La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

. Olivier Ertzscheid. Maître de Conférences.. IUT La Roche sur Yon. Dept Infocom. Université de Nantes. 53ème Congrès ABF..

Présentations similaires


Présentation au sujet: ". Olivier Ertzscheid. Maître de Conférences.. IUT La Roche sur Yon. Dept Infocom. Université de Nantes. 53ème Congrès ABF.."— Transcription de la présentation:

1 . Olivier Ertzscheid. Maître de Conférences.. IUT La Roche sur Yon. Dept Infocom. Université de Nantes. 53ème Congrès ABF.. Nantes : 8-11 Juin Indexation sociale & Bibliothéconomie de masse Session 5 : Les usages à distance Quelle distance ? Quels usagers ? Quels usages ?

2 ? QUI est à distance ?

3 Une question dâge « Digital natives » Internet aux Etats-Unis : –200 millions dusagers. –87 % ont entre 12 et 17 ans MySpace : –110 millions d'utilisateurs. Echangent photos, sons, messages … –110 millions de préadolescents. Wikipedia : –moyenne d'âge des wikipédiens est majoritairement celle de jeunes adultes.

4 Les cultures & les besoins : ou comment comprendre ce que veut le « public » Culture du fragment –Homogénéisation des savoirs Culture de lagrégation, de lappropriation Culture de laccès Culture du service Culture de « léconomie » 1.dexpertise 2.de temps 3.dargent (culture du gratuit) 4.déchelle dans le repérage et laccès (catalogue Amazon) 5.Economie cognitive de lindexation (folksonomies) Culture de la synchronicité –Accès, repérage, recherche, certification, indexation, navigation, partage Besoin de discrimination Besoin de recommandation –Réhabilitation de lexpertise collective et non plus simplement « es qualité » –Besoin dinventer des modèles hybrides, mixtes dexpertise sinon, on entretient la confusion dramatique entre autorité et popularité. Besoin de centralisme & de proximité –Librairie, bibliothèque, pizzéria « près de chez vous » : « ca R talogue » Besoin dinteropérabilité (sans DRM) Besoin de clarification des pratiques –chercher nest pas communiquer nest pas partager nest pas indexer nest pas sorienter nest pas organiser… Réflexion sur « loffre » documentaire Doit intégrer cette économie de la demande

5 ? Que fait-on à distance ?

6 Confusion des pratiques ? chercher communiquer Tagger / indexer organiser sorienterpartager google talk earth print orkut APIs Web/documenet public Web/document` privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs)

7 ? A distance de quoi ?

8 Dérive des continents documentaires : le monde comme Pan-catalogue ? Web public Web privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Quoi ? Web publicWeb privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs) Qui ? Web publicWeb privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs) ? Pourquoi ? indexé non-indexé

9 ET ALORS ???

10 Alors … Hier : monde de la culture, de la connaissance, Aujourdhui : « Industries culturelles » –Phénomène de longue traîne / –Massification des accès / –"les dimensions collectives de la production, circulation, consommation des savoirs sont en voie de différenciation accélérée." Hier : CatalogueS. Aujourdhui : Le monde comme Pan-Catalogue –ouvert & interopérable Hier : Sages, savants, experts. Aujourdhui : Babélisation des expertises : –Expertise ascendante, partagée (modèle wikipédien) Hier : peu « en ligne ». Aujourdhui, « tout en ligne » –Bureautique, Communication (IM, Chat, Forum), Catalogue Hier : environnement fermé ou semi-ouvert. Aujourdhui « tout ouvert » –Bureautique, données, archives, accès, suites logicielles, textes de savoir

11 1er cas dusage : lindexation sociale ou « Folksonomie »

12 Définition « Folksonomies désignent –un processus de classification collaborative –par des mots-clés librement choisis –Ou le résultat de cette classification. » (Wikipédia)

13 thesaurus « vocabulaire normalisé sur la base de termes génériques et de termes spécifiques à un domaine »

14 ontologie « ensemble structuré de concepts. (…) organisés dans un graphe (…) relations sémantiques et de composition ou d'héritage. »

15 Folksonomie thesaurus ontologie « Folksonomies désignent –un processus de classification collaborative –par des mots-clés librement choisis –Ou le résultat de cette classification. » Vocabulaire non-normalisé, non-structuré, non-spécifique à un domaine, sans relations sémantiques ou hiérarchiques.

16

17 Dél.icie.uses folksonomies

18 Qui indexe ? Usagers, Consommateurs, Producteurs, Auteurs, Novices, Experts. Textes Docs de travail Articles scientifiques Billets de blogs Photos Vidéos A moi Aux autres A la volée En surface En profondeur (deep tagging) En connaissance de cause Au hasard Pour moi (tags privés) Pour les autres (tags publics) Organiser, Partager, Chercher, Retrouver Associer, « Participer » Quoi ? Pourquoi ?Comment ?

19 ? Avantages = Inconvénients ? Indexation humaine, à la volée, instantanée, cumulative, simple, rapide, gratuite Intérêt dun filtrage collaboratif gain de temps, gain déchelle, économie dexpertise (masse critique des indexeurs) … Couverture documentaire totale (documents, livres, photos, couriels, cartes géographiques …) Conforme aux usages (onebox, oneword) Trop simple, trop peu dexpertise, trop dhétérogénéité Confusion entretenue entre pertinence (autorité) et popularité (photos les plus vues les plus tagguées et réciproquement) polysémie, synonymie, lemmatisation, orthographe, langue, redondance, univers de référence (« peinture » et/ou « louvre », etc.) = Méta-bruit

20 ? Avantages = Inconvénients ? « Folksonomist are confusing cataloging structure with personal opinions (…). These are not the same thing and they need to be separated. » Non. Ils se servent (à dessein) de leurs opinions personnels comme dune structure dindexation. Sur le processus de classification : oui, sont plus floues, plus polysémiques, plus imprécises. Mais sur les objets ? –Qui va se lancer dans une entreprise de classification aristotélicienne des photos de vacances de personnes sur FlickR ? –Doit-on décider quelles sont inclassables ??

21 Nécessité fait loi Metropolitan Museum of Art indique que :Metropolitan Museum of Art –"sur 30 oeuvres d'art indexées par les usagers, plus de 80% des tags ne figuraient pas dans le vocabulaire documentaire utilisé par le musée." Outil collaboratif de tagging à destination des musées –http://www.steve.museum/http://www.steve.museum/

22 2nd cas dusage : Librarything. Site communautaire à vocation bibliothéconomique

23 Le meilleur des deux mondes ? Indexation « standard » : –notice au format MARC, –indexation DEWEY, –LC « subjects headings », Indexation sociale : –des tags associés, –des fiches de lecture et revues de la communauté, –système de recommandation Quelques chiffres : –Février 2006 : 1.5 millions de références –Juin 2006 : 3.2 millions –Novembre 2006 : 6.2 millions –Juin 2007 : 14 millions Modèle collaboratif, auto-régulé, ouvert en lecture et en écriture, « Amazon-ifié » & « OPAC-ifié »

24 Les bases de données scientifiques … aussi !!

25 Le catalogue … aussi !!

26 Et ce nest quun début … Côté bibliothèques (publiques et universitaires) –Intégration de plus en plus fréquente dun espace "MySpace" ou "Facebook« –Hébergement de blogs, –Utilisation des tags, –Mise en œuvre de wikis, de systèmes de recommandation, etc. Pour : –Du catalogage, du service, de laccès Côté SIGB (open source ou propriétaires) –Intégration des mêmes fonctionnalités Côté moteurs de recherche –Accès de plus en plus fréquent par Folksonomies –Le mot plutôt que labsence du mot Vers une Bibliothéconomie « de masse » ?

27 Une question de services « Amazon est notre cahier des charges pour les années à venir. » Le catalogue (et les usages) de demain : –Aura du RSS –Sera ouvert aux utilisateurs, et pas seulement « en lecture » mais aussi « en écriture » : catalogablogs, catalogues commentés) –donnera des extraits et non simplement des notices –Fera communauté autour des services mis en place réseaux sociaux, partage de documents, dapplications … –Systématisera les logiques daccès : Par proximité (le livre dans la bibliothèque, la librairie près de chez vous = géolocalisation amont et non aval comme dans le sudoc par exemple) Par affinité (logiques de recommandation) Par remontée dexpertise (Folksonomies et indexation sociale) Bref … ira à la rencontre non plus simplement des usagers mais des USAGES

28

29 Problématiques ouvertes « indexabilité » de lactuelle masse documentaire (dans laquelle tout est document, y compris … nous) Bibliothéconomie de masse Horizon de lindexation : –Question nest plus celle de lautorité (qui a autorité pour indexer) –ni même de lexpertise (qui a compétence pour indexer) –mais celle de lusage (qui a besoin dindexer)

30 Il y a urgence. ? Sinon ? Autarcithécaires Modèle marchand de la bib.

31 … MeRci … ? QuEsTioNs ?


Télécharger ppt ". Olivier Ertzscheid. Maître de Conférences.. IUT La Roche sur Yon. Dept Infocom. Université de Nantes. 53ème Congrès ABF.."

Présentations similaires


Annonces Google