La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Par Jean Claude Mvuyikongo Directeur General de la SINELAC.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Par Jean Claude Mvuyikongo Directeur General de la SINELAC."— Transcription de la présentation:

1 Par Jean Claude Mvuyikongo Directeur General de la SINELAC

2  Introduction  Caractéristiques du secteur énergétique  Déficit énergétique et le Potentiel de la cascade de la rivière Ruzizi  Prévision de l’offre et la demande dans l’espace CEPGL  Objectifs sectoriels immédiats 2

3  SINELAC: Société Internationale d’électricité des pays des grands lacs;  Société commune aux trois pays membres de la CEPGL;  Créée par les trois pays en 1983 pour la construction et l’exploitation de la centrale hydroélectrique Ruzizi II de 43,8 MW et mise en service en 1989;  Un des Organismes spécialisés de la CEPGL 3

4  L’interaction entre les secteurs de l’énergie et des mines est indispensable pour l’exploitation et la croissance de l’industrie minière.  Il n’est plus à démontrer que le développement de l’industrie minière est conditionné par la disponibilité de l’énergie fiable, en quantité suffisante et au coût abordable pour le fonctionnement des usines et la transformation locale  Cependant, il existe encore dans notre région un contraste entre les potentialités énormes de ressources énergétique et le taux d ’accès à électricité. 4

5 IndicateursBurundiRD CongoRwanda Potentiel hydroélectricité 1700 MW MW340 MW Surface forestière ha125 million ha ha Tourbe600 millions de tonnes Non évalué55 millions de tonnes Géothermie15 sourcesNon évalué310 MW Gaz méthane-700 MW Offre énergétique, ,64MW1.293,60 MW 110,32 Taux d’accès4,8 % 9%9% 16 % 5

6  Un potentiel énergétique énorme mais très peu valorisé  Un déficit énergétique presque permanent dans les réseaux nationaux,  Un Faible taux d’accès à l’électricité de la population,  Faibles performances techniques et financières sur le plan de l’exploitation, 6

7  Retard d’investissements et le développement des projets pour couvrir la demande en rapport avec la croissance économique,  Poids prépondérant de la biomasse dans le bilan énergétique,  Faible promotion des énergies nouvelles et renouvelables,  Faible implication du secteur privé dans le développement des centrales, 7

8  Les régions du Sud et du nord Kivu connaissent un déficit énergétique très important.  Cette région est essentiellement desservie par deux centrales Ruzizi I et Ruzizi II  Pourtant l’exploitation du potentiel de la cascade de la Ruzizi et d’autres sources transfrontalières notamment le gaz méthane pourrait contribuer à une solution durable  Cela nécessite une coopération régionale pour valoriser ce potentiel, particulièrement à travers les institutions régionales telle que la CEPGL 8

9 Le Potentiel énergétique sur la cascade de la Ruzizi est estimé à environ 500 MW  Deux centrales en exploitation sur la rivière:  Ruzizi I (SNEL), construite en 1959 et possède une puissance de 29,8 MW. La puissance disponible est de 21,2 MW. Productible annuel 141GWh/an  Ruzizi II (SINELAC), entrée en service en juin Elle a une puissance de 43,8MW. La puissance disponible est de 36 MW. Productible annuel: 200GWh/an 9

10 Deux centrales en perspective:  Ruzizi III, projet en PPP de 147 MW. Le processus en phase de négation des termes de la concession avec l’investisseur privé  Ruzizi IV, complétera la cascade avec 265 MW, 10

11 11

12  Une étude réalisée en 2008 par le bureau Fitchner a fait une comparaison entre le potentiel de puissance et les prévisions de la charge à la pointe en MW pour dégager les besoins en production à l’horizon Prévisions de la charge a pointe(MW)

13  Pour faire face à cette charge à la pointe, l’offre pourrait être constituée de l’énergie fournie par la cascade de la rivière Ruzizi.  La comparaison entre la charge à la pointe et l’offre de la cascade montre que le retard dans la construction de nouvelles centrales ne fera qu’ accentuer le déficit énergétique dans la région,  Si les centrales Ruzizi III et IV sont réalisées, la cascade de la Ruzizi pourrait couvrir la plupart de la prévision de la demande dans la region. 13

14 Puissance de pointe disponible(MW) Ruzizi I21,229,8 Ruzizi II3643,8 Ruzizi III00145 Ruzizi IV000 Total Cascade57,2073,6210,80 Prévision de la Puissance de pointe ,10428,80 Déficit pour couvrir la pointe 75,80196,5210,2 14

15  La CEPGL vient de se doter d’un programme économique régional approuve en février 2014 les ministres des affaires étrangères du Burundi, de la RDC et le Rwanda  Le programme comporte plusieurs projets dans le secteur de l’énergie,  Il s’agit notamment, 15

16  Réhabilitation et modernisation des centrales Ruzizi I et II – 40 millions Euros  Construction de la centrale Ruzizi III et lignes associes – 565 millions d’euros  Etude et construction de Ruzizi IV- 1 milliard d’euros  Etude et construction d’une centrale thermique communautaire du gaz méthane de lac Kivu de 100 MW –Million d’Euros 16

17  La CEPGL vient de se doter d’un programme économique régional approuve en février 2014 les ministres des affaires étrangères du Burundi, de la RDC et le Rwanda  Le programme comporte plusieurs projets dans le secteur de l’énergie,  Il s’agit notamment, 17

18  Réhabilitation et modernisation des centrales Ruzizi I et II – 40 millions Euros  Construction de la centrale Ruzizi III et lignes associes – 565 millions d’euros  Etude et construction de Ruzizi IV- 1 milliard d’euros  Etude et construction d’une centrale thermique communautaire du gaz méthane de lac Kivu de 100 MW –Million d’Euros 18

19  Réhabilitation et extension de la centrale hydroélectrique de Bendera de 17.2MW a 43 MW – 64 millions euros  Réhabilitation de la ligne Bendera Kalemie 120 km  Construction de la ligne Bendera-Fizi - uvira- Bujumbura –Bukavu 360 km – 82 millions d’euros  Construction de la ligne Goma- Butembo -Beni 300 km 75 millions d’euros 19

20  Les objectifs sectoriels immédiats devrait donc consister à :  Identifier et quantifier les besoins en énergie pour le secteur minier,  Envisager la construction de nouvelles centrales et des infrastructures de transport et de distribution pour améliorer le plus rapidement le taux d’accès,  Réhabilitation et extension des centrales existantes  Construction des centrales régionales à travers l’exploitation commune des ressources transfrontalières  Exploiter le potentiel des microcentrales pour des solutions à court terme 20

21  Alléger les procédures administratives afin de permettre l’aboutissement rapides projets  Envisager la construction des microcentrales pour des solutions à court terme  Adapter le cadre légal et réglementaire pour promouvoir l’implication du secteur privé 21


Télécharger ppt "Par Jean Claude Mvuyikongo Directeur General de la SINELAC."

Présentations similaires


Annonces Google