La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La vaccination contre la méningite en Seine-Maritime Visioconférence Rouen-Cluj- Napoca.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La vaccination contre la méningite en Seine-Maritime Visioconférence Rouen-Cluj- Napoca."— Transcription de la présentation:

1 La vaccination contre la méningite en Seine-Maritime Visioconférence Rouen-Cluj- Napoca

2 Contexte À partir de 2003, en Seine Maritime : –hyperendémie des infections invasives à méningocoques (IIM) de sérogroupe B, et plus spécifiquement liée à une souche de phénotype B:14:P1.7,16 –Une zone particulièrement concernée par l’hyperendémie, englobant Dieppe et 74 communes environnantes.

3 Contexte En 2008, dans la Somme : –des cas d’IIM B:14:P1.7,16 ont également été observés dans une zone située à l’ouest d’Abbeville, limitrophe avec la Seine Maritime et à l’est de la zone de Dieppe. –L’incidence des IIM B de sous-type P1.7,16 a particulièrement augmenté durant le dernier tri- mestre 2008 témoignant de l’émergence d’un nouveau foyer d’hyperendémicité

4 Somme Seine-Maritime

5

6 Géographie Zone 1 ( habitants) : cantons de Bacqueville-en-Caux, Dieppe-Est, Dieppe- Ouest, Envermeu, Longueville-sur-Scie et Offranville. Zone 2A ( habitants) : cantons d’Eu, Neufchâtel en Bray et Forges-les-Eaux. Zone 2B ( habitants) : cantons d’Argueil, Aumale, Blangy sur Bresle, Gournay en Bray et Londinières Zone 3 ( habitants) : cantons d’Ault, Friville-Escarbotin, Gamache et Saint-Valéry- sur-Somme.

7

8

9

10

11

12 Campagne de vaccination aucun vaccin commercialisé en France ne permet d’immuniser la population contre cette souche un vaccin particulier fabriqué uniquement par l’institut norvégien de santé publique a été développé alors que la Norvège connaissait une situation d’hyperendémie au méningocoque B:15:P1.7,16

13 Campagne de vaccination Sur la base de la disposition du code de santé publique (article L , mis en œuvre par un arrêté du 7 juin 2006) l’emploi de ce vaccin pour les enfants et adolescents a été autorisé. La campagne a concerné les tranches d’âge les plus exposées (enfants de un à cinq ans révolus) et la zone géographique la plus touchée (cantons de Dieppe-est, Dieppe- ouest et Offranville) car les vaccins étaient produits en nombre insuffisant.

14 Campagne de vaccination En février 2007, enfants avaient terminé le schéma de primo-vaccination, soit trois doses administrées dans un intervalle de quatre à six semaines maximum. Puis, ont été vaccinés : –du 10 au 14 décembre 2007 : les enfants du canton d’Envermeu (près de enfants) –du 17 au 21 décembre 2007 : les enfants des cantons de Longueville-sur-Scie et Bacqueville- en-Caux (un peu plus de enfants) ; –du 7 au 18 janvier 2008 : les enfants des cantons de Dieppe-est, Dieppe-ouest et Offranville (2.200 enfants).

15 Campagne de vaccination Au terme de cette phase, la totalité des enfants âgés de un à cinq ans révolus de la zone de Dieppe a bénéficié d’une vaccination. À partir du 14 janvier 2008 a débuté, dans les six mêmes cantons de la région de Dieppe, la vaccination des adolescents âgés de 15 à 19 ans, qui constituent la deuxième catégorie la plus exposée à la maladie.

16 Campagne de vaccination La campagne a été élargie à quatre cantons à l’ouest d’Abbeville dans la Somme à partir de 2009, et depuis 2010 concerne cinq nouveaux cantons seino-marins à l’est de Dieppe. Dans son avis du 23 avril 2010, le Haut Conseil de Santé Publique recommande de poursuivre la vaccination dans ces trois zones jusqu’à 24 ans révolus.

17

18

19 Conclusion Zone 1 : –La baisse de l’hyperendémie observée sur la zone 1 suggère un impact favorable de la campagne de vaccination réalisée depuis La survenue en décembre 2009 et janvier 2010 de deux cas liés à la souche B:14:P1.7,16 dans cette zone, chez des enfants non vaccinés, montre cependant que la souche persiste localement.

20 Conclusion Zones 2A et B : –Aucun cas d’IIM B:14:P1.7,16 n’est survenu dans cette zone depuis plus d’un an. Reste de la Seine Maritime : –Les cas confirmés d’IIM B:14:P1.7,16 représentent 20% (2/10) des cas d’IIM B typés recensés ces 52 dernières semaines (contre 41% en moyenne entre 2003 et 2009). Il n’y a pas de nouveau foyer d’hyperendémie identifié en Seine Maritime.

21 Conclusion Zone 3 : –Aucun nouveau cas d’IIM n’a été déclaré dans cette zone depuis avril L’incidence glissante sur 52 semaines y est nulle depuis avril Reste de la Somme : –Les cas confirmés d’IIM B:14:P1.7,16 représentent 24% (4/17) des cas d’IIM B typés recensés ces 52 dernières semaines dans le reste de la Somme. Ils représentaient 30% des IIM B typées en La localisation géographique diffuse des cas ne constitue néanmoins pas de nouveau foyer d’hyperendémie.


Télécharger ppt "La vaccination contre la méningite en Seine-Maritime Visioconférence Rouen-Cluj- Napoca."

Présentations similaires


Annonces Google