La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

STRATEGIE DE LOMM POUR LA MIGRATION LES CODES DETERMINE PAR DES TABLES 5 septembre 2007 (Joël Martellet)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "STRATEGIE DE LOMM POUR LA MIGRATION LES CODES DETERMINE PAR DES TABLES 5 septembre 2007 (Joël Martellet)"— Transcription de la présentation:

1 STRATEGIE DE LOMM POUR LA MIGRATION LES CODES DETERMINE PAR DES TABLES 5 septembre 2007 (Joël Martellet)

2 PLAN LA SITUATION EN 2004 UNE MIGRATION AVEC DES CONTRAINTES IMPACTS SUR LE FLUX DE DONNEES DE LA VEILLE METEOROLOGIQUE MONDIALE ET LES PROGRAMMES ASSOCIES PLAN POUR LA MIGRATION –IMPACT SUR LES PAYS MEMBRES –PROPOSITION DUN CALENDRIER POUR LA MIGRATION –LOGICIEL DISPONIBLE STATUS PROBLÈMES

3 Le flux des données dObservation en 2007 –Dans la Veille Météorologique Mondiale opérationnelle, les observations in-situ météorologiques et marines traditionnelles sont toujours échangées entre les Pays en Codes Alphanumériques Traditionnels (CAT). Quoique leur volume total soit seulement de quelques dizaines de megabytes par jour (en comparaison d environ 1.5 Gigabyte pour les données de satellite en BUFR!), les données in-situ seront encore longtemps (pour beaucoup d années) une denrée nécessaire pour toutes les applications météorologiques. –Les nombres de quelques types d observations échangées en un jour ( ) sont indiqués ci-dessous: –FM 12 SYNOP: 65077, FM 13 SHIP: 7825, FM 18 BUOY: 22016, FM 32 PILOT (855), FM 35 TEMP (1260), AIREP (23207) daprès ECMWF Global Data Monitoring Report

4 Data typeNumber of bulletinsVolume in bytes AMDAR ATOVS retransmitted by EUMETSAT ATOVS data AVHRR radiances Buoy data Wind profiler data TRMM radiances ACAR aircraft data Geostationary radiances and winds Tropical storm data ERS2 wind and wave Ice concentration data HD winds Terra satellite CREX ozone data MSG radiances, winds EUMETSAT HD winds Goes HD winds EUMETSAT radiances Jason radiances GPS surface pressure TAMDAR aircraft data Total Données en BUFR ou CREX déjà sur le SMT (e.g. 26/09/2005)

5 Data typeSingle observation sizeNumber of obs/dayVolume in bytes SYNOP PILOT TEMP CLIMAT SYNOP?? CLIMAT TEMP AWS SAREP146 SATEM SATOB METAR TAF? AMDAR BUOYUp to SHIPUp to Up to CLIMAT TEMP ESTIMATION DU VOLUME SUR LE SMT DES DONNEES DOBSERVATION TRADITIONELLES SI TOUTES ETAIENT TRANSMISES EN BUFR : ENVIRON 60 À 65 MBYTES

6 Les Codes Déterminées par des Tables (CDT) BUFR/CREX Offrent de grands avantages en comparaison avec les codes alphanumériques traditionnels (CAT) (1): –AUTO-DESCRIPTION –FLEXIBILITE –EXPANSION FACILE –CONDENSATION (COMPRESSION) POUR BUFR –LECTURE FACILE POUR CREX –Pour de nouveaux paramètres ou de nouveaux types de données, pas besoin de changer les logiciels, seulement ajouter des entrées dans les tables. Ceci est fondamental au temps d une évolution rapide de la science et des technologies: il y a constamment des demandes pour la représentation de Nouveaux types de données, de metadonnées, de plus haute résolution (dans le temps et l espace) et de plus de précision

7 Les Codes Déterminées par des Tables (CDT) BUFR/CREX Offrent de grands avantages en comparaison avec les codes alphanumériques traditionnels (CAT) ( 2): Linclusion systématique de métadonnées comme les coordonnées géographiques (latitude, longitude, altitude) dans chaque message, ce qui se fait facilement avec les codes déterminés par des tables, elliminera le fameux problème du Volume A de l OMM. Le Volume A, contenant les coordonnées des stations, est mis à jour avec trop de retard, le secrétariat de l OMM recevant parfois avec des délais considérables et parfois pas du tout, l information que les pays devraient envoyer quand une station est changée. L utilisation de BUFR ou CREX résoudrait la majorité des cas ou il y a un problème de mauvaise coordonnées pour une station. La fiabilité des transmissions en binaire (BUFR) permet d espérer une augmentation de la quantité et de la qualité des données reçues dans les Centres météorologiques. Plus de données de meilleures qualité apporteront une meilleure assimilation des données, et en conséquence de meilleurs produits : de meilleures prévisions, de meilleures études climatiques et en général, une augmentation de la qualité des services météorologiques

8 Décisions de l OMM Approuvés comme codes opérationnels : BUFR en 1988, CREX en 2000, GRIB Edition 2 en 2001 La Commission des Systèmes de Base (CSB XII - Décembre 2000) a décidé de développer un plan pour la migration des codes alphanumériques traditionnels vers les codes déterminés par des Tables Le Conseil Exécutif (CE- LIII, Juin 2001) a approuvé ces actions. CSB XII a établi une Equipe d Experts sur la Migration vers les codes déterminés par des Tables: l équipe a développé un plan. CSB Ext. (02) a approuvé le plan. Le XIV Congrès de l OMM a approuvé le plan. En Mars 2005, la CSB a établi une équipe de Coordination pour la Migration vers les Codes Déterminés par des Tables (MCDT)

9 OBJECTIF DE LA MIGRATION TOUTES LES OBSERVATIONS DEVRONT ETRE ECHANGEES EN BUFR (QUI OFFRE PLUS D AVANTAGES QUE CREX, E.G. INDICATEURS DE QUALITE, VALEURS ASSOCIEES, COMPRESSION). CEPENDANT POUR CERTAINS PAYS, CREX PEUT ETRE UNE SOLUTION INTERMEDIAIRE.

10 La CSB a défini des contraintes pour la MIGRATION vers les codes déterminés par des Tables BUFR/CREX La CSB DEMANDE: QUE CE SOIT UNE TRANSITION DOUCE SANS EFFETS NEGATIFS SUR L OPÉRATION DE LA VEILLE MÉTÉOROLOGIQUE MONDIALE PAS D UN SEUL COUP (pas comme les changements du 1er mercredi après le 1er novembre), MAIS PROGRESSIF ET VOLONTAIRE, PAR PAYS, PAR TYPE DE DONNÉES, PAR STATION(S) OU PLATEFORME(S) La CSB Ext. (02) A APPROUVE LE PLAN POUR LA MIGRATION

11 LES PRINCIPES DE BASE DU PLAN SONT: –LE PLAN DOIT PERMETTRE A CHAQUE PAYS MEMBRE DE MIGRER. –TOUS LES MEMBRES DE L OMM DOIVENT AVOIR LA LIBERTÉ DE MIGRER VERS BUFR (OU CREX) QUAND ILS VEULENT ET QUAND ILS SONT PRÊTS A LE FAIRE. –C EST LE PRODUCTEUR DE L OBSERVATION, DE LA DONNÉE, NON PAS L UTILISATEUR, QUI EST L INITIATEUR DU PROCESSUS DE MIGRATION. –LA MIGRATION DOIT ÊTRE UN PROCESSUS A LONG TERME AVEC UNE FLEXIBILITÉ CONSIDÉRABLE. –DES INCITATIONS POUR LES PAYS MEMBRES DOIVENT EXISTER POUR MIGRER VERS LES CODES DÉTERMINÉS PAR DES TABLES. –LES BÉNÉFICES ET LES AVANTAGES DE LA MIGRATION DOIVENT ETRE CLAIREMENT EXPLIQUÉS AUX MEMBRES. –LES FABRICANTS DE SYSTÈMES D OBSERVATION AINSI QUE LES CONSTRUCTEURS DE LOGICIEL DE TRAITEMENT DE DONNÉES (COMME LES STATIONS DE TRAVAIL) DOIVENT ÊTRE BIEN INFORMES DU BUT DE LA MIGRATION ET DE SES AVANTAGES.

12 CONSIDERER LE FLUX DES DONNEES DE LA VEILLE METEOROLOGIQUE MONDIALE :

13 Le format utilisé pour représenter les données peut être différent a chaque étape, si cela est plus efficace. Ne pas confondre les fonctions: –Dacquisition des données: format des valeurs des capteurs de stations automatiques ( ou que lobservateur utilise pour noter lobs.) –De collecte des données: coder le messages contenant les obs. dans un format pour la collecte nationale –De transmission des données: garder le format (si standard OMM) pour la transmission internationale ou coder dans un autre système de représentation des données: standard international OMM nécessaire –Processus de transmission internationale: si possible ne pas changer le système de représentation des données choisi (« le format »), mais juste transmettre une »enveloppe » –De réception des données: décoder la forme de représentation des données pour rentrer dans une base de données ou dautres types dapplications –De visualisation des données: visualiser les valeurs des données pour lecture par une personne (ex. prévi,) = convertir dans le meilleur format pour cet usage visuel.

14 OBSERVATIONS OMM DATA PRODUCERS (Système Mondial d Observation) 188 CMNs PRODUISENT DES OBSERVATIONS TRADITIONNELLES: – SYNOP, TEMP, PILOT (aussi METAR; SPECI; TAF) UN CERTAIN NOMBRE DE CENTRES SPÉCIALISES COLLECTENT ET PRODUISENT: –DONNÉES SATELLITE (LA GRANDE MAJORITÉ DEJA EN BUFR) –DONNÉES D AVION (AMDAR (MAJORITÉ DÉJÀ EN BUFR), AIREP) –DONNÉES DE NAVIRES –DONNÉES DE BOUÉES –XBT/CTD –DONNÉES DE PROFILES SOUS-MARINS (FLOTTEURS) LES PRODUCTEURS AURONT LA LIBERTÉ DE BASCULER A BUFR QUAND ILS EN AURONT BESOIN (INTÉRÊT D USAGERS POUR DE NOUVEAUX PARAMÈTRES, TYPES DE DONNÉES OU METADONNEES). CEPENDANT, ON DOIT S ASSURER QUE LES AUTRES USAGERS ONT TOUJOURS ACCÈS AUX DONNÉES (ON DOIT ANALYSER LE FLUX D INFORMATION ET LES BESOINS DES USAGERS)

15 Le Système Mondial d Observation (SMO) et le concept de double-dissémination (ou transmission dupliquée) pour la migration : BUFR et CREX, ou BUFR et CAT, ou CREX et CAT

16 Data conveyors: 31 CRTs (SMT)

17 WIS: Information distribution data flow Managed data communication network

18 WIS DATA FLOWS

19 Impact de la migration pour un CRT qui reçoit les observations (toujours « store and forward or push system »): en CAT ou CREX: –retransmet en CAT ou CREX en BUFR: –retransmet en BUFR –(et, si il a la capacité, et si cela est nécessaire (des CMNs connectés n ont peut être pas la capacité de recevoir ou de traiter l information en binaire, et il n y a pas de double dissémination de la part du producteur), il convertit alors en CREX (ou CAT), et retransmet en CREX (ou CAT) pour quelques CMNs. Les « Messages Switching Directories » devront être mis à jour (même MSS pour bulletins BUFR ou CREX comme pour CAT. Un nouveau système d entêtes de bulletins est progressivement développé par l OMM) nformation/TDCF/Migration_tdcf.htmlhttp://www.wmo.int/pages/prog/www/ois/Operational_I nformation/TDCF/Migration_tdcf.html

20 « DATA USERS » en temps réel Le Système Mondial de Traitement des Données et de Prévision : –16 Centres tournent opérationnellement des modèles globaux –80 Centres tournent opérationnellement des modèles régionaux ou à méso-échelle –188 (tous les CMNs) Centres travaillent à des applications météorologiques (30 ne sont pas automatisés!) Qui a un décodeur BUFR? Universel? Qui a un décodeur CREX? Universel?: –Première priorité de la migration: Un décodeur universel BUFR et CREX pour tous!

21 GDPS CENTRES: WMCs; RSMCs; WAFCs

22 GLOBAL DATA PROCESSING AND FORECASTING SYSTEMS GDPS CENTRES RUNNING MODELS

23 La migration requiert des actions préparatoires correctives dans les Centres du SMTDF pour éviter de manquer des données: Certains Centres doivent changer dans leur chaîne de traitement pour des décodeurs universels pour BUFR et CREX, afin d éviter de manquer des observations. D autres Centres devront insérer un décodeur universel pour BUFR et CREX pour recevoir les observations codées en BUFR ou CREX. Les fabricants de stations de travail « clef en mains » recevant les données d observations doivent être informées pour inclure dans leur logiciel des décodeurs universels de BUFR et de CREX, soit dans les systèmes existants, ou pour les nouveaux systèmes en cours de développement ou qui doivent être développés. Les Centres, qui opèrent encore manuellement (environ 30 sur 188), doivent sérieusement considérer l automatisation avec un logiciel incluant un décodeur universel de BUFR et de CREX. Avant l automatisation et avant le mise en oeuvre d une connexion pour les données en binaire, ils pourront recevoir et comprendre les messages CREX avec une formation relativement simple. Ils pourront aussi encoder et transmettre des informations en CREX. Pour certains Centres Internet peut permettre l accès aux données en formats binaires qui ne peuvent pas être reçues par les autres canaux.

24 ACTIONS DEJA ENTREPRISES (1) LES EXPERTS DES CODES ONT DEFINI DES « TEMPLATES » POUR TOUTES LES DONNÉES TRADITIONNELLES EN BUFR –IL EST ESSENTIEL D AVOIR DES DESCRIPTEURS POUR TOUS LES PARAMETRES QUE L ON ENCODE DANS LES CODES TRADITIONELS Y INCLUS POUR LES PRATIQUES REGIONALES ET NATIONALES –ET LES « TEMPLATES » = MODÈLES = DISPOSITION DU FORMAT, LISTE DES DESCRIPTEURS POUR ÊTRE TRANSMIS (SEQUENCES COMMUNES) LES TEMPLATES ONT ETE DEFINIS POUR: SYNOP, SHIP, SYNOP MOBIL, PILOT, PILOT SHIP, PILOT MOBIL, TEMP, TEMP SHIP, TEMP MOBIL, TEMPDROP, CLIMAT, CLIMAT SHIP, CLIMAT TEMP AND CLIMAT TEMPSHIP LA CSB (NOV. 2006) A APPROUVÉ CES TEMPLATES. LA CSB A AUSSI APPROUVÉ LES AMENDEMENTS AUX RÈGLES DÉCHANGE SUR LE SMT AVEC LES BULLETINS BUFR ET CREX, EN PARTICULIER LES RÈGLES POUR LA TRANSMISSION DES NIL ET POUR LES INFORMATION DE CONTRÔLE. LES FABRICANTS DE STATIONS AUTOMATIQUES ET AUTRES PLATEFORMES D OBSERVATION ONT ETE INVITES A PRENDRE EN COMPTE LA TRANSITION VERS LES CODES DETERMINES PAR DES TABLES POUR LEUR DEVELOPPEMENT DE LOGICIEL.

25 BUFR/CREX TEMPLATES have been defined and some are used for: BUOY, Sub-surface float, TESAC and BATHY data TRACKOB data (approved by CBS) Single level Standard AMDAR (approved by CBS) More complex Single level AMDAR data (approved by CBS) Ascent/descent AMDAR profile data (approved by CBS) Old AIREP SAREP data (Part A: Information on tropical cyclone) (approved by CBS) RADOB data (Part A: Information on tropical cyclone) (approved by CBS) AUTOMATIC WEATHER STATION DATA OF: - N-MINUTE PERIOD - ONE-HOUR PERIOD FOR TROPICAL CYCLONE TRACKS DERIVED FROM EPS EPS GRAMS Buoy data including directional and non-directional wave data (not validated) VOS SHIP (not validated) METAR/SPECI and TAF (PRE-OPERATIONAL)

26 CREX TEMPLATES have been defined and some are used for: Bloemhof Flood Monitoring Code for Hydrology Tide Gauge data Total Ozone Measurement Ozone Sounding Coupled to a Brewer Spectrophotometer Ozone Sounding not Coupled to a Brewer Spectrophotometer Tropical Cyclone information Monitoring Information CREX sequences for coding of Squall Lines in West Africa (approved by CBS) CREX Template for synoptic reports from fixed land stations suitable for manual encoding (in validation) New CREX templates for Tide Elevation (in validation)

27 ACTIONS DEJA ENTREPRISES (2) LE SECRETARIAT DE L OMM DISTRIBUE DES INFORMATIONS DIRECTIVES DECRIVANT D UNE MANIèRE SIMPLE LES CODES DETERMINES PAR DES TABLES ET EXPLIQUE LEURS AVANTAGES UN NOUVEAU GUIDE SUR BUFR/CREX AVEC 3 NIVEAUX DE DIFFICULTE EST SUR LE SITE WEB OMM –NIVEAU 1: POUR LA PHILOSOPHIE GENERALE –NIVEAU 2: POUR LES USAGERS FAISANT L INTERFACE AVEC LES APPLICATIONS : GESTIONNAIRES DE DONNEES ET CHEFS DES TELECOMMUNICATIONS –NIVEAU 3: POUR LES PROGRAMMEURS DE CODEURS ET DE DECODEURS UNE NOUVELLE ANNEXE AU MANUEL DES CODES DEFINISSANT LES PRATIQUES POUR RAPPORTER LES OBSERVATIONS ASSOCIEES AUX CODES BUFR ET CREX EST DISPONIBLE L OMM ORGANISE DES SEMINAIRES DE FORMATION: 2003 EN AR1 (ANGLAIS) ET AR III/IV, 2004 AR1 (ASECNA) ET AR II EST/AR V, 2005 AR II/EST AR VI, 2007 OUEST AR VI ET AR1 (ASECNA)

28 ACTIONS DEJA ENTREPRISES(3) par quelques pays Membres (MIS EN OEUVRE DE LA MIGRATION) –La Tanzanie et le Sénégal ont travaille sur SYNOP en CREX. 25% des pays auraient fait un plan de migration, 25% travailleraient sur un plan? La Tanzanie fait de la formation. –Japan Meteorological Agency transmet toutes ses données en BUFR. Le Japon et la Corée du Sud échangent en temps réel les données en BUFR. Hong-Kong produit AMDAR, SYNOP. –Bresil produit AWS en BUFR. Argentine travaille. –Carribean RADAR en BUFR, USA BUFR pour RS (national), Profileurs de vent. Costa Rica, Mexico travaillent. –Australia produit en BUFR SYNOP –Météo-France transmet les données satellite JASON 1 en BUFR. –LAllemagne produit en BUFR: AWS, Pays-bas: AWS et TEMP, Jordanie: SYNOP, Israel: SYNOP, TEMP et SHIP, La République Tchèque produit TEMP et AWS. –Plan de Migration développe par: Belgique, République Tchèque, France, Allemagne, Pays-bas, Norvège, Suède, Suisse et Turquie. Ils démarreront pour la Catégorie 1, (SYNOP, TEMP, CLIMAT, CLIMAT TEMP) en 2007 (2008 pour la Turquie). Progrès pour: Denmark, Ireland, Italie, Portugal, Serbie, et United Kingdom, et pour: Bulgarie, Hungary, Iceland, Kazakhstan, Macédoine, Romania, Russie et Slovaquie

29 ACTIONS ATTENDUES DE LA PART DES PAYS MEMBRES DEFINIR DES POINTS FOCAUX DE CONTACT POUR LA MIGRATION (un point focal national sur les Codes et la migration) (105 sur188) est ce que votre pays en a un? NOMMER UN COMMITE NATIONAL SUR LA MIGRATION VERS LES CDT (COMPRENANT LE POINT FOCAL NATIONAL) DEFINIR UN PLAN NATIONAL DE MIGRATION VERS LES CDT EN ACCORD AVEC ET SUR LA BASE DU PLAN INTERNATIONAL - Il se trouve dans le site Web de l OMM: maryMigraPlan_fr.pdf –IDENTIFIER LES IMPACTS, LES EFFETS, LES CONSEQUENCES DE LA MIGRATION POUR L EXPLOITATION METEOROLOGIQUE NATIONALE –PREVOIR LES RESSOURCES EN PERSONNEL ET FINANCIERES NECESSAIRES –UN PROGRAMME NATIONAL DE FORMATION SUR LES CDT –AJUSTEMENTS DE LOGICIEL: 1) Capacité à recevoir les bulletins BUFR/CREX dans le système de commutation de message 2) introduire le traitement de BUFR/CREX avec un décodeur universel dans les chaînes de traitement : –RECEPTION, DECODAGE, VISUALISATION, ARCHIVAGE 3) introduIre BUFR/CREX encodeur pour les donnees concernées: AUX SITES DE TRANSMISSION, DE CONCENTRATION et finalement D OBSERVATION 4)TRANSMETTRE LES BULLETING BUFR/CREX AVEC PROCEDURES DE NOTIFICATION RESPECTEES, PRéVENIR LOMM.

30 DANS CHAQUE PAYS MEMBRE : Quel est le niveau d automatisation? Observateur codant sur un Télétype Papier Teletype Pointage Manuel Prévisioniste

31 Automatisation pour le traitement des données: Observateur codant sur un Télétype Décodage automatique, programmes pour le pointage et la visualisation Prévisioniste

32 Automatisation pour le traitement des données et un peu pour l observation Décodage automatique, programmes pour le pointage et la visualisation Prévisioniste Programme encodeur et visualisation Observateur Clavier avec un programme encodeur

33 Automatisation totale: Station Automatique encodage automatique Décodage automatique, programmes pour le pointage et la visualisation Prévisioniste

34 LA MIGRATION: QUELLES SONT LES CLES DU SUCCES (1) LA MIGRATION VERS LES CODES DETERMINES PAR DES TABLES MARCHE AVEC L AUTOMATISATION CELA NE PEUT ETRE ENTREPRIS SANS: –UNE PLANIFICATION MINUTIEUSE –FORMATION –DES RESSOURCES: PERSONNELS COMPETENT DONC FORMES FINANCIèRES COOPERATION INTERNATIONALE (GROUPEMENT PAR PROJETS) ASSISTANCE INTERNATIONALE

35 LA MIGRATION: QUELLES SONT LES CLES DU SUCCES (2) LA FORMATION SUR BUFR/CREX - QU EST-CE?: –NIVEAU 1: PHILOSOPHIE GENERALE –NIVEAU 2: POUR LES CHEFS DES TELECOMMUNICATIONS, POUR LES GESTIONNAIRES DE DONNEES ET POUR LES USAGERS FAISANT L INTERFACE AVEC LES APPLICATIONS –SEMINAIRES OMM: FORMER LES INSTRUCTEURS (CFMR OMM, INSTITUTS, ECOLES, COLLèGES TECHNIQUES, UNIVERSITES,) SEMINAIRES DANS LES REGIONS –FORMATION DANS LES PAYS: PROGRAMMES NATIONAUX DE FORMATION PROJET DE LOGICIEL: –« SOFTWARE HOUSE »: UN CENTRE QUI DISTRIBUE GRATUITEMENT LES DECODEURS BUFR/CREX (ET GRIB 2) ET PROCURE UNE ASSISTANCE A DISTANCE POUR L INSTALLATION, DE LA DOCUMENTATION, ET REPOND AUX QUESTIONS (PAR ) ECMWF (CEPMT): encodeur/décodeur BUFR,CREX, GRIB1/2, transcodeur CREX-BUFR (languages FORTRAN, C et operating systems UNIX, LINUX) Logiciel Allemand (DWD) (payant: encodeur/décodeur BUFR (UNIX et sous WINDOWS) Aussi: NCEP (Download libre), UKMO, Slovaque (payant), Tchèque, etc.. Pour WINDOWS: Bresil (INPE software), German software (payant), Slovak software (compagnie privée),

36

37 ACTIONS PAR LES PROGRAMMES ASSOCIES IL Y A LES PRODUCTEURS ET LES UTILISATEURS –LES PRODUCTEURS DE DONNEES SATELLITE PRODUISENT DEJA EN BUFR –MARINE (JCOMM): Service ARGOS a démarré la transmission en BUFR pour les bouées, XBT/CTD et les profiles de flotteurs sous-marins Pour les navires, il y aura un besoin d encodeurs BUFR et il faudra considérer une double dissémination pour les usagers, fait a Terre au début. –OACI: LES ACARS ET LES AMDAR SONT TRANSMIS EN BUFR, TEMSI TRANSMIS EN BUFR, SIGMET BIENTOT, BIENTOT LES PROFILES VERTICAUX AMDAR TRANSMIS AUSSI EN CREX, MAIS CE SERA LONG POUR AVOIR DES METAR/SPECI/TAF EN BUFR! –LES USAGERS DOIVENT S EQUIPER DE DECODEURS BUFR/CREX

38 Calendrier de la Transition - Migration ORGANISE EN CATEGORIES DE DONNEES. DIFFERENTES ETAPES: a) Début de léchange expérimental : Les données sont transmises en BUFR (au besoin en CREX) mais pas pour les besoins de lexploitation, cest-à-dire en supplément des données en codes alphanumériques traditionnels qui servent encore à lexploitation Conditions à remplir avant le début de léchange expérimental : –a) Les tables et les modèles BUFR/CREX voulus sont disponibles; –b) La formation des parties qui séchangent des données est terminée; –c) Le logiciel requis par les parties en question (codage, décodage, visualisation) est en place. b) Début de léchange en exploitation : Les données sont transmises en BUFR (au besoin en CREX) et certains Membres (pas tous) sen servent pour les besoins de lexploitation. Une partie de la diffusion des données en codes alphanumériques traditionnels est maintenue; Conditions à remplir avant le début de léchange en exploitation : –a) Les tables et les modèles BUFR/CREX voulus sont entièrement validés; –b) La formation de toutes les parties concernées est terminée; –c) Le cas échéant, le logiciel requis (codage, décodage, visualisation) est opérationnel. c) FIN DE LA MIGRATION : À cette date léchange de données en code BUFR (au besoin en CREX) devient la norme à lOMM. La diffusion des données en codes alphanumériques traditionnels prend fin. Il est encore possible dutiliser les codes alphanumériques, mais uniquement à léchelon local ou national, pour les besoins de larchivage ou si léchange de données en code BUFR ou CREX occasionne encore des difficultés.

39 MIGRATION SCHEDULE Toutes les dates du tableau sont des dates butoirs, si bien quon encourage les Membres et les organisations à lancer léchange expérimental et, si toutes les conditions sont remplies (voir ci-dessous), à passer à léchange en exploitation dès que possible. MIGRATION TERMINEE: Il est encore possible dutiliser les codes alphanumériques, mais uniquement à léchelon local ou national, pour les besoins de larchivage ou si léchange de données en code BUFR ou CREX occasionne encore des difficultés.

40 Status of the migration to BUFR/CREX (information on 3/2007) –BUFR is used for archives of all data types and operational exchange of satellites data, ASDAR, AMDAR,wind profilers, tropical cyclone data, ARGOS data: buoy, XBT, XCTD, sub-surface floats, RADAR data and starts to be used for translating Traditional Alphanumeric Codes (TAC). –RA I: Some African countries are working seriously on the migration: e.g. Botswana, Ethiopia, Morocco, Mozambique, Senegal, Tanzania. Some are considering to use CREX (more metadata more precision and more flexibility compare to traditional SYNOP code) – Senegal produces squall line data in CREX –RA II: Japan Meteorological Agency is disseminating since November 2005 in BUFR all TAC data (SYNOP, SHIP, PILOT; TEMP, CLIMAT, etc..), BUOY, BATHY, TESAC; TRACKOB, tropical cyclone, wind profiler data and RADAR data - Hong-Kong produces AMDAR, SYNOP - China will produce SYNOP in BUFR in –RA III: Brazil and Argentina work seriously on development for implementation. –RA IV: USA produces internally upper-air data in BUFR, and sea level data in CREX. Mexico tested encoding of SYNOP, TEMP, CLIMAT and CLIMAT TEMP. Costa Rica works on implementation. –RA V: Australia produces tropical cyclone data in BUFR and in CREX, SYNOP in BUFR for Australia and Papua New Guinea and works for other data types - Fiji produces tropical cyclone data in CREX –RA VI : Czech Republic: SYNOP, TEMP and AWS data, Israel: TEMP, SYNOP and CLIMAT data, Jordan: SYNOP data, Germany: AWS data, Netherlands: AWS and TEMP data - Météo-France disseminates JASON 1 satellite data in BUFR.

41 ACTIONS PREVUES Développement (2007) et mise en oeuvre dun service de vérification pour aider au test de lencodage des messages BUFR Développement (2007) dun document expliquant comment démarrer la migration Les Industriels sont prêts pour transmettre les radiosondes et les observations des stations automatiques en BUFR Matériel de formation mis sur le site web de lOMM en 2007

42 PROBLEMES CONFUSION: la migration nest pas un changement brutal (comme précédemment avec les codes TAC lors des changements, mais cest lent et sans à- coup avec double dissémination (TAC et BUFR en parallèle), Les DATES butoir du plan sont a prendre au sérieux. Manque de visibilité pour la migration, pour sa nécessite But Initial: pour échange opérationnel en temps réel de données entre les Services Météorologiques (pas pour pour les usagers externes comme METNO) Parce que cela affecte tout le flux des observations météorologiques, cela demande beaucoup dattention et dengagement de la part des services météorologiques Confusions: –Entre visualisation et format de transmission: Processus déchange = plusieurs étapes: – production (encodage), transport, décodage, stockage en BD, visualisation, archivage –Entre représentation physique (ou format) et enveloppe (wrapper) (e.g. XML et NetCDF sont des wrappers, et les standards de représentation physique au sein de la structure générale doivent être définis). – XML ou Net CDF ne sont pas des alternatives a BUFR et GRIB 2: les standards physiques dans XML et Net CDF doivent être entièrement définis (ce sont aussi des codes définis par des tables!). Beaucoup dannées de travail seront nécessaires (ce serait un autre processus de migration!). CES CONFUSIONS RALENTISSENT LE PROCESSUS DE MIGRATION VERS LES CDTs!

43 Resume: ACTIONS NECESSAIRES Pour informer plus les pays, le Secrétariat doit: –Envoyer plus de lettres circulaires avec information sur la migration –Améliorer et assurer la mise a jour du site web OMM –Les pays doivent développer leur plan national de migration et le mettre en oeuvre (incluant la formation nationale) – la première action, si le CMN est automatise, cest la mise en oeuvre dun décodeur BUFR/CREX universel Laide aux pays en voie de développement toujours nécessaire (la Migration va avec lautomatisation): –Atelier de formation –Assistance par experts en mission –Projets pilotes pour démontrer la mise en oeuvre Les pays avances doivent être des modèles et des leaders pour la migration Apporter plus dimportance a la migration vers les CDT lors des sessions officielles des commissions et conseils régionaux (CSB, ARs, CE, Congres)- UN BUDGET OMM EST NECESSAIRE!

44 MERCI POUR VOTRE ATTENTION Questions???


Télécharger ppt "STRATEGIE DE LOMM POUR LA MIGRATION LES CODES DETERMINE PAR DES TABLES 5 septembre 2007 (Joël Martellet)"

Présentations similaires


Annonces Google