulement, plus rien ne semble l’intéresser… Alors, en ces jours qui précèdent Pâques, Maman poule et ses poussins ont décidé de nettoyer la plate-bande de fleurs que soignait Clara, et que personne n’ose toucher, de peur de la contrarier. Et je gratte, et je bine, et je tire les mauvaises herbes avec mon petit bec, et… ma foi ! Je m’arrête pour voir voleter la première abeille… Non, ça va, Maman poule veille, et tout se met bien en ordre.

8 Maman a bien vu la plate-bande toute belle, avec les premières fleurs ! Alors, le matin de Pâques, alors que les cloches carillonnent et que le soleil commence à bien réchauffer l’atmosphère, elle prend Clara dans ses bras pour l’installer sur la chaise longue, près de la fameuse plate-bande. Mais… Mais… qu’est ceci ? Trois petits poussins, pépiants, sautillants, enrubannés, faisant mille petites manières, arrivent à ses pieds. « Regarde, Clara, regarde comme ils sont drôles ! » dit Maman. Et Clara tourne la tête, d’un air désabusé. Mais elle voit d’un même coup d’œil sa plate-bande toute propre et fleurie, et les trois poussins qui font les clowns. Et Clara… Oui, oui, je vous assure, Clara, en ce jour de Pâques, éclate de rire…

9 QUEL ÉTONNEMENT ! « Tu y comprends quelque chose, Flic ? - Non, rien du tout ! Hier, c’était une branche de bois mort… En tout cas, ce n’est pas bon à manger ! - Oh toi ! Tu ne penses qu’à ça… Mais regarde. C’est joli, et ça sent bon… - Oh ! Regarde le reflet dans l’eau ! On dirait qu’on navigue entre deux merveilles ! - Qui a pu mettre ça sur notre mare ? Tu crois que c’est une attrape ? Et que c’est pour nous ? - Je n’en sais rien. On va demander à Maman. »

10 « Maman, Maman, viens voir ! Le bout de bois, il est plein de fleurs ! Qui a pu faire ça ? C’est pour nous ? Viens voir, c’est beau !!! - Mes petits canetons ! Regardez autour de vous, tout fleurit, tout éclate en couleurs ! Oui, il y a un grand magicien à l’œuvre, et personne n’a autant de pouvoirs que lui, et personne ne peut faire tant de merveilles ! Et il vient chaque année ! - Qui est-ce, Maman ? Tu le connais ? Comment il s’appelle ? - Il s’appelle " le printemps " ! »

11 PEINTURE « Mais enfin, mes pauvres petits, faites attention ! Ce que vous gaspillez comme peinture ! Et en plus, vous allez vous en mettre partout. Regardez-moi : je travaille depuis ce matin, et est-ce que j’ai la moindre tache ? Vous verrez, si vous vous tachez, c’est dur à partir ! Essence de térébenthine, et encore ! » Heureusement, c’est un chef débonnaire, et nos lapins ne sont pas trop impressionnés. Ils se contentent de lui faire remarquer que, eux non plus, ils ne se sont pas – enfin, pas encore – tachés !

12 Mais, quand ledit chef fait demi- tour pour repartir à ses propres pots de peinture, les apprentis peintres ne peuvent s’empêcher de pouffer derrière leur patte. Car la jolie petite queue blanche… eh bien, elle est de toutes les couleurs !!!

13 LE TRAIN DEPÂQUES Mais où vont donc tous ces poussins ? Ce n’est tout de même pas eux qui peuvent livrer tous ces œufs multicolores ! Même si, à l’évidence, ils en laissent parfois au bord de la voie… « Plus vite, plus vite ! Nous allons être en retard !!! » Et ils s’inquiètent, ils piétinent… À quel rendez-vous se rendent-ils ?

14 Ouf ! Le train est arrivé à temps ! Vite, un taxi ! Vite, au lieu de ralliement ! Et là, sous la conduite d’un coq expérimenté, le cortège de Pâques se met en route. Les poussins du mois, tout fiers de leur responsabilité, jouent de la musique et mènent le cortège, le coq déploie fièrement l’étendard de Pâques et marche d’un pas martial, entouré de ses lieutenants. Et la longue file, cette année encore, est au rendez-vous, serpentant à travers champs et prés, disant à tous : « C’est la printemps, c’est Pâques, réveillez-vous ! »

15 HISTOIRE D’OEUFS Chanteclair est furieux et le fait savoir en termes très nets à Cunégonde toute déconfite. « Comment ! En ce jour de Pâques, on voit partout des œufs de toutes les couleurs, et toi, la seule chose que tu trouves à faire, ce sont ces pauvres œufs tout blancs, tout ordinaires, ces œufs de tous les jours ? Tu devrais vraiment avoir honte ! » La pauvre Cunégonde est toute déconfite. Elle baisse piteusement la tête et considère d’un œil inquiet les objets du délit. Ce sont pourtant de beaux œufs, et qui donneront de solides poussins… Non, elle ne comprend pas.

16 Mais Anastasie n’entend pas laisser attaquer aussi injustement sa compagne ; elle montre à Chanteclair la scène qu’on voit de la porte du poulailler. « Si tu veux des œufs de toutes les couleurs, épouse donc un lapin de Pâques, ce sont eux qui les font et les distribuent ! Tiens ! Tu veux que je te l’appelle ? Eh ! Casimir ! - Non, non ! dit précipitamment Chanteclair. Tu sais, c’était juste façon de parler ! » Et, la crête en berne, il est sorti tout confus du poulailler, sous les rires et les caquètements des deux poules.

17 Ces adorables cartes de Pâques m’ont été offertes par Françoise Mastin, que je remercie. - Texte : Jacky - Musique : air du folklore autrichien Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix Site :


Télécharger ppt "SURPRISE ! Armand le lapin a travaillé presque toute la nuit, à peindre les œufs multicolores, puis à les dissimuler, ici et là, dans les fourrés, les."

Présentations similaires


Annonces Google