La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES ORGANISATIONS PAYSANNES FACE AUX ENJEUX ET DÉFIS DES AGRICULTURES FAMILIALES EN AFRIQUE CENTRALE Présenté par Mme: Elisabeth ATANGANA Présidente de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES ORGANISATIONS PAYSANNES FACE AUX ENJEUX ET DÉFIS DES AGRICULTURES FAMILIALES EN AFRIQUE CENTRALE Présenté par Mme: Elisabeth ATANGANA Présidente de."— Transcription de la présentation:

1 LES ORGANISATIONS PAYSANNES FACE AUX ENJEUX ET DÉFIS DES AGRICULTURES FAMILIALES EN AFRIQUE CENTRALE Présenté par Mme: Elisabeth ATANGANA Présidente de la PROPAC avril 2006 Plateforme Sous-Régionale des Organisations Paysannes dAfrique Centrale Sub-Regional Platform of Farmers Organisations in Central Africa Plataforma Sub-Regional das Organisações Paisanas da Africa Central Plataforma Sub-Regional de Organizaciones Campesinas de África CentraL PROPAC CEEAC CEMAC

2 S O M M A I R E I-Zone géographique de la PROPAC II-Introduction III-Contexte IV-Brève présentation de la PROPAC V-Situation des (EAF) en Afrique Centrale VI-Actions stratégiques VII-Conclusion

3 ZONE GEOGRAPHIQUE DE LA PROPAC

4 CONTEXTE La Sous Région Afrique Centrale représente une population estimée à plus de 120 millions dhabitants dont lactivité séculaire, lagriculture occupe plus de 80 % de la population active en zone rurale. Cette agriculture a toujours été et reste encore le pilier des économies de la zone. Les populations rurales et particulièrement les couches défavorisées sont confrontées à de nombreux problèmes de sous-alimentation, de logement, de santé, déducation, de manque dinfrastructures économiques de base. La PROPAC constitue à cet effet un cadre approprié de mobilisation et d'action des petits producteurs, des paysans en Afrique Centrale. A travers cette plateforme, les Organisations des petits producteurs en zone rurale, les populations vulnérables dont les femmes et les jeunes veulent simpliquer dans les espaces de prise de décision afin que soient prises en compte leurs préoccupations dans les politiques et les stratégies visant une amélioration durable de leurs conditions de vie.

5 BREVE PRESENTATION DE LA PROPAC

6 NAISSANCE DE LA PROPAC La PROPAC est née officiellement en février Cest laboutissement dun processus de structuration initié par les leaders des Organisations Paysannes de lAfrique Centrale qui a été lancé en 1998 pour répondre à leurs besoins de structuration, de renforcement des capacités, de représentation et de participation dans les espaces de négociation et de prise des décisions. La PROPAC, reconnue sous la loi N° 90/053 du 19 décembre 1990, portant sur la liberté dassociation de la République du Cameroun, est une association paysanne régionale à but non lucratif, apolitique et non confessionnelle. La PROPAC comprend les 11 pays de la sous -région Afrique Centrale zones CEEAC et CEMAC.

7 BUT La PROPAC œuvre à la structuration, au renforcement des capacités, à lharmonisation des stratégies et des actions des Organisations Paysannes Nationales dAfrique Centrale et à leur implication dans lélaboration, la mise en œuvre, lévaluation des politiques et stratégies de développement agricole et rural au niveau national, Sous-régional, International afin de faire prendre en compte les préoccupations et leurs intérêts pour contribuer à lamélioration durable des conditions de vie des populations rurales de la Sous région Afrique Centrale

8 NOS OBJECTIFS Promouvoir et renforcer le dialogue, la solidarité, la concertation et lharmonisation des stratégies des OP; Œuvrer au renforcement des compétences et des capacités organisationnelles, institutionnelles et managériales en vue de la professionnalisation des Organisations paysannes faîtières; Œuvrer au renforcement des capacités techniques en vue de la productivité des agricultures familiales et laccroissement des moyens dexistence des ruraux; Contribuer au renforcement des capacités dinformation et de communication des Organisations Paysannes dans la sous région; Promouvoir et établir des synergies et des partenariats avec les différents acteurs de développement agricole et rural aux niveaux régional et international dans le but de faciliter latteinte des objectifs visés.

9 ENGAGEMENTS ET PRINCIPES Dialogue, concertation et harmonisation de la vision et des stratégies communes ; Renforcement de la solidarité et des synergies ; Renforcement des capacités pour une gestion viable et processive des OP ; Développement des partenariats ; Démocratie, gestion participative et discipline dans les OP.

10 NOS ACTIVITES Les activités de la PROPAC sont les suivantes : La représentation; Lappui à la structuration des cadres de concertation; La négociation, le plaidoyer et lobbying; Le renforcement des capacités ( sensibilisation, éducation, information, communication et formation, promotion des outils et mécanismes de soutien aux OP); Planification - Suivi – Evaluation des politiques paysannes et publiques; Elaboration / proposition des politiques et stratégies.

11 QUELQUES REALISATIONS DE LA PROPAC Capitalisation des résultats issus des consultations des OP sur la politique Agricole du NEPAD/PDDAA de 2003 à 2005; Elaboration dun document de présentation sur la PROPAC ; Reconnaissance juridique officielle par le Gouvernement camerounais comme Organisation Paysanne Sous-régionale en décembre 2005 ; Participation de la PROPAC avec les Pouvoirs publics à lélaboration du PRSA /CEEAC avec lappui de la BAD ; Organisation dun séminaire atelier sous-régional sur la Campagne du plaidoyer sur laccroissement des budgets nationaux pour lagriculture et laide à lalimentation avec lappui de More and Better (Fonds Norvégien) du 22 au 24 novembre 2005 ; Négociation dun appui auprès du FIDA pour le programme PROPAC Programme de Renforcement des Capacités des OP dAfrique Centrale ; Participation de la PROPAC à la conférence de la FAO et la rencontre de lIPC à Bamako ; Participation de la PROPAC au Forum des Paysans lors du Conseil des Gouverneurs du FIDA à Rome ; Organisation dun séminaire de formation en Médiation et formation des Formateurs en Médiation avec le CMFM de Paris et lappui du HUB (Plateforme pour la sécurité alimentaire et le développement rural en Afrique de louest et du Centre) du 1er au 20 février 2006 ; Participation de la PROPAC au Forum sur la réforme agraire à Porto Alégré – Brésil, mars 2006 ; Co-organisation de la rencontre tripartite de sensibilisation et dInformation sur les Impacts des Accords de Partenariat Economique (APE) sur lAgriculture en Afrique Centrale en Partenariat avec la CEMAC et le HUB.

12 SITUATION DES AGRICULTURES FAMILIALES EN AFRIQUE CENTRALE

13 LIMPORTANCE DES AGRICULTURES FAMILIALES La définition de lagriculture familiale; La vision de lagriculture définie par les petits producteurs dAfrique Centrale; Les potentialités et les atouts de lagriculture en Afrique Centrale; Les contraintes et les blocages qui entravent le développement de lagriculture en Afrique Centrale.

14 LIMPORTANCE DES AGRICULTURES FAMILIALES Assure la sécurité et la souveraineté alimentaires dans la sous région; Assure le respect de léquilibre et du potentiel culturel et écologique; Principale activité pourvoyeuse demploi et de revenus en milieu rural. Elle occupe plus de 60 % des travailleurs ruraux; Elle constitue la principale source de richesses non pétrolières et contribue à hauteur de 30 % au PIB de la sous région; Les matières premières agricoles constituent les principaux produits dexportation dans la sous région (cacao, café, coton, banane) soit 97 % des exportations vers lUE.

15 LA DÉFINITION DE LAGRICULTURE FAMILIALE; Les OP définissent leur système dexploitation comme étant à la fois un « mode vie », une unité de production, de consommation mais aussi une unité sociale, écologique et culturelle. Cest un système dexploitation porté par les petits agriculteurs utilisant la main dœuvre familiale ou associative. Elle se caractérise par des petites exploitations de 0 à 5 hectares où se pratique un mode de cultures généralement diversifiées.

16 LA VISION DE LAGRICULTURE FAMILIALE DÉFINIE PAR LES PETITS PRODUCTEURS DAFRIQUE CENTRALE; Les Organisations Paysannes dAfrique Centrale sexpriment pour une agriculture paysanne entreprenante, modernisée, durable assumant les fonctions économiques, sociales, culturelles et écologiques fondée sur la maîtrise de la sécurité et de la souveraineté alimentaire, la protection des exploitations familiales et lintégration économique par les marchés régionaux et une ouverture vers les marchés extérieurs. Cette vision devrait se manifester par : Une promotion des petites entreprises agricoles familiales de la chaîne de production, de transformation et de mise à marché ; Lexistence dune agriculture de type industriel mais qui ne représente pas une proportion dominante ; Lexistence dun lien et dune complémentarité entre les organisations professionnelles de petits producteurs et le secteur agro-alimentaire ; Lexistence des financements des ressources et des infrastructures nécessaires ; La sécurité des emplois ruraux permettant une amélioration des conditions de vie et procurant un bien être dans les exploitations familiales tout en préservant les ressources pour les générations futures ;

17 LES POTENTIALITÉS ET LES ATOUTS DE LAGRICULTURE EN AFRIQUE CENTRALE Les paysans et petits producteurs dAfrique centrale estiment quil nest pas possible de penser lavenir de lagriculture dans leur sous région sans prendre en compte les atouts, les potentialités et les opportunités qui existent dans divers domaines. Domaine physique et écologique Domaine humain, social et culturel

18 LES CONTRAINTES ET LES BLOCAGES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DE LAGRICULTURE EN AFRIQUE CENTRALE. Labsence dune politique sous régionale harmonisée en faveur des plus petits producteurs agricoles; Faible structure dintégration sous-régionale et instabilité politiques; La non prise en compte des intérêts et préoccupations réels des petits producteurs dans lélaboration des politiques et les négociations économiques et commerciales; La faible capacité des EFA (exploitation familiale agricole) dans les domaines organisationnel, institutionnel, techniques de production et de mise à marché; Labsence des mécanismes de financements en faveur des exploitations agricoles paysannes; Linsuffisance des infrastructures de base en milieu rural; Les maladies endémiques et pandémiques qui fragilisent la main dœuvre rurale; Pesanteurs culturelles peut favorable à lapproche genre.

19 LES DEFIS Représentation et la défense des intérêts des producteurs vis-à-vis des autres acteurs économiques, institutionnels et de l Etat. Participer a l élaboration et au suivi des politiques et des négociations commerciales agricoles; Assurer la sécurité et la souveraineté alimentaires dans la sous-région Se moderniser (technologies et mécanisation adaptées aux conditions écologiques) Améliorer les capacités de mise a marche des produits agricoles dans la sous région (transport, conditionnement, transformation et organisation de la commercialisation, respect des normes et des standards) Participer au commerce agricole mondial Assurer les financements et les investissements agricoles Assurer la promotion d une politique de sécurité sociale approprie et de sécurité des investissements agricoles S impliquer dans les programmes et stratégies de prévention et de lutte contre les VIH/SIDA et les endémies majeures.

20 LES ENJEUX Reconnaissance institutionnelle des OP et leur implication efficiente dans lélaboration, des politiques,la mise en œuvre et lévaluation des programmes de développement en direction du monde rural; accroissement dau moins 10% la proportion des budgets nationaux accordes a lagriculture conformément a la déclaration de la réunion de Maputo en 2003; Institutionnalisation des cadres de concertation entre les différents acteurs du secteurs agricole (Etats, OP, Partenaires au développement et secteur privé); Soutiens pour la viabilisation des agricultures familiales en Afrique centrale (structuration, formation, information et laccès aux ressources de productions et de commercialisation;

21 ACTIONS STRATÉGIQUES

22 LES ACTIONS STRATÉGIQUES À ENTREPRENDRE PAR LES ORGANISATIONS PAYSANNES Développement des capacités de la PROPAC à répondre aux besoins des Organisations Paysannes et à renforcer sa représentativité et sa force de proposition. Participation effective et efficiente à lélaboration des politiques de Développement agricole et rural; construction des alliances avec les autres acteurs; Renforcement de linformation et de la communication; Renforcement des cadres de concertation nationales et de la structure opérationnelle de représentation régionale; Renforcement des capacités et des compétences des Leaders et Responsables des organisations paysannes dans la PROPAC et Professionnalisation du métier dAgriculteur; Mobilisation de lépargne et des ressources financières locales, nationales et extérieures; implication en tant quacteurs du développement local; développement des programmes qui améliorent et sécurisent laccès et le droit aux ressources, aux facteurs de production et assurent un accroissement des revenus; Plus grande implication des OP dans la lutte contre le VIH et les maladies tel que le paludisme, la tuberculose ….

23 PROPOSITIONS DES ACTIONS STRATÉGIQUES À RÉALISER PAR LES ETATS À TRAVERS LEURS GOUVERNEMENTS Le maintien de la paix et de la sécurité Elaboration des réformes et dune politique agricole régionale qui promeuvent et viabilise lagriculture familiale; Institutionnalisation des cadres de concertation entre les différents acteurs du secteur agricole (Etat, OP, Partenaires au développement, secteur privé) et renforcement de la participation des OP pour la prise en compte des priorités des populations rurales; Accroissement dau moins 10% des budgets nationaux accordés aux agricultures conformément aux engagements des Chefs dEtats à MAPUTO en 2003 et Mise en place des mécanismes de financement de lagriculture familiale en Afrique Centrale; Développement et soutient aux mécanismes de renforcement des capacités organisationnelles, institionnelles, magériales et techniques des OP, (responsabilisation et gestion démocratique, négociation, lobbying, plaidoyer, médiation, leadership, mobilisation des ressources…); Promotion dun cadre incitatif des échanges intra et inter pays dans la sous région Afrique Centrale et organisation rationnelle des mécanismes de mise a marchés des produits agricoles face au marché extérieur (mise à niveau des paysans dans la maîtrise des chaînes de production, du respect des normes, de transformation, conservation et de commercialisation; soutien à des modèles, expériences directs des circuits de marchés équitables pour les produits de rente et des produits vivriers porteurs); Réalisation des infrastructures nécessaires au développement de lagriculture en Afrique Centrale; Faciliter laccès des OP à linformation stratégique leurs permettant de saisir les opportunités à temps.

24 PROPOSITIONS DES ACTIONS STRATÉGIQUES À RÉALISER PAR LES ORGANISATIONS SOUS RÉGIONALES CEEAC/CEMAC ET LES PARTENAIRES AU DÉVELOPPEMENT Développer un cadre global de concertation des réformes, des politiques agricoles, de négociation des échanges commerciaux entre les pays de la sous région, lUE et les autres zones économiques et faciliter la libre circulation des hommes et des biens; Faciliter laccès des Organisations Paysannes aux mécanismes de financement existants ou à promouvoir dans la sous-région ainsi que laccès des femmes et des jeunes aux ressources de production; Renforcer les organisations des producteurs et soutenir les cadres de concertation permettant aux petits producteurs de se mobiliser et de mieux participer pour influencer les politiques en faveur de lamélioration de lenvironnement rural; Renforcer linformation et la communication;

25 CONCLUSION Les agricultures familiales en Afrique Centrale présentent une importance capitale car, elles assurent la sécurité et la souveraineté alimentaire, la subsistance des populations (éducation, santé, habitat…), et contribuent au développement des économies et la préservation de lenvironnement dans la sous-région de lAfrique Centrale; Louverture de la collaboration et un soutien direct aux organisations de la société civile en générale et aux OP en particuliers est une nécessité pour renforcer leurs capacités de mise en œuvre des politiques; Linvestissement dans les domaines prioritaires dappui tels que: la structuration, la commercialisation, laccès des OP aux fonds, la transformation, la création des marchés frontaliers, lélaboration et la vulgarisation des cartes agricoles et pédologiques, la sauvegarde de certains produits, laccès à la propriété et à la sécurisation foncière, la réalisation des infrastructures de base savèrent nécessaires.

26 Une volonté de redistribution dun réel prix juste et stable des produits de rente et des productions vivrières porteuses permettrait la sécurité des emplois et un gain de richesses aux agricultures familiales, la fixation des jeunes dans leur terroir, lamélioration du choix de consommation en terme de qualité, de quantité des produits manufacturés doù un accroissement des échanges entre lUE et lAfrique Centrale; Les accords de partenariat économique entre lUE et les ACP doivent être largement discutés Organisations Paysannes, des Producteurs et tous les autres acteurs du secteur. LES AGRICULTURES FAMILIALES EN AFRIQUE CENTRALE DOIVENT ÊTRE PRESERVEES ET VIABILISEES SUR LE FONDEMENT DE: *Maîtrise de la sécurité et la souveraineté alimentaire; *Maîtrise des marchés internes et la mise à niveau des producteurs pour laccès des marchés extérieurs;. JE VOUS REMERCIE DE VOTRE BIENVEILLANTE ATTENTION !


Télécharger ppt "LES ORGANISATIONS PAYSANNES FACE AUX ENJEUX ET DÉFIS DES AGRICULTURES FAMILIALES EN AFRIQUE CENTRALE Présenté par Mme: Elisabeth ATANGANA Présidente de."

Présentations similaires


Annonces Google