La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Immigration et innovation Document dinformation : La contribution de limmigration au système dinnovation canadien.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Immigration et innovation Document dinformation : La contribution de limmigration au système dinnovation canadien."— Transcription de la présentation:

1 Immigration et innovation Document dinformation : La contribution de limmigration au système dinnovation canadien

2 Le système dinnovation Conditions-cadres du système dinnovation : Soutien public à la recherche : soutien de la recherche de grande qualité Coordination du public et du privé : concordance des intérêts privés et de la recherche financée par le secteur public pour favoriser le recours aux innovations, cest-à-dire la commercialisation Financement : subventions et incitatifs à caractère fiscal pour que les entreprises privées mènent des activités en lien avec linnovation (R-D, par exemple) et capital- risque pour appuyer les nouvelles entreprises. Conditions du marché : accès à la technologie, politique de la concurrence, utilisateurs avisés pour stimuler la demande. Ouverture : aux investissements étrangers dans la recherche. Toutes les conditions-cadres sont touchées par les moteurs clés suivants de linnovation : Ress. financièresRess. humaines (personnel spécialisé)Recherche (R-D)

3 Linnovation au Canada : un instantané En général, le Canada se situe dans la moyenne dans le secteur de linnovation. Pour certains indicateurs critiques, nous sommes sous la moyenne des pays membres de lOCDE : Dépenses du secteur privé en R-D – Canada 1,05 %; OCDE 1,59 % en moyenne Investissement dans le matériel et loutillage – 13 e des pays membres de lOCDE Collaboration de lentreprise à linnovation – seulement 5 % des grandes entreprises au Canada, par opposition à 45 % en Finlande Pour le pourcentage des diplômes qui sont en sciences ou en génie – 21 e des pays membres de lOCDE Pour dautres indicateurs, nous sommes tirons de larrière par rapport à nos principaux concurrents : Capital-risque / PIB – seulement la moitié de la taille relative des investissements aux É.-U. Les chercheurs dans la population active – en R-D, un effectif de 8,2 par millier de travailleurs, par opposition à un ratio de 9,6 aux États-Unis. Maîtrises et doctorats – Moins quen Finlande, en Allemagne ou au Royaume-Uni Pour certains indicateurs où le Canada est (ou semble être) en tête, sa position nest pas très solide : Soutien public à la recherche universitaire – solide, mais atteint peut-être un plateau Niveau de scolarisation postsecondaire – Le Canada affiche un fort niveau général de scolarisation postsecondaire, mais des niveaux de scolarisation universitaire plus faibles.

4 Personnel spécialisé Le personnel spécialisé qui suit joue un rôle essentiel à tous les niveaux du système dinnovation : étudiants chercheurs gestionnaires et dirigeants entrepreneurs investisseurs en capital de risque politiques avocats spécialisés en propriété intellectuelle

5 Limmigration en tant que source de personnel spécialisé Limmigration peut accroître la réserve canadienne en personnel spécialisé de deux manières : a) les étudiants étrangers et internationaux qui étudient au Canada; b) les travailleurs étrangers qualifiés qui immigrent au Canada pour une durée indéterminée ou déterminée. Le Canada a accueilli immigrants par année, en moyenne, ces cinq dernières années. De ce nombre, environ (2008) sont des migrants et leurs proches de la catégorie de limmigration économique. Le tiers à peu près est choisi sur la base dune formule de points dappréciation et les deux tiers restants sont des époux(ses), des conjoints(tes) ou des personnes à charge. Le Canada a aussi accueilli (2008) travailleurs temporaires pour combler les besoins de main-dœuvre à court terme.

6 Ventilation des étudiants étrangers par pays SEE FRENCH DIAGRAM ON PAGES DE COMMENTAIRES Données canadiennes Le Canada a accueilli environ étudiants étrangers et internationaux en 2006, soit de plus que lannée précédente. 14,8 % des étudiants du postsecondaire sont des citoyens dailleurs. 39 % des étudiants inscrits dans des programmes de recherche avancée sont des citoyens dailleurs (dont plus de la moitié ne sont pas des résidents canadiens). Le Canada est un pays de destination pour les étudiants étrangers, mais il noccupe pas le premier rang.

7 Pays dorigine des étudiants internationaux au Canada SEE DIAGRAM ON PAGE DE COMMENTAIRES Le Canada affiche une croissance du nombre détudiants étrangers, mais elle est moindre que celle observée chez ses principaux concurrents. (An 2000 = 100) 2007 : Canada – 140, Australie – 200, Royaume-Uni – 158. Le Canada a un pourcentage comparable ou supérieur détudiants internationaux inscrits en sciences ou en génie et programmes connexes (26 %). 11,4 % des étudiants internationaux au Canada sont inscrits à des programmes de recherche avancée; cest moins que les États-Unis (15,9 %), comparable au Royaume-Uni (11,9 %) et plus que lAustralie (4,1 %). Les étudiants internationaux au Canada proviennent de divers pays. Le continent qui en fournit le plus grand nombre, cest lAsie (42,4 %), suivi de lAfrique (16 %), de lEurope (15,1 %), de lAmérique du Nord (12,1 %) et de lAmérique du Sud (8,8 %).

8 Concurrence pour les étudiants étrangers Le Canada a grand besoin détudiants étrangers et nos concurrents à cet égard sont les nombreux pays dominants en sciences et technologie. Nos principaux concurrents sur ce marché sont les pays de langue anglaise, soit les États-Unis, le Royaume-Uni et lAustralie. Les étudiants internationaux sont attirés par les pôles dattraction et, pour les attirer au Canada, il faut faire favoriser les secteurs de lenseignement et de la recherche où le Canada et en tête de file. Les étudiants internationaux ont tendance à choisir les écoles en fonction de la qualité de lenseignement offert. Ce nest que dans le cas où les possibilités dinstruction sont comparables que le coût (les droits de scolarité) entre en ligne de compte. Laccès à lemploi à la fin des études peut être important aux yeux des étudiants internationaux. Ceux qui sont au Canada affirment avoir de sérieuses difficultés à cet égard et beaucoup ont lintention de quitter le Canada et de retourner dans leur pays ou de se rendre dans un troisième pays pour se trouver un emploi. Pour les étudiants internationaux qui font des études supérieures, à ce problème sajoute la faible demande pour des titulaires dun doctorat au Canada comparé aux États-Unis.

9 Migration du personnel spécialisé Le Canada compte énormément sur limmigration pour assurer la croissance de sa population et de sa main-dœuvre. Sur la base de la composition actuelle de la population résidente, en 2015, la cohorte des ans (qui arrive sur le marché du travail) ne représentera que 80 % de la cohorte des ans (qui quitte le marché du travail). Le taux de croissance de la population active née au Canada est censé tomber à zéro dès Limmigration contribue aussi dans une large part à la réserve de personnel spécialisé. Au Canada, 31 % de cette catégorie de travailleurs sont nés à létranger. Les immigrants forment une part écrasante des titulaires dun diplôme détudes supérieures au Canada, ce qui est particulièrement important en raison de la faible participation des Canadiens dans cette catégorie.

10 Migration du personnel spécialisé Selon les données du recensement de 2001 : La plupart des titulaires dun doctorat au Canada ne sont pas nés ici. La moitié, soit 50, 3 %, est composée dimmigrants. Ce pourcentage monte à 60 % quand on tient compte des résidents non permanents. Ces titulaires sont fort présents dans les sciences et le génie. En 2000, les doctorats en sciences ou en génie ont représenté près de des quelque doctorats accordés à des immigrants. De 1991 à 2000, le Canada a accueilli près de immigrants titulaires dun doctorat, ce qui représente 1,5 % de lensemble des immigrants accueillis pendant cette période. De 1991 à 2000, la Chine a été le plus important « fournisseur » de titulaires dun doctorat (25,5 %), alors que, pendant la période de 1961 à 1970, ce pourcentage navait été que de 3,6 %. Les États-Unis nont amené que 5,9 % des titulaires de doctorat immigrants, une baisse par rapport au 24 % établi pendant la période de 1971 à 1980.

11 Entrepreneurs et investisseurs Le Canada est en concurrence pour attirer les investissements étrangers dans le système dinnovation canadien et sefforce aussi dattirer les entrepreneurs et les investisseurs immigrants. Les immigrants servent de plaque tournante aux investissements étrangers et aux échanges commerciaux en raison des liens quils maintiennent avec leur pays dorigine. Les immigrants favorisent aussi la croissance dun autre segment de la réserve de personnel spécialisé au Canada : les entrepreneurs. Les études ont révélé que les immigrants au Canada, en plus davoir un niveau dinstruction élevé, ont tendance à lancer leur propre entreprise. Cependant, ces entrepreneurs font face à des problèmes de compatibilité pour réaliser leur version personnelle de linnovation transnationale, par exemple sur le plan du financement et de la réglementation, dans les pays concernés.

12 Limpact de limmigration sur linnovation Il est difficile de quantifier lincidence de limmigration sur linnovation, bien quil soit évident que le personnel spécialisé dorigine étrangère constitue une part indispensable de la main-dœuvre liée à linnovation. Les études réalisées par RHDCC, le CRSH et Industrie Canada semblent indiquer que limmigration ciblée de manière à attirer et à retenir le personnel spécialisé peut inverser le mouvement à la baisse du PIB, que la réduction (le vieillissement) de la main-dœuvre entraînera autrement. Des études internationales révèlent ce qui suit : – les étudiants étrangers augmentent le nombre de rapports de recherche publiés dans le domaine des sciences et du génie; – les immigrants sont deux fois plus nombreux dans les cohortes suivantes : fondateurs dune société de haute technologie de pointe, demandeurs dun brevet et gagnants dun prix Nobel; – les étudiants internationaux, en particulier dans les cycles supérieurs et les études postuniversitaires, ont des retombées positives sur les étudiants canadiens et servent dagent de diffusion des connaissances dans tout le système dinnovation.

13 Conséquences sur le plan politique Le système dimmigration canadien compte actuellement quatre classes dimmigrants de la catégorie économique dans lesquelles les travailleurs spécialisés peuvent se retrouver : -Travailleurs qualifiés (fédéral) -Expérience canadienne -Travailleurs qualifiés (Québec) -Candidats des provinces La classe des travailleurs qualifiés (fédéral) est traditionnellement la plus vaste. Cependant, le traitement de ces dossiers souffre dun sérieux retard et le temps dattente est de 63 mois en moyenne. Dans les prochaines années, on sattend à ce que le Programme des candidats des provinces (PCP) et la catégorie de lexpérience canadienne (CEC) prennent le relais pour le gros des demandes dans la catégorie économique (si aucun changement nest apporté aux programmes en place). Ainsi, Citoyenneté et Immigration Canada prévoit recevoir PCP et CEC en La catégorie de lexpérience canadienne comble un besoin essentiel dêtre en mesure de passer du statut de résident temporaire (étudiants internationaux et travailleurs temporaires spécialisés, par exemple) à celui de résident permanent. Par ailleurs, cette catégorie est nouvelle et son bon fonctionnement reste à voir.

14 Programmes Les programmes visant à attirer les personnalités de premier plan à léchelle mondiale (p. ex., le Programme des chaires de recherche du Canada) ont véritablement permis de recruter des chercheurs de classe internationale et des chercheurs canadiens travaillant à létranger; 31 % des titulaires actuels des chaires de recherche ont été recrutés à lextérieur du Canada. Dautres programmes, telles les bourses détudes supérieures Vanier, attirent les étudiants diplômés de renommée internationale. Un sérieux désavantage de ces programmes, cest quils mettent peu laccent sur le milieu universitaire. La capacité des immigrants spécialisés à accroître linnovation au Canada dépend de la reconnaissance de leurs titres de compétences acquis à létranger. Un nouveau cadre national à cet égard est en voie délaboration. La définition dun cadre national à cet effet est elle aussi en voie de réalisation. Ces initiatives, cependant, sont récentes et commencent à peine à être mises en œuvre.

15 Préoccupations Une partie des problèmes dinnovation les plus importants du Canada vient du secteur privé. La baisse de la demande de personnes qualifiées au Canada dénote lexistence de ce problème, car la majeure partie du personnel spécialisé travaille dans le secteur privé. Limmigration de travailleurs qualifiés pourrait ne pas corriger véritablement ce problème. Les immigrants font face à un taux de concordance négative de lordre de 60 %, comparativement à 39 % chez les résidents nés au Canada. Cette sous-utilisation de lexpertise des immigrants nuit probablement au système dinnovation canadien. Il y a de graves lacunes dans linformation disponible sur la contribution faite par limmigration à linnovation et à lentreprenariat dans le secteur privé.

16 Questions à débattre Étudiants étrangers et internationaux Que peut faire le Canada pour mieux amener les étudiants étrangers à étudier dans les universités canadiennes, en particulier dans les programmes de recherche avancée? Éléments dappréciation : – Frais de scolarité, qualité de lenseignement, langue denseignement. Quelles modifications doivent être apportées pour encourager un plus grand nombre détudiants étrangers à rester travailler au Canada à la fin de leurs études? Éléments dappréciation : – Processus doctroi du permis de travail à la fin des études universitaires, une demande moindre de personnel spécialisé entraîne la perte par le Canada dimmigrants potentiels à dautres pays, incitatifs pour que les employeurs embauchent des étudiants internationaux ayant obtenu un diplôme détudes universitaires.

17 Questions à débattre Entrepreneurs Que peut-on faire pour attirer les entrepreneurs immigrants et les soutenir, en particulier dans les secteurs de linnovation? Éléments dappréciation : – Politique fiscale, coopération fédérale-provinciale pour la mobilité de la main-dœuvre et la reconnaissance des titres de compétences, entrepreneurs transnationaux Comment rendre les programmes gouvernementaux de soutien à linnovation plus accessibles aux entrepreneurs qui immigrent au Canada? Éléments dappréciation : – Les programmes en place sont de nature générale ou soutiennent des secteurs ou des régions en particulier.

18 Questions à débattre Travailleurs temporaires spécialisés Que peut-on faire pour attirer un plus grand nombre de travailleurs temporaires spécialisés au Canada et pour les encourager à demander la résidence permanente? Éléments dappréciation : – Le système actuel de traitement des demandes de résidence temporaire nest peut-être pas concurrentiel à léchelle internationale. Désignation des candidats prioritaires Quelles améliorations apporter au système dimmigration pour que les immigrants qualifiés dont le Canada a besoin soient acceptés quand on en a le plus besoin? Éléments dappréciation : – Exercer le pouvoir ministériel de manière à que les demandes soient traitées en fonction des besoins de travailleurs qualifiés sur le marché du travail canadien (mise à jour fréquente de la liste des occupations spécialisées).


Télécharger ppt "Immigration et innovation Document dinformation : La contribution de limmigration au système dinnovation canadien."

Présentations similaires


Annonces Google